Vraux

commune française du département de la Marne

Vraux
Vraux
L'église, entourée du cimetière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Sabine Galicher
2020-2026
Code postal 51150
Code commune 51656
Démographie
Gentilé Vrautiers / Vrautières
Population
municipale
454 hab. (2019 en diminution de 5,42 % par rapport à 2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 44″ nord, 4° 14′ 16″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 116 m
Superficie 12,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Châlons-en-Champagne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châlons-en-Champagne-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Vraux
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Vraux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vraux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vraux

Vraux est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

La commune de Vraux se situe au nord-ouest de Châlons-en-Champagne. Le village est arrosé par le Fossé des Eaux Bâtardes (en provenance des Grandes-Loges) et de la Gravelotte. Le canal latéral à la Marne passe également au sud de Vraux. Le village est traversé par la route départementale 1[1] ainsi que par la Gravelotte et La Presle.

Communes limitrophes de Vraux
Les Grandes-Loges
Aigny   Juvigny
Aulnay-sur-Marne

TopographieModifier

La première mention est Varaus dans le polyptyque de Rémi.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Vraux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,6 %), forêts (9,9 %), zones urbanisées (4 %), eaux continentales[Note 3] (2,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

HistoireModifier

Une présence gauloise a été révélé lors de travaux pour le Chemins de fer de la Banlieue de Reims sur le mont de Vraux à la limite de Juvigny. Ce cimetière de plus de cent trente tombes avait aussi deux tombes à char, des éléments se trouvent au musée de Châlons. De même un autre cimetière d'une quarantaine de tombes au lieu-dit la Trampoire, une tombe à char à la fosse Moniat. Deux murs montrent une présence à la période augustéenne au Champs de Villiers. Vraux disposa dans les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale d'un terrain d'aviation sur lequel, dans le contexte du déploiement en France du corps expéditionnaire (B.E.F) étaient déployé des avions. La Royal Air Force (dont le quartier général était à Reims), stationnèrent pendant plusieurs mois des appareils britanniques de l'Advanced Air Striking Force (A.A.S.F) qui avaient pour tâche de soutenir l'Armée française.

Politique et administrationModifier

IntercommunalitéModifier

Conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du [9], la commune antérieurement membre de la communauté de communes de la Région de Condé-sur-Marne, est désormais membre de la nouvelle communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne.

Celle-ci résulte en effet de la fusion, au , de l'ancienne communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, de la communauté de communes de l'Europort, de la Communauté de communes de Jâlons (sauf la commune de Pocancy qui a rejoint la communauté de communes de la Région de Vertus) et de la communauté de communes de la Région de Condé-sur-Marne[10],[11].

Liste des mairesModifier

La mairie est ouverte les lundis de 15 h à 20 h, les mercredis de 8 h 30 à 14 h et les vendredis de 9 h à 12 h 30 et de 15 h à 18 h 30.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1959 Rémond Michel    
1959 1983 Maurice Protin    
mars 1983 mars 1992 Gabriel Guiset    
mars 1992 juin 2001 Michel Dujardin    
juin 2001 mars 2008 Michel Hannetel    
mars 2008 mars 2014 Philippe Protin    
mars 2014 En cours Sabine Galicher
Réélue pour le mandat 2020-2026[13]
DVD Conseillère départementale depuis février 2020
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont les Vrautiers et les Vrautières[14].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2019, la commune comptait 454 habitants[Note 4], en diminution de 5,42 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425389415404411443460484464
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
464438423407397383369341324
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
345318301291292279281303325
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
301315311309329391481481473
2015 2019 - - - - - - -
465454-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoineModifier

Exemples photographiquesModifier

Lieux et monumentsModifier

Fouilles archéologiquesModifier

Un cimetière de la Tène a été découvert au lieu-dit la Buisson-des-Lapins ou la Trampoire qui comprenait une tombe à char et une quarantaine de sépultures.

Un autre de plus de cent trente tombes et deux tombes à char fut mis au jour lors des travaux pour le C.B.R. au lieu-dit Mont-de-Vraux à cheval sur le territoire de Juvigny.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Sainte Pompse, sœur de saint Gibrien, s'installa dans la commune au VIIe siècle.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Carte IGN de Vraux » sur Géoportail (consulté le 7 août 2013)..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le ), p. 2.
  10. « Cités en Champagne », Les intercommunalités, Syndicat Mixte du SCoT et du Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le ).
  11. « La communauté d'agglomération passera de 14 à 38 communes en 2014 Le financement de la future intercommunalité fait débat : De Vatry à Aigny, en passant par La Veuve, le futur établissement public, dont la création vient d'être validée par le préfet, aura des allures de géant. Mais la définition de ses compétences, notamment en zone rurale, suscite des craintes », L'Union,‎ (lire en ligne).
  12. Almanach historique administratif et commercial de la Marne, de l'Aisne et des Aerdennes, Matot-Braine, Reims 1876, p130.
  13. https://reader.cafeyn.co/fr/1926597/21616463
  14. « Vraux », sur Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Notice no PA00078915, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 7 août 2013.
  20. « L'église Saint Laurent à Vraux », sur Diocèse de Châlons-en-Champagne, (consulté le ).
  21. Notice no PM51001779, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 7 août 2013.