Ouvrir le menu principal

Yzeure

commune française du département de l'Allier
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Yzeures-sur-Creuse.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Izeure.

Yzeure
Yzeure
Vue aérienne du centre d’Yzeure.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Yzeure
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Moulins Communauté
Maire
Mandat
Pascal Perrin
2014-2020
Code postal 03400
Code commune 03321
Démographie
Gentilé Yzeuriens
Population
municipale
13 230 hab. (2016 en augmentation de 1,85 % par rapport à 2011)
Densité 306 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 01″ nord, 3° 21′ 19″ est
Altitude Min. 217 m
Max. 278 m
Superficie 43,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Yzeure

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Yzeure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yzeure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yzeure
Liens
Site web ville-yzeure.com

Yzeure est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Yzeuriens.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située au nord du département de l'Allier[1], en Sologne bourbonnaise. C'est la quatrième commune du département de l'Allier en nombre d'habitants, au recensement de 2016[2]. Elle forme une agglomération avec principalement la ville de Moulins, préfecture de l'Allier, et la ville d'Avermes.

Sept communes sont limitrophes :

Communes limitrophes d’Yzeure
Avermes Gennetines, Chézy
Moulins   Lusigny, Montbeugny
Toulon-sur-Allier

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

La route nationale 7 contournée passe par le territoire de la commune. Trois échangeurs la desservent[3] :

  • l'échangeur 45, situé à la frontière communale avec Avermes, débouche sur la route de Decize (route départementale 979a) et dessert le lieu-dit du Haut-Barrieux et le quartier des Chartreux, à Moulins ;
  • l'échangeur 46, situé à la sortie est de la ville par la route départementale 779 en direction de Chevagnes, Bourbon-Lancy et Autun, desservant notamment le quartier de Saint-Bonnet par la route de Bourgogne ;
  • l'échangeur 47, situé à la sortie sud-est de la ville par la route départementale 12 et desservant la zone d'activités.

L'ancienne route nationale 7, correspondant à la route de Lyon, marque la frontière communale avec Moulins, et est gérée par le département de l'Allier (D 707).

Depuis Yzeure, passent la D 12 (route de Montbeugny, en direction de Montbeugny et de Dompierre-sur-Besbre, la D 30 (vers La Chapelle-aux-Chasses), la D 194 (vers Gennetines), la D 225 (vers Lusigny), la D 493 et la D 494[3].

Transport ferroviaireModifier

La gare de Moulins-sur-Allier est la gare SNCF la plus proche. Les bus des lignes C et D peuvent donner correspondance à un train TER Auvergne-Rhône-Alpes en direction de la gare de Clermont-Ferrand ou à des Intercités à cette même destination ou les gares de Nevers ou de Paris-Bercy.

Transports en communModifier

La commune est desservie par cinq lignes du réseau Aléo[4] :

  • la ligne B, reliant Portes d'Avermes à la place Jean-Moulin en desservant le parking Grillet, l'hôtel de ville et le collège François-Villon ;
  • la ligne C, reliant le centre commercial des Portes de l'Allier au quartier du Plessis via les quartiers des Bataillots et des Chartreux ;
  • la ligne D, reliant le quartier du Plessis à Place des Martyrs (en rive gauche de Moulins) ;
  • la ligne F, reliant le parking de la place Grillet à Bressolles ;
  • la ligne S5, ligne scolaire reliant l'hôtel de ville à la place d'Allier, au lycée Théodore-de-Banville et aux collèges Anne-de-Beaujeu et Émile-Guillaumin à Moulins.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Le plan local d'urbanisme a été approuvé par le conseil municipal le 15 février 2013[Y 1].

LogementModifier

En 2015, la commune comptait 6 622 logements, contre 6 328 en 2010. Parmi ces logements, 89,6 % étaient des résidences principales, 1,2 % des résidences secondaires et 9,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 78,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 21,3 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 68,3 %, en hausse sensible par rapport à 2010 (68 %). La part de logements HLM loués vides était de 11,4 % (contre 11 %)[a 2].

Projets d'aménagementsModifier

La commune aménage Yzatis (médiathèque, cyber-base, espace forme)[Y 1].

Risques naturels et technologiquesModifier

La commune est soumise à deux risques : séisme (zone de sismicité de niveau 2) et transport de matières dangereuses. Elle a élaboré un plan communal de sauvegarde (PCS) mais ne possède pas de dossier d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM)[5].

La présence d'une canalisation de gaz naturel et l'utilisation de la route nationale 7 et de la route départementale 707 par les véhicules de transport de matières dangereuses, ainsi que l'existence de voies ferrées, justifient le classement d'Yzeure à ce risque technologique[6].

ToponymieModifier

Selon Ernest Nègre[7] et Stéphane Gendron[8], la forme écrite la plus ancienne désignant Yzeure, Isodrus en latin, date de 912. Au XIe siècle, on rencontre le nom, Ysodurum. Ce toponyme se serait formé à partir du nom d'une personne, Itius et de ô dorum (la porte). Une autre hypothèse ferait se rattacher l'origine du nom Yzeure à la racine prélatine Icauna.

Les premiers Yzeuriens : ATIPASTU, ADAXILU, ABINOS, ATONILLOS, ASSULATOS, ANDROULOS, ATIASSU sont les premiers yzeuriens connus, grâce à la découverte, dans un fossé du début du premier siècle, d’une liste de noms gravés sur un vase.

HistoireModifier

AntiquitéModifier

En 1827, Claude-Henri Dufour découvrit un petit four et des figurines en argile datant du premier siècle avant notre ère. Ces trouvailles furent appelées trésor de Saint-Bonnet. Les statuettes gallo-romaines témoignent d'une religion populaire ignorée. Aucun texte n'en parle.

Moyen ÂgeModifier

Au Moyen Âge, il y avait une maison forte, aujourd'hui disparue, dite de « Pré Puttet » ou le « Champ Putet »[9],[10] datant probablement du XIVe siècle et qui fut occupée jusqu'à la fin du XVIIe siècle.

La maison forte se trouvait au fond d'un vallon, le côté nord s'appuyant sur le ruisseau de la Rigollée. Elle se dressait sur une plate-forme rectangulaire fossoyée surélevée de 28 × 30 m[11] construite à partir des matériaux de creusement des fossés. Les fossés en forme de U ont une largeur de 9 m et sont profond de 1,60 m. Son organisation, nous est connu, des fouilles ont mis au jour : un mur d'enceinte de 0,80 m de large épousant le tracé de la plate-forme, une cour d'une superficie de 250 m2, qui s'étendait devant la maison forte[12] et la présence d'une tour ronde de 5 m de diamètre. Un puits se trouvait au centre de la cour[13].

Époque moderneModifier

En 1633, est cité Antoine des Essars, sieur de Putay.

Époque contemporaineModifier

Entre 1795 et 1800, la commune absorbe celle voisine de Saint-Bonnet-et-Saint-Jean, soit une augmentation de population de 349 habitants[14] ; cette dernière porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Mont-Grillet[14].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Aux élections municipales de 2014, le député-maire sortant, Guy Chambefort, ne s'est pas représenté[15]. Le premier tour n'a pas désigné d'élu dans l'immédiat. Au second tour, Pascal Perrin est élu maire d'Yzeure, où près de deux électeurs sur trois (66,63 %) ont voté[16].

Aux élections départementales de 2015, le binôme socialiste Pascale Foucault - Pascal Perrin a recueilli 65,94 % des suffrages exprimés (3 074 voix sur 4 662), avec un taux de participation de 53,49 % (5 152 votants sur 9 631 inscrits)[17] et est élu dans le canton avec 63,56 % des voix, avec un taux de participation légèrement inférieur à celui de la commune bureau centralisateur (53,27 %)[18].

Administration municipaleModifier

 
Mairie.

Le conseil municipal compte trente-trois membres dont le maire et neuf adjoints[Y 2].

Composition du conseil municipal en 2014[16],[19]
Nuance Liste présidée par Résultats tour 1/tour 2 Sièges CM/CC
FG « Avec nous Yzeure, c'est vous » Jacques Cabanne 28,95 % 26,44 % 4 (1)
DVD « Yzeure autrement » Michel Samzun 29,28 % 30,93 % 5 (2)
PS « Yzeure, continuons l'action » Pascal Perrin 41,76 % 42,61 % 24 (10)

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1920 Antoine Deforge    
1920 1938 Joseph Baudron    
1938 1955 Claude Dussour    
1955 mars 1971 Paul Maridet UNR  
mars 1971 mars 1977 Louis Guillot    
mars 1977 mars 1989 Jean-Paul Desgranges PS Député de la 1re circonscription de l'Allier (1981-1986)[20]
Conseiller général (1973-1985)
mars 1989 avril 2014 Guy Chambefort PS puis DVG Député de la 1re circonscription de l'Allier (depuis 2007)
Conseiller général (1985-2007)
avril 2014 En cours Pascal Perrin[21] PS Conseiller en formation continue [retraité]
Conseiller général (2007-2015) puis départemental (depuis 2015)

Finances localesModifier

Le budget 2014 de la commune s'élève à 24 954 824 € réparti comme suit[22] :

  • investissement : 7 687 395 € ;
  • fonctionnement : 17 267 429 €.

JumelagesModifier

Au 15 juillet 2014, Yzeure est jumelée avec deux communes[23] :

Par ailleurs, elle mène des actions de coopération décentralisée avec   Kafountine (Sénégal) depuis 1988[28].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[29],[Note 1].

En 2016, la commune comptait 13 230 habitants[Note 2], en augmentation de 1,85 % par rapport à 2011 (Allier : -0,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9642 8031 3221 6421 8862 0602 4752 6102 988
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2403 2913 5853 8504 1954 1644 4645 2895 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 9606 1336 5396 0846 2377 0357 5738 1868 374
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
10 00011 66513 71513 19713 46112 69612 48812 99013 230
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Au recensement de 2016, Yzeure est la 4e commune la plus peuplée du département de l'Allier derrière les trois chefs-lieux d'arrondissement (incluant donc Moulins), mais devant Cusset. Entre 2011 et 2016, le taux de variation de la population est de 0,2 % au sein d'une agglomération dont la ville-centre regagne des habitants[2].

Pyramide des âgesModifier

En 2015, la population de la commune était relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (31,7 %)[a 3] est supérieur au taux national (24,7 %) mais inférieur au taux départemental (32,9 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,82 %) est supérieur aux taux national (51,60 %) et départemental (52,09 %).

Pyramides des âges en 2015 en pourcentage
Commune d'Yzeure[a 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
1,9 
8,9 
75 à 89 ans
11,8 
19,1 
60 à 74 ans
20,7 
22,9 
45 à 59 ans
21,7 
16,7 
30 à 44 ans
15,2 
15,3 
15 à 29 ans
13,3 
16,3 
0 à 14 ans
15,4 
Département de l'Allier[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ans ou +
2,4 
9,5 
75 à 89 ans
13,6 
19,4 
60 à 74 ans
19,8 
21,2 
45 à 59 ans
20,3 
17 
30 à 44 ans
16,1 
15,4 
15 à 29 ans
13,1 
16,5 
0 à 14 ans
14,7 

EnseignementModifier

Yzeure dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Dans l'enseignement public, les élèves commencent leur scolarité dans l'une des quatre écoles maternelles publiques (Jacques-Prévert, Les Bataillots, Les Cladets, Louise-Michel), puis dans l'une des cinq écoles élémentaires publiques (Ampère, Jacques-Prévert, Jules-Ferry, Les Cladets, Louise-Michel)[Y 3]. Ils poursuivent au collège François-Villon[Y 4], géré par le conseil départemental de l'Allier, puis au lycée Jean-Monnet[Y 4], géré par le conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Dans l'enseignement privé, les élèves vont à l'école Saint-Pierre[Y 3].

Il existe un centre d'information et d'orientation.

CultureModifier

Pendant plusieurs décennies jusqu'en 1997, l'usine Leblanc, a employé jusqu'à presque deux cents salariés à certaines périodes, pour la fabrication des pièces destinées à la réalisation de clarinettes, flûtes et hautbois, dont la clarinette réputée mondialement Leblanc-Noblet[33].

Une exposition consacrée à la clarinette à Moulins en 2015 évoque celle-ci[34].

SportsModifier

Le 12 mars 2019, la ville d'Yzeure a accueilli, avec Moulins, l'arrivée de la 3e étape du Paris-Nice 2019[36],[37], La ligne d'arrivée était située route de Lyon[38].

Yzeure a tenté, depuis des années, d'être ville de départ du Paris-Nice. Elle s'est unie avec Moulins au milieu de l'année 2018 afin, notamment, de renforcer leur attractivité médiatique en tant que ville d'arrivée[39]. La ville d'arrivée est officialisée en octobre 2018[40].

ÉconomieModifier

Le tissu économique local est dominé par les activités de transport et logistique : Yzeure abrite une importante unité logistique d'achat du groupe Leclerc : Scacentre[41].

EmploiModifier

En 2015, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 7 894 personnes, parmi lesquelles on comptait 71,6 % d'actifs dont 62,5 % ayant un emploi et 9,2 % de chômeurs[a 5].

On comptait 6 751 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 4 973, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 135,7 %, ce qui signifie que la commune offre plus d'un emploi par habitant actif[a 6].

4 513 des 4 972 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 90,8 %) sont des salariés[a 7]. 38,4 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises et commercesModifier

Au , Yzeure comptait 490 entreprises : 38 dans l'industrie, 71 dans la construction, 162 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, 103 dans les services aux entreprises et 116 dans les services aux particuliers[a 9].

En outre, elle comptait 625 établissements[a 10].

Yzeure abrite le siège de nombreuses entreprises de transport, dont les Transports Yzeuriens et les Transports Bourrat. On peut également citer parmi les grandes entreprises MCF (matériaux de construction).

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

 
Église romane Saint-Pierre d'Yzeure.
  • L'église Saint-Pierre, joyau de l'époque romane, est remarquable par l'ornementation de sa façade du XIIe siècle et par sa crypte des IXe et Xe siècles. Le portail d'influence bourguignonne présente des chapiteaux ornés de monstres, des motifs antiquisants et des modillons à décors fantastiques. Dans la nef et les bas-côtés, 32 chapiteaux du XIIe siècle sont sculptés de rinceaux et de végétaux. Le mobilier est également exceptionnel comme les bancs d'œuvre des corporations, la statue polychrome de la Vierge à l'enfant, dont le drapé permet une datation du XIVe siècle, et la chaire en bois sculpté de 1623.
  • L'église moderne (XXe siècle) aux Bataillots.

Patrimoine civilModifier

 
Le château Renaissance de Panloup.
  • Château de Panloup : demeure seigneuriale du XVIe siècle avec un très grand parc. À l'intérieur, la porte menant à l'ancienne chapelle est ornée d’une pierre du XIIe ou XIIIe siècle représentant l'agneau pascal.
  • Château de Bellevue : construit en 1881-1882, le château de Bellevue était à l'origine un établissement d'enseignement privé dirigé par les pères jésuites. Il servira d'hôpital pendant la Première Guerre mondiale. En 1946, il devient la propriété du département de l'Allier et abrite des services administratifs départementaux. Le nouveau bâtiment des Archives départementales de l'Allier a été construit en contrebas du château, dans le parc ; il a ouvert en 1987.
  • Château de Joulet : château fort du XVIIe siècle
  • Le Parc : simple maison de campagne à l'origine, fut achetée par la duchesse Anne de Beaujeu à l'aube du XVIe siècle. Dès 1503, elle y habita et vint s'y reposer chaque fois que les charges de la régence le lui permettaient. La résidence était alors connue sous le nom de Beaumanoir. Gilbert de Marillac, secrétaire du connétable de Bourbon, rapporte dans ses Mémoires que les « espoussailles et noces » de celui-ci et de Suzanne de Bourbon s'y déroulèrent « au moys de may suivant l'an mil cinq cens cinq ». Le roi François Ier y fut hébergé par deux fois une dizaine de jours en 1538 puis en 1541, et pour clôturer le séjour moulinois du roi Charles IX, Catherine de Médicis y organisa une de ces grandes fêtes qu'a décrites sa fille Marguerite dans ses mémoires. Ce fut également l'un des tout premiers parcs créés par les ducs de Bourbonnais et le lieu-dit « les Lys » qui le jouxte était orthographié « les lices » au cadastre de 1828[42].

SitesModifier

  • Plan d'eau des Ozières (baignade, pédalos, etc.), à l'est de la ville.
  • Domaine des Vesvres : 85 hectares de bois et d'étangs, ouverts à la promenade.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Anne de Beaujeu (1461-1522), princesse et régente du royaume de France.
  • Albert Fleury (1923-2006), poète.
  • Honoré d'Urfé (1568-1625), propriétaire du château de Pouzeux.
  • Aimé Laussedat (1819-1907), directeur du Conservatoire des Arts et Métiers. Membre de l’Académie des Sciences, inventeur de la photogrammétrie. Un buste à sa mémoire se trouve dans son ancienne propriété à Yzeure dont le parc, aujourd’hui municipal, porte son nom.
  • Maurice Eblé (1880-1942), né à Yzeure, avocat engagé dans le catholicisme social, fondateur d'associations et de revues, promoteur de progrès sociaux comme les allocations familiales.
  • Joseph Voisin (1882-1969), né et mort à Yzeure, romancier, poète, journaliste, médaillé militaire. Il obtint le prix du Printemps de la Société des Gens de Lettres en 1915 et celui du Feuilleton en 1918[43].
  • Claude Dussour (1889-1955), obtient la croix de guerre et est fait chevalier de la Légion d’honneur pendant la première guerre mondiale. Conseiller municipal en 1925, il devient maire en 1938. Dès 1940, il entre dans la résistance. Arrêté en 1944, il est déporté à Buchenwald. Il est ensuite élu conseiller général de Moulins-Est en 1945 et 1951. Un prix Claude-Dussour est décerné chaque année aux élèves méritants de la commune.
  • Henri Laville (1915-1958), instituteur, journaliste et écrivain, décédé à Yzeure, où il est inhumé. Le groupe scolaire de la rue Parmentier (devenu la maison des arts et des sciences) porte son nom[44].
  • Didier Boulaud (1950-), instituteur, conseiller en formation continue auprès de l'Éducation nationale, directeur de cabinet du maire de Nevers, Pierre Bérégovoy de 1983 à 1993, élu maire de Nevers depuis 1993, président de la Communauté d'agglomération de Nevers depuis 2003, député de la Nièvre de 1993 à 2001 puis sénateur de la Nièvre depuis septembre 2001, vice-président de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale de 1997 à 2001, secrétaire du Sénat depuis 2004, il est également membre de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, et de la Délégation parlementaire au renseignement.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'azur au pairle d'or accompagné en chef d'un casque du même ailé de gueules et accosté de deux chardons aussi d'or fleuris aussi de gueules.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean-Paul Desgranges (dir.), Yzeure, 2000 ans d'histoire, Cercle des amis d'Yzeure, , 572 p., illustré - 28 cm (ISBN 978-2-95141190-6)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

Site de la mairieModifier

  1. a et b Urbanisme sur le site de la mairie (consulté le 5 juin 2014).
  2. Conseil municipal sur le site de la mairie (consulté le 5 juin 2014).
  3. a et b « Écoles primaires » (consulté le 12 mars 2019).
  4. a et b « Collège et lycée » (consulté le 12 mars 2019).

Dossier complet INSEEModifier

« Dossier complet – Commune d'Yzeure (03321) », sur insee.fr, (consulté le 12 mars 2019) :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2015.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2015.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .

Autres sourcesModifier

  1. « Yzeure », sur Lion 1906.
  2. a et b Christelle Thouilleux et Emma Bianco, « Allier : un déclin démographique lié au vieillissement de la population », Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes, no 43,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2019).
  3. a et b Carte d'Yzeure sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 15 mars 2019).
  4. « Plan du réseau Aléo Bus », sur busaleo.com (consulté le 15 mars 2019).
  5. « Rapport », sur georisques.gouv.fr, Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 12 mars 2019).
  6. « Dossier départemental sur les risques majeurs dans l'Allier » [PDF], Préfecture de l'Allier, (consulté le 12 mars 2019).
  7. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2, Librairie Droz, (ISBN 978-2-60002883-7, lire en ligne), p. 176.
  8. Stéphane Gendron, Les noms de lieux en France : essai de toponymie, Éditions Errance, (ISBN 978-2-87772261-2, lire en ligne), p. 92.
  9. René Germain et Dominique Laurent, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, p. 267-268.
  10. Véronique Lallemand, La maison de Pré Putet à Yzeure (Allier) : Les données de terrain, Pages d'Archéologie médiévale en Rhône-Alpes, , p. 99.
  11. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Éditions Picard, (ISBN 978-2-70840770-1), p. 78.
  12. Élisabeth Sirot, p. 84.
  13. Élisabeth Sirot, p. 88.
  14. a et b Notice communale de Saint-Bonnet-et-Saint-Jean, base Cassini (consulté le 29 juin 2012).
  15. Stéphane Moccozet, « Guy Chambefort lâchera la mairie d'Yzeure en 2014 », sur France 3 Auvergne, (consulté le 15 juillet 2014).
  16. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur.
  17. « Résultats des élections départementales 2015. ALLIER (03) - canton de Yzeure. commune de Yzeure », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 4 juin 2015).
  18. « Résultats des élections départementales 2015. ALLIER (03) - canton de Yzeure (19) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 4 juin 2015).
  19. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014. ALLIER (03) - Yzeure. Candidatures du 2d tour », sur le site du ministère de l'Intérieur.
  20. « JEAN-PAUL DESGRANGES », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 4 juin 2015).
  21. « Liste nominative des maires de l'Allier », sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le 4 juin 2015).
  22. Budget sur le site de la mairie (consulté le 5 juin 2014).
  23. Commission nationale de la coopération décentralisée (rechercher « Yzeure »), site du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 15 juillet 2014).
  24. Comité de jumelage de Bendorf sur le site de la mairie (consulté le 15 juillet 2014).
  25. (de) Site Internet de la ville de Bendorf
  26. Comité de jumelage de Gherla sur le site de la mairie (consulté le 15 juillet 2014).
  27. (ro) Site Internet de la ville de Gherla
  28. Comité de jumelage de Kafountine sur le site de la mairie (consulté le 15 juillet 2014).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  32. « Évolution et structure de la population en 2015 – Département de l'Allier (03) », Insee (consulté le 12 mars 2019).
  33. « Les clarinettes mises en musique », sur La Montagne, .
  34. « Une nouvelle exposition s'installe à la médiathèque », sur La Montagne, .
  35. Club de Handball d'Yzeure.
  36. K.T., « Le Paris-Nice 2019 passera dans l'Allier et la Loire », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 12 mars 2019).
  37. « Paris-Nice : l'Allier accueillera une arrivée et un départ », sur La Montagne, (consulté le 12 mars 2019).
  38. Kevin Lastique, « Ce qu'il faut savoir avant l'arrivée du Paris-Nice à Moulins-Yzeure », sur La Montagne, (consulté le 12 mars 2019).
  39. Charlotte Nachtmann, « Moulins et Yzeure veulent accueillir ensemble la course Paris-Nice en 2019 », sur La Montagne, (consulté le 12 mars 2019).
  40. « Moulins et Yzeure sur la route du Paris-Nice 2019 », sur La Montagne, (consulté le 12 mars 2019).
  41. Antoine Delacou, « des travaux spectaculaires », la montagne.fr,‎ .
  42. Dominique Laurent, Études bourbonnaises : Une résidence ducale oubliée : le "beau manoir" de la duchesse Anne à Yzeure, Bulletin trimestriel de la Société bourbonnaise des Études locales, , chap. 354, p. 47 à 77.
  43. René Varennes, 175 poètes bourbonnais, Union des poètes bourbonnais, 1988.
  44. « Les lettres », Les Cahiers bourbonnais et du Centre, Moulins,‎ no 2, année 1989.