Ouvrir le menu principal

Niels Schneider

acteur franco-canadien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.
Niels Schneider
Description de cette image, également commentée ci-après
Niels Schneider en janvier 2017.
Naissance (32 ans)
Meudon, France
Nationalité Drapeau : Canada Canadien
Drapeau : France Français
Profession Acteur

Niels Schneider [nils ʃnedɛʁ][1], né le à Meudon, est un acteur franco-canadien.

En 2017, il reçoit le César du meilleur espoir masculin pour Diamant noir, premier film dont il est la tête d'affiche.

BiographieModifier

Vie privéeModifier

Niels Schneider est issu d’une famille de comédiens. Il est le frère des acteurs Vadim (1986-2003) et d'Aliocha Schneider (né en 1993).

Il est en couple avec l'actrice et animatrice Virginie Efira[2].

Débuts d'acteurModifier

Il a ses premiers contacts avec le théâtre en accompagnant son père dans les coulisses des spectacles dirigés par ce dernier. En 1995, il arrive au Canada où il connait ses premières expériences en doublage[3].

En 2003, sa vie se trouve bouleversée par la perte de son frère, Vadim, plus âgé de 16 mois et comédien-vedette de la série 15/A[3]. Malgré cette perte, Niels ne se désintéresse pas de la comédie et décroche, trois mois plus tard, le rôle d’Harold dans la pièce Harold et Maude de Colin Higgins.

L’année suivante, il joue dans 15/A, la même série que son frère, puis les rôles au théâtre s’enchaînent pour lui : Le Procès de Kafka, Les 7 Portes de Botho Strauss et Mais n'te promène donc pas toute nue ! de Feydeau.

Seconds rôles au cinéma (2008-2014)Modifier

 
Niels Schneider au festival du film de Cabourg 2012, où il est membre du jury.

Il passe au grand écran en 2008 en interprétant le personnage de Sacha dans Tout est parfait de Yves Christian Fournier. Par la suite, il joue dans les films de Xavier Dolan dont il devient un des acteurs fétiches.

En 2010, il joue aux côtés de Monia Chokri et Xavier Dolan dans le second long métrage de ce dernier, Les Amours imaginaires. Son interprétation lui donnera une grande visibilité et lui vaudra d'obtenir le trophée Chopard en tant que Révélation de l'année au festival de Cannes.

En septembre 2011, il apparaît dans le clip Adieu de Cœur de pirate.

En 2013, il donne la réplique à Isaach de Bankolé et Sonia Rolland dans Désordres, puis joue dans l'expérimental Opium, d'Arielle Dombasle.

L'année 2014 est marquée par des seconds rôles dans des projets plus médiatisés : Gemma Bovery, d'Anne Fontaine, puis Une rencontre, de Lisa Azuelos.

La même année, il joue sur scène Roméo, avec Ana Girardot dans le rôle de Juliette, dans Roméo et Juliette de William Shakespeare, dans une mise en scène de Nicolas Briançon au théâtre de la Porte-Saint-Martin à Paris.

 
L'acteur en 2015, à l'avant-première de la comédie Discount.

En décembre 2015, il est membre du jury courts métrages du 15e Festival international du film de Marrakech, présidé par Joachim Lafosse.

Passage au premier plan (depuis 2016)Modifier

Après des participations à L'Antiquaire (2015), de François Margolin et Le Cœur régulier (2016), de Vanja d'Alcantara, il se voit propulsé tête d'affiche avec le drame Diamant noir, d'Arthur Harari. La même année, il partage l'affiche de Belle Dormant avec Agathe Bonitzer.

En 2017, il incarne l'artiste Jean Sobieski dans le biopic Dalida, réalisé par Lisa Azuelos. Lors du Festival de Cannes 2017, il fait partie du jury de la 56e Semaine de la critique[4], présidé par Kleber Mendonça Filho.

En 2018, il participe à trois projets : d'abord le drame historique Un peuple et son roi, écrit et réalisé par Pierre Schoeller. Pour ce projet porté par Adèle Haenel et Gaspard Ulliel, il incarne de nouveau une figure historique, Louis Antoine de Saint-Just. Puis il partage l'affiche du drame Un amour impossible, de Catherine Corsini, avec Virginie Efira. Enfin, il a pour partenaire Anna Mouglalis pour un autre film historique, La Femme la plus assassinée du monde, de Franck Ribière. Le film est rendu disponible exclusivement sur Netflix.

Il joue de nouveau aux côtés de Virginie Efira dans Sibyl de Justine Triet, un film présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2019.

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ClipModifier

PublicitésModifier

  • 2016 : Le Baiser, mini-film de quatre clips réalisé par Luca Guadagnino pour la promotion du café Carte Noire[5].

ThéâtreModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Participations événementiellesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API.
  2. « https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/v-efira-et-n-schneider-c-est-l-histoire-d-un-amour », lanouvellerepublique.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  3. a et b Nathalie Rouiller, « Niels Schneider, l'intranquille » sur Libération, 16 janvier 2017
  4. AlloCine, « Cannes 2017 : Kleber Mendonça Filho président du jury de la Semaine de la critique », AlloCiné,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2017)
  5. Niels Schneider et Sonja Kinski dans un clip pour le café Carte Noire, sur packshotmag.com, 22 février 2016.
  6. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres - hiver 2019 », sur Ministère de la Culture (consulté le 4 juin 2019).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier