Anna Mouglalis

actrice française

Anna Mouglalis, née le à Fréjus[1],[Note 1], est une actrice française.

Anna Mouglalis
Description de cette image, également commentée ci-après
Anna Mouglalis en octobre 2012.
Naissance (44 ans)
Fréjus (Var)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Films notables Merci pour le chocolat
La Maladie de la mort
Les Amants du Flore
Séries notables Baron noir

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Lors de la Première Guerre mondiale, entre 1916 et 1917, alors que l'île grecque de Kastellórizo est occupée par l'armée française, quatre frères Mouglális (Μουγλάλης), Alexandre, Emmanuel, Georges et Michel, tous maçons de métier, émigrent à Nantes. Ils s'installent rue Dos-d'Âne, dans le quartier Saint-Jacques, près du pont de Pirmil, où ils élèvent vingt-sept enfants. Anna est l'arrière-petite-fille de l'un de ces quatre frères. Son père exerce la profession de médecin acupuncteur, sa mère, bretonne, est kinésithérapeute[2]. Née le à Fréjus, Anna Mouglalis passe son enfance dans le Var puis à Nantes. Après ses études secondaires au lycée Guist'hau, elle quitte Nantes à l'âge de 15 ans et demi pour s'installer à Paris[3],[4]. Élève en hypokhâgne au Lycée Jules-Ferry, elle passe brièvement par la Fémis[4], puis entre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD), où elle étudie sous la direction de Daniel Mesguich jusqu’en 2001. En parallèle, pour gagner sa vie, elle se lance dans le mannequinat[5].

Débuts de comédienne (années 1990)Modifier

À partir de 1997, Anna Mouglalis se lance dans une carrière théâtrale, comme assistante du metteur en scène Michel Pascal pour son spectacle La Nuit du Titanic, au Théâtre Rive-Gauche (Paris XIVe) avec Bernard-Pierre Donnadieu, Jean-Pierre Castaldi et Nicolas Giraudi. Sa voix rauque semble poser problème lors des castings, ce qui explique que ses professeurs du Conservatoire lui aient conseillé de subir une opération afin de perdre cette voix grave[5].

Elle joue ensuite L'Éveil du printemps, de Frank Wedekind, avec Yves Beaunesne, créé au Quartz de Brest puis tournant en France et en Suisse.

La même année, elle tourne son premier film, le drame Terminale, écrit et réalisé par Francis Girod, où elle joue une lycéenne.

En 2000, elle joue dans trois films : elle tient un petit rôle dans le drame La Captive, de Chantal Akerman, présenté au Festival de Cannes. Elle tient aussi un second rôle, celui d'une infirmière, dans la comédie noire De l'histoire ancienne, d'Orso Miret. Mais le grand public la découvre surtout dans Merci pour le chocolat, un thriller de Claude Chabrol, dans lequel elle incarne, aux côtés de Jacques Dutronc et Isabelle Huppert, une jeune pianiste suspectant son mentor (Dutronc) d'être son père.

Tête d'affiche de films indépendants (années 2000)Modifier

 
La comédienne à un défilé, en octobre 2007.

En 2001, elle est propulsée dans un premier rôle pour la romance Novo, de Jean-Pierre Limosin. Elle a pour partenaires Eduardo Noriega et Paz Vega.

En 2002, elle tient le premier rôle féminin du thriller Le Loup de la côte Ouest, face à James Faulkner. Elle partage également l'affiche de la romance La Vie nouvelle avec l'américain Zachary Knighton

Le , après l'actrice et chanteuse Vanessa Paradis, Anna Mouglalis est choisie par Karl Lagerfeld pour devenir l'ambassadrice du parfum Allure de Chanel. En 2003, elle apparaît ainsi sur de nombreuses affiches Chanel en France.

Au cinéma, elle interprète le rôle principal dans La Maladie de la mort, premier film d'Asa Mader, sélectionné au Festival de Venise[6]. La même année, elle joue aux côtés de Daniel Auteuil dans le drame psychologique Le Prix du désir, écrit et réalisé par Roberto Andò.

La même année, elle défend La Campagne, de Martin Crimp, mise en scène par Louis-Do de Lencquesaing, à la Maison des Arts et de la culture de Créteil, puis au Théâtre de l'Œuvre.

En , elle interprète le rôle principal dans la pièce Héroïne écrite et mise en scène par Asa Mader, et mise en musique par Emmanuel Deruty, dont la première a eu lieu au château Maniace de Syracuse, en Sicile. La même année, elle est la vedette de la tragédie burlesque En attendant le déluge, écrit et réalisé par Damien Odoul et sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs.

En 2005, elle bénéficie d'une forte exposition médiatique en tenant le premier rôle féminin du thriller Romanzo Criminale, réalisé par Michele Placido et inspiré de la Bande de la Magliana.

Elle poursuit en 2006 avec le premier rôle féminin du téléfilm Les Amants du Flore. Elle y incarne Simone de Beauvoir jeune, lors de sa rencontre avec Jean-Paul Sartre (Lorànt Deutsch). La même année, elle partage l'affiche du drame italien Mare nero (it) avec Luigi Lo Cascio.

En 2007, elle est la tête d'affiche du drame J'ai toujours rêvé d'être un gangster, première réalisation de son compagnon à la ville, Samuel Benchetrit.

Elle enchaîne ensuite les biopics : en 2009 , elle incarne Coco Chanel dans Coco Chanel & Igor Stravinsky, quatrième long-métrage de Jan Kounen. Puis elle prête ses traits à Juliette Gréco dans l'ambitieux Gainsbourg, vie héroïque, première réalisation de l'auteur de bandes dessinées Joann Sfar.

Diversification de l'expression artistique (années 2010)Modifier

 
L'actrice à la cérémonie des Césars 2017.

En 2011, Samuel Benchetrit la dirige de nouveau, cette fois dans la comédie dramatique Chez Gino, portée par un José Garcia à contre-emploi.

Elle retrouve Lagerfeld pour le film de mode The Tale of a Fairy aux côtés d'Amanda Harlech[7],[8],[9].

L'année suivante, elle figure au casting international du thriller horrifique Kiss of the Damned, écrit et réalisé par Xan Cassavetes. Elle est aussi, pour la seconde fois de sa carrière, unique tête d'affiche d'un film : le drame Photo, écrit et réalisé par Carlos Saboga.

En 2013, c'est Philippe Garrel qui la met en scène pour le mélodrame La Jalousie, qui l'oppose à Louis Garrel. La même année, elle fait partie du jury du Festival international du film de femmes de Salé[10],[11].

C'est au Festival international du film d'Erevan 2014 qu'elle est ensuite membre du jury des longs-métrages. Puis elle retourne en Italie pour le premier rôle féminin du drame Leopardi, Il giovane favoloso, de Mario Martone. La même année, elle est à l'affiche du troisième long de Samuel Benchetrit, Un voyage.

En 2015, elle est la vedette de deux films indépendants : Anna, de Charles-Olivier Michaud, puis Pluie d'été, de Cyril de Gasperis.

L'année suivante, elle est au casting du drame Split, de Deborah Kampmeier, mais surtout accepte le premier rôle féminin de la série de Canal +, Baron noir.

En 2017, elle fait partie du jury de la Mostra de Venise 2017 présidé par la comédienne américaine Annette Bening.

Elle revient au cinéma en 2018 pour le premier rôle du drame La Femme la plus assassinée du monde, de Franck Ribière.

À l'automne de la même année, l'actrice reçoit le Coup de cœur de la parole enregistrée pour une fiction de l'Académie Charles Cros pour sa lecture en livre audio de la nouvelle Fénitchka, suivi de Une longue dissipation de Lou-Andreas Salomé à La Bibliothèque des voix[12],[13]. Puis en décembre, elle apparaît dans le clip de la chanson De l'amour[14], parmi plus de 70 célébrités mobilisées à l'appel de l'association Urgence Homophobie.

Début 2019, la comédienne se fait dramaturge en participant à la nouvelle édition du festival Paris des Femmes, ayant pour thème « Noces », en compagnie d'Isabelle Carré, Rebecca Zlotowski, Adélaïde Bon, Catherine Cusset, Tania de Montaigne, Anne Berest, Carole Fives et Noëlle Châtelet[15]. Elle signe une courte pièce intitulée Puisqu'il fait jour après la nuit, histoire d'une femme qui reçoit la demande de divorce de son mari par lettre, seule-en-scène qu'elle joue elle-même au Théâtre de la Pépinière à Paris, dans une mise en scène d'Anne Berest[16]. Celle-ci la dirige également dans sa propre pièce, Noces de plomb, aux côtés de Judith Magre et Mathieu Demy. La pièce d'Anna Mouglalis paraît alors en recueil avec l'ensemble des textes dramatiques de cette édition du festival dans la Collection des Quatre-vents de L'avant-scène théâtre[17].

Vie privéeModifier

 
L'égérie de mode au défilé Chanel Printemps-Été 2010.

Anna Mouglalis a vécu avec le réalisateur Samuel Benchetrit avec qui elle a eu une fille en 2007. Toutes deux figurent sur l'affiche de son film J'ai toujours rêvé d'être un gangster. Le , elle épouse l'homme d'affaires australien Vincent Raes[18], puis annonce en être en instance de divorce avec celui-ci : son couple n'aurait duré que 4 mois[19],[20]. De juin 2015 à 2016, elle est en couple avec Benjamin Biolay[21].

ThéâtreModifier

  • 1997-1998 : L'éveil du printemps de Franck Wedekind, mise en scène Yves Beaunesne, Théâtre Le Quartz et tournée en France et en Suisse : Isle
  • 1999 : Partage de midi de Paul Claudel, mise en scène Volodia Serre, Conservatoire national d'art dramatique, Paris : Ysé
  • 2002 : Au monde comme n'y étant pas d'Olivier Py, mise en scène Olivier Py, La manufacture des œillets (Ivry)
  • 2003 : La campagne de Martin Crimp, mise en scène Louis Dominque De Lenqusaing, La maison des arts de Créteil : Rebecca
  • 2004 : Héroïne d'Ovide, Marguerite Yourcenar et Anna Mouglalis, mise en scène Asa Mader, Festival Ortigia Syracusa
  • 2015-2016 : Sérénades d'Arnaud Cathrine, Ninon Brétécher et Anna Mouglalis, mise en scène Ninon Brétécher, Théâtre le Monfort
  • 2018 : à l'infini nous rassembler de Jean-François Spricigo, mise en scène de l'auteur, Centquatre-Paris.
  • 2019 : Puisqu'il fait jour après la nuit d'Anna Mouglalis et Noces de plomb d'Anne Berest, mise en scène Anne Berest, La Pépinière-Théâtre, dans le cadre de l'édition 2019 du Paris des Femmes, thème « Noces ».
  • 2019 : Mademoiselle Julie d'August Strindberg, mise en scène Julie Brochen, Théâtre de l'Atelier.
  • 2020 : Festival "Oh les beaux jours", Mucem Marseille, lecture du Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire,
  • 2021 : Intime Festival, chapitre 9 (festival littéraire) - Théâtre de Namur : Lecture du livre Les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos[22]

FilmographieModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Courts métragesModifier

RéalisatriceModifier

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier

TéléfilmsModifier

PublicitésModifier

ChanelModifier

ClipsModifier

PublicationsModifier

Livres audioModifier

Texte dramatiqueModifier

  • 2019 : « Puisqu'il fait jour après la nuit », in Collectif, Noces : neuf pièces courtes, Paris, Collection des quatre-vents, L'avant-scène théâtre (ISBN 978-2-7498-1444-5).

DistinctionsModifier

PrixModifier

  • 2006 : Révélation féminine de l'année, Festival du film de Cabourg pour Romanzo Criminale de Michele Placido.
  • 2009 : Mention spéciale du jury, Festival international du court-métrage de Venise (Circuito Off) pour Les filles (réalisation)[27].
  • 2013 : Coup de cœur de la parole enregistrée, catégorie fiction, de l'Académie Charles Cros pour le livre audio Home de Toni Morrison, traduction française de Christine Laferrière, Audiolib, Hachette Livre.
  • 2015 : Meilleure actrice pour un second rôle, Premio Kinéo, Biennale de Venise 2015 pour Il giovane favoloso de Mario Martone [28]
  • 2014 : Grand Prix du livre audio 2014 et Plume d'Or de La Plume de Paon pour le livre audio Home de Toni Morrison, traduction française de Christine Laferrière, Audiolib, Hachette Livre.
  • 2017 : Grand Prix du livre audio 2017 et Plume d'Or de La Plume de Paon pour le livre audio Délivrances de Toni Morrison, traduction française de Christine Laferrière, Audiolib, Hachette Livre.
  • 2018 : Prix d'honneur, 34ème Festival du film d'Alexandrie [29]
  • 2018 : Coup de cœur de la parole enregistrée, catégorie fiction, de l'Académie Charles Cros pour le livre audio Fénitchka, suivi de Une longue dissipation de Lou-Andreas Salomé, La Bibliothèque des voix, des femmes-Antoinette Fouque, 2018[30].
  • 2020 : Plume de Paon, Prix du plublic catégorie classique Centre National du livre pour le livre audio Le Gars de Marina Tsétaïéva, La Bibliothèque des voix, des femmes-Antoinette Fouque, 2020.

Récompense parodiqueModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Source, corroborée par l'état civil, cf. Blog Territoires, Gala, Geneanet).

RéférencesModifier

  1. France Inter: Anna Mouglalis (Archive), Courte biographie à l'occasion de sa participation à l'émission de radio Nonabstant le 23 décembre 2009.
  2. Nantais venus d'ailleurs, Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, ouvrage sous la direction d'Alain Croix, Nantes-Histoire/Presses universitaires de Rennes, 2007, page 238 (notice Les Mouglalis).
  3. « "Entre moi et moi, c’est quelque chose d’impossible", l'interview d'Anna Mouglalis », sur mixtemagazine.com (consulté le )
  4. a et b « Anna Mouglalis », sur AlloCiné (consulté le )
  5. a et b « Anna Mouglalis », sur elle.fr (consulté le )
  6. « Anna Mouglalis - La biographie de Anna Mouglalis avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le )
  7. The Tale of a Fairy, un court métrage de Karl Lagerfeld, 25 mai 2011
  8. (en) "The Tale of a Fairy" - A Film by Karl Lagerfeld 15 mai 2011
  9. (en) The Tale of a Fairy sur The Encyclopedia of Lesbian Movie Scenes
  10. « 7ème Festival international du film de femmes de Salé », Aujourd'hui le Maroc,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Festival international du film de femmes de Salé: Hommage à l’actrice égyptienne Athar El Hakim », sur medias24.com (consulté le )
  12. Académie Charles Cros, « Palmarès des Coups de cœur de la parole enregistrée 2018 », Académie Charles Cros,‎ (lire en ligne)
  13. Antoine Oury, « Coups de coeur : l'Académie Charles Cros récompense des livres audio », sur actualitte.com, (consulté le )
  14. https://jesuismusique.com/2019/01/05/de-lamour/
  15. « Paris des femmes - Édition 2019 », sur spectacles-selection.com (consulté le )
  16. « Éditions précédentes », sur Paris des Femmes (consulté le )
  17. Collectif, Noces : neuf pièces courtes, Paris, L'avant-scène théâtre, coll. « Collection des quatre-vents », , 175 p. (ISBN 978-2-7498-1444-5 et 2-7498-1444-8, OCLC 1101110558)
  18. Nice-Matin, 22 mars 2013.
  19. Mouglalis a divorcé quatre mois après son mariage, L'Express
  20. A peine mariée déjà divorcée, Gala
  21. Élodie Mandel, « Benjamin Biolay quitte Vanessa Paradis pour Anna Mougalis », sur Closer,
  22. « Les liaisons dangereuses », sur from (consulté le )
  23. « Leopardi (2014) - IMDb » (consulté le )
  24. Alex Carvalho, La Salamandre, N Filmes, san cinema, Cinenovo, (lire en ligne)
  25. Gianni Zanasi, War, Pupkin Production (lire en ligne)
  26. Sébastien de Fonseca, Bijou bijou, La Mer à Boire Productions, (lire en ligne)
  27. a et b « Les Filles (2009) », sur www.unifrance.org (consulté le )
  28. (it) « 13° Edizione | Kineo » (consulté le )
  29. « StackPath », sur dailynewsegypt.com (consulté le )
  30. « Coup de coeur Parole Enregistrée et Documents Sonores 2018 », sur Académie Charles-Cros (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier