Ouvrir le menu principal

Rémi Talès

joueur français de rugby à XV
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tales (homonymie).
Rémi Talès
Description de l'image Stade toulousain vs Castres olympique 0235.JPG.
Fiche d'identité
Naissance (35 ans)
à Mont-de-Marsan (France)
Taille 1,86 m (6 1)
Poste Demi d'ouverture
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2002-2006
2006-2011
2011-2015
2015-2018
2018-
Stade montois
Stade rochelais
Castres olympique
Racing 92
Stade montois
28 (23)[1]
131 (124)[1]
93 (52)[1]
52 (4)[1]
9 (5)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2013-Drapeau : France France24 (0)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 24 décembre 2018.

Rémi Talès, né le , est un joueur international français de rugby à XV qui évolue au poste de demi d'ouverture au sein de l'effectif du Mont-de-Marsan, après avoir notamment joué au Racing 92, champion de France en 2016, et au Castres olympique, club avec lequel il remporte un titre champion de France en 2013.

Sommaire

BiographieModifier

 
Laurent Labit, ici en 2015, est l'entraîneur de Rémi Talès de 2011 à 2013, puis de nouveau de 2015 à 2018.

En juin 2011, il participe à la tournée des Barbarians français en Argentine pour jouer deux matchs contre les Pumas. Les Baa-Baas s'inclinent 23 à 19 à Buenos Aires[3] puis l'emportent 18 à 21 à Resistencia[4].

Après cinq saisons passées au Stade rochelais, il rejoint en 2011 le Castres olympique[5]. En novembre 2012, alors que son contrat se termine à la fin de la saison et qu'il est courtisé par d'autres clubs, il prolonge pour deux nouvelles années[5].

Le 1er juin 2013, Rémi Talès devient champion de France de Top 14 avec son club du Castres olympique au terme d'une finale remportée 19 à 14 face au RC Toulon. Capitaine de son équipe, il contribue à la victoire de celle-ci en inscrivant deux drops décisifs[6].

Convoqué pour la tournée de juin de l'équipe de France en Nouvelle-Zélande, il dispute le match face aux Auckland Blues en tant que titulaire[7]. Il obtient sa première cape le 15 juin lors du deuxième test face aux All Blacks où il rentre en fin de rencontre au poste d'ouvreur, le titulaire Frédéric Michalak étant déplacé au poste de demi de mêlée[8]. Après cette défaite sur le score de 30 à 0, il est titularisé le 22 juin pour le dernier test, associé à Jean-Marc Doussain[9]. Cette rencontre se solde par une troisième victoire en trois tests des All Blacks, sur le score de 24 à 9[10]. Lors de la tournée de novembre des All Blacks en Europe, il dispute sa troisième rencontre sous le maillot bleu face à ces mêmes adversaires, rencontre remportée par ces derniers sur le score de 26 à 19[11]. Il est confirmé au poste de titulaire lors des deux tests suivants, face aux Tonga, victoire 38 à 18, puis face aux Springboks, défaite 19 à 10.

Blessé, il manque l'ouverture du tournoi 2014. Il fait son retour lors de la rencontre perdue face au pays de Galles, rentrant en cours de jeux à la place de Jules Plisson. Il occupe de nouveau ce poste lors du match suivant face à l'Écosse, puis reprend un poste de titulaire lors du dernier test, face à l'Irlande.

En Top 14, après avoir éliminé Clermont en quart de finale, mettant ainsi un terme à l'invicibilité des clermontois dans leur stade Marcel-Michelin[12], Talès est opposé à François Trinh-Duc, l'un des concurrents au poste d'ouvreur en équipe de France[13]. Cette rencontre tourne à l'avantage des Castrais[14] qui se qualifient pour la finale pour la deuxième année consécutive, face au même adversaire toulonnais. Contrairement à la saison précédente, Toulon s'impose sur le score de 18 à 10[15].

 
Rémi Talès (français le plus à gauche), en soutien de Gaël Fickou, lors du Tournoi des Six Nations 2014 contre l'Irlande.

Avant la Tournée en Australie, où il dispute deux des trois tests face aux Wallabies, il fait partie des trente joueurs sélectionnés par l'encadrement de l'équipe de France pour avoir un nombre de matchs limités sur la saison 2014-2015, à la suite d'un accord entre la Fédération Française de Rugby et la Ligue nationale de rugby[16]. Présent dans le groupe de joueurs désignés pour disputer les tests du mois de novembre, il entre à la place de Camille Lopez lors des rencontres face aux Fidji et à l'Australie, deux rencontres remportées par les Bleus. Lors de la rencontre face aux Wallabies, il est sanctionné d'un carton jaune peu après sa rentrée[17]. Il rentre également en jeu lors du troisième test, face à l'Argentine, rencontre perdue par les Bleus.

En 2014, il signe un contrat de 3 ans en faveur du Racing Métro 92 pour jouer à partir de la saison 2015-2016 pour un salaire estimé à 400 000 /an[18]. Le club recrute également à son poste le néo-zélandais Dan Carter (112 sélections avec les All Blacks)[19].

Après avoir été remplaçant durant le Tournoi des Six Nations 2015, il est sélectionné pour la Coupe du Monde pour être la doublure de Frédéric Michalak. Durant la compétition, bien qu'il n'ait été titulaire que contre la Roumanie, il a participé à tous les matchs. Par la suite, il n'est plus rappelé en équipe de France.

Il est de nouveau champion de France en 2016 avec le Racing 92, mais ne participe pas à la finale. En 2018, il quitte le club francilien pour revenir à son club formateur, le Stade montois, en Pro D2.

CarrièreModifier

PalmarèsModifier

En clubModifier

En équipe nationaleModifier

(mis à jour le 19 octobre 2015)

  • Équipe de France[2] :
  • Équipe de France Universitaire : 2 sélections en 2005 (Angleterre U)
  • Équipe de France Universitaire : 2 sélections en 2006 (Angleterre U & Espagne)

Il obtient sa première cape internationale le 15 juin 2013 face aux All Blacks lors de la tournée en Nouvelle-Zélande en 2013[2]. Lors de cette saison, il dispute un total de cinq rencontres internationales, deux tests en juin face aux All Blacks, et trois tests en novembre, à nouveau à la Nouvelle-Zélande, aux Tonga puis à l'Afrique du Sud[2].

En 2014, il prend part à trois des cinq matches de l'équipe de France lors du Tournoi des six Nations, qui voit la France finir à la quatrième place. Il dispute également cinq tests, deux en juin en Australie face aux Wallabies, puis les trois tests de novembre, face aux Fidji, à l'Australie à nouveau puis face à l'Argentine[2].

Il fait partie du groupe de l'équipe de France qui dispute la coupe du monde 2015.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d et e « Fiche de Rémi Talès », sur itsrugby.fr (consulté le 1er mars 2015).
  2. a b c d et e (en) « Fiche de Rémi Talès », sur www.espnscrum.com, ESPNscrum (consulté le 18 octobre 2015).
  3. « Argentine vs Barbarian Rugby Club 4 juin 2011 », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français, (consulté le 28 novembre 2016)
  4. « Argentine vs Barbarian Rugby Club 11 juin 2011 », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français, (consulté le 28 novembre 2016)
  5. a et b « Top 14: Rémi Talès prolonge au Castres Olympique », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
  6. « Rugby, Top 14 : Castres remporte la finale (19-14) et prive Toulon d'un doublé », sur leparisien.fr, .
  7. « Auckland Blues - France : « Je suis un vieux débutant » dit Remi Tales », sur sudouest.fr, .
  8. « Rugby : les All Blacks écrasent la France 30-0 », sur lemonde.fr, .
  9. « Avec une charnière Doussain-Tales », sur sport24.lefigaro.fr, .
  10. Arnaud Coudry, « Le XV de France n’a pas démérité », sur sport24.lefigaro.fr, .
  11. « Rugby: la France s'incline de peu face aux All Blacks », sur ladepeche.fr, .
  12. Hervé Marchon, « Rugby : Castres crée l'exploit contre Clermont », sur liberation.fr, .
  13. « Demi-finales du Top 14 : Montpellier-Castres, le choc des faux outsiders », sur lemonde.fr, .
  14. Ryad Ouslimani, « Top 14 : Castres passe l'obstacle Montpellier et rejoint Toulon en finale », sur rtl.fr, .
  15. « Toulon s'offre le doublé », sur lejdd.fr, .
  16. « Les 30 joueurs pour 2014-2015 », sur sport24.lefigaro.fr, .
  17. « Les Coqs plus forts que les Wallabies », sur lepoint.fr, .
  18. « Le Racing vise Tales », sur lequipe.fr, .
  19. « Dan Carter rejoindra le Racing-Métro après la Coupe du monde », sur www.ladepeche.fr, .

Liens externesModifier