Drew Barrymore

actrice, productrice et réalisatrice américaine
Drew Barrymore
Description de cette image, également commentée ci-après
Drew Barrymore en 2019.
Nom de naissance Drew Blythe Barrymore
Naissance (47 ans)
Culver City (Californie)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Productrice
Réalisatrice
Animatrice
Films notables E.T., l'extra-terrestre
Scream
Charlie et ses drôles de dames (et suite)
Donnie Darko
Le Come-Back
Séries notables Santa Clarita Diet
Site internet www.drewbarrymore.com

Drew Barrymore [dɹuː ˈbæɹəˌmɔɹ][1] est une actrice, productrice, réalisatrice et animatrice de télévision américaine, née le à Culver City (Californie). Elle est la petite-fille de l'acteur John Barrymore et de l'actrice Dolores Costello, et la filleule du réalisateur Steven Spielberg.

Issue de la famille Barrymore qui compte plusieurs personnalités du cinéma américain, elle se fait connaître du grand public avec E.T., l’extra-terrestre. Après une enfance et une adolescence rebelles, et avoir tourné des films de série B ou de moindre importance, elle fait un retour fracassant dans les années 1990 notamment avec Scream, Tout le monde dit I love you et À tout jamais.

Mais c'est dans les années 2000 qu'elle obtient ses plus gros succès avec Charlie et ses drôles de dames et sa suite, puis avec Amour et amnésie, dont elle est également productrice. Elle n'hésite pas à changer de registre avec des films tels que Confessions d'un homme dangereux, Écarts de conduite et Donnie Darko, dont elle est également la productrice déléguée. En 2009, sort son tout premier film en tant que réalisatrice, Bliss, dont le rôle principal est interprété par Elliot Page.

C'est ainsi que durant la décennie suivante, elle passe, essentiellement, derrière la caméra. Elle produit des séries comme Charlie's Angels (2011), Knife Fight (2013-2015), Rattled (2016-2017) mais aussi des longs métrages tels que Happy Camp (2014), Animal (2014), Célibataire, mode d'emploi (2016) et Freak Show (2017).

Elle incarne l’héroïne de la série télévisée comique Santa Clarita Diet (2017-2019) dont elle est aussi la productrice déléguée. Depuis 2020, elle anime et produit son propre talk show télévisée, The Drew Barrymore Show.

BiographieModifier

Enfance et scolaritéModifier

Drew Barrymore est née à Culver City, en Californie. Elle est la fille de l'acteur américain John Drew Barrymore et de l'actrice et productrice Jaid Barrymore (née Ildikó Jaid Makó)[2], qui est née dans un camp de personnes déplacées de réfugiés hongrois de la Seconde Guerre mondiale à Brannenburg, en Allemagne de l'Ouest[3],[4]. Par l'intermédiaire de son père, Barrymore a trois demi-frères et demi-sœurs plus âgés du côté de son père, dont l'acteur John Blyth Barrymore[5]. Ses parents ont divorcé en 1984, quand Barrymore avait neuf ans[6].

Barrymore est issue d'une famille d'acteurs. Tous ses arrière-grands-parents paternels, Maurice et Georgiana Drew Barrymore, Maurice et Mae Costello (née Altschuk), et ses grands-parents paternels, John Barrymore et Dolores Costello étaient des acteurs[7], John étant sans doute l'acteur le plus acclamé de son génération[6],[8]. Elle est également est une nièce de Diana Barrymore, une petite-nièce de Lionel Barrymore, Ethel Barrymore et Helene Costello[9], ainsi qu'une arrière-arrière-petite-fille de John, d'origine irlandaise, et de Louisa Lane Drew, d'origine anglaise, qui étaient tous également acteurs. Elle est l'arrière-petite-nièce de l'idole de Broadway John Drew, Jr., et de l' acteur, scénariste et réalisateur de films muets Sidney Drew[10].

Les marraines de Barrymore sont l'actrice Sophia Loren[11] et la veuve de Lee Strasberg, Anna Strasberg. Barrymore a décrit sa relation avec cette dernière comme une relation qui « deviendrait si importante » pour elle en tant qu'enfant « parce qu'elle était si gentille et attentionnée »[12]. Son parrain est le réalisateur Steven Spielberg[13],[14],[15],[16].

Le prénom de Barrymore, Drew, était le nom de jeune fille de son arrière-grand-mère paternelle Georgie Drew, et son deuxième prénom, Blythe, était le nom de famille utilisé pour la première fois par son arrière-grand-père Maurice Barrymore[13]. Dans son autobiographie Little Girl Lost, paru en 1990, Barrymore a raconté les premiers souvenirs de son père violent, qui a quitté la famille quand elle avait six mois. Son père et elle n'ont jamais eu quoi que ce soit qui ressemble à une relation significative et se parlaient rarement[17].

Barrymore a grandi sur Poinsettia Place à West Hollywood, jusqu'à ce qu'elle déménage à Sherman Oaks à l'âge de sept ans. Dans ses mémoires de 2015, Wildflower, elle dit qu'elle parle « comme une Valley girl » parce qu'elle a grandi à Sherman Oaks. Elle est retournée à West Hollywood après s'être émancipée à l'âge de quatorze ans[18]. Barrymore a fréquenté l'école primaire à Fountain Day School à West Hollywood et Country School[19]. À la suite de sa célébrité soudaine, Barrymore a enduré une enfance notoirement troublée en tombant dans l'addiction de la drogue et de l'alcool[6]. Elle était une habituée du Studio 54 en tant que jeune fille, et sa vie nocturne et ses fêtes constantes sont devenues un sujet populaire auprès des médias. Elle a été placée en cure de désintoxication à l'âge de 13 ans[6],[13] et a passé dix-huit mois dans une institution pour malades mentaux[20]. Une tentative de suicide à 14 ans l'a renvoyée en cure de désintoxication, suivie d'un séjour de trois mois avec le chanteur David Crosby et sa femme. Le séjour a été précipité, a déclaré Crosby, car elle « avait besoin d'être entourée de personnes engagées dans la sobriété ». Barrymore a décrit la période de sa vie pour Little Girl Lost. Après une requête d'émancipation réussie auprès du tribunal pour mineurs, elle a emménagé dans son propre appartement à l'âge de quinze ans[17],[8].

CarrièreModifier

Révélation précoce et retrait (années 1980)Modifier

La carrière de Barrymore commence à l'âge de onze mois, lorsqu'elle est apparue dans une publicité pour la nourriture pour chiens. Elle a été pincée par sa co-star canine, à laquelle elle a simplement ri et a été embauchée pour le travail. Après ses débuts au cinéma avec un petit rôle dans Au-delà du réel en 1980[6], elle obtient à sept ans le rôle de Gertie dans E.T., l'extra-terrestre réalisé par Steven Spielberg. Spielberg a estimé qu'elle avait la bonne imagination pour son rôle après l'avoir impressionné avec une histoire selon laquelle elle dirigeait un groupe de punk rock[21]. Sorti en salles en 1982, E.T. a été le film le plus rentable des années 1980 et a fait d'elle l'un des enfants acteurs les plus célèbres de l'époque. Barrymore a remporté un Young Artist Award de la meilleure actrice dans un second rôle[13],[22]. En apparaissant dans un épisode de la huitième saison de l'émission humoristique Saturday Night Live, Barrymore est devenu la plus jeune personne à apparaître en tant qu'invité-hôte de la série.

Dans l'adaptation cinématographique du roman Charlie de Stephen King sorti en 1984, Barrymore incarne une fille ayant le pouvoir de pyrokinésie qui devient la cible d'une agence gouvernementale secrète. Cette même année, elle incarne une jeune fille qui divorce de ses célèbres parents dans Divorce à Hollywood, pour lequel elle est nominée pour son premier Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle[13],[23]. Dans une critique publié dans le Chicago Sun-Times, Roger Ebert a déclaré que « Barrymore est la bonne actrice pour ce rôle précisément parce qu'elle l'aborde avec un calme si grave »[24].

Barrymore a enduré une jeunesse troublée et a continué à jouer au cours de la décennie. Elle a joué dans le film d'horreur d'anthologie Cat's Eye (1985), également écrit par Stephen King. Le film a reçu des critiques positives[25] et Barrymore a été nominé pour un Young Artist Award de la meilleure jeune actrice principale. On lui a offert d'interpréter Cécile pour Les Liaisons dangereuses, mais le rôle est allé à Uma Thurman. En 1989, a joué dans le film romantique À demain, mon amour. Vincent Canby du New York Times a critiqué la « falsification à la mode » du film, mais a émis un avis positif pour Barrymore[26]. Dans Mauvaises Rencontres, elle incarne une adolescente qui se retrouve coincée avec son père dans la petite ville d'une partie reculée du désert. Le film est passé largement inaperçu du public et a reçu un accueil négatif de la part des critiques, qui ont rejeté la représentation sexuelle de son rôle[27].

Retour progressif (années 1990)Modifier

 
L'actrice en 1997, l'année de tournage de À tout jamais.

Bien qu'elle se soit séparée de ses problèmes de drogues et d'alcool en entrant dans l'âge adulte, elle garde cette image de « mauvaise fille », et l'exploite même pour relancer sa carrière dans les années 1990, après une succession de petits rôles dans des films de série B et à la télévision. La rébellion de Barrymore s'est manifestée à l'écran et la publication. Elle s'est forgée une image de séductrice adolescente manipulatrice, à commencer par Fleur de poison (1992), qui a été un échec commercial au box-office, mais qui est devenu populaire grâce à la vidéo et à la télévision par câble[6],[28]. Son personnage, Ivy, a été classé n°6 sur la liste des 26 meilleures « mauvaises filles » de tous les temps par Entertainment Weekly[29]. Barrymore a dix-sept ans lorsqu'elle a posé nue avec son fiancé de l'époque, l'acteur Jamie Walters, pour la couverture du numéro de juillet du magazine Interview, elle est également apparue nue sur les photos à l'intérieur du numéro[30].

Dans Le Démon des armes (1992), Barrymore a joué une adolescente qui tue son beau-père sexuellement abusif à l'aide d'une arme à feu[23]. Variety a fait remarquer qu'elle « réussit de manière impressionnante » à interpréter son personnage[31] et sa prestation lui vaut d'être nominé pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm. En 1993, Barrymore a joué la sœur cadette d'une ballerine assassinée dans Société secrète et une écrivaine suivi de ce qui est apparemment son jumeau diabolique dans le thriller horrifique Le Double maléfique. Les deux films ont été mal reçus par la critique et n'ont pas réussi à trouver un public[32],[33],[34]. Elle est apparue dans le western Belles de l'Ouest en 1994, qui suit quatre anciennes prostituées en fuite à la suite d'un homicide justifiable et d'une évasion de prison. Roger Ebert, dans sa critique du film, écrit pour le Chicago Sun-Times que c'est une « bonne idée, de faire un western sur quatre femmes dures », ajoutant aussi « et quel film triste »[35].

Barrymore a posé nue pour le numéro de janvier 1995 de Playboy[36],[37]. Steven Spielberg, qui est aussi son parrain, lui a donné une couverture pour son vingtième anniversaire avec une note, « Couvrez-vous »[13] et des copies de ses images Playboy, qui étaient modifiées par son département artistique afin qu'elle apparaisse entièrement vêtue[38]. Lors de son apparition dans le Late Show with David Letterman la même année, Barrymore a grimpé sur le bureau et a montré ses seins à David Letterman et lui a donné un baiser sur la joue comme cadeau d'anniversaire[8]. Elle est modèle dans une série de publicités pour les jeans Guess pendant cette période[39].

Dans la comédie dramatique Avec ou sans hommes (1995) dans lequel elle partage la vedette avec Whoopi Goldberg et Mary-Louise Parker, Barrymore a joué une jeune femme enceinte qui tente d'échapper à son petit ami violent[40]. Le film est un succès commercial modeste au box-office[41],[42] mais est bien reçu par les critiques[43]. Dans le film de super-héros Batman Forever (1995), elle a joué l'une des deux assistantes pour Double-Face, incarné par Tommy Lee Jones[44],[45].

En 1996, Drew Barrymore fait une apparition brève mais notable dans le slasher Scream de Wes Craven. Elle a lu le scénario du film et était intéressée à s'impliquer, approchant elle-même l'équipe de production pour demander un rôle. Les producteurs n'ont pas tardé à profiter de son intérêt inattendu et l'ont signée pour jouer le rôle principal de Sidney Prescott. Cependant, après des engagements inattendus, Barrymore incarne le rôle de soutien Casey Becker tandis que Neve Campbell incarne Sydney[46]. À sa sortie, Scream est acclamé par la critique et rapporte 173 millions de dollars au box-office mondial[47],[48]. Au cours des années 1990, Barrymore a rétabli son image et a continué à être une star très bankable[6],[49].

En 1998, Drew Barrymore est à l'affiche de trois films. Dans la comédie romantique Wedding Singer : Demain, on se marie !, Barrymore incarne une serveuse amoureuse du rôle-titre, incarné par Adam Sandler[50]. Variety a trouvé que le film était une « saga fougueuse, drôle et chaleureuse » qui les sert « d'une nouvelle manière qui améliore leurs qualités les plus gagnantes »[51]. Budgétisé à 18 millions de dollars, le film rapporte 123,3 millions de dollars au box-office mondial[52]. Dans Méli-mélo, Barrymore joue une femme enceinte tombant sans le savoir amoureuse du beau-fils de leur défunt père et de son bébé[53]. Elle joue dans le film dramatique historique À tout jamais, qui a rapporté 98 millions de dollars et qui est inspiré par le conte de fées Cendrillon[54]. Roger Ebert a dit à propos de Barrymore et du film qu'« elle peut tenir l'écran et nous impliquer dans ses personnages »[55].

Barrymore prête sa voix à un Jack Russell terrier dans le téléfilm d'animation de Noel Olive, the Other Reindeer et a été nominé pour un Primetime Emmy Award[56]. Après avoir créé sa société de productions Flower Films[57], Barrymore et Nancy Juvonen ont produit le premier film de la société, College Attitude (1999), dans lequel Barrymore joue une jeune secrétaire de rédaction du Chicago Sun-Times anxieuse chargée d'infiltrer un lycée pour les besoins d'un article. Alors que l'accueil des critiques est mitigée, CNN a noté que l'actrice est la raison pour lequel le film fonctionne car « son timing comique et sa volonté de tout mettre en œuvre dans sa quête du rire se combinent pour faire [du film] une expérience cinématographique gratifiante »[58]. Le film rencontre un succès commercial, rapportant 84,5 millions de dollars de recettes mondiales, dont 55 millions rien qu'aux États-Unis, pour un budget de 25 millions de dollars[59],[60]. Par la suite, College Attitude a obtenu le statut de film culte[61],[62],[63],[64],[65],[66],[67].

Production et succès (années 2000)Modifier

 
Drew Barrymore lors de la présentation de Lucky You au Festival de Tribeca en 2007.

En 2000, Drew Barrymore connaît un succès commercial majeur avec le film d'action Charlie et ses drôles de dames, qu'elle produit également et dans lequel elle partage l'affiche avec Cameron Diaz et Lucy Liu dans le rôle du trio d'enquêtrices. Bien que les critiques sont mitigées[68],[69], le film rapporte plus de 264 millions de dollars de recettes, ce qui a permis de contribuer à solidifier la position entre Barrymore et sa société de production[13],[70]. Par la suite, elle tient le rôle principal de la comédie dramatique Écarts de conduite, celui d'une que mère adolescente dans un mariage raté et qui est basé sur l'histoire réelle de l'auteure Beverly Donofrio[6].

Quand la production du thriller de science-fiction Donnie Darko (2001) de Richard Kelly a été menacé, Barrymore a aidé à le financer via sa société de production et tient le rôle du professeur d'anglais du personnage principal[71],[72],[73]. Le film obtient un large accueil critique favorable[74],[75], mais n'est pas un succès au box-office car sorti six semaines après les attentats du 11 septembre. Toutefois, Donnie Darko est devenu par la suite un film culte après la sortie en DVD, inspirant de nombreux sites Web consacrés à démêler les rebondissements et les significations de l'intrigue[73].

Barrymore a joué dans le premier film réalisé par George Clooney, Confessions d'un homme dangereux (2002), basé sur l'autobiographie du producteur de télévision Chuck Barris[76]. Barrymore reprend son rôle de Dylan Sanders dans Charlie's Angels : Les Anges se déchaînent ![6],[70] et a joué avec Ben Stiller dans la comédie Un duplex pour trois.

En 2004, elle partage l'affiche avec Adam Sandler dans la comédie dramatico-romantique Amour et amnésie. Egalement productrice avec Sandler, elle incarne une jeune femme atteinte d'amnésie antérograde qui lui fait oublier au réveil tous les événements survenus la veille, notamment sa relation avec un vétérinaire marin joué par Sandler[77],[78]. Roger Ebert, dans sa critique du film, a fait remarquer que Barrymore faisait preuve d'une « sincérité souriante et timide », dans ce qu'il a décrit comme un film « séduisant et adorable »[79]. Amour et amnésie remporte un succès commercial, avec 196,4 millions de dollars de recettes mondiales[80]. Dans Terrain d'entente, adaptation américaine de 2005 du roman Carton jaune de Nick Hornby et qui avait déjà été adapté au cinéma au Royaume-Uni en 1997, Barrymore a joué l'intérêt amoureux d'un professeur d'école immature (Jimmy Fallon). Le film a rapporté un succès commercial modeste, avec 50 millions de dollars de recettes mondiales et a eu des critiques généralement favorables de la part des critiques qui ont estimé qu'il « a suffisamment de charme et de chimie à l'écran entre [Fallon et Barrymore] pour en faire un succès solide »[81].

 
Lors de la première du film Le Come-back à Londres le 5 février 2007.

En 2007, elle partage l'affiche avec Hugh Grant dans la comédie romantique Le Come-back, qui se concentre sur la relation qui évolue entre une ancienne idole de la musique pop et une jeune femme ayant le don de l'écriture alors qu'ils luttent pour composer une chanson pour une jeune star de la pop. À sa sortie, Le Come-back a reçu des critiques largement positives, avec The Washington Post trouvant les deux acteurs principaux « géniaux ensemble » dedans[82] et est un succès commercial, rapportant 145 millions de dollars américains dans le monde[83],[84].

Dans le film de poker Lucky You de Curtis Hanson (2007), Barrymore a joué une chanteuse en herbe et le sujet des affections d'un joueur talentueux[85],[86]. Dans le film Le Chihuahua de Beverly Hills (2009), elle prête sa voix au personnage principal, un animal de compagnie richement choyé qui se fait prendre au Mexique et doit échapper à un Doberman diabolique.

En 2009, Barrymore a joué dans la comédie d'ensemble Ce que pensent les hommes, qui a reçu des critiques mitigées, en partie à cause de son temps limité à l'écran[87],[88],[89], alors qu'il a rapporté 178 millions de dollars américains dans le monde[90]. La même année, elle prête ses traits à joué Edith Bouvier Beale, la fille d' Edith Ewing Bouvier Beale (Jessica Lange) dans le téléfilm de HBO Grey Gardens, qui est basé sur le film documentaire du même nom de 1975. Le téléfilm a été un énorme succès, remportant cinq Primetime Emmy Awards et deux Golden Globe Awards. Le critique du magazine Rolling Stone Peter Travers a trouvé que Barrymore était une « révélation » dans son rôle[91]. Pour sa prestation, Barrymore a été nominé pour l'Emmy Award de la meilleure actrice principale dans une mini-série ou un téléfilm et a remporté le Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm et le Screen Actors Guild pour la performance exceptionnelle d'une actrice dans une mini-série ou un téléfilm

Barrymore a joué dans son premier film en tant que réalisatrice, Bliss. Il suit une lycéenne (Elliot Page) abandonnant la scène du concours de beauté pour adolescentes et participant à une ligue de roller derby d'Austin[92]. Barrymore a travaillé avec la scénariste Shauna Cross pendant des mois sur des révisions de scénario, la poussant à « éviter les perspectives plus ordonnées de son histoire, pour rendre les choses plus brutes et ouvertes »[93]. Alors que le film a eu un impact limitée au box-office, il a été favorablement accueilli[94],[95] et selon le site Web d'agrégation de revues Rotten Tomatoes, les critiques sont convenus que ses « débuts de réalisatrice ont suffisamment de charme, d'énergie et d'humour bon enfant pour transcender ses nombreux clichés »[96],[97]. Pour ce film, Barrymore a recueilli des nominations pour un cheval de bronze au Festival du film de Stockholm et pour le prix EDA Female Focus à l' Alliance of Women Film Journalists en 2009. Dans Everybody's Fine (2009), Barrymore joue la fille d'un retraité récemment veuf (Robert De Niro)[98]. Le drame n'est pas un succès au box-office[99] mais Stephen Holden du New York Times a considéré Barrymore « aussi ingénue que jamais » dans ce qu'il a décrit comme un « petit rôle »[100],[101].

Diversification et confirmation (depuis 2010)Modifier

En 2010, elle partage la vedette avec son compagnon de l'époque, Justin Long, dans la comédie romantique Trop loin pour toi[102].

Entretemps, elle continue la production en devenant productrice déléguée de plusieurs supports tels que : la série télévisée Charlie's Angels en 2011[103], les télé-réalités Though Love en 2011[104], Knife Light en 2013[105] ou encore les films Happy Camp[106] et Animal, tous deux sortis en 2014[107].

En 2012, elle retourne sous la direction de Ken Kwapis dans le drame familial Miracle en Alaska aux côtés de Kristen Bell et John Krasinski, relatant l'histoire de trois baleines grises de Californie piégées dans la glace arctique en octobre 1988, dont la situation critique est l'occasion d'un véritable mouvement médiatique dans la minuscule ville de l'Alaska[108].

En 2014, elle est l'affiche de la comédie Famille recomposée aux côtés d'Adam Sandler[109], qui est un succès au box-office en engrangeant près de 128 millions de dollars de recettes mondiales[110], malgré des critiques catastrophiques.

L'année d'après, elle renoue avec le cinéma indépendant pour la comédie dramatique Ma meilleure amie réalisé par Catherine Hardwicke, où elle donne la réplique à Toni Collette. Le film obtient de bonnes critiques au moment de sa sortie[111].

En 2016, elle est productrice déléguée de la comédie Célibataire, mode d'emploi de Christian Ditter qui met en vedette le quatuor féminin : Dakota Johnson, Rebel Wilson, Leslie Mann et Alison Brie.

En 2017, elle soigne son retour en devenant l’héroïne de Santa Clarita Diet dans laquelle elle partage la vedette aux côtés de Timothy Olyphant. Dans cette série qui mélange horreur et comédie, elle incarne une mère de famille, exerçant la profession d’agent immobilier aux côtés de son mari, qui se transforme en mort vivant assoiffée de sang. La série est rapidement renouvelée pour une seconde saison face à l'engouement qu'elle suscite auprès du public et de la presse[112].

En 2019, en dépit de critiques positives[113], elle est arrêtée à l'issue de la saison trois[114]. La même année, elle participe à la production d’une nouvelle version cinématographique de Charlie's Angels qui est cette fois-ci réalisée par Elizabeth Banks.

En 2020, elle est à l'affiche du film Le Beau Rôle, réalisé par Jamie Babbit[115], qui devait être initialement présenté au Festival de Tribeca en avril de la même année mais a été annulé en raison de la pandémie de Covid-19[116],[117]. Depuis le , elle anime et produit le talk-show télévisé diffusé en syndication, The Drew Barrymore Show[118], qui connaît actuellement une troisième saison[119].

Vie privéeModifier

Drew Barrymore est bisexuelle, et a déclaré qu'« une femme et une femme sont belles comme le sont un homme et une femme »[120].

Elle a été mariée au barman Jeremy Thomas du 20 mars au , elle est sortie avec Edward Norton en 1999, elle s'est remariée au comédien Tom Green du au (Green a demandé le divorce en décembre 2001).

De 2002 à 2006, elle a vécu avec Fabrizio Moretti, le batteur de The Strokes[6],[121].

En 2007, elle vit avec l'acteur Justin Long dont elle se sépare un an plus tard. En août 2010, l'actrice annonce officiellement leur rupture définitive sur le tournage de leur film en commun Trop loin pour toi.

Le , elle se marie avec le consultant en art Will Kopelman[8]. Ils ont deux filles, Olive Barrymore Kopelman née le 26 septembre 2012, et Frankie Barrymore Kopelman, née le 22 avril 2014. Les médias américains ont annoncé leur divorce le 2 avril 2016, qui serait justifié par un désaccord concernant leur lieu de vie, Drew Barrymore souhaitant s'installer à Los Angeles tandis que son mari préférait rester à New York[122].

Elle est également la marraine de Frances Bean Cobain, la fille de Kurt Cobain et Courtney Love.

Vie publiqueModifier

 
Avec Condoleezza Rice, en tant qu'ambassadrice contre la faim pour le World Food Programme de l'ONU.

En mai 2007, l'actrice est nommée ambassadrice contre la faim pour le Programme alimentaire mondial, organisme de l'ONU[123],[124] et fait un don d'un million de dollars[125].

Ayant le goût pour la photographie, elle fait des photos pour des magazines et espère exposer ses œuvres un jour dans une galerie[126].

« Depuis dix ans, je trimbale un Pentax partout avec moi. J’ai pris des milliers de photos. Mes amis, mes voyages, mes soirées… tout est en bobine. Je suis enfin en train de les archiver. Mon rêve ? Exposer dans une galerie. »

— Drew Barrymore, Elle, août 2010.

Quand elle ne tourne pas pour le cinéma et la télévision, elle devient la porte-parole et modèle des cosmétiques CoverGirl (en)[127], est numéro un des 100 Beautiful People du magazine People[128], devient la nouvelle tête de la ligne de bijoux de Gucci[129],[130] la même année.

FilmographieModifier

Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la filmographie de Drew Barrymore sur l'Internet Movie Database[131]

Comme actriceModifier

CinémaModifier

Années 1980Modifier
Années 1990Modifier
Années 2000Modifier
Années 2010Modifier
Années 2020Modifier

TélévisionModifier

TéléfilmsModifier
Séries téléviséesModifier

Drew Barrymore a également participé à dix épisodes de l'émission de variétés à sketches humoristique Saturday Night Live entre 1982 à 2018, six fois comme hôte hebdomadaire et cinq fois comme invitée en caméo non créditée au générique[133].

Comme productriceModifier

ProductriceModifier

Productrice déléguéeModifier

Comme réalisatriceModifier

RémunérationsModifier

Année Film Cachet
2007 Le Come-Back 15 000 000 $
2003 Charlie's Angels : Les Anges se déchaînent ! 16 000 000 $
2001 Donnie Darko 500 000 $
2000 Charlie et ses drôles de dames 9 000 000 $
1998 À tout jamais 3 000 000 $
1995 De l'amour à la folie 1 500 000 $

DistinctionsModifier

Note : Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par Drew Barrymore. Pour une liste plus complète, se référer au site IMDb[134].

Au cours de sa carrière, elle a été récompensée plus d'une trentaine de fois et fut nommée près de soixante fois à diverses récompenses telles que les Golden Globes, les Emmy Awards et les MTV Movie Awards depuis 1982[135].

 
Drew Barrymore obtient son étoile sur le Hollywood Walk of Fame le .

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voix francophonesModifier

Dans les versions françaises, Laura Préjean est la voix régulière de Drew Barrymore depuis Charlie et ses drôles de dames en 2000[136]. La comédienne l'a également doublée notamment sur la suite de Charlie et ses drôles de dames (2004), Amour et amnésie (2004), le téléfilm Grey Gardens (2009) et la série Santa Clarita Diet (2017-2019)[136]. En alternance avec Laura Préjean, Virginie Ledieu, qui a commencé doubler l'actrice à partir de Scream (1996), prête sa voix notamment sur Wedding Singer : Demain on se marie! (1998), Donnie Darko (2001) et Ce que pensent les hommes (2009)[136]. Coraly Zahonero l'a doublée à quatre reprises notamment sur Avec ou sans hommes (1996) et Le Come-Back (2007), tandis que Julie Dumas et Dominique Léandri l'ont doublée chacune à deux reprises, la première sur Tout le monde dit I Love You (1995) et Best Men (1998)[137] et sur Confessions d'un homme dangereux (2002) et Un duplex pour trois (2004)[136].

Au Québec, Aline Pinsonneault double régulièrement Drew Barrymore à partir de Pas besoin d'hommes (1995)[138], mais aussi notamment sur Match Parfait (2005), Couple et Couplets (2006), Tout va bien (2009) et Irremplaçable (2015)[138]. Auparavant, Christine Bellier l'a doublée notamment sur Frissons (1996), Le Chanteur de noces (1998), À tout jamais (1998) et Confessions d'un homme dangereux (2002)[138].

Culture populaireModifier

Dans la série Insatiable de Netflix, Patty et Nonnie, interprétées par Debby Ryan et Kimmy Shields sont fans de l’actrice.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. (en-US) « Actor John D. Barrymore dies at 72 », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Drew Barrymore, Wildflower, New York, Dutton, (ISBN 9781101983799, OCLC 904421431, lire en ligne), 203
  4. (en) « Barrymore, Jaid (1946) », sur encyclopedia.com (consulté le )
  5. (en) « Actor Barrymore attacked at home », BBC, Londres,‎ 6 mai 2002 (lire en ligne, consulté le )
  6. a b c d e f g h i et j (en) « Drew Barrymore Profile », sur Hello (consulté le ).
  7. Stein Hoffman, Carol. The Barrymores: Hollywood's First Family. University Press of Kentucky, 2001. (ISBN 0-8131-2213-9)
  8. a b c et d (en) « Drew Barrymore Biography », sur People (consulté le ).
  9. « The Costello Family »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), BarrymoreFamily.com
  10. « The Drew Family »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), BarrymoreFamily.com
  11. (en) « Drew Barrymore interview » [archive du ]  , sur The Daily Telegraph (consulté le ).
  12. Barrymore 2015, p. 103
  13. a b c d e f et g Épisode Drew Barrymore, 910e épisode de la neuvième saison de la série Inside the Actors Studio. Diffusé pour la première fois le June 22, 2003 sur le réseau Bravo. Visionner l'épisode en ligne
  14. Ali Trachta, « Q & A With Drew Barrymore: L.A. Cravings, Dying Art Forms & Barrymore Wines » [archive du ], LA Weekly, (consulté le )
  15. « Drew Barrymore admits to suffering 'freak outs' over her long-distance relationship with Justin Long », sur Daily Mirror, (consulté le )
  16. « Drew Barrymore seeks advice from 'godfather' Spielberg » [archive du ], sur The Times of India (consulté le )
  17. a et b Louise Mooney Collins et Geri J. Speace, Newsmakers, The People Behind Today's Headlines, New York, Gale Research Inc., , 28–31 (ISBN 0-8103-5745-3, lire en ligne)
  18. Barrymore 2015, p. 2; 7
  19. Barrymore 2015, p. 156
  20. (en) Simon Hattenstone, « Drew Barrymore: 'My mother locked me up in an institution at 13. Boo hoo! I needed it' », sur The Guardian, (consulté le )
  21.  E.T. the Extra-Terrestrial: The 20th Anniversary Celebration [DVD] () Universal, directed by Laurent Bouzereau.
  22. « 4th Annual Youth in Film Awards » [archive du ], sur YoungArtistAwards.org (consulté le )
  23. a et b « Drew Barrymore » [archive du ], Golden Globes (consulté le )
  24. Roger Ebert, « Irreconciable Differences film review » [archive du ], RogerEbert.com, (consulté le )
  25. « Cat's Eye », sur Rotten Tomatoes
  26. Vincent Canby, « Review/Film; The Jumbling of Households in 'See You' », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  27. Uncle Scoopy et Greg Wroblewski, « Far From Home (1989) from Tuna and Johnny Web », Scoopy.net
  28. Owen Gleiberman, « Poison Ivy Review », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Marc Bernardin, « Lethal Ladies: 26 Best Big-Screen Bad Girls », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  30. Bronwen Hruska, « Summer Sneaks Drew, We Hardly Knew Ye The littlest Barrymore finally seems back on track in solid film roles. Though she's already lived several lives, her future looks bright. After all, she's only 20. », Los Angeles Times,‎ , p. 5
  31. Todd McCarthy, « Review: 'Guncrazy' », Variety,‎ (lire en ligne)
  32. Richard Harrington, « 'No Place to Hide' (R) »,
  33. « No Place to Hide », sur Box Office Mojo
  34. « Doppelganger (1993) », sur Rotten Tomatoes
  35. Roger Ebert, « Bad Girls », rogerebert.com
  36. Belinda Luscombe, « Ms. Barrymore, Super Groupie », Time,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  37. Christopher John Farley, « Low Voltage, High Power », Time,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  38. Épisode Drew Barrymore de la série E! True Hollywood Story. Diffusé pour la première fois le November 28, 2007 sur le réseau E!.
  39. Amy M. Spindler, « Trash Fash », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. Brian Lowry, « Boys on the Side », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. (en-US) « Boys on the Side (1995) », sur Box Office Mojo, IMDbPro (consulté le ).
  42. « Avec ou sans hommes (Boys on the Side, 1995) », sur Jp's Box-office (consulté le ).
  43. « Boys on the Side », sur Rotten Tomatoes
  44. Peter Travers, « Batman Forever », Rolling Stone,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  45.  Batman Forever [DVD] (Warner Bros..
  46. Diana Rico (October 31, 2001). E! A True Hollywood Story: Scream. E! (Television Production)
  47. « Scream », sur Rotten Tomatoes
  48. « Scream (1996) », sur Box Office Mojo, (consulté le )
  49. Almar Haflidason, « Scream », BBC, (consulté le )
  50. Ben Brantley, « The Wedding Singer », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Leonard Klady, « The Wedding Singer », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. « The Wedding Singer (1998) », sur Box Office Mojo, (consulté le )
  53. Glenn Lovell, « Home Fries », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. « Ever After: A Cinderella Story (1998) - Box Office Mojo », sur boxofficemojo.com
  55. Roger Ebert, « Ever After », RogerEbert.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « Drew Barrymore Emmy Award Winner », Emmys.com (consulté le )
  57. Borys Kit, « Flower grows into Warner Bros. pact » [archive du ], Roger Ebert.com, (consulté le )
  58. « Review: Barrymore shines in 'Never Been Kissed' - April 8, 1999 », CNN
  59. Roger Ebert, « Never Been Kissed Review », sur Chicago Sun-Times, Roger Ebert.com, (consulté le )
  60. (en) « Never Been Kissed », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  61. Juno Kelly, « CULT FILM 'NEVER BEEN KISSED' TURNS 20 », sur LOVE,
  62. « 'Never Been Kissed' turns 20 », sur Channel 3000,
  63. « CLASSIC ROMANTIC MOMENT OF THE MONTH: 'NEVER BEEN KISSED' AND THE BEST FIRST KISS », sur The Silver Petticoat Review,
  64. « 'Never Been Kissed' turns 20 », www.kxly.com,‎ (lire en ligne)
  65. Lisa Respers France, « 'Never Been Kissed' turns 20 », Houston Style Magazine,‎ (lire en ligne)
  66. Lizet Chavez, « Drew Barrymore Reprised 'Never Been Kissed' 90s Romcom Role for 'Drew's News' », vacancy-mag.com,‎ (lire en ligne)
  67. Lexie Cartwright, « Why former 'It' girl left Hollywood », The Daily Examiner,‎ (lire en ligne)
  68. « Charlie's Angels (2000) », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  69. « Charlie's Angels », sur Metacritic (consulté le )
  70. a et b (en) « Drew Barrymore Biography – Page 2 » [archive du ], sur people.com (consulté le ).
  71. (en) Alan Siegel, « It’s a Mad World: The ‘Donnie Darko’ Oral History », sur The Ringer, (consulté le ).
  72. (en) Jason Korsner, « Interview : Richard Kelly », (consulté le )
  73. a et b (en) Mike Snider, « 'Darko' takes a long, strange trip », sur USA Today, (consulté le ).
  74. « Donnie Darko (2001) », sur Rotten Tomatoes, Fandango (consulté le )
  75. « Donnie Darko Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  76. Peter Travers, « Confessions of a Dangerous Mind », Rolling Stone,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  77. Nev Pierce, « 50 First Dates », BBC, (consulté le )
  78. « Drew Barrymore hits milestone of 30 », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. Roger Ebert, « Review: 50 First Dates », Roger Ebert.com, (consulté le )
  80. « 50 First Dates (2004) - Box Office Mojo », sur boxofficemojo.com
  81. « Fever Pitch », sur Rotten Tomatoes
  82. « 'Music and Lyrics': Work Is What Makes Life Hum », sur The Washington Post (consulté le )
  83. « Music and Lyrics », sur Rotten Tomatoes
  84. « Music and Lyrics (2007) », sur Box Office Mojo, (consulté le )
  85. Lisa Schwarzbaum, « Music and Lyrics », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. Brian Lowry, « Lucky You », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  87. Mick LaSalle, San Francisco Chronicle, « Movie review: 'He's Just Not That Into You' », sur San Francisco Chronicle, (consulté le )
  88. Manohla Dargis, « Scarlett Johansson and Jennifer Connelly as Women Stuck in the Dating Game », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  89. John Anderson, « He's Just Not That Into You », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  90. « He's Just Not That Into You (2009) », sur Box Office Mojo (consulté le )
  91. Peter Travers, « Grey Gardens », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le )
  92. Laura Vess, « Roller Girl Fantasies in Drew Barrymore's 'Whip It' », SheWired.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  93. Michael Almereyda, « Stepping Into the Skates of the Director », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  94. « Whip It Reviews », Metacritic (consulté le )
  95. « 'Whip It' didn't need to get whipped at box office | Company Town », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  96. « Whip It (2009) », sur rottentomatoes.com
  97. Rene Rodriguez, « Review: Whip It », sur The Miami Herald, (consulté le )
  98. S.G. Ash, Fabulous Facts: An Engaging Q & A Celebrating The Extraordinary, Quirky, Queer Community, BookBaby, (ISBN 9781623098926, lire en ligne)
  99. « Everybody's Fine (2009) - Box Office Mojo », sur boxofficemojo.com
  100. « Weekend Report: 'Blind Side' Tackles Post-Thanksgiving Blahs », sur Box Office Mojo, (consulté le )
  101. Stephen Holden, « De Niro Packs His Suitcase, Heading to Geezer Territory », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  102. Trop Loin Pour Toi film sur imbd.com.
  103. Drew Barrymore productrice exécutive de la série télé Charlie's Angels sur imbd.com.
  104. Drew Barrymore productrice exécutive de la télé réalité Though Love sur imbd.com.
  105. Drew Barrymore productrice exécutive de la télé réalité Knife Life sur imbd.com.
  106. Drew Barrymore productrice exécutive du film Happy Camp sur imbd.com.
  107. Drew Barrymore productrice exécutive du film Animal sur imbd.com.
  108. Miracle en Alaska sur imbd.com.
  109. Blended sur imbd.com.
  110. Recettes du film Blended sur le site Mojo.
  111. (en) « Miss You Already », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  112. « Le retour en forme de Santa Clarita Diet dans une saison 2 appétissante », sur AlloCiné,
  113. « Pas de saison 4 pour «Santa Clarita Diet», Netflix annule la série », sur Yahoo,
  114. Emmanuel Ghesquier, « Santa Clarita Diet sur Netflix : pas de saison 4 pour Sheila et Joel », sur Presse Citron,
  115. Dave McNary, « Drew Barrymore to Play Dual Roles in Romantic Comedy 'The Stand-In' », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  116. Jill Goldsmith, « Tribeca Sets Feature Lineup Of Films For 2020 Fest », sur Deadline Hollywood, (consulté le )
  117. Tribly Beresford et Hilary Lewis, « Tribeca Film Festival Postponed Amid Coronavirus Fears », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  118. Jenna Ryu, « Promo for Drew Barrymore's new daytime show features interview with her younger self, and it's 'magic' », sur USA Today, (consulté le )
  119. (en) « 'Drew Barrymore Show' Renewed for Third Season, Gets New Format », sur The Hollywood Reporter,
  120. (en) When hello really means bi for now
  121. Nicholas White, « Drew Barrymore Says She's Loving Single Life », sur People, (consulté le )
  122. Prisma Média, « Drew Barrymore divorce pour la troisième fois - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  123. « Actress Drew Barrymore becomes advocate for UN World Food Programme », un.org, UN News Centre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  124. (en) « Drew Barrymore Becomes WFP Ambassador », FOX News, (consulté le ).
  125. « Actress Drew Barrymore donates $1 million to UN anti-hunger programme », sur un.org, UN News Centre, (consulté le ).
  126. « Drew Barrymore : Les amours à distance c'est l'histoire de ma vie ! », Elle,‎ (lire en ligne, consulté le ) (fr).
  127. Samantha Critchell, « Drew Barrymore Is Newest Covergirl Model », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  128. « Most Beautiful People 2007 », People (consulté le ).
  129. Ruth La Ferla, « A Glossy Rehab for Tattered Careers », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  130. « Drew Barrymore Goes Bling », MTV, (consulté le ).
  131. Filmographie de Drew Barrymore sur Internet Movie Database
  132. (en) Michael Schneider, « Watch Homer Go Down a Conspiracy Hole as 'The Simpsons' Season 34 Opener Pays Homage to 'Don't F**k with Cats' (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le )
  133. (en) « SNL Archives - Guests : Drew Barrymore », sur snlarchives.net (consulté le ).
  134. (en) « Drew Barrymore - Awards », sur IMDb
  135. https://akas.imdb.com/name/nm0000106/awards
  136. a b c et d « Comédiennes ayant doublées Drew Barrymore en France », sur AlloDoublage, (consulté le ).
  137. « Comédiennes ayant doublées Drew Barrymore en France », sur RS Doublage (consulté le ).
  138. a b et c « Comédiennes ayant doublées Drew Barrymore au Québec », sur doublage.qc.ca (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :