Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pontonnier.
7e RG, Manœuvre de Pont, Avignon, 1916
Char Churchill Ark Mk II, un engin britannique de la Seconde Guerre mondiale
Essai de pose de travure depuis un AMX-13 PDP (Poseur de Pont) du 9e RG en 1976.
Pont flottant d'une unité de réserve de l'US Army
Engin de franchissement de l’avant de l'armée française
M60A1 Armored Vehicle Landing Bridge dérivé du char M60, utilisé par les forces américaines depuis 1987.

Les équipes de pontonniers sont des unités du génie militaire chargées de mettre en place, sur des cours d'eau, des ponts afin de permettre le franchissement de ceux-ci par les armées.

Cette mission de génie militaire s’avère essentielle dans la guerre de mouvement, au cours de laquelle les armes les plus mobiles (chars, infanterie motorisée ou mécanisée) doivent pouvoir s’affranchir de tous les obstacles naturels pour atteindre leurs objectifs tactiques. Ainsi, chaque Panzerdivision allemande disposait d’un bataillon de pontonniers.

Sommaire

Pontonnier dans l'armée françaiseModifier

En France, les années 1870 voient la création du 2e régiment d'artillerie-pontonniers (1878) dissous par la loi de réorganisation militaire du 29 juin 1894. Les pontonniers sont remplacés par deux nouveaux régiments du génie, les 6e et 7e régiment qui s'installent respectivement à Angers et à Avignon. Après les lois cadres de 1912 et les circulaires d'applications d'avril 1914, le Génie Français se décida à recréer 2 bataillons de Pontonniers, le 23e et le 24e du 7e régiment du génie. Seul, le 7e R.G regroupe deux bataillons de pontage d'armée en activité pendant la Première Guerre mondiale.

Les premières formations de ponts lourds furent constituées en décembre 1914, sous le nom d'équipe du Génie Maritime. Au mois d'août 1916, elles furent transformées en Compagnies du Génie Maritime rattachées au 3e régiment du génie, et prirent au 1er janvier 1920, la dénomination de Compagnies de ponts-lourds. Elles furent alors intégrées au 7e régiment du génie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la plupart des ponts étaient constitués de bateaux, pneumatiques ou à coque dure, qui servaient à supporter les travées où passaient les véhicules ou fantassins.

Mais la mise en place des embarcations était une opération difficile et complexe, surtout lorsqu’elle se faisait en première ligne, donc sous le feu ennemi. Aussi, de nouveaux matériels ont été conçus pour faciliter et accélérer cette tâche. Le premier engin motorisé de franchissement sur brèche humide de grande largeur a été le « Gillois » (portant le nom de son inventeur le général Jean Gillois), mis en service après un marché passé en 1955 et construit jusqu'en 1973 à environ 250 exemplaires. L'engin se déclinait en rampe-travure et travure de pont pour le franchissement continu et discontinu, et en bac pour le franchissement discontinu. Seul le bac sera valorisé dans les années 1980. Le pont Gillois sera utilisé pendant la guerre du canal de Suez. Le 10e Régiment du génie de Spire sera le dernier régiment à en être doté jusqu'à sa dissolution en 1997. Entre-temps, le pont flottant motorisé (PFM) aura fait son apparition. Ce matériel est encore en service dans la 23e compagnie de franchissement du 3e RG (dernière compagnie de franchissement de l'armée de terre). L’Engin de franchissement de l'avant (EFA) est le plus récent pont automoteur amphibie. Il est ambidrome et sert au franchissement continu et discontinu. C'est aujourd'hui le seul moyen qui permet le passage d'un char Leclerc. C'est avec le PFM le dernier moyen de franchissement lourd amphibie. Les EFA sont généralement dans les compagnies d'appui des régiment du génie.

Le Système de pose rapide de travures, pont d'environ 20 mètres sur brèche sèche est en dotation au 19e Régiment du génie depuis les années 2010.

Afin de garantir une autonomie maximale, la plupart des véhicules légers (blindé de reconnaissance, transport de troupes)sont amphibies. Bien que pouvant traverser en immersion, les chars restent limités dans les opérations de franchissement avec schnorkel, du fait des vitesses de courant, des profondeurs et des reliefs des fonds, ainsi que des largeurs de brèche.

La dernière Unité de pontonniers :

Il n'existe plus que deux compagnies de franchissement de nos jours dans l'armée française, la 23e Compagnie du génie de franchissement transférée en 2010 au 3e Régiment du génie à Charleville Mézières, et l'ex 5CGC devenue 5e Compagnie du génie de franchissement, en attendant sa nouvelle appellation qui devrait se définir en 2013, comme 25e Compagnie du génie de franchissement (constituée en partie de personnels de réserve ayant appartenu à l'ex-25e Compagnie de Pont Flottant Motorisé du 1er RG). Dernières de son genre dotée exclusivement de moyens lourds de franchissement : PFM (active et réserve) et EFA (active), elles sont de fait héritières des traditions des pontonniers du génie français. Elle a repris à ce titre une devise du 1er régiment du génie, son régiment d'origine : " Royal pontonnier, au nom de Dieu, sur le vif ".

Type de pont mis en œuvre par le génie militaire françaisModifier

 
Élément de pont Bailey au Mémorial Pegasus à Ranville.

Transport de pont dans la British ArmyModifier

Pontonniers dans l’armée soviétiqueModifier

Au , il y a 110 bataillons de pontonniers dans l'armée rouge répartie comme suit :

Les brigades ont entre 3 et 6 bataillons, les régiments en ont 2.

SuisseModifier

En 2019, les unités du génie mettent notamment en œuvre quatre types de ponts mobiles : le pont flottant motorisé, le char pont Iguane, le Mabey Logistic Support Bridge (en) ainsi que le Système de pont d’appui 45 m. En Suisse, l'activité de pontonnier est aussi un sport.

Pontonniers à travers le mondeModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François Quiri, Les poseurs de ponts terrestres français, Génie Édition, , 200 p. (ISBN 978-2-9551743-0-2)
  • R.Henry, chef de bataillon du Génie "Reconstruction par la main d’œuvre militaire des ponts et viaducs détruits par l'ennemi sur les lignes de communication d'une Armée en opérations" in-Revue du Génie militaire-septembre-octobre 1887- pages 365 à 389 avec trois planches hors-texte-Paris, Nancy, Berger-Levrault-1887.
  • R.Henry, lieutenant-colonel du Génie, officier de la Légion d'Honneur "Ponts et viaducs mobilisables à éléments portatifs en acier pour chemins de fer et routes stratégiques"-112 pages et planches hors-texte-Paris, Nancy-Berger-Levrault-1891.

Articles connexesModifier