Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastille et Opéra de Paris.
Opéra Bastille
Description de cette image, également commentée ci-après
La façade de l'opéra Bastille.
Type Salle d’opéra
Lieu Paris 12e Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 51′ 07″ nord, 2° 22′ 14″ est
Architecte Carlos Ott
Inauguration
Capacité 2 745
Statut juridique Établissement public à caractère industriel et commercial
Direction Stéphane Lissner
Site web http://www.operadeparis.fr/

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Opéra Bastille

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Opéra Bastille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Opéra Bastille

Résidence

Opéra de Paris, Orchestre de l'Opéra de Paris

L’opéra Bastille[a] est une salle d’opéra moderne située sur la place de la Bastille à Paris. Elle a été conçue par Carlos Ott et inaugurée en 1989 à l'occasion des festivités du bicentenaire de la Révolution dans le cadre des grands travaux pour Paris. C’est avec l’opéra Garnier l’une des deux salles constituant l'Opéra de Paris, institution publique française dont la mission est de mettre en œuvre la représentation de spectacles lyriques ou de ballet, de haute qualité artistique.

Avec ses 2 745 places assises[1], la grande salle de l'opéra Bastille est l’une des plus importantes au monde en termes de capacité. En comparaison, le Concert Hall de l'opéra de Sydney peut accueillir 2 679 personnes assises et le théâtre Bolchoï de Moscou peut en accueillir 1 720. Elle correspond aussi à plus de deux tiers du Metropolitan Opera de New York qui comporte 3 800 places.

HistoriqueModifier

 
L'ancienne gare de Paris-Bastille, située à la place du bâtiment de l'opéra, fermée en 1969 et démolie en 1984.

La décision de la constructionModifier

Le président François Mitterrand décide en 1982, sur proposition de son ministre de la culture Jack Lang, la construction d’un nouvel opéra dans Paris, considérant l’opéra Garnier trop petit en jauge et dépassé en matière technique. Il veut un opéra « moderne et populaire ». Pour les besoins de l’époque, on crée en 1983 l'établissement public Opéra-Bastille (EPOB).

L’emplacement de la gare de Paris-Bastille, situé entre la rue de Lyon et la rue de Charenton et au niveau de la place de la Bastille, est choisi. Les travaux débutent en 1984 avec la démolition de la gare de Paris-Bastille, ouverte en 1859 et fermée le .

Le concours d'architectureModifier

Un concours pour désigner l’architecte de ce nouvel opéra est lancé en 1983. 1 700 cabinets d'architecte du monde entier y participent[2]. Carlos Ott, un architecte uruguayen et canadien qui remporte le concours le .

Les débuts de l'opéraModifier

L'opéra Bastille est inauguré le pour les festivités du bicentenaire de la prise de la Bastille[3], avec un spectacle mis en scène par Bob Wilson, La Nuit avant le jour. Plus d'une trentaine de chefs d’état ou de gouvernement, dont le président des États-Unis George H.W. Bush, les Premiers ministres britannique Margaret Thatcher, canadien Brian Mulroney et indien Rajiv Gandhi, assistent à la représention[4].

Les représentations régulières ne débutent que le , avec Les Troyens de Berlioz.

En 1993, l’Établissement public Opéra-Bastille (EPOB) est dissous. L’année suivante, l’Opéra Bastille devient Opéra de Paris et devient un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC)[5]. Les premières années de fonctionnement de la salle ont été marquées par des difficultés persistantes dans la gestion automatisée de la machinerie scénique, défaut fréquent des nouveaux théâtres qui a cependant occasionné plusieurs scandales à Paris. Des travaux réalisés sans fermeture du théâtre ont permis de parvenir à un fonctionnement satisfaisant de l’ensemble de l’équipement.

La détérioration de la façadeModifier

 
L'opéra Bastille, derrière la colonne de Juillet, vu de la rue Saint-Antoine.

L’État a par ailleurs engagé un procès pour malfaçon en 1991 contre les entrepreneurs en raison de la dégradation très rapide de la façade du bâtiment. Une dalle était tombée en 1990 et avait nécessité la pose de 5 000 m2 de filets de sécurité pour 530 000 euros[6]. Une polémique, de nombreux audits et études vont faire durer pendant de nombreuses années la détermination des torts, la part des assureurs et les montants financiers d’autant plus que les études vont révéler de nouveaux problèmes. Cependant la seule pierre qui soit tombée était collée et non attachée[7]. L’urgence de la livraison pour être prêt pour le bicentenaire de la révolution a conduit à des raccourcis coûteux pour la suite. L’État va finalement gagner ce long procès en 2007 : les constructeurs ont été condamnés à payer neuf millions d’euros[8] pour le remplacement des 36 000 dalles en pierre calcaire de 90 cm × 90 cm. Les études ayant été faites en 2005-2006, les travaux ont pu commencer durant l’été 2007 et ont duré 2 ans.

Avec la vétusté due au temps, les besoins du bâtiment pour les mises aux normes, notamment incendie, sont évalués à hauteur de 12 millions d’euros sur cinq ans jusqu'en 2011 selon un rapport d'information sénatorial[8].

L'extension de l'opéraModifier

En 2016, l’Opéra de Paris obtient 60 millions d’euros pour la construction d’une salle modulable destinée aux répétitions, pouvant aussi accueillir 800 spectateurs. L’emplacement de 1 400 m2 existe dès l’origine mais les travaux ont été continuellement reportés. De plus un nouveau lieu de stockage et de construction des décors sera construits sur le « terrain des délaissés », une zone laissée en jachère entre l'opéra et le viaduc des arts. Les travaux devraient être achevés à l’horizon 2022-2023.

L’espace libéré à cette occasion aux ateliers Berthier, où l’Opéra disposait d’une salle de répétition, d’un atelier pour les peintures de grand format, de stockages pour les costumes et accessoires et d’une zone de réparation de décors, permettra de créer une Cité du théâtre, à l’image de la Cité de la musique du parc de la Villette[9],[10],[11].

LocalisationModifier

Environnement immédiatModifier

Au nord, l'entrée principale de l'Opéra regarde la place de la Bastille, et la Colonne de Juillet placée en son centre.

À l'opposé, la face sud est en continuité avec l'hôpital ophtalmologique des Quinze-Vingts.

À l'ouest, l'opéra donne sur la rue de Lyon, qui diverge progressivement du Bassin de l'Arsenal vers le sud.

À l'est, enfin, le bâtiment jouxte la rue de Charenton, ici à sens unique.

TerrainModifier

Le terrain disponible, d'une surface de 2,5 hectares[12], a la forme d'un quadrilatère, orienté selon un axe Sud-est —Nord-ouest.

Avant la construction de l'opéra, 3 bâtiments l'occupaient :

  • La gare de la Bastille,
  • Un édifice abritant un restaurant de la Tour d'Argent, déjà présent au moment de la démolition de la forteresse de la Bastille[13],
  • Le cinéma Paramount (donnant sur la place de la Bastille et accolé à la Tour d'Argent)[13].

Des trois constructions, seule la deuxième a été conservée. Elle abrite aujourd'hui un studio de l'opéra, et un restaurant, Les Grandes Marches.

DescriptionModifier

ArchitectureModifier

Le bâtiment, d'une surface totale de 160 000 m2, fait 80 mètres de haut, dont 50 mètres au dessus du sol et 30 mètres en sous-sol.

Salle principaleModifier

 
La salle de l'opéra Bastille vue depuis la scène.

La salle principale de l'opéra comporte 2 745 places. Elle mesure 20 m de haut, 32 m de profondeur et 40 m de large[1]. Parmi les matériaux, on compte du granit bleu provenant de Lannelin en Bretagne et du bois de poirier provenant de Chine. Le plafond lumineux est en verre. La fosse d'orchestre peut contenir jusqu'à 130 musiciens. Elle peut également être couverte.

Sa scène, une des plus modernes au monde, mesure 45 mètres de haut, 30 mètres de large et 25 mètres de profondeur[2]. Elle comporte 9 élévateurs permettant de créer plusieurs niveaux. Elle est posée sur 3 élévateurs principaux, qui lui permettent de descendre jusqu'au plateau d'arrière-scène inférieur situé au 6e sous-sol.

Deux plateaux d'arrière scène sont disposés derrière la scène :

  • Le plateau principal est situé au même niveau que la scène (1er étage)[1]. Il comprend un large plateau tournant situé derrière la scène, 4 espaces de stockage aux mêmes dimensions que la scène et la scène de répétition Gounod. Cette scène de répétition a les mêmes dimensions que la scène principale et dispose d'une fosse d'orchestre. Elle est séparée du reste du plateau par un épais volet assurant l'isolation acoustique. Il est ainsi possible d'organiser une répétition pendant une représentation sur la scène principale sans perturber cette dernière.
  • Le plateau inférieur est situé au 6e dessous (6e sous-sol). Il comprend également un large plateau tournant et 4 espaces de stockage aux mêmes dimensions que la scène, ainsi que des espaces de stockage supplémentaires.

Ces deux niveaux sont reliés par un grand monte charge, et par le plateau scénique qui peut monter et descendre entre le 1er étage et le 6e dessous. Sur chaque niveau, un système de rails et de chariots motorisés permet le déplacement des décors.

Salles annexesModifier

L'opéra comporte deux salles annexes :

  • Un amphithéâtre de 500 places situé sous la salle principale,
  • Un studio de 237 places situé dans le bâtiment annexe.

Un emplacement de 1 400 m2 a été réservé à la construction pour une salle modulable dite salle Liebermann. Cet espace a été utilisé comme salle de répétition pour l'orchestre puis mis à la disposition de la Comédie-Française en 2013. En 2016, il est décidé la construction d'une salle pouvant accueillir 800 spectateurs, qui devrait ouvrir en 2022-2023.

MissionsModifier

Article détaillé : Opéra national de Paris.

OrganisationModifier

L'organisation du travail du plateau technique est de type « projet », autrement dit, il est organisé en fonction d'objectifs de spectacles bien précis. Les équipes techniques sont structurées par spectacle, depuis la création jusqu'au stockage des décors et costumes.

L'exhaustivité des métiers représentés à l'opéra contribue à un nombre important d'équipes, et donc d'employés, soit environ 50 corps représentés dans une seule structure.

Le coût de fonctionnement de l'opéra Bastille a été de 122 millions d’euros en 2015, financés à 48 % par des subventions publiques, le reste provenant de la billetterie des spectacles, de la location des salles, du mécénat.

NotesModifier

  1. On écrit le mot « opéra », sans majuscule initiale lorsque ce mot désigne le bâtiment et non la compagnie et qu'il est suivi d'un nom spécifique, comme dans « l'opéra Bastille » ou « l'opéra de Paris » (à l'époque où ce bâtiment était seul dans Paris) ; néanmoins pour désigner le bâtiment public (et pas seulement la construction), on peut aussi écrire « l'Opéra » (sans rien derrière) lorsqu'il est implicite qu'on parle de ce bâtiment précis. Ces choix sont des conventions typographiques concernant les monuments et bâtiments publics, issues pour l’essentiel d’ouvrages spécialisés en la matière, comme p. ex. le Lexique.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Découvrir le lieu - Opéra Bastille - Visites », sur Opéra national de Paris (consulté le 29 mai 2019)
  2. a et b « En scènes : le spectacle vivant en vidéo - Inauguration de l'Opéra Bastille le 13 juillet 1989 - Ina.fr », sur En scènes : le spectacle vivant en vidéo (consulté le 29 mai 2019)
  3. « Il y a 30 ans, l’Opéra Bastille est inauguré pour honorer la Révolution française », sur https://ici.radio-canada.ca/, (consulté le 14 juillet 2019)
  4. « Le jour où l'Opéra Bastille a été inauguré », sur www.cnews.fr (consulté le 29 mai 2019)
  5. décret no 94-111 du .
  6. Article paru dans l’Expansion « Le scandale qui défigure l’opéra Bastille » de Matthieu Auzanneau -
  7. Publication no 109 de juillet/août 2008 de Qualité Construction, revue publiée par le Centre technique de matériaux naturels de construction (CTMNC).
  8. a et b Rapport d’information no 384 (2006-2007) de M. Yann Gaillard, fait au nom de la commission des finances, déposé le .
  9. Martine Robert, « L’Opéra de Paris est impatient d’investir sa nouvelle salle à Bastille », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  10. Victor Tribot Laspière, « A Bastille, l’Opéra de Paris s’offre une deuxième salle de 800 places », sur www.francemusique.fr,
  11. « Paris se dote d’une Cité du théâtre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. Charlet 1990, p. 27
  13. a et b Charlet 1990, p. 26

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

BibliographieModifier

Ouvrages généraux concernant l'Opéra BastilleModifier

  • Gérard Charlet, l'Opéra Bastille, Éditions du Moniteur, , 70 p. (ISBN 2-281-19039-0).  .
  • Jean-Philippe Biojout et Pascal Fardet, les insolites de l'Opéra Bastille, bleu nuit éditeur, , 232 p. (ISBN 2-913575-06-4).

RapportsModifier

  • Cour des Comptes, l'Opéra de Paris : Exercices 2005 à 2014 (Rapport Particulier S 2016-0020-1), , 183 p. (lire en ligne).
    • Opéra National de Paris, Réponse du Directeur Général au Rapport Particulier S 2016-0020-1, , 15 p. (lire en ligne).
    • Opéra National de Paris, Réponse du Président du Conseil d'Administration au Rapport Particulier S 2016-0020-1, , 1 p. (lire en ligne).
  • Opéra National de Paris, Rapport annuel de saison 2015-2016, , 86 p. (lire en ligne).
  • Opéra National de Paris, Contrat d’objectifs et de performance 2016-2018, , 88 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier