Royaume de Wurtemberg

royaume d'Europe centrale entre 1806 et 1918, partie de l'empire allemand depuis janvier 1871

Le royaume de Wurtemberg (en allemand : Königreich Württemberg) est l'un des 25 États souverains de l'Empire allemand. Monarchie constitutionnelle, le royaume adhère à la confédération de l'Allemagne du Nord le et intègre l'Empire allemand en .

Royaume de Wurtemberg
Königreich Württemberg

18061918

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le royaume de Wurtemberg au sein de l'Empire allemand
Informations générales
Statut Monarchie constitutionnelle
État membre de :
- confédération du Rhin (1806-1815)
- Confédération germanique (1815-1866)
- confédération de l'Allemagne du Nord (1870-1871)
- Empire allemand (1871-1918)
Capitale Stuttgart
Langue(s) Allemand
Religion Luthéranisme
Monnaie Württemberg gulden, mark-or, papiermark

Démographie
Population  
• 1875 1 881 505 hab.
• 1910 2 437 574 hab.
Superficie
Superficie (1910) 19 517 km²
Histoire et événements
1er janvier 1806 Création
1806 Rejoint la Confédération du Rhin
18 juin 1815 Confédération germanique
Septembre 1819 Constitution
18 janvier 1871 Intégration à l'Empire allemand
9 novembre 1918 Révolution allemande
Roi
(1re) 1805-1816 Frédéric Ier
(2e) 1816-1864 Guillaume Ier
(3e) 1864-1891 Charles Ier
(4e) 1891-1918 Guillaume II

Entités précédentes :

HistoireModifier

Electorat depuis le Recès d'Empire de 1803, le duché de Wurtemberg est élevé au rang de royaume par Napoléon Ier le à la suite du ralliement de Frédéric Ier de Wurtemberg à la cause française. Il est confirmé au congrès de Vienne. Sa constitution, établie en 1819, est modifiée en 1868 et en 1874. En 1918, la monarchie est abolie à l'issue de la Première Guerre mondiale et l'État populaire libre de Wurtemberg est proclamé.

Liste des rois de WurtembergModifier

Liste des prétendants au trône de WurtembergModifier

TerritoireModifier

 
Carte du royaume de Wurtemberg
 
Le Wurtemberg en 1789

Le , le traité de Presbourg attribue au royaume les territoires suivants :

  • les cinq villes du Danube, savoir : Ehinge, Munderkingen, Riedlingen, Mengen et Saulgau, avec leurs dépendances ;
  • le Haut et le Bas Comté de Hohenberg ;
  • le landgraviat de Nellenburg et la préfecture d'Altdorf, avec leurs dépendances, la ville de Constance exceptée ;
  • la partie du Brisgau faisant enclave dans les possessions wurtembergoises et située à l'est d'une ligne tirée du Schlegelberg jusqu'à la Molbach ;
  • les villes et territoires de Villigen et Bräunlingen.

Il permit aussi au roi de prendre possession du comté de Bonndorf.

Le traité du , créant la Confédération du Rhin, attribua au royaume les territoires suivants :

  • les possessions des princes et comtes de Waldbourg ;
  • la seigneurie de Baindt, que le recès de 1803 avait donné au comté d'Aspremont-Lynden ;
  • le comté d'Egloff, sur l'Argen, appartenant, jusqu'en 1804, aux comtes de Traun-Abensberg, puis acheté par le comte de Windischgraetz et élevé au rang de principauté ;
  • le comté de Gutenzel, ancienne abbaye attribuée, en 1803, au comte de Törring ;
  • le comté de Heggbach, ancienne abbaye attribuée, en 1803, au comte de Bassenheim ;
  • le comté d'Isny, ancienne ville libre et abbaye appartenant au comte de Quadt ;
  • le comté de Kœnigseck-Aulendorf ;
  • le comté d'Ochsenhausen, ancienne abbaye élevée au rang de principauté, attribuée à la maison de Metternich-Winebourg-Beilstein ;
  • le comté de Roth, ancienne abbaye appartenant au comte de Wartemberg ;
  • les comtés de Schussenried et Weissenau, ancienne abbaye, propriétés des comtes de Stenberg ;
  • les seigneuries de Mietingen et Sullmingen, du comte de Plettenberg ;
  • la seigneurie de Neu-Ravensbourg, du prince de Dietrichstein ;
  • la seigneurie de Tannheim, du comte de Schæsberg ;
  • la seigneurie de Warthausen, appartenant à une branche de la maison de Stadion ;
  • la seigneurie de Weingarten, appartenant à la maison de Nassau-Orange-Fulde, excepté le village de Hagnau, situé sur le lac de Constance, placé sous souveraineté badoise ;
  • les possessions du prince de Tour et Taxis, sur le lac de Feder ;
  • les seigneuries de Gundelfingen et de Neufra, appartenant à la maison de Fürstenberg ;
  • la partie du Limpourg-Gaildorf n'appartenant pas déjà au roi de Wurtemberg, mais aux princes et comtes de Solms, de Lœwenstein-Wertheim, de Pûckler et autres princes ;
  • les possessions de la maison de Hohenlohe, excepté une partie attribuée au roi de Bavière ;
  • la partie de la principauté de Krautheim située sur la gauche de la Jagst.

ArmoiriesModifier

Le royaume portait : parti au 1 d'or, à trois demi ramures de cerf de sable, qui est de Wurtemberg et au 2 d'or aux trois lions passant de sable, qui est de Souabe.

Structure administrativeModifier

 
Soldat de dragon wurtembourgois du XIXe siècle
 
Joyaux de la couronne de Wurtemberg à Sttutgart
Grand-bailliage d'Aalen (de)
Grand-bailliage d'Albeck (de) (jusqu'en 1819)
Grand-bailliage de Backnang (de)
Grand-bailliage de Balingen (de)
Grand-bailliage de Besigheim (de)
Grand-bailliage de Biberach (de)
Grand-bailliage de Blaubeuren (de)
Grand-bailliage de Böblingen (de)
Grand-bailliage de Brackenheim (de)
Grand-bailliage de Calw (de)
Grand-bailliage de Cannstatt (de)
Grand-bailliage de Crailsheim (de)
Grand-bailliage d'Ehingen (de)
Grand-bailliage d'Ellwangen (de)
Grand-bailliage d'Esslingen (de)
Grand-bailliage de Freudenstadt (de)
Grand-bailliage de Gaildorf (de)
Grand-bailliage de Geislingen (de)
Grand-bailliage de Gerabronn (de)
Grand-bailliage de Gmünd (de)
Grand-bailliage de Göppingen (de)
Grand-bailliage d'Hall (de)
Grand-bailliage d'Heidenheim (de)
Grand-bailliage d'Heilbronn (de)
Grand-bailliage d'Herrenberg (de)
Grand-bailliage d'Horb (de)
Grand-bailliage de Kirchheim (de)
Grand-bailliage de Künzelsau (de)
Grand-bailliage de Laupheim (de)
Grand-bailliage de Leonberg (de)
Grand-bailliage de Leutkirch (de)
Grand-bailliage de Lorch (de) (jusqu'en 1819)
Grand-bailliage de Louisbourg (de)
Grand-bailliage de Marbach (de)
Grand-bailliage de Maulbronn (de)
Grand-bailliage de Mergentheim (de)
Grand-bailliage de Münsingen (de)
Grand-bailliage de Nagold (de)
Grand-bailliage de Neckarsulm (de)
Grand-bailliage de Neresheim (de)
Grand-bailliage de Neuenbürg (de)
Grand-bailliage de Nürtingen (de)
Grand-bailliage d'Oberndorf (de)
Grand-bailliage d'Öhringen (de)
Grand-bailliage de Ravensbourg (de)
Grand-bailliage de Reutlingen (de)
Grand-bailliage de Riedlingen (de)
Grand-bailliage de Rottenburg (de)
Grand-bailliage de Rottweil (de)
Grand-bailliage de Saulgau (de)
Grand-bailliage de Schorndorf (de)
Grand-bailliage de Spaichingen (de)
Grand-bailliage de Stuttgart (de)
Grand-bailliage de Sulz (de)
Grand-bailliage de Tettnang (de)
Grand-bailliage de Tübingen (de)
Grand-bailliage de Tuttlingen (de)
Grand-bailliage d'Ulm (de)
Grand-bailliage d'Urach (de)
Grand-bailliage de Vaihingen (de)
Grand-bailliage de Waiblingen (de)
Grand-bailliage de Waldsee (de)
Grand-bailliage de Wangen (de)
Grand-bailliage de Weinsberg (de)
Grand-bailliage de Welzheim (de)
Grand-bailliage de Wiblingen (de) (jusqu'en 1842)

ÉconomieModifier

Développement industrielModifier

Le centre économique du royaume est Stuttgart. Les autres villes qui connaissent à cette époque une importante croissance sont Ulm, Reutlingen, Heilbronn, et Tübingen. En 1811, une nouvelle ville est fondée, Friedrichshafen. En 1833, le royaume signe les accords douaniers du Zollverein.

En 1853, à Geislingen, est fondée la Württembergische Metallwarenfabrik, spécialisée dans la fabrication d'objets en métal. En 1859, Märklin, concepteur de jouets, voit le jour à Göppingen.

En 1861, l'entreprise horlogère Junghans s'installe à Schramberg. En 1864, à Ulm, la société Magirus lance sa production de véhicules pour lutter contre les incendies.

En 1885, Stuttgart voit l'éclosion de la Daimler-Motoren-Gesellschaft, et devient le centre de la nouvelle industrie automobile allemande. En 1886, est lancée la marque de sous-vêtements Triumph à Heubach.

MonnaieModifier

Jusqu'en 1824, le royaume utilise comme monnaie de compte le florin du Wurtemberg. Puis il adopte le florin d'Allemagne du Sud jusqu'en 1873, pour ensuite adopter le mark-or, tout en conservant son droit d'émission pour certaines monnaies d'argent et d'or. Le Vereinstaler (de) sert avant la réforme de 1873 d'unité de transaction entre États de la Confédération germanique.

La Monnaie de Wurtemberg possède un atelier de frappe ; le graveur général de 1875 à 1904 est Karl Schwenzer.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier