Origny-Sainte-Benoite

commune française du département de l'Aisne

Origny-Sainte-Benoite
Origny-Sainte-Benoite
L'église Sainte-Benoîte-et-Saint-Vaast.
Blason de Origny-Sainte-Benoite
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Intercommunalité CC du Val de l'Oise
Maire
Mandat
Dominique Burillon
2020-2026
Code postal 02390
Code commune 02575
Démographie
Gentilé Orignaquois(es)
Population
municipale
1 683 hab. (2018 en diminution de 1,69 % par rapport à 2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 15″ nord, 3° 29′ 23″ est
Altitude 75 m
Min. 67 m
Max. 139 m
Superficie 23,3 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Quentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ribemont
Législatives 3e circonscription de l'Aisne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite
Liens
Site web http://origny-sainte-benoite.e-monsite.com/

Origny-Sainte-Benoite est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

DescriptionModifier

Origny-Sainte-Benoite est une commune située sur l'Oise, à égale distance à peu près de Saint-Quentin (à l'ouest), Bohain-en-Vermandois (au nord) et Guise (au nord-est).

Elle est desservie par le chemin de fer touristique du Vermandois de Saint-Quentin à Originy (la ligne est aussi utilisée pour le fret).

Le canal de la Sambre à l'Oise longe la commune à proximité de son centre.

La véloroute transeuropéenne Paris - Moscou traverse Origny-Sainte-Benoite.

La commune est située après la commune de Ribemont sur la route départementale qui la relie au sud à La Fère.

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Origny-Sainte-Benoite est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Origny-Sainte-Benoite, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[4] et 3 082 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Quentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 120 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,5 %), prairies (5,6 %), zones urbanisées (4,7 %), eaux continentales[Note 3] (2,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,6 %), zones agricoles hétérogènes (1,3 %), forêts (1,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

ToponymieModifier

Le nom du village apparaît pour la première fois en 1145, sous son appellation latine de Origniacum dans un cartulaire de l'abbaye de Saint-Nicolas-aux-Bois. L'orthographe évoluera encore de nombreuses fois en fonction des différents transcripteurs:Origni, Oriniacenis Abbatia, Horiniacum, Orengi, Auregniacum-Sancte-Benediste, Erini, Orinium, Uraigni, Oreigni, Origny-Sainte-Benoiste sur la Carte de Cassini au milieu du XVIIIe siècle.

Comme toutes les paroisses portant le nom d'un saint ou d'une sainte, Origny s'appellera officiellement Origny-sur-Oise pendant quelques années sous la Révolution et enfin l'orthographe actuelle Origny-Sainte-Benoite au XIXe siècle[11].

HistoireModifier

 
Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).

L'abbaye d'Origny qui a été créée au IXe siècle a disparu au XVIIIe siècle.

Carte de Cassini

La carte de Cassini montre qu'au XVIIIe siècle, Origny-Sainte-Benoite est un bourg situé sur la rive gauche de l'Oise.

Au nord, un chemin franchissant les trois bras de l'Oise grâce à des ponts en pierre permettait de rejoindre la route de Saint-Quentin à Guise

A l'est le hameau de Courjumelle est mentionné pour la première fois en 1413 sous le nom de "les Cours Jumelles"[12].

Un moulin à eau est symbolisé par une roue dentée sur le cours de l'Oise.

La mention Poste indique que la ville possédait un relais de poste pour les chevaux sur la route de Paris. Le relais précédent était à Saint-Quentin et le suivant à Guise.

Passé industriel de la ville

Création en 1908 des « Ciments Artificiels Portland d'Origny-Sainte-Benoite ». Le développement de l'activité économique liée à la cimenterie se poursuit pendant tout le XXe siècle et est marqué par des fusions et absorptions successives, telles que celle avec les Établissements A. Letellier, dès 1961 (qui voit le transfert du siège social à Paris), ou celle (en 1970) avec la société cimentière La Desvroise. Ces regroupements industriels et financiers s'accélèrent alors (Holderbank entrant dans le capital) jusqu'en 2002, année où le groupe prend le nom de Holcim-France-Benelux.

La distillerie coopérative d'Origny, est créée en 1932. Après l'élargissement de son activité vers la sucrerie et plusieurs regroupements (Béghin-Say) forme le groupe connu actuellement sous le nom Tereos.

Passé ferroviaire de la ville

De 1874 à 1966, Origny a été traversé par la ligne de chemin de fer de Saint-Quentin à Guise. qui, venant de Ribemont, longeait le cours de l'Oise, passait à l'ouest du village et se dirigeait vers Guise.

Chaque jour, cinq trains s'arrêtaient dans chaque sens devant cette gare pour prendre les passagers qui se rendaient soit à Saint-Quentin, soit à Guise (voir les horaires)[13] .

A une époque où le chemin de fer était le moyen de déplacement le plus pratique, cette ligne connaissait un important trafic de passagers et de marchandises.

La gare, en bois avant 1914, fut détruite par les Allemands en 1918; elle a été reconstruite dans les années 1920 en brique avec un étage.

A partir de 1950, avec l'amélioration des routes et le développement du transport automobile, le trafic ferroviaire a périclité et la gare a été fermée en 196

La ligne a été utilisée par la suite pour le transport des produits de la sucrerie vers Saint-Quentin. En 2020, elle est toujours en service mais elle n'est plus empruntée qu'épisodiquement par le Chemin de fer touristique du Vermandois jusqu'à la gare d'Origny qui en est le terminus.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

La commune d'Origny-Sainte-Benoite est membre de la communauté de communes du Val de l'Oise, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Mézières-sur-Oise. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Saint-Quentin, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[15]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Ribemont pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[15], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Administration municipaleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Planque   professeur des écoles
mars 2008[17] 21 novembre 2013[18] Jean-Marie Serain   Commerçant
Décédé en fonction
21 janvier 2014[19] 2014 Gilbert Mahu    
2014[20] mai 2020 Francis Delville DVG Cadre
Vice-président de la CC du Val de l'Oise (2014 → 2020)
mai 2020[21] En cours
(au 27 juillet 2020)
Dominique Burillon   Vice-président de la CC du Val de l'Oise (2020 → )

Distinctions et labelsModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2018, la commune comptait 1 683 habitants[Note 4], en diminution de 1,69 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3981 5791 5481 6971 7551 8501 8922 2522 372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4252 7472 6462 5782 6322 6872 4722 5492 419
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4032 2342 0361 9481 9552 0171 9611 8242 135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 3662 3412 2602 1451 8221 7691 7011 6921 706
2017 2018 - - - - - - -
1 6851 683-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités économiquesModifier

 
Distillerie Tereos située à l'ouest de la localité, vue à la tombée de la nuit depuis la route D 1029.
  • Sucrerie et distillerie du groupe Tereos. La société exploite plusieurs sites en France et à l'étranger. Dans l'Aisne, il faut noter également ceux de Vic-sur-Aisne et de Bucy-le-Long.
  • Anciennement une cimenterie, les Ciments d'Origny, qui faisait partie du groupe suisse Holcim (autrefois nommé Holderbank), dont le siège est à Holderbank (Argovie). Le site a été racheté par Tereos qui, après démantèlement des installations, y a installé sa distillerie.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Sainte-Benoîte-et-Saint-Vaast.
  • Chapelle de Courjumelles.
  • Oratoire Sainte-Benoite et calvaire, square Sainte-Benoite.
  • Monument aux morts.
  • Le cimetière allemand dans lequel reposent 3 941 soldats allemands, dont 934 dans deux fosses communes.
  • La nécropole nationale d'Origny-Sainte-Benoite

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
D'azur semé de fleurs de lys d'argent[29].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
La commune a adopté les armoiries de son abbaye bénédictine fondée vers 854 par l'évêque de Laon, Pardule, et la reine Ermentrude, épouse de Charles le Chauve. Elle est installée à l'emplacement du tombeau de sainte Benoîte, fille de sénateur romain venue en pèlerinage pour vénérer les reliques de saint Quentin et qui décida de poursuivre son action dans la région. En 362, elle subit le martyre sous le règne de Julien.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Unité urbaine 2020 d'Origny-Sainte-Benoite », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39289w/f251.item
  12. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39289w/f126.item
  13. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ligne_Saint-Quentin-Guise-La_Fert%C3%A9-Chevresis_Horiare_1923_Horaire_1956.jpg
  14. « communauté de communes du Val de l'Oise - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  15. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Origny-Sainte-Benoite », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  17. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  18. « Le maire, Jean-Marie Serain, est décédé d'une longue maladie », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Gilbert Mahu, un maire pour deux mois : Le conseil municipal a élu son chef jusqu'aux prochaines élections municipales prévues les 23 et 30 mars. Un mandat inédit de huit semaines. L'édile n'en a pas dit davantage. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le )
  21. « À Origny-Sainte-Benoite, un nouveau maire et une petite opposition », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Dominique Burillon est le nouveau maire de la commune. Le maire sortant intègre une opposition de quatre élus ».
  22. Villes et Villages Fleuris
  23. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. René Dosière, « mon parcours - Blog de René Dosière », sur Blog de René Dosière (consulté le )
  29. « 02575 Origny-Sainte-Benoite (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Liens externesModifier