Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur

ministère du Gouvernement du Québec

Ministère de l'Éducation
Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur
Siège du ministère (Édifice Marie-Guyart)
Siège du ministère (Édifice Marie-Guyart)

Création
Juridiction Gouvernement du Québec
Siège 1035, rue De La Chevrotière
Québec (Québec)
G1R 5A5
Coordonnées 46° 48′ 28″ N, 71° 13′ 05″ O
Budget annuel 15 975,5 M$ (2012-2013)
Ministre responsable Jean-François Roberge (Ministre de l'Éducation)
Isabelle Charest (Ministre déléguée à l’Éducation)
Activité(s) Élabore et propose des politiques relatives à l'éducation et à l'enseignement
Agences filles Aide financière aux études
Comité-conseil sur les programmes d'études
Commission de l'éducation en langue anglaise
Conseil supérieur de l'éducation
Site web http://www.education.gouv.qc.ca
Géolocalisation du siège
Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Ministère de l'Éducation
Géolocalisation sur la carte : Ville de Québec
(Voir situation sur carte : Ville de Québec)
Ministère de l'Éducation

Le ministère de l'Éducation est un ministère québécois faisant partie du gouvernement du Québec. Il est responsable d'assurer les activités éducatives et d'enseignement supérieur sur le territoire québécois, ainsi que de soutenir la pratique d'activités physiques, de sports et de loisirs[1].

Originellement créé en 1964 en tant que ministère de l'Éducation, celui-ci a, au fil du temps, intégré ou non les responsabilités relatives à l'enseignement supérieur. En 2015, il est reconstitué en vertu du décret numéro 142-2015 sous le nom de ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR), et ce, par la fusion du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science (MESRS)[2]. Entre 2016 et 2020, il prend le nom de ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, en vertu du décret numéro 28-2016[3]. En juin 2020, le ministère de l'Enseignement supérieur retrouve son autonomie et le ministère prend le nom de ministère de l'Éducation, en vertu du décret numéro 653-2020[4].

HistoireModifier

XIXe siècleModifier

La coordination de l'éducation de la population non autochtone sur le territoire du Québec a pris de nombreuses formes avant de prendre celle du ministère de l'Éducation. Avant 1867, le financement des écoles était fait par des Actes gouvernementaux, par exemple l'Acte pour l'établissement d'écoles gratuites et l'avancement des sciences dans cette province.

Il en allait de même pour le financement des écoles normales, qui servaient à l'époque de lieu de formation des maîtres d'école.

Un règlement du crée le conseil de l'instruction publique, qui vise à créer un système scolaire, en unissant les superviseurs de district. Cette création vient en réponse au Rapport Sicotte de 1853, qui montrait les nombreuses carences du système d'éducation en place à l'époque. En 1867, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau crée le ministère de l'Instruction publique, organe d'éducation laïc de la province. Il sera aboli en 1875 par Charles-Eugène Boucher de Boucherville.

Révolution tranquilleModifier

 
École de rang de la région de Granby (début XXe siècle).

Le comité d'instruction publique était fortement contrôlé par les églises catholique et protestante, et n'ayant pas de voie à l'assemblée législative, peu d'innovations ont été faites avant sa dissolution, lors de la création du ministère actuel.

Le , en adoptant le projet de loi 60, l'assemblée législative (dénommée aujourd’hui Assemblée nationale du Québec) décrétait la création du ministère de l'Éducation. La Loi instituant le ministère de l'Éducation et le Conseil supérieur de l'éducation (projet de loi 60) avait été sanctionnée le de la même année. À noter que le premier ministre libéral Jean Lesage ne visait pas spécialement la déconfessionnalisation des écoles; il cherchait surtout à rehausser la niveau de la formation en rendant l'école gratuite et obligatoire jusqu'à l'âge de 16 ans (au lieu de 14). C'est sous la pression d'un mouvement de fond de laïcisation générale porté par divers groupes, notamment l'Association des professeurs de l'Université de Montréal, ainsi que par les auteurs de la Commission Parent, qu'on aboutira à un projet de loi où l'État québécois finira par remplacer l'Église[5].

Années 1980 à aujourd'huiModifier

En décembre 1984, les responsabilités liées à l'enseignement post-secondaire sont retirées au ministère de l'Éducation et confiées au nouveau ministère de l'Enseignement supérieur qui subsiste jusqu'en janvier 1994.

Le , en vertu du décret numéro 120-2005, le ministre et le ministère de l'Éducation prennent les noms de ministre et ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS)[6] en récupérant les fonctions liées aux Loisirs et aux Sports auparavant dévolues au ministère des Affaires municipales.

En septembre 2012, en vertu du décret numéro 878-2012, le ministère est à nouveau scindé afin de créer le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, et ce, jusqu'en février 2015[7].

Lors des scissions du ministère, le ministre du nouveau ministère créé était souvent le même que celui de l'Éducation.

Des rumeurs de remaniement ministériel circulent en et la possibilité de scinder à nouveau les deux pans du ministère (Éducation et Enseignement supérieur) est envisagée par le premier ministre, d'autant que la Loi sur le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie n'a toujours pas été abrogée[8]. Cette option est confirmée lors du remaniement du lorsque le ministre Jean-François Roberge devient ministre de l'Éducation et la jusqu'alors ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann devient ministre de l'Enseignement supérieur[4],[9].

Liste des ministresModifier

Liste des ministres de l'Éducation du Québec depuis la création du poste (e)
Ministre Parti Intitulé Début Fin Cabinet
     Paul Gérin-Lajoie Libéral Ministre de l’Éducation Lesage
     Jean-Jacques Bertrand Union nationale Johnson (père)
     Jean-Guy Cardinal Union nationale
     Bertrand
     Guy Saint-Pierre Libéral Bourassa (1)
     François Cloutier Libéral
     Jérôme Choquette Libéral
     Raymond Garneau[note 1] Libéral
     Jean Bienvenue Libéral
     Jacques-Yvan Morin Parti québécois Lévesque
     Camille Laurin Parti québécois
     Yves Bérubé Parti québécois
     François Gendron Parti québécois
     P.M. Johnson
     Claude Ryan Libéral Ministre de l’Éducation, de l'Enseignement supérieur et des Sciences Bourassa (2)
     Michel Pagé Libéral Ministre de l’Éducation
     Lucienne Robillard Libéral
     Ministre de l’Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Science
     Jacques Chagnon Libéral Ministre de l’Éducation Johnson (fils)
     Jean Garon Parti québécois Parizeau
     Pauline Marois Parti québécois Bouchard
     François Legault Parti québécois
     Landry
     Sylvain Simard Parti québécois
     Pierre Reid Libéral Charest
     Jean-Marc Fournier Libéral Ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport
     Michelle Courchesne Libéral
     Line Beauchamp Libéral
     Michelle Courchesne Libéral
     Marie Malavoy Parti québécois Marois
     Yves Bolduc Libéral Couillard
Fusion avec le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science
     François Blais Libéral Ministre de l'Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
     Pierre Moreau Libéral Ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur
     Sébastien Proulx Libéral
     Jean-François Roberge Coalition avenir Legault
     Ministre de l’Éducation En fonction

Ministres délégués et responsablesModifier

Liste des ministres délégués et responsables relevant du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur
Ministre Parti Intitulé Attributions Début Fin Gouvernement
Aucun titulaire Marois
Couillard
     François Blais Libéral Ministre responsable du Loisir et du Sport[10] [attrib. 1]
     Luc Fortin Libéral Ministre délégué au Loisir et au Sport[11] [attrib. 2]
Aucun titulaire
     Isabelle Charest Coalition avenir Ministre délégué à l'Éducation[12] [attrib. 3] En fonction Legault

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. également ministre des Finances
  • Attributions ministérielles
  1. Le décret liste notamment les loisirs et les sports (dont la sécurité dans les sports)
  2. Le décret liste notamment les loisirs et les sports (dont la sécurité dans les sports)
  3. Le décret liste notamment : Éducation préscolaire · Enseignement primaire et secondaire · Loisir et sport

RéférencesModifier

  1. « Mission et mandats », sur www.quebec.ca (consulté le 20 février 2020)
  2. Gouvernement du Québec, « Décret 142-2015, 27 février 2015 », sur Publications du Québec, (consulté le 29 février 2020)
  3. Gouvernement du Québec, « Décret 28-2016, 28 janvier 2016 », sur Publications du Québec, (consulté le 29 février 2020)
  4. a et b Gouvernement du Québec, Décret 653-2020, Québec, Gazette officielle du Québec (lire en ligne)
  5. Mathieu Bureau Meunier, Wake up mes bons amis!, Québec, Septentrion, 2019, p. 137.
  6. Gouvernement du Québec, « Décret 120-2005, 18 février 2005 », sur Publications du Québec, (consulté le 29 février 2020)
  7. Gouvernement du Québec, « Décret 878-2012, 20 septembre 2012 », sur Publications du Québec, (consulté le 29 février 2020)
  8. Martine Biron, « Vers un remaniement à Québec », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 15 juin 2020)
  9. Gouvernement du Québec, « Le premier ministre François Legault procède à des ajustements aux responsabilités de certains ministres - Portail Québec », sur www.fil-information.gouv.qc.ca (consulté le 22 juin 2020)
  10. Canada, Québec. « Décret 43-2016 » [lire en ligne]
  11. Canada, Québec. « Décret 43-2016 » [lire en ligne]
  12. Canada, Québec. « Décret 1295-2018 » [lire en ligne]

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier