Chronologie du siège de Paris (1870-1871)

Chronologie

Le siège de Paris de 1870-1871 est un épisode de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, sa chronologie permet d'appréhender l'histoire de ce siège par les événements selon leur ordre temporel dans la ville de Paris mais également dans l'ensemble des départements d'Île-de-France[1],[2].

Chronologie du siège de Paris (1870-1871)
Description de cette image, également commentée ci-après
Investissement de Paris 1er septembre 1870-28 janvier 1871. Emplacement des troupes Allemandes en octobre 1870.
Informations générales
Date au
Lieu Paris, France
Issue Capitulation française
Belligérants
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Drapeau du Grand-duché de Bade Grand-duché de Bade
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière
Drapeau du Royaume de Wurtemberg Royaume de Wurtemberg
Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe
Drapeau de la France France
Commandants
Guillaume Ier d'Allemagne
Helmuth von Moltke
Louis Jules Trochu
Joseph Vinoy
Forces en présence
240 000 soldats 200 000 soldats
200 000 miliciens et marins
Pertes
12 000 morts ou blessés 24 000 morts ou blessés
146 000 capturés
47 000 civils

Guerre franco-prussienne

Batailles

Cette chronologie s'appuie principalement sur les rapports extraits du Journal officiel de la République, mais également des nombreux mémoires de, journal de… .

Sommaire

modifier

Préambule

Septembre 1870
4 septembre5 septembre6 septembre7 septembre8 septembre9 septembre23 septembre24 septembre25 septembre26 septembre27 septembre28 septembre30 septembre

Octobre 1870
1er octobre2 octobre3 octobre4 octobre5 octobre6 octobre7 octobre8 octobre9 octobre10 octobre11 octobre12 octobre13 octobre14 octobre15 octobre16 octobre17 octobre18 octobre19 octobre20 octobre21 octobre22 octobre23 octobre24 octobre25 octobre26 octobre27 octobre28 octobre29 octobre30 octobre31 octobre

Novembre 1870
1er novembre2 novembre3 novembre4 novembre5 novembre6 novembre7 novembre8 novembre9 novembre11 novembre12 novembre13 novembre14 novembre15 novembre16 novembre17 novembre19 novembre21 novembre22 novembre23 novembre24 novembre28 novembre30 novembre

Décembre 1870
1er décembre2 décembre3 décembre4 décembre5 décembre6 décembre7 décembre8 décembre9 décembre11 décembre12 décembre13 décembre14 décembre15 décembre16 décembre17 décembre19 décembre21 décembre22 décembre23 décembre24 décembre25 décembre26 décembre28 décembre30 décembre31 décembre

Janvier 1871
1er janvier2 janvier3 janvier4 janvier5 janvier6 janvier7 janvier8 janvier9 janvier10 janvier11 janvier12 janvier14 janvier15 janvier16 janvier17 janvier18 janvier19 janvier20 janvier21 janvier22 janvier23 janvier25 janvier26 janvier27 janvier28 janvier29 janvier30 janvier31 janvier

Février 1871
4 février6 février7 février8 février11 février15 février19 février21 février24 février25 février26 février27 février

Mars 1871
1er mars2 mars3 mars6 mars8 mars10 mars11 mars15 mars16 mars18 mars

La défense de Paris
Les fortificationsLe génieL'artillerieLe ministère des travaux publics

Les troupes de défense
La MarineL'armée activeGarde mobile, Garde nationale, Corps francsRécapitulatif des forces françaises

BibliographieArticles connexesLiens externesNotes et références

Préambule

modifier

Après la capitulation de Sedan, les armées prussiennes et leurs alliés déferlent sur le Nord de la France et se déploient afin de mettre le siège devant Paris. Dans la capitale, la nouvelle parvient dans l'après-midi du .

L'opposition parlementaire à Napoléon III, menée par Léon Gambetta met alors en place un gouvernement provisoire, dit de la Défense nationale. La République est proclamée le 4 septembre, au balcon de l’hôtel de ville de Paris, et le gouvernement de la Défense nationale est formé.

Septembre

modifier

Dimanche 4 septembre

modifier

Lundi 5 septembre

modifier

Après la capitulation de Napoléon III, Victor Hugo rentre à Paris et reçoit un accueil triomphal. Par la suite, il participe activement, tout au long du siège, à la défense de Paris.
Étienne Arago est nommé maire de Paris avec comme adjoints Charles Floquet et Henri Brisson.

Mardi 6 septembre

modifier

Mercredi 7 septembre

modifier

Jeudi 8 septembre

modifier
  •   Aisne :
    La garnison de Laon composée de 800 mobiles et d'une trentaine de canons est sommée de se rendre sous peine de la destruction de la ville.

Vendredi 9 septembre

modifier

Samedi 10 septembre

modifier

Dimanche 11 septembre

modifier
  •   Paris :
    La taxe de la viande de boucherie est décrétée : « Le gouvernement considérant qu'en raison des circonstances actuelles le gouvernement a dû pourvoir aux approvisionnements de Paris, et qu'il importe que la vente au détail de ces approvisionnements ne soit pas l'objet de spéculations nuisibles aux intérêts des consommateurs; vu l’article 30 de la loi des 19-22 juillet 1791; sur le rapport du ministre de l'agriculture et du commerce décrète : Article 1 : Jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné, la taxe de la viande de boucherie est rétablie dans la ville de Paris, etc. »[10]
    Les gardes mobiles, gendarmes[11],[12] et autres troupes se replient sur Paris.
    Le 13e corps d'armée quitte ses bivouacs situés sur l'avenue de la Grande-Armée pour s'étendre davantage et garnir l'espace compris entre le pont de Sèvres et le village de Saint-Ouen faisant ainsi face à la Seine, soit un développement de 14 kilomètres, et en prenant position dans l'ordre suivant :

Lundi 12 septembre

modifier

Mardi 13 septembre

modifier

Mercredi 14 septembre

modifier
  •   Paris :
    Défense de sortir ni d'entrer dans Paris.

Jeudi 15 septembre

modifier
  •   Oise :
    Deux trains sont attaqués par les troupes allemandes aux abords de Senlis et de Chantilly qui s'installent ensuite dans ces villes. Le service est supprimé à partir de Paris.

Ordre du jour du général Trochu

modifier

« Aux gardes nationaux, aux gardes mobiles de la Seine et aux gardes mobiles des départements.

Jamais aucun général d'armée n'a eu sous les yeux le grand spectacle que vous venez de me donner.
Trois cents bataillons de citoyens, organisés, armés, encadrés par la population tout entière acclamant dans un concert immense la défense de Paris et la liberté.
Que les nations étrangères qui ont douté de vous, que les armées qui marchent sur vous ne l'ont elles entendu !
Elles auraient eu le sentiment que le malheur a plus fait en quelques semaines pour élever l'âme de la nation que de longues années de jouissance pour l'abaisser.
L'esprit de dévouement et de sacrifices vous a pénétrés, et déjà vous lui devez le bienfait de l'union de cœur qui va vous sauver.
Avec notre formidable effectif, le service journalier de la garde de Paris ne sera pas de moins de 70 000 hommes en permanence. Si l'ennemi, par une attaque de vive force, ou par surprise, ou par la brèche ouverte, perçait l'enceinte, il rencontrerait les barricades dont la construction se prépare, et ses têtes de colonnes seraient renversées par l'attaque de dix réserves échelonnées.
Ayez donc confiance entière et sachez que l'enceinte de Paris, défendue par l'effort persévérant de l'esprit public et par trois cent mille fusils, est inabordable.

Gardes nationaux de la Seine et gardes mobiles :
Au nom du gouvernement de la Défense nationale, dont je ne suis devant vous que le représentant, je vous remercie de votre patriotique sollicitude pour les chers intérêts dont vous avez la garde.
À présent, à l'œuvre dans les neuf sections de la défense!
De l'ordre partout, du calme partout, du dévouement partout.
Et rappelez vous que vous devenez chargés, je vous l'ai déjà dit, de la police de Paris pendant ces jours de crise.
Préparez vous à souffrir avec constance. À cette condition vous vaincrez.

Trochu . »

Vendredi 16 septembre

modifier

Les régiments de cavalerie commandés par les généraux Gustave Coste de Champéron et Jean-Henry Reyau qui avaient été dirigés sur Meaux avec ordre de harceler l'ennemi avaient fait mouvement de repli.
Les troupes de la division Champéron étaient rentrées dans Paris et bivouaquaient dans le bois de Vincennes et sur le Champ-de-Mars.
Les troupes de la division Reyau avaient quant à elles regagné Versailles puis s'étaient dirigées vers les armées en formation au-delà de la Loire.

  •   Paris :
    À mesure que les Prussiens resserrent le cercle dans lequel ils vont enfermer Paris, les populations des localités voisines, refoulées par l'invasion, se précipitent de toutes parts dans la capitale, avec des voitures chargées de meubles entassés à la hâte, de provisions, des objets les plus précieux abandonnant leur foyer qu'ils retrouveront, généralement, pillé et détruit.
    Les ambassadeurs, d'Autriche-Hongrie, d'Angleterre et de Russie quittent Paris.
  •   Val-de-Marne :
    On se bat à Athis. La voie de chemin de fer est coupée par une canonnade entre Ablon et Athis, les trains allant sur Paris sont stoppés.
    Les éclaireurs de la Seine engagent un combat à Pompadour contre des éclaireurs ennemis.

Samedi 17 septembre

modifier
  •   Marne :
    Le Ier corps bavarois est à Orbais et le XIe corps prussiens à Dormans.
  •   Val-d'Oise :
    À L'Isle-Adam, un escadron de cavalerie aidé de 200 fantassins arrache le drapeau de l'hôtel de ville, se livre au pillage et réquisitionne les plus belles demeures. Les troupes allemandes continuent leurs progression sur Pontoise qu'il occupent dans la journée.

Dimanche 18 septembre

modifier
  •   Paris :
    Décret d'un crédit de 600 000 francs[20] pour construire des mitrailleuses.
  •   Val-de-Marne :
    Environ 200 Prussiens s'avancent près du pont de Joinville en venant de Champigny. Après avoir échangé, pendant une demi-heure, des coups de feu avec les francs-tireurs ils se retirent.
    Les voies de chemins de fer sont coupées après qu'un convoi ait été assailli, à coups de fusil, à Choisy-le-Roi par les uhlans postés sur l'autre rive de la Seine.
    Les Prussiens sont signalés à Vitry et Chevilly.
    Le général Ducrot qui occupe, avec 4 divisions d'infanterie, des positions s'étendant des hauteurs de Villejuif à celles de Meudon, fait effectuer une reconnaissance de cavalerie. 2 000 hommes et 28 pièces d'artillerie de campagne de la division du général Maud'huy renforcent les positions du moulin de Saquet et des Hautes Bruyères et entreprennent le creusement de tranchées.
  •   Seine-et-Marne :
    20 000 Prussiens sont signalés cheminant dans la vallée de la Marne en direction de Paris dont l'avant-garde, de 6 000 hommes, se dirige à partir de Lagny sur le plateau d'Avron[21].
  •   Seine-Saint-Denis :
    Des fusillades sont signalées vers Le Bourget.
    Les réfugiés affluent vers Saint-Denis qui indiquent « les Prussiens! les Prussiens sont à Sarcelles et à Saint-Brice, en marche sur Saint-Denis!... »
    Les troupes du génie font sauter trois ponts sur la Seine pour mettre obstacle à la marche des corps prussiens enserrant la capitale.

Lundi 19 septembre : début du siège de Paris

modifier
  •   Yvelines :
    La 5e division de cavalerie prussienne avance entre Poissy et Neauphle, occupe Versailles et installe son quartier général à Saint-Nom-la-Bretèche. Cette division entreprend alors, à partir de son QG, de fréquentes expéditions sur la rive gauche de la Seine durant toute la durée de la guerre. 1 000 soldats et 600 chevaux seront cantonnés à Neauphle jusqu’au mois de février 1871[23]
    Lors du combat de Châtillon un épisode sanglant eut lieu à la « Grange Dame Rose » sur Vélizy ou quelques zouaves, placés en grand’gardes[24], sont subitement attaqués par une reconnaissance d’une centaine de fantassins bavarois, appuyés par un peloton de dragons. Après une résistance opiniâtre les zouaves se replient laissant 12 morts et 34 prisonniers entre les mains de l'ennemi (sur 170 hommes), qui n'ose toutefois pousser plus loin son avancée[25].
    Marly-le-Roi, Chatou, Le Vésinet et Louveciennes sont occupées; les occupants quitteront ces villes le .
  •   Seine-Saint-Denis :
    Les Prussiens occupent Bondy et les bois alentour et ont installé des batteries sur le bord du plateau du parc du Raincy.
    Des groupes de cavaliers sont venus explorer les alentours de la redoute de la Boissière et du fort de Noisy. Deux pièces de marine du fort ont tiré sur eux. La cavalerie s'est repliée rapidement et l'infanterie a rétrogradé. Ils ont édifié un observatoire à 2 000 mètres du fort de Noisy.
    Grand Tremblay
  •   Hauts-de-Seine :
    Vers 2 heures du matin, la grand'garde de la Grange-Dame-Rose est subitement attaquée par une reconnaissance d'une centaine de fantassins bavarois appuyé par un peloton de dragons. Après une faible résistance les zouaves se replient, laissant 12 morts et 34 prisonniers entre les mains de l'ennemi, qui n'ose toutefois pousser plus loin son avancée.
    La garde républicaine fait sauter les ponts de Saint-Cloud, Sèvres et Billancourt. Dès la pointe du jour, le général d'Exéa fait une reconnaissance offensive en avant de ses positions. Il rencontre des masses importantes dissimulées dans les bois et dans les villages, et surtout un très grand déploiement d'artillerie. Après un engagement assez vif, les troupes ont dû se replier en arrière.
    Une partie de la droite a effectué ce mouvement avec une regrettable précipitation.
    L'autre partie s'est concentrée en bon ordre autour de la redoute en terre qui avait été élevée sur le plateau de Châtillon.
    La gauche faiblement attaquée, a pu tenir sur les hauteurs de Villejuif.
    À ce moment, le feu d'artillerie de l'ennemi a pris des proportions qu'il n'avait pas atteintes jusqu'alors.
    Vers 16 heures, le général Ducrot, après une lutte qui avait duré toute la journée, a dû prendre la résolution de faire reculer ses troupes jusqu'aux points où elles pouvaient recevoir la protection des forts.
    Il fait enclouer, sous ses yeux, les 8 pièces d’artillerie en position dans la redoute de Châtillon avant de se retirer, le dernier, au fort de Vanves.
    L'ennemi occupe aussitôt les hauteurs qui dominent les forts d'Issy, de Vanves, de Montrouge et commence à construire de gigantesques batteries qui lui permirent de bombarder les forts et l'enceinte. La route de Choisy à Versailles fut couverte de fascines par lesquelles les grosses pièces Krupp pouvaient être montées sans bruit. Plusieurs étages de retranchements s'élevèrent sur les flancs du coteau. Une batterie placée au moulin de Pierre[note 5],[26],[27] était à 1 000 m du fort de Vanves.
    Des ordres sont donnés, pour que les troupes se concentrent définitivement dans Paris. Toutefois le 15e régiment de marche, sous les ordres du colonel Bonnet, se retranche fortement, et garde sa position avancée à Plessis-Piquet.
    La redoute de Montretout, dont les remparts étaient inachevés et jugée trop avancée par le commandement, est évacuée par le 6e bataillon des mobiles de la Seine.

Mardi 20 septembre

modifier
  •   Paris :
    Le gouvernement indique qu'il « ne livrera ni un pouce de notre territoire, ni une pierre de nos forteresses ».
    La commission des barricades est formée.
  •   Hauts-de-Seine :
    Du côté du mont Valérien, Saint-Cloud, Sèvres, Meudon, l'ennemi ne se montre pas.
    En avant des forts de Montrouge, de Bicêtre et d'Ivry, l'ennemi reste à grande distance, et deux obus de ce dernier fort ont forcé ses sentinelles à se replier.
    Dans la nuit, les Prussiens se sont emparés des hauteurs de Meudon. Une pièce de marine, portant à 9 000 mètres, envoya un boulet qui est tombé au milieu d'une batterie prussienne.
    Le fort de Vanves, de son côté, tire sur l'ennemi.
    À Vélizy, les Prussiens utilisent la cour de la ferme Rabourdin[31] comme parc d'artillerie et installent leurs batteries sur les positions en hauteur.

Mercredi 21 septembre

modifier
  •   Paris :
    Le 3e jour du siège, 1re tentative de départ d'un aérostat depuis l'usine à gaz de Vaugirard[35]. L'enveloppe du ballon l'Union se déchire au moment du gonflement, l'ascension échoue[36],[37].
    38 courriers partent de Paris, un seul, le facteur Frare[38], parviendra à franchir les lignes ennemies. Au retour il est arrêté comme espion et fusillé à Chatou.
  •   Val-de-Marne :
    Les Prussiens sont signalés à 1 200 mètres environ d'Ivry
    Des ennemis qui se sont approchés du Port-à-l'Anglais ont été mis en fuite par un obus lancé par le fort d'Ivry.
    D'incessantes patrouilles prussiennes rôdent autour de l'ouvrage de Moulin de Saquet.
    Les tirailleurs ont échangé des coups de feu dans les maisons les plus éloignées de Vitry.
    Des soldats des forts de Bicêtre et d'Ivry qui effectuent des reconnaissances rapportent que l'ennemi se tient en arrière des crêtes de Villejuif, vers l’Hay et Chevilly.
    Après un engagement contre les tirailleurs, l'ennemi occupe Villejuif.
    Une reconnaissance partie du fort de Charenton, vers Créteil et le carrefour Pompadour, a été attaquée par les tirailleurs de l’ennemi, qui a amené successivement de nouvelles forces de Mesly et de Mont Mesly. La retraite s'est faite en très bon ordre.

Jeudi 22 septembre

modifier
  •   Hauts-de-Seine :
    Une reconnaissance a été faite en avant du fort d'Issy par 120 hommes de la garde mobile, 4e bataillon de la Seine, 8e compagnie à la redoute du moulin de Pierre[note 5],[26],[27]. Le détachement a été attaqué, a eu 4 blessés et tué ou blessé 12 ennemis. Dans la nuit les forts d'Issy et de Vanves signalent des mouvements de troupes sur les hauteurs de Châtillon.
  •   Yvelines :
    Une quarantaine de francs-tireurs tendent une embuscade à l'entrée de Mézières-sur-Seine à un groupe de uhlans qui s'avancent en direction de Mantes-la-Jolie. Le soir l'ennemi revient en force ; le général Adalbert von Bredow en personne à la tête d'une colonne de cavalerie et d'artillerie appuyée par un détachement d'infanterie bavaroise se dirige alors sur Mézières. Une reconnaissance du 13e dragons du Schleswig-Holstein tombe dans une embuscade à Aulnay-sur-Mauldre tendue par 4 francs-tireurs[43]. Arrivés à Mézières, le maire est roué de coups[44] et le village est canonné, criblé d'obus puis l'arrière-garde torche à la main y met le feu. Une soixantaine de maison seront détruites. En fin d'après-midi la colonne arrive devant Mantes-la-Jolie. Après avoir canonné la ville, l'infanterie bavaroise du 2e régiment Prince-héritier (de) entre en ville saccage les 2 gares[45], tue et blesse des civils et emmène des otages. La population affolée s'enfuit jusque dans les bois de Rosny. Après sa terrifiante apparition aux portes de Mantes, la colonne retourne dans ses cantonnements traversant les ruines fumantes de Mézières.

Vendredi 23 septembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Les forts de Bicêtre et de Montrouge appuient les troupes qui occupent le village de Villejuif et la batterie des Hautes-Bruyères. Au soir la position est fortement établie.
    L’ennemi effectue une reconnaissance sur le Moulin de Saquet, et est mis en déroute par les défenseurs aidés par l’artillerie du fort d'Ivry.
    L’ennemi qui tentait de s’établir vers Bagneux a été totalement réduit par l’artillerie de campagne et celle des forts.
    Le fort de Nogent a jeté le désordre dans les forces ennemies en tirant une soixantaine de coups de canons vers Bry-sur-Marne.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Une reconnaissance est effectuée par le 23e bataillon sédentaire de Saint-Denis vers la butte Pinson. Cette reconnaissance, signale des mouvements de troupes prussiennes sur la route de Lille vers Le Bourget et Dugny occasionnant plusieurs combats et escarmouches
    L’ennemi effectue des travaux en avant des fortifications Saint-Denis. La garnison de Saint-Denis, du général Bellemare, avec le 28e de marche en pointe, soutenues par l’artillerie des forts de la Double-Couronne et de la Briche, attaquent avec succès Pierrefitte, occupée par l’ennemi; c'est le combat de Pierrefitte. Des combats au corps à corps ont lieu et l’ennemi qui a subi de lourdes pertes envoie environ 8 000 hommes en renfort provenant de troupes postées sur les hauteurs de Montmorency. La position est abandonnée en fin de journée. Nos pertes sont de 11 tués et 86 blessés.
    L’amiral Saisset à la tête de 200 fusiliers, 400 hommes de l’infanterie de marine et 8 compagnies des bataillons des éclaireurs de la Seine[48] du colonel Lafon effectue une reconnaissance vers Le Bourget. Bobigny, est évacué par l’ennemi et à Drancy après une vive fusillade les Prussiens sont poursuivis jusqu’à la gare du Bourget. Plusieurs colonnes d’infanterie prussiennes, arrivées en renfort sont refoulées dans le village par l’artillerie du fort de Romainville (1 pièce de marine de 16). Les Français ont brûlé toutes les meules de fourrage de la cavalerie ennemie.
    Du côté d’Aubervilliers, l’ennemi se tient à grande distance.
  •   Val-d'Oise :
    L’ennemi effectue des travaux vers Argenteuil ou 40 000 Prussiens seraient cachés dans les bois alentour.
    Sur la rive gauche de l'Oise un détachement prussien du 71e régiment d'infanterie prussien tombe dans une embuscade, en face du château de Stors qui s'enfuit dans toutes les directions abandonnant aux francs-tireurs 13 fourgons chargés de produits réquisitionnés à Pontoise ainsi qu'une douzaine de chevaux. L'ensemble est ensuite dirigé sur Beauvais.

Samedi 24 septembre

modifier
  •   Yvelines :
    Des renseignements indiquent qu’un pont établi par les envahisseurs à Triel-sur-Seine a cédé sous le poids des pièces de gros calibre qui y étaient engagées, entraînant par le fond 3 canons[réf. nécessaire].

Dimanche 25 septembre

modifier

Lundi 26 septembre

modifier
Institution des Cours martiales à Vincennes, Saint-Denis, etc.

Mardi 27 septembre

modifier
  •   Paris :
    Décret qui institue des conseils de guerre dits « de la Garde nationale », pour juger les crimes et délits commis par les gardes nationaux pendant la durée du siège de Paris[54]
  •   Val-d'Oise :
    Un détachement de 400 hommes du 71e régiment d'infanterie prussien escortant une quarantaine de chariots arrivent à L'Isle-Adam, vers 9 heures du matin, pour effectuer de nouvelles réquisitions et rétablir le pont entre L'Isle-Adam et Parmain sont bloqués par une barricade d'où part un tir nourri. Les Prussiens poussent alors devant eux le curé et son vicaire, le maire et un autre habitant pour leur servir de bouclier et arriver jusqu'au pont. Mais les francs-tireurs continuent la fusillade, épargnant miraculeusement les otages et obligeant l'ennemi à se réfugier en ville. Les Prussiens ayant reçu des renforts ainsi d'une section d'artillerie, bombardent et lancent plusieurs attaques sur Parmain qui sont toutes repoussées et perdent 1 tué et une dizaine de blessés. Vers 5 heures du soir l'ennemi retourne à son camp à Saint-Brice.
  •   Val-de-Marne :
    Une compagnie du 14e régiment d'infanterie de ligne et les tirailleurs Parisiens du capitaine Lavigne, lancent une reconnaissance sur Maisons-Alfort et Créteil puis attaquent, sans succès, l’ennemi retranché dans la ferme des Mèches[55].

Mercredi 28 septembre

modifier
Défense de passer les lignes avancées sans un laissez-passer venant du gouverneur.

Jeudi 29 septembre

modifier
Décret pour maintenir la discipline dans la garde nationale.
  •   Paris :
    La viande commence à manquer, les queues devant les boucheries commencent. Un poulet vaut entre 10 et 12 francs et une livre de beurre 8 francs[20].
    Les 27, 28 et 29 septembre, sont prescrit, par décrets, la formation des 34e, 35e et 36e régiments de marche ainsi que d'un 2e régiment de gendarmerie à cheval[11],[12] sous le commandement des colonels Achille Mocquery[58], Jean-Baptiste Lavoignet[59] et Charles Allavène[60]
  •   Val-d'Oise :
    Préoccupé par la résistance des francs-tireurs de l'Isle-Adam et de Parmain, les Prussiens envoient un nouveau détachement commandé par le colonel prince de Hohenlohe composé d'un bataillon du 27e régiment d'infanterie, du 1er régiment d'uhlans de la Garde et d'une section d'artillerie avec l'ordre de purger définitivement la contrée. Vers midi une partie de la colonne à l'Isle-Adam et recommence, sans plus de succès que le 27 d'enlever la barricade de Parmain. Mais cette fois cette attaque n'a vraisemblablement d'autre but que d'occuper les francs-tireurs. En effet, l'autre partie de la colonne jette un pont de bateaux à Mours, situé plus en amont, franchit l'Oise descendant par la rive droite afin de prendre la barricade à revers. Nos francs-tireurs alertés à temps évacuent leurs positions avec comme perte 1 tué et 1 blessé contre 3 tués et une vingtaine de blessés du côté du 27e régiment d'infanterie[61].
  •   Val-de-Marne :
    Plusieurs reconnaissances sont poussées par des groupes de francs-tireurs dont l'une par les chasseurs de Neuilly-sur-Marne en avant des positions de Villejuif,
    La redoute des Hautes Bruyères a canonné un long convoi ennemi circulant entre Chevilly et L’Hay en direction de Versailles.
    Depuis plusieurs jours l’ennemi maître des villages de L'Hay, Chevilly, Thiais et Choisy-le-Roi effectuait des travaux de terrassement et de fortification de ces villages, afin de protéger sa ligne de communication avec Versailles. Il fut alors décidé d’une action combinée afin de reconnaître et d’attaquer les forces établies dans ces positions. La tâche incombe au 13e corps du général Vinoy qui attaque avec 20 000 hommes.
    Les troupes se massent vers les forts d’Ivry, de Bicêtre et de Montrouge. Elles sont accueillies à l’entrée du plateau de Villejuif par des tirs de canon et de mousqueterie auxquels elles répondent avec énergie, pendant presque 3 heures.
    Les 35e et 42e brigades du général Pierre-Victor Guilhem refoulent l’ennemi hors de Chevilly et l’Hay. La colonne du général Blaise pénètre dans Thiais et d’une batterie de position dans ce village qui n’est pas enlevée faute d’attelage. Les troupes avancent jusqu’aux positions prussiennes, fortement défendues, de Thiais et de Choisy-le-Roi coupant ainsi leur voie de communication. Après un vif engagement d’artillerie et de mousqueterie, sur ordre du général Vinoy, les troupes françaises se replient sous le feu, avant l’arrivée des réserves prussiennes, évaluée à environ 30 000 hommes. Lors de cet engagement 2 000 Français et 400 Allemands sont mis hors de combat dont le général commandant qui est tué lors de la bataille de Chevilly.
    De l’autre côté de la Seine, la brigade du général d’Exéa marche sur Créteil, engage un combat puis retourne dans ses positions de départ.
  •   Yvelines :
    Dans l'après-midi, les Éclaireurs de la Seine[48] quittent le parc du château de Magnanville, arrivent à Maule entre la rivière Mauldre et la forêt des Alluets-le-Roi afin de surprendre les Allemands qui y sont campés. Ils passent la nuit dans le cimetière de Maule, sans entrer dans la ville[57].
    Dans la journée, des cavaliers et éclaireurs à cheval de Rouen et d'Elbeuf entrent à Mantes renforcés en soirée, par 700 volontaires du 1er bataillon de la garde nationale de Rouen et les tirailleurs de la 1re compagnie havraise.

Vendredi 30 septembre

modifier
  •   Val-d'Oise :
    Les Prussiens entrent dans Parmain, évacué par les francs-tireurs, brûlent 50 maisons de la ville, bombardent Nesles-la-Vallée et lancent plusieurs détachements des uhlans du 1er régiment de la garde fouiller les environs. Plusieurs francs-tireurs, ou considérés comme tels[62], pris les armes à la main furent fusillés dans la même journée.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Un peloton de cavalerie accompagné de 4 compagnies des 3e et 4e bataillon des éclaireurs de la Seine[48] chasse l’ennemi de Bondy puis effectue une reconnaissance sur la Maison Blanche où ils débusquent une batterie avant de rentrer sur Romainville.
  •   Yvelines :
    Un corps d'armée prussien, avec des escadrons de cuirassiers, uhlans, dragons et hussards défile à Vernouillet.
    Les deux bataillons des Éclaireurs de la Seine[48] quittent Maule et s'opposent aux fourrageurs prussiens de la 5e division de cavalerie aux Alluets-le-Roi. Bientôt 2 brigades allemandes sont signalées. Aidées par leur artillerie, les troupes allemandes attaquent et bombardent le village des Alluets et la forêt forçant les Éclaireurs à se retirer par Ecquevilly, Mareil-sur-Mauldre, Soindres et Dammartin avec les francs-tireurs du Havre et les guérillas rouennais.

Octobre

modifier

Samedi 1er octobre

modifier
  •   Paris :
    Rapport du ministère de la guerre sur la distribution dans Paris de 390 000 fusils.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Plusieurs reconnaissances sont poussées très brillamment :
    De Noisy sur Bondy par 4 compagnies des 3e et 4e bataillons des éclaireurs de la Seine[48] du commandant Poulizac. Après avoir dépassé Bondy, les troupes se sont engagées sur la Maison Blanche, découvrant une batterie de 4 pièces d’artillerie et les positions tenues par l’infanterie ennemie, fortement retranchée dans les maisons environnantes. Les forces du commandant Poulizac ont ensuite regagné les lignes françaises.
    De Romainville sur Drancy et le chemin de fer de Soissons par les francs-tireurs des Lilas du commandant Anquetil. Après avoir traversé Bobigny, Drancy a été enlevé par nos troupes, qui ont poursuivi les tirailleurs ennemis jusqu’à la ligne de chemin de fer de Soissons où les Allemands se sont retranchés. Des renforts importants se montrant du côté du Bourget et d’Aulnay, les troupes françaises se sont repliées emportant avec elles, casques, fusils et revolvers abandonnés sur le terrain.

Dimanche 2 octobre

modifier
  •   Yvelines :
    Pour mettre fin à la résistance des paysans de la région de Saint-Léger-en-Yvelines, le duc de Mecklembourg donne l'ordre à un bataillon du 11e régiment d'infanterie bavarois de faire une battue dans la forêt. Dans la matinée du 2 octobre, les Bavarois cernent la commune de Poigny-la-Forêt et se mettent à fouiller les bois. Aux abords de l'étang de la Cerisaie, ils égorgèrent froidement deux bergers dans la hutte desquels ils avaient trouvé un vieux fusil, puis ils les suspendirent par les pieds aux arbres de la route, le corps labouré de coups de sabre et les entrailles pendantes. À Saint-Léger-en-Yvelines, pour venger les pertes essuyées la veille par les hussards, lors de l'embuscade des Pins-du-Phalanstère, ils pendirent le maire de Saint-Léger-en-Yvelines, Monsieur Gabriel Alexis Jouanne, par son écharpe à la porte de sa mairie, fusillèrent un garde national et emmenèrent 16 habitants comme otages. Deux d'entre eux sont impitoyablement massacrés[67],[68].

Lundi 3 octobre

modifier
Les journaux rapportent que Toul et Strasbourg ont succombé.
  •   Paris :
    Le ballon National ne parvient pas à décoller, son enveloppe étant insuffisamment gonflée. Paris commence à compter ses rations. Les fourrages étant devenus trop chers, les maquignons vendent leurs chevaux pour rien, ou presque, soit abandonnent leurs bêtes sur le marché. L'abattoir aux chevaux est abondamment pourvu, dans les premiers jours du siège on tuait 10 à 20 chevaux par jour, on en tue actuellement environ 300[69]. Charles Floquet démissionne de son poste d'adjoint au maire de Paris.

Mardi 4 octobre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    3 compagnies du bataillon de la Drôme et 1 peloton de spahis, qui effectuaient une reconnaissance en avant du fort de Nogent, se sont heurtés à la sortie de Neuilly-sur-Marne aux avant-postes prussiens qui se sont retirés. Les spahis les ont poursuivis et sont tombés dans une embuscade. Heureusement protégés par le brouillard, les spahis ne déplorent que 2 chevaux tués et 1 cavalier blessé.

Mercredi 5 octobre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    La compagnie des tirailleurs parisiens du capitaine Lavigne et 1 compagnie du 21e régiment d'infanterie de ligne se sont avancés sur les avant-postes ennemis situés sur la droite de Créteil. Une barricade fortement défendue a été attaquée sans succès mais un poste situé sur le chemin de fer de Lyon a été enlevé. Les troupes se sont ensuite repliées en bon ordre malgré les forces considérables qui s’avançaient sur eux.

Jeudi 6 octobre

modifier

La région parisienne est recouverte d’un brouillard intense et froid empêchant toute observation.

  •   Hauts-de-Seine :
    Divers renseignements indiquent que la canonnade d’hier a fait le plus grand mal à l’ennemi. Les canons de marine du Mont Valérien continuent de tirer sur les points où des troupes ennemies sont signalées.
    Les éclaireurs de la Seine[48], les tirailleurs des Ternes et les carabiniers de Neuilly, appuyés par 5 escadrons de cavalerie, gendarmes[11],[12] et dragons ont poussé une reconnaissance sur les bords de la Seine entre Chatou et Argenteuil tiraillant sur les avant-postes ennemis situés sur l’autre rive et en particulier au pont des Anglais.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Les francs-tireurs des Lilas ont effectué des reconnaissances sur Bondy, et ont rejeté l’ennemi au-delà du canal de l’Ourcq par le pont de la Poudrette[71] à Gargan. Cette reconnaissance a en outre permis de constater que ce pont était gardé par les grand’gardes[24] prussiennes et qu’un fort corps de troupe campait au Raincy près de la Maison Blanche.
  •   Paris :
    Rationnement de la viande et création des boucheries municipales.

Vendredi 7 octobre

modifier
  •   Yvelines :
    La 6e division de cavalerie de la 4e armée allemande atteint Bréval et pille le village.

Samedi 8 octobre

modifier
  •   Hauts-de-Seine :
    Un détachement des francs-tireurs de Paris, un détachement des tirailleurs des Ternes sous les ordres du commandant Thierrard ainsi que 600 gardes mobiles des 7e bataillon de la Seine, 4e bataillon d’Ille-et-Vilaine et 1er bataillon de l’Aisne sous le commandement du général Martenot effectuent une reconnaissance sur la Malmaison en passant par Nanterre et Rueil et entrent dans le parc en effectuant une brèche[75].
    Dans le même temps, 4 compagnies de gardes mobiles de la garnison du Mont-Valérien et les éclaireurs volontaires entraient également dans le parc par le Sud-Ouest.
    L’ennemi ayant décampé, les tirailleurs poussent jusqu’au premières maisons de Bougival et sur les hauteurs de La Jonchère à Rueil.
    Durant cette opération, les éclaireurs de la garde nationale de la Seine du commandant Ribeaux, les éclaireurs volontaires de la 1re division d’infanterie et 4 escadrons du 2e régiment de dragons et du 1er régiment de gendarmerie à cheval[11],[12], soutenus par 4 batteries d’artillerie, s’avancent dans la plaine de Gennevilliers jusqu’aux bords de la Seine, ou ils engagent une vive fusillade avec les tirailleurs ennemis embusqués sur l’autre rive entre Bezons et Argenteuil[76]. Les Français perdent deux tués et onze blessés.
    Le Mont-Valérien a tiré sur les batteries prussiennes de Saint-Cloud et de Rueil et les canonnières ont tiré sur les batteries de Meudon.
  •   Yvelines :
    Au petit matin, 130 francs-tireurs de Paris, sous les ordres du commandant Ernest de Lipowski, venant de Denonville, attaquent un détachement du 4e escadron du 16e régiment de cavalerie de Schleswig-Holstein et un piquet d'infanterie[47] du 11e régiment bavarois en poste à Ablis. Les francs-tireurs se replièrent en emmenant 70 prisonniers et 200 chevaux. En représailles à cette attaque, connue sous le nom de surprise d'Ablis, les Allemands brûlèrent 120 maisons, fusillèrent 6 habitants et emmenèrent 22 otages à leur QG du Mesnil-Saint-Denis qui furent finalement relâchés le lendemain[77],[78].
    Une reconnaissance est envoyée sur Chatou[76].

Dimanche 9 octobre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Une forte reconnaissance en avant du fort de Noisy permet aux Français de chasser l’ennemi de Bondy et d’occuper le village jusqu’à la nuit puis de se replier.

Lundi 10 octobre

modifier
  •   Paris :
    La viande est désormais rationnée. La ration est de 1 livre[79] de viande par personne pour 5 jours.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Les compagnies d'infanterie des redoutes de la Boissière, Montreuil et Noisy, suppléés par un bataillon de mobiles du Nord, chargés de la protection des travailleurs, cultivateurs et maraîchers œuvrant dans la plaine ont été assaillis par l’ennemi. 2 pièces d’artillerie qui ont tiré sur nos troupes des obus et de la mitraille ont été démontées par le feu des pièces des 3 forts[80]. L’ennemi a reculé jusque dans les bois à proximité de la Maison Blanche et a répondu par des tirs provenant des environs du pont de la Poudrette[71].

Mardi 11 octobre

modifier
  •   Paris :
    Décret qui règle d'une manière définitive l’organisation des corps francs levés à Paris et dans ses environs depuis l'ouverture de la campagne contre la Prusse[84]
  •   Val-de-Marne :
    Le matin, après la prise de la maison Millaud, celle-ci a été mise en défense et les maisons voisines ont été incendiées ou détruites afin de dégager les abords. Des éclaireurs ennemis se sont approchés à 300 mètres de ce nouveau point d’appui.
    De nombreux mouvements de troupes sont signalés sur le secteur sud. L’artillerie de la redoute des Hautes Bruyères a, par un coup heureux, tué une dizaine de Prussiens dans une maison qui servait de poste en avant de Bourg-la-Reine.

Mercredi 12 octobre

modifier

Il fait toujours très froid.

  •   Hauts-de-Seine :
    Les éclaireurs de Dumas, les éclaireurs de la ligne du commandant Lopez, les mobiles du Morbihan sous les ordres du général Ducrot ont lancé une reconnaissance au-delà de la Malmaison. Après avoir essuyé une fusillade, les troupes se sont avancées dans le parc de la Malmaison où elles ont démasqué la présence des batteries prussiennes situées à la bifurcation des routes de Bougival et de la Jonchère. Sous leur feu, les mobiles se sont mis à couvert dans les fossés de la route. L’artillerie ennemie a été délogée par l’artillerie du Mont-Valérien qui l'a poursuivie pendant la retraite jusque Bougival.

Jeudi 13 octobre

modifier

Vendredi 14 octobre

modifier
  •   Hauts-de-Seine :
    Dans la nuit un bataillon des éclaireurs de la garde nationale de Paris, sous les ordres du commandant Thierrard, qui effectue une reconnaissance, surprend, dans Rueil, un assez fort détachement de Prussiens, occupés à brûler deux maisons pour dégager une de leurs barricades, et leur tue une vingtaine d’hommes.
  •     Val-de-Marne - Hauts-de-Seine :
    Les Prussiens demandent un armistice pour relever leurs morts. Une suspension d'armes a lieu de onze heures à cinq heures, en avant de nos forts du sud.

Samedi 15 octobre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Pendant que les mobiles du Finistère et du Nord, l'infanterie de ligne et l'artillerie du Romainville chassaient l'ennemi de la ferme du Groslay[note 6] dans la plaine de Bondy, l'artillerie du Fort de Rosny a canonné l'ennemi dans le village du Raincy, et celle du Noisy a foudroyé le camp retranché du pont de la Poudrette de Gargan.
    Par ailleurs, les éclaireurs de la Seine[48] du colonel Lafon partant de Bondy engagent une vive fusillade avec l'ennemi embusqué de l'autre côté du canal de l'Ourcq, afin de couper les arbres qui masquaient, de nos bastions, la vue du camp retranché prussien. En milieu d’après-midi l'ennemi ayant arboré le pavillon blanc, les éclaireurs de la Seine et les forts ont cessé le feu. Les troupes françaises déplorent 2 tués, dont 1 officier et 5 blessés.
    En fin d’après-midi, un seul obus, tiré à partir du bastion no 2 à 4 500 mètres, a tué les deux officiers à cheval qui venaient faire mettre en batterie une section d'artillerie ennemie, et tué les cavaliers d'une des pièces qui a été mise hors de service.

Dimanche 16 octobre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Les éclaireurs placés en embuscade de nuit à Créteil ont été attaqués ce matin, vers cinq heures, par un peloton de Prussiens qu'ils ont repoussés.
    Le fort de Nogent a bombardé plusieurs gros pelotons ennemis qui cheminaient à l'extrémité du plateau d'Avron.
    La redoute de la Faisanderie a tiré sur le poste prussien à la Fourche de Champigny, faisant fuir l'ennemi.
    Une reconnaissance effectuée sur Charenton a poussé jusqu'au moulin de la Marne, sans trouver d'obstacles. Les Prussiens ont complètement évacué Créteil.
  •   Hauts-de-Seine :
    À Colombes, les zouaves du général Henri Berthaut[90] avec 8 pièces d'artillerie ont attaqué les troupes allemandes qui effectuaient des travaux au pont d'Argenteuil. Une batterie ennemie, amenée en renfort dans les vignes d'Argenteuil, a ouvert son feu dans la direction de Colombes. La batterie de Courbevoie, répondant énergiquement, a obligé l’ennemi à déménager. Dans l'après-midi, le général Ducrot a fait avancer à hauteur de Colombes une partie de la brigade Henri Berthaut. Notre artillerie a lancé sur deux usines d'Argenteuil, occupées par l’ennemi, plusieurs obus incendiant l'une d'elles. L'ennemi a mis en ligne une batterie qui a lancé, sans résultats, quelques obus dans Colombes. La batterie de 12 de Courbevoie a répondu la réduisant au silence puis elle a canonné avec des pièces de marine, les pentes de Sannois, empêchant ainsi toute offensive de l'ennemi.
    Le Mont-Valérien, la batterie de Mortemart, située dans le bois de Boulogne, et quelques pièces du 6e secteur[91] ont envoyé des obus perturbant ainsi les travaux de l'ennemi à Montretout.
    Les forts de Vanves et d’Issy ont agi de la même manière sur Châtillon.
  •   Paris :
    Deux nouveaux ballons montés partent de Paris :
    Le Jules Favre no 1 et le Jean-Bart no 2 qui s'envolent de la gare d'Orléans. Le premier termine sa course à Foix-de-Chapelle dans la province de Hainaut en Belgique après avoir parcouru 298 kilomètres[92] et le second termine sa course à Evrechelles, près de Dinant, également en Belgique, après avoir parcouru 328 kilomètres[93],[37].

Lundi 17 octobre

modifier

Mardi 18 octobre

modifier

Mercredi 19 octobre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Une reconnaissance a été exécutée en avant des forts Rosny et de Nogent, par les mobiles de la Drôme du commandant Balète, par les légions de la Côte-d'Or du commandant Dupuy, et par celles du Tarn des commandants Faure, de Foucaut et de Faramond, l’ensemble étant commandé par le lieutenant-colonel Reille.
    • la gauche du dispositif français s'est avancée dans le parc du Raincy jusqu'à la porte de Paris, et, de là, s'est rabattue sur Villemomble qui a été fouillée en tous sens. L'ennemi a été débusqué du parc du château de Launay[96] où il a eu un homme tué.
      Pendant ce temps quelques compagnies ont gravi les pentes d'Ablon, occupé tout le plateau et tiraillé à son extrémité est sur le poste avancé de la Maison-Blanche[97].
    • Le centre du dispositif français, aussitôt Ablon occupé, est entré dans le village du Bois de Neuilly qui était évacué. Nos tirailleurs l'ont ensuite dépassé et se sont portés sur Neuilly-sur-Marne, où l'ennemi était retranché en forces considérables.
      Cette reconnaissance a permis de constater que les avant-postes prussiens occupent aujourd'hui Launay à Villemomble, la Maison-Blanche et Neuilly-sur-Marne, c'est-à-dire à quatre kilomètres du fort de Nogent.

Jeudi 20 octobre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Dans la nuit du 19 au 20 octobre, à deux reprises, l'ennemi attaque un poste de moblots à Cachan. Il a été repoussé et a initié une vive canonnade de nos forts, dont les obus ont fouillé les positions ennemies de Châtillon, jusqu'à Bourg-la-Reine et l'Hay.
    La Faisanderie a continué de tirer avec succès sur plusieurs maisons servant de postes à l'ennemi.
    La batterie prussienne de Thiais qui incommodait nos travailleurs en avant de Villejuif, a été détruite par l’artillerie fort de Charenton qui a également pilonné les positions ennemies en avant de Choisy-le-Roi.
    Une reconnaissance a occupé Créteil, pour protéger le transport des récoltes et denrées sur Paris.
    Une autre reconnaissance, chargée de protéger les travailleurs dans la plaine située entre le chemin de fer de Lyon et la Seine, a eu un engagement assez vif avec le poste ennemi qui occupe une maison de garde sur le chemin de fer, à 3 000 mètres environ en avant de la barricade de Maisons-Alfort, sur la route de Lyon

Vendredi 21 octobre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Dans la nuit du 20 au 21 octobre, l'ennemi à de nouveau attaqué à deux reprises un poste de mobiles à Cachan et un autre à la maison Millaud. Comme la nuit précédente, ces attaques ont été repoussées et nos forts ont canonnés les positions ennemies de l'Hay, Bourg-la-Reine et Bagneux.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Une reconnaissance est poussée jusqu'à Villemomble par la compagnie de carabiniers du 48e bataillon du commandant Leclaire et du capitaine Proust.
    Partant du fort de Rosny, le bataillon s'est dirigé, en suivant les crêtes du plateau d'Avron, sur le château et le parc de Launay[103], entre Villemomble et la station de Gagny. Après avoir tué les 3 sentinelles d'un poste prussien situé dans le parc de Launay, les hommes du capitaine Proust ont tiraillé contre d'autres abris et barricades occupés par les Prussiens. L'ennemi ayant fait avancer une réserve considérable, le 48e bataillon s'est retiré dans le plus grand ordre. Lors de cet engagement 5 gardes nationaux ont été blessés.
  •   Seine-et-Marne : Les francs-tireurs et les gardes nationaux, de Saint-Germain-Laval, d'Auxerre et de Montereau, venant de cette dernière ville, engagent un combat contre un détachement de 300 bavarois en poste à Grandpuits[104]. Un combat inégal s'engagea entre les miliciens Français armés de fusils à piston ou de chasse et les soldats de métiers armés de fusils modernes. Malgré la vaillance des Français, le feu vif et précis de l'ennemi joint à un renfort considérable qui ne tarda pas à arriver, mit en déroute les gardes nationaux. Plusieurs hommes furent tués de part et d'autre dans les fossés qui entouraient alors la ferme de La Salle.

Samedi 22 octobre

modifier

Dimanche 23 octobre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Vers 2 heures du matin, une patrouille de la grand'garde[24] du fort de Nogent a fait fuir un poste avancé ennemi, situé sur la route de Neuilly-sur-Marne, laissant entre nos mains 22 sacs de légumes. À 6 heures, alors que cette patrouille de la grand'garde se retirait, un peloton prussien s'est avancé pendant que l'ennemi, qui est sur la rive gauche de la Marne, tiraillait de son côté. Pris entre deux feux et malgré une excellente défense les hommes de la grand'garde ont été obligés de battre en retraite.

Lundi 24 octobre

modifier

Mardi 25 octobre

modifier

Sans dépêches ni rapports militaires.

  •   Paris :
    Le ballon monté Montgolfier piloté par l'aérostatier Hervé Sené s'envole de la gare d'Orléans, avec à son bord le colonel de La Pierre et le commandant Joseph-Marie Le Bouédec[106], envoyés par l'État Major de Paris pour prendre le commandement des troupes en province. Il termine sa course à Heiligenberg dans le Bas-Rhin, sous occupation ennemie, après avoir parcouru 503 kilomètres[107],[37]. Les Prussiens finirent par retrouver le ballon, mais les 2 passagers et l'aéronaute avaient disparu, sauvés par les habitants patriotes qui les firent passer à travers la montagne d'où ils regagnèrent la Lorraine[108].
    Le prix du beurre frais passe à 60 francs la livre[109].

Mercredi 26 octobre

modifier

Sans dépêches ni rapports militaires.
Lettre du roi de Prusse Guillaume Ier en réponse au courrier de l'ex-impératrice, Eugénie de Montijo, réfugiée en Angleterre.

Jeudi 27 octobre

modifier

Vendredi 28 octobre

modifier
Un article du journal Le Combat[119] annonce la reddition de Metz qui est aussitôt démentie par le Journal officiel et qui créé dans la presse à ce sujet une vive controverse[120].
Réduction de la consommation du gaz
  •   Seine-Saint-Denis :
    Profitant de l'inondation, volontaire, du Croult afin de tenir éloignées les troupes prussiennes, les francs-tireurs de la Presse sous les ordres du commandant Rolland, stationnées à La Courneuve, lancent une attaque de nuit sur les avant-postes ennemis établis au Bourget. Appuyés par les grand'gardes[24] du fort d'Aubervilliers et de la Courneuve les troupes françaises abordent, sans tirer un coup de fusil, les postes prussiens qui fuirent en désordre abandonnant leurs sacs, casques, armes, nourriture… Continuant de pousser l'ennemi devant eux ils s'avancent dans le village repoussant l'ennemi jusqu'à l'église où il s'établit fortement. Le général de Bellemare, donne l'ordre aux francs-tireurs de la Presse, au 14e bataillon de la mobile de la Seine et d'une partie du 34e de marche sous les ordres du colonel Lavoignet s'emparer du village du Bourget et de s'y établir solidement. Appuyé par une section de 2 pièces de quatre, 2 pièces de douze et une mitrailleuse, et suivi d'une forte réserve, composée du 16e bataillon de la mobile de la Seine et d'un demi bataillon du 28e de marche, les troupes françaises emportent la totalité du village, rejette les troupes ennemies en arrière du ruisseau de La Morée au Pont-Iblon et occupent, dans la foulée, Drancy.
    Vers midi, deux batteries ennemies en position au Pont-Iblon, et deux batteries de campagne positionnées sur la route de Dugny au Bourget, soit 30 canons environ, canonnent durant 5 heures le village incendiant plusieurs maisons. Pendant ce temps, les sapeurs du génie, crénellent les maisons et établissent des barricades.
    Tout au long de la journée des forces considérables d'infanterie ennemie descendues de Gonesse et d'Ecouen sont repoussées. Vers 7 heures du soir l'ennemi lance, contre une compagnie du 14e mobile, une dernière attaque à la baïonnette qui est repoussée. Les prisonniers indiquent que face au Bourget les Prussiens disposent de 2 régiments de la garde et de 4 batteries d'artillerie.
    À la fin de la journée, le gros des troupes françaises restent sur place.

Samedi 29 octobre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Les résultats du combat d'hier au soir ont été importants. Le terrain en avant de nos tirailleurs est couvert de cadavres prussiens.
    Le Bourget, village en pointe en avant de nos lignes, occupé par nos troupes, est canonné par l'ennemi pendant toute la journée qui n'envoie aucune attaque d'infanterie. Au soir le feu des batteries ennemies cesse, et elles se replient vers Gonesse. Les troupes françaises étant en très bonne position, elles tiennent et restent dans le village.

Dimanche 30 octobre

modifier
  •   Paris :
    Les boucheries municipales n’ayant plus de viandes elles ne distribuent plus que du suif.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Au lever du jour, des masses d'infanterie, évaluées à plus de 15 000 hommes, se présentent de front, appuyées par une nombreuse artillerie, pendant que d'autres colonnes, venant de Dugny et de Blanc-Mesnil, contournent le village du Bourget.
    Les troupes françaises qui étaient postées dans la partie nord du Bourget, sont coupées du corps principal et encerclées, sont faites prisonnières. Le village de Drancy est évacué afin de ne pas subir le même sort. « Le village du Bourget ne faisant pas partie du système général de notre défense, son occupation était d'une importance très secondaire, et les bruits qui attribuent de la gravité aux incidents qui viennent d'être exposés sont sans aucun fondement. »[126]

Lundi 31 octobre

modifier
Sans dépêches ni rapports militaires.
La reddition de Metz est désormais officielle.
  •   Paris :
    L'envoi d'Adolphe Thiers à Versailles pour négocier avec Bismarck alimente la rumeur selon laquelle le gouvernement français demanderait l'Armistice. L'exaspération des Parisiens est telle qu'une manifestation populaire, orchestrée par Charles Delescluze a lieu contre Trochu et son gouvernement. Les manifestants occupent pacifiquement l'Hôtel de Ville, siège du gouvernement et des discussions ont lieu. Trochu réussit à se maintenir et proclame : « Le gouverneur de Paris ne capitulera pas. » En fin de journée, la manifestation tourne à l'émeute et les membres du gouvernement se retrouvent prisonniers des partisans de la Commune, mais ils seront délivrés par le 106e bataillon de la garde nationale.

Novembre

modifier

Mardi 1er novembre

modifier

Sans dépêches ni rapports militaires.

Mercredi 2 novembre

modifier
Sans dépêches ni rapports militaires.

Jeudi 3 novembre

modifier

Vendredi 4 novembre

modifier

Sans dépêches ni rapports militaires.

Samedi 5 novembre

modifier

Sans dépêches ni rapports militaires.

Dimanche 6 novembre

modifier

Sans dépêches ni rapports militaires.

Lundi 7 novembre

modifier

Ruptures des négociations concernant l'armistice[133].
« Les quatre grandes puissances neutres, l'Angleterre la Russie, l'Autriche et l'Italie, avaient pris l'initiative d'une proposition d'armistice à l'effet de faire élire une assemblée nationale.
Le gouvernement de la Défense nationale avait posé ses conditions, qui étaient :
le ravitaillement de Paris et le vote pour l'assemblée nationale par toutes les populations françaises.
La Prusse a expressément repoussé la condition du ravitaillement ; elle n'a d'ailleurs admis qu'avec des réserves le vote de l'Alsace et de la Lorraine.
Le gouvernement de la Défense nationale a décidé à l'unanimité, que l'armistice ainsi compris devait être repoussé. »

Mardi 8 novembre

modifier

Mercredi 9 novembre

modifier
L'ensemble des forts a continué, sur toute la ligne de défense, à canonner les travaux et les positions de l'ennemi. Le tir reprend la nuit, par intervalles, de façon à causer des alertes fréquentes aux postes prussiens et à les tenir constamment en haleine.

Jeudi 10 novembre

modifier

Vendredi 11 novembre

modifier
Le feu de l'ensemble des forts a continué, sur toute la ligne de défense pendant le jour et pendant la nuit.

Samedi 12 novembre

modifier
Les jeunes gens de 25 à 35 ans veufs ou célibataires sont mis en activité et rejoignent les bataillons de la garde nationale.

Dimanche 13 novembre

modifier

Lundi 14 novembre

modifier
La nouvelle de la prise d'Orléans par l'armée de la Loire cause un regain d'espoir dans Paris, incitant le Gouvernement de la Défense nationale à lancer La Grande Sortie contre les lignes prussiennes autour de la ville.
  •   Val-de-Marne :
    Le capitaine Lavigne, à la tête des tirailleurs parisiens, a lancé une reconnaissance sur Champigny et a refoulé les postes prussiens, anéanti leurs approvisionnements et fait subir à l'ennemi des pertes réelles.

Sur toute la ligne, l'ensemble de nos forts ou ouvrages avancés a bombardé les avant-postes et positions fortifiés de l'ennemi. Il y a eu une canonnade très vive de la part de la redoute du Moulin Saquet et de l'ouvrage des Hautes Bruyères appuyés par les forts de Charenton, d'Ivry et de Montrouge contre les postes prussiens situés au sud de Paris.

  •   Seine-Saint-Denis :
    Une reconnaissance conduite par le commandant Poulizac, du 1er régiment des éclaireurs de la Seine à cheval[48], a chassé l'ennemi de ses postes avancés du côté de Drancy, et a fait plusieurs prisonniers.

Mardi 15 novembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    L'ennemi a tenté de reprendre pied dans Champigny. Il a été débusqué par le feu des mitrailleuses et s’est réfugié dans les tranchées, au milieu desquelles des obus du fort de Nogent sont venus tomber et l'ont obligé à battre en retraite.
    Les canons de la Faisanderie ont dispersé un détachement d'une cinquantaine de Prussiens réunis derrière la barricade de Champigny.
    Un obus tiré sur la maison Cazenave, au-dessous et à droite de Chennevières, utilisée comme pension par les officiers prussiens, est allé tomber au milieu de la cour entre deux ailes du bâtiment au moment où un certain nombre de ces officiers s’y trouvaient réunis. Les observateurs y ont observé un grand désordre puis un grand mouvement de va-et-vient dans les cours, ce qui laisse à penser qu'il y a eu plusieurs morts et blessés parmi les prussiens.
    Le fort de Charenton a canonné les positions prussiennes de Choisy

Mercredi 16 novembre

modifier

Jeudi 17 novembre

modifier
Le pigeon voyageur Gambetta apporte la nouvelle de la victoire de Coulmiers[140].

« Malgré les ordres les plus formellement exprimés par la voie des journaux et par celle de l'affichage, pour que les avant-postes ne soient dans aucun cas dépassés, des habitants de Paris sortent de la ville, se répandant par masses de tous les côtés à la fois dans la campagne. Ils s'avancent ainsi jusqu'à la portée la plus rapprochée des lignes prussiennes, encouragés par l'attitude de l'ennemi, qui les avait rarement inquiétés.
Celui-ci, au mépris de tout sentiment d'humanité, tire maintenant d'une manière continue sur des hommes sans armes, même sur des femmes et des enfants. Il y a eu des morts et des blessés. Le gouverneur de Paris, profondément ému d'une situation à laquelle les avant-postes sont impuissants à remédier, en raison de l'étendue de nos lignes extérieures, porte ces faits à la connaissance de tous les habitants et les adjure, de ne plus enfreindre des ordres dont l'inexécution a de si douloureuses conséquences. »

Vendredi 18 novembre

modifier

Samedi 19 novembre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Les nouvelles informations ont confirmé les premiers renseignements qui ont été portés à la connaissance du public. Elles ont fait connaître, en outre, un nouvel exemple des inconvénients qu’amènent devant nos lignes de semblables désordres exploités par l'ennemi. En effet, ce matin à huit heures des Prussiens, vêtus de blouses et de pantalons de toile dissimulant leurs armes et favorisés par la foule des maraudeurs qui couvraient la plaine de Bondy, se sont glissés le long de la berge du canal de l'Ourcq, ont tiré presque à bout portant sur une sentinelle avancée du 1er régiment d'éclaireurs, à nos premiers retranchements.
    Des combats d'avant postes ont eu lieu à Villetaneuse.

Dimanche 20 novembre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Le feu de l'artillerie française a été très vif pendant une partie de la nuit contre les positions prussiennes du Bourget.
    Le gouverneur de Paris, ému des tristes événements qui se sont passés dans les journées des 18 et 19 novembre dans la plaine de Bondy, a demandé des rapports circonstanciés aux commandants des avant-postes les plus rapprochés de l'ennemi.

Lundi 21 novembre

modifier
  •     Val-de-Marne - Hauts-de-Seine :
    Pendant la nuit, une vive fusillade a eu lieu sur le front de nos lignes du sud. Elle a été appuyée par le canon des forts.

Mardi 22 novembre

modifier
La pluie a arrêté sur tous les points les travaux de l'ennemi. Les forts ont tiré avec la plus grande modération.
  •   Paris :
    Réquisition est faite de toutes les pommes de terre existant à Paris et dans la banlieue. Les détenteurs de pommes de terre à Paris et dans les communes situées en deçà de la ligne d'investissement, sont tenus de déclarer les quantités qu'ils possèdent en dehors des provisions de ménage.
  •   Val-de-Marne :
    Plusieurs combats d'avant-postes ont eu lieu sur la Marne qui se sont tous terminés à notre avantage.
    Des mouvements de troupes ont attiré l'attention de l'ennemi. Deux bataillons de garde nationale mobilisée, commandés par les chefs de bataillon Queveauvilliers et de Brancion, sont sur le point de partir pour prendre les positions avancées.
  •   Hauts-de-Seine :
    Les forts ont continué les bombardements contre les travaux de l'ennemi, principalement à l'ouest et vers les positions de Meudon et de Châtillon.
    À onze heures et demie du soir, une reconnaissance a été tentée par l'ennemi, dans la presqu'ile de Gennevilliers[28]. Une barque, montée par plusieurs hommes, a cherché à passer la Seine du côté du pont des Anglais. Cette reconnaissance a échoué, grâce à la surveillance de nos postes avancés qui ont tiré à bout portant sur la barque, dans laquelle plusieurs hommes ont été blessés ou tués. La 2e compagnie du corps franc des carabiniers parisiens, sous le commandement du capitaine Baquey, s'est établie à Courbevoie.

Mercredi 23 novembre

modifier
  •   Paris :
    Les moulins qui fonctionnent pour le compte de l'État doivent vendre le son au prix maximum de 30 francs les 100 kilogrammes.
    Interdiction est faite aux journaux de publier les mouvements des troupes, les travaux de fortification et les mesures militaires prises par la défense.
    Le ballon monté Égalité s'envole de l'usine à gaz de Vaugirard et termine sa course à Louvain en Belgique, après avoir parcouru 225 kilomètres[145],[37].

Jeudi 24 novembre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Le 72e bataillon de guerre de la garde nationale, conjointement avec le 4e bataillon des éclaireurs de la Seine, sous le commandement supérieur du capitaine de frégate Massion, ont occupé le village de Bondy. Après avoir franchi les barricades de Bondy, le 72e bataillon a refoulé l'ennemi d'arbre en arbre sur la route de Metz et le long du canal de l'Ourcq. Le 72e compte 4 blessés, dont capitaine de frégate Massion qui a été transporté à l'ambulance du ministère de la Marine. En fin d'après-midi, le 72e bataillon de guerre, du commandant de Brancion, s'est replié.
    Quelques obus du fort de Noisy, envoyés sur le pont de la Poudrette[71] et sur les maisons bordant la lisière du bois, ont réussi à faire retraiter à découvert un grand nombre de troupes ennemies.

Vendredi 25 novembre

modifier
Ordre de ne plus sortir de la ville
  •   Royaume de Prusse : Des espions prussiens font parvenir des messages indiquant qu'une sortie va être effectuée. Les assiégeants commencent à prendre ses dispositions[18].

Samedi 26 novembre

modifier

Dimanche 27 novembre

modifier

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, on réunit à gauche du fort de Rosny la division d'Hugues avec son artillerie divisionnaire :
En avant du fort, 3 000 marins, 200 sapeurs du génie ou auxiliaires.
À droite du fort, la division Bellemare avec son artillerie divisionnaire et 3 batteries de 12, tirées de la réserve du 3e corps d’armée.
La division d'Hugues est suivie de deux batteries de 12, 6 pièces de 24 courts, 6 pièces de 7 et sur des voitures bien attelées : 1 500 pelles, 1 500 pioches, 200 haches, 20 scies (dites passe-partout), 20 masses, 50 dames, 8 sacs de poudre de 15 kg chacun, 20 000 sacs de terre[18].

Lundi 28 novembre

modifier
  •   Hauts-de-Seine :
    Au lever du jour, une forte reconnaissance est faite sur les positions prussiennes de Buzenval et sur les hauteurs de Boispréau.
    Les opérations projetées dans la presqu'ile de Gennevilliers[28] commencent à six heures du soir par le tir, de nombreuses batterie de mortiers, de fusées et d'artillerie, établies à proximité des ponts d'Argenteuil et de Bezons qui jettent le trouble dans les positions, que l'ennemi occupe fortement. Les tirs allument un incendie qui se développe sur plusieurs points. Les troupes françaises sont logées dans l'île Marante à Colombes et au Pont des Anglais, où elles établissent des retranchements. Pendant une partie de la soirée, puis à minuit, il y a un violent échange de feu de mousqueterie.

Proclamations

modifier

Mardi 29 novembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Pour redonner espoir aux habitants de la capitale, le général Louis Trochu, gouverneur de Paris, décide d'organiser une sortie générale afin d'effectuer une percée des lignes allemandes. C'est ainsi qu'au point du jour, sous les ordres du général Vinoy, deux attaques sont lancées, appuyées par une artillerie considérable.
    La première, sur la gare aux Bœufs à Choisy-le-Roi[151],[152] confiée au contre-amiral Pothuau, vigoureusement menée, qui a parfaitement réussi. La position a été enlevée, avant le jour, par des compagnies des 106e et 116e bataillons de la garde nationale et des fusiliers marins. L'ennemi surpris s'est retiré en désordre, laissant quelques prisonniers, dont un officier.
    La seconde sous les ordres du général Valentin, commandant une brigade de la division de Maud'huy, a attaqué le village de l'Haÿ avec les 109e et 110e de ligne et les 2e et 4e bataillons de la garde nationale mobile du Finistère. Les troupes françaises ont pénétré dans les premières lignes qu'elles ont vaillamment conquises. Au moment où nos troupes se retiraient et où les réserves prussiennes arrivaient dans le village en quantité considérable, qu'un tir formidable d'artillerie, partant des Hautes-Bruyères et des batteries environnantes, a couvert et écrasé de feux l'Haÿ ainsi que les colonnes qui cherchaient à l'aborder. Au même moment, les canonnières du capitaine de vaisseau Thomasset, en amont du Port-à-l'Anglais, des pièces de gros calibres, montées sur wagons blindés, en station sur la voie du chemin de fer, les batteries environnant Vitry celles du Moulin-Saquet, et enfin une partie de l'artillerie du fort de Charenton, dirigeaient leurs feux, avec la plus grande intensité, sur le terrain occupé par l'ennemi et lui ont fait éprouver les plus grandes pertes.
    Le chiffre de nos blessés s'éleve à environ 500 hommes parmi lesquels on signale le lieutenant-colonel Mimerel, du 110e de ligne atteint grièvement et le chef de bataillon de Réals, commandant du 4e bataillon du Finistère également blessé. Le chef de bataillon Cristiani de Ravaran, du 110e a été tué.
    À l'aube, les troupes de la 3e armée, aux ordres du général Vinoy, opèrent une sortie de diversion sur Thiais, l'Haÿ, la Gare-aux-Bœufs[153] et Choisy-le-Roi, et le feu des forts est dirigé sur ces divers points signalés comme servant au rassemblement des troupes de l'ennemi.
    Toutefois, à 8h35 une dépêche télégraphique du gouverneur de Paris, arrive au général Schmitz qui indique : « Prévenez Vinoy, La Roncière, Beaufort et Liniers que la grande opération est ajournée par suite de la crue de la Marne et rupture du barrage. La suite de leur opération doit se mesurer sur cet incident. Ils seront juges ».
    À 9h40 une seconde dépêche télégraphique indique : « Opération transformée. Par suite de l'impossibilité de faire parvenir des instructions coordonnées à la masse des troupes réunies sur la Marne, nous restons dans nos positions prêts à agir du côté d'Avron où la présence d'une nombreuse artillerie peut nous engager ».
    Avec l'ajournement de la grande opération, l'ennemi eut ainsi le temps de prendre ses dispositions pour sa défense et d'appeler en grand nombre des renforts sur les points menacés.

Mercredi 30 novembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Dans la nuit du 29 au 30 novembre, le vent tourne brusquement ; à une brise tiède et molle succéde un froid vif et pénétrant. C'est dans ces conditions que l'armée du général Ducrot passe la Marne au petit matin, sur des ponts de bateaux, dont l'établissement avait été retardé, la veille, par une crue subite et imprévue de la rivière.
    Cette grande opération s'engage sur un vaste périmètre soutenue par les forts et les batteries de position qui, depuis hier, écrasent l'ennemi de leur feu.
    Le lieutenant-colonel Adrien Prévault[63] du 42e de ligne est tué lors des combats, particulièrement violents sur le plateau de Cœuilly[155].
    À la fin de la journée, le rapport du gouverneur de Paris au gouvernement indique :
    « La droite a gardé les positions qu'elle avait brillamment conquises. La gauche, après avoir un peu fléchi, a tenu ferme et l'ennemi, dont les pertes sont considérables et qui nous a laissé 2 canons, a été obligé de se replier en arrière des crêtes. La situation est bonne grâce au soutien de l'artillerie, aux ordres du général Charles Frébault qui a magnifiquement combattu. Je passe la nuit sur le lieu de l'action qui continuera demain. »
    En diversion à l'attaque principale, la division Susbielle, soutenue par une importante réserve des bataillons de marche de la garde nationale, se porte en avant de Créteil, et enlève à l'ennemi les positions de Mesly et Montmesly, qu'elle occupe jusqu'au soir avant de l'évacuer, ne pouvant plus tenir la position devant des forces supérieures et se replie sur Créteil. Toutefois cette diversion, sur la droite des opérations, fort utile, pour l'attaque principale de la 2e armée est soutenue par de nouvelles sorties opérées sur la rive gauche de la Seine, vers Choisy-le-Roi et Thiais, par des troupes du général Vinoy. L'artillerie de la redoute des Hautes-Bruyères démonte 2 des 8 pièces d'artillerie que l'ennemi a placées entre l'Haÿ et Chevilly.

Décembre

modifier

Un froid intense s'installe à tel point que la Seine gèle. Les températures les plus basses atteindront -20°.

Recensement de la population des 20 arrondissements de Paris, en date de décembre 1870, qui comprend les réfugiés[157].

Population de Paris en décembre 1870
Arrondissement Population Commentaires
1er arrondissement 77 831 habitants
2e arrondissement 77 671 habitants
3e arrondissement 96 442 habitants
4e arrondissement 96 341 habitants
5e arrondissement 98 213 habitants
6e arrondissement 90 803 habitants
7e arrondissement 68 883 habitants
8e arrondissement 75 880 habitants
9e arrondissement 102 215 habitants
10e arrondissement 141 485 habitants
11e arrondissement 183 723 habitants
12e arrondissement 100 077 habitants
13e arrondissement 79 828 habitants
14e arrondissement 82 100 habitants
15e arrondissement 92 807 habitants
16e arrondissement 44 034 habitants
17e arrondissement 120 064 habitants
18e arrondissement 154 517 habitants
19e arrondissement 113 716 habitants
20e arrondissement 108 229 habitants
Total 2 005 700 habitants

Jeudi 1er décembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Les troupes françaises restent le matin sur les positions solidement établies qu'elles ont conquises hier et occupées cette nuit. L'enlèvement des blessés prussiens, abandonnés sur le champ de bataille, par l'ennemi et l'ensevelissement des morts, ainsi les que blessés français, dont le général Pierre Renault[159],[160] relevés par les ambulances, a pris une partie de la journée. L'artillerie, placée sur le plateau d'Avron, ne cesse pas de couvrir l'ennemi de ses feux. Toutefois la journée du 1er décembre s'est écoulée dans des conditions de calme que ne faisaient pas pressentir les luttes de la veille.
    Le Commandant des éclaireurs à cheval de la Seine, Léon Franchetti est frappé par un éclat d'obus à la cuisse durant cette bataille[161].

Vers 6 heures du soir, il était télégraphié la dépêche officielle suivante :

« Grande victoire sous Paris!
Sortie du général Ducrot, qui occupe la Marne. »

Cette triomphante nouvelle de Paris débloqué, Dieu sait avec quelle joie immense la province l'accueillit! « Le général Ducrot occupe la Marne » disait-on; il a donc pu faire une sortie victorieuse vers Vincennes et le chemin de Lyon. Les Prussiens, battus, ont donc abandonné le terrain; la capitale, débloquée sur ce point, est donc enfin en communication avec le reste de la France!
Hélas, bientôt la vérité fut connue : le général Ducrot avait manqué sa sortie. Son grand mouvement stratégique n'avait été qu'un grand mouvement oratoire, et Paris avait vu rentrer bien portant celui qui promettait de revenir ou mort ou victorieux.

Vendredi 2 décembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Précédées d'une courte canonnade, les troupes françaises ont été attaquées à la pointe du jour par des forces énormes formées des réserves et des troupes fraîches. Les Français, fatigués des combats d'avant-veille, avec un matériel incomplet, et glacés par des nuits d'hiver qu'ils ont passées sans couvertures à −14 °C, car, pour alléger les troupes, elles ont été laissées à Paris ; ont toutefois résisté au feu violent de l'ennemi. Après avoir combattu durant 3 heures pour conserver leurs positions, les troupes françaises ont poursuivi l’assaillant et combattu durant 5 heures pour enlever celles de l'ennemi. Le calme est revenu promptement sur nos positions de la Marne, où elles couchent.
    Les Prussiens tirent sur Bernard Bauer qui conduit les ambulances de la Presse venues relever les blessés de la bataille de la veille.

Samedi 3 décembre

modifier
  •   Paris :
    Un appel est lancé aux habitants afin d'obtenir des lits en faveur des blessés. 15 000 lits sont mis, par les habitants de Paris, à la disposition de l'autorité militaire dans les 48 heures.
  •   Val-de-Marne :
    Il n'y a eu le matin, aucun incident remarquable sur les positions françaises. Dès le point du jour, les Prussiens ont commencé une série d'attaques d'avant-postes précédées d'une courte canonnade, puis le calme est revenu sur les positions de la Marne.
    L'artillerie française située sur le plateau d'Avron a continué son feu pour inquiéter les convois incessants de l'ennemi dans la direction de Chelles.
    Les Prussiens ont eu hier des pertes considérables, en effet nos vigies ont signalés de nombreux convois de blessés quittant dès midi le champ de bataille. D'après des renseignements émanant des prisonniers, des régiments entiers auraient été écrasés.
    La journée du 3 décembre fut consacrée à améliorer la situation des troupes françaises par ce temps, déjà rigoureux, qu'elles supportent avec un grand courage.
    L'armée du général Ducrot bivouaque cette nuit, dans le bois de Vincennes ; elle a repassé la Marne dans la journée, et elle a été concentrée sur ce point pour donner suite à ses opérations.
    Environ 400 prisonniers prussiens, dont un groupe d'officiers, ont été amenés dans Paris.

Dimanche 4 décembre

modifier
Le 4 décembre, à minuit, le thermomètre centigrade de l'ingénieur Ducray-Chevalier, marquait, au Pont-Neuf, 6 degrés 3 dixièmes au-dessous de zéro.

Proclamation du général Ducrot

modifier

Lundi 5 décembre

modifier
Le 5 décembre, à six heures du matin, le thermomètre marquait, 6 degrés 8 dixièmes au-dessous de zéro et à midi, 2 degrés 9 dixièmes au-dessous de zéro.
Le général von Moltke annonce au gouverneur de Paris qu'Orléans est réoccupée par les Allemands
  •   Val-de-Marne :
    Le nombre des prisonniers ennemis arrivés du champ de bataille est, à 11 heures du matin, de huit cents.
    Le commandant Poulizac, à la tête des éclaireurs de la Seine, rentre d'une reconnaissance poussée vers Aulnay avec succès où 7 Prussiens ont été mis hors de combat. Ses troupes ont enlevé trois postes du chemin de fer de Soissons et ramènent 30 sacs, 40 casques, 2 fusils, des marmites, des couvertures, etc.

Mardi 6 décembre

modifier

Lettre du comte von Moltke

modifier

« Le gouvernement de la Défense nationale porte à la connaissance de la population les faits suivants :
Hier au soir le gouverneur a reçu une lettre dont voici le texte :
« Versailles, ce .
« Il pourrait être utile d'informer Votre Excellence que l'armée de la Loire a été défaite hier près d'Orléans et que cette ville est réoccupée par les troupes allemandes.
Si toutefois Votre Excellence jugera à propos de s'en convaincre par un de ses officiers, je ne manquerai pas de le munir d'un sauf-conduit pour aller et venir.
Agréez, mon général, l'expression de la haute considération avec laquelle j'ai l'honneur d'être votre très humble et très obéissant serviteur. »

— Le chef d'état-major, « Comte von Moltke. »

Réponse du gouverneur de Paris

modifier

« Le gouverneur a répondu
« Votre Excellence a pensé qu'il pourrait être utile de m'informer que l'armée de la Loire a été défaite près d'Orléans et que cette ville est réoccupée par les troupes allemandes.
« J'ai l'honneur de vous accuser réception de cette communication, que je ne crois pas devoir faire vérifier par les moyens que Votre Excellence m'indique.
« Agréez, mon général, l'expression de la haute considération avec laquelle j'ai l'honneur d'être votre très humble et très obéissant serviteur. »

— Le gouverneur de Paris, Général Trochu.

Proclamation des membres du gouvernement

modifier

« Cette nouvelle qui nous vient par l'ennemi, en la supposant exacte, ne nous ôte pas le droit de compter sur le grand mouvement de la France accourant à notre secours. Elle ne change rien ni à nos résolutions ni à nos devoirs.
Un seul mot les résume : Combattre ! Vive la France ! Vive la République ! »

— Les membres du gouvernement.

Mercredi 7 décembre

modifier
  •   Paris :
    Deux nouveaux ballons montés partent de Paris :
    Le Denis-Papin qui s'envole de la gare d'Orléans et termine sa course à La Ferté-Bernard, dans la Sarthe, après avoir parcouru 170 kilomètres[164].
    L'Armée-de-Bretagne qui s'envole de la gare du Nord et termine sa course à Bouillé-Loretz, dans les Deux-Sèvres, après avoir parcouru 355 kilomètres[165],[37].
    Le bataillon des Tirailleurs de Belleville, sous les ordres du commandant Gustave Flourens, est dissous par décret, à la suite de nombreux actes d'indiscipline[166].
  •   Val-de-Marne :
    Le général chef d'état-major général Isidore-Pierre Schmitz indique les pertes dans les divers journées de la bataille de Champigny : 1 008 tués (72 officiers et 936 hommes de troupe) et 5 022 blessés (342 officiers et4 680 hommes de troupe). Il indique également que les pertes de l'ennemi ont été des plus considérables, étant en rapport avec les efforts qu'il a fait pour enlever les positions françaises. Écrasé par l'artillerie des forts qui canonnait sur tous les points où il se présentait, des officiers prisonniers ont en outre déclaré que plusieurs régiments avaient été détruits par le feu d'infanterie en avant de Champigny. Le commandant des éclaireurs à cheval de la Seine, Léon Franchetti, frappé par un éclat d'obus à la cuisse durant cette bataille meurt de ses blessures.

Jeudi 8 décembre

modifier

Vendredi 9 décembre

modifier

Samedi 10 décembre

modifier

Dimanche 11 décembre

modifier
Le froid redouble

Lundi 12 décembre

modifier

Mardi 13 décembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Vers 1 heure du matin, les prussiens cherchant tentent d'occuper le plateau d'Avron par surprise en avançant à travers la forêt de Bondy avant de prendre position dans le village de Villemomble et d'attaquer les positions Françaises. Après un combat acharné et une fusillade nourrie, les prussiens sont contraints de se replier.

Mercredi 14 décembre

modifier
Le gouvernement autorise la vente du pain bis.

Jeudi 15 décembre

modifier
  •   Paris :
    Le ballon monté Ville-de-Paris, s'envole de la gare du Nord et termine sa course près de Wetzlar[173], où il est capturé, après avoir parcouru 510 kilomètres, ainsi que les plans secrets du général Trochu destinés à Gambetta pour coordonner les actions[174],[37].
    Par décret, le gouvernement fait réquisition de tous les chevaux, ânes et mulets. Les détenteurs deviennent de simples gardiens. Les animaux seront pesés vivants et payés comptant à raison de 1,75 franc[20] le kilogramme au maximum et de 1,25 franc[20] au minimum. Tout propriétaire de cheval, d'âne et mulet qui voudra devancer l'injonction de livrer à la faculté de faire conduire tous les jours ces animaux au marché aux chevaux situé au 6 boulevard d'Enfer. Les prix de faveur suivants seront appliqués aux animaux spontanément amenés à raison de 2 francs[20] le kilogramme au maximum et 1,50 franc[20] au minimum. En outre il sera attribué une commission d'amenage de 10 francs[20] par tête. Tout animal non déclaré sera confisqué.
    Après les pertes subies par divers corps de la 2e armée, notamment par la division de Malroy, qui a été très énergiquement engagée, les bases de la constitution des armées de la défense de Paris sont modifiées.
    Le 1er corps, commandé par le général Blanchard, est dissous. La division de Malroy de ce corps ayant eu des pertes sérieuses est en partie dirigée sur la 3e armée.

Vendredi 16 décembre

modifier

Samedi 17 décembre

modifier

Dimanche 18 décembre

modifier

Lundi 19 décembre

modifier
  •   Paris :
    Décret soumettant les nominations des chefs de la garde mobile au choix du gouvernement.

Mardi 20 décembre

modifier
  •   Paris :
    Le ballon Général-Chanzy, qui s'envole de la gare du Nord, termine sa course à Auspach, en Bavière, où il est capturé avec ses occupants, par les Prussiens, après avoir parcouru 760 kilomètres[179],[37].
    Le soir, le gouverneur part pour se mettre à la tête de l'armée, des opérations de guerre importantes devant commencer demain au point du jour. Des mouvements de troupes sont donc exécutés portant à plus de 100 bataillons de garde nationale mobilisée en dehors de Paris. La garde nationale mobilisée s'établit sur les positions qui s'étendent des bords de la Marne, en avant du plateau d'Avron, jusqu'à Saint-Denis. Cette concentration, bien que partiellement opérée par le chemin de fer de ceinture, avait été fatigante pour les troupes.
  •   Val-de-Marne :
    En prévision de l'attaque les troupes massée sur le plateau d'Avron sont composées :
    *de la division Hugues composée de 10 000 hommes et 60 canons
    *de la brigade Blaise composée des 111e et 112e régiments de ligne
    *de 38 bataillons de la garde nationale, représentant 20 000 hommes, sont positionnés entre les forts de Rosny et de Nogent

Mercredi 21 décembre

modifier
  •   Hauts-de-Seine :
    Du côté du Mont Valérien, vers 7 heures du matin, le général Noël a lancé une forte attaque à gauche sur Montretout, au centre sur Buzenval et Longboyau, en même temps que sur sa droite le chef de bataillon Faure, commandant du génie du Mont Valérien, s'emparait de l'île du Chiard. Au moment où cet officier y pénétrait à la tête d'une compagnie de francs-tireurs de Paris, il fut blessé très grièvement et le capitaine Haas, qui commandait cette compagnie, fut tué net. Parmi les troupes figurent les 8e et 18e régiments de la garde nationale mobilisée de Paris.
  •   Val-de-Marne :
    Les généraux de Malroy et Blaise sous les ordres du général Vinoy, ont occupé Neuilly-sur-Marne, Ville Evrard et la Maison-Blanche[97] et font créneler les murs. L'artillerie du plateau d'Avron et du fort de Nogent, qui ont appuyé l'opération, ont eu un combat très vif avec l'artillerie ennemie qui avait établi des batteries pour arrêter l'action des troupes françaises. Le général Idelphonse Favé, commandant l'artillerie de la 3e armée, a été blessé.
    Le temps s'était mis au froid et un vent glacial pendant toute la journée n'a cependant pas arrêté les efforts des troupes françaises qui ont travaillé activement à s'abriter contre les coups de l'ennemi à Neuilly-sur-Marne, Ville-Evrard, Maison Blanche, Bondy, la ferme de Groslay[note 6] et Drancy. Toutefois les tranchées ouvertes n'ont pas été terminées aussi promptement qu'on pouvait s'y attendre, à cause d'une gelée intense qui a durci la terre et a rendu le maniement des outils plus difficile.
    Dans la nuit du 21 au 22 décembre, des soldats ennemis restés dans les caves de Ville Evrard ont fait une attaque sur les postes occupés par les troupes. Les soldats français ayant riposté vigoureusement, ont tué ou fait prisonniers la plus grande partie des assaillants. Malheureusement, le général Blaise, qui s'était porté en toute hâte à la tête de ses troupes, a été mortellement atteint. Les prisonniers qui ont été faits sur les différents points ont confirmé que les pertes de l'ennemi ont été des plus sérieuses.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Dès le matin, par une température de -14°, les troupes de l'amiral de La Roncière ont attaqué le Bourget. Elles étaient composées de marins, des 134e et 138e régiment d'infanterie de ligne et de gardes mobiles de la Seine. La première colonne, composée du bataillon des marins et du 138e de ligne sous les ordres du capitaine de frégate Eugène Lamothe Tenet a enlevé la partie nord du village. Une seconde colonne, sous les ordres du général Lavoignet, qui attaquait dans la partie sud du village, était arrêtée par de fortes barricades et des murs crénelés qui l'empêchaient de dépasser les premières maisons dont on s'était emparé malgré des efforts acharnés. Après s'être maintenu 3 heures dans le nord du Bourget, jusqu'au-delà de l'église, luttant pour conquérir les maisons une à une, sous les feux tirés des caves et des fenêtres et sous une grêle de projectiles qui dura jusqu'à la fin du jour, les troupes ont dû se retirer.
    Le général Ducrot fait alors avancer une partie de son artillerie, qui engage une action très violente contre les batteries de Pont Iblon et de Blanc-Mesnil. Il occupe ce soir la Maison Blanche, Bondy, la ferme de Groslay[note 6] et Drancy.
    À la nuit, les troupes stationnées au Bourget effectuent leur retraite avec calme après avoir ramené une centaine de prisonniers qui sont dirigés sur Paris. Ces troupes furent repliées en arrière dans les tranchées qui formaient les points d'appui du champ de bataille préparé. Toutefois, les unes et les autres, à peu d'exceptions près, étaient sans abri, et cette première nuit de bivouac, par une gelée intense, éprouva très péniblement les soldats, il y eut quelques cas de congélation.
    Simultanément une diversion importante était effectuée par les 10e, 12e, 13e et 14e bataillons des gardes mobiles de la Seine et une partie du 62e bataillon de la garde nationale de Saint Denis, sous le commandement du colonel Dautremon.
    Dans le même temps, le 68e bataillon de la garde nationale de Saint-Denis attaquait Épinay, tandis que les deux batteries flottantes numéros 3 et 4 canonnaient le village ainsi qu'Orgemont et le Cygne d'Enghien[note 7], qui ripostaient vigoureusement. L'artillerie de la Double-Couronne appuya utilement, par son feu à longue portée, les opérations de l'armée.

Jeudi 22 décembre

modifier

Vendredi 23 décembre

modifier
Le 23 décembre à minuit, le thermomètre centigrade de l'ingénieur Ducray-Chevalier, au Pont-Neuf, marquait 8 degrés 2 dixièmes au-dessous de zéro.
  •     Val-de-Marne-Seine-Saint-Denis :
    L'ennemi ayant fait sur ses positions des concentrations considérables qui semblaient indiquer des intentions offensives et pouvant offrir un engagement général, le commandement français fit venir des troupes, à marche forcée, pour reprendre leurs postes de combat, malgré l'intensité du froid qui ne fit que s'accroitre. À dater de ce moment, la santé des soldats fut sérieusement, atteinte. Les cas de congélation, contre lesquels l'activité des travaux entrepris ne put rien, se multiplièrent dans une proportion menaçante. Les travaux eux-mêmes furent ralentis par suite de la dureté du sol, et dès le 24 ils devenaient impossibles.
  •   Seine-Saint-Denis :
    La vigilance constatait sur le haut de la butte Pinson des signaux lumineux auxquels il était immédiatement répondu, par des feux analogues, d'une maison de la rue de Paris, à Saint-Denis. Cet échange de signaux fut surpris par lui à différentes dates. Il prévint que, chaque fois qu'une sortie des troupes françaises devait s'effectuer le soir, des feux de signaux partait de Saint-Denis.

Samedi 24 décembre

modifier
Le 24 décembre, à minuit, le thermomètre centigrade de l'ingénieur Ducray-Chevalier[182], au Pont-Neuf, marquait 9 degrés 5 dixièmes au-dessous de zéro puis à six heures du matin, le thermomètre indiquait 9 degrés 1 dixième au-dessous de zéro et à midi, 6 degrés 0 dixièmes au-dessous de zéro. Le baromètre indiquait 758 mm 2, sans correction.
  •   Paris :
    Le ballon monté Rouget-de-L'Isle s'envole de la gare d'Orléans et termine sa course à La Ferté-Macé, dans l'Orne, après avoir parcouru 240 kilomètres[183],[37].
    À minuit, au Pont Neuf, le thermomètre marquait 9 degrés 5 dixièmes au-dessous de zéro. À midi, il indiquait 8 degrés 7 dixièmes au-dessous de zéro. La Seine est très haute et charrie de nombreux glaçons.
  •   Val-de-Marne :
    Les troupes ont continué les travaux de terrassement en voie d'exécution et ont eu beaucoup à souffrir pendant la nuit dernière des rigueurs de la température qui descend à 11 degrés au-dessous de zéro sur le plateau d'Avron.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Deux bataillons mobilisés de la garde nationale ont fait une reconnaissance sur le Raincy et ont eu quelques hommes blessés après avoir échangé un bon nombre de coups de fusil avec l'ennemi.
    L'artillerie des forts ainsi que celles de Bondy et du plateau d'Avron ont tiré fréquemment sur les travaux des Prussiens, qui déploient de leur côté une grande activité. Malgré une remontée des températures, la terre est toujours rebelle au maniement de la pioche, néanmoins les abris se consolident.

Dimanche 25 décembre

modifier

Le 25 décembre, à six heures du matin, le thermomètre indiquait 12 degrés au-dessous de zéro et à midi, 8 degrés 7 dixièmes au-dessous de zéro. Le baromètre indiquait 754 mm 7, sans correction.

  •   Paris :
    Le froid est atroce. Il devient impossible de se chauffer car le bois est rare et vert[184].
 
Menu du 25 décembre 1870
Café Voisin, 261 rue Saint-Honoré

Lundi 26 décembre

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Sur l'ordre du général Vinoy, 3 bataillons de la garde nationale, conduits par le colonel Valette, ont été chargés, le matin, d'occuper le parc de la Maison-Blanche[97] à Neuilly-sur-Marne pour renverser, totalement, le mur crénelé qui le ferme au sud-ouest. Les tirailleurs ont débusqué le poste ennemi du 106e régiment d'infanterie de ligne du 6e saxon[185] qui occupaient le parc et la tranchée du chemin de fer. Lors de cet engagement, les Français font six prisonniers et perdent un tué et huit blessés dont un officier.
    Après avoir chassé l'ennemi, ils ont travaillé à abattre le mur, en laissant des postes de surveillances afin de se prévenir contre un retour offensif de l'ennemi. Le général d'Hugues, pour éviter des imprudences, s'est porté lui-même auprès des troupes de soutien.
    L'artillerie du plateau d'Avron a tiré, seule, pour appuyer l'opération.

Mardi 27 décembre

modifier
100e jour du siège.
Début du bombardement de Paris dans certains quartiers.
  •   Seine-Saint-Denis :
    L’ennemi a démasqué, ce matin des batteries de siège à longue portée et a effectué un feu très vif contre les forts de l’Est, de Noisy et de Nogent, et contre la partie nord du plateau d’Avron, qui ont répondu énergiquement. Cette canonnade pouvant être le prélude d’un bombardement général de nos forts, puis d'une attaque générale, toutes les dispositions sont prises dans le but de repousser ses attaques et de protéger les défenseurs.
    Dans la journée, les observateurs indiquent que l'ennemi a établi 3 batteries de gros calibre au-dessus de la redoute de l'Ermitage, au Raincy, 3 batteries à Gagny, 3 batteries à Noisy-le-Grand et 3 batteries au pont de Gournay.
    Ce combat d'artillerie qui a duré jusqu'à cinq heures, a couté environ 8 tués et 50 blessés dont 4 officiers de marine aux troupes françaises. Les pertes ennemies sont inconnues mais elles sont supposées sérieuses sur les points les plus à portée du plateau.
    Les dépêches allemandes indiquent que 17 officiers Français auraient été tués ou blessés lors de cette affaire.
    « En résumé, cette première journée de bombardement partiel contre nos avancées et nos forts, avec des moyens dont la puissance est considérable, n'a pas répondu à l'attente de l'ennemi. »
  •   Hauts-de-Seine :
    Dans la nuit, on a entendu du Mont Valérien deux fortes détonations, qui donnent à penser que l’ennemi a fait sauter le pont du chemin de fer de Rouen[187].
    Le commandant Delclos, du 5e bataillon de la Seine, a opéré hier une reconnaissance sur le Bas Meudon et le Val et Fleury, à la tête de 12 compagnies des 4e et 5e bataillons de la Seine et du 3e de la Somme. Le commandant Delclos fit fouiller ces trois villages où restent encore quelques habitants, et d'où les postes prussiens s'enfuirent à approche des troupes françaises, laissant quelques prisonniers. Une fusillade assez vive s'engagea au moment où la reconnaissance regagnait le fort d'Issy. L'ennemi fut repoussé et contraint de se retraiter précipitamment dans ses retranchements du Haut Meudon. Les pertes françaises s'élèvent à 2 tués et 6 blessés.

Mercredi 28 décembre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    L'ennemi a continué le bombardement qu'il avait entrepris hier contre les positions d'Avron. Le matin les tirs qui étaient modérés sont devenus très vifs dans l'après-midi et la soirée. De nouvelles batteries ont appuyé celles qui avaient été précédemment établies par l'ennemi. Nos pièces, moins puissantes que les canons Krupp, a dû renoncer à faire feu. Le plateau est devenu tout à fait intenable pour l'infanterie[188].
    Le gouverneur a fait soustraire l'artillerie et les troupes à une situation que l'intensité croissante du feu de l'ennemi ne pouvait qu'aggraver en ordonnant la rentrée des pièces en arrière des forts. Cette opération difficile et laborieuse s'est effectuée pendant la nuit et dans la matinée du 29.
    Nos batteries de Bondy fouillent les bois avec précision et inquiètent l'ennemi.

Jeudi 29 décembre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    Le bombardement a redoublé d'intensité. Ses effets sur le plateau d'Avron, qui n'a cessé d'être canonné, ont démontré l'opportunité de l'évacuation qui a été opérée la nuit dernière. Les 74 pièces d'artillerie qui ont été retirées à peu près intactes, auraient été complètement désorganisées par le feu violent de la journée. Les tirs ont été plus particulièrement dirigé contre les forts de Rosny, Nogent et Noisy, qui ont fait bonne contenance sous une pluie d'obus d'une dimension extraordinaire, lancés à grande distance.
    Des dispositions sont prises pour que cette artillerie soit contre-battue par les plus gros canons dont dispose la défense.
    Il y a eu au fort de Nogent 14 blessés, au fort de Rosny 3 tués et 9 blessés et au fort de Noisy seulement quelques contusionnés.
    L'ennemi a ouvert le feu sur Bondy, où nous avons eu 2 hommes tués et 6 blessés.
    Dans la soirée, les tirs de l'ennemi sont passés par-dessus le plateau d'Avron, atteignant la route stratégique et, par moments, les villages environnants[191].

Vendredi 30 décembre

modifier
  •   Paris :
    Fin décembre, le beurre atteint 30 francs le kilo et la livre de chien vaut 4 francs. Un chat se vend 20 francs, un corbeau 5 francs, un rat 3 francs, un moineau 1,25 franc[20]. Les artisans et les ouvriers qui étaient également gardes nationaux, ne travaillant plus, ne disposaient que de leur solde soit 1,50 franc par jour, plus 0,75 à la femme légitime[20].
  •   Val-de-Marne :
    Le feu de l'ennemi a recommencé et le fort de Nogent, sur lequel se sont portés principalement ses efforts, a été bombardé de 8 heures du matin à h 30 du soir ou il n'est à déplorer que 3 blessés.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Le feu de l'ennemi a recommencé le matin et il a été vif pendant une partie de la journée. Il n'y a eu que deux blessés au fort de Rosny.
    Sur le plateau d'Avron, les Allemands prennent une grande quantité de munitions d'artillerie et deux pièces de 24 enclouées. Ils envoient ensuite deux compagnies jusqu'au village de Rosny.

Samedi 31 décembre

modifier
  •   Seine-Saint-Denis :
    l'ennemi a augmenté ses batteries de gros calibre et rapproché plusieurs d'entre elles des points d'attaque. Ses projectiles sont arrivés en assez grand nombre à la ferme de Groslay[note 6], à Drancy, Bobigny, Bondy, et quelques-uns même sont parvenus jusqu'à la Folie[note 8] et Noisy-le-Sec.
    Il a continué en même temps le bombardement sur les forts de Rosny et de Noisy, ou il n'y a eu que quelques dégâts matériels et un très petit nombre de blessés.
    À 11 h du soir, une assez forte reconnaissance prussienne s’est approchée de Bondy. Nos soldats ont laissé venir l'ennemi à bonne portée et l’ont reçu par une vive fusillade qui l'a fait rentrer dans ses lignes après avoir essuyé des pertes.
  •   Val-de-Marne :
    le feu de l'ennemi a continué sur le fort de Nogent, ou il n'y a eu que quelques dégàts matériels et un très petit nombre de blessés.

Janvier

modifier

Dimanche 1er janvier

modifier

Du mardi 27 décembre, au dimanche 1er janvier, les Prussiens ont envoyé 25 000 projectiles.

  •   Seine-Saint-Denis :
    L'ennemi a tiré pendant une grande partie de la nuit. Le bombardement de Bondy a redoublé d'intensité pendant la nuit et celui du fort de Rosny a été régulier, sans accident ni incident. Ce matin, l'attaque est plus vive, les coups se succèdent presque sans interruption.

Lundi 2 janvier

modifier

Les Prussiens envoient 6 000 bombes par jour.

  •   Hauts-de-Seine :
    Deux ou trois explosions se sont fait entendre sur le plateau de Chatillon. La Tour des Anglais a sauté.
    Une forte patrouille française a pénétré cette nuit dans Rueil et s'est retirée d'Issy sans avoir essuyé le feu des postes avancés prussiens.
  •   Seine-Saint-Denis :
    Le bombardement des forts de Nogent, Rosny et Noisy, et des villages environnants a continué ce matin sans causer jusqu'à présent de dommages bien sérieux. Le feu est cependant très vif sur Nogent, sur lequel l'ennemi a lancé 600 obus, n'a eu aucun effet : un seul homme légèrement blessé et pas de dégâts.

Mardi 3 janvier

modifier

Le 3 janvier à minuit, le thermomètre centigrade de l'ingénieur Ducray-Chevalier, au Pont-Neuf, marquait 4 degrés 2 dixièmes au-dessous de zéro.

  •   Seine-Saint-Denis :
    Le bataillon Poulizac, des éclaireurs de la Seine, a fait une petite expédition en avant de la ferme de Groslay[note 6]. Quelques Prussiens ont été tués, six ont été ramenés prisonniers : ils appartiennent à la garde. Nous avons eu trois blessés, dont un officier.
    La canonnade sur les forts a recommencé ce matin, il n'y a aucun incident à signaler.

Mercredi 4 janvier

modifier

Le 4 janvier à six heures du matin, le thermomètre indiquait 3 degrés 3 dixièmes au-dessous de zéro et à midi, 0 degré. Le baromètre, indique 766 mm 4, sans correction.

  •   Seine-Saint-Denis :
    l'ennemi a canonné Montreuil pendant une partie de la nuit et Saint-Denis toute la nuit. Il a également tiré sur Bondy très vivement, mais sans résultat appréciable.
    Le feu contre nos forts a repris dès le matin et a été extrêmement violent jusqu'à 5 heures du soir sur le fort de Nogent, où il n'y a eu qu'un seul blessé sans gravité.
    Sur Bondy, le feu a continué à raison de trois coups par minute.
    Au fort de Rosny, le feu a été assez actif, on déplore trois hommes légèrement atteints par des éclats.
    Le bombardement des forts situés à l'Est de Paris a continué aujourd'hui. Le fort de Nogent a reçu plus de 1 200 obus qui n'ont pas produit plus d'effets que les jours précédents.
  •   Val-de-Marne :
    ce matin vers h, un détachement ennemi s'est avancé devant la ferme des Mèches[55] pour la surprendre mais il a été reçu par une vive fusillade, et les hommes se sont sauvés au pas de course, en enlevant plusieurs blessés.
    Une demi heure plus tard, une patrouille ennemie a été surprise par nos éclaireurs du 139e régiment d'infanterie de ligne, et laisse entre nos mains trois prisonniers.
  •   Seine-et-Marne :
    premières mise à l'eau en amont de Paris, tantôt à Thomery, tantôt au pont de Samois, lieux situés entre Bray-sur-Seine et Montereau, des boules de Moulins[196]. Sur les 55 boules envoyées du 4 au , aucune ne sera récupérée pendant le siège.

Jeudi 5 janvier

modifier

Le bombardement de Paris commence.

  •   Paris :
    après un investissement de plus de trois mois, l'ennemi a commencé le bombardement des forts le 30 décembre. Six jours après, le bombardement de la ville de Paris commence. Quelques obus sont parvenus jusque dans le quartier Saint-Jacques, sans jeter aucun trouble dans la population.
    Dès que les habitants de la rive gauche de la Seine en virent tomber, ils s'empressèrent de prendre leurs dispositions pour échapper aux obus aveugles. Les uns vinrent chercher un abri sur la rive droite, les autres, ceux qui ne voulaient pas quitter leurs habitations, persistèrent à séjourner sous les coups de l'artillerie prussienne, mais en cherchant un abri dans leurs caves. Un troisième groupe s'obstina à braver l'ennemi, sans vouloir quitter les maisons et les appartements.
  •   Seine-Saint-Denis :
    une forte reconnaissance, dirigée par le général Fournès, est opérée dans la nuit sur le plateau d'Avron. Après avoir chassé les postes prussiens qui s'y trouvaient, il s'est installé auprès du château et a fait démolir à la pioche et au pétard un grand mur derrière lequel l'ennemi s'abritait dans la journée. Il a quitté le plateau au jour, ramenant 3 prisonniers saxons.
    Le feu a continué pendant la nuit sur le fort de Nogent sans résultats.
    Au petit matin, l'ennemi a attaqué Bondy : ses tirailleurs ont été repoussés, laissant sur le terrain une quinzaine de cadavres. De h du matin à h 30 du soir, Bondy a été bombardé, ainsi que les forts de l'Est de Paris, sans résultats.
  •   Hauts-de-Seine :
    l'ennemi a bombardé, toute la journée, avec la plus grande violence les forts de Montrouge, de Vanves et d'Issy avec ses batteries placées sur le plateau de Châtillon avec des pièces de gros et de petit calibre. Des obus qui n'avaient pas éclaté, et recueillis, mesuraient 0,22 m de diamètre et 0,55 m de hauteur.
    Les forts répondent vigoureusement.
    La dépêche allemande du jour indique : « Depuis 9h, les forts du Sud de Paris sont bombardés par une superbe journée d'hiver; pas de vent ni de neige, mais neuf degrés de froid. Les batteries établies contre le front Sud de Paris ont bombardé pendant la journée les forts d'Issy, de Vanves et de Montrouge, les retranchements de Villejuif, le Point-du-Jour et les canonnières. Le bombardement du front du Nord et de l'Est était en même temps énergiquement poursuivi avec des résultats très favorables. Nos pertes sont de quatre tués, quatre officiers et onze soldats blessés. »

Déclaration du gouvernement

modifier

Le gouvernement de la Défense nationale fait une déclaration afin de remonter le moral des troupes et de la population.

Vendredi 6 janvier

modifier
  •   Paris :
    à partir de h du matin, le bombardement a recommencé sur toute la ligne et n'a pas causé de dommages sérieux. Les batteries extérieures et l'enceinte ont pris part à la lutte et ont riposté vigoureusement aux attaques acharnées de l'artillerie ennemie. Les projectiles qui sont tombés dans la ville de Paris en assez grand nombre n'ont causé aucune émotion.
    Publication de la seconde Affiche Rouge, qui demande la création d'une Commune à Paris.
  •   Val-de-Marne :
    le fort de Bicêtre a également été bombardé, pendant toute la nuit dernière avec la même intensité. Du côté de Nogent, il a cessé à partir de trois heures du matin pour reprendre très vivement à huit heures.

Proclamation du Gouverneur de Paris

modifier

Après le gouvernement de la Défense nationale c'est au tour du gouverneur de Paris de faire une déclaration afin de remonter le moral des troupes et de la population.

Samedi 7 janvier

modifier
  •   Val-de-Marne :
    Le fort de Noisy a ouvert le feu sur toutes les batteries prussiennes et entretenu un tir soutenu et efficace. Nos obus ont en effet éclaté en pleins retranchements, faisant des morts et des blessés.

Dimanche 8 janvier

modifier

La nouvelle de la victoire de Bapaume par l'armée du Nord du général Faidherbe redonne de l'espoir aux Parisiens.

Lundi 9 janvier