Ouvrir le menu principal

4e division d'infanterie (France)

Les chefs de la 4e division d'infanterieModifier

Révolution française et Premier EmpireModifier

De 1815 à 1848Modifier

Second EmpireModifier

De 1871 à 1914Modifier

Première Guerre mondialeModifier

Composition à la mobilisationModifier

À la mobilisation, la 4e DI est rattachée au 2e CA et est composée des :

91e régiment d'infanterie
147e régiment d'infanterie
45e régiment d'infanterie
148e régiment d'infanterie
120e régiment d'infanterie
9e Bataillon de Chasseurs à Pied
18e Bataillon de Chasseurs à Pied

Composition au cours de la guerreModifier

  • Infanterie :
45e Régiment d'Infanterie d' à
91e Régiment d'Infanterie d' à
120e Régiment d'Infanterie d' à l'armistice
147e Régiment d'Infanterie d' à l'armistice
148e Régiment d'Infanterie d' à
328e Régiment d'Infanterie de à
9e Bataillon de Chasseurs à Pied d' à l'armistice
18e Bataillon de Chasseurs à Pied d' à l'armistice
410e Régiment d'Infanterie Territorial d' à l'armistice
  • Artillerie :
42e Régiment d'Artillerie de Campagne de la mobilisation à l'armistice
102eRégiment d'Artillerie Légère
VIe groupe du à l'armistice
Artillerie de tranchée : 53e Régiment d'Artillerie de Campagne, 118e batterie à partir de 1916
  • Cavalerie :
16e Régiment de Dragons : 2e escadron de la mobilisation à l'armistice.
19e Régiment de Chasseurs : 3e et 4e escadrons de 1916 à l'armistice, 6e escadron du au (passe alors à la 64e DI)
  • Génie :
3e Régiment du Génie, Compagnie 2/2.

HistoriqueModifier

1914Modifier

 : combat vers Mangiennes.
 : arrêt dans la région de Beaufort-en-Argonne.
 : combat vers Luzy-Saint-Martin.
 : combats vers la ferme Thibaudine et Yoncq (bataille de la Meuse)
 : continuation du repli vers par Grandpré, Vienne-le-Château et Remicourt, jusque dans la région de Cheminon-la-Ville.
6 -  : bataille de Vitry : combats vers Sermaize-les-Bains et Pargny-sur-Saulx. Le , poursuite par Vroil, Le Châtelier et Sainte-Menehould, jusque dans la région de Servon.
, 17 et , 17, 20 et  : attaques allemandes et contre-attaques françaises.
 : violente attaque allemande.

1915Modifier

 : éléments engagés, vers la ferme Beauséjour, dans la 1re bataille de Champagne à la disposition des 1re, 2e et 3e D.I..
5, 6 et  : attaques françaises. Le , occupation d'un secteur vers Trésauvaux et Marchéville.
  • - 1er octobre : mouvement de rocade et occupation d'un nouveau secteur vers la tranchée de Calonne et Trésauvaux, réduit à gauche, le , jusqu'au ruisseau de Champlon ; nombreuses actions locales.
 : secteur réduit, à droite, jusque vers le village des Éparges. Front étendu à droite, le , jusqu'à la tranchée de Calonne (guerre de mines), et, le , jusqu'à Vaux-lès-Palameix.
  • 1er -  : retrait du front et transport par camions de la région de Dieue-sur-Meuse dans celle de Sainte-Menehould ; repos.
  • -  : mouvement vers Somme-Suippe.
6 -  : tenue prête, vers Perthes-les-Hurlus, à intervenir dans la 2e bataille de Champagne.
 : occupation d'un secteur vers les Mamelles et le sud de Tahure, étendu à gauche, le 16, jusqu'au nord de Tahure
30 -  : violentes attaques allemandes vers Tahure.
  • -  : Retrait du front, le , mouvement par étapes et transport par camions de la région de Somme-Bionne dans celle de Chaumont-sur-Aire ; repos. Le 1er décembre, mouvement vers Souilly ; repos, instruction et travaux.

1916Modifier

  • -  : mouvement vers le front puis occupation d'un secteur vers Kœur-la-Grande et le sud de Vaux-lès-Palameix. Front réduit à droite, le 1er février, jusqu'aux Paroches, le , jusque vers Woimbey. Le , front étendu, à droite, jusqu'à Dompcevrin.
  • 10 -  : retrait du front et transport dans la région de Verdun.
 : engagée dans la bataille de Verdun, vers la ferme Thiaumont et l'étang de Vaux
 : attaque allemande.
 : attaque française.
 : attaque allemande.
 : mouvement par étapes vers Poix-de-Picardie ; repos.
 : mouvement vers la région de Proyart ; stationnement.
4, 5 et  : attaques françaises sur Berny.
 : prise de Berny.
  • -  : retrait du front et transport par camions dans la région de Sourdon ; repos.
  • -  : mouvement vers Proyart ; à partir du , occupation d'un secteur vers Berny et le sud de Belloy-en-Santerre, réduit à gauche, le , jusqu'au sud de Berny.
  • -  : retrait du front, et transport par V.F. dans la région de Toul ; repos et instruction.

1917Modifier

  • -  : mouvement, par Nancy, vers Lunéville ; travaux de 2e position.
 : mouvement vers le camp de Bois-l'Évêque : repos et instruction.
 : transport par V.F. de la région de Toul dans celle de Mareuil-le-Port ; repos et instruction.
15 avril : Bataille du Chemin des Dames, tenue prête à intervenir; non engagée.
  • -  : occupation d'un secteur entre le nord du Godal et l'Aisne (éléments dès le ).
 : front réduit, à droite, jusqu'au nord de la Neuville.
, 4, 11 et  : engagements violents vers Sapigneul
 : mouvement vers la région de Revigny, par Montmort, Soudron, et Vitry-le-François.
 : repos et instruction vers Saint-Lumier-la-Populeuse.
  • 17 -  : mouvement vers le front, et, le , occupation d'un secteur vers la Hayette et la corne sud-est du bois d'Avocourt.
  • -  : retrait du front (éléments laissés en secteur jusqu'au ) ; repos vers Ligny-en-Barrois, à partir du 15, vers Void (éléments en secteur vers Saint-Mihiel).
  • -  : mouvement vers la région de Verdun ; puis occupation d'un secteur vers Haucourt et Avocourt, étendu à gauche, du au , jusqu'à l'ouest d'Avocourt).

1918Modifier

  • -  : retrait du front ; repos et instruction dans la région de Tannois, puis, à partir du , dans celle de Vanault-les-Dames.
  • -  : transport vers le front, et, à partir du , occupation d'un secteur vers le Bois-le-Chaume et Beaumont, déplacé à gauche, le , vers Beaumont et la cote 344.
  • 17 -  : retrait du front, mouvement vers Laheycourt ; repos.
  • -  : transport par V.F. de la région de Revigny dans celle de Mareuil-sur-Ourcq.
 : engagée, vers Oulchy-le-Château, dans la 3e bataille de l'Aisne : violents combats vers Neuilly-Saint-Front.
 : stabilisation ; organisation d'un secteur vers Chézy-en-Orxois et Dammard.
  • -  : retrait du front ; puis travaux de 2e position à l'ouest de l'Ourcq (vers Étavigny) ; instruction d'éléments américains.
, mouvement vers Rebais ; tenue prête à intervenir.
 : retrait du front, et repos vers La Ville-sous-Orbais.
 : reprise de l’offensive : combat dans la forêt de Ris et vers Arcis-le-Ponsart ; franchissement de l'Ardre.
  • -  : retrait du front ; mouvement vers la région d'Herpont, puis repos vers Givry-en-Argonne.
  • -  : mouvement vers le front ; occupation d'un secteur vers Perthes-les-Hurlus et le Mesnil-les-Hurlus, étendu à droite, le , jusque vers la ferme Beauséjour.
 : retrait de front et préparatifs d'offensive.
-  : engagée dans la bataille de Somme-Py (bataille de Champagne et d'Argonne) : combats à Manre, Liry et Croix Gille. En 2e ligne, à partir du .
  • -  : Retrait du front, le , transport par V.F. dans la région de Lunéville. À partir du , occupation d'un secteur vers Leintrey et le Sânon; préparatifs d'offensive.

RattachementsModifier

Affectation organique : 2e CA d' à

1er octobre –
6 –
12 –
2 –
25 –
9 –
17 –
-
4 –
6 –

L'Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

Le la 4e DI, sous les ordres du général Musse, est rattachée au corps de réserve du GQG qui est intégré à la 7e Armée.

À cette date la 4e Division d'Infanterie se compose de :

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Dans les années 1970, l'état-major de la 4eDI est à Verdun.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier