Stade rochelais

club de rugby à XV en France
(Redirigé depuis Atlantique stade rochelais)
Stade rochelais
Logo du Stade rochelais
Généralités
Nom complet Stade rochelais
Surnoms Les Maritimes, Les bagnards, Le club à la caravelle, Les jaune et noir
Noms précédents Stade rochelais (1898-2000)
Atlantique Stade rochelais (2000-2016)
Fondation 1898
Statut professionnel
Couleurs Jaune et Noir
Stade Stade Marcel-Deflandre
(16 000 places)
Siège 27 Avenue du Maréchal Juin
17000 La Rochelle
Championnat actuel Top 14 (2021-2022)
Champions Cup (2021-2022)
Supersevens (2021)
Président Drapeau : France Vincent Merling
Entraîneur Drapeau : Irlande Ronan O'Gara (entraîneur en chef)
Drapeau : France Sébastien Boboul (adjoint / arrières)
Drapeau : France Romain Carmignani (adjoint / avants)
Site web www.staderochelais.com
Palmarès principal
National[Note 1] Coupe de la Ligue (2)

Maillots

Kit left arm StadeRochelais1920h.png
Kit body StadeRochelais1920h.png
Kit right arm StadeRochelais1920h.png
Kit shorts hungariarugbyStadeRochelais1920h.png
Kit socks hungariarugbyStadeRochelais1920h.png
Domicile
Kit left arm StadeRochelais1920a.png
Kit body StadeRochelais1920a.png
Kit right arm StadeRochelais1920a.png
Kit shorts hungariarugbyStadeRochelais1920a.png
Kit socks hungariarugbyblacklogo.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2021-2022 du Stade rochelais
0

Le Stade rochelais est un club français de rugby à XV, fondé en 1898 et basé à La Rochelle. Le club évolue depuis la saison 2014-2015 en Top 14, première division professionnelle. Présidé par Vincent Merling depuis 1991, ce club bat des records d'affluence dans son stade Marcel-Deflandre avec plus de 16 000 spectateurs de moyenne par match.

HistoireModifier

Création du club (1896 - 1902)Modifier

La pratique de football-rugby à La Rochelle remonte à 1892 avec l'association « Les Volontaires du lycée de La Rochelle ».

Le 8 avril 1896, est créé le Stade rochelais sous la forme d’une société de sports athlétiques, avec pour premier Président Louis Sagot. Mais ce n’est qu’en 1898 que le Stade rochelais est officiellement reconnu, sous l’impulsion et la responsabilité de son nouveau Président Charles Guarrigues.

Le Stade rochelais fait partie des clubs de rugby les plus anciens sur le sol français juste après le Le Havre Athletic Club le Racing Club de France, le Stade français, le FC Grenoble, le Lyon olympique universitaire et le FC Auch puisque la création de la société omnisports du Stade rochelais remonte à 1896[JMB115ans 1] pour une pratique effective à partir de 1898.

Développement de la section rugby (1902 - 1935)Modifier

Dès 1902, le consul des États-Unis à La Rochelle et futur président du club, George Henry Jackson (en), développe la section rugby. Durant cette période, le Stade rochelais est sacré plusieurs fois champion d’Atlantique jouant ainsi le championnat de France où il échoue à trois reprises en quarts de finale contre le Stade français (1906), Orléans (1907) et l’Aviron bayonnais (1914).

Les joueurs rochelais prennent leur quartier dans un domaine entre l’avenue Carnot et la voie ferrée, le Trianon, inauguré le 15 août 1906. La ferveur commence à se développer autour des jaune et noir qui sont à nouveau champions de l’Atlantique face aux Nantais, en 1907 mais qui échouent pour la deuxième année consécutive aux portes des demi-finales du Championnat de France (défaite face à Orléans).

Avant que la Première Guerre mondiale éclate et après quelques saisons où le titre régional échappait aux Rochelais, le club remporte son troisième titre de champion de l’Atlantique en 1914. Les jaune et noir s’inclinent une nouvelle fois en quart de finale de championnat de France, face à l’Aviron bayonnais.

Le Trianon réouvre ses portes en 1919 après une interruption de quatre ans à cause de la Grande Guerre. Cette période n’est pas la plus faste du Stade rochelais, les présidents se succèdent et les performances sportives n’atteignent pas les plus hauts sommets.

Le 19 septembre 1926, le parc des sports de Port-Neuf est inauguré. Il s’agit du nouveau terrain de jeu des jaune et noir.

Rugby à XIII (1935 - 1940)Modifier

Le Stade rochelais n’est pas le seul club en difficulté en cette fin des années 30. L’Union sportive rochelaise, l’autre équipe quinziste de la ville peine à cause d’un exode de ses joueurs vers La Rochelle XIII. Délaissées par leurs publics, les deux formations quinzistes décident de se rapprocher pour se sauver. Elles s’associent le 14 juin 1935 pour former l’Union Stade rochelais. L’équipe évoluera désormais au stade André-Barbeau, rue Alphonse de Saintonge. Le le club décide de passer au rugby à XIII, il y remporte notamment deux titres de champion de France de deuxième division en 1936 et 1937.

Retour au XV (1941 - 1948)Modifier

Le 23 juin 1940, La Rochelle devient ville occupée par l’armée allemande. La réduction du nombre de sociétés sportives pousse La Rochelle-Etudiants XIII à fusionner avec l’Union-Stade et relance, ensemble, une équipe quinziste, le Stade rochelais. Le club évolue à nouveau sur le terrain municipal de Port-Neuf.

Marcel Deflandre, directeur de la Raffinerie du Midi devient le président du club, le 10 janvier 1941. Il entre dans la Résistance, en intégrant en 1942, le groupe « Honneur et Patrie » et commande la section « Ravitaillement et essence ». Il est arrêté le 9 octobre 1943 à Niort et sera exécuté le 11 janvier 1944.

La France libérée de l’occupation allemande, les compétitions sportives officielles peuvent reprendre. L’Entente sportive cheminots rochelais (ESCR) est créée et l’entité rugby rochelais décide de les rejoindre. La section rugby de l’ESCR s’installe au stade de Port-Neuf, qui deviendra, le 23 mars 1947, le stade Marcel-Deflandre.

En 1948, la section rugby de l’ESCR reprend son autonomie et redevient le Stade rochelais.

Championnat de 1re division (1948 - 1997)Modifier

 
Rencontre entre La Rochelle et le Stade toulousain en 1957 perdu 12-6 par les maritimes.

Le Stade rochelais s’installe définitivement dans l’élite du rugby en accédant à la Fédérale, le plus haut niveau du rugby français à l’époque. Aussi, du 9 janvier 1949 au 24 octobre 1954, le club va enchaîner 28 matchs sans défaite à domicile.

Laurent Bidart est le premier joueur du club à être sélectionné en équipe de France en 1953 (une sélection contre le pays de Galles).  

L’école de rugby du Stade rochelais est fondée en 1952. En 1954, Arnaud Élissalde, alors joueur et entraîneur au club, va former une équipe d’éducateurs. Le club se structure progressivement tout comme l’école de rugby qui se développe rapidement. Afin de donner un nouvel élan dynamique autour du club, Jacques Larrose et Arnaud Elissalde décident de créer un journal pour faire connaître le Stade rochelais et le rugby. C’est ainsi qu’est né, en septembre 1958, le « Allez Stade ».

A partir de 1961, le Stade rochelais accède de manière quasi systématique aux seizièmes de finale du championnat de France et dispute trois quarts de finale perdus contre Dax en 1961, 1962 et 1969.

En 1970, le Stade rochelais est présent dans toutes les phases finales (équipes première, réserve, juniors A, juniors B et cadets). Lors de la décennie, les équipes jeunes montent en puissance en accédant régulièrement aux phases finales. Le Stade rochelais accroît sa réputation dans le paysage du rugby français.

En 1973, la formule du championnat de France est redéfinie et composée de deux groupes de 32 clubs chacun. Le Stade rochelais fait partie du groupe A (première division). Il y restera jusqu'en 1985 avant d'être relégué dans le groupe B.

La Rochelle ne rate pas le virage du rugby professionnel (1997 - 2006)Modifier

Vincent Merling, ancien joueur du Stade rochelais, devient président du club en 1991.

C’est à partir de 1997 et l’avènement du professionnalisme que l’histoire récente du club se dessine. En effet, dès cette année le Stade rochelais accède à l’élite professionnelle. La SAOS « Atlantique Stade rochelais » est créée, dont l’association Stade rochelais reste l’actionnaire majoritaire avec 98% des parts.

Double vainqueur de la coupe de Ligue (2002 et 2003)Modifier

Les Espoirs sont champions de France en 2001. L’équipe première est demi-finaliste de la coupe de France en 2000 et deux fois vainqueur de la coupe de la Ligue en 2002 et 2003. Le club fait partie du Top 16 pour la saison 2001-2002 avant d’être rétrogradé au terme de la saison.

L'expérience de la Pro D2 (2006 - 2014)Modifier

 
Patrice Collazo, entraîneur principal de l'ASR, en novembre 2014

Depuis la saison 2006-2007, La Rochelle est systématiquement en phase finale du championnat de Pro D2. Finaliste en 2007, demi-finaliste en 2008 et 2009, c’est en 2010 que La Rochelle réussit son pari : en battant Lyon en finale 32 à 26, le club accède au Top 14[1]. C’est aussi la période d’un nouveau record : du au le stade Marcel-Deflandre voit 22 victoires d’affilées. Enfin, le club a disputé trois boucliers européens en 1997, 2000 et 2001. À l'issue de la saison 2010-2011 en Top 14, le club maritime est rétrogradé en Pro D2 avec la ferme intention de retrouver l'élite et de se donner les moyens de s'y maintenir : Vincent Merling, président du club recrute deux jeunes entraîneurs : Patrice Collazo et Fabrice Ribeyrolles[2] et lance un plan d'action baptisé « Grandir ensemble 2015 » qui vise à développer le club tant sur le plan sportif que structurel.

La remontée en Top 14 et le maintien (2014 - 2016)Modifier

La remontée en Top 14 est assurée le , par la victoire du club en finale d'accession à Bordeaux (stade Chaban-Delmas), lors de laquelle le Stade rochelais bat le SU Agen sur le score de 31 à 22[3]. Les « jaune et noir » rejoignent ainsi le Lyon OU, qui avait assuré sa montée directe en remportant le championnat de Pro D2 à l'issue de la saison régulière.

En , Xavier Garbajosa intègre le club et devient entraîneur adjoint chargé des techniques individuelles (skills). Le , Fabrice Ribeyrolles quitte le staff d'entraîneurs puis le club. Xavier Garbajosa prend alors les fonctions d'entraîneur des lignes arrières[4].

Le , à l'issue d'un match nul concédé à domicile contre le Racing 92 (18-18), le maintien en Top 14 pour la saison 2014-2015 est mathématiquement assuré, un match avant la fin de la saison régulière.

Le , le club dévoile son nouveau plan de développement sur quatre ans, « Écrire notre histoire 2020 », ainsi que son changement d'identité : le nom du club est ainsi simplifié en abandonnant le préfixe « Atlantique », retournant ainsi à son nom original, alors qu'un nouveau logo est adopté, au design plus moderne[5].

Demi-finaliste du Top 14 contre Toulon (2016 - 2017)Modifier

Au cours de la saison de Top 14 2016-2017 le Stade rochelais fait une forte sensation en terminant leader du Top 14 lors de la phase régulière[6]. Le XV maritime crée même l'exploit d'égaler le record d'invincibilité sur une série de onze matchs (10 victoires, 1 nul)[7]. L'équipe se qualifie directement en demi-finale du Top 14 pour la première fois de son histoire. La saison se termine au stade Vélodrome le par une défaite en demi-finale face au Rugby club toulonnais sur le score de 15 à 18[8].

En 2018, le club de basket-ball Rupella basket 17 fusionne avec le Stade rochelais. La section basket-ball devient Stade rochelais Rupella[9].

Demi-finaliste du Top 14 et finaliste du Challenge européen (2018 - 2019)Modifier

Cinquième de la phase régulière de la saison de Top 14, les Rochelais éliminent le Racing 92 en quart de finale puis s'inclinent en demi-finale à Bordeaux au Matmut Atlantique contre Toulouse sur le score de 20 à 6[10]. Sur la scène européenne, ils perdent face à Newcastle en finale du challenge européen contre l'ASM Clermont Auvergne sur la marque de 36 à 16[11].

 
L'ouvreur irlandais Ronan O'Gara arrivé au club en 2019 et prend les commandes de l'équipe première en juillet 2021 à la suite du départ de Jono Gibbes.

Saison inachevée à cause du coronavirus (2019 - 2020)Modifier

Après la saison 2019-2020 qui a vu l'arrivée de Ronan O'Gara en tant qu'entraîneur en chef et de Robert Mohr en tant que coordinateur sportif du club, la saison 2020-2021, marque le changement du projet de jeu. L'organisation comme le staff se réorganisent pour avoir plus de transversalité entre les catégories de joueurs. Ainsi, davantage d'espoirs vont intégrer l'équipe première pour les entraînements. Le but est de faire émerger de nouveaux joueurs pour les matchs de la compétition et également de compenser un recrutement moins étoffé en raison de la crise de la Covid-19. Les entraîneurs de l'équipe espoirs (Sébastien Boboul et Romain Carmignani) vont intégrer le staff de l'équipe première en tant qu'adjoint. Le directeur sportif, Jono Gibbes intégrera davantage les entraînements et sera responsable des avants avec le soutien de Romain Carmignani. Davit Zirakashvili sera consultant pour le secteur de la mêlée. Les arrières seront sous la charge de l'entraîneur en chef Ronan O'Gara aidé par Sébastien Boboul[12]. Grégory Patat sera chargé de maintenir tous les joueurs qui ne jouent pas le week-end à leur meilleur niveau, de continuer à les faire progresser[13].

Finaliste de la Champions Cup et du Top 14 (2020 - 2021)Modifier

Le Stade rochelais de Jono Gibbes et Ronan O'Gara élimine les Anglais de Sale (45-21). Les Maritimes se qualifient pour la première fois de leur histoire en demi-finale de la Coupe d'Europe en 2021. Les Rochelais affrontent le 2 mai, les Irlandais du Leinster et se qualifient à leurs dépens sur le score de 32 à 23. En finale au Stade de Twickenham de Londres, ils s’inclinent face au Stade toulousain sur le score de 17 à 22 devant 10 000 spectateurs[14].

Les Rochelais éliminent en demi-finale du championnat de France Top 14 le Racing 92 (19-6) à Lille. Les Maritimes s'inclinent encore contre le Stade toulousain champion d'Europe sur le score de 8 à 18 en finale du Top 14.

PalmarèsModifier

Le tableau suivant récapitule les performances du Stade rochelais dans les diverses compétitions françaises et européennes.

Compétitions internationales Compétitions nationales
Coupe d'Europe
Finaliste (1)
2021
Challenge européen
Finaliste (1)
2019
Championnat de France de première division
Finaliste (1)
2021
Demi-finaliste (2)
2017, 2019
Championnat de France de deuxième division
Vainqueur du barrage d'accession en Top 14 (2)
2010, 2014
Compétitions nationales disparues Compétitions de jeunes
Coupe de la Ligue
Vainqueur (2)
2002, 2003


Challenge de l'Espérance
Finaliste (2)
1962, 1971
Championnat de France espoirs
Champion (1)
2002
Vice-champion (2)
2012 (niveau 2), 2018 (Élite)
Championnat de France espoirs de rugby à sept
Champion (4)
2011, 2012, 2013, 2018
Championnat de France juniors A (coupe Frantz Reichel)
Champion (2)
1971, 1974
Championnat de France juniors B (coupe René Crabos)
Champion (1)
1973
Championnat de France minimes
Champion (1)
2005
Championnat d'Aquitaine cadets (coupe Pierre Alamercery)
Champion (1)
2006

Historique des saisonsModifier

Saison   Championnats de France   Coupes d'Europe
Division Classement saison régulière Classement phases finales Supersevens Division Classement phase de groupe Classement phases finales
2020-2021 Top 14 2e Finale Annulé Champions Cup (ERCC1) 4e (groupe de 12 équipes) Finale
2019-2020 Top 14 5e (après 17 journées) Annulée Quart de finale (6e) Champions Cup (ERCC1) 3e -
2018-2019 Top 14 5e Demi-finale Challenge européen (ERCC2) 1er Finale
2017-2018 Top 14 7e - Champions Cup (ERCC1) 1er Quart de finale
2016-2017 Top 14 1er Demi-finale Challenge européen (ERCC2) 2e Demi-finale
2015-2016 Top 14 9e - Challenge européen (ERCC2) 3e -
2014-2015 Top 14 9e - Challenge européen (ERCC2) 4e -
2013-2014 Pro D2 3e Vainqueur de la finale d'accession
2012-2013 Pro D2 4e Demi-finale
2011-2012 Pro D2 5e Demi-finale
2010-2011 Top 14 13e Relégation AMLIN Challenge Cup (ERCC2) 1er Quart de finale
2009-2010 Pro D2 3e Vainqueur de la finale d'accession
2008-2009 Pro D2 4e Demi-finale
2007-2008 Pro D2 5e Demi-finale
2006-2007 Pro D2 3e Finale
2005-2006 Pro D2 8e -
2004-2005 Pro D2 13e -
2003-2004 Pro D2 5e -
2002-2003 Pro D2 7e -
2001-2002 Top 16 7e Relégation
2000-2001 Élite 1 7e -
1999-2000 Élite 1 7e -
1998-1999 Élite 1 8e -
1997-1998 Groupe A1 9e -
1996-1997 Groupe A2 2e de poule A2 Tour de qualification
1995-1996 Groupe A2 8e de poule A2 Barrage de relégation

Les finales du Stade rochelaisModifier

Coupes d'Europe  Modifier

Champions CupModifier
Date Champion Score Finaliste Lieu Spectateurs
  Stade toulousain 22 - 17   Stade rochelais Twickenham, Londres   10 000
Challenge européenModifier
Date Champion Score Finaliste Lieu Spectateurs
  ASM Clermont 36 – 16   Stade rochelais St James' Park, Newcastle   28 438

Championnats de France  Modifier

Top 14Modifier
Date Champion Score Finaliste Lieu Spectateurs
Stade toulousain 18 – 8 Stade rochelais Stade de France, Saint-Denis 14 000
Barrage d'accession en Top 14Modifier
Date Vainqueur Score Finaliste Lieu
Stade rochelais 32-26 LOU Stade Amédée-Domenech, Brive
Stade rochelais 31-22 SU Agen Stade Chaban-Delmas, Bordeaux

Coupe de la LigueModifier

Date Vainqueur Score Finaliste Lieu
Stade rochelais 23-19[15] Biarritz olympique Stade Marcel-Deflandre, La Rochelle
Stade rochelais 22-20[16] CS Bourgoin-Jallieu Stade Marcel-Deflandre, La Rochelle

Détail du palmarès des compétitions de jeunesModifier

Image et identitéModifier

Modifier

Lorsque le Stade rochelais dispute ses premières rencontres de championnat de l’Atlantique, George Henry Jackson a choisi le jaune et le noir comme couleurs représentatives du club. Cinquante ans plus tard, on les retrouve forcément dans le travail de Georges Gaïlleul, chargé de doter le Stade rochelais d’un écusson. Sur fond noir, il dessine une caravelle jaune, emblème de la ville de La Rochelle. Il ornera les maillots en 1968 à l’occasion du 16e de finale du championnat de France disputée à Montauban contre le RC Toulon.[réf. nécessaire]

Du début des années 2000 jusqu’en 2016, la mention « Atlantique » est présente sur le logo, rappellant la situation géographique de la ville, ce qui a fait naître le surnom « Maritimes » pour l’équipe.

Le , un nouveau logo plus moderne est présenté, accompagnant la nouvelle identité du club et abandonnant la mention « Atlantique »[5].

MusiqueModifier

Les joueurs du Stade rochelais ont l’habitude d’entrer sur le terrain avec un remix de la bande originale du film Pirates des Caraïbes par Scotty[réf. nécessaire].

Plus récemment une autre musique est utilisée, la chanson Santiano du chanteur Hugues Aufray[réf. nécessaire].

PopularitéModifier

SupportersModifier

Parmi les clubs de supporteurs, on retrouve notamment :

  • Agir avec le XV Rochelais
  • Le Club des Bagnards Rochelais
  • Le Club des Supporters

Affluence au stadeModifier

Depuis la saison 2016-2017[réf. nécessaire], le Stade rochelais est le club du championnat avec le meilleur taux de remplissage, à 100%.

Le Stade Marcel Deflandre affichera même complet pour la 55ème fois consécutive en Top 14 en février 2020 pour la réception de Toulon établissant le nouveau record de matchs joués à guichets fermés par un club.

Saison Division Matchs Moyenne Global
2020-2021 Top 14 1 1000 1000
2019-2020 Top 14 8 16000 128000
2018-2019 Top 14 14 16000 224000
2017-2018 Top 14 13 16000 208000
2016-2017 Top 14 13 15000 195000
2015-2016 Top 14 13 14921 193973
2014-2015 Top 14 13 14541 189035
2013-2014 Pro D2 15 10383 155740
2012-2013 Pro D2 15 10357 155357
2011-2012 Pro D2 15 10571 158572
2010-2011 Top 14 13 11975 155680

Structures du clubModifier

StadeModifier

Il y a 90 ans, le 19 septembre 1926, le Parc des sports de Port-Neuf et futur stade Marcel-Deflandre devenait le terrain de jeu officiel des jaune et noir.

Depuis le 23 mars 1947, le stade porte le nom de Marcel Deflandre, président du club au moment de la fusion entre les clubs de rugby à XIII et à XV de la ville, imposée par le régime de Pétain. Résistant, il fut arrêté et fusillé par la Gestapo en à Bordeaux.

Le 16 mars 1963 : Inauguration de la grande tribune, des vestiaires et du terrain annexe.

En septembre 1972 : construction de la seconde tribune (3000 places).

Le 21 septembre 2002 : Inauguration de la nouvelle tribune Atlantique (2990 places).

Le stade fut rénové pendant la saison 2009-2010, lorsque le Stade rochelais évoluait en Pro D2. Les travaux de la tribune Port Neuf (5529 places) se sont achevés pour la demi-finale face à Oyonnax début . C'est lors de la réception de Toulon le que le stade était pour la première fois comble : près de 12 300 personnes étaient alors présentes dans l'enceinte. La saison 2010-2011 en Top 14 a compté 11 rencontres à guichets fermés à Marcel-Deflandre. Par la suite, la capacité fut porté à plus de 15 000 places avec l'agrandissement des tribunes nord et sud situées derrière les poteaux des buts.

Le 3 octobre 2014 : Inauguration de la nouvelle tribune Jackson (2609 places).

Le 9 septembre 2017 : Inauguration de la nouvelle tribune Apivia (3859 places) et date de la première fois où le stade Marcel-Deflandre accueillait 16000 personnes. À l'intersaison, la capacité de l'enceinte avait été augmentée de 1000 places grâce à l'agrandissement de la tribune qui avait été, par la même occasion, couverte et dotée d'une loge panoramique collective. Ces travaux ont été permis grâce au soutien financier de la région Nouvelle-Aquitaine, du Conseil départemental de la Charente-Maritime et de la ville de La Rochelle. Ce jour-là, les jaune et noir se sont imposés face aux champions de France en titre, les Clermontois, sur le score de 51 à 20.

Centre d’entraînementModifier

Dans le cadre de son programme de développement « Écrire notre histoire 2020 » le Stade rochelais s'est doté d'un centre d'entraînement pour ses équipes, il ouvre en 2017 et est baptisé Apivia Parc centre de performance. Il est composé d’un centre d’entraînement professionnel, d’un centre de formation et d’un centre d’entraînement des équipes.

Il a été construit sur la plaine des jeux Colette Besson dans le quartier Port-Neuf à La Rochelle pour un investissement de 7 M d'€. Les 4 000 m2 de locaux et les 3 000 m2[21] de terrain synthétique couvert offrent un espace de travail et de vie pour tous les salariés du club (les joueurs, le staff, l'administration, etc.).

Centre de formationModifier

Le centre de formation du Stade rochelais a été construit en 1995, dans l'optique de pouvoir former les meilleurs jeunes pour les intégrer dans l'équipe première.

Le centre est classé en catégorie 1, c'est-à-dire, parmi les meilleurs centres de formation de France.

Équipe premièreModifier

Effectif 2021-2022Modifier

L'ensemble de l'effectif pour la saison 2021/2022 du Stade rochelais (les joueurs surlignés en bleu sont des espoirs intégrés au vestiaire professionnel pour l'intégralité de la saison[22]).

Poste[22] Nom Autre(s) poste(s)[23] Naissance[22] Nationalité sportive[23] Sélections
(points marqués)
Dernier club[23] Arrivée au club
(année)[23]
Joueur issu des
filières de formation (JIFF)[23]
Pilier gauche Léo Aouf - (24 ans)   France -   Stade poitevin rugby 2015  
Dany Priso - (27 ans)   France   14 (0)   Stade français 2016  
Reda Wardi - (25 ans)   France -   AS Béziers 2019  
Talonneur Facundo Bosch Troisième ligne (29 ans)   Argentine   2 (0)   SU Agen 2019 -
Pierre Bourgarit - (23 ans)   France   5 (0)   FC Auch 2017  
Samuel Lagrange - (24 ans)   France - Formé au club 2012  
Pilier droit Uini Atonio Deuxième ligne (31 ans)   France   37 (0)   Counties Manukau 2011 -
Ramiro Herrera - (32 ans)   Argentine   42 (0)   Stade français 2019 -
Guram Papidze - (24 ans)   Géorgie -   USON Nevers Rugby 2021  
Joel Sclavi - (27 ans)   Argentine   Jaguares XV 2021 -
Deuxième ligne Thomas Lavault - (22 ans)   France - Formé au club 2016  
Rémi Picquette - (26 ans)   France -   RC Vannes 2014 puis 2021  
Romain Sazy Troisième ligne (34 ans)   France -   US Montauban 2010  
William Skelton - (29 ans)   Australie   18 (10)   Saracens 2020 -
Mathieu Tanguy Troisième ligne (25 ans)   France - Formé au club 2012  
Troisième ligne Grégory Alldritt - (24 ans)   France   23 (20)   FC Auch 2016  
Paul Boudehent - (21 ans)   France - Formé au club 2017  
Rémi Bourdeau - (29 ans)   France -   AS Béziers 2018  
Kevin Gourdon - (31 ans)   France   19 (0)   ASM Clermont 2012  
Matthias Haddad - (20 ans)   France - Formé au club 2016  
Wiaan Liebenberg - (28 ans)   Afrique du Sud -   Montpellier HR 2018 -
Victor Vito - (34 ans)   Nouvelle-Zélande   33 (20)   Hurricanes 2016 -
Demi de mêlée Thomas Berjon - (23 ans)   France - Formé au club 2010  
Tawera Kerr-Barlow - (30 ans)   Nouvelle-Zélande   28 (10)   Chiefs 2017 -
Jules Le Bail Demi d'ouverture (29 ans)   France -   RC Vannes 2010 puis 2020  
Demi d'ouverture Jules Plisson - (29 ans)   France   18 (68)   Stade français 2019  
Pierre Popelin Arrière (26 ans)   France -   RC Vannes 2013 puis 2021  
Ihaia West Centre / Arrière (28 ans)   Nouvelle-Zélande -   Hurricanes 2018 -
Centre Levani Botia Troisième ligne (32 ans)   Fidji   20 (25)   Namosi 2014 -
Pierre Boudehent Ailier (23 ans)   France   sept

42 (79)

Formé au club 2015  
Eneriko Buliruarua Ailier (24 ans)   Fidji -   CA Brive 2021  
Jonathan Danty - (28 ans)   France   6 (5)   Stade français 2021  
Jules Favre Ailier (22 ans)   France - Formé au club 2017  
Jérémy Sinzelle Demi d'ouverture / Ailier / Arrière (31 ans)   France -   Stade français 2017  
Ailier Martin Alonso Munoz - (21 ans)   Espagne|   2 (0)   ASM Clermont 2019  
Malcom Bertschy - (21 ans)   France - Formé au club 2015  
Dillyn Leyds Demi d'ouverture / Arrière (28 ans)   Afrique du Sud   10 (5)   Stormers 2020 -
Arthur Retière Demi de mêlée / Arrière (23 ans)   France   1 (0)   Racing 92 2016  
Raymond Rhule Centre (28 ans)   Afrique du Sud   7 (5)   FC Grenoble 2020 -
Arrière Brice Dulin - (31 ans)   France   36 (48)   Racing 92 2020  

Staff sportifModifier

Période Directeur sportif Entraîneur(s) Adjoint(s) Titre(s)
1988 - 1993   Jean-Pierre Élissalde
- 1999   Jean-Pierre Élissalde
1999 -   Frédéric Uthurry (arrières) Coupe de la Ligue 2002
- 2004   Ronald White (avants)
  Frédéric Uthurry (arrières)
Coupe de la Ligue 2003
2004 - 2007   Serge Milhas   Frédéric Uthurry (arrières)
2007 - 2011   David Darricarrère (arrières)
2011 - 2012   Patrice Collazo (avants)
  Fabrice Ribeyrolles (arrières)
2012 - 2014   Akvsenti Giorgadze (conquête)
2014 - 09/2014 Poste de manager général occupé par
  Patrice Collazo
  Fabrice Ribeyrolles (arrières)
  Xavier Garbajosa (skills)
  Akvsenti Giorgadze (conquête)
09/2014 - 07/2018   Xavier Garbajosa (arrières)
  Akvsenti Giorgadze (conquête)
07/2018 - 11/2018   Xavier Garbajosa (arrières)
  Grégory Patat (avants)
  Akvsenti Giorgadze (conquête)
11/2018 - 07/2019   Jono Gibbes
07/2019 - 07/2020   Ronan O'Gara (arrières)   Grégory Patat (avants)
  Akvsenti Giorgadze (conquête)
07/2020 - 07/2021   Jono Gibbes (avants)   Grégory Patat (coordination)
  Sébastien Boboul (arrières)
  Romain Carmignani (avants)
  Davit Zirakashvili (consultant mêlée)
À partir de 07/2021

(Staff en cours de composition)

Poste de manager général occupé par

  Ronan O'Gara

  Sébastien Boboul

  Romain Carmignani

Équipe des espoirsModifier

La catégorie espoirs est réservée aux jeunes âgés de 18 à 22 ans (nés entre 1999 et 2003 pour la saison 2021-2022). En première ligne, les joueurs doivent obligatoirement avoir moins de 25 ans[24]. Certains espoirs sont "pensionnaires" du vestiaire professionnel pour l'ensemble de la saison (ils sont surlignés en bleu dans le tableau de l'équipe première).

Effectif 2021-2022Modifier

En cours d'officialisation.

Poste Nom Intégré à la préparation professionnel
Pilier   Martin Pivert -
  Simon Renaud -
  Emile Tuimavave -
Talonneur   Maxence Bonhommeau -
  Nathan Cazajous -
  Sacha Idoumi  
Deuxième ligne   Thomas Ployet  
Troisième ligne   Paul Cuny -
  Noé Della Schiava  
  Kenji Graulier -
  Jules Jegou -
  Matthieu Thomas -
Demi de mêlée   Dorian Bellot -
  Mathis Garnier -
Demi d'ouverture   Harry Glynn  
  Raphaël Sanchez -
Centre   Valentin Dominici -
  Victor Jardin -
  Mathis Lafon  
  Loïc Mioche -
  Victor Olivier  
Ailier   Nils Guyon  
Arrière   Thomas Carol -


Staff sportifModifier

Période Directeur sportif Entraîneur(s) Adjoint(s)
2012 - 2014   Laurent Albinet   Sébastien Boboul (arrières)
2014 - 2016 Poste de manager général occupé par
  Patrice Collazo
2016 - 07/2018   Grégory Patat (avants)
07/2018 - 11/2018   Sébastien Boboul (arrières)   Romain Carmignani (avants)
11/2018 - 07/2021   Jono Gibbes

PersonnalitésModifier

Joueurs emblématiquesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur du Stade rochelais.

PrésidentsModifier

Liste des présidents successifs[25]
Période Président
-   George Henry Jackson (en)
-
-   Georges Plantard
-   Georges Plantard
  Valentin Gaillepand
-
-   Georges Plantard
-   Marcel Deflandre
-   André Caen
-   Robert Aubarbier
-   André Caen
- 1956   Robert Aubarbier
1956 -
-   René Chevalier
-
-   Jean Tassin
-   Jacques Larrose
-   Yvan Caris
Depuis   Vincent Merling

Organigramme du clubModifier

Le Stade rochelais est une entreprise exploitée sous la forme d'une société par actions simplifiée. En mars 2021, sa gouvernance évolue, le club passe d'un duo exécutif président/directeur général à une direction à deux instances : un conseil de surveillance et un directoire[26]. Ainsi, le club se retrouve avec deux présidents à sa tête, l'un président du conseil de surveillance et l'autre président du directoire.

Lors du départ de Jono Gibbes (directeur sportif et entraîneur) du club en 2021, le club réorganise son pôle sportif. C'est le responsable du développement, Robert Mohr, qui prendra le rôle de directeur sportif du club. Contrairement à son prédécesseur, celui-ci ne sera pas aux côtés de Ronan O'Gara pour les entraînements de l'équipe première. Il est chargé notamment du développement des structures sportives du club, le lien entre la formation et l'équipe première ainsi que le recrutement[27].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

RéférencesModifier

  1. « Anniversaire : revivez cette journée triomphale du 23 mai 2010, le Stade Rochelais accède alors au Top 14 », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  2. Benjamin Deudon, « Le Stade Rochelais affiche ses ambitions : le Top 14 et une nouvelle tribune », sur sudouest.fr, .
  3. « Finale d'accession Pro D2, SUALG-Stade rochelais (22-31) - "Ici, ici, c'est La Rochelle" », sur rugbyrama.fr, .
  4. Martine Loyer, « Top 14 - Xavier Garbajosa : ""Il y a la même pression d'avant-match que quand on est joueur" », sur rugbyrama.fr, .
  5. a et b Sylvain Labbe, « « Écrire notre histoire 2020 », l'ambition de La Rochelle », sur www.sports.fr, (consulté le 28 juin 2016).
  6. Arnaud Bébien, « TOP 14 - Et pendant ce temps-là à La Rochelle ? "On ne se pose pas de questions..." », sur rugbyrama.fr, .
  7. Clément Mazella, « Top 14 - Record, révolte, Bayonne, poisse toulousaine... Nos Tops et Flops de la 23e journée », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 28 mai 2017).
  8. « Top 14 : Toulon s’envole en finale après avoir battu La Rochelle (18-15) », sur lemonde.fr, .
  9. Vincent Daheron, « La Rochelle Rupella officiellement renommée », bebasket.fr, (consulté le 14 juillet 2018)
  10. Franck Pujos, « Demi-finale du Top 14 : La Rochelle tombe les armes à la main face à Toulouse », sur sudouest.fr, .
  11. « Rugby. Challenge européen : Clermont triomphe de La Rochelle en finale », sur ouest-france.fr, .
  12. Jérôme Jarnoux, « Rugby – Top 14. Le Stade rochelais en ordre de marche », sur ouest-france.fr, (consulté le 4 juillet 2020).
  13. « La saison 2020/2021 est lancée ! », sur staderochelais.com, (consulté le 6 juillet 2020).
  14. « Rugby : devant 10 000 spectateurs, Toulouse bat La Rochelle et devient champion d'Europe », sur Franceinfo, (consulté le 22 mai 2021)
  15. « Coupe de la Ligue 2002 »
  16. « Coupe de la Ligue 2003 »
  17. Communiqué Société
  18. Compte-rendu sur le site Internet du club
  19. « Rugby à VII : Les Rochelais signent un triplé », sur sudouest.fr, .
  20. « Rugby à VII. Le Stade Rochelais champion de France Espoir », sur lerugbynistere.fr,
  21. « Apivia Parc, la "chapelle" des Jaune et Noir est ouverte », sur SudOuest.fr (consulté le 13 août 2019).
  22. a b et c « Effectif », sur staderochelais.com (consulté le 7 juillet 2021)
  23. a b c d et e « Les joueurs du Stade rochelais », sur allrugby.com (consulté le 7 juillet 2021)
  24. « Stade Rochelais Espoirs ».
  25. « Les présidents », sur staderochelais.com (consulté le 26 avril 2020).
  26. « Société Stade rochelais », sur société.com, (consulté le 10 juillet 2021)
  27. Romain Asselin, « La Rochelle : Mohr, du capitanat au tutorat », sur rugbyrama.fr, (consulté le 10 juillet 2021)

OuvragesModifier

  • Références issues de l'ouvrage 115 ans de rugby au Stade Rochelais de Jean-Michel Blaizeau
  1. Blaizeau 2014, p. 12.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Michel Blaizeau, 100 ans de rugby au Stade Rochelais, La Rochelle, Collection la Mémoire sportive, , 424 p. (ISBN 2-9509959-1-8).  
  • Jean-Michel Blaizeau, 115 ans de rugby au Stade Rochelais, Collection la Mémoire sportive, , 400 p. (ISBN 978-2-9509959-9-5 et 2-9509959-9-3).  

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :