Ouvrir le menu principal

Benoît-Léon de Fornel de La Laurencie

général français

Officier général francais 4 etoiles.svg Benoît-Léon de Fornel de La Laurencie
Naissance 1879
Broût-Vernet (Allier)
Décès 1958 (à 79 ans)
Vichy
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Grade Général de corps d'armée
Commandement 1re division de cavalerie
3e corps d'armée
Conflits Seconde Guerre mondiale

Benoît-Léon de Fornel de La Laurencie, né à Broût-Vernet (Allier) le 24 août 1879 [1] et mort à Vichy le 23 juin 1958, est un général de corps d'armée de l’armée française.

Sommaire

BiographieModifier

Benoît-Léon de Fornel de La Laurencie est le fils de Philippe Marie Léopold Sosthène de Fornel de la Laurencie[2], polytechnicien, colonel d'artillerie qui s'était illustré en 1871 au siège de Belfort[3], et de Marie Marguerite Chassaing, d'une famille d'origine auvergnate qui possédait le château du Verger à Broût-Vernet, château qu'elle apporta à la famille de Fornel de La Laurencie.

Élève de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion « In Salah », La Laurencie est sous-lieutenant de cavalerie dès 1901. Capitaine de dragons au début de la Grande guerre, il demande à servir dans l'infanterie où il exerce le commandement d'un bataillon. Il est ensuite chef d'état-major d'une division d'infanterie. Envoyé en Pologne en 1919, il exerce les fonctions de chef d'état-major d'une division polonaise. Breveté d'état-major après la guerre, il professe pendant quatre ans le cours de cavalerie de l'école de guerre, avant de commander un régiment de dragons[1].

Commandant de l’École d'application de la Cavalerie et du Train entre 1931 et 1935[4], La Laurencie est nommé à la tête de la première division de cavalerie (1935-1939) puis officier commandant de la troisième région militaire juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale[4].

À la déclaration de la guerre, La Laurencie dirige le troisième corps d’armée[4]. Le , il installe son poste de commandement à Bouchain dans la « zone des armées ». Il est chargé de la défense du secteur fortifié de l'Escaut, soit 35 kilomètres de frontière entre Maulde et Wargnies-le-Grand, découpant une zone axée sur le cours de l'Escaut entre le Secteur défensif de Lille (armée anglaise) et le secteur fortifié de Maubeuge[5].

En 1940, La Laurencie participe aux opérations de Dunkerque à la tête du 3e corps d'armée. Après l’armistice du 22 juin 1940, il est commandant de la 16e région militaire. Il est membre du tribunal militaire qui condamne Charles de Gaulle[6]. Il est ensuite nommé par Pétain délégué général du gouvernement français auprès des autorités d'occupation à Paris. À ce titre, il ordonne à la police parisienne de mettre un place le très perfectionné fichier des Juifs, qui a notamment permis les rafles de décembre 1941 et de 1942[7]. Le , c'est lui qui est chargé d'arrêter Marcel Déat, ce qui lui vaudra d'être expulsé par les Allemands vers la zone libre et remplacé dans ses fonctions par Fernand de Brinon.

Mis en retraite du service actif[4], il est en contact avec l’OSS de Berne. Ayant rencontré, en janvier 1941, Claude Bourdet et Henri Frenay, il fait remettre des fonds américains au Mouvement Libération nationale (plus tard renommé Combat). Le , il est nommé par le gouvernement membre de la commission du Conseil national chargée de l'étude de la réorganisation administrative de la France. Le , il affiche ses sentiments favorables à la victoire du « bloc anglo-américain »[8]. Cette prise de position lui vaut d’être interné par le régime de Vichy de 1942 à 1944.

Interné dans un hôtel de Vals-les-Bains (Ardèche), le général est transféré au camp d'Évaux-les-Bains (Creuse)[9] où il rencontre Roger Stéphane et le docteur Henri Martin. Le 8 juin 1944, avec quatre autres internés, les trois compères braquent le bureau du directeur, tandis que plusieurs FTP font irruption dans le camp. Avec leurs gardiens, les 37 internés sont conduits à Chambon-sur-Voueize, siège du maquis. Tout le monde est relâché[10],[11].

Le général de Fornel de La Laurencie est inhumé dans la tombe de sa famille maternelle au cimetière de Broût-Vernet.

PublicationsModifier

  • L'École de Saumur, Angers, Éditions de l'Ouest, 1935, 170 p. (en ligne).
  • Les Opérations du IIIe corps d'armée en 1939-1940, Paris, Charles-Lavauzelle, 1948, 187 p., cartes.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b S.H.D. Dossier d'officier 13 Yd 1300
  2. Il appartenait à une famille de petite noblesse de l'Angoumois.
  3. Philippe Carré, Le capitaine Sosthène de Fornel de La Laurencie, commandant de l’artillerie du château de Belfort, préface du colonel Axel Egnell, Broût-Vernet, Azy la Garance, 2003.
  4. a b c et d « Biographie de Léon-Benoit de Fornel de La Laurencie », sur generals.dk (consulté le 24 octobre 2009)
  5. Gén. de la Laurencie, Les opérations du 3e C.A. en 1939-40, Lavauzelle, 1948. Extrait de : Combats sur l'Escaut - Bouchain, Rœulx, Mastaing, mai 1940, E. Obled, Imprimerie de la Vieille Alsace, 1955.
  6. Jean Lacouture, De Gaulle : Le Rebelle, 1890-1944, t. I, Le Seuil, coll. « Points », (ISBN 978-2-0201-2121-7)
  7. Marrus & Paxton, Vichy et les Juifs.
  8. Lettre à François Darlan, vice-président du conseil [PDF]
  9. Goudot et Hervy 2006
  10. Denis Peschanski, La France des camps, Paris, Gallimard, 2002.
  11. Calmon 2007

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier