Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Saint-Crépin-de-Richemont

commune française du département de la Dordogne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Crépin.

Saint-Crépin-de-Richemont est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Saint-Crépin-de-Richemont
Le village de Saint-Crépin-de-Richemont.
Le village de Saint-Crépin-de-Richemont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Brantôme
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Maire
Mandat
Martial-Henri Candel
2014-2020
Code postal 24310
Code commune 24391
Démographie
Gentilé Saint Crépinois
Population
municipale
203 hab. (2014)
Densité 7,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 06″ nord, 0° 36′ 03″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 246 m
Superficie 25,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Crépin-de-Richemont

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Crépin-de-Richemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Crépin-de-Richemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Crépin-de-Richemont

Elle est intégrée au Parc naturel régional Périgord-Limousin.

Sommaire

GéographieModifier

GénéralitésModifier

 
Le Boulou à Saint-Crépin-de-Richemont.

Au nord du département de la Dordogne, la commune de Saint-Crépin-de-Richemont est arrosée du nord-est au sud-ouest par le Boulou, un ruisseau affluent de la Dronne. Au sud-est, un affluent du Boulou, le Pré Pinson (nom de la partie amont du Belaygue) sert de limite sur une cinquantaine de mètres avec la commune de Brantôme.

L'altitude minimale, 120 mètres, se trouve en limite sud du territoire communal, à l'ouest de lieu-dit Beleyme, là où le Boulou quitte la commune pour servir de limite entre celles de La Gonterie-Boulouneix et Saint-Félix-de-Bourdeilles. L'altitude maximale avec 246 mètres est localisée à l'est, au lieu-dit Puyssegné.

Le bourg de Saint-Crépin, établi sur la rive gauche du Boulou, est situé, en distances orthodromiques, sept kilomètres au nord-ouest de Brantôme et treize kilomètres au sud-sud-ouest de Nontron, sur la route départementale 98.

Dans sa partie ouest, la commune est desservie par la route départementale 84, au nord-est par la départementale 675 et au sud par l'axe routier Périgueux-Angoulême, la départementale 939.

Communes limitrophesModifier

Saint-Crépin-de-Richemont est limitrophe de huit autres communes.

ToponymieModifier

Le nom du lieu fait référence à saint Crépin, martyr du IIIe siècle. La seconde partie du nom, d'origine germanique, pourrait signifier « mont puissant » ou « mont de Richarius »[1].

Le village est attesté au XIIIe siècle sous la forme latine Sanctus Crispinus[1].

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Colles sur Boulou[2] ou Les Côtes sur Boulou[1],[Note 1].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Crespin de Richemont[3].

HistoireModifier

Saint-Crépin de Richemont au fil du tempsModifier

Saint-Crépin-de-Richemont, situé dans le canton de Mareuil, à seulement quelque 7 km de Brantôme, a vécu, au fil du temps, les différents événements historiques nationaux au rythme souvent atténué des campagnes. Plusieurs signes d’occupation du territoire jalonnent son histoire. L’existence d’une pierre plantée, dite « peyro jovento » (pierre joyeuse), d’une sépulture gallo-romaine, d’un cluzeau façonné selon un modèle primitif, en sont les témoins essentiels pour la période pré médiévale. Une commanderie de l'ordre des Templiers suivie de celle de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, avec de nombreuses possessions dans la région, marquent la présence humaine au Moyen Âge. Enfin, d’une population maximale de 1 200 habitants à la fin du XVIIe siècle, la population est tombée à 230 habitants au début du XXIe siècle avec une décroissance régulière à partir de 1850.

La commune peut s’enorgueillir de trois demeures nobles ou châteaux : le château de Richemont de style Renaissance, construit entre 1564 et 1581 par le chroniqueur Pierre de Bourdeille, abbé de Brantôme, enterré dans la chapelle du château. Depuis lors, d’alliances en successions, ce château est resté jusqu’à ce jour, selon les souhaits de Brantôme, dans la famille, avec une courte interruption au moment de la vente des biens nationaux. Les Joumard de Chabans de Richemont l’ont occupé, pendant le temps le plus long, jusqu’au début du XIXe siècle, puis vinrent les de Saint-Légier et enfin les de Traversay.

Ensuite, le château de la Barde, forteresse médiévale du XVe siècle, fut jusqu’à la Révolution le siège des Malet de Châtillon dont le contemporain de Brantôme, Guillaume Malet de Châtillon fut l’ennemi juré.

Enfin la demeure noble du Plessac abrita les de Saulnier du Plessac, l’une des nombreuses branches de cette famille du haut Périgord.

Grande histoire et événements nationaux ont eu leur traduction à Saint-Crépin. Pendant la période révolutionnaire on retrouve toutes les composantes de cette époque ; une municipalité composée des principaux nobles et bourgeois de la commune entre 1789 et 1791 (Laval, Château, Nicoulaud, Millet…) ; puis sous la Terreur la persécution du prêtre Salvage et des de Saulnier, les réquisitions en tous genres, céréales, cloches et vaisselle de Richemont et du Plessac, noyers pour la fabrication de crosses de fusil, enfin en 1804 un complot royaliste à Bagatelle.

Tout au long du XIXe siècle, la liste des maires successifs est tout à fait à l’image des majorités politiques du moment : un bonapartiste, Nicoulaud, pendant trois mois sous les Cent-Jours, de Saulnier pendant la Restauration, des maires bleus sous la monarchie de Juillet, et enfin comme cela s’est souvent produit dans les campagnes en 1848, avec le suffrage universel, l’arrivée à la tête de la municipalité d’Albert de Saulnier, représentant de cette noblesse restée proche des masses rurales.

L’église, au titre de bâtiment, est caractérisée par son retable inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Au titre d’institution, l'Église, tout comme l’école, n’échappe pas à cette influence politique nationale. Même atténuée à Saint-Crépin, la querelle laïque de la fin du XIXe siècle sera bien présente, et est sans doute en partie responsable du changement de majorité en 1900. La séparation des Églises et de l’État sera vécue passivement, avec des protestations de pure forme, de la part du prêtre et de la comtesse de Saint-Légier.

Enfin, commune rurale par excellence, Saint-Crépin a été marquée tout au long des siècles, jusqu’à une période récente par une agriculture plutôt pauvre, traditionnelle et routinière. Mais une industrie lithique : fabrication de meules, de pressoirs et autres matériaux en grès très dur, très présent sur la commune, a fait la richesse de la commune jusqu’au milieu du XIXe siècle. Une promenade dans les différents villages de la commune révèle de nombreux témoignages de cette activité[4].

Au pays des tailleurs de meulesModifier

En Dordogne, l'archéologie industrielle a suscité de nombreuses recherches et d'importants crédits ont été affectés à l'étude, la restauration et la mise en valeur touristique de sites longtemps négligés. Les forges de Savignac-Lédrier, les papeteries de Vaux à Payzac, celles de la vallée de la Couze ou les filatures de Savignac-les-Églises et des Eyzies ont bénéficié de l'intérêt récent que portent nos contemporains aux espaces et aux techniques du travail des hommes.

Cependant, du tissu économique, agricole, artisanal et industriel des siècles passés, bien d'autres témoins subsistent qui n'ont pas fait l'objet d'une telle attention ; les tailleries de meules sont du nombre. Reflet de la longue histoire de ce terroir, elles apparaissent précocement, dès le second Âge du fer peut-être et n'entrent en déclin qu'au début du XXe siècle [Note 2]. Mais c'est surtout à partir des XIIe et XIIIe siècles que la généralisation des moulins à eau entraîne l'ouverture de nombreuses carrières.

La plupart des horizons géologiques périgourdins ont fourni, avec plus ou moins de satisfaction, la matière première nécessaire. Calcaires meuliérisés du sud et du sud-est du département : Cénac, la plaine de Bord, la Bessède, Sainte-Sabine… Calcaires jurassiques : site de Pommier, la Chalussie à Savignac-les-Églises… Calcaires angoumiens ou coniaciens : Combe-Saulnière à Sarliac-sur-l'Isle, Moulin de Vigonac à Brantôme, site de Jovelle à La Tour-Blanche, grès de la Double

Au sud-ouest de Nontron, c'est un tout autre matériau qui a été utilisé. Il s'agit d'alluvions consolidées du Tertiaire continental qui se sont mises en place sur les couches calcaires crétacées santoniennes et campaniennes. Sur la commune de Saint-Crépin-de-Richemont, ces formations, édifiées avant l'incision des vallées actuelles, subsistent en position interfluviale notamment de part et d'autre du Boulou ; elles présentent une grande complexité stratigraphique avec alternance de strates de granulométrie variable. Ce sont le plus souvent des bancs à texture grossière (sables grossiers, galets en quartz ou en arkose silicifiée) qui ont été exploités par les carriers locaux. Onze carrières principales ont été recensées dans la seule commune de Saint-Crépin ; d'autres existent dans les communes voisines de Cantillac et de Champeaux. Elles sont de trois types : en tranchée, en cuvette ou de front de falaise et toutes ont livré divers vestiges permettant d'induire quelques-unes des techniques d'extraction et de façonnage mises en œuvre : blocs en cours de débitage ou débités, meules brisées à différents stades de leur exécution, produits finis prêts à être acheminés…

Des prospections, rendues difficiles par l'absence de sentiers et par l'importance de la végétation forestière mise à mal par la tempête de décembre 1999, ont cependant permis la découverte, à côté de meules monolithes roulantes et dormantes destinées à l'équipement de moulins à eau, de meules domestiques gallo-romaines et de tradition gallo-romaine (méta, catillus fragmentés ou entiers) de bacs et de mortiers. Dans le bassin de la Dronne, de nombreuses villae du Ier au IVe siècle ont utilisé ces productions. Ces différentes trouvailles attestent la diversité des fabrications réalisées sur place, information renforcée par le remploi en maçonnerie des rebuts de taille ou de pièces ratées dans les habitats alentour.

La majeure partie des carrières répertoriées a été totalement délaissée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, époque où les meules monolithes, de fabrication délicate, lourdes et de transport malaisé deviennent obsolètes. On leur préfère alors les meules composites en plusieurs quartiers nommés carreaux, assemblés au moyen de plâtre ou d'un ciment spécial et cerclées de fer. Celles, monolithes, qui demeurent en place, intactes ou simplement inachevées sur les différents sites parcourus, prouvent bien l'effondrement de la demande des meuniers du Bandiat, de la Nizonne, de la Belle et du Boulou (et, plus largement, de la Dronne). Privées de ces débouchés, les tailleries disparaissent les unes à la suite des autres. Débâcle économique aux conséquences certainement tempérées par le fait que cette activité était prise en charge à titre secondaire par une certaine couche de la paysannerie locale et que, pour pallier l'extinction de cette activité spécifique, les exploitants sont souvent revenus à une plus classique fourniture de matériaux destinés à la construction[Note 3]. C'est ainsi qu'en plein pays calcaire, l'architecture vernaculaire a revêtu une robe grise siliceuse qui rappelle le Limousin.

L'archéologie permet de dater de la fin de l'indépendance gauloise et, tout au moins, des premiers siècles de notre ère, la mise en service des tailleries de meules de Saint-Crépin-de-Richemont. Très facilement identifiable, la roche gréseuse qui a servi à la fabrication des meules rotatives, dont on retrouve en grande quantité les fragments épars sur les principales villae ou vicus régionaux, ne peut guère en effet provenir que de cette fraction du territoire départemental ; durant près de dix-huit siècles, le martèlement répétitif des pics des carriers a retenti au faîte des coteaux enserrant la petite localité nord-périgordine. Au gré d'improbables pistes sillonnant leurs pentes raides, des centaines, voire des milliers, de meules monolithes ont été péniblement acheminées dans la vallée du Boulou. De là, elles furent expédiées dans toute la région[Note 4]. Aujourd'hui, toutes les hauteurs impropres à la culture d'où elles furent extraites sont retournées au silence et s'abandonnent désormais à la lande silicicole et à la forêt.

Aferme pour le sieur de la barde a boutet 20 may 1682[5]

« Ce jourd'huy vingtiesme may mil six cents huitante deux environ midy au bourg de St Crespin en perigord et maison de desmartons dict larivière marchand pardevant le notaire royal soubsigné et tesmoins bas nommés a esté présent en sa personne francois mallet de chastilhion chevallier seignieur de labarde habitant de son chasteau de labarde présente paroisse lequel de son gré et vollonté a affermé a tiltre d'afferme temporelle a jean Bouttet dict Redon peyrier[Note 5] tant pour luy que ses frères absant auquels il a promis fere ratifier ses présentes touttefois et quantes sy besoin est, habitans le village des ages presente paroisse ledit jean boutet dict redon present stipulant et acceptant scavoir est une peyrière a tirer meulles a moulins apellée la grande peyrière et autres peyrières appelées au puy de labarde apartenances dudit seigneur sans comprendre la peyrière qu'il a affermé à louis mallavergnie sizes et sittuées dans la présente paroisse ladite afferme faicte moyenant le pris et somme de dix livres pour chasq'un an pendant le temps que ledit bouttet tant luy ses dits frères que manœuvres y voudront travailher dans lesquelles peyrières autres que lesdits bouttets et leurs manœuvres ne pouront travailhier et leur sera permis de descouvrir et travailhier dans ladite friche ou bon leur semblera moyennant ladite somme de dix livres pour chascun an de laquelle afferme ledit bouttet tant pour luy que audit non en a bailhié et payé présentes realles et comptant audit seignieur la somme de dix livres en pièces de trois sols et six et deniers faizant ladite somme de dix livres que ledict seignieur a pris et rettiré a soy en nostre présence et en a quitté et quitte lesdits bouttes pour la présente année et lautre payé commencera a la feste de St jean baptiste l'année prochaine mil six centz huittante et trois ainsin et de mesme une et chaque année pendant le temps que lesdits bouttés travailhieron dans ladite peyrière ce et lieu du puy de labarde et moyennant ce ledit seignr a promis et sera teneu leur garantir la pezible jouissance et lesdits bouttes leur payer l'afferme comme sy dessus est dict et ainsi tout ce que dessus a esté stipullé et accepté par les parties quy ont promis les tenir et entretenir et n'y contrevenir a paine de tous despans dommages interests et pour ce fere on a obligé leurs biens renoncé a tous moyens contraires moyen seur a quoy feront ont esté de leur consante comsampassés soubs le sel royal en présences de guilhiaume barby praticien habitant du bourg de St pancrassy et ledit bernard desmartons dict larivière marchant habitant du présent bourgt tesmoignes cognues et appelés ledit seignieur et barby ont signé et lesdits bouttes et desmartons ont dict ne scavoir de ce enquis
Barby labarde
Barby notaire royal »

Le sentier de découverte des carrières de meulesModifier

Fruit du travail accompli de 2010 à 2013 par l’Université Grenoble 2 (LARHRA, UMR CNRS 5190) et par le CPIE Périgord-Limousin, le « sentier des meulières de Saint-Crépin-de-Richemont » doit beaucoup aux prospections archéologiques effectuées par André Guillin et aux études pétrographiques de Gilles Fronteau, maître de conférences à l’Université de Reims. Il a été réalisé à la suite d’une demande effectuée en 2008 auprès du LARHRA par les élus de la commune, puis par la communauté de communes du Pays de Mareuil-en-Périgord, commanditaire du projet. Situé près du hameau des Brageaux et ouvert au public depuis juin 2013, ce sentier de 2,8 km jalonné de douze panneaux d’interprétation rédigés en français, anglais et occitan, permet de découvrir une quinzaine de meulières dont l’origine remonte à la préhistoire et qui furent exploitées jusqu’au XIXe siècle[6].

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Stèle à la mémoire des fusillés du 27 mars 1944.

En 1943, le groupement 38 "Mermoz" des [ [Chantiers de la jeunesse française|Chantiers de la jeunesse] ], déplacé des Pyrénées vers le [ [Nontronnais] ] installe son groupe 8 "Artois" (J.E.S.) dans la commune[7].

Le 27 mars 1944, les Allemands fusillent cinq personnes d'une même famille sur le territoire communal, au lieu-dit Canteix[8].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifsModifier

La commune de Saint-Crépin-de-Richemont a, dès 1790, été rattachée au canton de Saint Félix qui dépendait du district de Nontron. En 1795, les districts sont supprimés. En 1801, le canton de Saint Félix est supprimé et la commune est rattachée au canton de Mareuil dépendant de l'arrondissement de Nontron[2].

IntercommunalitéModifier

En 1995, Saint-Crépin-de-Richemont intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Mareuil-en-Périgord. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie, la communauté de communes Dronne et Belle.

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1995 mars 2008 Xavier de Traversay SE  
mars 2008 mars 2014 Jean Candel SE  
mars 2014 en cours Martial-Henri Candel    

DémographieModifier

Les habitants de Saint-Crépin-de-Richemont se nomment les Saint Crépinois[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Crépin-de-Richemont depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Saint-Crépin-de-Richemont[10]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Saint-Crépin-de-Richemont comptait 203 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
871 935 891 923 879 903 903 923 933
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900 878 858 791 794 798 788 711 672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
657 614 623 620 543 520 458 467 417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
339 326 246 239 207 202 222 202 203
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

EmploiModifier

En 2012[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 85 personnes, soit 42,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trois) a diminué par rapport à 2007 (quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 3,5 %.

ÉtablissementsModifier

Au 31 décembre 2013, la commune compte trente-deux établissements[13], dont quatorze au niveau des commerces, transports ou services, neuf dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, six dans la construction, et trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[14].

TourismeModifier

À compter du et pour une durée de cinq ans, Saint-Crépin-de-Richemont est déclarée commune touristique, en même temps que cinq autres communes de la communauté de communes Dronne et Belle : Bourdeilles, Brantôme en Périgord, La Chapelle-Faucher, Mareuil et Villars[15].

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturelModifier

Parc naturel régional Périgord-LimousinModifier

Depuis sa création en 1998, le parc naturel régional Périgord-Limousin intègre la commune de Saint-Crépin-de-Richemont.

ZNIEFFModifier

À l'ouest de la route départementale 84, dans sa bordure nord-ouest, une faible portion du territoire communal fait partie d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I, les « Landes des Trois Pierres », dont la quasi-totalité appartient aux communes voisines de Monsec et Champeaux-et-la-Chapelle-Pommier. Ces landes représentent en région Aquitaine l'un des derniers lieux de nidification du Râle des genêts (Crex crex)[18],[19].

Dans sa traversée du territoire communal du nord-est vers le sud-ouest, sur plus de sept kilomètres, le Boulou ainsi que sa vallée et ses coteaux forment deux autres ZNIEFF de type I, présentant une importante variété faunistique sur Saint-Crépin-de-Richemont et neuf autres communes.

En amont, une zone limitée à 135 hectares sur les communes de La Chapelle-Montmoreau, Sceau-Saint-Angel et Saint-Crépin-de-Richemont, présente un intérêt faunistique remarquable[20],[21]. De nombreuses espèces s'y trouvent :

En aval, une autre zone est riche de nombreuses espèces[22],[23], parmi lesquelles plusieurs sont déterminantes :

Des plantes rares telles que la Colchique d'automne (Colchicum autumnale) ou la Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris), y sont également présentes, ainsi que de très nombreuses autres espèces animales.

Ces deux zones, amont et aval, font partie d'une ZNIEFF de type II plus vaste, soit une superficie totale de 1 644 hectares représentant la totalité du cours du Boulou, depuis sa source jusqu'à sa confluence avec la Dronne[24],[25].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le registre supplémentaire des mariages de la commune pour l'année 1793, le nom porté est celui « des Côtes sur Boulou », alors que les autres registres de l'an III et de l'an IV indiquent « des Cottes sur Boulou », avec une graphie ressemblant parfois à « des Colles sur Boulou »
  2. Moïse Teyssandier relate, dans Barbasse, souvenirs d'un ouvrier périgourdin (imprimerie Périgourdine Périgueux 1928) la longue et dure grève des ouvriers meuliers de Cénac qui « poursuivis, chassés, traqués, emprisonnés, résistèrent quand même plus de trois mois » en 1908.
  3. Quand ces débouchés de proximité garantissent, comme, en particulier, aux Brajots (l'actuel Brageaux de la carte I.G.N.) la poursuite de l'exploitation, les entrepreneurs sont toujours des « Cultivateurs et carriers » comme l'atteste l'acte notarié, daté du 18 août 1827 passé entre Pierre et François Chopinet devant maître Darvand « notaire à la résidence de la ville de Mareuil, Dordogne) »
  4. En Charente, leur présence est attestée à plusieurs reprises et elles équipent notamment le moulin de La Mouline à Combiers, comme le confirme encore en 1831 le contrat d'affermage cité par Mme Michèle Aillot dans son récent ouvrage Moulins et forges du canton de Villebois-Lavalette.
  5. Pierre ronde, sobriquet faisant allusion à sa profession de tailleur de meules.

RéférencesModifier

  1. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 312, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 312.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 3 novembre 2013.
  4. Maurice Cestac, Saint-Crépin-de-Richemont au fil du temps
  5. Décrypté et communiqué par Jean Bouchereau.
  6. Le Sentier des Meulières de Saint-Crépin-de-Richemont, consulté le 5 février 2014.
  7. Francis A. Boddart, Les chantiers de la jeunesse et la Dordogne, 1940-1944 : de la révolution nationale à la production industrielle, Périgueux, IFIE Éditions Périgord, , 342 p. (ISBN 978-2-916265-18-6), p. 205.
  8. Guy Penaud, Les crimes de la Division "Brehmer", p. 169-170, éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2)
  9. Fiche commune Saint-Crépin-de-Richemont, Union des maires de la Dordogne, consultée le 22 novembre 2016.
  10. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 24 mars 2014)
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 25 novembre 2015.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 25 novembre 2015).
  14. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 25 novembre 2015.
  15. Préfecture de la Dordogne, « Arrêté no 2016-0159 du prononçant dénomination commune touristique 6 communes membres CC Dronne Belle », Recueil des actes administratifs de la Dordogne normal no 3, août 2016, p. 272-274.
  16. « Château de Richemont », notice no PA00082818, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 10 août 2009.
  17. « Tabernacle », notice no PM24000504, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 4 avril 2012.
  18. Landes des Trois Pierres, sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 2 avril 2012.
  19. Carte de la ZNIEFF 26920000, sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 2 avril 2012.
  20. [PDF] Réseau hydrographique et coteaux du Boulou amont sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 29 novembre 2014.
  21. Carte de la ZNIEFF Réseau hydrographique et coteaux du Boulou amont sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 29 novembre 2014.
  22. [PDF] Réseau hydrographique et coteaux du Boulou aval sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 29 novembre 2014.
  23. Carte de la ZNIEFF Réseau hydrographique et coteaux du Boulou aval sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 29 novembre 2014.
  24. [PDF] "Vallée et coteaux du Boulou sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 29 novembre 2014.
  25. Carte de la ZNIEFF Vallée et coteaux du Boulou sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 29 novembre 2014.