Collectif 50/50

association française

Le collectif 50/50 (ou collectif 5050 pour 2020) est une association française dont le but est de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel. Il s’appuie pour cela sur des études chiffrées, concernant notamment les inégalités salariales ou la proportion de femmes dans les métiers de la production cinématographique.

Collectif 50/50
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaines d'activité
Siège
Pays
Organisation
Présidentes
Présidentes
Site web
Identifiants
RNA

Créé en février 2018 à l’initiative de l'association féministe Le Deuxième regard et d’une quinzaine de réalisatrices, productrices et distributrices, le collectif est également à l'origine des Assises sur la parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma et des États généraux contre le harcèlement et les violences sexuelles. Il porte trois chartes d'engagement pour la parité, la diversité et l'inclusion qui sont signées par plus de 150 festivals, les principales organisations professionnelles et par une quarantaine d'entreprises d’édition-distribution de films et d’exploitation cinématographique. En 2019, le collectif met en ligne la Bible 50/50, un annuaire des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel listant les profils trop peu visibles.

À sa création, il rassemble 300 professionnels, dont Jacques Audiard, Virginie Despentes, Marina Foïs, Céline Sciamma, Rebecca Zlotowski. Il en compte 1 500 en fin d'année 2019. Il est coprésidé par Julie Billy, Sandrine Brauer et Laurence Lascary.

HistoriqueModifier

Création du collectifModifier

 
La productrice Laurence Lascary, co-présidente du Collectif 50/50.

L'association Le Deuxième Regard est créée en 2013 par Delphyne Besse et Bérénice Vincent, exportatrices et Julie Billy, productrice. Ce réseau de professionnelles du cinéma mène des actions visant à bousculer les stéréotypes de genre (notamment par l'organisation d'avant-premières[1],[2]) et est à l’origine de la Charte de l'égalité dans le secteur du cinéma[3]. Pour ouvrir le mouvement, les fondatrices du Deuxième Regard se tournent vers les réalisatrices Céline Sciamma, Rebecca Zlotowski et les productrices Judith Nora et Priscilla Bertin.

Rapidement, une première réunion est organisée en , rassemblant les sept fondatrices et une quarantaine de personnes, dont Tonie Marshall, Caroline Benjo, Adèle Haenel, Bénédicte Couvreur, Iris Brey, Stéphanie Gavardin.

C’est le , à l’occasion des César du cinéma et parallèlement à l'opération #MaintenantOnAgit, que le collectif se lance en appelant à créer un collectif mixte sous le nom de « Collectif 50/50 pour 2020 ». Il avance trois arguments : « Nous pensons que la parité réduit les rapports de force. Nous pensons que la diversité change en profondeur les représentations. Nous pensons qu’il faut saisir cette opportunité de travailler à l’égalité et la diversité parce que nous avons la certitude qu’ouvrir le champ du pouvoir favorisera en profondeur le renouvellement de la création »[4]. Marqué par la volonté de « mener la bataille des chiffres », il publie en même temps deux études sur la parité dans la réalisation et dans le palmarès des César.

Il est rapidement rejoint par 300 personnalités du secteur dont les cinéastes Jacques Audiard, Virginie Despentes, les acteurs et actrices Pierre Deladomchamps, Adèle Haenel, Léa Seydoux, et Marina Foïs, les productrices Marie-Ange Luciani et Caroline Benjo, ainsi que des distributeurs, scénaristes et autres professionnels du cinéma comme l'agente artistique Élisabeth Tanner[5],[4],[6].

Premières actionsModifier

Montée des marches et première charteModifier

 
La montée des marches exclusivement féminine du festival de Cannes 2018.

Le collectif mène ses premières actions lors du Festival de Cannes 2018. Il publie une nouvelle étude sur la place des femmes dans la compétition du festival et lance la charte pour la parité et la diversité dans les festivals de cinéma avec la signature des trois festivals de la Croisette[7]. Dans les mois qui suivent, la charte est paraphée par les directions de la Mostra de Venise, du festival d'Annecy, de Toronto et de la Berlinale[8].

Il est à l'origine avec la fondation Time's Up de la montée des marches exclusivement féminine organisée avant la projection des Filles du soleil d'Eva Husson, la première des trois femmes en lice pour la Palme d’or[9],[10],[11]. Quatre-vingt-deux femmes, dont Cate Blanchett, la présidente du jury et Agnès Varda, lauréate de la Palme d'honneur en 2015 ont réclamé « l'égalité salariale » dans le cinéma[12],[13],. Dans leur discours, elles mettent au défi les gouvernements et les pouvoirs publics « pour appliquer les lois sur l'égalité salariale, [...] pour organiser activement la parité et la transparence dans les instances de décision »[14]. Le nombre fait référence à celui des films réalisés par des femmes invités à concourir en sélection officielle depuis la première édition du festival en 1946.

Premières assises et mesures pharesModifier

Au mois de , le collectif organise avec le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et le Ministère de la Culture les premières Assises pour la parité, l'égalité et la diversité. Elles sont marquées par l'annonce par Françoise Nyssen de six mesures concrètes pour favoriser l'égalité entre les femmes et les hommes dans le cinéma dont la création du bonus du CNC qui entre en vigueur en janvier l'année suivante[15].

Le , l’association Le Deuxième regard est renommée en Collectif 50/50[16]. Le collectif est coprésidé par Delphyne Besse, Julie Billy et Laurence Lascary et compte une quinzaine de personnes dans son conseil d'administration selon Sandrine Brauer[17],[18],[19],[20]. Ses premières actions sont remarquées et il reçoit en janvier le Trophée de la personnalité de l'année 2018 lors des 26e Trophées du Film français. Le prix est décerné par les lecteurs et internautes du magazine[21].

En , le collectif participe aux troisièmes Rencontres internationales des femmes dans l’animation à Annecy et y présente son étude sur la place des femmes dans l’animation[22].

En novembre, les secondes assises voient les signatures de deux nouvelles chartes pour l’inclusion « dans le cinéma et l’audiovisuel » et « dans les sociétés d'édition-distribution de films et d'exploitation cinématographique », la publication de la Bible 50/50, annuaire des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel et le lancement d'un appel à la création d’États généraux[23],[24].

En fin d'année 2019, le collectif compte 1 500 membres[19].

En mars 2020, le collectif est à l'initiative des États généraux contre le harcèlement et les violences sexuelles[25].

Les chartes d'engagementModifier

Le collectif est à l'origine de trois chartes d'engagement.

Charte pour la parité et la diversité dans les festivals de cinémaModifier

Les festivals signataires s'engagent à fournir des statistiques genrées, en particulier sur le nombre de films soumis à sélection, de publier la liste des membres des comités de sélection et programmateurs et enfin de s'engager sur un calendrier de transformation des instances dirigeantes pour parvenir à la parfaite parité. Thierry Frémaux, Paolo Moretti et Charles Tesson pour le Festival de Cannes, la Quinzaine des réalisateurs et la Semaine de la critique, sont les premiers signataires de la charte en mai 2018[7],[26].

En décembre 2020, 156 festivals ont signé la charte dont le festival international du film de Locarno, la Berlinale, la Mostra de Venise, le festival du film de Sydney et le Festival du film d'animation d'Annecy[27],[28],[29],[30]. Pour la productrice Sandrine Brauer, « La signature de cette charte a permis d'aider les festivals à prendre conscience de l'entre-soi qui règne en leur sein et de prendre des mesures »[31].

Charte pour l’inclusion dans le cinéma et l’audiovisuelModifier

 
La réalisatrice Rebecca Zlotowski, présidente de la Société des réalisateurs de films et membre du Collectif 50/50.

La charte est proposée à la signature aux associations et syndicats de directeurs de casting, réalisateurs, agents d’artistes, scénaristes et producteurs. Les signataires s'engagent à favoriser la diversité de la société française au travers d’actions concrètes à tous les stades de la production cinématographique et audiovisuelle. Elle est inspirée par l'inclusion rider, une clause contractuelle qui permet aux acteurs d’exiger un certain niveau de diversité sur un tournage[32],[33].

Présentée à l'occasion des secondes Assises pour la parité, l'égalité et la diversité en novembre 2019, la charte a été signée par les principales organisations professionnelles[17],[34] :

Charte pour la parité et la diversité dans les sociétés d'édition-distribution de films et d'exploitation cinématographiqueModifier

Elle est proposée aux entreprises d’édition-distribution de films et d’exploitation cinématographique. En la signant, elles s’engagent à promouvoir la parité et la diversité dans la diffusion cinématographique et au sein de leurs équipes. Elles doivent fournir des statistiques genrées sur les films et la structure du personnel, favoriser la diffusion des films réalisés par des femmes et lutter entre autres contre les stéréotypes.

Présentée lors des secondes assises en , la charte a été signée par une quarantaine d'entreprises dont Carlotta Films, Haut et Court, Jour2Fête et Pyramide Distribution[35],[36].

Les étudesModifier

Le collectif 50/50, qui souhaite « mener la bataille des chiffres comme levier de la prise de conscience et de la visibilité des enjeux mais aussi comme support des chantiers de réflexion à mener » publie régulièrement des études chiffrées[4].

La parité derrière la caméraModifier

La première étude réalisée par le collectif s’intéresse à la parité entre les réalisateurs et les réalisatrices entre 2006 et 2016[37]. Elle révèle notamment que sur cette période, seulement 23 % des personnes ayant réalisé au moins un film sont des femmes et qu’un film sur cinq est réalisé par une femme. D’autre part, le budget moyen des films de fictions réalisés par des femmes est inférieur de 36 % à celui de ceux réalisés par des hommes[4].

1976-2017 – Les CésarModifier

 
Tonie Marshall, unique réalisatrice à avoir reçu le César de la meilleure réalisation et membre du collectif.

Publiée à l’occasion des César du cinéma 2018, cette étude observe l’ensemble des nommées et césarisées sur les 42 dernières éditions des César[38]. Elle révèle notamment que 81 % des nommés sont des hommes et que seulement 10 % de femmes nommées l'ont été pour le césar de la meilleure réalisation[39]. Tonie Marshall est la seule à avoir été récompensée dans cette catégorie[40],[41].

1946-2018 – Le Festival de CannesModifier

Cette étude comparée sur la place des femmes dans la compétition du Festival de Cannes dans les autres grands festivals internationaux de cinéma a été présentée lors de sa 72e édition[42]. Elle met en lumière l'immense écart entre les femmes et les hommes, que ce soit dans la programmation, les récompenses, les présidences et les organes de direction[43],[44],[45].

Le cinéma d'animationModifier

Présentée le lors des troisièmes Rencontres internationales des femmes dans l’animation, en ouverture du Festival international du film d'animation d'Annecy et son Marché (Mifa), cette étude interroge sur la place des femmes dans le cinéma d'animation[22],[46].

Les festivals signataires de la charteModifier

Un an après la première signature de la charte pour la parité et la diversité dans les festivals de cinéma à Cannes 2018, cette étude dresse un premier bilan sur la répartition géographique des signataires et la composition des comités de sélection et les organes de direction[7],[37]. Sur les 112 festivals engagés, 93 sont situés en Europe. Les femmes y occupent 38 % des postes de direction artistique, 56 % des comités de sélection et 42 % des comités de direction. Toutefois, ces chiffres ne sont représentatifs que d'une trentaine de festivals ayant transmis leur composition.

Les critiques de films en EuropeModifier

Présentée à la Berlinale 2019, cette étude analyse les critiques de films dans sept pays européens en 2018 et 2019 : l'Allemagne, le Danemark, l'Italie, l'Espagne, la France, la Pologne et la Suède[47]. Alors que les femmes représentent quasiment la moitié des journalistes français, elles ne sont que 37% à critiquer des films[48].

Le test de BechdelModifier

Publiée à l’occasion des assises 2020, cette étude passe au crible du test de Bechdel les 49 films les mieux financés en 2019. Celui-ci vise à mettre en évidence la surreprésentation des protagonistes masculins ou la sous-représentation de personnages féminins dans une œuvre de fiction. Pour le réussir, les films doivent répondre à trois conditions : avoir au moins deux femmes nommées (nom/prénom) dans l’œuvre, qui parlent ensemble, à propos de quelque chose qui est sans rapport avec un homme.

L’étude révèle que sur les 44 films qui ont pu être analysés, 23 échouent au test[49].

Inclusion dans le cinéma et l’audiovisuelModifier

 
L'actrice Aïssa Maïga.

Dans cette étude publiée en 2020, le Collectif 50/50 présente les résultats de six initiatives étrangères contribuant à l’augmentation de la diversité et à l’inclusion dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle de leur pays respectif[50].

Les Assises pour la parité, l'égalité et la diversitéModifier

Le collectif 50/50 organise depuis 2018 à Paris les Assises pour la parité, l'égalité et la diversité avec le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et le Ministère de la Culture.

Première édition (2018)Modifier

La première édition s'est déroulée du 18 au avec deux matinées d’ateliers et table ronde. En clôture, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé six mesures concrètes pour favoriser l'égalité entre les femmes et les hommes dans le cinéma[51]. La plus marquante est la création d’un bonus de 15 % d’aides accordées par le CNC aux productions dont les huit postes principaux respecteront la parité[52],[53]. Pour Frédérique Bredin, présidente du CNC, « Ce bonus doit être un levier, il doit permettre d’accélérer le changement pour atteindre le plus rapidement possible la parité dans le cinéma »[54].

Les autres mesures visent à « genrer » les études du CNC et rendre obligatoires les statistiques de genre dans les dossiers d’agrément des films ; à créer une « charte des bonnes pratiques en faveur de l’égalité » et à la décliner dans les conventions entre le CNC et les régions ; à augmenter la part des films de femmes dans les programmes de restauration et de numérisation ; à renforcer la présence des films de femmes dans les programmes d’éducation à l’image et la formation des enseignants[55].

Deuxième édition (2019)Modifier

La seconde édition s'est déroulée le , sur fond d'affaires Adèle Haenel et Roman Polanski, avec trois tables rondes « Inclusion », « Audiovisuel » et « Distribution-exploitation »[23].

L’un des temps forts a été la signature de la Charte pour l’inclusion dans le cinéma et l’audiovisuel par plusieurs membres de la profession dont les associations et syndicats de producteurs, distributeurs et auteurs[17]. Le collectif a également présenté et publié la Bible 50/50, annuaire de professionnels susceptibles d’être discriminés[23]. Delphine Ernotte, présidente de France Télévision a annoncé l’instauration de quotas de réalisatrices, d’une clause de diversité contractuelle pour l’ensemble des productions du groupe dès 2020 et la nomination systématique sur les tournages d’un « référent harcèlement sexuel »[56],[57].

Troisième édition (2020)Modifier

 
L'actrice Agnès Jaoui a partagé son expérience lors des troisièmes assises.

Organisées dans le contexte du second confinement de la population lié à la pandémie de Covid-19, les assises 2020 se sont déroulées les 25 et 26 novembre au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris et diffusées en ligne.

Le discours de la comédienne et cinéaste Agnès Jaoui a particulièrement été remarqué et relayé[58],[59],[60].

Les États généraux contre le harcèlement et les violences sexuellesModifier

Le Collectif 50/50 a organisé les premiers États généraux contre le harcèlement et les violences sexuelles, à la Fémis. L'événement avait été appelé par la Société des réalisateurs de films, de plusieurs organisations d’auteurs et du collectif lors des secondes assises[25],[61],[62].

La Bible 50/50Modifier

Le Collectif 50/50 propose, depuis 2019, un annuaire des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel, la Bible 50/50, afin de lister les profils trop peu visibles. Lors de sa mise en ligne, la productrice Laurence Lascary déclare : « On ne pourra plus prétendre qu’on ne savait pas où les recruter. »[23]

La projet prend un nouvel essor l'année suivante avec l'engagement de France Télévisions, des sociétés de producteurs membres du SPI et de l’USPA de s'y référer pour trouver les talents et de la SACD, de l'association Pour les femmes dans les medias (PFDM), du Groupe 25 Images et du Collectif 50/50 d'inciter leurs adhérents à s'y inscrire[63].

Le livre blanc Tou·te·s acteur·rice·s du changementModifier

Publié à l’occasion des troisièmes assises, le livre blanc « pour la prévention et la lutte contre le harcèlement sexuel & les violences sexistes et sexuelles dans l’audiovisuel et le cinéma » est une boîte à outils à l'usage de la profession[64],[65]. Il est « pensé comme une aide concrète destinée à tou·te·s les professionnel·le·s du cinéma et de l’audiovisuel pour définir, sensibiliser, détecter, réagir » et comprend des chiffres clés, des informations légales ou encore des modèles de courriers[66].

Il est réalisé en partenariat avec la mission Égalité, diversité et prévention des discriminations auprès du Secrétariat général du Ministère de la Culture[66].

Programme de mentoratModifier

Le 8 mars 2021, le collectif lance un programme de mentorat avec la société Netflix pour permettre à 200 jeunes de faire leurs premiers pas dans le monde du cinéma et de la production audiovisuelle[67],[68],[69].

Membres notoiresModifier

En fin d'année 2019, le collectif compte 1 500 signataires, liés à la création et à l’industrie du cinéma français.

Parmi les plus célèbres :

FilmographieModifier

DistinctionModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cheek Magazine, « American Honey: “Les femmes peuvent embrasser leur sexualité, leurs opinions et leur force” - ChEEk Magazine », sur cheekmagazine.fr (consulté le )
  2. Afcinema, « Portrait d'Eponine Momenceau, chef opératrice de "Dheepan", tracé par Le Deuxième regard », sur Afcinema, (consulté le )
  3. « Un oeil en plus pour le cinéma », sur culture.gouv.fr, Ministère de la Culture,
  4. a b c d et e « 300 personnalités du cinéma lancent le collectif "5050 pour 2020" pour l'égalité dans le cinéma », sur Les Inrocks, (consulté le )
  5. « Marina Foïs évoque le manque de diversité et l’opacité au sein des César », sur Premiere.fr, (consulté le ).
  6. a b et c « Elisabeth Tanner, agent d’acteurs et pygmalionne », sur France Culture (consulté le ).
  7. a b c et d Le Point magazine, « Cannes, premier signataire d'une charte de parité femmes-hommes dans les festivals », sur Le Point, (consulté le ).
  8. « Berlinale 2019 : la charte 5050x2020 sur la parité signée | CNC », sur www.cnc.fr (consulté le )
  9. « Cinéma : 82 femmes appellent à la parité et à l’égalité salariale sur les marches du Festival de Cannes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Madame Figaro, « Samedi soir, la montée des marches s'arrêtera au milieu du tapis rouge », sur Madame Figaro, (consulté le ).
  11. Yannick Vely, « 82 femmes monteront ensemble les marches du Festival de Cannes », sur parismatch.com, 12/ mai 2018 (consulté le ).
  12. Madame Figaro, « Festival de Cannes : une montée des marches 100% féminine samedi », sur Madame Figaro, (consulté le ).
  13. (en-US) Farah Nayeri, « Women Rally on Cannes Red Carpet to Highlight Gender Inequality », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  14. « Festival de Cannes: 82 femmes réclament l'égalité salariale », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  15. « Sur la Croisette, un premier bilan pour la plate-forme « 50/50 en 2020 » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Résultats de recherche | Associations », sur journal-officiel.gouv.fr (consulté le ).
  17. a b et c « Assises 5050 : Une charte pour l’inclusion », sur Premiere.fr, (consulté le ).
  18. a et b Léna Lutaud, « César 2020: «Le cinéma sait se remettre en question» », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  19. a b c d et e « Femmes dans le cinéma : "La parité n'est pas qu'un problème de nana !" », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  20. Matthieu Belliard, « 45e cérémonie des César : Laurence Lascary estime que l'absence de Polanski est "une bonne chose" », sur europe1.fr, (consulté le ).
  21. « 26e Trophées du Film français : Les Nuls et Le grand bain récompensés », sur myCANAL (consulté le )
  22. a et b « Annecy 2019 - LFA et 50/50 en synergie pour renforcer la place des femmes dans l'animation », sur Le Film Français (consulté le ).
  23. a b c et d « Cinéma français : des assises très volontaires pour la parité et la diversité », sur Libération.fr, (consulté le ).
  24. « Des cinéastes appellent à des Etats généraux sur les abus sexuels », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  25. a et b « Une cellule d’écoute pour les intermittentes victimes de violence sexuelle », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  26. « Sur la Croisette, un premier bilan pour la plate-forme « 50/50 en 2020 » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Audiovisuel. Contrer les violences par plus de parité », sur L'Humanité, (consulté le )
  28. « La Berlinale, chambre d'écho du mouvement #MeToo », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  29. « Le Festival du film d'animation d'Annecy s'engage sur la parité », sur Franceinfo, (consulté le ).
  30. (en-US) Elsa Keslassy,John Hopewell et Elsa Keslassy, « Locarno Film Festival Signs Pledge for Gender Parity in Programming », sur Variety, (consulté le )
  31. Aline Mayard, « La parité dans le cinéma français n'est pas acquise, mais elle avance », sur Slate.fr, (consulté le ).
  32. « Le futur du cinéma... Des films qui ressemblent à leur public », sur TROISCOULEURS, (consulté le ).
  33. « Qu'est-ce que "l'inclusion rider" soutenu par Frances McDormand ? », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  34. « L'image de la semaine : les Assises pour la parité, l’égalité et la diversité | CNC », sur cnc.fr (consulté le ).
  35. « [Compte-rendu] Ce qu'il faut retenir des Assises pour la parité, l'égalité, et la diversité dans le cinéma et l'audiovisuel », sur TROISCOULEURS, (consulté le )
  36. « Le CNC renforce son engagement pour la parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel français | CNC », sur www.cnc.fr (consulté le )
  37. a et b « 5050 en 2020 », sur 50502020 (consulté le ).
  38. « 1976-2017 Les César », sur collectif5050.com, (consulté le ).
  39. « Cinéma. César : après la crise, les défis qui attendent l'Académie », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  40. Le Point magazine, « César 2018 : une cérémonie sous le signe des femmes », sur Le Point, (consulté le ).
  41. « Mort de Tonie Marshall, cinéaste audacieuse », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  42. « 1946-2018 Le Festival de Cannes », sur collectif5050.com (consulté le ).
  43. Robin Andraca, « Cannes : la sélection de films en lice pour la Palme est-elle paritaire ? », sur Libération.fr, (consulté le ).
  44. « A Cannes, petit à petit, la parité en compétition fait son nid », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  45. « Parité dans les festivals : premier bilan pour le collectif 50/50 | CNC », sur cnc.fr (consulté le ).
  46. Le Point magazine, « Cinéma d'animation: encore trop peu de femmes au générique », sur Le Point, (consulté le ).
  47. AlloCine, « La critique de cinéma est-elle paritaire ? Une étude donne la tendance en Europe », sur AlloCiné (consulté le ).
  48. « La critique a-t-elle un sexe ? », sur France Culture (consulté le ).
  49. « Agnès Jaoui bouleverse avec un puissant discours aux Assises du collectif 50/50 », sur Télérama (consulté le )
  50. « Comment ça va la culture ? #3 », sur Libération.fr, (consulté le )
  51. « Un homme, une femme : bientôt la parité sur les plateaux de cinéma ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. « Parité : prophétie réalisatrice », sur Libération.fr, (consulté le ).
  53. « Parité dans le cinéma: la France dit «action !» », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  54. « Le CNC s’engage pour la parité, l’égalité et la diversité femmes-hommes dans le cinéma français | CNC », sur cnc.fr (consulté le ).
  55. Afcinema, « Premières Assises sur la parité, l'égalité et la diversité dans le cinéma », sur Afcinema, (consulté le ).
  56. « Delphine Ernotte annonce des quotas de réalisatrices pour les fictions de France Télévisions », sur Télérama.fr (consulté le ).
  57. « Au cinéma, de nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement et les discriminations », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  58. Madame Figaro, « "Vers 5 ans, je me suis fait abuser " : le choc Agnès Jaoui aux Assises du collectif 50/50 », sur Madame Figaro, (consulté le )
  59. « Les agressions qu’elle a subies, les injonctions faites aux actrices, la représentation des femmes… : la confession puissante d’Agnès Jaoui », sur L'Obs (consulté le )
  60. « Agnès Jaoui et Beethoven à la sauce électro dans les replays de la semaine », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  61. Ouest-France, « Violences sexuelles. Une organisation de cinéastes demande des États généraux », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  62. a et b « Rebecca Zlotowski, réalisatrice : “J’en appelle à des états généraux sur les abus de pouvoir sexuels” », sur Télérama.fr (consulté le )
  63. Par Nathalie Klimberg, « Mediakwest - La « Bible 50/50 » appelée à devenir une référence dans la filière audiovisuelle », sur Mediakwest, (consulté le )
  64. « Cinéma français : «Certaines injustices persistantes mettent profondément en colère» », sur Libération.fr, (consulté le )
  65. « Un Livre blanc pour la prévention des violences sexuelles dans le cinéma français », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  66. a et b « Assises 50/50 : deux jours de débats passionnants et un “Livre blanc” pour l’égalité », sur Télérama (consulté le )
  67. « Netflix et le Collectif 50/50 s’allient pour favoriser la parité et la diversité à l’écran - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  68. « Le Collectif 50/50 et Netflix s’engagent pour la parité et la diversité au cinéma », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. « Collectif 50/50 : un nouveau programme pour encourager la parité et l’égalité des chances », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  70. Madame Figaro, « Anne Berest : "La maternité est une question qui me préoccupe beaucoup" », sur Madame Figaro, (consulté le )
  71. « Césars : la fin d’un règne ? », sur France Culture (consulté le )
  72. « Iris Brey : « Je veux remettre les femmes au coeur de notre histoire cinématographique » - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  73. « Catherine Corsini : "Nos films devront être encore plus puissants pour échapper à ce que nous vivons" », sur France Culture, (consulté le )
  74. « Cannes 2019 - Entretien avec Alice Diop, réalisatrice et membre du collectif 50/50 | CNC », sur www.cnc.fr (consulté le )
  75. « Marina Foïs : «On a le droit à notre kermesse et on peut revendiquer qu’elle nous corresponde» », sur Libération.fr, (consulté le )
  76. « 300 personnalités du cinéma lancent le collectif "5050 pour 2020" pour l'égalité dans le cinéma », sur Les Inrocks, (consulté le )
  77. « "Mains baladeuses", sexisme et âgisme : Agnès Jaoui tacle le monde du cinéma », sur www.terrafemina.com (consulté le )
  78. « Women In Motion est de retour avec une nouvelle série de podcasts », sur Les Inrocks, (consulté le )
  79. « Aïssa Maïga, l'actrice de combats qui bouscule le cinéma français », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  80. « Décès de Tonie Marshall, réalisatrice engagée », sur www.laliberte.ch (consulté le )
  81. « Pourquoi il faut voir "Cinéma au féminin Pluri(elles)", le documentaire qui s'attaque à la parité dans le cinéma français », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  82. « Cinéma au féminin pluri(elles) : Un documentaire post affaire Weinstein pour avancer », sur myCANAL (consulté le ).
  83. « Palmarès des 26es Trophées du Film français », sur Le Film Français (consulté le )
  84. « Le Grand bain et les Nuls triomphent aux Trophées du Film Français », sur Premiere.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier