Red Hot Chili Peppers

groupe de rock américain

Les Red Hot Chili Peppers (prononcé en anglais[ɹɛd hɑt ˈtʃɪli ˈpɛpəz]) sont un groupe de funk rock américain, originaire de Los Angeles, en Californie, actif depuis 1982. La formation actuelle s'articule autour des membres fondateurs et amis d'enfance Anthony Kiedis (chant) et Flea (basse), auxquels se joignent en 1988 Chad Smith (batterie) et John Frusciante (guitare) qui, après avoir quitté le groupe à deux occasions, le rejoint une troisième fois en 2019. La musique des Red Hot Chili Peppers se caractérise par le mélange de plusieurs genres musicaux, tels le funk rock, le rock alternatif, le funk metal et le rap rock. Les Red Hot Chili Peppers adoptent dès leurs débuts une identité artistique forte qui fait la renommée du groupe : des prestations scéniques considérées comme énergiques et magistrales, une technicité et une virtuosité instrumentales, ainsi que des textes profonds sur des thèmes comme l'amitié, l'amour, la sexualité et la drogue.

Red Hot Chili Peppers
Description de cette image, également commentée ci-après
Flea, Anthony Kiedis, Chad Smith et John Frusciante des Red Hot Chili Peppers en concert à Londres, en Angleterre, le .
Informations générales
Autre nom RHCP
Red Hots (francophonie)
Chili Peppers (anglophonie)
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Funk rock, rock alternatif, rap rock, rock (fusion), pop rock, punk rock, funk metal, P-funk
Années actives Depuis 1982
Labels EMI Group (1983-1990), Warner Bros. Records (depuis 1991)
Site officiel www.redhotchilipeppers.com
Composition du groupe
Membres
Anciens membres
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Red Hot Chili Peppers.

En 1983, le quatuor signe un premier contrat avec EMI Records. Cependant, les membres fondateurs Hillel Slovak (guitare) et Jack Irons (batterie) sont parallèlement engagés avec le groupe What Is This?, et sont respectivement remplacés par Jack Sherman et Cliff Martinez pour la sortie du premier album The Red Hot Chili Peppers en 1984. Après la dissolution de What Is This?, le groupe réintègre ses membres originels et enregistre Freaky Styley (1985) puis The Uplift Mofo Party Plan (1987). En 1988, Hillel Slovak meurt d'une surdose d'héroïne. Jack Irons fait une dépression et quitte le groupe. John Frusciante, alors simple fan des Red Hot Chili Peppers, est engagé pour remplacer Slovak, tandis que Chad Smith officie en tant que nouveau batteur. Dès 1989, le groupe enregistre Mother's Milk, qui lui confère une notoriété internationale. En 1991, le quatuor change de label pour Warner Bros Records et entame une longue collaboration avec le producteur Rick Rubin. Le groupe atteint la consécration avec la sortie de l'album Blood Sugar Sex Magik (1991) et ses cinq singles, dont Give It Away, Under the Bridge et Suck My Kiss qui le propulsent sur des scènes à travers le monde. La tournée qui s'ensuit est marquée par le départ de John Frusciante, qui ne supporte pas cette notoriété soudaine et sombre dans la toxicomanie. Dave Navarro lui succède pour l'enregistrement de son unique album avec le groupe, One Hot Minute, en 1995.

Après plusieurs années de dépendances aux drogues dures, John Frusciante se soigne et réintègre les Red Hot Chili Peppers en 1998. Ils enregistrent sitôt après Californication (1999). L'album est un nouveau succès international pour le groupe. La réussite se confirme pour les Californiens, qui alternent entre tournées mondiales et albums à succès. Malgré des tensions durant sa production, By The Way (2002) est un album plus mélodique et léger que son prédécesseur. Le premier double album du groupe, Stadium Arcadium (2006), marque par une production très soignée. En 2007, après une tournée longue et intense, les membres du groupe décident de prendre une longue pause.

Pendant ce temps d'arrêt, John Frusciante quitte de nouveau les Red Hot Chili Peppers pour se consacrer à la musique électronique. Il est remplacé par son ami proche et collaborateur Josh Klinghoffer, déjà guitariste de tournée du groupe. Le dixième album du groupe, I'm With You (2011), ouvre une nouvelle ère musicale pour le groupe, la guitare de Klinghoffer étant moins mise en avant et Flea s'essayant au piano. Le groupe est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 2012. En 2015, après vingt-cinq années de travail avec Rick Rubin, la production de l'album The Getaway (2016) est confiée à Danger Mouse.

Le , le groupe annonce le départ de Josh Klinghoffer après dix années de collaboration, alors que l'écriture d'un troisième album avec lui est bien avancée. John Frusciante réintègre la formation pour la troisième fois et le groupe profite de la pandémie de Covid-19 pour enregistrer les titres qui composeront Unlimited Love (2022) et Return of the Dream Canteen (2022), signant également le retour de Rick Rubin comme producteur.

En 2019, les Red Hot Chili Peppers vendent plus de 77 millions de disques de par le monde et totalisent plus de 5,6 milliards de streams sur Spotify[1],[2].

Biographie

modifier

Prémices (avant 1982)

modifier
 
Les quatre membres fondateurs des Red Hot Chili Peppers se rencontrent au lycée à Los Angeles, en Californie.

Jack Irons naît en à Los Angeles, en Californie, et est issu d'un foyer juif. Il développe très vite un intérêt pour la batterie et, en , se lie d'amitié avec Hillel Slovak, également juif, alors qu'ils fréquentent tous deux l'école Bancroft Junior High. Slovak, né en à Haïfa, en Israël, déménage à New York avec sa famille en alors qu'éclate la Guerre des Six Jours dans son pays natal, puis s'installe peu de temps après à Los Angeles. Inspiré par Jimi Hendrix, le garçon commence à jouer de la guitare à treize ans, après avoir reçu l'instrument à sa fête d'anniversaire où Irons est présent. Slovak et Irons deviennent de grands admirateurs du groupe de rock Kiss, au point d'interpréter les titres du groupe dans le même accoutrement extravagant que les New-Yorkais[3].

À Bancroft Junior High étudie également le jeune Michael Balzary. Né en à Burwood, en Australie, il déménage avec sa famille à New York, aux États-Unis, à l'age de cinq ans. En , ses parents Mick et Patricia se séparent lorsque sa mère rencontre Walter Urban Jr., un bassiste de jazz, avec qui elle se remarie peu de temps après le départ de Mick, reparti pour l'Australie. Urban Jr. se révèle être un homme extrêmement violent, alcoolique[3] et dépendant à l'héroïne[4], qui terrifie le jeune Michael, qui en développera des troubles qu'il garde encore aujourd'hui[3]. Malgré tout, Balzary découvre le monde de la musique par le prisme de son beau-père et est émerveillé par le talent du musicien et de ses amis, avec qui sont organisées de régulières sessions de jam. Il décide d'apprendre la trompette et est capable de jouer en suivant son beau-père lorsque la famille déménage à Los Angeles en . Les idoles de Balzary, qui à l'époque n'a aucun intérêt pour le rock, sont des musiciens de jazz tels que Miles Davis et Louis Armstrong[3]. Balzary s'essaye aux drogues dès l'age de onze ans[3],[4] et, à cette même période, adopte le surnom de Flea (puce) à cause de sa nature agitée et sa petite stature : « J’ai toujours été un jeune homme spastique, sautillant et sauvage », déclare-t-il[5],[6].

De l'autre côté des États-Unis, Anthony Kiedis naît en et grandit à Grand Rapids, dans le Michigan. Après avoir vécu deux ans à Los Angeles, ses parents se séparent en et son père reste en Californie[7]. Le jeune Kiedis déménage chez son père en , à l'age de onze ans[3]. Ce dernier, John Kiedis, dit Blackie Dammett, à l'ambition d'être acteur mais opère surtout en tant que dealer de cocaïne et de méthaqualone[8], notamment auprès des stars qui fréquentent les boîtes de nuit de Los Angeles. Dammett étant souvent absent, Anthony Kiedis devient vite indépendant mais il s'engage malgré lui dans les mêmes pratiques perverses que son père : à douze ans, Dammett lui a déjà enseigné son appétence pour les femmes, lui a fait goûter à son premier joint et lui a offert que sa propre petite amie le dépucèle[3].

Irons, Slovak, Balzary et Kiedis intègrent tous les quatre l'école Fairfax High School en , alors que les parents de Slovak se séparent. Ce dernier forme son premier groupe, appelé Chain Reaction mais vite renommé Anthym, avec Irons à la batterie et ses nouveaux amis Alain Johannes et Todd Strasman[3].

En , Anthony Kiedis croise le chemin de Flea pour la première fois et, pensant qu'il harcèle un de ses amis, le menace de représailles[9],[10]. Les deux jeunes hommes ont des caractères bien opposés : Kiedis est extraverti et aime se faire remarquer des élèves de Fairfax High, tandis que Balzary est un enfant calme et « terrifié par les filles ». Malgré tout, les musiciens décrivent une « connexion instantanée »[10]. Après avoir été assis côte à côte pour leurs cours de conduite[9], ils deviennent rapidement inséparables et évitent au mieux leurs figures paternelles pour vagabonder ensemble[3].

« Quelques mois » après avoir rencontré Flea, Slovak et Irons jouent avec leur groupe Anthym sur le campus de Fairfax High lorsque Kiedis assiste à leur performance. S'il juge les inspirations du groupe dépassées, il reconnaît le talent des musiciens et débute une amitié avec Slovak[11]. Flea et Slovak développent quant à eux une relation étroitement liée à la musique : ce dernier offre à Flea l'opportunité de rejoindre Anthym s'il apprend à jouer de la guitare basse[12]. Flea s'investit alors pleinement dans la pratique de l'instrument, recevant des leçons de la part de Slovak et progressant rapidement en autodidacte. Il dit avoir joué son premier concert seulement deux semaines après avoir pris en main l'instrument pour la première fois[4]. Dès , la popularité du groupe dépasse le cadre du campus et Anthym se produit dans de petites salles de Los Angeles[3]. Kiedis, Flea et Slovak forment alors un trio d'amis étroitement unis, favorisé par des expériences de vie similaires : des parents divorcés, une même passion pour la musique et une convoitise croissante pour les drogues[3].

Diplômés à l'été , Flea et Slovak ne poursuivent pas leurs études à l'université, tandis que Kiedis est accepté à l'Université de Californie à Los Angeles en science politique. Il est néanmoins peu studieux, ne participant qu'au cours d'écriture, et laisse tomber ses études au bout d'un an[13]. Kiedis et Flea emménagent ensemble dans un appartement près de Santa Monica Boulevard[3] avant de rejoindre un immeuble sur Wilton Avenue avec Slovak[3],[14] et vivent de petits boulots et de vol à l'étalage. Flea propose alors à Kiedis, qui aime attirer l'attention et danser frénétiquement, de s'impliquer auprès d'Anthym en tant que chauffeur de salle, précédant les performances de ses amis[13],[15]. Anthym change de nom pour What Is This?. En , Flea quitte le groupe pour jouer dans le groupe de punk hardcore Fear[13], ce qui fragilise momentanément sa relation avec Slovak[16].

Formation et émergence sur la scène californienne (1982-1988)

modifier

Premiers concerts

modifier

L'artiste expérimental et ami du groupe Gary Allen invite les quatre amis à jouer en première partie du concert de lancement de son premier EP, In White America (This Hollow Valley Broken Jaw of Our Lost Kingdom)[17],[18]. Remarquant le potentiel du jeune Anthony Kiedis, il insiste pour que le futur chanteur, alors totalement étranger au rôle de parolier, prenne le microphone[15],[19]. Le groupe n'a, à « quelques jours » de l'évènement, aucune chanson à jouer.

Si les capacités des trois musiciens sont confirmées, inclure Anthony Kiedis au groupe les rend dubitatifs. Inspiré par Grandmaster Flash and the Furious Five, le futur chanteur écrit des paroles qu'il compte rapper. Il y parle de « ses amis hauts en couleurs et de ses escapades nocturnes et endiablées ». Les musiciens choisissent de diverger du style de leur groupe What Is This? et composent une musique aux inspirations punk et funk, comprenant un solo de guitare basse, un de guitare électrique et un segment a cappella. Les futurs Red Hot Chili Peppers viennent de composer leur première chanson, Out in L.A.[20].

L'évènement organisé par Gary Allen se tient le [17],[21] à la Grandia Room, une boîte de nuit de Los Angeles[note 1]. Dans les années 1980 s'y tient, chaque jeudi soir de 22 h à h, le Rhythm Lounge : cette manifestation nocturne organisée par la discothèque propose des musiques « principalement funk, soul rap et une nouvelle espèce de funk électronique », des sonorités encore underground à cette époque. Pour cette performance, le groupe ne possède vraisemblablement pas encore de nom puisqu'on ne retrouve sa trace sur aucun tract publicitaire[17]. Sans introduction, le groupe monte sur scène, joue avec « éruption » son unique chanson et laisse son audience d'une trentaine de personnes « complètement stupéfaite et sans voix », selon Anthony Kiedis. Le gérant de la salle, Salomon Emquies, repère l'énergie et l'aisance du jeune groupe et leur propose de venir jouer deux semaines plus tard avec une nouvelle chanson[22].

La deuxième performance du groupe se tient le , les Californiens y jouent Out in L.A. ainsi que leur nouvelle chanson, Get Up and Jump[23]. S'il a maintes fois été rapporté, notamment par Kiedis et Flea, que le groupe porte à cette époque le nom de Tony Flow and the Miraculously Majestic Masters of Mayhem, la formation est créditée comme The Flow sur le tract publicitaire. Kiedis écrit qu'« après ce deuxième concert, [le groupe] réalisa que c’était trop amusant pour abandonner »[24]. Les quatre amis jouent une dernière fois sous le nom de The Flow à la Grandia Room le [25]. Pour leur quatrième concert, qui se tient à la discothèque Cathay de Grande[note 2] le , ils adoptent finalement le nom de Red Hot Chili Peppers[26],[27].

L'engouement autour du groupe progresse très rapidement autour d'Hollywood, et ce dès les premiers concerts. Flea se souvient : « On ne savait même pas ce qu'on faisait, […] on a commencé à jouer et ça a explosé. La musique était inouïe. Personne ne faisait ça. »[13]. En quelques mois, leur répertoire comporte déjà une dizaine de titres originaux[13] qui sont entrecoupés de chants a cappella pendant les performances[26]. En [28], les Red Hot Chili Peppers obtiennent une première opportunité en studio : ils enregistrent les démos de ces titres au Studio 9 Sound Labs avec l'aide de leur ami Spit Stix (en)[13],[29]. Kiedis et Flea considèrent encore que les bandes produites ce jour-là constituent « le meilleur truc [qu'ils aient] jamais enregistré »[13]. En , cinq de ces démos trouvent leur place sur la réédition de The Red Hot Chili Peppers (1984) en tant que pistes bonus.

Le [30], au Kit Kat Club, les Red Hot Chili Peppers performent pour la première fois le numéro des « socks on cocks » (chaussettes sur la quéquette), un acte célèbre qu'ils perpétuent jusqu'en  : le public étant plus concentré sur les danseuses du cabaret que sur les musiciens, les Californiens reviennent sur scène pour le rappel en ne portant qu'une chaussette pour couvrir leur pénis[13],[31]. À ce même concert, les musiciens rencontrent le promoteur Lindy Goetz (en), qui devient peu de temps après le manager du groupe[32].

Remaniement et The Red Hot Chili Peppers (1984)

modifier

Grâce à leurs performances scéniques, les Red Hot Chili Peppers reçoivent alors plus d'attention que What Is This?, malgré les années d'ancienneté de ce dernier. La situation devient difficile à vivre pour Hillel Slovak et Jack Irons, qui ont du mal à accepter que ce qui ne devait être qu'une performance risible surpasse en popularité le groupe dans lequel ils voient leur avenir. Début , après des mois de travail, Goetz obtient pour le groupe un contrat de sept albums en sept ans chez Enigma, une filiale d'EMI. Au même moment, What Is This? signe un contrat auprès du label MCA. Slovak et Irons aimeraient continuer à jouer dans les deux groupes, mais Alain Johannes les convainc que la professionnalisation des deux formations rendrait leur position bien plus compliquée. Loyaux, les deux musiciens quittent les Red Hot Chili Peppers pour s'investir pleinement dans leur groupe de lycée[13]. En , Flea révèle qu'un compromis aurait pu être trouvé et que le groupe « aurait pu garder [Slovak et Irons] pour enregistrer le premier album »[33].

 
Jack Sherman (ici en 2010) est le guitariste des Red Hot Chili Peppers pour l'enregistrement de leur premier album.

Si Kiedis est « dégouté »[13] par cette nouvelle inattendue, Flea est plus pragmatique : il pense immédiatement à son ami Cliff Martinez, qui fut notamment batteur pour Captain Beefheart, pour remplacer Irons[34]. À la recherche d'un nouveau guitariste, les Red Hot Chili Peppers publient une annonce dans l'édition du du LA Weekly[35]. Après avoir auditionné « des dizaines de guitaristes », le groupe engage Jack Sherman. Le nouveau guitariste se souvient de plusieurs sessions de jam « intenses » avec Flea ayant mené à son recrutement[13]. Avec leurs nouveaux musiciens, les Red Hot Chili Peppers enregistrent de nouvelles démos aux Bijou Studios au début de l'année , bien que peu d'informations soient connues sur ces enregistrements[36].

Enigma amorce alors la production du premier album des Red Hot Chili Peppers et demande aux musiciens de nommer un producteur. Kiedis et Flea s'accordent immédiatement sur Andy Gill, guitariste du groupe de rock britannique Gang of Four[37], car les deux jeunes hommes sont de grands admirateurs des deux premiers albums du groupe, Entertainment! (1979) et Solid Gold (1981)[37],[38]. Le groupe espère alors réaliser un album capturant fidèlement l'énergie qu'ils délivrent sur scène[38].

Les Red Hot Chili Peppers entrent aux Eldorado Studios (en)[note 3],[39] au cours du mois de [40]. L'enregistrement de l'album tourne cependant vite à la catastrophe. Kiedis et Flea, qui n'ont aucune expérience en studio, ont tout le mal du monde à comprendre le rôle du producteur. Gill est plus intéressé par les compositions funk comme Mommy, Where's Daddy? que par les titres de « surf punk super rapides » tels que Police Helicopter. Selon le producteur, l'élément funk « s'est retrouvé bien plus mis en avant que ce que le groupe imaginait »[38]. Kiedis reproche à Gill de ne pas avoir fait l'effort de « comprendre l'esthétique musicale et l'idéologie » des Red Hot Chili Peppers[39]. Les divergences causent de nombreuses altercations entre les artistes et le producteur, favorisées par des tempéraments diamétralement opposés : les Californiens, au mode de vie festif et agressif, ne s'entendent pas avec le calme et la tenue de ce Britannique de classe moyenne. Durant ces querelles, Kiedis et Flea font preuve d'une extrême violence verbale à l'encontre du producteur, l'insultant et lui criant au visage, tandis que Gill reste calme et professionnel. Les relations entre Kiedis et Flea et le nouveau guitariste Sherman commencent à se détériorer lorsque ce dernier prend parti pour Gill. Selon le producteur, la plupart des pistes de guitare sont enregistrées sans la présence de Kiedis et Flea, pour éviter qu'ils ne gâchent les enregistrements avec leur humeur explosive[38]. S'il apprécie les nouvelles compositions écrites avec Sherman, Kiedis se dit « terriblement déçu » du résultat du mixage des titres écrits par Slovak[41]. Le groupe quitte le studio en [40]. En , Flea révèle toujours « regretter la façon dont [le groupe] a fait l'album », ajoutant qu'il aimerait avoir l'opportunité de le réenregistrer[42].

Le premier album des Red Hot Chili Peppers, intitulé sobrement The Red Hot Chili Peppers, est publié le . Les premières critiques de l'album, provenant presque exclusivement de la presse underground de Los Angeles[38], sont négatives[43]. Flea passe une audition pour intégrer Public Image Limited, sur invitation de son initiateur John Lydon, ex-Sex Pistols. Cependant, alors premier choix du chanteur britannique, le bassiste se ravise et préfère rester au sein du groupe californien[44]. Selon Gill et Martinez, Sherman introduit Kiedis et Flea à George Clinton à cette même période : leader des groupes Parliament et Funkadelic, Clinton est un pionnier dans l'élaboration du funk et, très vite, une nouvelle inspiration pour le duo d'amis[38].

Les Red Hot Chili Peppers entament alors leur première véritable tournée : entre le et la mi-, les Californiens jouent plus de soixante-quinze concerts durant le The Red Hot Chili Peppers Tour[note 4],[45],[46]. À l'hiver , le groupe s'évade enfin de sa Californie natale et joue dans tous les États-Unis[45],[46]. D'après Sherman, au tout début de l'année , le groupe enregistre des démos pour un second album aux EMI Studios[note 5], sans la présence du chanteur, en proie à sa toxicomanie croissante[47].

Kiedis et Flea, qui rendent la vie dure à Sherman depuis son recrutement, ne supportent plus sa personnalité et ses manières. Il est évident pour les deux amis que le guitariste ne sera jamais à son aise au sein du groupe. Les derniers concerts prévus ayant été assurés, Sherman se voit congédier dans la seconde moitié du mois de [38],[48].

Retour de Slovak et Freaky Styley (1985)

modifier
 
George Clinton (ici en ) produit le second album des Red Hot Chili Peppers, Freaky Styley ().

Kiedis et Flea incitent leur meilleur ami Slovak à reprendre sa place au sein des Red Hot Chili Peppers. Ce dernier est divisé mais réalise vite que les Red Hot Chili Peppers accorderaient plus de liberté à sa créativité, là où, au sein de What Is This?, la composition musicale est principalement menée par Johannes. À la fin , Slovak se décide à quitter What Is This? et à rejoindre les Red Hot Chili Peppers[38]. Kiedis et Flea s'organisent un court séjour au Mexique où ils enregistrent, à deux, des démos de titres écrits avec Sherman[49]. Lorsqu'Enigma demande au groupe de nommer un producteur pour leur second album, les Red Hot Chili Peppers proposent le poste à leur nouvelle idole et parrain du funk, George Clinton. Ce dernier accepte, à la plus grande surprise des musiciens, après avoir écouté le premier album du groupe et la bande démo des nouvelles chansons[50]. Flea et Goetz se rendent à Détroit, dans le Michigan, pour faire plus ample connaissance avec l'extravagant producteur[49].

En , la pré-production de l'album débute et les Red Hot Chili Peppers emménagent dans la grande demeure de Clinton, une ferme de Brooklyn dans le Michigan[note 6],[51]. Le groupe aménage un espace de répétition dans le salon du producteur[52] et y commence l'enregistrement de démos et de pistes de base[49]. Au bout d'« environ une semaine », les musiciens investissent une maison près du lac Wabeek, à Bloomfield Township dans la banlieue de Detroit, pour y résider[53]. Ils continuent l'enregistrement des démos au studio Detroit On Parade[54]. Les Red Hot Chili Peppers entrent finalement aux studios United Sound (en) le [55]. L'ambiance y est bien plus décontractée que durant les sessions d'enregistrement du premier album, notamment grâce à l'amitié très forte liant les trois membres fondateurs. Contrairement aux pratiques de Gill, l'usage de drogues, en particulier de cannabis, y est continue. Kiedis découvre à ce même moment la dépendance à l'héroïne de son ami Slovak[9]. Concluant l'enregistrement de l'album en , les Red Hot Chili Peppers sont satisfaits de leur travail. Si Flea concède que l'album est « trop funky pour les radios [des populations] blanches, trop punk pour les radios [des populations] noires », il considère que le groupe avance dans la bonne direction[49].

Le deuxième album des Red Hot Chili Peppers, Freaky Styley, sort le . Les critiques montrent plus d'intérêt pour cet album et les commentaires sont relativement favorables. Goetz se décide à introduire le groupe au marché européen et le titre Hollywood (Africa) est choisi comme premier single du groupe à être publié au Royaume-Uni[49]. Pourtant, l'engouement du public reste tout autant modéré qu'à l'égard du premier album : après un an de commercialisation, Freaky Styley enregistre autant de disques vendus, environ 75 000 copies, que The Red Hot Chili Peppers[56].

Les Red Hot Chili Peppers jouent leur premier concert hors des États-Unis le au Loreley Open Air Festival, à Saint-Goarshausen en Allemagne de l'Ouest[57]. Entre et , le groupe parcourt les États-Unis et joue près de 90 dates dans le cadre de l'Infinity Tour[note 4],[58],[59]. Durant cette tournée, la santé de Slovak commence à se dégrader à cause de sa toxicomanie élevée[60].

En , les Red Hot Chili Peppers enregistrent le titre Set It Straight, présent sur la bande originale du film Coup double (1986) dans lequel ils font une courte apparition[61].

En , les musiciens se retrouvent au studio Master Control pour enregistrer des démos de nouveaux titres, sous la supervision de Keith Levene. La moitié du budget alloué à l'enregistrement de ses démos sert à financer l'achat de drogues[62]. Pour Kiedis et Flea, Martinez semble depuis un certain temps se lasser de sa présence au sein de la formation : le batteur est mécontent de la direction musicale prise par le groupe et sa consommation de drogues est bien moindre que celle des trois amis d'enfance[63]. Début , l'Infinity Tour amène les Red Hot Chili Peppers à jouer pour la première fois au Canada[64]. Dans les jours suivant le concert du à Calgary, dernier des dates canadiennes, Flea congédie Martinez[63],[65]. Si le musicien a du mal à accepter la nouvelle, avouant plus tard une rancœur de plusieurs années à l'encontre des trois amis, il reconnaît désormais qu'« [il avait] perdu l'intérêt dans la musique et la vie de groupe [et qu']ils avaient eu raison de [le] virer »[49].

Retour de Jack Irons et The Uplift Mofo Party Plan (1987)

modifier

Flea contacte alors Jack Irons pour lui proposer de reprendre sa place au sein des Red Hot Chili Peppers. Irons, qui ne se sent plus à son aise en tant que membre de What Is This?, accepte volontiers. Soucieux de conclure le travail entamé avec son groupe de lycée, Irons ne remonte pas sur scène avec les Red Hot Chili Peppers avant  : Chuck Biscuits, batteur de punk hardcore et ancien membre de D.O.A., Circle Jerks et Black Flag, assure le remplacement du futur batteur pour cinq performances entre mai et [66].

Les Red Hot Chili Peppers investissent un espace de répétition situé au sous-sol des EMI Studios[note 5],[15]. Selon Kiedis, l'écriture du prochain album progresse peu[15]. Entre août et , les Californiens jouent environ trente dates supplémentaires aux États-Unis dans le cadre de l'Infinity Tour[58],[59]. Le groupe est alors à la recherche d'un producteur pour leur prochain album, une information qui parvient jusqu'à Michael Beinhorn. Ce dernier assiste à la performance du groupe le à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, rencontre les musiciens après le concert et accompagne le groupe jusqu'à leur prochaine destination, à Dallas au Texas[56],[67],[68]. L'Infinity Tour se conclut en après environ 160 performances étalées sur dix-huit mois[note 4],[58],[59]. Les Red Hot Chili Peppers rencontrent Rick Rubin au début de l'année  : accompagné des Beastie Boys, le producteur assiste à une répétition du groupe et, repoussé par la toxicomanie des musiciens, ne donne pas suite aux sollicitations des Californiens pendant plusieurs années[note 7],[15],[56]. Malcolm McLaren, producteur des Sex Pistols, est également considéré parmi une vingtaine d'autres producteurs[69] avant de confirmer Beinhorn pour le rôle[56]. Ce dernier découvre alors que les représentants d'EMI placent très peu d'espoir dans le groupe : « [la direction] vilipendait tellement [les Red Hot Chili Peppers] qu'ils ne souhaitaient même pas qu'ils aient du succès », se souvient le producteur en [70]. Les représentants d'EMI insistent également pour que le groupe compile des démos de l'entièreté de l'album avant de confirmer la production de l'album : Beinhorn fait enregistrer ces démos en [68],[71].

La dépendance aux drogues dures de Kiedis et Slovak continue de croître et devient extrêmement dangereuse pour leur santé : les deux amis sont constamment sous l'emprise d'une substance. La consommation de Kiedis est tellement importante qu'il est incapable de travailler sur l'album. Le chanteur « disparaît pendant des semaines » ou fait de très courts passages improductifs au studio[56]. À la fin du mois de [72], le reste du groupe décide, à contrecœur, d'expulser Kiedis des Red Hot Chili Peppers et de lui donner un mois pour se soigner[56],[73]. Le chanteur rejoint sa famille à Grand Rapids, dans le Michigan, et suit un programme similaire à une cure de désintoxication auprès de l'Armée du salut[73]. Pendant ce temps, le groupe continue à composer de nouveaux titres et auditionne plusieurs chanteurs, mais il est évident pour les trois musiciens que les Red Hot Chili Peppers ne peuvent exister sans Kiedis[74]. Propre de toute substance, Kiedis rejoint Los Angeles à la mi-[56] et reprend le travail sur l'album à la fin du mois, « dix jours avant l'entrée en studio »[75].

Les Red Hot Chili Peppers intègrent les Capitol Studios le [56]. Kiedis continue d'écrire les paroles des chansons durant l'enregistrement des pistes[75]. Slovak maintient une attitude professionnelle en restant relativement propre de drogues dures lorsqu'il enregistre. Après avoir entendu un riff que Slovak pense trop éloigné du style du groupe, Beinhorn incite les Red Hot Chili Peppers à travailler une chanson distincte des autres : le titre Behind the Sun constitue une première exploration mélodique pour le groupe, Kiedis y délaissant le rap pour du chant et Slovak y jouant du sitar[76]. Les Californiens enregistrent l'album en un mois[56]. Pour fêter la fin de l'enregistrement de l'album, le chanteur brise son abstinence de drogues dures en consommant de la China White[77]. Entre la fin de l'enregistrement de l'album et sa publication, le groupe joue environ vingt-cinq concerts à travers les États-Unis[78].

Dans les années 1980 apparaît aux États-Unis un mouvement de protestation contre l'indécence dans la musique, concrétisé par la création du groupe de pression conservateur Parents Music Resource Center. Les maisons de disque craignent alors les foudres de ce puissant collectif et censurent leurs propres artistes. EMI s'oppose ainsi au nom Party On Your Pussy comme titre de la huitième piste du nouvel album des Red Hot Chili Peppers : la chanson est renommée en Special Secret Song Inside et ses paroles retirées du livret[56].

The Uplift Mofo Party Plan, 3e album des Red Hot Chili Peppers, est publié le . Les critiques sont généralement bonnes[56]. En deux mois, l'album réalise plus de ventes que les deux premiers albums du groupe combinés[69]. The Uplift Mofo Party Plan est également le premier album du groupe à figurer au Billboard 200, atteignant la 148e place, bien qu'il n'obtienne pas de disque de certification. Fight Like a Brave est choisi par EMI comme unique single de l'album, au détriment de Behind the Sun, un titre plus accessible pour les radios grand public[56].

Une courte tournée en Europe, une première pour le groupe, est prévu pour septembre et mais est éventuellement reportée au début de l'année [79]. Entre le et le se tient le très intense Naked Potato Tour, une section du plus large The Uplift Mofo Party Plan Tour : les Red Hot Chili Peppers jouent cinquante-sept concerts en soixante-dix jours[56],[80]. La popularité du groupe commence à croître significativement et les spectateurs sont bien plus nombreux que pendant les deux premières tournées, au point que les musiciens doivent délaisser les discothèques pour de véritables salles de spectacle[56],[81]. Selon Kiedis, la consommation de drogues dures pendant la tournée y est bien plus réduite qu'a l'accoutumée[82] et Slovak confesse dans son journal intime vouloir maintenir une hygiène de vie respectable[56].

Les Red Hot Chili Peppers réalisent leur première tournée européenne, forte de dix-sept dates, entre fin janvier et [83],[84]. À Londres, le [85], Slovak souffre cruellement du manque d'héroïne, au point de ne pas pouvoir jouer[9],[86],[87]. Avec Kiedis, les deux amis se décident à se soutenir et à se motiver à arrêter la prise de drogues dures[9]. Suivant le périple des Red Hot Chili Peppers entre la Suisse et les Pays-Bas, la chaîne néerlandaise VPRO réalise un documentaire sur les coulisses de la tournée intitulé Europe By Storm[87],[88]. La première performance du groupe en France survient le au Rex Club[89].

Le Uplift Mofo Party Plan Tour continue aux États-Unis et, pour la première fois pour la formation, au Mexique entre avril et , à l'occasion d'une section de la tournée nommée le Monsters of Funk Tour[86],[90]. Durant cette tournée, Slovak réalise de piètres performances en raison de sa toxicomanie croissante. Le guitariste laisse à penser à son entourage que sa situation déplorable est sous contrôle mais, pour Kiedis, son ami est dans le déni face à son addiction. Les relations entre les musiciens et Slovak se ternissent. Début , Slovak aurait été expulsé des Red Hot Chili Peppers pendant une semaine en guise d'avertissement et temporairement remplacé par Blackbyrd McKnight. Ce dernier, recommandé par George Clinton, est un ancien guitariste de Funkadelic[note 8],[86],[91],[92]. Kiedis et Flea auraient également évoqué l'idée de réintégrer Jack Sherman au groupe, qui avait déjà remplacé Slovak en [86].

En est publié au Royaume-Uni l'extended play The Abbey Road E.P., de façon à promouvoir le groupe encore modérément populaire en Europe. Sur la couverture, les musiciens prennent la pose sur le passage piéton d'Abbey Road à la manière des Beatles, à la différence qu'ils ne revêtent rien de plus que leurs désormais célèbres « socks on cocks » (chaussettes sur la quéquette). La photographie est prise en début d'année durant la première tournée européenne du groupe[note 9],[93],[94]. Bien que cette indécence ait forgé la popularité du groupe, les quatre amis commencent à se lasser du fait que les Red Hot Chili Peppers soient vus par le public comme une vaste plaisanterie[86].

Le groupe retourne en Europe pour jouer une quinzaine de dates entre mai et début [84]. Le , ils performent au festival Pinkpop, aux Pays-Bas, pour la première fois[95],[96]. Pour leur deuxième venue en France, les Californiens jouent à Rennes[97] ainsi qu'au Zénith de Paris, en première partie de Mignight Oil[98]. Goetz affirme qu'à cette période, le soutien moral que s'offrent Slovak et Kiedis l'un à l'autre fait ses preuves et que les musiciens ne consomment pas de drogues dures[9],[86].

Décès de Hillel Slovak et départ de Jack Irons

modifier

À leur retour d'Europe au début du mois de , les quatre amis décident de chacun vaquer à leurs occupations. La date de réunion est fixée par EMI au pour entreprendre des répétitions en vue d'un quatrième album[86].

Au cours du mois, Flea organise une session de jam avec son ami D. H. Peligro, batteur du groupe de punk hardcore Dead Kennedys de à , dans le garage de ce dernier. Peligro invite un ami à lui, John Frusciante, tout juste dix-huit ans et grand admirateur des Red Hot Chili Peppers, à les rejoindre à la guitare. À cette période, Frusciante et Peligro montent un groupe éphémère avec leur ami Robert Hayes à la guitare basse. Cette formation compose une première version de Stone Cold Bush, titre qui se retrouvera sur le prochain album des Red Hot Chili Peppers Mother's Milk (1989). Flea garde le contact de Frusciante, satisfait de leur rencontre et de leur session de jam[92].

Anthony Kiedis reprend sa consommation de drogues dures presque immédiatement après son arrivée à Los Angeles[99]. Le frère d'Hillel Slovak, James, découvre, par l'intermédiaire d'un roadie préoccupé par la santé du guitariste, la toxicomanie de ce dernier. Hillel lui assure qu'il est sous traitement mais, sans le soutien de Kiedis, la tentation de l'héroïne est trop grande pour le musicien. Le soir du , Slovak téléphone à son frère et lui avoue qu'il va reprendre sa consommation[9]. Le , Slovak, seul dans son appartement du Happy Malaga Castle[note 10],[100], s'injecte une dose d'héroïne importante et meurt d'une overdose à l'age de vingt-six ans[9],[86]. Son corps est découvert deux jours plus tard, le , lorsqu'une unité de police force la porte de l'appartement après qu'une voisine s'est plainte d'une odeur pestilentielle[74]. Bob Forrest, ami proche du groupe, est le premier à être contacté et à apprendre le décès de Slovak[74],[86]. Hillel Slovak a joué plus de 370 concerts en tant que guitariste des Red Hot Chili Peppers. Son dernier concert est celui du Provinssirock Festival, le en Finlande[101].

Flea est informé du décès de son ami peu après être rentré chez lui après avoir visionné le match de boxe opposant Mike Tyson à Michael Spinks en compagnie de Perry Farrell, chanteur de Jane's Addiction. Le bassiste dit être entré dans un état de choc majeur[74]. Pour se changer les idées, Flea recontacte Frusciante peu de temps après pour s'organiser une session de jam à deux[92]. Anthony Kiedis, qui a alors tendance à disparaître jusqu'à plusieurs jours pour consommer ses drogues, apprend la triste nouvelle par sa petite amie Ione Skye lorsqu'il retourne chez lui. Il est profondément choqué mais nie arbitrairement ses sentiments et décide de fuir Los Angeles pour s'improviser une période de désintoxication. Avec Skye, ils se retranchent une dizaine de jours dans un village de pêcheurs au Mexique[9],[102]. Les proches de Slovak sont choqués par l'absence de Kiedis aux funérailles de son ami : le guitariste est enterré le au cimetière juif du Parc mémorial du Mont Sinai (en)[86]. À son retour en Californie, Kiedis accepte de faire le deuil de son ami et intègre une clinique de désintoxication du quartier Van Nuys de Los Angeles. Il y est interné pendant un mois[9],[103]. Bien qu'affectés par la situation, Kiedis et Flea décident de faire perpétuer les Red Hot Chili Peppers, en hommage a leur défunt ami[104]. Le décès du guitariste leur insuffle une nouvelle inspiration « qui [leur] permet de mieux cerner la direction que doit prendre le groupe », selon le chanteur[86].

Jack Irons est quant à lui anéanti par la mort de son ami. Il comprend qu'il doit quitter l'industrie musicale pour retrouver un esprit sain : diagnostiqué bipolaire maniaco-dépressif, sa santé mentale le pousse à entrer en clinique psychiatrique[86]. Lors d'une réunion de groupe sur le bateau de plaisance de Goetz, il annonce à Anthony Kiedis et Flea qu'il quitte les Red Hot Chili Peppers[9],[86]. Jack Irons a joué plus de 250 concerts avec les Red Hot Chili Peppers[105]. Batteur reconnu, il travaille à sa sortie de l'hôpital en avec Joe Strummer, ex-The Clash, et intègre le groupe de grunge Pearl Jam de à [86].

Avènement international (1988-1992)

modifier

Introduction de John Frusciante et Chad Smith

modifier

Malgré le décès récent de leur ami Hillel Slovak, les Red Hot Chili Peppers sont vite rattrapés par les obligations contractuelles de leur label EMI. Les musiciens doivent engager la production d'un nouvel album pour la fin de l'année [86].

En , Anthony Kiedis et Flea comblent les postes vacants en recrutant leurs amis D. H. Peligro et Blackbyrd McKnight. La fusion punk-funk qui a fait la renommée du groupe dès ses débuts semble théoriquement être de retour[86]. La nouvelle formation joue une poignée de concerts en Californie au début du mois de [106]. Le groupe enregistre quelques sessions de jam et McKnight pose sa guitare sur au moins un titre des Red hot Chili Peppers[107]. Néanmoins, le jeu du guitariste se révèle être « trop funk » au goût des musiciens et le groupe est désuni[86].

Au même moment, Flea commence à nouer une amitié avec le jeune John Frusciante, habitant tout près de chez lui[86]. Anthony Kiedis rencontre Frusciante à une fête où ils sont introduits par D. H. Peligro. Flea propose alors au guitariste de venir enregistrer des démos et, à l'insu du guitariste, les fait écouter à Kiedis : les deux amis se rendent à l'évidence du talent de Frusciante[92]. Le musicien et ami des Red Hot Chili Peppers Bob Forrest a vent des compétences de John Frusciante et veut l'auditionner pour qu'il rejoigne son groupe Thelonious Monster (en). Anthony Kiedis profite de cette opportunité pour découvrir en personne le jeu de Frusciante : il conduit le jeune musicien à l'audition et y assiste. À la suite d'une démonstration prodigieuse, John Frusciante est immédiatement admis au sein de Thelonious Monster, mais Kiedis ne compte pas laisser le guitariste lui échapper. Après être retourné en discuter avec Flea, les musiciens appellent Frusciante le jour même pour lui demander de rejoindre les Red Hot Chili Peppers, ce que le guitariste accepte avec joie. Forrest est déçu par cette fourberie mais reconnaît que Frusciante « est le bon guitariste pour les Red Hot Chili Peppers »[74],[92]. McKnight est remercié avant la mi-[106].

Flea devient père et accueille son premier enfant le , une petite fille nommée Clara[86].

Entre le et le se tient le Turd Town Tour, une tournée de quinze dates à travers les États-Unis[108]. Ce court périple a pour but de tester les aptitudes des nouveaux musiciens et de montrer au public que les Red Hot Chili Peppers se sont relevés de la tragédie qui les a frappé. Néanmoins, le jeu de D. H. Peligro est considéré comme trop négligé[86] et son addiction à l'héroïne ravive les mêmes problèmes que le groupe traversa lorsque Kiedis et Slovak était dépendants[109]. Peligro se voit congédié du groupe peu de temps après la dernière date de la tournée[86],[110].

Le [111], Denise Zoom, femme du guitariste Billy Zoom (en) du groupe de punk hardcore X, approche John Frusciante durant le concert de Fishbone et Public Enemy au Santa Monica Civic (en). Elle partage au guitariste le contact d'un batteur originaire du Minnesota, Chad Smith[92]. Smith est alors informé de la tenue d'une très prochaine audition pour trouver un batteur pour les Red Hot Chili Peppers[86].

Chad Smith est un des derniers musiciens, parmi une trentaine de batteurs, à se présenter à l'audition qui se tient sur plusieurs jours[68] après la mi-. Au premier regard, Anthony Kiedis et Flea sont déconcertés par l'apparence du batteur et préfèreraient ne pas perdre de temps à l'écouter jouer. Avec ses cheveux longs et sa veste en cuir, Smith a un style codifié comme appartenant au glam metal et au hard rock, à l'opposé même celui que les Red Hot Chili Peppers ont développés. Néanmoins, Smith ne se laisse pas embarrassé et démontre ses capacités alors qu'il accompagne Flea et John Frusciante pour une session de jam. Il délivre une glorieuse prestation sidérant les membres du groupe et leur producteur Michael Beinhorn, qui entrent dans un fou rire nerveux. Encore confus par l'apparence du batteur, les Red Hot Chili Peppers ne recrutent pas Smith directement après son audition, même si ils conviennent qu'il est le batteur idéal pour le groupe[86],[92].

La première participation de John Frusciante à un enregistrement des Red Hot Chili Peppers intervient lors d'un prompt passage en studio à la fin du mois de . Le groupe compose et enregistre le titre Taste the Pain (1989) pour la bande originale du film Un monde pour nous (1989)[112],[113]. Chad Smith n'est pas encore confirmé au poste de batteur mais se voit invité à participer à l'enregistrement pour que les Red Hot Chili Peppers vérifient ses aptitudes en studio. Smith refuse car il compte passer Noël avec sa famille dans le Michigan : les Red Hot Chili Peppers sont perplexes face à l'indifférence du musicien et ce qu'ils considèrent comme un manque d'appréciation[92]. La piste de batterie est enregistrée par Phillip Fisher, ami du groupe et membre de Fishbone[113]. Malgré tout, Chad Smith est recontacté et est confirmé comme batteur des Red Hot Chili Peppers[86],[92].

Durant la dernière semaine de , Flea se casse le pouce durant une descente à ski et trois concerts des Red Hot Chili Peppers s'en trouvent annulés[86],[114].

Mother's Milk (1989)

modifier
 
Anthony Kiedis et Flea durant un concert du groupe à Amsterdam le .

En , les Red Hot Chili Peppers entrent aux studios Hully Gully, dans le quartier de Silverlake à Los Angeles, pour entamer l'écriture de leur prochain album. John Frusciante se révèle être un compositeur innovant pour la formation. Avant son arrivée, l'écriture des titres commence par une ligne de guitare basse et s'articule principalement sur le rythme : selon Flea, Frusciante apporte « un nouveau style de composition mélodique et basé sur le changement d’accords »[86]. Michael Beinhorn, producteur du précédent album du groupe, The Uplift Mofo Party Plan (1987), est reconduit. Entre les étapes de composition et d'enregistrement de l'album, les Californiens organisent une tournée d'une vingtaine de dates aux États-Unis entre mars et [86],[115].

Beinhorn profite de l'absence du groupe pour préparer l'entrée des musiciens aux studios Ocean Way[note 11], qu'ils investissent en [86]. Le producteur pousse les musiciens à jouer extrêmement vite et fort, ainsi qu'à réenregistrer leurs pistes jusqu'à obtenir une prise parfaite. Selon Frusciante, Beinhorn oriente la production de l'album de façon à l'approcher du genre heavy metal : les deux hommes se querellent constamment à propos du son des guitares. La vision du producteur est si forte que le jeune guitariste perçoit sa créativité être restreinte, une première expérience en studio qu'il vit mal : toutes les pistes de guitare sont enregistrées en « overdub », soit après l'enregistrement des pistes de base[112]. Pour la première fois dans l'histoire du groupe, les tensions ne sont générées que par la volonté de perfectionner les chansons et non par le comportement puéril des musiciens[86]. Néanmoins, les Red Hot Chili Peppers ne sont pas présents pendant le mixage, que Beinhorn supervise seul : le groupe n'aurait « jamais approuvé aucun mixage de [Mother's Milk] »[112].

Le 4e album des Red Hot Chili Peppers, Mother's Milk, sort le . Beinhorn, en mauvais termes avec le groupe, découvre avec surprise la popularité de l'album lorsqu'il ne peut en obtenir une copie à la suite d'une rupture de stocks. L'album connaît un véritable succès et constitue le premier disque d'or du groupe[116], notamment grâce aux tubes Higher Ground et Knock Me Down. Les Red Hot Chili Peppers parviennent enfin à s'exporter en Europe.

La première partie de la tournée de concerts Mother's Milk Tour (en) s'étend du à  : les Californiens sillonnent les États-Unis, le Canada et le Mexique pour soixante-neuf dates. Entre les 24 et , les Red Hot Chili Peppers jouent quatre dates pour la première fois devant leur public japonais[117]. Le groupe est ensuite en Europe pour une partie de la tournée nommée le Great Expectorations Tour, s'étandant du au . En trentre-quatre jours, les musiciens donnent vingt-cinq concerts. En France, les Red Hot Chili Peppers jouent au Transbordeur à Lyon, à Besançon puis à l'Élysée-Montmartre à Paris[118]. Le groupe continue le Mother's Milk Tour sans interruption avec vingt-trois nouvelles dates aux États-Unis, entre le et le . Début , les musiciens jouent au festival Pinkpop, aux Pays-Bas, avant de poursuivre par quatre dates en Angleterre[117],[119]. Le , Rick Rubin assiste à la performance des Red Hot Chili Peppers au Greek Theatre, à Los Angeles, qui clôt le Mother's Milk Tour : Rubin se dit « époustouflé » par la performance du groupe.

Durant cette tournée, Frusciante apprend à connaître ses nouveaux amis : en écoutant Hunky Dory (1971) de David Bowie en compagnie d'Anthony Kiedis, Frusciante se demande si les deux membres fondateurs des Red Hot Chili Peppers seraient ouverts à l'idée de composer des chansons plus douces. Frusciante gagne en confiance, ne sentant plus la nécessité de prouver qu'il a sa place dans le groupe. Il remet son style de jeu en question et fait un travail d'introspection, l'amenant alors à proposer des compositions de guitare plus minimalistes. Après la tournée, les Red Hot Chili Peppers prennent « un ou deux mois » de repos[112].

Blood Sugar Sex Magik (1991)

modifier

À la suite de ce que les Red Hot Chili Peppers considèrent une mauvaise gestion de leur album Mother's Milk (1989) par leur label, le groupe quitte EMI Group en 1990. Rapidement, les plus importantes maisons de disque font part de leur intérêt pour accueillir les quatre musiciens : Island Records[120], Def American Recordings (en), Virgin Records[121]. Epic Records, filiale de Sony Music, propose au groupe une somme estimée à 5 700 000 $ pour trois albums[121]. Les Californiens acceptent cette offre et la nouvelle parvient jusqu'à Mo Ostin, fondateur de Warner Bros. Records, qui propose au groupe une offre relativement similaire. Ostin appelle personnellement chacun des membres pour les féliciter de ce contrat et pour les encourager à faire « le meilleur album de tous les temps » avec Epic Records. Touchés par la courtoisie de l'homme d'affaire, les Red Hot Chili Peppers annulent leurs négociations avec Epic Records, avec qui ils n'ont toujours pas signé après plusieurs mois d'attente, et s'engagent auprès d'Ostin et de Warner Bros. Records[120],[121].

Parallèlement, le groupe cherche un nouveau producteur. Rick Rubin, qui travaille notamment avec les Beastie Boys à cette époque, manifeste son intérêt durant les négociations avec son label Def American Recordings. Après avoir tisser des liens avec le producteur, il devient vite évident pour le quatuor que Rubin est la personne idéale pour succéder à Michael Beinhorn[120],[121].

Les Californiens se retrouvent aux studios Alleyway, à Los Angeles[note 12],[120],[122], et y installent leur espace de répétition. Rubin les y rejoint occasionnellement et le groupe commence à composer « prolifiquement »[120]. Le producteur suggère alors au groupe d'enregistrer ce nouvel album dans un lieu « peu orthodoxe » et moins froid qu'un studio d'enregistrement. Si Hawaï lui est proposé, Rubin jette son dévolu sur un grand manoir de Laurel Canyon, à Los Angeles, connu sous le nom de The Mansion[note 13]. Les représentants de Warner Bros. Records, Mo Ostin et Lenny Waronker, acceptent l'idée de Rubin après avoir réalisé que l'expérience ne leur coûterait pas plus cher que de louer un véritable studio pour plusieurs mois.

Les Red Hot Chili Peppers répètent encore pendant « un ou deux mois » avant de rejoindre la demeure, transformée en studio, en [112],[123]. Rubin et son équipe de production, y compris l'ingénieur du son Brendan O'Brien, investissent toutes les pièces de la maison : les consoles de mixage et de contrôle sont installées dans la bibliothèque, les amplificateurs au sous-sol, les percussions dans le hall d'entrée et la batterie prend l'espace de deux pièces. La salle à manger devient l'espace d'enregistrement principal, rapidement encombrée par un grand piano à queue et la collection d'instruments de John Frusciante[124].

Les musiciens engagent leur ami Gavin Bowden pour documenter le processus d'enregistrement de l'album, à la condition qu'il se fasse discret lorsqu'il filme le groupe en train de travailler. Avec un budget de 60 000 $ assuré par Warner Bros. Records[124], Bowden monte un film documentaire d'une soixantaine de minutes intitulé Funky Monks (1991) comportant également des interviews des quatre musiciens[125],[126].

Le groupe enregistre entre 23[127] et 27 titres[128] sur une période allant de sept[120] à huit semaines[124] entre mai et . Sur cette même période, Frusciante utilise son temps libre pour enregistrer des pistes qui composeront ses albums Niandra LaDes and Usually Just a T-Shirt (1992) et Smile from the Streets You Hold (1997)[129]. En une semaine, chaque chanson voit sa piste de base enregistrée[130]. Rubin insiste auprès de la maison de disque pour faire un double album, ce que Warner Bros. Records refuse au vu de la popularité internationale encore modeste du groupe[124]. Les musiciens enregistrent quatre reprises : Castles Made of Sand et Little Miss Lover (1967), deux chansons de Jimi Hendrix, Search and Destroy (1973) d'Iggy Pop et They're Red Hot (1936) du bluesman Robert Johnson. Cette dernière chanson est enregistrée en extérieur, dans le jardin de la villa, et sera la seule reprise à figurer sur l'album[123].

À l'instar de Mother's Milk (1989), le groupe n'est pas impliqué dans le mixage de l'album[112]. De juillet à , les Red Hot Chili Peppers prennent une pause et ne jouent pas de concerts[131]. À cette période, après une mauvaise expérience avec du LSD, Frusciante dit « commencer à perdre les effets de sa synesthésie »[112]. Consommateur de cannabis comme le reste du groupe, il connait sa première expérience avec les drogues dures en consommant de l’héroïne le , lors du dernier concert de Jane's Addiction en Californie avant leur séparation[132]. Sa prise de drogues augmente progressivement, car c'est pour lui la seule solution pour « ne pas perdre sa créativité »[112].

Le 5e album des Red Hot Chili Peppers, Blood Sugar Sex Magik, sort le . L'album, qui doit beaucoup au talent de John Frusciante[Quoi ?], connaît un succès planétaire qui propulse les Red Hot Chili Peppers du rang de groupe culte à celui de plus grand groupe du moment, grâce à des titres comme Give It Away (leur première chanson classée no 1) ou Under the Bridge. Le succès croissant du rock alternatif sur les ondes, accompagné du soutien accru de leur label, permet au groupe californien d'écouler douze millions de copies de l'album dans le monde[réf. nécessaire]. En 2003, le magazine musical britannique Rolling Stone le classera 310e parmi les 500 plus grands albums de tous les temps[133].

Premier départ de John Frusciante

modifier

Avec sa consommation de drogues, les tourments de John Frusciante se font grandissant : il ne veut pas partir en tournée dès la sortie de l'album, s'imaginant que sa créativité en serait bafouer, mais n'en dit mot aux membres du groupe[134]. Les Red Hot Chili Peppers entament le Blood Sugar Sex Magik Tour par une première tournée américaine : entre le et le , le groupe performe quarante-deux dates avec Pearl Jam et The Smashing Pumpkins en première partie. Frusciante se distance alors de plus en plus de ses amis et en particulier d'Anthony Kiedis, qu'il supporte de moins en moins. Sa consommation de cannabis et de vin augmente et l'ambiance dans le bus de tournée devient pesante[135]. Entre le et le , c'est avec Pearl Jam et Nirvana, dont la popularité dépasse rapidement celle des Californiens, que les sept derniers concerts de ce segment de la tournée sont joués, même si les dernières dates sont reportées d'un mois car Kiedis tombe malade[136],[137],[138]. Du au se tient le Less Whores More Museums Tour, la section européenne de la tournée et qui passe pour la première fois en Italie et en Irlande[139]. Frusciante joue les chansons différement à chaque concert, « expérimentant » en signe de protestation contre l'intensité de la tournée[138],[140].

Les concerts en Allemagne sont reportés à la fin mars[141] car les Red Hot Chili Peppers sont invités à jouer pour l'épisode du Saturday Night Live du à New York, aux États-Unis[142]. Cette performance en direct révèle aux millions de téléspectateurs les problèmes de Frusciante, qui en organise le fiasco. Kiedis et Frusciante ne sont à cette époque « plus amis »[143], ce dernier prenant ses distances avec les autres musiciens sur scène[142]. Lorsque le groupe joue Stone Cold Bush (1989), Kiedis, qui à son habitude danse en faisant de grands mouvements, assène un coup de pied dans la cuisse de Frusciante lors d'une pirouette. Ce geste choque le guitariste, qui le prends pour une attaque personnelle au point d'en exprimer encore de la rancune dans une interview donné à VPRO en [144]. Frusciante riposte en sabotant la chanson suivante, Under the Bridge (1991) : le musicien, vraisemblablement sous l'emprise de l'héroïne[145], expérimente une chanson presque totalement différente et vocifère au lieu de chanter les chœurs[142]. Kiedis a l'impression « d'avoir été poignardé dans le dos [...] devant toute l'Amérique »[145].

Pour ajouter à la souffrance de Frusciante, son ami proche et « premier musicien avec lequel [il a eu une connexion] », Robert Hayes, décède dans un accident de voiture le [146]. Frusciante est inconsolable. Le guitariste exprime encore en 2010 des regrets sur ce qu'il aurait pu créer avec Hayes s'il n'était pas décédé. Il estime qu'il « aurait dû quitter les Red Hot Chili Peppers dès la fin de l'enregistrement de Blood Sugar Sex Magik » pour jouer avec Hayes[147].

Les Red Hot Chili Peppers poursuivent le Blood Sugar Sex Magik Tour avec un concert à Hawaï et une tournée japonaise de sept dates début [141]. Pour Kiedis, Frusciante parait commencer à apaiser ses tensions[148],[149]. Néanmoins, le guitariste estime qu'il ne peut plus continuer à faire partie du groupe. Frusciante quitte le groupe le , acceptant néanmoins d'assurer un dernier concert prévu le jour même à Saitama avant de retourner immédiatement aux États-Unis[147],[149],[150]. Les deux dernières dates japonaises sont annulées[141].

La première difficulté, après le départ de Frusciante, est de lui trouver un remplaçant pour la première tournée océanique des Red Hot Chili Peppers, prévue du 14 au . Le groupe fait appel en urgence à Zander Schloss (en), ex-guitariste des Circle Jerks. Au bout de quatre jours de répétitions intensives, il apparait clair que le nouveau guitariste a des difficultés à imiter le style de Frusciante. Les Red Hot Chili Peppers préfèrent reporter la tournée « plutôt que de présenter une version tiédasse d'[eux]-mêmes » et Schloss est remercié[150]. Avec un emploi du temps nouvellement libéré, Kiedis part se ressourcer à Ko Tao[120], en Thaïlande, Flea s'envole pour l'Europe et Chad Smith retourne en Californie[124].

Le premier choix des Red Hot Chili Peppers pour le remplacement de Frusciante est leur ami Dave Navarro, sans groupe depuis la séparation de Jane's Addiction. Les Californiens se tournent vers une nouvelle connaissance, Arik Marshall, lorsque Navarro refuse la proposition. Flea rencontre Marshall par son ami Norwood Fisher, alors qu'il est guitariste dans la formation funk Trulio Disgracias mené par le fondateur du groupe Fishbone. Marshall est confirmé en . Après trois semaines d'intenses répétitions, les Red Hot Chili Peppers introduisent leur nouveau guitariste par deux dates de festival en Belgique, dont leur premier Rock Werchter le [151]. Le talentueux musicien séduit la presse spécialisé qui estime qu'il « n'a aucun mal à reprendre ce que Frusciante [a laissé derrière lui] »[152].

Les Californiens prennent part à l'édition du festival itinérant Lollapalooza : du au , le groupe joue trente-sept concerts à travers les États-Unis et le Canada. Au mois d', les Red Hot Chili Peppers jouent enfin leurs premiers concerts en Australie et en Nouvelle-Zélande, après l'opportunité gachée par le départ de Frusciante[138],[152]. En , leur ancienne maison de disque, EMI, publie What Hits!?, une compilation des meilleurs titres du groupe incluant également Under The Bridge (1991) comme indemnité de rupture de contrat[152]. À la même période, Kiedis et son ami le tatoueur néerlandais Hank Schiffmacher (en) font un trek à travers l'île de Bornéo durant lequel le chanteur contracte la dengue, contraignant les Red Hot Chili Peppers a annuler le concert du à San Francisco[120],[152],[153].

En , les Red Hot Chili Peppers jouent pour la première fois au Brésil et en Argentine[154]. Le , les Californiens recoivent leur première récompense majeure à la 35e cérémonie des Grammy Awards : ils se voient décerner le prix de la meilleure prestation hard rock de l'année pour Give It Away (1991), avant d'interpréter la chanson en compagnie de leur ami George Clinton[155].

En 1993, le groupe fait appel à Jesse Tobias. Les Red Hot Chili Peppers trouvent finalement un remplaçant stable en la personne de Navarro lorsqu'il se revoit proposer le poste en 1993.

One Hot Minute et période sombre (1995-1997)

modifier

One Hot Minute, 6e album des Red Hot Chili Peppers, sort le . Dave Navarro est le quatrième guitariste à participer à l'écriture d'un album du groupe : il apporte une nouvelle dimension au style punk funk du groupe. De nombreux journalistes critiquent le manque d'alchimie entre Navarro et les autres membres du groupe, comme on la trouvait à l'époque de John Frusciante.

One Hot Minute surprend par sa noirceur. On retrouve le mélange de différents genres, mais les riffs de guitares sont un peu plus violents et l'ensemble est considéré par certains[Qui ?] comme un album hard rock. Les chansons sont parmi les plus longues jamais enregistrées par le groupe (avec Sir Psycho Sexy de l'album Blood Sugar).

Malgré la critique, l'album séduit le grand public. Six millions d'exemplaires sont vendus dans le monde[156], dont deux millions aux États-Unis. Certains singles atteignent la tête des charts, comme My Friends ou Aeroplane. Love Rollercoaster, reprise des Ohio Players pour la bande originale de Beavis et Butt-Head se font l'Amérique, qui ne figure pas sur l'album, connaît aussi un certain succès. L'album est considéré par Philippe Manœuvre, journaliste de Rock & Folk, comme l'un des 101 albums qui ont changé le monde.

L'ambiance au sein du groupe ne cesse de se détériorer et les problèmes de drogue de Kiedis et de Navarro pèsent lourd sur le groupe[157]. Pourtant, la production d'un nouvel album est engagée : entre le milieu et la fin de l'année 1997, l'écriture progresse très lentement. L'état dans lequel cet album produit par Rick Rubin est laissé est flou. Seule une chanson, Circle of the Noose, est divulguée en 2016[158],[159]. À la fin de l'année 1997, Dave Navarro et Flea jouent ensemble sur la tournée de Jane's Addiction, qui vient de se reformer, tandis que la création musicale est au point mort chez les Red Hot Chili Peppers. Après quatre ans de collaboration au sein du groupe, Navarro le quitte[160] le , sans animosité quelconque envers les musiciens[161], pour se consacrer à ses propres projets musicaux[réf. nécessaire]. Le groupe traverse une phase d'instabilité, les années 1997 et 1998 étant « deux de leurs années les plus difficiles »[161] : sans guitariste et avec un chanteur en proie avec sa toxicomanie, Flea, qui doit également gérer ses problèmes de couple, est sur le point de quitter la formation[162].

Les autres membres du groupe considèrent aujourd'hui One Hot Minute comme une exception dans leur carrière. En 2006, Flea confesse au magazine Q avoir l'impression que « [One Hot Minute] n'est pas un album des [Red Hot Chili Peppers] »[163]. Après le départ de Navarro, les Red Hot Chili Peppers cessent de jouer les chansons qui ne correspondent pas au style de John Frusciante, désolant de nombreux fans. Le guitariste prétend même n'avoir jamais entendu l'album, du moins pas en entier[réf. nécessaire]. Après 19 années d'absence scénique, le groupe renoue avec One Hot Minute en jouant le titre Aeroplane durant ses concerts, sous l'impulsion du guitariste Josh Klinghoffer[164].

À son départ du groupe, Dave Navarro affirme que la seule chance de survie pour les Red Hot Chili Peppers résiderait en un retour de John Frusciante[161].

Retour de John Frusciante et Californication (1998-2000)

modifier

Parallèlement à l'ère Navarro des Red Hot Chili Peppers, John Frusciante vit reclus dans sa maison d'Hollywood Hills. À la suite d'une profonde dépression suivant son départ du groupe, il devient extrêmement dépendant aux drogues et à l'alcool[165], allant jusqu'à vendre ses guitares pour se les procurer[note 14],[166], et fait cinq overdoses[167]. Le est publiée dans le Los Angeles Weekly une courte interview du guitariste, qui décrit Frusciante comme très affaibli et sans domicile fixe. L'article choque les personnes qui ont connu Frusciante, notamment Flea[161] et Anthony Kiedis[168]. Le journaliste Robert Wilonsky rapporte que Frusciante se serait « senti tellement honteux de son état après avoir lu l'interview, qu'il [aurait] trouvé la motivation à demander l'aide »[161]. Le guitariste cesse sa consommation d'héroïne[169] avant la fin de l'année 1996, tout en restant dépendant aux autres substances pour pallier son manque[170], et subit de lourdes interventions chirurgicales réparatrices[note 15],[165]. Frusciante renoue avec la scène le par une performance solo au Viper Room[171], puis participe à la tournée américaine de son ami Bob Forrest. Ce dernier convainc finalement Frusciante d’intégrer le centre de désintoxication de Los Encinos en , qui en sort le mois suivant.

Flea est le seul membre des Red Hot Chili Peppers à avoir gardé le contact avec John Frusciante durant ses sombres années[162]. Immédiatement après le départ de Dave Navarro, Flea partage avec Chad Smith et Anthony Kiedis l'idée de réintégrer Frusciante à la formation. Si ce premier est enthousiaste « si ça fonctionne »[161], le second est dubitatif, compte tenu de sa relation tourmentée avec le guitariste avant son départ, mais reste « ouvert à cette idée »[172]. Frusciante accepte la proposition de Flea, statuant que « rien ne lui ferait plus plaisir » que de rejoindre le groupe[173] : le guitariste a en effet revu son concept de la célébrité, cause de ses tourments en 1992, et est maintenant prêt à affronter les responsabilités inhérentes à ce rôle[161].

Le , les Red Hot Chili Peppers annoncent le retour de John Frusciante au sein du groupe[174]. Anthony Kiedis achète à Frusciante une Fender Stratocaster de , modèle qui deviendra sa guitare principale au sein du groupe[173], et son ami Vincent Gallo lui prête une Gretsch White Falcon de [175],[176]. Flea improvise un studio dans le garage de sa maison[note 16],[177],[178] pour que le groupe puisse répéter son catalogue et « jammer » ensemble. Frusciante a cependant du mal à jouer, ses doigts devant retrouver leur force passée, et il adopte un style minimaliste qui plait à Kiedis[179]. Le , le groupe joue en public pour la première fois depuis le retour de Frusciante au 9:30 Club (en), à Washington[180], un échauffement en vue de la participation du groupe au Tibetan Freedom Concert deux jours plus tard[181],[182]. Vers la fin , les musiciens ont déjà écrit environ douze titres, dont le futur tube Scar Tissue[183] et, à la fin de l'été, sont prêts à entrer en studio avec « entre 30 et 40 chansons »[161]. À cette même époque, ils confient la gestion de leur groupe à la société Q-Prime Management[184].

 
En , le groupe enregistre les démos de Californication au Teatro.

Les Red Hot Chili Peppers s'opposent dans un premier temps à travailler de nouveau avec Rick Rubin, préférant un producteur qui ne soit pas sur plusieurs projets en même temps. Le groupe essuie les refus de Brian Eno, David Bowie et Daniel Lanois, entre autres[185]. Ce dernier les invite néanmoins a enregistrer leurs démos dans son studio d'enregistrement, El Teatro, un ancien cinéma de Oxnard rénové et converti. Les musiciens investissent le lieu en . Accompagnés seulement de leur assistant Louie Matthieu et de l'ingénieur du son Mark Howard, ils installent le matériel d'enregistrement eux-mêmes[186]. En quelques jours[185],[186], les musiciens compilent plus d'une vingtaine de titres, dont des jams et des musiques instrumentales. La plupart des chansons seront achevées pour le prochain album. Ces enregistrements font surface sur Internet en sous le nom de Teatro Sessions[187].

Le groupe se déplace ensuite du garage de Flea au studio Swing House, situé sur Cahuenga Boulevard, pour continuer les répétitions avec Rick Rubin, qui s'est libéré[188], puis aux Cello Studios (en)[note 17] le [189],[190]. Anthony Kiedis améliore considérablement son chant en travaillant avec le coach vocal Ron Anderson, qui rejoint le chanteur au studio tous les jours[191]. Ils enregistrent, en cinq jours[161], entre 20[192] et 31 titres[193]. Les « overdubs » leur demandent trois semaines d'enregistrement supplémentaires[161] et le mixage de l'album, qui a lieu au studio The Village (en) à partir de , dure « quelques semaines ». En effet, très peu de modifications sont apportées aux bandes tant les enregistrements sont jugés satisfaisants[189].

Le , Flea commence à publier, sur le site officiel des Red Hot Chili Peppers, des nouvelles du groupe sous le nom de Fleamail[194].

Le sort Californication[195], 7e album des Red Hot Chili Peppers, précédé de deux semaines par son single principal Scar Tissue[196]. L'album est composé de quinze titres : les chansons non retenues pour figurer sur l'album seront progressivement publiées sur les différents singles de Californication[190]. L'album, encensé, signe le retour en force d'un groupe majeur qui tourne à présent autour de la sensibilité funky de John Frusciante[réf. nécessaire]. L'orientation pop de cet album donne naissance à de nombreux tubes tels que Californication, Scar Tissue et Otherside. Le groupe est récompensé du Grammy Award de la meilleure chanson rock pour le titre Scar Tissue lors de la 42e cérémonie des Grammy Awards, le [197]. À ce jour, Californication est la meilleure performance commerciale des Red Hot Chili Peppers, se vendant à plus de 16 millions d'exemplaires et plus de 1,4 milliard de streams sur Spotify[1],[2],[198].

Après une tournée de promotion pour Californication en Europe, les Red Hot Chili Peppers débutent le Californication Tour le par un tour des festivals américains. Ils jouent notamment au festival de Woodstock 1999. La branche européenne du Californication Tour commence par un concert sur la Place Rouge de Moscou, pour le lancement de la chaîne MTV en Russie, où le groupe se produit devant 300 000 personnes[161],[199]. En , les Californiens jouent au Japon, pour la première fois depuis 1992 et la tournée avortée par le départ de John Frusciante[200], ainsi qu'en Océanie : un documentaire dévoilant la vie du groupe pendant ces dates est présent en 2003 sur le DVD Greatest Hits and Videos[201]. Les musiciens jouent ensuite pour leur public nord-américain du au , précédés, en première partie, par leurs amis des Foo Fighters et des Stone Temple Pilots. À cette date, la tournée se termine après 135 concerts en 15 mois[202].

Entre et , John Frusciante, profitant du peu de temps libre qu'offre une tournée mondiale, écrit des chansons pour son prochain album solo, inspiré par des groupes tels que Joy Division ou Depeche Mode[203].

By The Way (2001-2003)

modifier
 
Anthony Kiedis en 2003.

Les Red Hot Chili Peppers se retrouvent dans le studio d'enregistrement de Flea en février 2001 pour répéter et commencer l'écriture d'un 8e album[203],[204]. Initialement, le groupe, sous l'impulsion de John Frusciante, envisage d'écrire un album de punk rock, principalement inspiré de The Germs. Néanmoins, leur producteur Rick Rubin, reconduit pour une quatrième collaboration, pense différemment. Le sort To Record Only Water for Ten Days, le 3e album solo de Frusciante, auto-produit et enregistré chez lui[203],[205]. Cet album « à l'écriture presque gothique »[206] est riche en mélodies synthpop qui plaisent à Rubin, lui-même fraîchement inspiré par la musique des années 1960. Il convainc donc le groupe de s'en tenir à des chansons plus douces, plus mélodiques[203]. En , près de 50 titres de travail, « de bouts de chansons, d'idées et de jams » sont écrits sur leur tableau en ardoise[203].

Contrairement aux sessions d'écriture de Californication, Frusciante s'impose maintenant comme force créative du groupe et dirige d'une main lourde l'écriture des chansons. Flea vit très mal cet encadrement autocrate de Frusciante, qui lui donne « l'impression [qu'il n'a] rien à offrir » au groupe, et envisage de quitter la formation dès la sortie de l'album[207]. Chad Smith expliquera que le guitariste et le bassiste ont apaisé leurs tensions avant de partir en tournée[208].

Les Red Hot Chili Peppers entrent au Cello Studios (en)[note 17] en avec près de 30 chansons à enregistrer[204],[209]. Un mois plus tard, l'enregistrement des pistes de base est terminé. Entre janvier et février 2002, le groupe investit la chambre no 78[203] de l'hôtel Château Marmont, à Los Angeles, pour l'enregistrement des voix d'Anthony Kiedis et de Frusciante. Le mixage de l'album se déroule sur un mois à partir de début [209].

By the Way, 8e album des Red Hot Chili Peppers, sort le [210]. Album très mélodique où le funk disparaît pour laisser place à des chansons très pop, on y trouve les tubes By the Way, Can't Stop, The Zephyr Song, ainsi que Venice Queen, qui clôt l'album. La pochette de l'album est peinte par Julian Schnabel et représente sa fille Stella, qui est à l'époque la petite amie de Frusciante[204].

Avant même la sortie de By the Way, les Red Hot Chili Peppers entament une grande tournée mondiale. Le By the Way Tour débute le en Italie et ouvre un premier tour des festivals européens et japonais. À l'automne 2002, les Californiens sont en Amérique du Sud et jouent pour la première et unique fois au Panama et au Venezuela. Ils poursuivent la tournée au Japon et en Océanie avant de réaliser leurs premiers concerts à Singapour et en Thaïlande en .

Flea, Smith et Frusciante participent, entre et , à l'enregistrement du 4e album solo de ce dernier, Shadows Collide with People (2004)[129].

Entre janvier et , le groupe revient en Europe pour une tournée des salles, sous-nommée le Deep in Your Steeze Tour, dont The Mars Volta assure la première partie. La majorité des dates de cette tournée sont doublées pour recevoir le grand nombre de spectateurs. Neuf mois après la sortie de l'album, le By the Way Tour parvient enfin en Amérique du Nord pour 27 dates entre avril et [211].

En 2003, Warner Records veut produire un second album compilation des Red Hot Chili Peppers et, contractuellement, demande aux quatre musiciens d'enregistrer deux titres supplémentaires à faire figurer sur l'album[212]. En , le groupe entre au studio The Mansion, où il a enregistré Blood Sugar Sex Magik en 1991. En un mois, grâce à un élan de productivité inattendue, les pistes de base d'une quinzaine de titres sont enregistrées. La moitié des chansons sera finalisée. Les titres Fortune Faded et Save the Population sont intégrés à la compilation Greatest Hits, publiée le . Deux chansons figurent dans l'édition bonus de By the Way tandis que le reste des enregistrements ne sera jamais publié à l'état de titres finalisés. En 2014, deux enregistrements instrumentaux supposément issus des Greatest Hits Sessions font surface sur Internet[213].

Le mois d' voit les Californiens assurer une courte tournée de festivals européens. Ils sont notamment la tête d'affiche du Slane Festival, en Irlande, le . Devant près de 85 000 spectateurs[35] rassemblés dans l'amphithéâtre naturel, les Red Hot Chili Peppers livrent une prestation considérée comme l'une des meilleurs de l'histoire du groupe[214]. Le lendemain, un journal irlandais titre : « Les Red Hot Chili Peppers étaient meilleurs que le sexe »[215],[216]. Entièrement filmée, le groupe décide d'en faire son deuxième DVD live, Live at Slane Castle (2003), qui est publié le et qui enregistre des ventes considérables à Noël de la même année[35],[217]. Le By the Way Tour prend fin le au Canada en clôture d'un second segment en Amérique du Nord[211], puis les Red Hot Chili Peppers décident d'une pause de six mois[218]. Au cours de cet hiatus, Flea et Frusciante finissent d'apaiser leurs tensions[218].

Stadium Arcadium (2004-2007)

modifier
 
Les Red Hot Chili Peppers en concert à Lyon, en France, en 2006.

Au printemps 2004, Chad Smith espère retourner en studio, enregistrer une quinzaine de chansons et allier les plus convaincantes d'entre elles aux meilleurs titres enregistrés à l'été 2003 pour former le prochain album. John Frusciante exprime néanmoins son désaccord, estimant que « [son] jeu de guitare est différent, [qu'il] écoute des musiques différentes » et qu'il préfère laisser derrière lui les enregistrements de 2003[219].

Entre juin et , les quatre musiciens organisent une courte tournée en Europe et au Japon, intitulée le Roll on the Red Tour[220]. Leur premier album en direct, Live in Hyde Park, est enregistré à cette occasion durant leurs performances dans Hyde Park à Londres. Les trois concerts (19, 20 et ) établissent un nouveau record du monde dans l'histoire de la musique : ils rapportent dix-sept millions de dollars[221] et attirent 258 000 spectateurs[réf. nécessaire]. EMI décide alors de rééditer leurs quatre premiers albums en version remastérisée accompagnée des bonus (lives, démos, rares).

À une date comprise entre juin[222] et [223], les Red Hot Chili Peppers se retrouvent dans leur espace de répétition situé dans la Vallée de San Fernando[224], à Los Angeles, et commencent à composer pour leur prochain album. Les musiciens écrivent « deux ou trois bouts de musique [par jour] » et enregistrent des démos[222]. Il est initialement prévu que le groupe s'en tienne à un album « court, doux [et] simple »[225] avoisinant une douzaine de titres[218]. En trois mois, le quatuor écrit 38 chansons « méritant d’être enregistré et mixé »[225],[226].

Le , Anthony Kiedis publie son autobiographie, Scar Tissue, dans laquelle il livre des détails sur ses amis, ses amours, sa lutte contre la drogue et sa passion pour la musique. Le livre contient également les paroles de certaines chansons du groupe, ainsi que l'histoire derrière chacune d'elles. S'il regrette un temps d'avoir publié ce roman pour les détails embarrassants sur ses amis et sa famille qui y figurent, Kiedis est agréablement surpris de l'accueil réservé par les lecteurs et par la postérité de l'ouvrage : « Ça valait la peine [de publier ce livre] parce que je rencontre tellement de gens qui viennent me dire que leurs enfants l’ont lu et se sont ressaisis à cause de ça »[227],[228].

Les Cello Studios (en)[note 17] étant fermés, les quatre musiciens engagent l'enregistrement de l'album le [222],[229] dans le studio personnel de leur producteur Rick Rubin, The Mansion[note 13],[163], à l'instar de Blood Sugar Sex Magik (1991) quinze ans plus tôt. Quelques jours après le début de l'enregistrement, Smith accueille son quatrième enfant, un petit garçon nommé Cole[230]. À cette même période, Flea révèle aux autres membres du groupe qu'il présentait des signes de dépression durant le By the Way Tour[163]. En , le bassiste devient pour la seconde fois père d'une petite fille, nommée Sunny Bebop.

L'atmosphère durant l'enregistrement est significativement plus détendue que pour les albums précédents. Selon Kiedis, il y a « très peu de tension, très peu d’anxiété, très peu de caprices ». Afin d'éviter le stress et l'épuisement créatif, les musiciens cadencent leur temps, travaillent moins de jour par semaine et s'accordent quelques vacances. Cet état d'esprit allégé encourage les musiciens à donner une plus grande liberté à la créativité de Frusciante. Une fois les pistes de base posées, le guitariste s'attelle à enregistrer les « overdubs » seul et jusqu'à 14 heures par jour[231].

L'enregistrement de l'album est achevé en [229] et le mixage débute aussitôt[232]. Frusciante participe activement à cette phase, fort d'une expérience gagnée en avec ses six albums solos[231]. En , l'album est à moitié mixé[226]. Si l'idée d'un triptyque d'albums leur reste longtemps en tête[222],[226], les Red Hot Chili Peppers s'accordent à ne garder que 28 des 38[225],[230] titres mixés pour former un album double, le premier de leur discographie. Neuf chansons figureront sur les différents singles de l'album, n'omettant donc qu'un seul des titres enregistrés de toute publication officielle[229].

Le sort Stadium Arcadium[233], 9e album des Red Hot Chili Peppers, véritable retour aux sources du groupe et mélange de genre, entre des morceaux funk et d'autres plus mélodiques. L'album a pour premier single le tube Dani California et contient également Snow (Hey Oh) et Tell Me Baby. Dani California fait l'objet d'une polémique : Dan Gaffney, animateur de radio américain, affirme que ce titre est un plagiat d'une chanson de Tom Petty sortie en 1993 et intitulée Mary Jane's Last Dance[réf. nécessaire]. Toutefois, Tom Petty refuse de poursuivre les Red Hot en justice, ne croyant pas le plagiat volontaire. Le riff est également très semblable à celui d'une chanson de Metallica sortie en 1983, The Four Horsemen[réf. nécessaire].

Anthony Kiedis, grâce à son autobiographie, s'est, selon le guitariste John Frusciante, « libéré de l'espace dans sa tête : après la sortie du livre, il a écrit les paroles de trente-huit chansons ! Incroyable de sa part ! »[234].

Par la sortie de Stadium Arcadium, Warner Music offre aux fans la possibilité d'acheter de nouvelles versions des quatre albums précédents contenant deux ou trois morceaux inédits par album (faces-B).

Après l'intense Intergalactic Tour, qui se termine les 25 et aux Reading and Leeds Festivals après 132 dates[235], le groupe décide de prendre une longue pause : Kiedis et Smith proposent une pause d'un an mais Frusciante et Flea insistent pour un hiatus de deux ans[236].

Pause et arrivée de Josh Klinghoffer (2008-2009)

modifier

Les membres du groupe mènent alors différentes activités. John Frusciante se consacre à l'écriture de son prochain album. Flea s'occupe activement de l'école de musique qu'il a fondée, le Conservatoire de musique de Silverlake. Il profite de cette pause pour apprendre le piano[237] et étudier le solfège à l'université du Sud de la Californie[238]. Il réalise également quelques collaborations musicales, notamment avec Thom Yorke, et sort sa propre marque de basse Fleabass (it). Chad Smith fonde le supergroupe Chickenfoot avec Michael Anthony, Sammy Hagar (tous deux ex-Van Halen) et Joe Satriani, et monte un autre groupe appelé Chad Smith's Bombastic Meatbats avec lequel il sort un premier album. Anthony Kiedis et sa compagne Heather Christie accueillent le un petit garçon nommé Everly Bear[239]. Il est rapporté, au cours de l'année 2008, que le chanteur travaille avec HBO sur une série télévisée. Ayant comme titre de travail Spider and Son, la série retracerait l'enfance de Kiedis passée chez son père, alors dealeur de drogues, à Los Angeles[240],[241].

Le , Flea, John Frusciante, Josh Klinghoffer et la batteuse Stella Mozgawa (en) « jamment » ensemble au Troubadour après que l'évènement caritatif Rock 4 Change, auquel ils devaient participer, se voit annulé[242]. Ce concert devient la dernière prestation scénique de Frusciante avec un membre des Red Hot Chili Peppers avant . Vers la fin 2008, pendant le hiatus à longueur indéfinie du groupe, John Frusciante prend la décision de quitter une seconde fois la formation, se réservant d'en informer les autres membres[243]. The Empyrean, album solo du guitariste, sort le . Flea et Josh Klinghoffer participent à l'enregistrement de nombreux titres de l'album[244]. Le , Anthony Kiedis participe à un évènement caritatif honorant sa personne, pour ses efforts à aider les personnes toxicomanes à se libérer de leurs addictions. Une performance est donnée par Flea, Chad Smith et lui-même, accompagnés par leur guitariste de concert Josh Klinghoffer ainsi que par les musiciens Bob Forrest, Iggy Pop et Ronnie Wood, entre autres. Frusciante n'est pas présent[245].

John Frusciante informe le groupe de son intention de les quitter le [126]. Flea contacte alors Josh Klinghoffer pour lui proposer de prendre la place de guitariste au sein du groupe. Klinghoffer est un ami proche et collaborateur de longue date de Frusciante : de 2002 à 2004, il participe à l'enregistrement des nombreux albums solos de Frusciante, et l'album de musique électronique A Sphere in the Heart of Silence se voit même crédité du nom des deux musiciens. Klinghoffer fait partie du groupe Ataxia en tant que batteur, formé sous l'initiative de Frusciante et qui compte Joe Lally à la basse. Le musicien est également déjà proche des Red Hot Chili Peppers, étant présent sur scène avec eux en tant que musicien additionnel sur les dernières dates de l'Intergalactic Tour en 2007[246]. Les discussions entre le groupe, Josh Klinghoffer et John Frusciante s'étendent jusqu'en octobre de la même année, quand la nouvelle formation a commencer à jouer ensemble. Selon Klinghoffer, « John [Frusciante] a eu du mal à digérer que le groupe puisse ne serait-ce que concevoir de faire de la musique sans lui »[247].

En , le groupe est nommé pour être intronisé au Rock and Roll Hall of Fame[243].

Après une pause de plus de deux ans, le , le groupe se réunit pour la première fois avec son nouveau guitariste pour une session de jam. Le jour même, les membres apprennent le décès de leur ami Brendan Mullen (en), gérant de salles de concert à Los Angeles, qui fut l'un des premiers à accorder leur chance à des groupes tels que Jane's Addiction ou Black Flag, ainsi qu'aux Red Hot Chili Peppers. Flea écrit la nécrologie de Mullen pour le Los Angeles Time[248].

Le , John Frusciante met fin à une rumeur en annonçant officiellement, dans un post sur son blog Myspace, sa séparation avec le groupe. Il explique à cette occasion que son attrait pour la musique électronique le pousse à explorer cette voie-là plutôt que la musique rock[249],[243].

I'm With You et I'm Beside You (2010-2015)

modifier
 
Le groupe en concert au Stade de France, le .

À cette même période, les Red Hot Chili Peppers, forts de leur nouveau guitariste Josh Klinghoffer, commencent à composer en vue d'un prochain album[250]. En février 2010, Flea et Josh Klinghoffer s'envolent pour l'Éthiopie pour participer au projet Africa Express (en) sur l'invitation de Damon Albarn[251],[252].

À l'été 2010, les Californiens investissent une grange appartenant à Al Jardine des Beach Boys pour en faire un espace de répétition. Ils y introduisent leurs nouvelles compositions à leur producteur de longue date, Rick Rubin[250]. Après neuf mois passés à écrire de nouvelles chansons, les musiciens entrent le [253] aux EastWest Studios (en)[note 17], à Hollywood, et au studio Shangri-La (en), à Malibu[253]. Le groupe enregistre entre 50[254] et 70[250] titres « où Anthony Kiedis a pu poser sa voix »[254], pour ce qui sera connu sous le nom des I'm with You Sessions. Josh Klinghoffer n'est cependant pas à l'aise avec les méthodes de Rick Rubin, qui le fait se sentir comme un étranger au sein du groupe[255]. Le groupe sort du studio le [253],[250] et entame des répétitions le [256].

Le , Chad Smith annonce, sur son compte Twitter, le 10e album des Red Hot Chili Peppers, intitulé I'm with You[257]. Plus de cinq ans après la sortie de Stadium Arcadium, l'album sort le 26 août 2011 en Europe et le aux États-Unis. Le single The Adventures of Rain Dance Maggie est sur les ondes depuis le . L'album est composé de quatorze titres et marque l'arrivée de Josh Klinghoffer en tant que nouveau guitariste du groupe. À cette occasion, un concert spécial est donné à Cologne le et retransmis presque en instantané, dans plus de trente salles de cinéma françaises, mais également d'autres pays tels que les États-Unis, la Roumanie, le Chili ou le Royaume-Uni[258]. De nombreuses dates sont proposées par le groupe, surtout par Chad Smith qui, depuis la fin de la tournée, ne cesse de donner des nouvelles. Ils commencent leurs premiers concerts au Japon au Summer Sonic Festival, les 7 et à Tokyo et Osaka ; puis au festival Rock in Rio le . D'autres concerts sont donnés au Pérou et en Colombie[259]. Les dates de la tournée européenne promotionnelle du nouvel album passe en France, au Palais omnisports de Paris-Bercy les 18 et , trois ans après leur dernier concert dans le pays. Pour la première date française, les 16 000 billets se vendent en l'espace de cinq minutes. Seul AC/DC a fait mieux. Pour la promotion de leur album, les Red Hot Chili Peppers donnent un mini aperçu de leur concert sur le plateau du Grand Journal de Canal+ le (). Ils décident de faire une autre date en France, cette fois au Stade de France, le .

Un clip du premier single The Adventures of Rain Dance Maggie sort le . Une écoute en ligne de l'album sort sur la plateforme iTunes le . La promotion de l'album se poursuit avec un deuxième single, Monarchy of Roses, qui sort uniquement aux États-Unis. En Europe, c'est Look Around qui sort uniquement en téléchargement, ainsi que Did I Let You Know pour le Brésil. Le troisième single officiel se nomme Brendan's Death Song.

Le , le groupe est engagé par Roman Abramovitch, pour cinq millions de livres sterling, à se produire lors de son réveillon de la Saint-Sylvestre dans son domaine sur l'île de Saint-Barthélemy dans les Caraïbes. Le spectacle comprend une apparition spéciale de Toots Hibbert de Toots and the Maytals durant laquelle ils jouent une interprétation de Louie Louie ensemble[260],[261].

En janvier 2012, Anthony Kiedis se voit contraint de se faire opérer le pied et le groupe de reporter la tournée américaine prévue[262]. Les membres du groupe profitent de ce temps libre pour enregistrer six démos de chansons au studio The Boat. Ces chansons ne sont pas finalisées par le groupe après la tournée, hormis Was Never There qui sera récupérée pour l'album To Be One With You de Klinghoffer[263].

En , les Red Hot Chili Peppers sont intronisés au Rock and Roll Hall of Fame et sortent à cette occasion un EP de reprises des chansons de David Bowie, des Ramones, des Stooges, des Dion and the Belmonts, des Beach Boys et de Neil Young. Les enregistrements datent d'anciennes sessions studio, ou live comme pour I Get Around et Everybody Knows This Is Nowhere. Le soir de la cérémonie, ils jouent leurs morceaux phares By The Way, Give It Away et la reprise de Higher Ground de Stevie Wonder. Klinghoffer devient d'ailleurs le plus jeune artiste à être intronisé au Rock and Roll Hall of Fame, à l'âge de 32 ans, battant le record de Stevie Wonder qui l'a été à 38 ans[264]. Pour ce dernier morceau, les RHCP invitent à monter sur scène Slash (guitariste des Guns N' Roses, intronisé lui aussi ce soir-là), Billie Joe Armstrong (chanteur et guitariste de Green Day), Ronnie Wood (guitariste des Rolling Stones) et George Clinton (chanteur de Parliament et de Funkadelic et producteur de l'album Freaky Styley).

Le est publié le premier EP solo de Flea, Helen Burns (en), sur le site Internet du Conservatoire de musique de Silverlake[265],[266].

Entre et sont publiés, de manière éparse, 17 titres sous la forme de neuf singles, disponibles uniquement au format vinyle, en téléchargement digital et en streaming[267]. Ces singles sont issus des sessions d'enregistrement de l'album I'm with You. Un double vinyle, composé de ces mêmes 17 titres et intitulé I'm Beside You, est proposé à la vente le , uniquement chez les disquaires dans le cadre du Black Friday[268].

Vers la fin 2014, après une année relativement pauvre en concerts[269], le groupe retourne au studio The Boat. Il enregistre une trentaine de démos et Anthony Kiedis aurait posé sa voix sur 18 titres. Au cours d'une session de snowboard avec Kiedis en , Flea se casse le bras gauche et doit passer six mois à réapprendre à jouer de son instrument[270]. Le groupe ne jouera que trois concerts sur toute l'année 2015[271].

The Getaway et préparation d'un nouvel album (2015-2019)

modifier

Les Californiens entrent au studio Sound Factory en septembre 2015 avec l'intention de changer de méthode d'enregistrement. Josh Klinghoffer avance l'idée de changer de producteur, évoquant sa relation compliquée avec Rick Rubin qui l'aurait fait se sentir comme un étranger au sein du groupe[255]. Est engagé Brian Burton, dit Danger Mouse, pour produire leur prochain album, mettant un terme à 25 ans de collaboration ininterrompue avec Rick Rubin. Danger Mouse préfère abandonner les démos enregistrés en 2014[272] : certaines de ces chansons sont retravaillées et de nouveaux titres sont composés[273]. Elton John est invité à jouer du piano sur le titre Sick Love[274].

Le , le groupe annonce un nouveau single, Dark Necessities, qui est publié le . À cette date, les Red Hot Chili Peppers présentent leur 11e album, The Getaway. Le est publié le single éponyme, suivi de l'album le . La pochette de l'album est une peinture originale de Kevin Peterson, intitulée Coalition II.

 
Les Red Hot Chili Peppers en concert à Bologne, le 8 octobre 2016.

Les Californiens entament le The Getaway Tour par une tournée des festivals à travers le monde, débutant en à Rock am Ring et se terminant les 27 et avec les Reading and Leeds Festivals. Il s'ensuit une tournée européenne jusqu'en [275], dont trois concerts d'affilée à Bercy. Elle est écourtée de ses deux derniers concerts à Dublin car Anthony Kiedis contracte la grippe[276]. La tournée américaine débute en et s'étend sur six mois. En , trois dates sont reportées car Kiedis souffre d'une bronchite[277]. Le groupe retourne en Europe pour quelques dates en , dont une participation à la première édition du festival Lollapalooza en France[278], avant de jouer une date unique en Amérique du Sud, au festival Rock in Rio le [279]. La tournée mondiale se clot officiellement le à Glendale, en Arizona, les dates américaines étant annulées en . Pour ce dernier concert, Jack Irons, membre fondateur et ancien batteur de la formation, se joint au groupe pour jouer Fire de Jimi Hendrix[280]. Le groupe participe à la tournée sud-américaine du festival Lollapalooza en .

Le groupe s'attelle, entre fin 2018 et et de manière éparse, à l'écriture de chansons pour un nouvel album, travail qu'ils manquent de perdre dans les incendies de 2018 en Californie[255].

Du 17 février et 9 mars 2019, les Californiens sont en tournée en Océanie[281], accompagnés de leur ancien producteur et ami George Clinton et son groupe Parliament-Funkadelic. Le , les Red Hot Chili Peppers donnent un concert aux Pyramides de Gizeh[282], leur premier en Égypte. À cette occasion, un documentaire sur le concert semble avoir été commandé[283], mais il ne sera jamais publié.

John Frusciante aurait repris contact avec Anthony Kiedis dès l'été 2018[255], au même moment où Flea et le guitariste sont vus ensemble pour la première fois depuis onze ans, lors d'un match de boxe à Los Angeles[284]. Josh Klinghoffer et John Frusciante, qui étaient autrefois des amis proches, se parlent pour la première fois, « brièvement mais cordialement », au mariage de Flea le . À la même époque, Flea et Frusciante « jamment » plusieurs fois ensemble, à l'insu de Klinghoffer. Anthony Kiedis et Flea sentent « qu'il est l'heure pour John [Frusciante] de revenir » et l'ancien guitariste se montre « intéressé » par cette idée lorsque Flea la lui évoque[285].

En , alors que le processus d'enregistrement de l'album n'a pas encore commencé[255], Flea révèle que le prochain album sortira en 2020[286],[287]. Le bassiste publie ses mémoires, Acid for the Children, le [288]. Klinghoffer, sous le pseudonyme de Pluralone, commence sa carrière solo le par la sortie de To Be One With You.

Second retour de John Frusciante et deux nouveaux albums (depuis 2019)

modifier
 
Le groupe en concert à Londres, le , durant la première tournée du groupe depuis le retour de John Frusciante en 2019.

Le , quasiment dix ans jour pour jour après l'annonce du second départ de John Frusciante, Josh Klinghoffer se voit congédié par Flea, à l'issue d'une brève réunion de groupe. C'est la première fois qu'un membre du groupe part « sans déchirure ou tragédie » puisque Klinghoffer reste ami avec les membres du groupe, ce qui ajoute cependant « une tristesse autour du truc, ce qui le rend encore plus bizarre », selon ses dires[255]. Le guitariste fait également part de son amertude quant à l'abandon de l'album en cours car « plus de la moitié de l'album était écrite » au moment de son départ mais, d'après Chad Smith, les quatre musiciens étaient « plus que déçus » par ce que cet album dégageait[289]. Klinghoffer a joué 372 concerts en tant que guitariste principal des Red Hot Chili Peppers, son dernier concert devant un grand public étant celui du festival Rock in Rio le [290]. En 2021, il participe avec Smith à l'enregistrement de l'album Earthling (2022) d'Eddie Vedder puis rejoint Pearl Jam en tant que guitariste de tournée[291].

Dans la foulée du licenciement de Klinghoffer, les Red Hot Chili Peppers annoncent le retour de Frusciante dans un sobre et court communiqué partagé sur les comptes Instagram du groupe[292],[293], de Flea[294] puis de Smith[295]. Frusciante évoque comme raison principale de son retour l'envie de vivre avec ses anciens acolytes un nouveau « sens de la collaboration et un échange d'idées », plus justes et plus encourageants, jugeant son comportement passé égocentrique[289]. Au regret des fans du travail de Klinghoffer, la réintégration de Frusciante marque la fin de l'interprétation scénique des titres de I'm With You et de The Getaway.

Dès janvier 2020[289], le groupe se retrouve pour répéter ses chansons. Pour se réhabituer à jouer ensemble, les membres commencent par jouer des titres de Johnny « Guitar » Watson, des Kinks, des New York Dolls et de Richard Barrett, entre autres[296], ainsi que de « très vieilles » chansons des Red Hot Chili Peppers[297]. Rick Rubin, invité pour assister au premier jam, se dit très ému de retrouver la formation avec qui il a collaboré sur quatre albums[298]. Entre mai et , un minimum de dix concerts entre les États-Unis et l'Europe est prévu pour le groupe. Toutes les dates sont annulées ou reportées suite aux restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19[299].

Les Red Hot Chili Peppers profitent de cette période pour prendre deux mois de congé[300] durant lesquels ils composent à domicile[298]. Ils se rassemblent ensuite au studio The Village (en) pour mettre leurs idées en commun[289]. Rick Rubin reprend son rôle de producteur, « un choix évident » d'après Anthony Kiedis[298], et, fidèle à son habitude, reste passif et contemplatif durant ces premières sessions[289]. Après un mois de pré-production[301], le groupe entre au studio Shangri-La de Malibu en [289] avec plus d'une centaine de chansons à travailler[298], dont environ 45[302] en « bon état » pour commencer l'enregistrement[289]. Quelques chansons sont écrites après l'entrée en studio, notamment les titres Veronica[289] et Eddie, cette dernière étant un hommage vibrant à Eddie Van Halen, décédé le [303]. Les pistes de base des chansons sont enregistrés en trois semaines[301]. Anthony Kiedis passe cinq mois sur l'île de Kauai, à Hawaï, à écrire et enregistrer les paroles[297] d'un total de 48 chansons[302], qui seront toutes « finalisées et mixées »[289].

Blackie Dammett, nom de scène de John Kiedis, père d'Anthony Kiedis, décède le . Figure importante dans la vie du chanteur, il est notamment le sujet des chansons Savior et The Hunter[304].

Initialement, Kiedis et Flea veulent sortir un « album géant » composé de quatre disques. Les deux musiciens doivent se raviser lorsqu'apparaissent des conflits de planning entre les dates de la tournée déjà confirmées et le temps nécessaire pour mixer et masteriser toutes les chansons. La solution retenue est de publier les titres sous deux albums différents[301]. Le , le groupe annonce ainsi une tournée mondiale débutant en Europe en [305]. Quelques jours plus tard, Chad Smith révèle à Rolling Stone que le prochain album est « presque fini »[306].

Le , une vidéo énigmatique postée sur les réseaux sociaux du groupe comprend un riff de guitare[307], qui s’avérera être issu du premier single du prochain album : le , après plus de six ans d'absence, les Red Hot Chili Peppers publient le single Black Summer, dévoilé avec un clip vidéo réalisé par Deborah Chow et posté sur YouTube[308]. Le titre précède et annonce la sortie du 12e album du groupe, Unlimited Love, pour le . L'album est composé de 17 chansons[309], l'édition japonaise se voyant gratifiée d'un titre supplémentaire. D'après New Musical Express, Unlimited Love partage la création de riffs mélancoliques, de refrains entêtants et de mélodies doucement chantées « à l'image du précèdent travail de Frusciante avec les Red Hot Chili Peppers », tout en introduisant de nouveaux éléments « grungey » et acoustiques[298].

La veille de la sortie de Unlimited Love, le 31 mars 2022, les Red Hot Chili Peppers inaugurent leur étoile sur le Hollywood Walk of Fame, en présence de leurs amis de longue date George Clinton, Bob Forrest et Woody Harrelson[310]. Le , le groupe organise un concert surprise au Fonda Theatre (en) et joue pour la première fois des titres de l'album[311].

John Frusciante, Anthony Kiedis, Flea et Chad Smith retrouvent ainsi la scène à l'occasion de l'Unlimited Love World Tour. En France, les Californiens remplissent le Stade de France deux soirs de suite, les 8 et . Aux États-Unis, l'Unlimited Love World Tour est la première tournée de stades où le groupe est la tête d'affiche exclusive[298].

Dès la sortie d'Unlimited Love, Anthony Kiedis déclare que les Red Hot Chili Peppers ont l'intention de sortir de nouveaux morceaux plus rapidement qu'au rythme d'un album tous les six ans[298]. Les membres du groupe évoquent alors un potentiel prochain album composé à partir des 30 chansons inutilisées issues des sessions d'enregistrement d'Unlimited Love. John Frusciante estime que le groupe a gardé « certains des meilleurs titres » à cette fin[302] et que cet album aurait « une énergie détendue, distincte de l’intensité [d'Unlimited Love] »[298].

Mo Ostin, directeur de Warner Bros. Records qui a signé avec le groupe en 1991, décède le [312].

Les Californiens tiennent parole et présentent leur album suivant au cours du premier concert de la tournée américaine, le à Denver. Le est publié le premier single de l'album, Tippa My Tongue. Le , à la cérémonie des MTV Video Music Awards, le groupe se voit récompensé des prix Global Icon Award et Meilleur Vidéo Rock pour le clip de Black Summer[313]. Le second single issu de l'album, Eddie, est publié le . Return of the Dream Canteen, le 13e album des Red Hot Chili Peppers, sort le et contient 17 titres.

Le , D. H. Peligro, éphémère batteur du groupe en , décède d'un traumatisme crânien après une chute en son domicile de Los Angeles, en Californie[314].

Début 2023, le groupe joue en Océanie, accompagné par Post Malone en première partie[315], ainsi qu'à Singapour et au Japon. L'Unlimited Love World Tour se poursuit dès le printemps 2023 avec une seconde succession de concerts aux États-Unis et en Europe. Le groupe joue en France le au Groupama Stadium, près de Lyon, et le à Carhaix-Plouguer dans le cadre du festival des Vieilles Charrues. Les Californiens touchent alors le plus gros cachet jamais déboursé par les organisateurs du festival, avec un montant estimé à 2 000 000 d'euros[316],[317].

Au cours d'un échange avec des fans le , Smith annonce que les Red Hot Chili Peppers ne composeront pas de nouvel album « avant 2025 »[318].

Style musical

modifier
 
Guitare utilisée par le groupe, au Hard Rock Cafe du Caire.

Caractéristiques et influences

modifier

Les Red Hot sont principalement connus pour le jeu puissant (slap bass) et déluré de Flea à la basse, la précision rythmique et un style de composition très particulier[Lequel ?][réf. nécessaire]. Sur scène, l'alchimie entre les musiciens, et notamment entre Flea et John Frusciante, est remarquable : leur capacité à improviser des jams créatifs rend chaque concert unique.

Le style de Flea à la basse s'inscrit dans la tradition fusion, empruntant beaucoup à des musiciens comme Bootsy Collins de Parliament-Funkadelic, John Paul Jones de Led Zeppelin ou Darryl Jenifer des Bad Brains. Flea est considéré comme l'un des plus grands bassistes de la scène rock, avec une grande diversité technique et un feeling hors du commun. Le magazine Rolling Stone le classe en effet 2e meilleur bassiste de tous les temps, juste derrière John Entwistle, bassiste du groupe The Who[319]. Cet instrument, souvent relégué dans un rôle d'accompagnement, occupe une place très importante dans la composition des morceaux du groupe. Beaucoup des compositions des Red Hot Chili Peppers sont centrées sur la basse, surtout jusqu'à l'album Mother's Milk, à partir duquel les spectaculaires performances de Flea sont employées de manière plus parcimonieuse. Le jeu de basse reste cependant un pilier du son des Red Hot Chili Peppers (comme dans By The Way, tirée de l'album homonyme, ou Coffee Shop, tirée de One Hot Minute). Flea fait également partie du groupe de Thom Yorke, Atoms For Peace dans le cadre de la tournée de 2009, dans lequel son jeu de basse très particulier est très exploité.

Le jeu de guitare, bien qu'ayant beaucoup évolué dans l'histoire du groupe (qui a vu se succéder cinq guitaristes au gré de ses dix albums : Jack Sherman, Hillel Slovak, Dave Navarro, John Frusciante et Josh Klinghoffer), emprunte d'une manière générale beaucoup au style de Jimi Hendrix, avec un son souvent saturé. Mais les similitudes s'arrêtent là : si Jack Sherman, qui n'a joué qu'en tant que remplaçant d'Hillel Slovak sur le premier album du groupe, essayait de se rapprocher au maximum du style de Hendrix, très inspiré par le blues et le funk (en plus d'être le guitariste original, Hillel Slovak avait composé presque tous les titres de l'album), les instrumentistes qui se sont succédé après le décès de ce dernier par overdose ont chacun imposé leur style propre : John Frusciante, considéré par beaucoup comme « le » guitariste des Red Hot Chili Peppers, a apporté plus de mélodie et de profondeur, et Dave Navarro un style plus proche du rock progressif et du heavy metal. John Frusciante crée des textures à l'instar de plusieurs guitaristes new wave dont il se revendique, dont John McGeoch de Siouxsie and the Banshees, Johnny Marr de The Smiths et Bernard Sumner de Joy Division[320].

Le premier batteur du groupe, Jack Irons, a été remplacé dès les deux premiers albums par Cliff Martinez. Ce poste est occupé depuis la fin des années 1980 par Chad Smith. Lors de son audition, celui-ci a surpris le groupe par son jeu très énergique. Après la sortie de Blood Sugar Sex Magik, il a même été considéré comme l'un des meilleurs batteurs de rock de son temps, dans la lignée de John Bonham du groupe Led Zeppelin[réf. nécessaire].

Enfin, Anthony Kiedis est, grâce à la grande diversité de styles qu'il aborde, un chanteur à part dans l'univers du rock. À l'été , le groupe Grandmaster Flash and the Furious Five publie le single The Message, un titre pionnier de l'histoire du hip-hop. Le jeune Kiedis, alors 20 ans, admire les multiples talents du groupe : la mise en scène, les rythmes, le rap, le funk. Il réalise alors qu'il n'a pas besoin d'avoir une belle voix pour avoir sa place sur scène[321]. Le futur chanteur est également grand admirateur du groupe de funk rock Defunkt et de leur premier album éponyme, sorti en 1980[13]. Les parties vocales des Red Hot Chili Peppers sont en effet aussi souvent rappées que chantées ou même parlées (style caractéristique de l'album Blood Sugar Sex Magik). Anthony Kiedis est capable d'interpréter des morceaux de rap d'une manière tout à fait originale, en suivant la mélodie et non pas le rythme, comme c'est normalement le cas dans le rap. Très critiquées aux débuts du groupe, la qualité et la diversité de son chant se sont, de l'avis général[réf. nécessaire], légèrement améliorées depuis l'album Freaky Styley. Les avis des fans du groupe quant à son chant restent néanmoins très hétérogènes et ses prestations scéniques font ainsi rarement l'unanimité[réf. nécessaire].

Pour leur troisième concert, le , les Red Hot Chili Peppers sont présentés comme un groupe de p-funk rap [25]. Une grande partie de la réputation du groupe à ses débuts vient de ce qu'il a été l'un des premiers à fusionner punk, funk et rap à l'instar de certains groupes de hip-hop, comme les Beastie Boys. Enfin, avec Faith No More, Rage Against the Machine ou Fishbone, qui partagent une grande partie de leurs influences, on considère les Red Hot Chili Peppers comme l'un des groupes ayant lancé le mouvement fusion, qui a plus tard influencé le nu metal, genre musical apparu à la fin des années 1990.

Composition

modifier

Lors de l'écriture de chansons, les Red Hot Chili Peppers ne s'imposent pas de limites et explorent différents styles[15].

Depuis leur rencontre en 1988, Flea et John Frusciante se livrent à une pratique de composition qu'ils appellent un « affrontement » : « Lorsque l'on compose et qu'on trouve un bon couplet mais qu'il faut une autre section, […] on se rend chacun dans une pièce différente, et j’écris une partie et Flea écrit la sienne. On essaye tous les deux d’écrire un refrain ou un pont ou quoi que ce soit, puis on revient dans le studio et on joue chacun notre section et l’une d’entre elles se retrouve dans la chanson. Ou parfois les deux font partie de la chanson », explique Frusciante[322]. Les deux musiciens ont pour habitude de composer chez eux en jouant « pendant des heures », puis de mettre en commun leurs idées à la prochaine répétition du groupe[15]. Frusciante estime n'avoir pas de mal à compléter les compositions de basse de Flea : « La plupart du temps, le premier [riff] que je joue [...] est ce qui finira sur l'album »[301].

Les solos de guitare de Frusciante sont généralement improvisés à l'enregistrement[301].

Anthony Kiedis dit prendre des notes au moment même où l'inspiration lui vient, « peu importe la situation ». Il ajoute préférer s'isoler pour écrire ses paroles : « J'aime m'asseoir dans mon jardin, jouer les démos enregistrées [à la précédente session d'écriture] sur une enceinte et écrire [mes textes] ». Kiedis écrit également des poèmes qu'il tient dans un recueil : le tube planétaire Under the Bridge (1991) faisait initialement partie de ces poèmes et le chanteur n'avait pas l'intention d'inclure le texte dans une chanson des Red Hot Chili Peppers[15]. Similairement, le texte slamé en coda de Death of a Martian (2006) est issue du recueil du chanteur, qui estima qu'il concordait avec la chanson[323],[324].

Rick Rubin est un producteur ayant collaboré avec des artistes aux styles très variés, allant du hip-hop des Beastie Boys au nu metal de Slipknot. Pour Flea, Rubin ne cherche pas à produire un son qui lui serait propre, contrairement à un producteur comme Phil Spector : « [Rick Rubin] perçoit l'essence de la musique [de l'artiste qu'il produit] et fait de son mieux pour aider [l'artiste] à en tirer le meilleur. […] Il aide l'artiste à faire briller l'aspect magique [de la] chanson ». Rubin a une approche décontractée du travail en studio, laissant les Red Hot Chili Peppers « faire ce qu'ils veulent »[4]. En , les Red Hot Chili Peppers cherchent à « travailler différemment » et collabore avec le producteur Danger Mouse. Selon Flea, The Getaway est l'album « comportant le moins d'improvisation » de toute la discographie du groupe, présentant notamment beaucoup de boucles de batterie.

Image et impact socio-culturel

modifier

Identité

modifier
 
Le tatouage de l'astérisque est visible au poignet droit d'Anthony Kiedis.

Anthony Kiedis et Flea s'amusent a expliquer que le nom Red Hot Chili Peppers aurait été trouvé dans « buisson psychédélique qui fait pousser des noms de groupe » ou bien dans « un arbre à noms de Wattles Park », sur les hauteurs d'Hollywood, à Los Angeles[6],[13]. Il est probable que le nom du groupe puise son inspiration auprès d'autres formations musicales, notamment de jazz : le premier groupe de Louis Armstrong se nomme les Hot Five, le pianiste Jelly Roll Morton enregistre en avec ses Red Hot Peppers et dans les années 1970 évolue en Angleterre un groupe de rock du nom de Chilli Willi and the Red Hot Peppers (en)[13],[325].

Les Red Hot Chili Peppers adoptent vers la fin des années 1980 un logotype en forme d'astérique rouge. Anthony Kiedis explique l'avoir dessiné en à la demande de leur label EMI, mais son utilisation semble très limitée jusqu'à la sortie de The Uplift Mofo Party Plan en 1987. Le chanteur aurait griffonné la forme géométrique « sur un coup de tête », sans réfléchir à une signification particulière, avant de la transmettre à la maison de disque. Le logotype n'a pas évolué depuis[326]. La police de caractères utilisée pour le nom du groupe enveloppant l'astérisque est la Franklin Gothic[327]. Plusieurs sens sont rétroactivement attribués à l'astérisque. Kiedis s'amuse du fait que la forme représenterait « l'anus d'un ange du Paradis, vu depuis la Terre ». L'astérisque serait notamment une interprétation du symbole du chaos (en) : ce signe, imaginé par l'écrivain Michael Moorcock en 1970, réprésente la complexité des choix présentés au cours d'une vie[326].

Tous les membres des Red Hot Chili Peppers, actuels ou anciens à l'exception de Josh Klinghoffer, sont tatoués[326]. Kiedis noue une relation avec le tatoueur néerlandais Hank Schiffmacher (en), dit Hanky Panky, après le passage du groupe au festival Pinkpop de [326],[328]. Chaque membre actuel du groupe, ainsi que Jack Irons, s'est fait tatouer au moins une fois par Hanky Panky. Chad Smith et John Frusciante reçoivent tous deux un tatouage d'une pieuvre de sa main[329]. Kiedis et Frusciante se font tous les deux tatouer l'astérisque sur le poignet droit vers le début d'année [330]. Depuis, les fans les plus fervents reproduisent la démarche en guise de signe de reconnaissance. Si Kiedis apprécie cet hommage, il se dit embarrassé lorsque des admirateurs se font tatouer des portraits de membres du groupe ou bien qu'ils arborent les mêmes dessins que lui[331].

Polémiques et controverses

modifier

Atteintes sexuelles sur mineures et Catholic School Girls Rule

modifier

Anthony Kiedis relate ouvertement, dans son autobiographie Scar Tissue (2004), avoir détourné une adolescente anonyme de quatorze ans et avoir eu plusieurs rapports sexuels avec elle alors qu'il avait vingt-trois ans. Il écrit avoir rencontré la jeune fille en coulisses après un concert des Red Hot Chili Peppers à la Nouvelle-Orléans en . Il l'aurait invité dans sa loge où ils auraient eu un premier rapport sexuel à l'initiative de l'adolescente. Ils auraient ensuite « passé la nuit ensemble » et le chanteur y aurait appris que la jeune fille étudie dans une école catholique. L'adolescente aurait accompagné Kiedis et le groupe jusqu'à sa prochaine destination, Baton Rouge, pour un concert « le lendemain ». Après le concert, elle aurait dit à Kiedis : « Mon père est Chef de police et tout l'État de la Louisiane me recherche parce que j’ai disparue. Oh, et à part ça, je n’ai que quatorze ans », après quoi ils auraient eu un dernier rapport sexuel avant que Kiedis ne la raccompagne à la gare routière où ils se séparent[332],[333]. Le récit de Kiedis est difficile à corroborer à la réalité car, si il est avéré qu'un concert à Baton Rouge eu bien lieu le [334], il est impossible de prouver la tenue d'un concert à la Nouvelle-Orléans la veille. Il est également impossible de vérifier la tenue d'une quelconque opération de police pour enlèvement d'enfant à cette date et Kiedis n'a jamais été poursuivi pour cette affaire.

Cette expérience lui inspire néanmoins les paroles impétueuses du titre Catholic School Girls Rule, présent sur l'album Freaky Styley (1985) des Red Hot Chili Peppers[332],[333]. La chanson s'accompagne d'un clip vidéo jugé « particulièrement salace »[335] : on y voit notamment une jeune femme se déshabiller et danser avec la poitrine apparente puis, parodiant les codes de l'Église catholique, un Kiedis crucifié se défait de ses liens et porte la Croix. La vidéo est interdite par MTV et n'est diffusée que sur la chaîne payante Playboy TV. Malgré cela, Catholic School Girls Rule est retenue pour être présente sur les compilations The Abbey Road E.P. (1988) et What Hits!? (1992). Catholic School Girls Rule n’a été jouée en concert que quatre fois depuis , la dernière performance datant du au Fonda Theatre (en), à Los Angeles[336].

Dans Scar Tissue, Kiedis révèle également qu'à l'âge de vingt-quatre ans, il entame une relation avec l'actrice britannique Ione Skye alors qu'elle n'est âgée que de seize ans, bien que l'âge de consentement en Californie ne soit fixé à 18 ans[337]. Leur relation dure trois ans[337]. En , Skye confirme les propos de Kiedis et affirme qu'elle « n'approuve [plus] cet écart d'âge »[338].

Agressions sexuelles

modifier

Le [339], après un concert à l'Université George-Mason à Fairfax, en Virginie, les Red Hot Chili Peppers auraient émis des commentaires sexuellement dégradants à l'encontre d'admiratrices regroupées devant leur loge[340]. Alors que les musiciens se changent dans leur loge, une étudiante du nom de Joan Crown, ayant proposé au groupe de les véhiculer jusqu'à leur hôtel, se présente devant leur loge. Anthony Kiedis lui ouvre la porte et, nu, lui adresse « quelques insinuations désinvoltes »[86] mais lui aurait également touché la joue avec son pénis[340]. Les Red Hot Chili Peppers auraient également volé la voiture de la jeune femme afin de rentrer d'eux-mêmes à leur hôtel, la poussant à porter plainte contre le groupe et leur manager[340]. Le chanteur insiste que l'évènement « a été démesuré par les médias et l’accusation »[341] et nie avoir touché la femme avec son pénis[86]. Selon lui, « c'était une chose amusante qui est arrivée en coulisses[,] il n'y a jamais eu de mauvaise intention ». Pour ce comportement, Kiedis est condamné en pour « agression sexuelle et exposition indécente » à une amende de 2 000 dollars[341].

Le , les Red Hot Chili Peppers filment une performance de leur titre Knock Me Down (1989) sur la plage de Daytona Beach, en Floride, pour le MTV Spring Break (en)[342]. À la fin de la représentation, après que les musiciens soient « devenus fous » et détruisent leur équipement, Flea descend dans le public et attrape une étudiante de 20 ans qu'il jette sur ses épaules. Chad Smith retire partiellement le bas du maillot de bain de la jeune femme et commence à lui gifler les fesses. La femme tombe alors sur le sable et Flea lui monte dessus, lui intimant de lui faire une fellation. Alertés par les cris de la victime, les deux musiciens sont escortés hors du site par la sécurité de MTV. L'étudiante est secouée et contusionnée et décide de porter plainte. Le lendemain, après la représentation du groupe au Marriott Club de Daytona Beach, Flea et Smith sont arrêtés par la police du Comté de Volusia. Les chefs d'accusation portés à l'encontre de Flea sont « agression, conduite désordonnée et incitation à commettre un acte contre nature et lascif » tandis que n'est retenue que l'agression contre Smith. Ils sont libérés sous caution après avoir réglé de 2 000 et 1 000 dollars respectivement. Le , ils sont chacun condamnés à reverser 5 000 dollars au Centre d'aide aux victimes de viol du Comté de Volusia, à une amende de 1 000 dollars, à 300 dollars de frais de justice et à formuler une excuse à la victime. Smith reconnaît s'être « clairement laissé emporté par la théâtralité du moment [et dit comprendre] à quel point [ses] actions étaient inappropriées »[343],[344],[345]. Flea revient sur l'évènement en 1992 dans une interview pour Rolling Stone, évoquant que, par dépit de devoir faire une performance en playback, le groupe à voulu « tirer le meilleur parti d’une situation bidon » en provoquant du tumulte. Il dit avoir chuté dans la foule après être monté sur les épaules de Kiedis, et avoue avoir « juste attrapé la première chose devant [lui], il se trouve que c’était une fille ». Si il reconnait avoir abusé verbalement de la jeune femme, il nie toute agression sexuelle[149].

Le [346] est diffusé sur la chaîne britannique ITV un épisode du late show James Whale Radio Show où les Red Hot Chili Peppers, invités, interprètent une reprise a capella du titre Sex Rap (1985). Juste après la performance, Smith étreint l'actrice brésilienne Cleo Rocos (en), mimant une danse, l'amène sur le plateau principal et la force à se rassoir dans une position dégradante. Alors que l'animateur James Whale (en) aide la jeune femme à se relever, Kiedis s'approche d'elle en rampant et tente de mettre sa tête sous sa robe. John Frusciante lui caresse les cheveux et le visage tandis que Flea approche son visage de l'actrice tout en remuant la langue. Kiedis et Smith finissent par baiser le bras et le cou de Rocos alors que, visiblement gênée par ces attouchements, elle leur intime d'arrêter[346],[347],[348]. Bien que cette séquence fut diffusée à la télévision, aucunes charges ne seront pressées à l'encontre des Red Hot Chili Peppers.

En 2016, Julie Farman publie un essai sur son blog Live From The Grayish Carpet accusant les musiciens de harcèlement sexuel à son encontre. En 1990, alors qu'elle est directrice associée des relations médias et artistes chez Epic Records et que le groupe est en négociations avec ce même label, Farman aurait accompagné deux membres non identifiés du groupe à un débarras pour qu'ils puissent récupérer des disques compact et des goodies. Là, ils l'auraient pressé contre un mur et lui auraient « parlé de toutes les façons de faire un sandwich super sexy », à comprendre un triolisme. Farman, « humiliée et étrangement honteuse » de cette situation, aurait dans la foulée reçue des excuses « qui semblait récitées par cœur » de la part du manager du groupe. Dans cet essai précurseur au mouvement MeToo, l'ancienne directrice associée impute son silence de 25 ans sur cet évènement au climat misogyne qui règne dans l'industrie musicale : « Le harcèlement sexuel allait de pair avec l’industrie de la musique — c’était une réalité quotidienne — et beaucoup [de femmes] n’ont même pas réalisé que quelque chose n’allait pas »[349],[350],[351].

Rivalité avec Faith No More et Mr. Bungle

modifier
 
À partir des années 1990, les relations entre Anthony Kiedis et Mike Patton se dégradent.

Avant , les relations entre les Red Hot Chili Peppers et les groupes vus comme leurs « rivaux », car évoluant sur la même scène, sont cordiales. Les membres de Jane's Addiction sont de proches amis, Navarro devenant même le premier choix au remplacement de Frusciante en 1992. Le groupe de funk metal Faith No More participe même à la tournée américaine des Red Hot Chili Peppers entre octobre et [352],[353].

En , Faith No More remplace son chanteur Chuck Mosley par Mike Patton, qui maintient également sa place dans le groupe de métal expérimental Mr. Bungle. En , Faith No More enregistre un clip musical pour Epic, second single de The Real Thing (1989), qui provoque l'indignation d'Anthony Kiedis. Le chanteur semble ignoré que ce style mélangeant funk, rap et cheveux longs est une tendance de la Côte ouest des États-Unis qui n’a pas été inventé par son groupe[354]. Néanmoins, il y voit une moquerie de sa personne et de son groupe : « Je le vois sauter de haut en bas, rapper, et on aurait dit que je regardais dans un miroir ». En , Kiedis accuse publiquement Patton de plagiat dans une interview pour Kerrang! avant d'ajouter : « Mon batteur dit qu’il va le kidnapper, lui raser les cheveux et couper un de ses pieds. Juste pour qu’il soit forcé de trouver son propre style », indiquant qu'au sein du groupe, le sentiment de Kiedis est au moins partagé par Chad Smith[355]. Le claviériste de Faith No More, Roddy Bottum, lui répond le mois suivant : « Si vous parlez de cheveux longs, de rapper torse nu, alors oui, je peux voir des similitudes. Mais, à part ça, je n'en vois pas d'autres »[356]. Des membres de Mr. Bungle auraient « joyeusement » menacé Kiedis de représailles physiques[354]. À cette époque, Patton ne donne que peu d'importance à Kiedis, s'amusant de la situation et se félicitant de la « publicité gratuite » générée[353]. Les deux chanteurs se seraient même rencontrés, sans accrochage quelconque[354]. Aucun évènement n'alimentera la rivalité pendant 9 ans.

En , l'hostilité entre Kiedis et Patton semble être de l'histoire ancienne. Les tensions sont néanmoins ravivées lorsque les Red Hot Chili Peppers et Mr. Bungle prévoient tous deux la sortie de leurs albums, respectivement Californication (1999) et California (1999), pour le . Warner Bros. Records, qui produit les deux albums, décide de reporter la sortie de California pour éviter toute confusion quant aux noms phonétiquement proches. Par l'intermédiaire d'une interview donnée par Mike Patton en , Mr. Bungle accuse également Kiedis d'avoir fait annuler des concerts en festival prévus pour le groupe de métal, dont le Big Day Out en Australie en [357],[358]. En une même journée, trois festivals informent le manager de Mr. Bungle de l'annulation de leur performances « à la requête des Red Hot Chili Peppers », car l'artiste en tête d'affiche peut contractuellement s'opposé à la programmation d'un autre artiste[358]. Patton juge l'action « pathétique »[357]. Alors que le manager des Red Hot Chili Peppers s'excuse auprès des membres de Mr. Bungle et souligne que John Frusciante, Flea et Smith n'ont pas participé à la manigance[354], Kiedis nie son implication dans l'annulation des concerts de Mr. Bungle, excepté pour le concert du Big Day Out[358].

En guise de représailles, les membres de Mr. Bungle parodient grossièrement les Red Hot Chili Peppers durant le concert du à Pontiac, dans le Michigan. Chaque musicien est déguisé pour incarner un membre des Red Hot Chili Peppers. Le groupe interprète, d'une manière intentionnellement mauvaise, des titres populaires des Red Hot Chili Peppers tout en en modifiant les paroles pour satiriser Kiedis et son groupe. L'ancien guitariste Hillel Slovak et l'acteur River Phoenix, tous deux décédés, sont également représentés et ridiculisés. Entre deux chansons, Trevor Dunn, habillé en Flea, se dirige vers Trey Spruance, incarnant le fantôme de Hillel Slovak, et simule une injection d’héroïne. Patton les interrompt par un « Tu ne peux pas piquer un fantôme ! », se moquant ouvertement du rapport douloureux des Red Hot Chili Peppers avec la dépendance aux drogues dures[358],[359].

À ce jour, les tensions entre les deux groupes semblent s'être apaisées. Patton déclare en 2011 n'avoir « plus la moindre idée du sujet initial de la discorde » et pense que, si il devrait rencontrer Kiedis dans le futur, les deux chanteurs se « salueraient chaleureusement ». Le , lors d'un concert à New York, les Red Hot Chili Peppers jouent en partie le titre We Care A Lot (1985) de Faith No More[358],[360].

Reconnaissance dans d'autres médias

modifier

Dans la quatrième partie de JoJo's Bizarre Adventure, intitulé Diamond Is Unbreakable, le stand de l'un des antagonistes, Akira Otoishi, se nomme « Red Hot Chili Pepper » en référence au groupe. Cependant, pour cause de copyright, l'anime et les jeux vidéo le raccourciront en « Chili Pepper ».

Le studio de développement polonais CD Projekt a glissé de subtiles références aux Red Hot Chili Peppers dans ses jeux vidéo The Witcher 3: Wild Hunt (2015) et Cyberpunk 2077 (2020). Dans le premier, un piment rouge peut être trouvé sous un pont dans le contenu téléchargeable Blood and Wine, un easter egg faisant référence au groupe et au titre Under the Bridge (1991). Dans le second, le personnage de Judy Alvarez présente un tatouage à l'avant-bras se lisant « Underwater where thoughts can breathe easy », des paroles du titre Parallel Universe (1999)[361].

Membres

modifier

Membres actuels

modifier

Anciens membres

modifier

Chronologie

modifier

Discographie

modifier

Distinctions

modifier

Bibliographie

modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Anthony Kiedis et Larry Sloman (trad. de l'anglais par Cécile Pournin), Scar Tissue, Flammarion, (1re éd. 2004), 444 p., 15,2 × 24 cm (ISBN 978-2080688026).  
  • (en) Jeff Apter, Fornication: The Red Hot Chili Peppers Story, Omnibus, , 424 p. (ISBN 978-1844498291, lire en ligne).  
  • (en) Martin Roach, Red Hot Chili Peppers - Inside the Veins of the Velvet Groove: the Unauthorised Biography, Chrome Dreams, , 190 p. (ISBN 9781842402672)
  • (en) Dave Thompson, Red Hot Chili Peppers - By the Way: The Biography, Virgin Books, , 288 p. (ISBN 9780753509708)
  • (en) Brendan Mullen, Whores: An Oral Biography of Jane's Addiction and Perry Farrell, , 340 p. (ISBN 978-0306814785).  
  • (en) Jake Brown, Red Hot Chili Peppers: In the Studio, Amber Books, , 193 p. (ISBN 9780979097652)
  • (en) Red Hot Chili Peppers et Brendan Mullen, Red Hot Chili Peppers: An Oral/Visual History, HarperCollins, , 256 p. (ISBN 978-0007354108).  
  • (en) Blackie Dammett, Lords of the Sunset Strip: An autobiography, The Spencer Company, , 396 p. (ISBN 9780615803760).  
  • (en) David Mushegain (préf. Anthony Kiedis), Red Hot Chili Peppers: Fandemonium, Running Press Adult, , 289 p. (ISBN 978-0-7624-5536-2).  
    Ouvrage composé de photographies et de témoignages de fans réalisé par le photographe officiel du groupe David Mushegain entre 2011 et 2013.
  • (en) Mark Howard et Chris Howard, Listen Up!: Recording Music with Bob Dylan, Neil Young, U2, R.E.M., The Tragically Hip, Red Hot Chili Peppers, Tom Waits…, ECW Press, , 240 p. (ISBN 978-1770414822).  
  • (en) Dan Bogosian, Red Hot Chili Peppers FAQ: All That's Left to Know About the World's Best-Selling Alternative Band, Rowman & Littlefield, , 386 p. (ISBN 9781493051427)
  • Flea (trad. de l'anglais par Valérie Le Plouhinec, préf. Patti Smith), Ados sous acide : L'autobiographie du légendaire bassiste et cofondateur des Red Hot Chili Peppers [« Acid for the Children »], HarperCollins, (1re éd. 2019), 384 p. (ISBN 979-1033908487)
  • (en) Hamish Duncan, Out in L.A.: The Red Hot Chili Peppers, 1983, Chicago Review Press, , 290 p. (ISBN 1641608013).  

Notes et références

modifier
  1. Localisée au 5657 Melrose Avenue, dans le quartier d'Hollywood à Los Angeles, la salle est détruite en 2010 et un immeuble d'habitation est construit à son emplacement.
  2. Localisée au 1600 Argyle Avenue, dans le quartier d'Hollywood à Los Angeles, la salle fermera en 1985.
  3. Ces studios d'enregistrement sont localisés, de à , au 1717 Vine Street, près d'Hollywood Boulevard, à Los Angeles. Les albums The Red Hot Chili Peppers (1984) et The Uplift Mofo Party Plan (1987) y ont été enregistrés.
  4. a b et c Si les dates des concerts sont indépendamments vérifiables, les différentes sources ne s'accordent pas sur les dates officielles de début et de fin des premières tournées des Red Hot Chili Peppers.
  5. a et b Les EMI Studios sont localisés au 6920 Sunset Boulevard, à Los Angeles.
  6. La demeure de George Clinton est localisée au 839 Knapp Highway, à Brooklyn, dans le Michigan. Acquise en par le producteur, son achat est financé par Armen Bolodian, propriétaire de Westbound Records (en), lui même remboursé par Clinton grâce aux royalties de ses productions. Un procès pour défaut de paiement oppose les deux hommes à partir de . La ferme semble avoir été détruite après .
  7. En , Anthony Kiedis se rappelle cet évènement comme ayant eu lieu en . Néanmoins, Flea, Rick Rubin et Michael Beinhorn semblent s'accorder et placent cet évènement au début de l'année (Apter 2004, chapitre 5).
  8. Les différents témoins ne s'accordent pas sur l'ampleur de cet évènement. Anthony Kiedis dit avoir congédié Hillel Slovak et avoir répéter avec Blackbyrd McKnight avant de réintégrer le guitariste « quelques jours plus tard ». John Frusciante décrit une histoire similaire mais se souvient que Slovak quitta le groupe de son propre chef. Michael Beinhorn confirme que Slovak est expulser du groupe pendant un temps sans mentionner l'intégration de McKnight. Angelo Moore du groupe Fishbone évoque avoir réussi à convaincre le chanteur de ne pas virer Slovak avant un concert à Washington. Addie Brik, petite amie du guitariste, et Lindy Goetz nient tous deux le licenciement de Slovak mais reconnaissent qu'il en a été menacé.
  9. La date de la photographie n'est pas précise : Kiedis situe la prise d'image à la mi- tandis que le photographe Chris Clunn évoque le mois de . Or, les Red Hot Chili Peppers sont présents à Londres à ces deux périodes.
  10. Le complexe d'appartements, initialement connu sous le nom Afton Arms, est localisé au 6141 Afton Place, à Los Angeles, en Californie.
  11. Les studios d'enregistrement Ocean Way sont localisés au 6050 Sunset Boulevard, à Los Angeles.
  12. Également connus sous le nom d'Alley Studios, ces studios localisés au 5064 Lankershim Boulevard, dans le quartier artistique de North Hollywood à Los Angeles, fermeront définitivement leurs portes en 2020.
  13. a et b « Le manoir », une « demeure de style méditerranéen incroyable, énorme, vide et historique » selon Kiedis, est localisé au 2451 Laurel Canyon Boulevard, à Los Angeles. Il a longtemps été considéré comme la demeure où vivait Harry Houdini, à tort, le célèbre prestidigitateur ayant habité en réalité de l'autre côté de la route (Apter 2004, chapitre 8).
  14. En 1995, John Frusciante intègre un centre de désintoxication, « plus pour sa santé physique que mentale » d'après Anthony Kiedis (Kiedis et Sloman 2007, p. 396), et demande à Dave Navarro de lui apporter une guitare. Ce dernier lui prête une Gibson Les Paul. Frusciante lui révèlera une dizaine d'années plus tard qu'après son passage au centre, il revendra la guitare pour s'acheter de la drogue.
  15. Il subit notamment une greffe de peau pour soigner ses bras, abcédés par des années d'aiguilles improprement piquées. Cette greffe altère tellement son épiderme que ces cicatrices font penser à celles d'un grand brûlé et ses tatouages deviennent méconnaissables. Le risque d'une infection mortelle étant grand, l'entièreté de ses dents sont remplacées par un dentier, une opération estimée à 70 000 dollars.
  16. De 1996 à 1999, Flea habitait The Castle, une demeure de style méditerranéen, dans le quartier de Los Feliz à Los Angeles. Bob Dylan et Andy Warhol ont autrefois habité la propriété lorsqu'elle fut celle de John Phillip Law.
  17. a b c et d Localisés au 6000 Sunset Boulevard, à Los Angeles, ces studios d'enregistrement sont connus sous le nom de Cello Studios (en) de 1999 à 2002 puis en tant que EastWest Studios (en) de 2002 à nos jours. Les albums Californication (1999), By the Way (2002) et I'm with You (2011) y ont été enregistrés.

Références

modifier
  1. a et b (en) « Album sales figures », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  2. a et b (en) MJD, « CSPC: Red Hot Chili Peppers Popularity Analysis », sur ChartMasters, (consulté le ), p. 3.
  3. a b c d e f g h i j k l et m Apter 2004, chapitre 1.
  4. a b c et d Marc Maron (animateur), « Flea », épisode 1317 de WTF with Marc Maron (en), (consulté le ).
  5. (en) Jim Farber, « Flea on life before the Chili Peppers: 'I grew up running around naked' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne  , consulté le ).
  6. a et b (en) Larry King (animateur), « Flea Explains New Film, Red Hot Chili Peppers & Memoir »   [vidéo], sur YouTube, (consulté le ).
  7. Kiedis et Sloman 2007, p. 14.
  8. Kiedis et Sloman 2007, p. 31.
  9. a b c d e f g h i j et k (en) [vidéo] VH1, Behind the Music: Red Hot Chili Peppers sur YouTube, (consulté le ).
  10. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 57.
  11. Kiedis et Sloman 2007, p. 64.
  12. Kiedis et Sloman 2007, p. 72.
  13. a b c d e f g h i j k l m et n Apter 2004, chapitre 2.
  14. Kiedis et Sloman 2007, p. 101.
  15. a b c d e f g et h Joe Rogan (animateur), « Anthony Kiedis », épisode 1884 de The Joe Rogan Experience, (consulté le ).
  16. Kiedis et Sloman 2007, p. 102.
  17. a b et c (en) Hamish Duncan, « Me and My Friends #51 - 40 years of the Red Hot Chili Peppers », sur buttondown.email, (consulté le ).
  18. (en) « Gary Allen Discusses His Classic 1982 EP In White America, Past Pioneering Work, Booking The Red Hot Chili Peppers' First Show, and Current Projects », sur Weirdo Music Forever (consulté le ).
  19. Kiedis et Sloman 2007, p. 104.
  20. Kiedis et Sloman 2007, p. 105.
  21. (en) « December 16, 1982 · The Rhythm Lounge at Grandia Room, Los Angeles, CA », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  22. Kiedis et Sloman 2007, p. 106.
  23. (en) « December 30, 1982 · The Rhythm Lounge at Grandia Room, Los Angeles, CA », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  24. Kiedis et Sloman 2007, p. 107.
  25. a et b (en) « January 06, 1983 · The Rhythm Lounge at Grandia Room, Los Angeles, CA », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  26. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 109.
  27. (en) « March 04, 1983 · Cathay de Grande, Los Angeles, CA », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  28. Dammett 2013, p. 196.
  29. (en) « [1983] Album #1 demos »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  30. (en) « July 3, 1983 · Kit Kat Club, Los Angeles, CA »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  31. Kiedis et Sloman 2007, p. 120.
  32. Kiedis et Sloman 2007, p. 121-122.
  33. (en) Tom Dunne (auteur) et Enda O'Looney (dir.), « Red Hot Chili Peppers »   [vidéo], Planet Rock Profiles, sur YouTube, (consulté le ).
  34. Kiedis et Sloman 2007, p. 126-127.
  35. a b et c Duncan 2023.
  36. (en) « [1984] Album #1 demos »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  37. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 139.
  38. a b c d e f g et h Apter 2004, chapitre 3.
  39. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 142.
  40. a et b (en) « [1984] The Red Hot Chili Peppers »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  41. Kiedis et Sloman 2007, p. 144.
  42. (en) Mikael Wood, « Red Hot Chili Peppers' Flea on the meaning of God, the band's worst album and the vice he misses most »  , sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  43. Kiedis et Sloman 2007, p. 145.
  44. Kiedis et Sloman 2007, p. 146.
  45. a et b (en) « The Red Hot Chili Peppers Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  46. a et b (en) « 1984 Tour »  , sur The Side Tour History (consulté le ).
  47. (en) « [1984-1985] Album #2 demos »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  48. (en) « February 16, 1985 · Jed’s Showcase, New Orleans, LA »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  49. a b c d e et f Apter 2004, chapitre 4.
  50. Kiedis et Sloman 2007, p. 169.
  51. (en) « ARMEN BOLADIAN V GEORGE CLINTON », sur Justia Law (consulté le ).
  52. Kiedis et Sloman 2007, p. 170-171.
  53. Kiedis et Sloman 2007, p. 170.
  54. Kiedis et Sloman 2007, p. 172.
  55. (en) « [1985] Freaky Styley »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  56. a b c d e f g h i j k l m n et o Apter 2004, chapitre 5.
  57. (en) « August 17, 1985 · Loreley Open Air Festival, St. Goarshausen, Germany »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  58. a b et c (en) « Red Hot Chili Peppers Tour Statistics: Infinity Tour | setlist.fm »  , sur setlist.fm (consulté le ).
  59. a b et c (en) « Infinity Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  60. Kiedis et Sloman 2007, p. 180.
  61. (en) « [1986] Set it Straight »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  62. Kiedis et Sloman 2007, p. 187.
  63. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 188.
  64. (en) « Canada »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  65. (en) « Cliff Martinez »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  66. (en) « Chuck Biscuits »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  67. (en) « November 19, 1986 · Jimmy's, New Orleans, LA »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  68. a b et c (en) Rick Beato, « Michael Beinhorn: Producing Soundgarden, RHCP, Korn, Soul Asylum... »   [vidéo], sur YouTube, (consulté le )
  69. a et b (en) Simon Witter, « Lust In Space », NME, Royaume-Uni,‎ , p. 22-23 (lire en ligne  ).
  70. Mullen 2010, p. 161.
  71. (en-US) « [1987] Album #3 demos 3 »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le )
  72. (en) « March 5, 1987 · L.A. Weekly Rock Music Awards, Los Angeles, CA (Cancelled) »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  73. a et b Kiedis et al. 2007, p. 191-200.
  74. a b c d et e Mullen 2010, chapitre Musical Chairs : the making of the band.
  75. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 203.
  76. Kiedis et Sloman 2007, p. 204.
  77. Kiedis et Sloman 2007, p. 206.
  78. (en) « 1987 »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  79. (en) « September 15, 1987 · Paradiso, Amsterdam, Netherlands (Rescheduled) »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  80. (en) « Naked Potato Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  81. Kiedis et Sloman 2007, p. 211.
  82. Kiedis et Sloman 2007, p. 208.
  83. (en) « Red Hot Chili Peppers Tour Statistics: The Uplift Mofo Party Tour »  , sur setlist.fm (consulté le ).
  84. a et b (en) « 1988 »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  85. (en) « January 31, 1988 · Mean Fiddler, London, England »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  86. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad et ae Apter 2004, chapitre 6.
  87. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 217.
  88. (en) [vidéo] VPRO, Europe By Storm sur YouTube, (consulté le ).
  89. (en) « February 16, 1988 · Rex Club, Paris, France »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  90. (en) « Monsters of Funk Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  91. Kiedis et Sloman 2007, p. 219.
  92. a b c d e f g h et i (en) Rick Rubin (animateur), « John Frusciante of the Red Hot Chili Peppers »   [audio], Broken Record, sur YouTube, (consulté le ).
  93. (en) « Two Decades of decadence with Red Hot Chili Peppers », Kerrang! Legends, no 4,‎ , p. 23 (lire en ligne  ).
  94. (en) David Quantick et Myrna Minkoff, « Chili Willies », NME,‎ , p. 19 (lire en ligne  ).
  95. (nl) « 1988 »  , sur history.pinkpop.nl (consulté le ).
  96. (en) « May 23, 1988 · Pinkpop Festival, Landgraaf, Netherlands »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  97. (en) « May 24, 1988 · Club Ubu, Rennes, France »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  98. (en) « May 25, 1988 · Le Zénith, Paris, France »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  99. Kiedis et Sloman 2007, p. 221.
  100. (en) Rob Campbell, « L.A. STORIES : Ready for That Close-Up, Mr. DeMille »  , sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  101. (en) « Hillel Slovak »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  102. Kiedis et Sloman 2007, p. 222-223.
  103. Kiedis et Sloman 2007, p. 225-228.
  104. Kiedis et Sloman 2007, p. 224.
  105. (en) « Jack Irons »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  106. a et b (en) « Blackbyrd McKnight »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  107. (en) « [1988] Sessions with Blackbyrd McKnight »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  108. (en) « Turd Town Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  109. (en) Funk Brothers In Arms (, 63 minutes) Focal Point Television. (consulté le 4 septembre 2023).
  110. (en) « D. H. Peligro »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  111. (en) Steve Hochman, « POP REVIEW : Rap-Meets-Rock Concert Marred by Violence »  , sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  112. a b c d e f g et h (en) Rick Rubin (animateur), « John Frusciante of the Red Hot Chili Peppers Returns, Part 1 »   [audio], Broken Record, sur YouTube, (consulté le ).
  113. a et b (en) « [1988] Taste the Pain »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  114. (en) « December 30, 1988 · Commodore Ballroom, Vancouver, Canada (Cancelled) »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  115. (en) « 1989 »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  116. (en) « Mother's Milk »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Billboard Magazine.
  117. a et b (en) « Mother's Milk Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  118. (en) « Great Expectorations Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  119. (nl) « Pinkpop Festival, 1990 »  , sur history.pinkpop.nl (consulté le ).
  120. a b c d e f g et h Kiedis et Sloman 2007.
  121. a b c et d Apter 2004, chapitre 7.
  122. (en) Ari Shapiro (animateur), Miguel Macias (producteur) et Patrick Jarenwattananon, « With 'Unlimited Love,' the Red Hot Chili Peppers continue evolving »   [audio], sur NPR.org, (consulté le ).
  123. a et b (en) « Blood Sugar Sex Magik »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  124. a b c d et e Apter 2004, chapitre 8.
  125. (en) [vidéo] Funky Monks sur YouTube, (consulté le ).
  126. a et b (en) « RHCP Timeline » [archive] (consulté le ).
  127. (en) Tony Fletcher, « Psychedelic Energy », Sky Magazine,‎ , p. 30 (lire en ligne  ).
  128. (en) Johnny Angel, « The Red Hot Chili Pepper’s Surging Blood Sugar Level », BAM,‎ , p. 28 (lire en ligne  ).
  129. a et b (en) « John Frusciante Recording Sessions »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  130. (en) « Funky Monks / Deep Kick »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive, (consulté le ).
  131. (en) « 1991 »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  132. Mullen 2005.
  133. (en) « Classement des 500 plus grands albums de tous les temps »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Rolling Stone.
  134. Kiedis et Sloman 2007, p. 284.
  135. Kiedis et Sloman 2007, p. 289.
  136. (en) « January 3, 1992 · Seattle Center Coliseum, Seattle, WA (Rescheduled) »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  137. (en) « The Side - 1991 Tour »  , sur theside.free.fr (consulté le )
  138. a b et c (en) « The Side - 1992 Tour »  , sur theside.free.fr (consulté le )
  139. (en) « Less Whores More Museums Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  140. (en) Rick Rubin (animateur), « John Frusciante of the Red Hot Chili Peppers Returns, Part 3 »   [audio], Broken Record, sur YouTube, (consulté le ).
  141. a b et c (en) « Blood Sugar Sex Magik Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  142. a b et c (en) Fraser Lewrypublished, « What happened when John Frusciante sabotaged the Red Hot Chili Peppers on Saturday Night Live »  , sur louder, (consulté le )
  143. (en) [vidéo] The Music Factory, John Frusciante and Anthony Kiedis Interview sur YouTube, (consulté le )
  144. (en) [vidéo] VPRO, Lolapalusa sur YouTube, (consulté le )
  145. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 291.
  146. (en) Greg Kot, « NO BASKET CASE »  , Chicago Tribune, (consulté le ).
  147. a et b Mullen 2010, p. 58.
  148. Kiedis et Sloman 2007, p. 295.
  149. a b et c (en) David Bricke, « Red Hot Chili Peppers' Truth », Rolling Stone,‎ (lire en ligne  ).
  150. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 296.
  151. (en) « July 5, 1992 · Rock Werchter Festival, Werchter, Belgium »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  152. a b c et d Apter 2004, chapitre 9.
  153. (en) « December 31, 1992 · Cow Palace, San Francisco, CA (Cancelled) », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  154. (en) « 1993 »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le )
  155. (en) « Red Hot Chili Peppers Thank Mother Nature For Their 1993 GRAMMY »  , sur Grammy Awards (consulté le ).
  156. Kiedis et Sloman 2007, p. 401.
  157. (en) Joe Rosenthal, « Pepper Guitar Mill Grinds On », Rolling Stone, .
  158. « Red Hot Chili Peppers : Circle Of The Noose, le titre inédit refait surface », sur Virgin Radio, (consulté le ).
  159. (en) « Sessions d’enregistrement de 1997 », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  160. Dave Navarro quitte officiellement le groupe de son initiative. Néanmoins, Anthony Kiedis déclare dans son autobiographie que Flea et lui « ont dû virer » Navarro (Kiedis et Sloman 2007, p. 394). Flea reste ambigu en expliquant que ça n'était « ni [la faute de Navarro], ni la leur » (Apter 2004, chapitre 16).
  161. a b c d e f g h i j et k Apter 2004, chapitre 11.
  162. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 394.
  163. a b et c (en) Michael Odell, « Wonderland », Q,‎ , p. 78-86 (lire en ligne  ).
  164. (en) « Aeroplane : Red Hot Chili Peppers Song », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  165. a et b (en) Paul Brannigan, « Drugs, ghosts and the radical re-birth of John Frusciante », sur Louder, (consulté le ).
  166. (en) Joe DiVita, « Dave Navarro Recalls Lending Guitar to John Frusciante in Rehab », sur Loudwire (consulté le ).
  167. (en) « It's great to go straight », The Guardian, (consulté le ).
  168. Kiedis et Sloman 2007, p. 395.
  169. (en) [vidéo] John Frusciante - 2001 Chateau Marmont Interview sur YouTube (consulté le ).
  170. (en) James Rotondi, « Archive Treasures: John Frusciante, November 1997 », sur Guitar Player, (consulté le ).
  171. (en) « January 20, 1997 · Viper Room, West Hollywood, CA · John Frusciante », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  172. Kiedis et Sloman 2007, p. 395.
  173. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 398.
  174. (en-US) « John Frusciante Biography » [archive du ], sur Invisible Movement (consulté le ).
  175. Olivier Granoux, « L'échappée belle », Rock Mag,‎ (lire en ligne).
  176. (br) Raphael Romanelli, « 1958 Gretsch 6136 White Falcon » (consulté le ).
  177. Kiedis et Sloman 2007, p. 399.
  178. (en) David Basham, « Chili Peppers' Flea Sells L.A. "Castle" For $3 Million », sur MTV, (consulté le ).
  179. Kiedis et Sloman 2007, p. 400.
  180. (en) « June 12, 1998 · 9:30 Club, Washington D.C. », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  181. Kiedis et Sloman 2007, p. 402.
  182. (en) « June 14, 1998 · Tibetan Freedom Concert, Washington D.C. », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  183. Kiedis et Sloman 2007, p. 404.
  184. Kiedis et Sloman 2007, p. 407.
  185. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 408.
  186. a et b Howard 2019, chapitre 19.
  187. (en-US) « [1998] Album #7 demos », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  188. Kiedis et Sloman 2007, p. 410.
  189. a et b (en) Paul Tingen, « Recording Red Hot Chili Peppers' Californications », sur Sound On Sound, (consulté le ).
  190. a et b (en-US) « [1998-1999] Californication », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  191. Kiedis et Sloman 2007, p. 420-421.
  192. (en) « Chili Peppers Mixing Latest », sur MTV, (consulté le ).
  193. (en) [vidéo] Anthony Kiedis & John Frusciante: The Lost Interview with Steve Rosen sur YouTube, (consulté le ).
  194. (en-US) « Fleamail », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  195. (en) « Californication - Red Hot Chili Peppers | Credits », sur AllMusic (consulté le ).
  196. (de) « Offizielle Deutsche Charts », sur Offizielle Deutsche Charts (consulté le ).
  197. (en) « 42nd Annual Grammy Awards nominations », sur CNN (consulté le ).
  198. (en) « Chili Peppers' album tops survey », sur BBC, (consulté le ).
  199. (en) « August 14, 1999 · Vasilyevsky Spusk, Moscow, Russia », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  200. (en) « Japan », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  201. (en) [vidéo] Red Hot Chili Peppers - Documentary (Californication Era) sur YouTube, (consulté le ).
  202. (en) « September 22, 2000 · KeyArena at Seattle Center, Seattle, WA », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  203. a b c d e et f Apter 2004, chapitre 12.
  204. a b et c (pl) Bartek Koziczynski, « Love Is Worth Betting On », Tylko Rock,‎ (lire en ligne).
  205. (en) « To Record Only Water For Ten Days » [archive] (consulté le ).
  206. (en) Melissa Giannini, « John Frusciante - To Record Only Water for Ten Days Album Reviews, Songs & More », sur AllMusic (consulté le ).
  207. (en) « Red Hot Chili Peppers' 'By The Way' Turns 20 », sur Stereogum, (consulté le ).
  208. (en) Chad Childers, « 20 Years Ago: Red Hot Chili Peppers Release 'By the Way' », sur Loudwire (consulté le ).
  209. a et b (en) Patrick Runkle, « CHAD SMITH on the New Album, By the Way », ArtistPro,‎ automne 200 2, p. 19-26.
  210. (en) Red Hot Chili Peppers - By the Way Album Reviews, Songs & More (lire en ligne).
  211. a et b (en) « By the Way Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  212. (en) Pedro Tavares, « Dave Mail 36: The unreleased album by the Chili Peppers »  , sur John Frusciante Effects, (consulté le ).
  213. (en) « Greatest Hits Sessions »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  214. « Quand les Red Hot Chili Peppers ont donné un concert épicé à Slane Castle »  , sur RTL2, (consulté le ).
  215. Dammett 2013, p. 364.
  216. (hr) « RHCP izdali greatest hits i DVD "Live At Slane Castle" »  , sur Muzika.hr, (consulté le ).
  217. Apter 2004, épilogue.
  218. a b et c (en) Alan Di Perna, « Sinner or Saint? The Two Sides of John Frusciante », Guitar World,‎ , p. 52-61 (lire en ligne  ).
  219. (en) Adam Budofsky, « The Chili Peppers' Chad Smith. Busy. Bombastic. Bringin' It. », Modern Drummer,‎ , p. 38-48 (lire en ligne   [PDF]).
  220. (en) « Roll on the Red Tour »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  221. (en) « News Uncut », MTVe.com, .
  222. a b c et d (en) Jon Cohan, « Once a Pepper, Always a Pepper », DRUM!, no 119,‎ , p. 58-65 (lire en ligne  ).
  223. (en) Adly Syairi Ramly, « Stadium arcadium! » [archive du ]  , sur Malay Mail, (consulté le ).
  224. (en) Tom Bryant, « It's Okay to be in Pain », Kerrang!, no 1113,‎ , p. 46 (lire en ligne  ).
  225. a b et c (en) « The Magic is Alive… », Kerrang!, no 1093,‎ , p. 7 (lire en ligne  ).
  226. a b et c Jonathan Cohen, « Peppers Double The Pleasure With Stadium Arcadium » [archive du ]  , sur Billboard, (consulté le ).
  227. (en) Red Hot Chili Peppers, David Mushegain, Fandemonium, Running Press, , 288 p. (ISBN 0762451483).
  228. (en) « Anthony Kiedis: 'I Regretted Memoir But It Had A Positive Effect' »  , sur Contactmusic.com, (consulté le ).
  229. a b et c (en) « Stadium Arcadium »  , sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  230. a et b (en) David Fricke, « Chili Peppers Fire Up », Rolling Stone,‎ (lire en ligne  ).
  231. a et b Brown 2008, partie 10.
  232. (en) « Red Hot Chili Peppers », NME,‎ (lire en ligne  ).
  233. (en) « Stadium Arcadium - Red Hot Chili Peppers »  , sur AllMusic (consulté le ).
  234. François Barras, « Stadium Arcadium, nouvel album des Red Hot Chili Peppers, rue dans les starting blocks. Rencontre à Hollywood avec John Frusciante, guitariste unique. » [PDF], (version du sur Internet Archive).
  235. (en) « Intergalactic Tour », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  236. Bogosian 2020, p. 307.
  237. (en-US) « Q&A: Flea on New Chili Peppers Album », sur SPIN, (consulté le ).
  238. (en-US) « EXCLUSIVE: Anthony Kiedis Talks New RHCP Album », sur SPIN, (consulté le ).
  239. (en) Marisa Laudadio, « Anthony Kiedis's Red-Hot Roommate? His Son », People (magazine),‎ (lire en ligne).
  240. (en) Lynette Ryce, « Anthony Kiedis peppers his resume with a new TV venture… », Entertainment Weekly,‎ , p. 28.
  241. (en) « Spider & Son (HBO Series) », sur AnthonyKiedis.net, (consulté le ).
  242. (en) « September 04, 2008 - Troubadour - West Hollywood, CA, United States », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  243. a b et c (en-US) Daniel Kreps, « John Frusciante Quits Red Hot Chili Peppers With “No Drama” », Rolling Stone, (consulté le ).
  244. (en) « John Frusciante - The Empyrean », sur Discogs (consulté le ).
  245. (en) « June 08, 2009 · Club Nokia, Los Angeles, CA », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  246. (en) « Josh Klinghoffer », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  247. (en) [vidéo] Josh Klinghoffer On RHCP - Early Life in The Valley - Working with Morrissey - Pluralone -Interview sur YouTube (consulté le ).
  248. (en) « Brendan Mullen - Los Angeles Times », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  249. (en) John Frusciante, « Clarification », sur Myspace, (version du sur Internet Archive).

    « Quand j’ai quitté le groupe, il y a plus d’un an, nous étions en pause. Il n’y avait ni tensions, ni colère, et les autres gars ont été très compréhensifs. Ils ont toujours affirmé leur support pour que je fasse ce qui me fait plaisir, et cela va dans les deux sens.
    Pour le dire simplement, mes intérêts musicaux m’ont amené dans une direction différente. À mon retour, et tout au long de mon passage dans le groupe, j’étais très excité d’explorer les possibilités musicales inhérentes à un groupe de rock, et de le faire avec ces personnes en particulier. Il y a quelques années, j’ai recommencé à ressentir cette même excitation, mais cette fois en jouant une musique différente, seul, et d’être mon propre ingénieur [du son].
    J’aime vraiment le groupe et ce que nous avons fait. Je comprends et j’apprécie que mon travail avec eux signifie beaucoup pour beaucoup de gens, mais je dois suivre mes intérêts. Pour moi, l’art n’a jamais tenu du sens du devoir. C’est quelque chose que je fais parce que c’est vraiment amusant, excitant et intéressant. Au cours des douze dernières années, j’ai changé, en tant que personne et en tant qu'artiste, à un point tel que travailler comme j’ai pu le faire avec le groupe serait aller à l’encontre de ma propre nature. Il n’y a pas eu de choix dans cette décision. Je dois simplement être ce que je suis et faire ce que je dois faire.
    Je vous envoie de l’amour et de la gratitude. »

  250. a b c et d Bogosian 2020, p. 311.
  251. (en-GB) Tom Goodwyn, « Red Hot Chili Peppers speak about working with 'profound' Damon Albarn - video », sur NME, (consulté le ).
  252. (en) « Ethiopia 2010 », sur Africa Express (consulté le ).
  253. a b et c (en-US) « [2010-2013] I'm With You », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  254. a et b (en) pureMix.net, « Inside the Mix: Red Hot Chili Peppers w/Andrew Scheps », sur puremix.net (consulté le ).
  255. a b c d e et f (en-US) Jason Newman et Jason Newman, « Josh Klinghoffer Talks Red Hot Chili Peppers Firing: 'It Truly Felt Like a Death' », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  256. (en) @RHCPchad, « Happy to be back in LA! Starting pepper rehearsals tommorow. », sur Twitter, (consulté le ).
  257. (en) @RHCPchad, « New RHCP record out august 30th… "I'm with you"… Finally, its time!! », sur Twitter, (consulté le ).
  258. Adeline Journet, « Les Red Hot Chili Peppers en live, mais au cinéma », L'Express, (consulté le ).
  259. (en) « Red Hot Chili Peppers Ready To Release New Album », sur Ultimate Guitar, .
  260. (en) Amy Willis, « Roman Abramovich hires Red Hot Chili Peppers for exclusive £5m News Year's Eve party », sur telegraph.co.uk, (consulté le ).
  261. (en) [vidéo] Mrrockers777, Toots & Red Hot Chilli Peppers-Louie Louie sur YouTube, (consulté le ).
  262. (en) Spencer Kaufman, « Anthony Kiedis' Foot Surgery Forces Red Hot Chili Peppers to Postpone Tour Dates », sur Loudwire (consulté le ).
  263. (en-US) « [2012] Album #11 demos 1 », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  264. (en) « Josh Klinghoffer is the Youngest Rock and Roll Hall of Famer Ever », sur futurerocklegends.com, (consulté le ).
  265. (en) Graham Hartmann, « Red Hot Chili Peppers Bassist Flea to Release 'Helen Burns' Solo EP », sur Loudwire (consulté le ).
  266. (en) « Flea - Helen Burns », sur Discogs (consulté le ).
  267. (en) « 18 Unreleased I'm With You Sides », sur RHCP News (version du sur Internet Archive).
  268. (en) « I'm Beside You - RHCP News », sur RHCP News (version du sur Internet Archive).
  269. (en) « Red Hot Chili Peppers Live Archive », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  270. (en-US) « Flea had to relearn bass after breaking his arm on a snowboarding trip », sur Consequence, (consulté le ).
  271. (en) « Red Hot Chili Peppers Live Archive », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  272. (en-US) Squitherwitch, « Anthony Kiedis Interview on the Kevin and Bean Show », sur thechilisource.com, site de fans de RHCP, (consulté le ).
  273. (en-US) « [2014-2016] The Getaway », sur Red Hot Chili Peppers Recording Sessions Archive (consulté le ).
  274. (en) [vidéo] Red Hot Chili Peppers on "The Getaway", Prince & Elton John | Interview sur YouTube (consulté le ).
  275. (en) « The Getaway Tour », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  276. (en) « December 20, 2016 - 3Arena - Dublin, Ireland », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  277. (en) « Red Hot Chili Peppers Live Archive », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  278. (en) « Concert du 23 juillet 2017 au Lollapalooza Festival, à Paris », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  279. (en) « September 24, 2017 - Parque Olímpico Cidade do Rock (Rock in Rio Festival) - Rio de Janeiro, Brazil », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  280. (en) « October 18, 2017 - Gila River Arena - Glendale, AZ, United States », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  281. (en) « 2019 - 27 PERFORMANCES », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  282. (en) « March 15, 2019 - Giza Pyramid Complex - Giza, Egypt », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  283. (en-CA) « Red Hot Chili Peppers Prep New Documentary Film », sur exclaim.ca (consulté le ).
  284. (en-US) « Former Red Hot Chili Peppers guitarist John Frusciante reunites with Flea », sur Consequence of Sound, (consulté le ).
  285. (en) [vidéo] What Brought John Frusciante Back to the Red Hot Chili Peppers sur YouTube (consulté le ).
  286. (en) « Flea Book Signing & Interview | "Acid for the Children" »   [vidéo], sur YouTube, (consulté le ).
  287. Capucine Renaud, « News | Les Red Hot Chili Peppers annoncent un nouvel album pour 2020 ! »  , sur Pozzo Live, (consulté le ).
  288. (en) « Acid for the Children », sur Goodreads (consulté le ).
  289. a b c d e f g h et i (en) Robyn Flans, « Return of the Red Hot Chili Peppers: All-Analog Production of 'Unlimited Love' », Mix,‎ , p. 30-35 (lire en ligne  ).
  290. (en) « Josh Klinghoffer », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  291. Paul Mougeot, « Josh Klinghoffer et Chad Smith font leur retour… avec Eddie Vedder ! »  , sur Rhcpfrance.com, (consulté le ).
  292. « Les Red Hot Chili Peppers annoncent une (très) bonne nouvelle », Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  293. « Publication Instagram par Red Hot Chili Peppers », sur Instagram, 15 décembre 2019 à 8 h 28 utc (consulté le ).

    « Les Red Hot Chili Peppers annoncent que nous nous séparons de notre guitariste de ces dix dernières années, Josh Klinghoffer. Josh est un beau musicien que nous respectons et aimons. Nous lui sommes profondément reconnaissants pour le temps que nous avons passé avec lui et les innombrables dons qu’il a partagés avec nous.
    Nous annonçons aussi, avec beaucoup d’enthousiasme et de joie, que John Frusciante rejoint notre groupe.
    Merci. »

    .
  294. « Publication Instagram par Flea », sur Instagram, 15 décembre 2019 à 9 h 12 utc (consulté le ).
  295. « Publication Instagram par Chad Smith », sur Instagram, 16 décembre 2019 à 12 h 04 utc (consulté le ).
  296. « Les Red Hot Chili Peppers annoncent un nouvel album et révèlent le single « Black Summer » », sur rfm.fr (consulté le ).
  297. a et b (en) [vidéo] John Frusciante & Anthony Kiedis of the Red Hot Chili Peppers | Broken Record (Hosted by Rick Rubin) sur YouTube (consulté le ).
  298. a b c d e f g et h (en-GB) « Red Hot Chili Peppers: “We feel fresh, like a new band” », sur New Musical Express, (consulté le ).
  299. (en) « 2020 - 1 PERFORMANCE », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  300. La Rédaction, « Red Hot Chili Peppers : leur nouvel album bientôt prêt », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  301. a b c d et e (en) Rick Rubin (animateur), « John Frusciante of the Red Hot Chili Peppers Returns, Part 2 »   [audio], Broken Record, sur YouTube, (consulté le )
  302. a b et c (en) Michael Astley-Brownpublished, « John Frusciante on new Red Hot Chili Peppers material: “We saved some of the best stuff for the potential next album” », sur guitarworld, (consulté le ).
  303. Ghislain Chantepie, « "Eddie", l’hommage parfait des Red Hot Chili Peppers à Van Halen », sur FIP, (consulté le ).
  304. (en-CA) « R.I.P. Blackie Dammett, Actor and Father of RHCP's Anthony Kiedis », sur Exclaim! (consulté le ).
  305. (en) [vidéo] Red Hot Chili Peppers - 2022 Global Stadium Tour Details Revealed sur YouTube (consulté le ).
  306. (en-US) Brian Hiatt et Brian Hiatt, « Exclusive: Red Hot Chili Peppers 'Almost Done' With First Album With John Frusciante Since 2006 », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  307. (en) [vidéo] Red Hot Chili Peppers sur YouTube, (consulté le ).
  308. « Les Red Hot Chili Peppers dévoilent un nouveau single après six ans d’absence », Ouest-France, .
  309. (en) « Red Hot Chili Peppers - Unlimited Love » (liste des versions de l'œuvre musicale), sur Discogs (consulté le ).
  310. (en) [vidéo] Red Hot Chili Peppers - Hollywood Walk of Fame Ceremony - Live Stream sur YouTube (consulté le ).
  311. (en) « Red Hot Chili Peppers Live Archive », sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  312. Ethan Millman, « Mo Ostin, légendaire directeur artistique de Warner Bros., est mort »  , sur Rolling Stone, (consulté le ).
  313. (en) Chad Childers, « Red Hot Chili Peppers Win 2022 MTV VMA for Best Rock Video », sur Loudwire (consulté le ).
  314. Myriam Bercier, « Le batteur de Dead Kennedys, D.H. Peligro, est mort à 63 ans »  , sur Le Canal Auditif, (consulté le )
  315. (en-US) Lars Brandle et Lars Brandle, « Red Hot Chili Peppers Set Stadium Tour of Australia With Post Malone », sur Billboard, (consulté le ).
  316. « Vieilles Charrues 2023. Cinq anecdotes à connaître sur les Red Hot Chili Peppers », Ouest-France, (consulté le ).
  317. « Les Red Hot ont explosé le cachet artistique des Vieilles Charrues », sur 20 Minutes (France), (consulté le ).
  318. (en) [vidéo] RHCPtv1, Red Hot Chili Peppers Will Begin Writing New Songs In 2025, According To Chad! (April 21, 2024) sur YouTube, (consulté le ).
  319. (en) « Readers Poll: Top 10 Bassists of All Time », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  320. Phil Ascott, « Red Hot Chili Peppers John Frusciante», Total Guitar, juillet 2006. « On By The Way, I was completely against guitar soloing. My Perception of guitar playing at that time was influenced by John McGeoch of Siouxsie and the Banshees, Johnny Marr of the Smiths and Bernard Sumner of Joy Division. »
    Helen Dalley, « Red Hot Chili Peppers», Total Guitar, août 2002. « I did have a few guitarists who I was intent of emulating and who were big influences on my sound on By The Way, […] I wanted to listen to these people who weren’t just about technique but more about textures. People like Johnny Marr, John McGeoch [Siouxsie and the Banshees] and Andy Partridge [XTC]. People who used good chords. ».
  321. Kiedis et Sloman 2007, p. 102-103.
  322. (en) Richard Bienstock, « John Frusciante on the stories behind 5 standout Unlimited Love tracks »  , sur Total Guitar, (consulté le ).
  323. (en) Red Hot Chili Peppers, « Track By Track Interviews With The Band », issue du DVD présent sur le coffret en édition limitée de Stadium Arcadium (2006)   [vidéo], sur YouTube, Warner Bros. Records, (consulté le ).
  324. Bogosian 2020, p. 302.
  325. Kiedis et Sloman 2007, p. 108.
  326. a b c et d Bogosian 2020, p. 15.
  327. (en) « Red Hot Chili Peppers Logo, symbol, meaning, history »  , sur Logos-world.net (consulté le ).
  328. Kiedis et Sloman 2007, p. 303.
  329. Bogosian 2020, p. 15-18.
  330. Bogosian 2020, p. 16.
  331. Mushegain 2014, préface.
  332. a et b Kiedis et Sloman 2007, p. 159.
  333. a et b (en) Alex Young, « The Uncomfortable Disregard for Legendary Rockers' Sexual Misconduct »  , sur Consequence of Sound, (consulté le ).
  334. (en) « December 12, 1984 · Peppy's, Baton Rouge, LA »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  335. (en) « The Red Hot Chili Peppers: The Secret of Sock-cess! », RAW, no 108,‎ (lire en ligne  ).
  336. (en) « Catholic School Girls Rule »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  337. a et b Kiedis et Sloman 2007, légende d'une photo entre les pages 276 et 277.
  338. (en) Bobby Olivier, « How have the Red Hot Chili Peppers not been canceled yet? »  , sur NJ.com, (consulté le ).
  339. (en) « April 21, 1989 · George Mason University, Fairfax, VA »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  340. a b et c (en) « Red Hot Chili Penis Leads to Lawsuit »  , sur thediscography.org (consulté le ).
  341. a et b (en) Richard Harrington, « The Medium is the mayhem », The Washington Post,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  342. (en) « March 14, 1990 · MTV Spring Break Party, Daytona Beach, FL »  , sur Red Hot Chili Peppers Live Archive (consulté le ).
  343. (en) « Rock Band Members Plead To Assault Charge » [archive du ]  , sur Associated Press, (consulté le ).
  344. (en) « 2 in band arrest after attacking fan » [archive du ]  , sur Orlando Sentinel, (consulté le ).
  345. (en) « Two members of Red Hot Chili Peppers arrested »  , sur UPI, (consulté le ).
  346. a et b (en) Bogs sur l’Internet Movie Database.
  347. (en) « James Whale Radio Show - Bogs »   [vidéo], sur YouTube, (consulté le ).
  348. (en) Jared Marshall, « No Chili: Examining the Forgotten Assaults of RHCP and the Industry That Allowed It »  , sur smackmedia.ca, (consulté le ).
  349. (en) Julie Farman, « Blood, Sugar, Sex, Dickheads » [archive du ]  , sur Live From The Grayish Carpet, (consulté le ).
  350. (en) Alanna Vagianos, « Former Music Exec Says She Was Sexually Harassed By 2 Of The Red Hot Chili Peppers »  , sur HuffPost, (consulté le ).
  351. (en) Hayley Fox, « How Women Are Smashing Misogyny in the Music Business »  , sur LA Weekly, (consulté le ).
  352. (en) « 1987 », sur Faith No More Gig Database (consulté le ).
  353. a et b Bogosian 2020, p. 13.
  354. a b c et d (en) « Mr. Bungle FAQ »  , sur Bungle Fever (consulté le ).
  355. (en) Mick Wall, « Who's Funkin You », Kerrang!, no 292,‎ , p. 18-21 (lire en ligne  , consulté le ).
  356. (en) Steve Mascord, « Patton picks no Pepper », Kerrang!, no 302,‎ , p. 5 (lire en ligne  ).
  357. a et b (en) Jeff Stratton, « Mike Patton Of Mr. Bungle » [archive du ]  , sur The A.V. Club, (consulté le ).
  358. a b c d et e Bogosian 2020, p. 14.
  359. (en) « Mr. Bungle - Clutch Cargo's, Pontiac, MI, USA (1999) »   [vidéo], sur YouTube, (consulté le ).
  360. (en) « Red Hot Chili Peppers Setlist at Big Hello to Brooklyn 2014 »  , sur setlist.fm (consulté le ).
  361. (en) Jon Bitner, « Cyberpunk 2077 Is Hiding Easter Eggs For Radiohead And Red Hot Chili Peppers »  , sur TheGamer, (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :