Ouvrir le menu principal

Boeing 737 MAX

Avion de ligne des années 2010
Article principal : Boeing 737.

Boeing 737 MAX
Un Boeing 737 MAX 8 en approche finale.
Un Boeing 737 MAX 8 en approche finale.

Rôle Avion de ligne moyen-porteur
Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing Commercial Airplanes
Statut Suspendu, réduction de la production.
Premier vol 29 janvier 2016
Mise en service 22 mai 2017
Premier client Malindo Air
Coût unitaire 737-7 : 85,1 M$[1]
737-8 : 103,7 M$[1]
737-9 : 109,9 M$[1]
Commandes 5 012, en février 2019[2]
Livraisons 376, en février 2019[2]
Dérivé de Boeing 737 Next Generation

Le Boeing 737 Max est la quatrième génération de la famille d'avions 737 construite par Boeing Commercial Airplanes, basée sur le 737 Next Generation, qu'elle doit remplacer. La principale modification est l'implantation de moteurs CFM International LEAP-1B, plus gros et plus efficaces. D'autres concernent la cellule et les commandes de vol. Le premier vol du 737 Max a lieu le 13 avril 2017[3], 50 ans après le premier vol du 737. En octobre 2014, Boeing avait reçu un total de 2 326 commandes fermes pour le 737 MAX[4]. Pour des raisons techniques directement liées aux moteurs, Boeing a suspendu ses vols d'essai, prévoyant même des retards de livraisons[5]. Elle livre toutefois, le 16 mai 2017, le tout premier exemplaire à la compagnie malaisienne Malindo Air, avec un seul jour de retard par rapport au calendrier initial[6].

En mars 2019, après deux crashs successifs peu après le décollage n'ayant laissé aucun survivant, celui du Vol 610 Lion Air le 29 octobre 2018 et celui du Vol 302 Ethiopian Airlines le 10 mars 2019 dans lesquels une activation intempestive du Maneuvering Characteristics Augmentation System (MCAS) (un système spécifique aux 737 Max) serait en cause[7], les 737 Max sont interdits de vol jusqu'à nouvel ordre par la quasi totalité des compagnies aériennes et des autorités nationales ou internationales, ce qui est un cas sans précédent par son ampleur[8].

Sommaire

DéveloppementModifier

 
Présentation du premier 737 MAX le 8 décembre 2015.

Depuis 2006, Boeing parle de remplacer le 737 avec une conception totalement repensée (nommée en interne « Boeing Y1 ») qui pourrait être basée sur celle du Boeing 787 Dreamliner[9]. Une décision sur ce remplacement a été reportée, et retardée en 2011[10]. En novembre 2014, il a été signalé que Boeing a l'intention de remplacer le 737 d'ici 2030 avec un nouvel avion, éventuellement avec un fuselage composite[11].

En 2010, Airbus a lancé l'A320Neo avec de nouveaux moteurs pour améliorer la consommation de carburant et l'efficacité opérationnelle. La mise en service de l'A320Neo initialement prévue pour la mi-2016 a été avancée à octobre 2015[12]. Cette décision a été accueillie de manière positive par de nombreuses compagnies aériennes, qui ont commencé à faire d'importantes commandes pour ces avions améliorés[13],[14],[11]. La pression exercée par les compagnies aériennes pour plus d'appareils moins énergivores a poussé Boeing à poursuivre l'amélioration du 737 avec de nouveaux moteurs plutôt que se lancer dans la nouvelle conception du Boeing Y1[15]. Le 30 août 2011, le conseil d'administration de la société a approuvé le projet 737 MAX. Boeing prédit que le 737 MAX offrira une consommation de carburant inférieure de 16 % par rapport à l'A320 actuel d'Airbus, et de 4 % par rapport à l'Airbus A320neo[16]. Boeing attend le 737 MAX pour atteindre ou dépasser l'Airbus A320neo[17].

Il existe trois variantes principales de la nouvelle famille, le 737 MAX 7, 737 MAX 8 et 737 MAX 9 qui sont fondées respectivement sur les 737-700, -800 et -900ER[18], les versions les plus vendues de la famille 737 Next Generation[19]. Boeing a déclaré que les trois premières versions du 737 MAX conserveront les longueurs de fuselage et la configuration des portes des Boeing 737 précédents. Le 23 juillet 2013, Boeing a annoncé avoir terminé la configuration définitive du 737 MAX 8[20].

En décembre 2013, Boeing a déclaré qu'un récent audit interne prévoit une consommation de carburant inférieure de 14 % à celle des avions actuels de la série 737NG[21]. En septembre 2014, Boeing a lancé une version à haute densité du 737 MAX 8, nommé 737 MAX 200. Le MAX 200 est prévu pour accueillir jusqu'à 200 passagers dans une configuration à classe unique de haute densité avec des sièges extra-plats. Une porte de sortie supplémentaire est nécessaire en raison de la plus grande capacité en passagers. Trois des huit chariots d'office[22] sont enlevés pour pouvoir installer plus de sièges. Boeing précise que cette version sera 20 % plus rentable par siège que les modèles 737 actuels, et sera le mono-couloir le plus efficace sur le marché dès sa livraison. Ses coûts d'exploitation devraient être de 5 % inférieurs à ceux du 737 MAX 8[23]. Boeing a augmenté la production du 737 à 42 par mois en 2014, et prévoit d'augmenter à 47 par mois en 2017 et 52 par mois en 2018[24],[25].

Lors du salon du Bourget de juin 2017, Boeing annonce le lancement d'une version plus grande que le 737 MAX 9, le 737 MAX 10[26]. Ce nouvel appareil est capable d'embarquer 230 passagers en classe unique (contre 230 pour l'A321NEO ou 240 avec une cabine Cabin Flex) sur une distance de 5 960 km. Plus de 15 clients ont commandé plus de 350 737 MAX 10[27],[28].

VersionsModifier

CaractéristiquesModifier

Caractéristiques du Boeing 737 MAX[29]
737 MAX 7 737 MAX 8 737 MAX 9 737 MAX 10
Passagers 126 (2 classes) 162 (2 classes)

200 (version MAX 200, 1 classe)

180 (2 classes) 189 (2 classes)

230 (1 classe)

Longueur totale 33,6 m 39,5 m 42,1 m 43,8 m
Envergure 35,9 m
Hauteur totale 12,3 m
Vitesse de croisière Mach 0,79 (842 km/h)
Masse maximale au décollage 72 303 kg 82 191 kg 88 314 kg
Autonomie à pleine charge 3 800 NM (7 038 km) 3 620 NM (6 704 km) 3 595 NM (6 658 km) 3 215 NM (5 960 km)
Moteurs (× 2) CFM International LEAP-1B
Diamètre de la soufflante 1,76 m

Sources : caractéristiques du Boeing 737[30],[31]

CommandesModifier

Accidents et incidentsModifier

Le 28 octobre 2018, lors d'un vol entre Bali et Jakarta, un équipage de la compagnie Lion Air a rencontré un problème similaire à celui du vol 610 qui s'est abîmé en mer le lendemain. Un pilote, non en service et qui avait pris place dans le cockpit, faute de siège disponible en cabine, a cependant correctement diagnostiqué le problème, et a expliqué à l'équipage la marche à suivre pour désactiver le système de contrôle de vol défectueux, et reprendre le contrôle de l'appareil[32].

Article détaillé : Vol 610 Lion Air.

Le 29 octobre 2018, un Boeing 737-MAX 8 (immatriculé PK-LQP) opérant le vol 610 Lion Air, de l'aéroport international Soekarno-Hatta vers l'aéroport Depati Amir, s'abîme en mer de Java 13 minutes après le décollage[33]. Il y avait 181 passagers et 8 membres d’équipage présents à bord. L'avion avait été livré à la compagnie deux mois auparavant, le 13 août 2018[34].

Avec cet accident, des inspecteurs de la FAA se sont rendu compte du fait que Boeing a choisi de rendre optionnel et payant le signal d’alerte lumineux, après la demande de réactivation effectuée par Southwest[35].

Article détaillé : Vol 302 Ethiopian Airlines.
 
En rouge, pays ayant prononcé une suspension de vol, en jaune, pays où des compagnies aériennes ont choisi de suspendre les vols.

Le 10 mars 2019, un Boeing 737-MAX 8 (immatriculé ET-AVJ) de la compagnie Ethiopian Airlines à destination de l'aéroport de Nairobi (vol ET302), s’écrase 6 minutes après avoir décollé de l'aéroport d'Addis-Abeba Bole. Il y avait 149 passagers et 8 membres d'équipage présents à bord. L'avion avait été livré à la compagnie quatre mois auparavant, le 30 octobre 2018, soit le lendemain du crash du B737-MAX 8 de Lion Air.

Suspension de volModifier

À la suite de ce deuxième accident en quelques mois et compte tenu des similitudes entre les deux événements, l'Aviation civile chinoise, suivie de peu par l'Indonésie, décide le 11 mars 2019, d'interdire les vols de cet appareil pour toutes les compagnies aériennes chinoises. Selon des pilotes, l'origine des accidents pourrait être de fausses informations des capteurs d'incidence[36].

En date du 12 mars 2019, plusieurs pays se sont ajoutés à la liste. L'Australie, la Corée du Sud, l'Inde, Singapour, la Malaisie, la Mongolie, Oman, la Turquie, la Norvège, la Suisse et les membres de l'Union Européenne, via l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA)[37], ont interdit le survol par le Boeing 737-MAX 8 de leur espace aérien[38].

L'EASA a indiqué suspendre le 12 mars 2019 à partir de 19h UTC[39] tous les vols de ces appareils, qu'ils soient à destination, au départ ou à l'intérieur de l'Union européenne, que les opérateurs soient européens ou issus de pays tiers[40]. Avant cette annonce, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la France, l'Italie, l'Irlande, les Pays-Bas, la Pologne et le Royaume-Uni avaient également décidé une interdiction temporaire de ses vols. Le 13 mars 2019, les vols de cet appareil au Canada sont également interdits. Au cours de la même journée, les États-Unis ont fait volte-face sur leur décision. Le président Trump a mentionné, lors d'une conférence de presse, que tous les vols des Boeing 737 Max 8 seront interdits jusqu'à nouvel ordre[41]. Le 24 avril, Boeing estimait que le coût de l'immobilisation des Boeing 737-MAX 8 à travers le monde s'élevait déjà à un milliard de dollars[42]. En juillet 2019, le coût pour Boeing est estimé à 8 milliards de dollars[43].

Causes des accidentsModifier

Selon le journaliste français Michel Polacco, les deux crashs du vol 610 Lion Air et du vol ET302 ont une cause similaire. Pour le développement de la 4e génération du Boeing 737, un avion qui date de 50 ans, entièrement analogique avec des commandes de vol mécano-hydrauliques, Boeing a décidé d'installer de nouveaux moteurs LEAP. En raison de la configuration des ailes de l'avion trop basses, il a été décidé d'avancer la position des moteurs sous les ailes, ce qui a créé des conditions aérodynamiques défavorables. Il a été également nécessaire de rehausser le train d’atterrissage avant pour relever l'angle[Lequel ?], afin que les nouveaux moteurs ne touchent pas le sol, le tout sans autres modifications majeures. Les vols de test se sont cependant révélés très inquiétants et ont dû être interrompus. En particulier, lors des phases de décollage, l'avion se cabrait parfois trop lorsque les volets étaient rentrés, en raison des problèmes aérodynamiques. Dans un contexte de retard dans le développement de l'avion, il a été décidé d'opter pour un correctif numérique pour pallier ces problèmes. Boeing a donc développé un système, nommé MCAS, basé sur les informations des capteurs d'incidence de l'aile de l'avion par rapport à la trajectoire et qui modifie le plan fixe (gouverne de profondeur) et met l'avion en piqué pour éviter un décrochage.

Il apparait que le MCAS n'utilise qu'un seul des 2 capteurs d'incidence présents sur l'avion, ce qui le rend particulièrement vulnérable à une panne de ce capteur. C'est le défaut de cette sonde qui est à l'origine des deux crashs. D'autre part, le MCAS a une action répétitive et il prend le pas sur toute manœuvre effectuée par un pilote qui tenterait de redresser l'avion en pilotage manuel, ce qui augmente considérablement la criticité de la situation. Le pilote a alors très peu de temps pour réagir de manière adéquate. Une procédure existe pour ce genre de situation [44]. Cette procédure est une procédure d'urgence, qui doit être mémorisée par le pilote. Mais l'action répétée et intense du MCAS, le moment où celui-ci se déclenche (juste après la phase de décollage, lorsque les volets sont rentrés), rendent la situation extrêmement difficile à gérer et immédiatement critique, même en appliquant la procédure, ce qu'ont pourtant fait les pilotes d'Ethiopian Airlines [45]

D'autre part, certains pilotes, représentés par Daniel Carey, président du syndicat des pilotes américains, estiment qu'ils n'ont pas été formés/informés correctement par Boeing sur la présence du MCAS et des conséquences d'une défaillance de celui-ci [46]. La formation prodiguée par Boeing sur le 737 max pour un pilote déjà certifié sur 737 est d'une simple heure sur Ipad.

Le processus de certification même du système suscite des questions[47].

Pour l'avocat Ralph Nader, défenseur des droits des consommateurs américains ayant perdu sa nièce dans le crash d'Ethiopian Airlines, le problème du 737 MAX réside dans sa conception : Boeing aurait voulu, selon lui, placer rapidement de nouveaux moteurs « trop lourds pour le fuselage », ce qui aurait modifié son centre de gravité et le rendrait davantage susceptible de décrocher. Pour cette raison, il a été accompagné d'un système anti-décrochage destiné à réduire ce déséquilibre. L'avion aurait été « instable dès sa conception »[48].

Processus de certificationModifier

Le 17 mars 2019 un article du The Seattle Times met en cause le processus de certification de l'avion par la Federal Aviation Administration (FAA). Selon le quotidien il apparaîtrait qu'au fil du temps, devant la complexification des systèmes informatiques embarqués, la FAA aurait délégué de plus en plus de procédures à Boeing. La pression résultant du besoin de commercialisation rapide de l'appareil aurait en outre conduit la FAA à approuver trop rapidement les tests menés par les ingénieurs de Boeing. L'article note en outre que le MCAS se contente d'exploiter une seule des deux sondes mesurant l'angle d'incidence de l'avion et laisse donc le système vulnérable en cas de défaillance de cette sonde[49]. Des ingénieurs retraités de Boeing critiquent également le fait que Boeing ait continué à utiliser une cellule d'avion dont la conception est vieille de plus de cinquante ans pour y greffer des moteurs de dernière génération, ce qui semble avoir été motivé par le désir de réaliser des profits à court terme[50]. Des agents de la FAA ont établi qu'après l'accident de Lion Air du 29 octobre 2018, Boeing a désactivé le signal d'alerte lumineux de dysfonctionnement du MCAS pour le rendre optionnel et payant sur les avions destinés à la compagnie américaine Southwest qu'ils devaient certifier. Boeing a par la suite indiqué que ce signal d’alerte de dysfonctionnement des sondes d'incidence serait une fonctionnalité de base et gratuite pour tous les clients[35].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Boeing, « Boeing: Jet Prices », sur boeing.com (consulté le 21 septembre 2013)
  2. a et b (en) « 737 Model Summary », sur active.boeing.com, (consulté le 13 mars 2019).
  3. « Vol inaugural réussi pour le Boeing 737 MAX 9 », sur Les Echos,
  4. (en) Boeing, « Orders and Deliveries », sur active.boeing.com, (consulté le 24 novembre 2014)
  5. « Boeing suspend les vols d'essai du 737 MAX », sur Les Echos,
  6. François Duclos, « Le tout premier Boeing 737 MAX 8 livré à Malindo Air », Air Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2017)
  7. LUC OLINGA AVEC VIRGINIE MONTET À WASHINGTON et CHRIS STEIN À ADDIS-ABEBA, « Éthiopie: les boîtes noires montrent des «similarités» avec l'écrasement de Lion Air », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2019)
  8. « Boeing 737 Max 8 cloués au sol pour motifs techniques: un cas sans précédent par son ampleur », sur bfmtv.com,
  9. (en) « Boeing firms up 737 replacement studies by appointing team » (consulté le 4 octobre 2015)
  10. (en) « 737 decision may slip to 2011: Credit Suisse | Shipping Excess Baggage », sur shipping-excess-baggage.com (consulté le 4 octobre 2015)
  11. a et b (en) « End Of The 737 By 2030? - AVweb flash Article », sur www.avweb.com (consulté le 4 octobre 2015)
  12. (en) « A320neo entry advances to 2015 with PW as lead engine » (consulté le 4 octobre 2015)
  13. (en) « Airbus launches A320neo | Australian Aviation », sur australianaviation.com.au (consulté le 4 octobre 2015)
  14. (en) « Airbus wins record $18 billion order from AirAsia », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2015)
  15. (en) « Caution welcomed: Boeing's 737 Max » (consulté le 4 octobre 2015)
  16. (en) « Boeing Launches 737 New Engine Family with Commitments for 496 Airplanes from Five Airlines - Aug 30, 2011 », sur boeing.mediaroom.com (consulté le 4 octobre 2015)
  17. (en) « Boeing says 737 Max to meet or exceed A320neo range » (consulté le 4 octobre 2015)
  18. (en) « Boeing designates 737 MAX family » (consulté le 4 octobre 2015)
  19. « Commandes et livraisons des 737 »
  20. (en) « Boeing Completes 737 MAX 8 Firm Configuration - Jul 23, 2013 », sur boeing.mediaroom.com (consulté le 4 octobre 2015)
  21. (en) Guy Norris, « MAXimizing performance », Aviation Week and Space Technology,‎ , p. 36-37
  22. « UPDATE 5-Ryanair buys 100 Boeing 737 MAX jets, sees fare price war », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2015)
  23. (en) « Boeing Launches 737 MAX 200 with Ryanair - Sep 8, 2014 », sur boeing.mediaroom.com (consulté le 4 octobre 2015)
  24. (en) « Boeing to Increase 737 Production Rate to 52 per Month in 2018 - Oct 2, 2014 », sur boeing.mediaroom.com (consulté le 4 octobre 2015)
  25. (en) « 737 derailment probe 'suggests' track alignment issue » (consulté le 4 octobre 2015)
  26. BFM BUSINESS, « Boeing lance son 737 MAX 10 », sur BFM BUSINESS (consulté le 6 septembre 2017)
  27. « Bourget 2017 : Le Boeing 737 MAX 10 affiche 15 clients et plus de 350 ventes - Air&Cosmos - Premier Site Francophone d'Actualité Aéronautique et Spatiale », Air & Cosmos (consulté le 22 juin 2017)
  28. « Bourget 2017 : Boeing lance le 737 MAX 10 avec plus de 240 ventes - Air&Cosmos - Premier Site Francophone d'Actualité Aéronautique et Spatiale », Air & Cosmos (consulté le 22 juin 2017)
  29. (en) « Boeing: 737 MAX », sur www.boeing.com (consulté le 11 mai 2016)
  30. Boeing 737 Technical Information, Boeing Commercial Airplanes.
  31. Flight, Boeing Defines the 737 MAX
  32. (en-US) « Pilot Who Hitched a Ride Saved Lion Air 737 Day Before Deadly Crash », Bloomberg,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2019)
  33. (en-GB) « Passenger plane crashes in sea off Jakarta », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2018)
  34. https://www.airfleets.net/ficheapp/plane-b737ng-43000.htm
  35. a et b http://www.lemonde.fr/economie/article/2019/04/29/une-partie-des-boeing-737-max-a-failli-etre-clouee-au-sol-des-2018_5456081_3234.html
  36. https://www.capital.fr/economie-politique/deux-tragedies-en-quelques-mois-questions-sur-le-boeing-737-max-1330826
  37. Le Boeing 737 Max 8 interdit dans toute l'Europe dès ce mardi soir
  38. https://www.tvanouvelles.ca/2019/03/12/le-royaume-uni-suspend-tous-les-vols-de-boeing-737-max.
  39. « Boeing 737 MAX 8 et 9 : l'EASA suspend tous les vols en Europe. - Air&Cosmos », sur Air & Cosmos (consulté le 15 mars 2019)
  40. « L'espace aérien européen interdit à tous les Boeing 737 MAX », sur Europe 1 (consulté le 12 mars 2019)
  41. http://www.tvanouvelles.ca/2019/03/13/le-president-americain-donald-trump-cloue-tous-les-boeing-737-max-8-au-sol
  42. AFP, « Immobilisation du 737 MAX: des coûts de 1 G$ pour Boeing », sur Le Journal de Montréal (consulté le 24 avril 2019)
  43. « Les déboires du 737 MAX plongent Boeing dans le rouge vif », sur LaTribune,
  44. Chris Brady, « 737 Runaway Stabilizer Procedure », sur The Boeing 737 Technical Site (consulté le 2 juillet 2019)
  45. (en) « A timeline of Ethiopian Airlines Flight ET302 shows its pilots fighting desperately to save their doomed Boeing 737 Max jet », sur Business Insider France (consulté le 2 juillet 2019)
  46. « Des pilotes veulent une meilleure formation sur le 737 MAX avant de revoler », sur www.20minutes.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  47. « Automatisation : y aura-t-il un pilote dans l'avion ? », sur France Culture (consulté le 21 mars 2019)
  48. Ralph Nader : "Le 737 Max de Boeing ne doit plus jamais voler", entretien, marianne.net, 5 juillet 2019
  49. (en) Dominic Gates, « Flawed analysis, failed oversight: How Boeing, FAA certified the suspect 737 MAX flight control system », The Seattle Times,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019).
  50. (en) Clive Irving, « Boeing’s Cost-Cutting Addiction Squeezed Every Dollar Out 737 Until Disaster Struck », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :