Bertrand Bonello

réalisateur et scénariste français
Bertrand Bonello
Description de cette image, également commentée ci-après
Bertrand Bonello (2019)
Naissance (50 ans)
Nice, Alpes-Maritimes, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur, scénariste, compositeur
Films notables Tiresia
L'Apollonide
Saint Laurent

Bertrand Bonello, né le [1] à Nice, est un réalisateur, scénariste et compositeur français.

BiographieModifier

Jeunesse et débutsModifier

Bertrand Bonello partage sa vie entre Paris et Montréal au Canada avec sa compagne chef opératrice, Josée Deshaies, originaire de ce pays[2].

Musicien de formation classique, il accompagne de nombreux artistes comme Françoise Hardy, Elliot Murphy, Gérald de Palmas ou Daniel Darc.

Il décide de se consacrer davantage au cinéma, auquel il s’est déjà essayé avec trois courts-métrages et deux documentaires, dont Qui je suis (1996), d’après Pier Paolo Pasolini.

Révélation comme réalisateur (années 2000)Modifier

 
Bertrand Bonello en 2009.

Son premier long métrage, Quelque chose d'organique (1998), présenté au festival de Berlin dans la section Panorama, le place d’emblée dans la nouvelle génération des cinéastes cherchant à démêler l’écheveau de la relation charnelle et mentale. Son second long-métrage Le Pornographe, avec Jean-Pierre Léaud, est présenté à la Semaine Internationale de la Critique au festival de Cannes 2001 et obtient le prestigieux prix de la FIPRESCI. Ce film évoque les relations père/fils, le métier de cinéaste et l’engagement politique.

Bertrand Bonello impose son univers singulier avec Tiresia en compétition officielle au Cannes en 2003.

En 2005, il présente, en sélection officielle à Cannes, le court-métrage, Cindy, The Doll is mine. Asia Argento y interprète un personnage inspiré de la photographe américaine Cindy Sherman. Par ailleurs, il continue la musique, son album My new Picture sort en juin 2007. Il en tirera un film du même nom, présenté au festival de Locarno.

En 2008, sort De la guerre, fiction dans laquelle l’autobiographie est mêlée à une fiction très libre, présentée à la Quinzaine des réalisateurs la même année.

En 2010, il présente son court-métrage Where the boys are à Locarno.

Consécration (années 2010)Modifier

 
Le cinéaste au dîner des révélations des César 2018.

En 2011, sort le film L'Apollonide : Souvenirs de la maison close. Une fiction osée sur une maison close, avec une distribution prestigieuse pour un budget limité, acclamée par la presse, en compétition officielle au Festival de Cannes 2011.

En 2012, il préside le jury de la semaine de la critique.

2014 fut l'année phare du cinéaste. Après le succès de L'Apollonide, Bonello est chargé par les frères producteurs Éric et Nicolas Altmayer de réaliser un film biographique sur le célèbre couturier Yves Saint Laurent. Saint Laurent sort en 2014, avec Gaspard Ulliel dans le rôle-titre. Bertrand Bonello a voulu montrer ce que « cela coûtait au couturier d'être Yves Saint Laurent tous les jours », entre création, dépression et déboires de la vie personnelle. Le film est sélectionné au Festival de Cannes. Le film est le meilleur résultat de Bonello au box-office avec 350 000 entrées, en sachant qu'il fut distancé par le biopic concurrent de Jalil Lespert, Yves Saint Laurent. Le film est sélectionné pour représenter la France à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère aux Oscars en 2015 mais n'est pas nommé. Néanmoins, le film totalise 10 nominations aux César 2015 dont celui du meilleur film et meilleur réalisateur.

Bertrand Bonello ne laisse pas tomber sa grande passion pour la musique. Il sort en 2014 son troisième album, Accidents (Nuun Records), album quasi-instrumental entre le classique et les synthétiseurs. Il organise également une exposition au Centre Beaubourg. Et un livre est édité, Films Fantômes, sur ses projets inaboutis. Et pour achever l'année, il est membre du jury du festival de cinéma de Marrakech.

En août 2016, sort Nocturama. Bertrand Bonello avait envisagé d'intituler le film Paris est une fête, du nom du roman d'Hemingway. Ce film, dont certains acteurs sont des non-professionnels, traite de la jeunesse à la dérive et du terrorisme[3]. En raison du contexte sensible, le film n'est pas sélectionné au Festival de Cannes 2016[4],[5] et connaît un échec cuisant. Pour ce film, il revendique l'influence majeure de Glamorama de Bret Easton Ellis[6].

Lors du Festival de Cannes 2018, il préside le jury de la section Cinéfondation et courts-métrages[7]. L'année suivante il présente à la Quinzaine des réalisateurs son nouveau projet : Zombi Child, un film de zombies se déroulant à Haïti[8].

EngagementsModifier

En juillet 2018, Bonello a soutenu la pétition de la Société des réalisateurs de films pour protéger le réalisateur ukrainien en prison, Oleh Sentsov[9].

Il est membre du Collectif 50/50 qui a pour but de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel[10],[11].

FilmographieModifier

Courts-métragesModifier

Longs-métragesModifier

En plus de la mise en scène, Bonello scénarise tous ses films et compose également la musique de toutes ses mises en scène (sauf Tiresia).

ActeurModifier

DiscographieModifier

  • 2014 : Accidents[12]

BibliographieModifier

Mise en scèneModifier

Prix et nominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bertrand Bonello sur lesGensduCinema.com
  2. L'Apollonide - Souvenirs de la maison close sur le site du Groupement national des cinémas de recherche.
  3. « Bertrand Bonello : « Mon prochain film suivra des jeunes qui posent des bombes à Paris » », sur Les Inrocks,
  4. « Thierry Frémaux : « Tout le monde veut être à Cannes ! » », sur Le Figaro,
  5. « Nocturama : son absence à Cannes, le parti pris du film... Bonello dit tout », sur Première,
  6. Thomas Aïdan, Morgan Pokée, « La fête est finie », La Septième Obsession,‎ , p. 18 (ISSN 2431-1731)
  7. « Bertrand Bonello présidera le jury de la Cinéfondation et des courts métrages à Cannes », sur Les Inrocks, (consulté le 3 mai 2019).
  8. « La Quinzaine des réalisateurs 2019 : Robert Pattinson, Fabrice Luchini et Jean Dujardin en sélection », sur Allociné, (consulté le 3 mai 2019).
  9. Appel à la libération immédiate d'Oleg Sentsov ! // Société des Réalisateurs de Films, 06.07.2018
  10. « Femmes dans le cinéma : "La parité n'est pas qu'un problème de nana !" », sur LExpress.fr, (consulté le 3 avril 2020)
  11. « Le collectif 5050 », sur collectif5050.com (consulté le 5 avril 2020)
  12. L'album Accidents sur Deezer
  13. « Bertrand Bonello va mettre en scène Don Carlos à l'Opéra Bastille », sur Le Figaro,
  14. « Bertrand Bonello « Je préfère la beauté à la performance » », sur Next Libération,

Liens externesModifier