Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quartz.
Le Quartz
Description de l'image Esplanade Le Quartz Brest.jpg.
Type Salle de spectacles et centre culturel
Danse contemporaine
Théâtre
Musique du monde
Musique classique
Lieu Brest
Coordonnées 48° 23′ 21″ nord, 4° 29′ 07″ ouest
Inauguration 1988
Capacité Grande salle de 1 500 places et petite salle de 320 places
Direction Matthieu Banvillet
Site web www.lequartz.com

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Le Quartz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Quartz

Géolocalisation sur la carte : Brest

(Voir situation sur carte : Brest)
Le Quartz

Résidence

Scène nationale

Le Quartz est une salle de spectacles et un centre culturel de Brest devenu Scène nationale en 2001 et réservée aux spectacles vivants.

PrésentationModifier

Le Quartz est créé en 1988 à la suite de l'incendie qui détruit complètement le Palais des Arts et de la Culture le 26 novembre 1981[1]. La reconstruction voit le jour sous l'ère de Georges Kerbrat, maire de Brest, après que Jacques Berthelot, élu maire en 1983, décida de conserver comme socle les parties épargnées par l'incendie, notamment le long de l'avenue Clemenceau. Au départ, le projet de l'équipe municipale de Francis Le Blé était d'imaginer un « nouvel espace culturel »[2].

Ce centre culturel de 20 000 m2 regroupe une grande salle de 1500 places, une petite salle de 320 places, une salle méridienne d'une capacité de 200 à 350 places, une salle de répétition de 100 places, une galerie d'exposition de 400 m2, un studio de danse et un studio de musique et d'un café des artistes.

Le Quartz est constitué de trois pôles artistiques que sont l'unité théâtrale (dirigée par Philippe Calvario, Julie Berès et Cédric Gourmelon), l'unité chorégraphique (dirigée par Gisèle Vienne, Benoît Lachambre et Herwann Asseh) et l'unité musicale (avec l'Ensemble Matheus et l'Ensemble Sillages). De plus, le Quartz accueille chaque année des metteurs en scène et chorégraphes en résidence, pour leur permettre de développer leurs projets artistiques.

Le 12 janvier 2001, la salle devient Scène nationale[3]. Depuis 2005, le Quartz est l'une des premières scènes nationales par sa fréquentation avec plus de 100 000 places occupées annuellement[3], en dehors de ses manifestations particulières, portant le nombre total à plus de 200 000 spectateurs[4].

Jacques Blanc, arrivé au Quartz dès l'inauguration en tant que conseiller artistique, deviendra directeur un an plus tard. Il quittera ses fonctions le 1er janvier 2011 pour être remplacé par Matthieu Banvillet, administrateur du Quartz depuis 2005, et bras droit de Jacques Blanc.

ManifestationsModifier

En plus de sa programmation des arts vivants, comprenant environ 80 spectacles par saison (dont une douzaine de créations annuelles) et 257 représentations en cette année 2010[4], Le Quartz organise chaque année :

  • le festival No Border (décembre),
  • Dañsfabrik (février-mars)
  • les Humanités (mai)

Sont accueillis :

Rénovation Modifier

Plus de 30 ans après sa création, le lieu sera complètement rénové par le cabinet "Blanc & Roux architectes" d'Avril 2021 à Avril 2023. Pendant cette période, les spectacles seront délocalisés en d'autres lieux[5]. Un peu avant 2010, l'entrée avait déjà été déplacée du boulevard Clemenceau vers la rue du château, provoquant un remaniement du rez-de-chaussée ;

Notes et référencesModifier

  1. Institut National de l’Audiovisuel France 3 Bretagne, « Historique du PAC de Brest », sur Ina.fr, (consulté le 5 avril 2017)
  2. « Tout raser ou reconstruire ? », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2017)
  3. a et b Jacques Blanc. 20 ans de Quartz dans Le Télégramme du 29 février 2008
  4. a et b D'après le site officiel du Quartz
  5. https://www.skyscrapercity.com/showpost.php?p=162459714&postcount=14605

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Yann Rivallain, « Le Quartz, vingt ans de résonance », ArMen, n°166, Septembre-Octobre 2008, p. 44-47

Liens externesModifier