Ouvrir le menu principal

15eRégiment d'Artillerie
Image illustrative de l’article 15e régiment d'artillerie
Premier insigne du 15e R.A (armes de Douai)

Création 1841
Dissolution 1997
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'artillerie
Rôle artillerie nucléaire
Devise Crains Dieu et mes foudres
Inscriptions
sur l’emblème
Solférino 1859
Guise 1914
Verdun 1916
La Somme 1916
Soissonnais 1918
Guerres Second Empire
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de Charleroi
1914 - Bataille de Guise
Bataille de la Marne
(Bataille des Deux Morins)
1914 - Bataille de l'Aisne
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1918 - Bataille du Soissonnais
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918. Il faut noter sur une photo d'époque que l'étendard arborait une décoration (une médaille ronde) qui n'a jamais été mentionnée...
deux palmes

Issu des bataillons de Pontonniers du 1er Empire, le 15e Régiment d'artillerie naît à Strasbourg en 1841, tantôt à cheval, tantôt à pied ou divisionnaire, le 15e Régiment d'Artillerie de l'armée française était l'un des cinq régiments d'artillerie français équipés de missiles nucléaires pré-stratégiques Pluton, alors qu'il était stationné à Suippes depuis 1974. Il est le seul à avoir reçu (brièvement) le Hadès avant sa dissolution à la suite de l'annulation du programme.

Sommaire

Création et différentes dénominationsModifier

  • 1841 : création à Strasbourg sous le nom de 15 RA.
  • 1859 : dissous.
  • 1860 : reformé à Auxonne sous le nom de 15 RA.
  • 27 novembre 1942 : dissous à Montpellier.
  • 1946 : reformé à La Fére sous le nom de 15 RA.
  • 1958 : dissous.
  • 1962 : recréé à Suippes sous le nom de 15 RA.
  • Hiver 1967-1968 devient R.A.D.
  • 1974 : régiment Pluton.
  • 1992 : régiment Hadès.
  • 1997 : dissous.

GarnisonsModifier

  • 1860 : Auxonne.
  • 1871 : Rennes.
  • 1872 - 1910 : Douai, puis Condé sur L'Escaut.
  • 1918 : Douai.
  • avant novembre 1934 - mai 1940: Douai
  • 1940 - 1942 : Montpellier.
  • 1946 : La Fère.
  • 1962 : Suippes.

Chefs de corps[1]Modifier

  • 1905 - 1906 : colonel Pol VOISIN (1849 - mort à Esquelbecq en 1935)[1]
  • 23 janvier 1912 - 13 octobre 1914 : colonel Laboria
  • 13 octobre 1914 - 18 avril 1915 : lieutenant-colonel Boulangé
  • 18 avril 1915 - 31 décembre 1916 : lieutenant-colonel Jacquemin
  • janvier 1917 : lieutenant-colonel Bourrette
  • janvier 1917 - 8 novembre 1918 : lieutenant-colonel Bladier
  • 8 novembre 1918 - : lieutenant-colonel Rayne
  • (1939 - 1940) : colonel Pierre Dudoignon-Valade
  • (1940- ?) : lieutenant-colonel Marcel Ardouin-Dumazet

Recréation à Suippes (51) et appellations successives : 15e RAD, RALD, RA

  • 1962 - 1964 : Colonel Demeulenaere ;
  • 1964 - 1966 : Colonel Buffenoir ;
  • 1966 - 1968 : Colonel Lehning ;
  • 1968 - 1970 : Lieutenant-colonel Pinardel ;
  • 1970 - 1972 : Lieutenant-colonel Jean-Marie Dunaud ;
  • 1972 - 1974 : Colonel Paul Chuzeville.

Passage en régiment d'artillerie nucléaire équipé du missile Pluton :

  • 1974-1976 : Colonel Georges Canac ;
  • 1976-1978 : Colonel Michel Timores;
  • 1978-1980 : Colonel Jacques Petit ;
  • 1980-1982 : Colonel Michel Guérin ;
  • 1982-1984 : Colonel Michel Liesenfelt ;
  • 1984-1986 : Colonel Guy Millot ;
  • 1986-1989 : Colonel Alain Venayre ;
  • 1989-1991 : Colonel Jacques Grenier ;

En 1990, passage au missile nucléaire Hadès ;

  • 1991-1993 : Colonel Bernard Potel ;
  • 1993-1995 : Colonel André Fleisch ;
  • 1995-1997 : Colonel Antoine Bouchet.

Historique des combats et bataille du 15e régiment d'artillerieModifier

1815 à 1852Modifier

En 1849, les pontonniers de la 7e compagnie font partie du corps expéditionnaire de la Méditerranée envoyé combattre la République romaine et participe au siège de Rome

Second EmpireModifier

C'est en tant que 15e d'artillerie à cheval, qu'en 1855, deux batteries font la guerre de Crimée avant de s'illustrer lors de la campagne d'Italie (1859) à Solférino. La rapidité de la mise en batterie contre les Autrichiens vaut la 1re citation au régiment.

Dissous puis reformé en 1860 à Auxonne, le régiment est stationné à Rennes au début de la guerre franco-prussienne de 1870 et se bat contre les Prussiens à Gravelotte, Spicheren et Sedan le 2 septembre 1870. Toutefois, le , la 2e batterie à pied qui est en stationnement à Douai est dédoublée. Le , la 2e batterie bis, avec 2 officiers et 78 hommes, part pour Valenciennes et y tient garnison jusqu'au , tandis que la 2e batterie principale est envoyée à Lille[2]. Le , la 1re section de la 2e batterie principale est envoyée de Lille à Amiens et participe les 27 et 28 octobre 1870[3],[4], au combat de Formerie. Une batterie du 15e RA participe à la bataille de Pont-Noyelles les 23 et 24 décembre 1870[2].

1871 à 1914Modifier

Après la reddition de Napoléon III, le 15e Régiment d'artillerie intervient contre la Commune de Paris en 1871.

Première Guerre mondialeModifier

1914Modifier

Equipé 9 batteries de canons de 75 mm M1897, le 15e R.A, affecté à la 1re division d'infanterie, tire ses premiers obus de la guerre à Dinant en Belgique et s'illustre le 30 août 1914 à Guise contre la garde prussienne.

1915Modifier

En 1915, c'est la bataille de Champagne. Les deux armées s'enterrent.

1916Modifier

Le 21 février 1916, la bataille de Verdun commence. Le 15e R.A obtiendra cette année-là, deux citations à l'ordre de l'armée pour son courage, ses capacités au tir et son endurance, ainsi que la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre.

1917Modifier

En 1917, les combats se poursuivent dans l'Aisne (chemin des Dames) et les Flandres.

1918Modifier

en 1918 l'Oise, dans le Soissonnais (c'est la 5e citation du régiment) et l'Alsace jusqu'à l'Armistice. Puis le régiment rentre à Douai.

PertesModifier

Au cours de la Première Guerre mondiale, le régiment déplore la perte de 240 hommes tués.

Entre-deux-guerresModifier

Constitué durant l'entre-deux-guerres de soldats des Flandres, de Picardie, de Normandie et de Lorraine, le régiment subit en 1934 une profonde réorganisation car il est motorisé et devient 15e RAD et 215e RADiv.

Seconde Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

(Ces deux régiments feront la campagne de 1939 à 1940 avant de passer régiment d’Armistice .Les FFI formeront en 1945 l'ossature principale du 15e R.A. Ils passeront la frontière allemande et combattront jusqu'à la paix.)

En 1940, le 15e est constitué d'un état-major, d'une Batterie Hors Rang (BHR) comprenant les services régimentaires, de 3 groupes de canons de 75 mm (un groupe = 3 batteries de 4 canons) et de 4 sections de 4 canons antichar de 47 mm (la batterie No 10) soit 36 canons de 75 mm plus les 16 antichars. Les batteries de 75 mm sont numérotées de 1 à 9.

Le 15e Régiment d'Artillerie Divisionnaire (RAD) est alors commandé par le Lt-Col Marcel Ardouin Dumazet, et constitue, avec le 215e (son régiment de réservistes équipé de canons de 105 et de 155 mm), l'artillerie organique de la 1re division d'infanterie motorisée (DIM) du Général de Camas, c'est une unité d'élite de la 1re armée française en 1940 presque entièrement motorisée.

RattachementModifier

La 1re DIM fait partie du 3e corps (Général de la Laurencie) de la 1re Armée du général Blanchard.

L'infanterie de la division est constituée par le 1er RI de Cambrai, le 43e RI de Lille et le 110e de Dunkerque. Pour la reconnaissance, la division dispose du 7e groupe de reconnaissance divisionnaire (GRDI) basé à St Omer, plus du génie, du transport, etc.

Depuis 1919, le 15e RAD est toujours caserné à Douai jusqu'à la déclaration de la guerre en septembre 39. Il pérégrine jusqu'au 10 mai 40 en Champagne dans le Nord, pour finir après plusieurs fausses alertes dans l'Oise du côté de Roye, Noyon, Ressons sur Matz...Toujours près de sa division.

HistoriqueModifier

  • 10 - 11 mai : Le 15e régiment d'artillerie est déplacé en Belgique selon les plans de la « manœuvre Dyle » vers Nivelles et la ligne Gembloux - Wavre.
  • 13 mai : occupation et fortification de positions à l'est de la voie ferrée Bruxelles- Namur, Le PC est à Sars Messire Guillaume. Les avant postes à l'ouest de la route Bruxelles-Namur.
  • 14 - 15 mai : après les premières escarmouches du 14, violents accrochages, attaques et contre attaques et bombardement par avions en piqué. Sérieux appui du 15e pour maintenir l'infanterie qui résiste.
  • 16 mai : repli sur la frontière française vers Valenciennes. L'ennemi a percé plus au sud vers les Ardennes.
  • 18 - 19 mai : combats sur la Sambre et Maubeuge en appui d'éléments d'infanterie de la 4e DI. Repli difficile dans les flots de réfugiés et sous les bombardements vers Valenciennes et l'Escaut via la forêt de Mormal et Bavay.
  • 20 - 26 mai : combats sur l'Escaut vers Vieux-Condé et la forêt de Raismes aux abords de la ligne Maginot inachevée dans ce secteur. Là, l'Escaut n'est pas franchi par les Allemands. L'appui de l'artillerie du 15e soutient les restes des 43e et 110e RI qui résistent.
  • 27 mai : ordre de repli sur Fretin, Templeuve-en-Pévèle vers Lille. Manœuvre lente et difficile compte tenu des destructions et de la fatigue générale. Au soir, ordre de se diriger vers Watou via Bailleul. Armentières brûle. Bailleul, sous les bombardements et reste inaccessible, mais Watou est quand même atteint dans la nuit. On croise beaucoup de troupes britanniques qui refluent vers Dunkerque. Dans la nuit, retour à l'Abeele en appui du secteur du Mont des Cats et du Mont Noir.
  • 28 mai : ordre de rejoindre Hondschoote via Poperinghe vers Dunkerque malgré les bombardements incessants. Abandonnée à sa gauche par les Anglais, l'armée belge de Léopold III, à bout de souffle capitule en rase campagne après 18 jours de combats.
  • 29 mai : le 15e atteint atteint La Panne et Bray Dunes, après franchissement des barrages britanniques. Le régiment est mis à la disposition du Général Fagalde commandant le camp retranché de Dunkerque. Il s'installe et dispose ses groupes en arc de cercle face au sud et à l'est: de Leffrinckoucke, Uxem et Bray Dunes. PC près de la ferme Adam à côté du sanatorium de Zuytcoote. Des corvées de récupération de munitions abandonnées dans les convois assureront l'approvisionnement qui ne manquera jamais, les téléphonistes s'ingénient à réparer les lignes constamment coupées. La TSF fonctionne mal dans les dunes. Après un long et éprouvant périple via Arras, les restes du 7e GRDI rejoignent la division.
  • 30 - 31 mai : le 15e et le 5e groupe du 215e sont mis aux ordres de la 12e DI du Général Janssen dont le 8e zouaves tient la lisière est vers la Belgique et le 150e RI le secteur sud du secteur vers Les Moëres inondées. La pression allemande est déjà forte et s'accentue après l'arrêt providentiel des troupes de Guderian sur l'Aa du 24 au matin du 27 mai sur ordre de Von Runstedt et de Hitler. La poche de Dunkerque va se rétrécir de jour en jour au gré des attaques et contre attaques. Les Anglais embarquent à tour de bras, pas encore le 15e qui doit combattre jusqu'au bout pour protéger leur retraite....
  • 1er - 3 juin : le 1er, les troupes allemandes sont au contact de la 12e DI. Les tirs continuent en appui sous les bombardements incessants car il n'y a plus de DCA. Tirs de harcèlement et tirs d'arrêt ne cesseront pas jusque dans la nuit du 3 juin.
  • nuit du 3 juin : décrochage vers Malo les Bains après sabotage de tout le matériel. Une « croûte » sacrifiée protège le départ jusqu'à minuit. L'embarquement tant espéré après de si longs efforts est proche.

Arrivé au môle dans l'obscurité, il ne reste que des carcasses et des épaves échouées. Le drapeau blanc et les croix gammées flottent sur les édifices et le port. Le 15e régiment d'artillerie divisionnaire a cessé d'exister.

De 1945 à nos joursModifier

Article connexe : Force Hadès.

En 1946, le 15e forme deux batteries d'instruction puis est dissous en 1958.

À Suippes, en 1962, est recréé le 15e Régiment d'artillerie lourde divisionnaire, équipée de 155 GUN-M4O sur châssis super Sherman. Au cours de l'hiver 1967-1968, le 15 change de structure et devient RAD. Il appartient à la quatrième division. 2 Canon de 155 mm Long Tom placés derrière la 11e Bie servent à l'instruction. 1969, juillet, le régiment est équipé avec des obusiers 105AU50 sur châssis AMX-13. Il reste sur le parc quelques 155 qui sont emportés ce mois. Deux 155 tractés, situés derrière la 11e batterie servent à l'instruction initiale. 1974 voit l'ère du nucléaire avec le PLUTON monté sur un châssis chenillé AMX-30 qui révolutionne le régiment. En 1992, le régiment reçoit un nouveau système d'armes, le Hadès. Le régiment est dissous en 1997.

L'étendard du 15e RAModifier

L'étendard du 15e régiment d'artillerie a une histoire très particulière qui est relatée dans l'historique du capitaine Pascal Revers. « S'il fut, semble-t-il, l'un des premiers régiments à arborer la croix de guerre 14-18 ». C'est en 1940 qu'il convient de noter l'attachement des militaires à leur étendard, leur dévouement pour en préserver l'intégrité et finalement ce qui constituera la belle histoire de cet étendard... En juin 1940, lors de la Bataille de France, l'étendard sera, grâce à sa garde, extrait de la zone des combats (secteur de Zuydcoote). Pour échapper aux Allemands qui interceptent le train en fuite, sa garde va l'enterrer dans un jardin (de ?, voir l'historique). Ce régiment valeureux sera dissous après l'armistice. Mais en reconnaissance de sa valeur, un nouveau 15e RA sera recréé dans le sud de la France et doté d'un nouvel étendard. Mais celui-ci sera de nouveau dissous lors de l'occupation de la zone libre. Et son jeune étendard sera de nouveau extrait de la zone des combats. Il sera emmené, caché dans la petite valise et protégé par la femme du chef de Corps, madame Clarke de Dromentin. Cet étendard finira la guerre dans la cave familiale à Poitiers et il sera restitué après la libération à l'État français. Quelque temps plus tard, certainement au retour des déportés du 15e de Douai, le premier étendard (celui qui fut enterré) sera recherché, heureusement retrouvé et restitué au ministère de la guerre. Mais trop abimé, il sera gardé et remplacé.

Il y eut durant cette Seconde Guerre mondiale deux 15e RA qui se sont succédé dans un temps très court. Ils n'eurent rien en commun sinon le poids de l'oppression, le goût de la défaite et la tristesse de la dissolution. Le régiment historique était du Nord, de Douai, armé principalement par des habitants de la région ou des boyaux rouges. Il disparaîtra totalement en juin 1940. Son successeur sera un régiment du sud, ses batteries positionnées à Castres, Montpellier, Carcassonne. Les militaires de ces deux régiments ont aimé et honoré leur étendard au point de les soustraire à l'ennemi par la ruse et le courage. Cette histoire d'étendards peut sembler illusoire chez certains lecteurs, mais en 1986, il y avait toujours au sein de la puissante amicale des anciens du 15e RA deux groupes bien distincts, les combattants de Zuydcoote et ceux du sud... chaque groupe prétextant avoir sauvé l'étendard sans écouter l'autre groupe. Et c'est un travail de recherche historique qui permit de situer chacune des actions dans le temps et de dire que les uns et les autres avaient en deux périodes distinctes reproduit les mêmes actes de bravoure et préservé l'intégrité de LEUR étendard. Belle fin d'histoire alors pour ces combattants qui pouvaient enfin commémorer ensemble et d'une même voix le courage et le souvenir de leurs défunts camarades.

L'étendard du 15e RA fut une dernière fois restauré en 1989 ou 1990. Il ne garda de son passé que sa cravate brodée.

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5] :

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée :

Les connaisseurs noteront le fait que les photos anciennes datant d'avant 1939 montrent nettement sur l'étendard la présence d'une grosse médaille ronde, certainement méritée lors d'une campagne italienne. Une étude reste à mener pour l'identifier.

DeviseModifier

Crains Dieu et mes foudres

InsignesModifier

Le régiment a possédé d'autres insignes :

Homologations : (G 1879 - G 1879 - G 2329 - G 2546 - G 3766)

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnages célèbres ayant servi au 15e d'ArtillerieModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon.
  • Archives du 15e RA.
  • Histoire du 15e RA par le Ltn Bertrand PÂRIS.
  • Histoire du 15e RA par le Cne Pascal REVERS.
  • Historique de l'Artillerie française H. KAUFFERT.
  • Plaquette de l'ADC MAISONNAVE Bureau Traditions du 15 RA.
  • Historique du 15e régiment d'artillerie de campagne pendant la guerre 1914-1919, Paris, Berger-Levrault, 26 p., disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier

  1. x, Français : Pol VOISIN était colonel commandant le 15e régiment d'artillerie en 1905/1906, (lire en ligne)
  2. a et b La Campagne du Nord en 1870-1871, Souvenirs du Lieutenant-Colonel Pigouche, Commandant l'artillerie du 22e corps à l'Armée du Nord
  3. Camille Lévy, Le combat de Formerie : par le capitaine breveté C. Lévi, Cambrai, Imprimerie de Régnier frères, , 76 p. (lire en ligne) sur Gallica.
  4. « Les combats de Formerie, 28 octobre 1870 », sur http://crdp.ac-amiens.fr (consulté le 15 avril 2015)
  5. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier