Ouvrir le menu principal

Nocturama (film)

film de Bertrand Bonello, sorti en 2016
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nocturama.
Nocturama
Réalisation Bertrand Bonello
Scénario Bertrand Bonello
Acteurs principaux
Sociétés de production Rectangle Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame, thriller
Durée 130 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nocturama est un film dramatique français réalisé par Bertrand Bonello, sorti en 2016.

Le film, scénarisé en 2011, se nommait originellement Paris est une fête. Après les attentats du 13 novembre 2015, Bonnello a changé le nom de son œuvre pour Nocturama.

Sommaire

RésuméModifier

Le film retrace le parcours des jeunes de différents milieux sociaux, ravagés par l'envie de se révolter, de tout faire exploser. Le film débute par un étrange ballet montrant les acteurs dans diverses lignes du métro parisien tentant de brouiller les pistes[1]. Puis ils passent à l'acte en faisant exploser une aile du ministère de l'intérieur[2],[3], les locaux d'une banque à La Défense[4], et plusieurs voitures autour du palais de la Bourse[3]. Ils abattent le président de HSBC Europe et incendient la statue de Jeanne d'Arc à la place des Pyramides.

Une fois les attentats commis, ils se réfugient dans un centre commercial au cœur de Paris. S'ensuivent de longues heures de fête, de tristesse, de traque, de panique, jusqu'à l'intervention de la gendarmerie française.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ScénarioModifier

Bertrand Bonello écrit le scénario en 2011, qu'il pensait tourner après L'Apollonide : Souvenirs de la maison close. Mais il mit le projet de côté pour réaliser Saint Laurent, alors un film de commande. L'événement d'où germa l'idée est celui des émeutes de 2005 à Birmingham (en), dû à une opposition communautaire. Le film s'inspire également de Glamorama de Bret Easton Ellis[6].

Le film traite de la rébellion d'une jeunesse nihiliste anticapitaliste, sans véritables revendications, il est défini comme un film d'action contemporain avec des personnages issus de milieux sociaux divers pour « éviter toute stigmatisation du type « c'est la banlieue » ou « c'est l'islam » »[7].

Le cinéaste est de nouveau interviewé après les attentats de janvier 2015 en France, où trois terroristes causèrent la mort de 17 personnes, dont de célèbres caricaturistes, le synopsis évoquant le terrorisme et ce genre d'acte. Bonello déclare toutefois qu'il ne change pas son scénario car les terroristes du film ne font partie d'aucun mouvement politique ou religieux. Ces événements le poussent d'ailleurs encore plus à tourner le film[8],[9].

Le tournage a lieu l'été 2015 à Paris, notamment dans les locaux désaffectés de La Samaritaine[1], ainsi qu'à Versailles[10],[11].

Le , le film change de nom. Le titre initial était Paris est une fête, mais après que cela fut devenu un slogan à la suite des attentats du 13 novembre, Bertrand Bonello choisit de l'intituler Nocturama[12],[13]. Ce nom s'inspire de l'album éponyme de Nick Cave[14] et veut dire « vision nocturne ».

AnalyseModifier

Le revisionnage de certaines séquences d'un point de vue différent évoquent Elephant de Gus Van Sant. La scène finale de l'assaut évoque le film homonyme de John Carpenter[15].

AccueilModifier

Box-officeModifier

Le film connaît un cuisant échec commercial en enregistrant un total de 64 513 entrées en France en 2016, pour une rentabilité de 7%[16].

DistinctionModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « « Tu peux éteindre l'escalator, il n'a plus rien à jouer » », sur Libération Next, .
  2. Le bâtiment montré dans le film est l'hôtel de préfecture des Yvelines, le véritable siège du ministère est l'hôtel de Beauvau.
  3. a et b Jean-François Rauger, « Nocturama : la solitude des poseurs de bombe », sur Le Monde, (consulté le 14 novembre 2017).
  4. Le bâtiment touché est cependant la tour Total Coupole.
  5. (en) « Cannes : Bonello tackles action pic Paris is Happening », sur Variety,
  6. « Bertrand Bonello : un nouveau film à l'opposé de Saint Laurent », sur Allociné, .
  7. « Bertrand Bonello : « Mon prochain film suivra des jeunes qui posent des bombes à Paris » », sur Les Inrocks, .
  8. « Bertrand Bonello : « Le geste barbare fait de plus en plus partie de notre environnement » », sur Les Inrocks, .
  9. « Bruno Dumont et Bertrand Bonello rattrapés par les attentats », sur Le Figaro, .
  10. « Le tour de France des tournages cet été », sur Télérama, .
  11. « Versailles : le réalisateur de Saint-Laurent en tournage », sur Le Parisien, .
  12. Stéphanie Lannoy, « Jusqu'ici tout va bien : Nocturama, drame décadent de Bertrand Bonello », sur Cinénews.be, (consulté le 10 octobre 2016).
  13. propos recueillis par Thiery Dague, « Cinéma. Nocturama : et soudain Paris explosa… », sur Le Parisien, (consulté le 10 octobre 2016).
  14. « Nocturama : Pourquoi le nouveau film de Bertrand Bonello est aussi beau que dérangeant ? », sur 20 Minutes, (consulté le 10 octobre 2016).
  15. « "Si nous ne brûlons pas, comment éclairer la nuit ?" », sur Critikat,
  16. Nocturama sur jpbox-office.com.

Liens externesModifier