Ouvrir le menu principal

Championnat de France féminin de football

compétition de football
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Championnat de France de football (homonymie).
Division 1
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo utilisé depuis la saison 2019-2020.
Généralités
Sport Football
Création 1974
Autre(s) nom(s) National 1A (1992-2000)
Organisateur(s) FFF
Éditions 40
Périodicité Annuelle
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 12 équipes
Statut des participants Amateur et professionnel
Hiérarchie
Hiérarchie 1er niveau
Niveau inférieur Division 2

Palmarès
Tenant du titre Olympique lyonnais
Plus titré(s) Olympique lyonnais (13 titres)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : France Laëtitia Tonazzi (223 buts)
Plus d'apparitions Drapeau : France Gaëtane Thiney (378 matchs)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Championnat de France féminin de football 2019-2020

Le championnat de France féminin de football, aussi appelé Division 1 ou D1 féminine et officiellement D1 Arkema pour des raisons de parrainage, est le tournoi féminin de football français le plus important du pays. Il a été créé pour la première fois en 1919 par la Fédération des sociétés féminines sportives de France (FSFSF), avant de disparaître en 1932 puis de renaître en 1974 sous l'égide de la Fédération française de football (FFF).

Après deux décennies de championnat composées de groupes régionaux et d'une phase finale, c'est en 1992 qu'apparait le premier championnat féminin composé d'un seul groupe national. Si le format des divisions inférieures a souvent été chamboulé, le format de première division n'a plus changé depuis les années 1990.

L'Olympique lyonnais est le club qui a remporté le plus de titres de première division (17), il détient également le record du nombre de victoires consécutives (13, série en cours) et est le tenant du titre de la compétition.

HistoireModifier

Les prémices du football fémininModifier

Le premier championnat féminin de football a lieu en 1919, à l'initiative de la FSFSF, dans un contexte où les femmes ont non seulement remplacé dans les usines et dans les champs les hommes partis à la guerre, mais où elles ont aussi investi le domaine du sport, dont le football.

Le tout premier match du championnat de France féminin s'est déroulé le matin du 23 mars 1919 au stade Brancion de Paris entre Fémina Sport et l'En Avant. Fémina Sport l'aurait emporté par 2-0[1],[2], le score de 3-1 étant aussi évoqué[3].

Les deux premières éditions du championnat ne concernent que des équipes parisiennes. En avril 1933, le football est officiellement radié des sports organisés par la FSFSF, en raison de la désaffection croissante des femmes pour ce sport, dont la pratique est soumise à de fortes critiques. La Ligue de Paris de Football féminin, créée en 1933, prend la relève et le 26 novembre 1933 organise un championnat de Paris féminin à dix clubs qui dure jusqu'en 1937.

La création d'un championnat sous l'égide de la FFFModifier

Après une renaissance du football féminin en France au milieu des années 1960, ce n'est qu'en mars 1970 que la FFF reconnait officiellement sa pratique et quatre autres années suivent avant la création d'un championnat de France officiel. Pour leurs premières phases finales (1974-1975), huit équipes féminines régionales se sont qualifiées : FC Bergerac, Caluire Saint-Clair SC, ARC Cavaillon, FC Metz, Arago sport orléanais, Stade de Reims, FC Rouen et FC Vendenheim. Le titre est remporté lors de cette première saison par le club de Reims[4].

Le Stade de Reims, qui s'est qualifié pour les huit finales suivantes jusqu'en 1982 et en a remporté cinq, ainsi que l'AS Étrœungt (trois fois champion en quatre finales) ont dominé ces premières années du championnat. Ces deux clubs sont d'ailleurs les seuls champions nationaux à n'avoir jamais connu la première division masculine, jusqu'à la saison 2015-2016 incluse. À noter également, qu'aucune équipe de la région de la capitale n'a pour le moment un rôle dans ce jeune championnat. Mais cela change avec le début de la domination de la VGA Saint-Maur et ses six titres de champion entre 1983 et 1990. La dernière apparition de Saint-Maur durant ses années-là (1991) est suivie par le début de la suprématie du FC Lyon et du Juvisy FCF, qui ont remporté presque tour à tour le titre de champion jusqu'en 1998. Elles gagneront d'ailleurs les deux dernières éditions en format matches de groupe et matchs à élimination directe, puisqu'en 1992 le championnat devient la National 1A et introduit le principe d'une ligue de 12 équipes.

Après une double domination des joueuses de Lyon et de Juvisy pendant six ans, les joueuses de Toulouse deviennent quadruple championnes de France de 1998 à 2001 sous la bannière du TOAC puis en 2002 sous celle du TFC. Entre deux victoires de Juvisy, le Montpellier HSC remporte le championnat pour la première fois en 2004 et enchaîne en 2005. La saison 2006-2007 marque le début de la suprématie indiscutable des féminines de l'Olympique lyonnais sur le championnat de France féminin de football. S'en suit une série ininterrompue de 13 victoires et un bilan titanesque : de leurs 286 matches à la fin de la saison 2018-2019, elles en ont remporté 263 pour seulement cinq défaites (deux contre Juvisy et le Paris Saint-Germain, une contre Hénin-Beaumont). Paris (sept fois), Montpellier et Juvisy (trois fois chacun) deviennent ainsi les inévitables deuxièmes. Mais depuis 2012 et l'arrivée des propriétaires qataris dans le club de la capitale, la section féminine du PSG ne cesse de réduire l'écart avec les championnes lyonnaises[5]. Les rencontres entre l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain deviennent ainsi un « classique » du championnat, ces matchs étant décisifs pour le titre, et une forte rivalité nait alors entre les deux clubs. Toutefois un gouffre se crée alors dans le championnat entre ces deux clubs au moyen financier important et les autres[5].

Identité visuelle (logo)Modifier

Palmarès et statistiquesModifier

Bilan par éditionModifier

Édition Saison Champion Vice-champion Troisième Clubs Matchs Buts Meilleure buteuse Meilleure passeuse
Total Par match Joueuse Score Joueuse Score
Division 1
1re 1974-1975 Stade de Reims AS Orléans Pas de classement 16 37 Aucune donnée connue à ce jour,
votre aide est la bienvenue.
2e 1975-1976 Stade de Reims FC Rouen 18 38
3e 1976-1977 Stade de Reims Caluire SCSC 20 54
4e 1977-1978 AS Étrœungt Stade de Reims 20 54
5e 1978-1979 AS Étrœungt Stade de Reims 20 54
6e 1979-1980 Stade de Reims ASJ Soyaux 48 175
7e 1980-1981 AS Étrœungt Stade de Reims 48 175
8e 1981-1982 Stade de Reims AS Étrœungt 48 175
9e 1982-1983 VGA Saint-Maur FCF Hénin-Beaumont 48 245
10e 1983-1984 ASJ Soyaux VGA Saint-Maur 48 250
11e 1984-1985 VGA Saint-Maur FC Lyon 48 250
12e 1985-1986 VGA Saint-Maur ASJ Soyaux 48 240
13e 1986-1987 VGA Saint-Maur ASJ Soyaux 48 329 1186 3,60 Aucune donnée connue à ce jour,
votre aide est la bienvenue.
14e 1987-1988 VGA Saint-Maur FCF Hénin-Beaumont 30 283 946 3,34
15e 1988-1989 Saint-Brieuc SC ASJ Soyaux 30 283 962 3,39
16e 1989-1990 VGA Saint-Maur Poissy JSF 30 265 883 3,33
17e 1990-1991 FC Lyon VGA Saint-Maur 30 283 914 3,22
18e 1991-1992 FC Féminin Juvisy Saint-Brieuc SC 30 283 1091 3,85
National 1A
19e 1992-1993 FC Lyon FC Féminin Juvisy VGA Saint-Maur 12 132 423 3,20 Aucune donnée connue à ce jour,
votre aide est la bienvenue.
20e 1993-1994 FC Féminin Juvisy FC Lyon ASPTT Strasbourg 12 132 458 3,46
21e 1994-1995 FC Lyon Toulouse OAC FC Féminin Juvisy 12 132 485 3,67
22e 1995-1996 FC Féminin Juvisy ASJ Soyaux Toulouse OAC 12 132 474 3,59
23e 1996-1997 FC Féminin Juvisy Toulouse OAC Saint-Brieuc SC 12 132 491 3,71
24e 1997-1998 FC Lyon FC Féminin Juvisy Toulouse OAC 12 132 505 3.82
25e 1998-1999 Toulouse OAC ESOFV La Roche FC Féminin Juvisy 12 132 492 3,72
26e 1999-2000 Toulouse OAC FC Féminin Juvisy FC Lyon 12 138 582 4,21
27e 2000-2001 Toulouse OAC ESOFV La Roche FC Féminin Juvisy 12 138 601 4,35
28e 2001-2002 Toulouse FC FC Féminin Juvisy FC Lyon 12 138 508 3,68   M. Pichon 22 Aucune donnée connue.
Division 1
29e 2002-2003 FC Féminin Juvisy FC Lyon Montpellier HSC 12 138 492 3,56   S. Brétigny 26 Aucune donnée connue à ce jour, votre aide est la bienvenue.
30e 2003-2004 Montpellier HSC FC Lyon FC Féminin Juvisy 12 138 419 3,03   C.Morel 18
31e 2004-2005 Montpellier HSC FC Féminin Juvisy Olympique lyonnais 12 132 471 3,56   M. Pichon 38
32e 2005-2006 FC Féminin Juvisy Montpellier HSC Olympique lyonnais 12 132 429 3,25   M. Pichon 36
33e 2006-2007 Olympique lyonnais Montpellier HSC FC Féminin Juvisy 12 132 510 3,86   S. Brétigny 42   S. Bompastor 19
34e 2007-2008 Olympique lyonnais FC Féminin Juvisy Montpellier HSC 12 132 440 3,33   L. Tonazzi 27   S. Bompastor 20
35e 2008-2009 Olympique lyonnais Montpellier HSC FC Féminin Juvisy 12 132 521 3,94   K. da Silva 27   L. Necib 12
36e 2009-2010 Olympique lyonnais FC Féminin Juvisy Paris SG 12 132 457 3,46   E. Le Sommer 19   L. Necib 11
37e 2010-2011 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain Montpellier HSC 12 132 422 3,19   L. Tonazzi 20   E. Thomis 11
38e 2011-2012 Olympique lyonnais FC Féminin Juvisy Montpellier HSC 12 132 519 3,93   E. Le Sommer 22   H. Lattaf 19
39e 2012-2013 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain FC Féminin Juvisy 12 132 530 4,02   L. Schelin 24   S. Bompastor 14
40e 2013-2014 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain FC Féminin Juvisy 12 132 501 3,79   G. Thiney 25   K. Dali
  L. Dickenmann
  L. Necib
9
41e 2014-2015 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain FC Féminin Juvisy 12 132 550 4,20   L. Schelin 34   L. Dickenmann
  E. Thomis
14
42e 2015-2016 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain Montpellier HSC 12 132 501 3,79   A. Hegerberg 33   C. Abily 13
43e 2016-2017 Olympique lyonnais Montpellier HSC Paris Saint-Germain 12 132 438 3,3   A. Hegerberg
  E. Le Sommer
20   D. Marozsán 15
44e 2017-2018 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain Montpellier HSC 12 132 407 3,1   A. Hegerberg 31   C. Abily 12
45e 2018-2019 Olympique lyonnais Paris Saint-Germain Montpellier HSC 12 132 413 3,1   M-A. Katoto 22   K. Diani 12

PalmarèsModifier

Palmarès des clubs champions de France
Rang Clubs 2019-2020 Titre(s) Année(s)
1 Olympique lyonnais Division 1 13 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019
2 FC Féminin Juvisy / Paris FC Division 1 6 1992, 1994, 1996, 1997, 2003, 2006
VGA Saint-Maur Division 2 6 1983, 1985, 1986, 1987, 1988, 1990
4 Stade de Reims Division 1 5 1975, 1976, 1977, 1980, 1982
5 Toulouse OAC / Toulouse FC Division 2 4 1999, 2000, 2001, 2002
FC Lyon Départemental 1 4 1991, 1993, 1995, 1998
7 AS Étrœungt ? 3 1978, 1979, 1981
8 Montpellier HSC Division 1 2 2004, 2005
9 Saint-Brieuc SC / EA Guingamp Division 1 1 1989
ASJ Soyaux Charente Division 1 1 1984

Distinctions individuellesModifier

Trophée UNFP

Depuis la saison 2000-2001, un trophée est remis à la meilleure joueuse du championnat lors de la cérémonie de remise des trophées UNFP du football.

Meilleure joueuse de l'année
Saison Joueuse Club
2000-2001   Anne Zenoni Toulouse OAC
2001-2002   Marinette Pichon Saint-Memmie Olympique
2002-2003   Sandrine Soubeyrand FCF Juvisy
2003-2004   Sonia Bompastor Montpellier HSC
2004-2005   Marinette Pichon (2) FCF Juvisy (2)
2005-2006   Camille Abily Montpellier HSC (2)
2006-2007   Camille Abily (2) Olympique lyonnais
2007-2008   Sonia Bompastor Olympique lyonnais (2)
2008-2009   Louisa Necib Olympique lyonnais (3)
2009-2010   Eugénie Le Sommer Stade briochin
2010-2011   Élise Bussaglia Paris Saint-Germain
2011-2012   Gaëtane Thiney FCF Juvisy (3)
2012-2013   Lotta Schelin Olympique lyonnais (4)
2013-2014   Gaëtane Thiney (2) FCF Juvisy (4)
2014-2015   Eugénie Le Sommer (2) Olympique lyonnais (5)
2015-2016   Amel Majri Olympique lyonnais (6)
2016-2017   Dzsenifer Marozsán Olympique lyonnais (7)
2017-2018   Dzsenifer Marozsán (2) Olympique lyonnais (8)
2018-2019   Dzsenifer Marozsán (3) Olympique lyonnais (9)
Trophée de la meilleure joueuse de la FFF

Depuis la saison 2009-2010, le trophée de la meilleure joueuse de Division 1 de la FFF est attribué.

Ce sont les entraîneurs qui l'élisent en donnant trois et un points aux deux meilleures joueuses de l'équipe adverse lors de chaque match.

Meilleure joueuse de l'année
Saison Joueuse Club
2009-2010   Eugénie Le Sommer[6] Stade briochin
2010-2011   Élise Bussaglia[7] Paris Saint-Germain
2011-2012   Julie Morel[8] EA Guingamp (2)
2012-2013   Shirley Cruz Traña[9] Paris Saint-Germain (2)
2013-2014   Gaëtane Thiney[10] FCF Juvisy
2014-2015   Sofia Jakobsson[11] Montpellier HSC
2015-2016   Ada Hegerberg[12] Olympique lyonnais
2016-2017   Eugénie Le Sommer[13] (2) Olympique lyonnais (2)
2017-2018   Dzsenifer Marozsán[14] Olympique lyonnais (3)
2018-2019   Dzsenifer Marozsán[15] (2) Olympique lyonnais (4)

Statistiques et recordsModifier

Meilleure affluence pour un match de championnat : Olympique lyonnais - Paris Saint-Germain (1-0), 30 661 spectateurs le au Groupama Stadium à Décines-Charpieu[16].

Joueuses ayant joué le plus de match de championnat
Nom Matchs Buts Période Clubs
1   Gaëtane Thiney 378 161 2000- Saint-Memmie Olympique (124), US Compiègne CO (21), FCF Juvisy / Paris FC (233)
2   Camille Abily 354 176 2000-2018 Stade briochin (20), ESOFV La Roche (21), CNFE Clairefontaine (17), Montpellier HSC (68), Olympique lyonnais (215), Paris SG (13)
3   Julie Soyer 294 8 2003- CNFE Clairefontaine (21), FCF Hénin-Beaumont (21), Montpellier HSC (72), Paris SG (60), FCF Juvisy / Paris FC (124)
4   Sabrina Delannoy 285 25 2003-2017 CNFE Clairefontaine (41), Paris SG (244)
5   Marie-Laure Delie 280 191 2005-2019 CNFE Clairefontaine (37), Paris SG (117), Montpellier HSC (104), FC Metz (22)
  Laëtitia Tonazzi 280 223 2001-2018 FCF Juvisy (198), Olympique lyonnais (38), Montpellier HSC (44)
7   Hoda Lattaf 270 195 2000-2014 ESOFV La Roche (3), Montpellier HSC (224), Olympique lyonnais (43)
8   Nelly Guilbert 268 41 1998-2016 FCF Juvisy (268)
9   Sandrine Soubeyrand 267 47 1990-2014 FCF Juvisy (267)
10   Sarah Bouhaddi   266 1 2003- CNFE Clairefontaine (38), Toulouse FC (22), FCF Juvisy (46), Olympique lyonnais (160)

Joueuses ayant marqué plus de 200 buts en D1 :

Joueuse Buts
1   Laëtitia Tonazzi 223
2   Sandrine Brétigny 206
3   Eugénie Le Sommer 201

Source : http://www.statsfootofeminin.fr/

OrganisationModifier

Évolution du règlementModifier

Le championnat de France de football féminin met aux prises douze clubs en une poule unique. Cette formule en poule unique de douze clubs fut mise en place en 1992-1993. De 2001 à 2004, les quatre premiers du classement disputèrent un tournoi final à l'issue des 22 journées de championnat pour désigner le champion. De 1974-1975 à 1991-1992, la compétition comprenait plusieurs groupes et une phase finale.

Qualifications européennesModifier

La Coupe féminine de l'UEFA est créé en 2001, et permet ainsi aux clubs champion de France de pouvoir participer au premier tour de qualification de la compétition. Le Toulouse OAC, champion en 2001, est le premier club à participer à cette compétition. À partir de 2008, après les bons résultats des clubs français dans la compétition, le champion de France est directement qualifié pour le second tour de qualification.

En 2009, la Coupe féminine de l'UEFA est réformée et devient la Ligue des champions féminine de l'UEFA. Dans ce nouveau format, le champion de France est directement qualifié pour participer à la phase finale de la compétition alors que le vice-champion doit passer par le tour préliminaire de cette compétition. Depuis la victoire de l'Olympique lyonnais dans cette compétition en 2011, le champion et le vice-champion du championnat sont directement qualifiés pour la phase finale de la ligue des champions.

Clubs de la saison 2019-2020Modifier

Ce tableau présente les douze équipes qualifiées pour disputer le championnat 2019-2020. On y trouve le nom des clubs, la date de création du club, l'année de la dernière montée au sein de l'élite, le nombre de titre en championnat au début de la saison, le nom des stades et la capacité de ces derniers, la ville de rattachement du club, le nom des entraîneurs et leurs nationalités.

Nom du club Date de
création
Dernière
montée
Victoires en
championnat
Stade Capacité Ville Entraîneur
Girondins de Bordeaux 1981 2016 0 Stade Saint-Germaine
(Situé au Bouscat)
7 000 Bordeaux   Pedro Losa
Dijon FCO 2010 2018 0 Stade des Poussots 498 Dijon   Yannick Chandioux
FC Fleury - 2017 0 - - Fleury-Mérogis   Habib Boumezoued
EA Guingamp 1973 2006 1 Stade Fred-Aubert
(Situé à Saint-Brieuc)
10 600 Guingamp   Frédéric Biancalani
Olympique lyonnais 1970 1978 16 Groupama OL Training Center 1 500 Lyon   Jean-Luc Vasseur
Olympique de Marseille 2011 2019 0 OM Campus Marseille   Christophe Parra
FC Metz 1999 2018 0 Stade Municipal du Batzenthal
(Situé à Algrange)
3 000 Metz   Manuel Peixoto
Montpellier HSC - 1997 2 Stade Jules-Rimet
(Situé à Sussargues)
500 Montpellier   Frédéric Mendy
Paris FC 1971 1987 6 Stade Georges-Maquin
(Situé à Juvisy)
2 000 Paris   Sandrine Soubeyrand
Paris Saint-Germain 1971 2001 0 Stade Jean Bouin 20 000 Paris   Olivier Echouafni
Stade de Reims 1968 2019 0 Stade Louis Blériot

(Situé à Bétheny)

Reims   Amandine Miquel
ASJ Soyaux 1968 2013 1 Stade Léo-Lagrange 1 300 Soyaux   Sébastien Joseph
Localisation géographique des clubs

Aspects socio-économiquesModifier

TélédiffusionModifier

Évolution des montants des droits TV[18]
Période Montant par saison
2011-2012 110 000 
2012-2014 150 000 
2014-2018 200 000 
2018-2021 1,2 M€

La D1 féminine est pour la première fois diffusée à la télévision en 2011, sur Eurosport et France 4. Sur cette dernière, les premiers matchs diffusés de la saison 2011-2012 attirent 370 000 téléspectateurs en moyenne, soit 2,1 % de parts d’audience[18].

Ainsi jusqu'en 2018, 16 à 22 matchs de D1 et/ou de Coupe de France féminine étaient diffusée chaque saison sur Eurosport, pour une audience moyenne de 60 000 téléspectateurs, avec la garantie de 4 matchs en direct par saison sur France 4 attirant en moyenne 350 000 téléspectateurs[19]. France Télévisions payait alors un montant de 200 000 euros[20].

La Fédération française de football lance le l'appel d'offre des droits télévisés du championnat de France féminin pour les saisons 2018-2019 à 2022-2023, en imposant aux diffuseurs d'être en mesure de diffuser toutes les rencontres. La FFF annonce le mois suivant l'attribution de ces droits au groupe Canal+[21], pour un montant total de 6 millions d'euros sur 5 ans, soit 1,2 millions d'euros par saison[22].

Le championnat gagne ainsi en visibilité, puisque deux matchs émergent désormais lors de chaque journée, un match le samedi à 14 h 30 en multiplex sur Foot+ et les canaux Multisports avec les autres rencontres et un second en match le dimanche à 14 h 45 sur Canal+ Sport. À la mi-temps de l'affiche de Ligue 1, diffusée par Canal+ à 17 heures le samedi, la chaîne cryptée consacre aussi un résumé de 12 minutes au foot féminin[23]. En , l'affiche de D1 PSG-OL est diffusée pour la première fois un dimanche à 21h sur Canal+ à la place de l'affiche de Ligue 1 (trêve internationale), elle réalise une audience encourageante avec 462 000 téléspectateurs en moyenne[24],[25]. Lors de la saison 2018-2019, 129 des 132 matchs ont été retransmis — trois rencontres remises en semaine n'ayant pas fait l'objet d'une diffusion — dont trois sur Canal+, le PSG - OL du dimanche 18 novembre donc, mais aussi le match retour décisif pour le titre diffusé le samedi 13 avril à 20h45 rassemblant en moyenne 301 000 téléspectateurs, et Montpellier - OL le dimanche 16 décembre à 13h00 devant 128 000 téléspectateurs[26].

Pour la saison 2019-2020, le groupe Canal+ renforce son offre en mettant en avant une rencontre de plus, le samedi à 15h30 ou à 20h45, en plus de l'affiche du dimanche à 14h45. Ainsi le nombre d'affiche sur Canal+ va passer de 3 à une dizaine lors des week-ends sans rugby[26].

Économie du championnatModifier

La FFF signe à partir de la saison 2019-2020 un contrat de naming avec la société Arkema, qui devient le partenaire-titre de la D1 féminine pour 3 ans, pour un montant d'un million d'euros par saison[27].

Notes et référencesModifier

  1. « La vie sportive - L'honneur aux dames », Le Matin, no 12809,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  2. « La vie sportive - A Paris », L'Ouest-Éclair, no 7173,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  3. « La vie sportive - Un match féminin », Le Petit Parisien, no 15385,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  4. Grégoire Boutreau, Au bonheur des filles, , p. 242 à 250
  5. a et b « PSG-Lyon : la guerre des dames », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  6. « Le Sommer sacrée meilleure joueuse de D1 », sur fff.fr,
  7. « Elise Bussaglia sacrée meilleure joueuse », sur fff.fr,
  8. Bastien Lhéritier, « Julie Morel lauréate », sur fff.fr,
  9. « Le trophée de Meilleure Joueuse remis à Shirley Cruz », sur fff.fr,
  10. « Challenge FFF de la meilleure joueuse de D1 - Gaëtane THINEY termine en tête », sur footofeminin.fr,
  11. « Sofia Jakobsson a reçu son Trophée », sur fff.fr,
  12. « Hegerberg et Prêcheur récompensés par la FFF », sur OL.fr, (consulté le 23 novembre 2019)
  13. « Eugénie Le Sommer (Lyon) élue meilleure joueuse de la D1 féminine pour la FFF », sur L'Équipe, (consulté le 23 novembre 2019)
  14. Sebastien Duret, « #D1F - Trophées FFF : le palmarès 2017-2018 », sur Footofeminin.fr, (consulté le 23 novembre 2019)
  15. « Trophées de la D1 féminine. Marozsan meilleure joueuse, Katoto meilleur espoir… Retrouvez tout le palmarès », sur Ouest-France.fr, (consulté le 23 novembre 2019)
  16. « OL-PSG devant plus de 30 000 spectateurs, nouveau record d'affluence pour la D 1 », sur L'Équipe, (consulté le 16 novembre 2019)
  17. Sebastien Duret, « #D1F - Un record historique de spectateurs en D1 va tomber », sur Footofeminin.fr, (consulté le 16 novembre 2019)
  18. a et b Sacha Nokovitch, « D1 féminine : échec ou succès télé ? », sur L'Équipe, (consulté le 16 novembre 2019)
  19. « Droits TV - Pas de changement de diffuseurs pour la Coupe de France de football et l'Equipe de France Espoirs », sur SportBuzzBusiness.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  20. « Longtemps boudé, le football féminin désormais convoité par les chaînes de télé », sur Franceinfo, (consulté le 11 novembre 2019)
  21. « Les Droits TV du foot féminin (D1 et Equipe de France) s'envolent sur le nouveau contrat 2018-2023 », sur SportBuzzBusiness.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  22. Franck Gineste, « D 1 féminine : le choc PSG - Lyon sur Canal + dimanche 18 novembre à 21 heures », sur Le Parisien.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  23. Un championnat à suivre entièrement à la TV, sur footofeminin.fr
  24. « D1 féminine : 462 000 téléspectateurs devant PSG-Lyon », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2018)
  25. « "Succès d'audience" pour Canal+ avec le match de football féminin PSG-OL diffusé en prime », sur SportBuzzBusiness.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  26. a et b Sebastien Duret, « #D1Arkema - Télévision : quelques nouveautés au programme », sur Footofeminin.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  27. « D1F. Le groupe Arkema renomme le championnat de France féminin de football », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2019)

Voir aussiModifier