Tour de l'URSS

Le Tour de l'URSS a été une compétition cycliste organisée en Union soviétique. Créée en 1937, l'épreuve sportive eut une périodicité irrégulière. Son nom lui-même est abandonné dans la dernière décennie de l'État soviétique. Déjà attributif du titre de Champion d'Union soviétique de grand fond, au cours des années 1950[1], il est à partir de 1974/1975 une des épreuves qui permet de décerner au lauréat l'un des nombreux titres de Champion d'URSS, celui de Champion d'Union soviétique de Course à étapes.

Moscou-Kiev-Minsk-MoscouModifier

Le projet : 1936Modifier

Paris, , journal L'Humanité, rubrique « sports » - Le Tour de France 1936 est en journée de repos sur les bords du Lac de Genève. Peu d'éléments à transcrire. Les journalistes du quotidien du Parti communiste français meublent une demi-page comme ils peuvent. L'un[2] s'entretient du beau temps et de la pluie, avec Antonin Magne. L'autre[3] intéresse le lecteur en lui faisant découvrir le Tour de France du Front populaire. L'autre demi-page rend compte des travaux du Conseil national de la FSGT. Reste un « pavé » en milieu de page : Le Tour de l'URSS cycliste, écrit au temps futur : 2 341 kilomètres, 13 étapes, Les concurrents seront divisés en 2 groupes. Le premier courra sur des bicyclettes de course, le second groupe utilisera... des « vélos de route ». Des vitesses moyennes minimum seront imposées : 24 km/h, pour les coursiers, 20 km/h pour les vélos routiers. Une épreuve éliminatoire aura lieu le [4], entre Leningrad et Moscou, doublée des épreuves du Championnat de l'URSS de cyclisme. Le but sera d'atteindre une centaine de coureurs.

Le premier Tour de l'URSS (13 - 30 août 1937)Modifier

, journal L'Humanité[5], page des sports et programmes radio, revoilà le Tour de l'URSS cycliste. Si une annonce publicitaire placée opportunément sous les 24 lignes d'une colonne peu valorisée vante les « cycles International », l'adjectif ne s'applique pas au nouveau né. Soviétiques sont les 128 coureurs au départ du périple de 2 594 kilomètres. Ils sont répartis en deux groupes inégaux : la catégorie « course » rassemble 106 sportifs, la catégorie « tourisme » (sic) réunit 22 concurrents avec les cycles du même tonneau. Dix-sept jours de courses, 3 jours de repos. La caravane, en rien publicitaire, regroupe 100 véhicules (cela semble un exploit) dédiés aux personnels et aux « arbitres ».

De « tour » de l'URSS la course n'en a que le nom. Trois Républiques fédératives sur les onze que compte alors l'URSS sont visitées par les coureurs :

Un homme de fer ? Mikhaïl Ivanovitch RybaltchenkoModifier

Originaire d'Odessa où il est né en 1910, le vainqueur est âgé de 27 ans. Pratiquant le ski de fond, le cyclisme sur piste et sur route, Mikhaïl Rybaltchenko (uk) est un athlète protéiforme, adepte des longues distances. Selon ses biographes, il aurait en 1935, en compagnie de quatre coéquipiers du Dynamo de Kiev, accompli le trajet Odessa-Vladivostok à vélo de course....
Sa saison 1937 est une addition de performances :

  • 340 kilomètres, en avril, pour une course entre Odessa - Nikolaev - Voznessenski - Odessa.
  • 2 265 kilomètres pour remporter le premier Tour d'Ukraine, du au , en 87 heures, 52 minutes et 9 secondes.
  • 2 594 kilomètres[7] du 12 au pour le premier tour de l'URSS, bouclé en 94 heures, 4 minutes et 58 secondes.
  • Le est sans doute la date qui lui vaut d'enter dans la saga vélocipédique. Trois jours plus tard, la page sportive de L'Humanité renseigne ses lecteurs : « Rybaltchenko enlève brillamment le premier Tour de l'URSS cycliste ». Brillamment ? Le sociétaire de l'équipe Dynamo triomphe aussi au classement par équipes, après avoir été vainqueur de la plupart des nombreuses étapes[8].

Champion de l'Union soviétique, dans l'épreuve sur route, en 1938, Rybaltchenko, comme l'ensemble des sportifs soviétiques voit sa « carrière » sportive s'interrompre le [9]

2e acte : Moscou - Kiev - Minsk - Leningrad - MoscouModifier

La course et son imageModifier

Par le biais du même journal français[10], le deuxième Tour cycliste de l'URSS trouve un écho durant l'été 1938[11]. L'aire géographique de la compétition est encore limitée à l'URSS de l'ouest, mais elle s'étend vers le nord. Léningrad est inclus dans le parcours. La distance à parcourir s'allonge de 700 kilomètres, le nombre des étapes passe de 13 à 20.
Le , le peloton de 125 coureurs, tous soviétiques, prend la route de Moscou pour Toula. Le seul vainqueur d'étape que cite la chronique est celui qui triomphe ce premier jour, Serebriakov, un étudiant âgé de 20 ans, élève de l'Institut industriel de Sverdlovsk. Un profil idéal pour populariser auprès des lecteurs occidentaux le sport soviétique. La classe ouvrière, jeune, moderne et avide de connaissances conquiert le « haut du pavé », dans une course dynamique, dans une discipline (le cyclisme) dont l'essor rappelle un Tour de France au faîte de sa popularité. Son équipe, Les métallurgistes de l'Orient, le nom même de son Université, qui fait référence à un des fondateurs du régime[12] contribuent à la construction de l'image nommée Tour de l'URSS. Après le stakhanoviste Rybaltchenko, place aux jeunes techniciens. Mais ce n'est qu'un vainqueur[13] d'une courte étape (166 km)...

Nouvelle victoire pour le DynamoModifier

Trois mille deux cents kilomètres et 108 heures de pédalage plus tard, c'est un certain Denissov qui triomphe à Moscou. Une fois encore L'Humanité tient au courant ses lecteurs. Ceux-ci apprennent que la lutte a été chaude entre les deux principales équipes celle du Dynamo, à laquelle appartient le vainqueur, et celle du Spartak, emmenée par le challenger Boukriev. La société sportive Dynamo est la plus ancienne structure sportive créée après la Révolution d'Octobre. Le sport soviétique avait hérité des sociétés sportives mises en place avant 1917, mais dès la fin de la Guerre civile l'État prenait en main son organisation. Créé en 1920[14] le Conseil supérieur de la culture physique, dépendant de... la Direction principale de la préparation militaire, devient en 1923 un Conseil permanent près du Gouvernement. 1923, c'est aussi l'année de création de la société sportive Dynamo qui s'adresse aux membres de la milice. Mais étant seul sur le « marché », cette société sportive ne pouvait organiser, ni encadrer l'ensemble du mouvement sportif soviétique. En 1935 les membres des coopératives artisanales se regroupent dans une autre société, le Spartak. Chacune était omnisport, encourageait à la création de clubs locaux, d'infrastructures sportives. Le compte-rendu laconique résumant en peu de lignes le déroulement du deuxième Tour de l'URSS note précisément qu'une chose : « la rivalité des deux grands clubs ». Alors qu'en 1937, Rybaltchenko semblait inexpugnable, et anormalement seul, l'édition de 1938 marque la naissance du cyclisme de compétition routière, comme il se pratiquait dans le reste de l'Europe.

L'écart séparant le vainqueur de son second, chiffré en heures l'année précédente est en cet été 1938 de 31 minutes et 25 secondes. Le troisième accuse 36 minutes de retard sur le vainqueur. Une preuve supplémentaire de la normalisation de la course tient dans le fait du nombre important d'abandons. Partis 117 de Moscou, ils ne sont que 88 à revenir « au port ». Soit environ 25 % de « pertes ».
Un mois plus tôt, au Tour de France Gino Bartali avait distancé Félicien Vervaecke de 18 minutes et 27 secondes, et Victor Cosson de 29 minutes et 26 secondes. 55 des 96 partants avaient ralliés Paris, soit un déficit de 42 %.

De l'après-guerre aux années 1970Modifier

Le Tour de l'URSS a-t-il existé ?Modifier

À lire les différents « livres d'or » du cyclisme et du sport, il est à se demander si le Tour de l'URSS a existé... Hormis un annuaire belge consacré au vélo, qui publie de façon irrégulière des résultats concernant le cyclisme soviétique, les sources possibles sont à peu près muettes. Cela ne concerne pas uniquement le Tour de l'URSS, mais l'ensemble de l'activité cycliste à l'intérieur des quinze Républiques formant l'Union soviétique. Si on observe les magazines cyclistes français, le pointage[15] relève quatre mentions : en 1973, 1975, 1985, et 1989[16]. Les différents autres « tours cyclistes » sont cités régulièrement dans les récapitulations de fin d'année, pas celui de l'URSS qui demeure jusqu'en en 1988 une course réservée aux coureurs soviétiques. Cela ne lui ôte pas son existence, ni sa fonction de dégager de la masse des cyclistes soviétiques des éléments qui vont « guerroyer » pacifiquement dès le printemps venu, sur les différentes routes d'Europe, d'Amérique et d'Afrique qui s'ouvrent à eux.

L'itinéraireModifier

En 1973, le correspondant spécial du journal L'Équipe date sa correspondance depuis la ville de Tallinn capitale de la République d'Estonie : « Cette année la course s'est déroulée entre Vilnius et Tallinn (...) Elle a emprunté les routes goudronnées et asphaltées du littoral de la Mer Baltique. » Ce détail le surprend plus que l'itinéraire dont il remarque que « ce plat pays, privé de montagnes n'a pas permis de vérifier les qualités de grimpeur des coureurs soviétiques. »

Il est peu aisé de savoir si ce parcours s'inscrit dans une rotation périodique du Tour de l'URSS hors de ses bases russes, ukrainiennes et biélorusses. Lorsqu'il reprend après la guerre, le parcours reprend les routes explorées en 1937-1938. Pour l'année 1953, le Tour pénètre plus profondément en Ukraine, puisqu'il fait étape à Kharkov. La ville industrielle abrite la principale usine productrice des vélos soviétiques. En onze étapes, de Moscou, via Kharkov, Kiev, Minsk, les coureurs retrouvent Moscou. En 1955, la boucle itinéraire est parcourue en sens inverse : Moscou-Minsk-Kiev-Kharkov-Moscou, en 15 étapes. Il en est de même en 1956. Pour les années 1957 et 1958, il est possible de connaître la course[17] dans son détail.

Le championnat d'URSS de course à étapesModifier

Les informations sur le Tour de l'URSS, sont lacunaires durant la décennie 1970-1980. Le nom de l'épreuve semble disparaître à partir de 1977, et lorsque Sergueï Soukhoroutchenkov l'accroche à son palmarès en 1978 c'est sous le nom de Grand prix du "Journal socialiste de l'Industrie". À partir de 1981, seule réapparait[18] la mention du Championnat d'URSS des courses à étapes.

Palmarès du Tour de l'URSS / Championnat d'Union soviétique de course à étapesModifier

Année Date départ
Date arrivée
Distance Temps Premier âge Deuxième Troisième 1re du Classement
par équipes
1937
2 534 km 94 h 04 min 58 s   Mikhaïl Rybaltchenko
(Ukraine) Dynamo
27 ans   Verchinine
Ministère Défense
  Tchistiakov
Spartak de Moscou
Dynamo
1938
3 200 km 108 h 24 min 58 s   Nikolaï Denissov
Dynamo
  Vladimir Boukriev
Spartak
  Fiodor Tarachkov
Dynamo
Dynamo
1939
à
1951
Pas de compétition
ou années
non documentées
1952 1 372 km[19]   Kazis Parchaitis
Lituanie (Dynamo)
32 ans Dynamo
1953[20]
2 574 km[21]   Rodislav Tchizikov[22] 24 ans
1954   Rodislav Tchizikov 25 ans
1955[23] 2654 km 73 h 47 min 10 s   Pavel Vostriakov[24] 25 ans   Vladimir Plotizin   Nikolaï Matvejev[25]
Estonie
1956 2 603 km   Viktor Kapitonov[26]
23 ans
1957[27]
2 548 km 70 h 27 min 59 s   Yuri Koledov[28]
CSKA Moscou
25 ans   Evgeni Nemitov   Nikolaï Sirotine
CSKA Moscou
CSKA Moscou
1958[29]
2 053 km 52 h 53 min 47 s   Nikolaï Eschenko
Ukraine
  Viktor Romanov   Alexei Podjablonski RSFSR Russie
1959
à
1961
Manque de
documentation
1962
53 h 42 min 44 s[30]  Antas Vjaravas
Estonie
25 ans[31]  Anatoli Olizarenko
Leningrad
 Serguei Kholmogorov
Russie
Russie
1963
1 569 km 39 h 44 min 00 s[32]  Antas Vjaravas
Estonie
26 ans  Adolf Liyuty
Ukraine
 Guennadi Lebediev
Turkménie
Moscou
1964
à
1966
Manque de
documentation
1967   Gainan Saidschushin 30 ans
1969[33]
1er octobre
48 h 25 min 20 s   Alexandre Kulibin 32 ans[34]   Vladislav Koukharski   Ringolds Kalnenieks[35]
1970
1971
Manque de
documentation
1972[36]
1 390 km 42 h 01 min 17 s   Ringolds Kalnenieks[37] 28 ans   Viktor Kirischenko   Alexandre Gussiatnikov
1973[38] Juin 1 499 km 28 h 15 min 41 s   Andris Jacobson[39]
(Lettonie) - (Sélection rurale)
  Viktor Khrapov[40]
(Leningrad)
  Alexandre Kraskov[41]
(Dynamo) - Moscou
Dynamo de Moscou
1974
1975[42] septembre 1 700 km 39 h 15 min 34 s   Aavo Pikkuus
(Estonie) - Dynamo
22 ans   Nikolaï Tischkov
Trud
  Valeri Tchaplyguine
Spartak
Dynamo
1976[43]
1 748 km 39 h 18 min 04 s   Alexandre Averine
(RSFS-Russie - Kouibychev)
22 ans   Alexandre Gussiatnikov
(Russie- Kouibychev)
  Rinat Charafuline
Russie- Kouibychev
(Russie-Kouibychev)
1977   Alexandre Kisliak[44].
(Biélorussie)
22 ans
1978[45]   Sergueï Soukhoroutchenkov
Russie-Kouibychev
22 ans   Alexandre Averine   Alexandre Gussiatnikov
1979
1980   Vladimir Moszkovski
1981[46]
1 424 km 34 h 11 min 53 s   Viktor Demidenko 19 ans[47]   Vladimir Volochin   Oleh Petrovich Chuzhda
1982[48]
1 420 km 34 h 41 min 15 s   Ivan Ivanov 22 ans[49]   Alexandre Kulikov   Alexandre Zinoviev
1983[50]
34 h 33 min 28 s   Vladimir Volochin 23 ans[51]   Sergueï Soukhoroutchenkov   Viktor Demidenko[52]
1984[53]
1 270 km 30 h 30 min 17 s   Piotr Ugrumov 23 ans[54]   Sergei Uslamin   Andreï Vedernikov[55]
1985[56]
1 205 km 30h 4 min 18 s   Andreï Vedernikov 26 ans[57]   Ivan Romanov   Vladimir Poulnikov[58]
1986   Vasyl Zhdanov 23 ans[59]
1987[60] 1er octobre
1 605 km 41 h 40 min 06 s   Dimitri Konyshev 21 ans[61]   Sergueï Soukhoroutchenkov   Viatcheslav Ekimov[62]
1988[63]
33 h 05 min 07 s   Andrei Teteriouk 22 ans[64]   Dainis Ozols   Sergueï Soukhoroutchenkov[65]

Quelques années en détailModifier

1955 Moscou-Smolensk-Minsk-Kiev-Kharkov-MoscouModifier

étape Parcours Distance Vainqueur de l'étape leader de la course
1 Moscou-Gjiast 173 km   Nikolaï Matvejev   Nikolaï Matvejev
2 Gjiast-Smolensk 225 km   Evgeni Klevtzov   Tchourilov
3 Smolensk-Orcha 133 km   Viktor Kapitonov   Evgeni Klevtzov
4 Orcha-Minsk 236 km   A. Titov   Karpov
5 Minsk-Bobruisk 214 km   Anatoli Tcherepovitch   Nikolaï Sirotin
6 Bobruisk-Gomel 177 km   A. Titov   Nikolaï Sirotin
7 Gomel- Tchernigov 109 km   Nikolaï Matvejev   Nikolaï Sirotin
8 Tchernigov-Kiev 149 km   Tchourilov   Nikolaï Sirotin
9 Kiev-Lubny 199 km   Pavel Vostriakov   Pavel Vostriakov
10 Lubny-Poltava 141 km   Kalaschniikov   Pavel Vostriakov
11 Poltava-Kharkov 163 km   Nikolaï Matvejev   Pavel Vostriakov
12 Kharkov - Koursk 228 km   Vladimir Krioutschkov   Pavel Vostriakov
13 Koursk-Orel 158 km   Vladimir Krioutschkov   Pavel Vostriakov
14 Orel-Toula 179 km   Evgeni Klevtzov   Pavel Vostriakov
15 Toula-Moscou 172 km   Nikolaï Kolumbet   Pavel Vostriakov

1957 Moscou-Smolensk-Minsk-Kiev-Kharkov-MoscouModifier

étape date Parcours Distance Vainqueur de l'étape leader de la course
1 Moscou-Gjiast 172 km   A. Bajadian   Aikaram Bajadian
2 Gjiast-Smolensk 228 km   Evgeni Klevtzov   Yuri Koledov
3 Smolensk-Orcha 130 km   Mikhaïl Kourbatov   Yuri Koledov
4 Orcha-Minsk 226 km   Evgeni Nemitov   Yuri Koledov
5 Minsk-Bobruisk 217 km   Nikolaï Sirotin   Yuri Koledov
6 Bobruisk-Gomel 179 km   Evgeni Nemitov   Yuri Koledov
7 Gomel- Tchernigov 110 km   Yuri Koledov   Yuri Koledov
8 Tchernigov-Kiev 141 km   Nikolaï Sirotin   Yuri Koledov
9 Kiev-Lubny 201 km   Nikolaï Bobarenko   Yuri Koledov
10 1er juillet Lubny-Poltava 142 km   Evgeni Klevtzov   Yuri Koledov
11 Poltava-Kharkov 164 km   Nikolai Etschenko   Yuri Koledov
12 Kharkov-Koursk 224 km   Evgeni Klevtzov   Suri Koledov
13 Koursk-Orel 158 km   Yuri Koledov   Yuri Koledov
14 Orel-Toula 181 km   Gainan Saidschushin   Yuri Koledov
15 Toula-Moscou 181 km   Gainan Saidschushin   Yuri Koledov

Le classement général final 1957

rang coureur équipe écart
1er Yuri Koledov ZSK MO -
2e Evgeni Nemitov à 4 min 53 s
3e Nikolaï Sirotin ZSK MO à 14 min 57 s
4e Evgeni Klevtzov ZSK MO à 16 min 01 s
5e Anatoli Olizarenko Réserve du Travail à 30 min 06 s
6e Pavel Vostriakov Avant-Garde à 40 min 16 s
7e Aikaram Bajadian[66] (Arménie) Spartak à 49 min 39 s
8e Anatoli Bolotin ZSK MO à 52 min 09 s
9e Mikhaïl Kourbatov Torpedo à 54 min 31 s
10e Gainan Saidschushin Métal à 57 min 28 s

1958 Minsk-Vilnius-Riga-Tallinn-Leningrad-MoscouModifier

étape Parcours et République traversée Distance Vainqueur de l'étape leader de la course
1 Minsk (Biélorussie)-Vilnius (Lituanie) 212 km   Pavel Vostriakov
(Leningrad)
  Pavel Vostriakov
2 Vilnius - Kaunas (Lituanie) 105 km   Nikolaï Etschenko
(Ukraine)
  Pavel Vostriakov
3 Kaunas - Siauliai (Lituanie) 175 km   Vladimir Krioutschkov
(Russie)
  Pavel Vostriakov
4(a) Siauliai - Riga (Lettonie)
contre-la-montre
?   Nikolai Etschenko
4(b) (en ligne) ?   Pavel Vostriakov   Nikolaï Etschenko
5 Riga (Lettonie) -Pärnu (Estonie) 183 km   Nikolaï Etschenko   Nikolaï Etschenko
6 Pärnu - Tallinn (Estonie) 138 km   Ants Adamson
(Estonie)
  Nikola¨Etschenko
7 Tallinn - Narva (Russie) 226 km   Alexei Podjablonski
(Moscou)
  Nikolaï Etschenko
8 Narva - Leningrad (Russie) 150 km   V. Kassak
(Leningrad)
  Nikolaï Etschenko
9 Leningrad - Novgorod (Russie) 177 km   Pavel Vostriakov  Nikolai Etschenko
10 Novgorod - Valdi (Russie) 140 km   A. Obolenski
(Russie)
  Nikolaï Etschenko
11 Valdi - Kalinin (Russie)   Arkadi Amatuni
(Ukraine)
  Nikolaï Etschenko
12 Kalinin - Moscou   Nikola Etschenko

Le classement général final 1958

rang coureur équipe écart
1er Nikolaï Etschenko RSS Ukraine
2e Viktor Romanov Leningrad à 3 min 31 s
3e Alexei Podjablonski Moscou à 5 min 54 s
4e Filipov RSFS Russie à 8 min 39 s
5e Nikolaï Sirotin Moscou à 8 min 41 s
6e Nikolaï Bobarenko RSRS Russie à 13 min 41 s
7e Vasilievski RSS Biélorussie à 15 min 57 s
8e Bobtin Moscou à 17 min 20 s
9e V. Volkov RSS Ukraine à 19 min 34 s
10e Romanov II RSFS Russie à 21 min 57 s

1962 UkraineModifier

étape Parcours Distance Vainqueur de l'étape leader de la course
1 Kiev-Jitomir 136 km   Ants Väravas
(Estonie)
2 Jitomir-Rivne 186 km   Ants Väravas
(Estonie)
3 Rivne-Lviv 215 km   Serguei Kholmogorov
(Russie)
4 Lviv-Stryï 137 km   Arkadi Amatuni
(Ukraine)
5 Stryï-Moukatchevo 157 km   Olavi Ulm
(Estonie)
6 Moukatchevo-Rakhiv 196 km   Adolf Liyuty
(Ukraine)
7 Rakhiv- Stanislav 146 km   Arkadi Amatuni
(Ukraine)
8 Stanislav-Tchernivtsi 146 km   Ants Väravas
(Estonie)
9 Ternopil-Vinnitsa 240 km   Arkadi Amatuni
(Ukraine)
10 Vinnitsa-Bila Tserkva 180 km   Biryukov
(Géorgie)
11 Bila Tserkva-Kiev 135 km   Ants Tombak
(Lettonie)

Le classement général final 1962

rang coureur équipe écart
1er Ants Väravas RSS Estonie
2e Anatoli Olizarenko Leningrad à 3 min 48 s
3e Serguei Kholmogorov RSFS Russie à 4 min 09 s
4e Romashov RSFS Russie à 4 min 15 s
5e Arkadi Amatuni RSS Ukraine à 5 min 13 s
6e A. Abdalov Moscou à 7 min 24 s
7e Ants Adamson RSS Estonie à 7 min 37 s
8e
9e
10e

1963 Moscou-Kharkov-MoscouModifier

Le classement général final 1963

rang coureur équipe écart
1er Ants Väravas RSS Estonie
2e Adolf Liyuty RSS Ukraine à 43 s
3e Guennadi Lebediev RSS Turkménie à 1 min 50 s
4e Nikolaï Grebenchtchikov RSS Kazakhstan à 2 min 00 s
5e A. Abdalov Moscou à 2 min 14 s
6e Aleksandr Pavlov RSS Lettonie à 3 min 08 s
7e
8e
9e Kalju Koch RSS Estonie à 4 min 08 s
10e

Notes et référencesModifier

  1. Cf René Jacobs, Hector Mahau, Velo 1958, compétitions en Europe orientale, URSS, pages 215-217
  2. Il s'agit de René Thuillier, 23 ans, issu de la Fédération de la Jeunesse communiste, futur Résistant, puis député de l'Aisne de 1945 à 1951
  3. Pierre Mars, 36 ans, chef de la rubrique sportive, résistant, mourra en décembre 1944. Les informations biographiques proviennent du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français
  4. Le lecteur apprend par ce détail que le futur se situe en 1937.
  5. Page 6, numéro 14 121, site Gallica de la BNF. Il peut sembler surprenant que cette page ne fasse aucune référence à une « source » russe. Mais le cyclisme soviétique semble avoir implosé comme l'État soviétique. Certains sites russes citent en chronologie la date de 1937, comme celle du premier Tour cycliste. Le site velorider.ru mentionne le vainqueur et le présente, tout comme le wikipedia russophone. Mais on a cherché en vain un palmarès, une liste des vainqueurs d'étapes, une histoire, comme c'est le cas pour le Tour de France, ou la Course de la Paix. Outre le site de la BNF, riche de la collection intégrale de nombreux quotidiens, avec la date ultime de l'année 1944, recours est fait pour cette page, à la littérature cycliste francophone pour dresser un palmarès bien incomplet, du Tour de l'URSS. En février 2012, cette littérature « papier », les annuaires belges Velo (René Jacobs, Hector Mahau, Harry Van dem Bremt, René De Smet) essentiellement, est lacunaire, mais quasi unique. Un site Internet livre quelques précieux détails. Voir infra.
  6. L'Humanité, 31 août 1937 page 6.
  7. Curieusement la notice de Mikhaïl Rybaltchenko citée ci-dessus ne mentionne qu'à peine le premier Tour de l'URSS, mettant en avant le Tour d'Ukraine... Il est permis d'être dubitatif. De même on citera avec prudence l'énormité des écarts avec ses seconds. Sur les routes ukrainiennes il aurait distancé le Kiévain Saveliev de 8 heures, 8 minutes et 20 secondes. Les résultats du Tour d'URSS lui confèrent seulement 3 heures, 31 minutes et 43 secondes d'avance sur son « dauphin » Verchinine.
  8. Cf. le communiqué paru dans L'Humanité, le 31 août 1937.
  9. Voir la notice biographique citée supra.
  10. numérisé par la Bibliothèque nationale (BNF)
  11. Cf. L'Humanité, 9 août 1938 puis 3 septembre 1938.
  12. Iakov Mikhaïlovitch Sverdlov, mort en 1919 à l'âge de 34 ans était alors le président du Comité exécutif central des Soviets, cf. Georges Haupt, Jean-Jacques Marie, Les bolchéviks par eux-mêmes, François Maspero éditeur, Paris, 1969.
  13. La première étape est accomplie par le vainqueur en 5 h 3 min 2 s, à la moyenne de 32,300 km/h, selon le journal.
  14. P. Sobolev, L. Borodina, G. Korobkov, Les sports en URSS, éditions en langues étrangères, Moscou, 1958.
  15. - Le Miroir du cyclisme a été consulté dans son intégralité de 1960 à 1991; y ont été adjoints les numéros spéciaux de Miroir sprint concernant le vélo (1952, 1956, 1958, 1959) et les Almanachs du-dit « Miroir », parus de 1947 à 1951.
    • Pour Cyclisme magazine publié par le groupe L'Équipe, mué en Vélo puis en Vélo sprint ont été inventoriés les spéciaux « fins de saison » de 1968 jusqu'à 1990, en y ajoutant les numéros cyclistes annuels de L'Équipe (de 1959 à 1963, puis 1980, 1981, 1982).
    • Il y été a joint l'opus annuel de Pierre Chany, de 1974 à 1990, L'année du cyclisme.
    • Sprint international pour la seule période 1981-1986, et Cyclisme international, ont fait l'objet de sondage.
    • Les (très complets) palmarès annuels du magazine Le Cycle ont été « épluchés » pour la période 1984 à 1991.
  16. Toutes dans Miroir du cyclisme : en 1973 « Livre d'or », numéro 180, p. 44, les trois premiers du Tour de l'URSS ; en 1975 dans la partie « Encyclopédie » pour la notice de Viktor Kapitonov qui mentionne le Tour de l'Union soviétique 1956, numéro 207,  ; en , numéro 363, où huit pages, 25 à 33 sont consacrées au « cyclisme soviétique », il est fait état d'un « Championnat de l'URSS des courses par étapes » de même qu'en (numéro 417, page 21-25) où en appui d'une interview de Soukhoroutchenkov, son palmarès fait apparaître en 1978, un titre de Champion d'URSS en courses par étapes.
    À noter que le magazine Vélo se rend en 1982 à Sotchi pour observer, « ni zélateurs, ni folliculaires », selon Jean-Marie Leblanc « le mécanisme du système qui produit des champions tels que Soukhoroutchenkov, Barinov, Vedernikov, Zagretdinov (...) ».
  17. En 1957 et 1958, les annuaires Velo publient le détails de chaque étape. Voir infra.
  18. Tout au moins dans les sources disponibles.
  19. Le Tour d'URSS 1952 se déroule entre Moscou - Kharkov - et Moscou. Cf L'encyclopédie des sports lituanienne
  20. Les renseignements des années 1953 à 1955 sont extraits du Forum de Mémoire du cyclisme, octobre 2009. Merci à ces chercheurs de données qui apportent au cyclisme internet ce qui lui manque : l'archive.
  21. L'itinéraire du Tour d'URSS 1953 est Kharkov - Kiev -Minsk - Moscou
  22. Rodislav Matveievitch Tchizikov (Чижиков Родислав Матвеевич), (aussi orthographié Chizhikov), né le à Irkoutsk, mort le (Source Mémoire du cyclisme et sports-reference.com), est promu "Maître émérite des sports de l'Union soviétique, en 1956 à la suite de la première victoire de l'équipe soviétique au classement international des équipes de la Course de la Paix.
    La même année, aux Jeux olympiques d'été de Melbourne, il se classe à la 5e place avec l'équipe soviétique dans le tournoi de la poursuite par équipes.
    Au classement individuel de la Course de la Paix, il se classe 41e en 1954, année de la première participation soviétique à la Course des trois capitales, 24e en 1955, 28e en 1956.
  23. R. Jacobs, H. Mahau, annuaire Velo 1956, page 208, résultats cyclistes en URSS. Les auteurs nomment cette course "Tour de Russie". Mais c'est à tort la course fait escale dans les trois républiques soviétiques : Minsk en Biélorussie, Kiev en Ukraine.
  24. - Pavel Ivanovich Vostriakov (Востряков Павел Иванович) né le , à Leningrad, mort en 1986, est lui aussi distingué Maître émérite des sports de l'URSS en 1956, pour la victoire de l'équipe de l'URSS au classement collectif de la Course de la Paix. Il termine 9e cette année-là, au classement individuel.
    Après un abandon en 1957, il se classe dans cette course : 6e en 1958, 14e en 1959, 34e en 1960. En 1958 il contribue au second succès de l'équipe de l'URSS dans le challenge des équipes. Et l'année suivante, l'équipe soviétique réitère cette performance.
    Personnalité ouverte ("Oft lustig und fidel" selon un journaliste allemand), il est mis en avant par les revues Friedensfahrt, pour symboliser l'amitié retrouvée entre les peuples soviétiques et allemand. Il a vécu en effet le long siège (900 jours) par l'armée hitlérienne de la ville de Leningrad et la famine que cela entraîna, où il a perdu une partie de sa famille : ses parents, sa jeune sœur. (Cf. article de Klaus Ullrich, brochure 27. Friedensfahrt, 1974, édition allemande réalisée par Neues Deutschland, pages 4-5 : "Gedanken an Pawel".) Ich bin ein Leningrader, dit-il au journaliste avec l'évidence que c'est un honneur.
    Pour sa part, une autre brochure : Radsport Almanach, édité annuellement par l'organe Junge Welt, livre dans son édition de 1958-1959 le palmarès de "Pawel Wostrjakow" :
    1955, vainqueur de la course à étapes "Moscou- Minsk-Kiev-Karkhov-Moscou". Il s'agit bien du Tour de l'URSS, mais l'appellation elle-même ne semble pas retenir les commentateurs.
    L'almanach donne d'autres renseignements tels le nombre des victoires obtenues par le leningradois en URSS : 6 succès en 1956, 5 en 1957,
    11 en 1958, dont le championnat d'URSS sur route (200 km). Sa carrière terminée, il s'occupe de l'éduction sportive des jeunes de sa ville natale.
  25. La traduction du nom de ce coureur lui donne plusieurs "identités", dans Velo 1956. Nikolaï Matvejev s'était classé 20e de la Course de la paix 1954
    Les 4e et 5e de ce tour de l'URSS 1955 sont Evgeni Klevtzov et Anatoli Tcherepovitch
  26. Viktor Arsenievitch Kapitonov s'ouvre par ce succès la porte d'accès à la sélection soviétique. Né le à Kalinin, sa progression tient en quelques chiffres. (Cf Radsport Almanach op.cit.) :
    1955, 6 victoires
    1956 : 7 victoires individuelles, dont ce Moscou-Minsk-Kiev-Karkhov-Moscou
    1957, 12 succès. Voir son palmarès
  27. René Jacobs, Hector Mahau, Velo 1958, p. 215-216
  28. Yuri Koledov est né le 18 février 1932.
  29. René Jacobs, Hector Mahau, Velo 1958, p. 295-296
  30. L'annuaire Kehakultuurlase aastaraamat pour l'année 1962
  31. Antas Vjaravas est né à Tallinn (Estonie) le 10 juin 1937. Participant deux fois à la Course de la Paix, il s'y place 15e en 1960, 35e en 1963. Il est 6e au Tour de Pologne 1960. Champion d'URSS sur route en 1964, il fait partie de l'équipe soviétique pour le championnat du monde des 100 km contre la montre. L'équipe d'URSS y subit un de ses plus mauvais classement (9e)en raison d'une chute. L'annuaire Velo, particulièrement renseigné pour l'année 1958 (annuaire 1959) indique une victoire au Tour d'Estonie 1958 : au terme de 1 000km de course.
  32. L'annuaire Kehakultuurlase aastaraamat pour l'année 1963
  33. Annuaire Velo 1970, page 194
  34. Alexandre Kulibin est né le 1er décembre 1937
  35. La suite du classement du Tour de l'URSS 1969 : 4e- Gainan Saidschushin, 32 ans ; 5e - Yuri Mikhaïlov
  36. Annuaire Velo 1972, page 197
  37. Ringolds Walterovitch Kalnenieks (Калнениекс, Ринголдс Валтерoвич) est né le .
    Vainqueur du Tour de l'URSS 1972, il avait été 3e de cette course en 1969. D'autres résultats suivent :
    • 1969 : 5e du Tour du Mexique
    • En 1970, il remporte la course à étapes polonaise Szlakiem Grodow Piatowskich
    • en 1972 il est 2e de la Course à étapes disputée entre l'Ukraine et la Pologne, le Mémorial Colonel Skopenko (Cf. Annuaire Velo 1973, p. 191.) Il participe aussi en 1972 au Tour de Yougoslavie, dont il est leader au terme de la 5e étape. Il ne le reste qu'une seule journée, mais contribue à la victoire de l'équipe d'URSS au classement des équipes
    • Il gagne la première étape du Tour d'Autriche 1973, qu'il termine à la 17e place, en se classant 1er du classement par équipes avec l'équipe soviétique.
    • Il est sélectionné quatre années dans l'équipe de l'URSS qui participe à la Course de la Paix : 24e en 1967, ab. en 1968, 20e en 1970, 7e en 1971.
    • Vainqueur en 1971 du classement par équipes de cette Course, il est promu Maître émérite du sport soviétique
  38. L'Équipe, 23 juin 1973, rubrique cyclisme : Tour de l'URSS, victoire de l'inconnu Yakobson
  39. - Andris (ou Andres) Jacobson, originaire de Lettonie, se classe en 1972, 9e du Tour de la Mer Baltique, disputée sur les territoires polonais, lituanien et letton.
    • Vainqueur inconnu du Tour de l'URSS en 1973, il termine cette année-là 6e du GP Tell. Il est 55e au championnat du monde "amateurs" sur route. La victoire dans le Tour de l'URSS lui confère le titre de Champion d'URSS des courses à étapes. Cf article déjà cité de L'Équipe.
    • Inconnu ? En 1974 il termine vainqueur du Tour du Maroc (Pourtant son âge ou sa date de naissance ne figurent dans aucune base de données cyclistes...), où il remporte les 7e et 8eb étapes.
    • En 1975 il remporte la course des capitales baltes
    • En 1976, il termine 5e du championnat d'URSS sur route et triomphe une nouvelle fois dans la course des capitales baltes disputée entre Tartu-Riga-Vilnius-Minsk..
    • En 1977, il remporte la 7e étape du Tour d'Autriche, où il se classe 12e du classement final.
  40. Viktor Khrapov participe en France à trois reprises au Grand Prix cycliste de L'Humanité : il s'y classe 9e en 1969, 7e en 1970, 4e en 1971
  41. Alexandre Kraskov, du Dynamo de Moscou est le Champion d'URSS sur route 1972. En 1975, il est 6e de la Coupe de l'Amitié disputée entre Hradec-Kralove (Tchécoslovaquie) et Wroclaw (Pologne)
  42. Plusieurs sources permettent d'identifier le Tour de l'URSS: L'annuaire Velo 76 donne le classement du "Tour d'URSS" ("Ronde von USSR")en page 222. Le cahier brochure édité pour la XXIXe Course de la Paix (29. Fiedensfahrt, en langue allemande) livre le palmarès (i.e. les cinq premiers) de 38 courses à étapes de l'année 1975, sous le titre "Alle Rundfahrten 1975 im Zahlenspiegel". Il s'agit des courses internationales "amateurs", ou "open". (Le Circuit de la Sarthe remporté par Bernard Hinault y figure) "UdSSR Rundfahrt" est dans la liste. Les deux sources donnent pour vainqueur le même homme, Aavo Pikkuus. Or aucun palmarès de ce champion ne cite nommément le Tour de l'URSS parmi ses victoires en 1975. Seule y figure un titre de Champion d'URSS, sans préciser de quel Championnat il s'agit! Comme l'indiquait en 1973 le correspondant du journal L'Équipe, les résultats du Tour de l'URSS équivalent, au Championnat d'URSS des Courses à étapes.
  43. Annuaire Velo 77, p. 211
  44. Site de la Fédération Biélorusse de Cyclisme, historique, période 1971-1979. Alexandre Kisliak est né le 4 juin 1955, à Bobrouisk, Biélorussie
  45. Site Velorider.ru. Le Tour de l'URSS est disputé en 12 étapes sur les routes de Crimée. Le départ en est donné huit jours après l'arrivée du Tour de l'Avenir. Le classement final à Simferopol met en évidence les trois meilleurs coureurs soviétiques du moment. Tous trois sont affiliés au CSKA Kouibychev.
  46. Annuaire Velo 82, p. 168
  47. Né le 4 juin 1962 à Irkoutsk, Viktor Demidenko était déjà double champion du monde juniors dans la course contre la montre par équipes en 1980 et 1981. Son succès en 1981 dans le Championnat d'URSS de Course à étapes est assez largement acquis. Il devance le second de 3 min 31 s, et le troisième Oleh Petrovich Chuzhda est à plus de 5 min. 4e,   Alexandre Krasnov pointe à 7 min 34 s, 5e,   Nikolai Kossiakov est à 10 min 03 s.
  48. Annuaire Velo 83, p. 164
  49. Ivan Ivanov, est né le 6 mai 1960.
  50. Annuaire Velo 84, P. 183
  51. V. Volochin serait âgé de 23 ans (né en 1960)
  52. 1983 : 1er Volochin; 2e Soukhoroutchenkov, à 21 s; 3e Demidenko, à 1 min 18 s. La suite du classement : 4e   Yuri Perunovski; 5e   Oleg Iarochenko; 6e   Djamolidine Abdoujaparov; 7e   Piotr Ugrumov; 8e   Sergei Chpak.
  53. Annuaire Velo 85, p. 180
  54. Piotr Ugrumov est né le 21 janvier 1961
  55. 1984 : 1er P. Ugrumov; 2e S. Uslamin, à 3 min 17 s ; 3e A. Vedernikov, à 3 min 45 s ; 4e   Youri Barinov; 5e Viktor Demidenko; 6e   Ivan Romanov.
  56. Annuaire Velo 86, p. 186
  57. A. Vedernikov est né le 1er octobre 1959. Champion du monde "amateurs" en 1981.
  58. 1985: 1er A. Vedernikov ; 2e I. Romanov, à 27 s; 3e V. Poulnikov, à 57 s ; 4e   Nikolai Golovanov (?); 5e   Sergei Smiejvkoï; 6e Vladimir Volochin.
  59. Vasyl Zhdanov est né le 12 janvier 1963.
  60. Annuaire Velo 88, p. 212
  61. Dimitri Konyshev est né le 21 février 1966
  62. 1987 : 1er Dimitri Konyshev; 2e S. Soukhoroutchenkov à 56 s ; 3e V. Ekimov, à 2 min 31 s ; 4e   Jussunov ; 5e   Sergei Uslamin ; 6e   Vladimir Poulnikov ; 7e   Vladimir Muravski ; 8e   Andrei Toporistchev ; 9e   Piotr Ugrumov ; 10e   Andrei Teteriouk
  63. Annuaire Velo 89, p. 243
  64. . Teteriouk est né le 20 septembre 1966
  65. 1988, le vainqueur Andrei Teteriouk devance Dainis Ozols de 2 min 57 s, et le vétéran Soukhoroutchenkov, 32 ans, de 3 min 41 s.
  66. Bajadian a remporté en 1955, le Tour de l'Ukraine (16 étapes), 2 224 km, disputé entre Kiev-Simferopol-Kiev. Selon Velo 1956, il est Champion d'Ukraine 1955.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier