Coalition avenir Québec

parti politique québécois

La Coalition avenir Québec (CAQ, /kak/) est un parti politique québécois. Ayant actuellement 88 sièges à l'Assemblée nationale, la CAQ forme un gouvernement majoritaire depuis les élections générales québécoises du . Son chef, François Legault, est l'actuel premier ministre du Québec. Les sympathisants de la CAQ sont appelés caquistes.

Coalition avenir Québec
Image illustrative de l’article Coalition avenir Québec
Logotype officiel.
Présentation
Chef François Legault
Fondation (mouvement)
(parti)
Fusion de Action démocratique du Québec
Siège 1260, rue Mill, bureau 50
Montréal (Québec)
H3K 2B4
Présidente du Conseil exécutif Sarah Beaumier[1]
Positionnement Centre droit[2],[3],[4],[5],[6]
Idéologie Libéralisme économique
Nationalisme québécois[7]
Autonomisme[8]
Conservatisme fiscal[8]
Adhérents environ 50 000 (début 2022)[9]
Couleurs Bleu
Site web coalitionavenirquebec.org
Présidents de groupe
Leader parlementaire du gouvernement Simon Jolin-Barrette
Whip en chef Mario Laframboise
Président du caucus François Jacques
Représentation
Députés
88  /  125

La Coalition avenir Québec est fondée en par un groupe de personnalités dirigé par l'homme d'affaires et ancien ministre péquiste François Legault et le lobbyiste Charles Sirois. La CAQ est reconnue comme un parti politique le . Le , elle absorbe l'Action démocratique du Québec. La CAQ fait son entrée à l'Assemblée nationale comme deuxième opposition à la suite des élections générales québécoises de 2012. Elle restera deuxième opposition à la suite de l'élection de 2014.

L'effondrement de l'appui aux partis dits « traditionnels »[2] aux élections générales québécoises de 2018 porte la CAQ au pouvoir avec 37,42 % des suffrages et 74 sièges à l'Assemblée nationale. Il s'agit de la première fois depuis 1970 qu'un parti politique autre que le Parti libéral du Québec ou le Parti québécois détient une majorité de sièges à l'Assemblée nationale.

Décrite comme de centre droit[10], la CAQ défend plusieurs positions héritées de l'Action démocratique du Québec, notamment l'autonomisme québécois et le libéralisme économique[11]. Sur le plan constitutionnel, le chef François Legault s'est prononcé ouvertement contre la souveraineté du Québec[12] et, bien qu'il rejette « l'étiquette fédéraliste »[13], le parti souhaite officiellement une « réconciliation durable avec le reste du Canada ». Depuis son élection, le gouvernement François Legault a notamment aboli les commissions scolaires francophones, a adopté la Loi sur la laïcité de l'État ainsi que la Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français et réduit les seuils d'immigration permanente. En éducation, la CAQ souhaite établir la prématernelle à 4 ans, l'éducation obligatoire jusqu'à 18 ans et souhaite prioriser l'enseignement du génie, des technologies et des sciences de la santé au sein des établissements d'enseignement supérieur[14].

Historique

modifier

Fondation de la Coalition pour l'avenir du Québec

modifier

« Venus d’horizons variés et de familles politiques différentes, nous sommes toutefois animés par une conviction commune : le Québec peut et doit faire mieux. »

— Ouverture du Manifeste de la Coalition pour l'avenir du Québec

En , un groupe de personnalités québécoises influentes se rencontrent à la maison d'Outremont de l'ex-ministre péquiste et homme d'affaires François Legault pour discuter de la création d'un nouveau groupe politique[15]. L'ébauche du manifeste commence à circuler dans les médias dès [16].

Le , lors d'une conférence de presse tenue au Musée de la place Royale à Québec, François Legault annonce la création et publie le manifeste d'un nouveau groupe de réflexion politique nommé la Coalition pour l'avenir du Québec[16]. Cet évènement suit de quelques jours la diffusion d'une vidéo sur la plateforme YouTube dans laquelle il exprime ses intentions aux côtés de l'homme d'affaires Charles Sirois, alors président du conseil de la banque CIBC[16]. Si le mouvement se veut apolitique et non partisan, l'éventuelle création d'un parti politique n'est pas exclue par François Legault[17].

En plus de ces deux fondateurs, la Coalition pour l'avenir du Québec dévoile un manifeste signé par 10 autres personnalités : Bruno-Marie Béchard Marinier, Lionel Carmant, Jean Lamarre, Sylvie Lemaire, Michel Lemay, Chantal Longpré, Marie-Eve Proulx, Stéphanie Raymond-Bougie, Anie Samson et Jean-François Simard[18]. Deux signataires, Joseph Facal et Christian Dufour, ont retiré leur signature avant la publication, par désaccord politique avec la version finale du manifeste[15].

Le manifeste

modifier

Le manifeste de la Coalition pour l'avenir du Québec décrit le Québec du début du millénaire comme une nation en « déclin tranquille » aux prises avec des problèmes de décrochage scolaire chez les jeunes hommes, moins de « richesse collective » que dans le reste de l'Amérique du Nord, des services publics « à bout de souffle » et des « difficultés croissantes d’insertion » pour les immigrants[18].

Pour réaliser un « redressement », la société québécoise doit retrouver «confiance en l'avenir et en [elle-même]». Pour ce faire, il faut délaisser les « façons de faire du passé » et «mettre en place des solutions mieux adaptées aux réalités d’aujourd’hui »[18]. Parmi ces solutions, le manifeste nomme l'éducation comme sa priorité et souhaite la revalorisation de la profession d’enseignant, demande d'offrir de meilleurs salaires et corriger le « sous-financement des universités québécoises »[18]. La coalition soulève aussi la question de l'importance de la Charte de la langue française, des sélections et formations « plus exigeantes« pour les enseignants et la décentralisation des décisions dans le système de santé[18]. L'État doit être géré de façon plus « rigoureuse », les finances publiques doivent être assainies. Il faut aussi «établir un climat résolument favorable aux investissements privés » en passant en revue les « manières d’imposer les entreprises et les individus »[18]. Le manifeste se termine en appelant aux «fédéralistes comme aux souverainistes» et « ceux pour qui ces étiquettes ne sont pas les plus déterminantes» de se rassembler autour des objectifs présentés dans le manifeste[18].

Réception

modifier

Pour les militants souverainistes, la création d'un mouvement politique qui défend le statu quo constitutionnel par un ex-ministre péquiste est accueilli avec déception[17] et est critiqué pour son « défaitisme »[19]. Au début de 2011, l'Action démocratique du Québec n'entend pas rejoindre un éventuel nouveau parti que François Legault pourrait créer et prétend que l'ADQ est le vrai moteur du changement au Québec[17].

Le manifeste est accueilli avec scepticisme par les syndicats de l'enseignement, dont la Fédération des syndicats d'enseignement, qui critique le bilan de François Legault comme ministre de l'Éducation de 1998 à 2002[20]. Lors d'une conférence de presse commune le , la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) dénoncent les propositions de la CAQ en éducation en indiquant que ces dernières « vont créer plus de problèmes qu'elles ne vont en régler »[21].

Négociation absorption de l'Action démocratique du Québec

modifier

Après la parution du manifeste, les opinions divergent à l’intérieur de l'ADQ sur une fusion potentielle avec le mouvement de Legault[22]. Les réticences s'articulent sur deux axes : on réclame que le mouvement défende la place plus importante du secteur privé dans le milieu de la santé et l'abolition des commissions scolaires[22].

Le , la « Coalition pour l'avenir du Québec » se transforme en parti politique. Elle lance sa plate-forme dix jours plus tard annonçant du même coup son changement de nom pour « Coalition avenir Québec ». Le parti annonce en plus des quatre priorités ci-dessus un cinquième point, la lutte à la corruption, par l'annonce de la création d'un poste de commissaire à l'intégrité de la vie publique. Elle réitère son engagement à « […] hausser le salaire des enseignants de 20 %, abolir les agences de santé et les commissions scolaires et rembourser la dette avec les redevances des ressources naturelles[23]. »

Le , la Coalition avenir Québec annonce son intention d'accueillir l'ensemble des membres d'un parti existant, l'Action démocratique du Québec[24].

Le , alors que l'accord de fusion doit encore être ratifié par les militants de l'ADQ, quatre députés indépendants annoncent leur ralliement à la CAQ. Il s'agit d'Éric Caire et Marc Picard, ex-adéquistes et de Daniel Ratthé et Benoit Charette, ex-péquistes[25]. Le 9 janvier 2012, François Rebello, un autre député péquiste, quitte son caucus, pour rejoindre la CAQ[26].

Le , alors que l'intégration de l'ADQ est maintenant chose faite, François Legault annonce la formation du comité exécutif national de la nouvelle formation politique.

Campagne électorale de 2012

modifier

Le , la Coalition avenir Québec a lancé une tournée régionale, menée par le député André Lamontagne, sur le thème « Cap sur nos régions » qui l'a mené dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord[27]. L'objectif visé est de proposer une vision pour les régions, assorti d’un plan de développement économique régional qui s’articulera autour de leurs besoins et de leur potentiel. Par la suite, la tournée s'est rendue en Abitibi[28], en Outaouais[29] et en Mauricie[30]. Le rapport Cap sur les régions doit être rendu public au printemps 2016. Il devrait servir de plate-forme à la CAQ en prévision de la campagne électorale prévue en 2018[réf. nécessaire].

Élections générales québécoises de 2014

modifier

Élections générales québécoises de 2018

modifier

C'est sous le slogan « L'équipe du changement » que la Coalition avenir Québec va mener, en 2018, sa campagne électorale au Québec[31],[32].

Au soir de l'élection, la CAQ obtient 74 sièges sur 125. Concernant le vote populaire, les candidats caquistes rassemblent un total de 1 509 427 voix, soit plus de 37 % des suffrages exprimés. Ce score permet à son chef, François Legault, de former un gouvernement majoritaire dont il sera le premier ministre.

Élections générales québécoises de 2022

modifier

Structure et fonctionnement

modifier
 
La constitution de la CAQ nomme François Legault comme chef de la CAQ « jusqu’au moment où la fonction de chef devient vacante ».

La structure de la Coalition avenir Québec est définie par sa constitution permanente[33]. Selon celle-ci, François Legault est désigné en tant que chef du parti jusqu'à ce que cette fonction soit vacante. Comme chef, il occupe automatiquement un siège dans toutes les commissions et comités, avec le droit de vote dans chacun de ces instances[33].

Le Conseil exécutif national de la CAQ, composé de 11 membres, dirige le parti. Il inclut le chef François Legault, le président de la CAQ, élu au Congrès des membres, le secrétaire-trésorier, nommé par le chef, le représentant du caucus des députés, désigné par l’aile parlementaire, les 4 vice-présidents régionaux élus par les membres et les présidents des trois commissions permanentes du parti[33].

Les trois commissions permanentes du parti sont :

  • la Commission politique - qui prépare et propose le programme du parti.
  • la Commission juridique - qui conseille les instances et rédige les règlements
  • la Commission de la relève - qui regroupe les membres de moins de 30 ans

La Coalition avenir Québec organise un congrès tous les deux ans pour adopter les propositions visant à définir le programme politique ou nommer un président[33]. En cas de vote de confiance où François Legault ne recueille pas la majorité, le congrès a le pouvoir de destituer le chef du parti[33].

Chaque année, un conseil général se réunit sur demande du Conseil exécutif central. Il est composé des membres du Conseil exécutif national, de quatre membres par Comité d’action local avec droit de vote, des membres des commissions permanentes, du caucus du parti à l’Assemblée nationale du Québec, des candidats officiellement nommés du parti, et des candidats de la dernière élection générale qui sont toujours membres de la CAQ[33].

Instances locales

modifier

La CAQ établi un Comité d'action local (CAL) dans chaque circonscription électorale. Le Comité d'action local (CAL) est formé par des membres élus tous les deux ans lors de l'assemblée générale régulière de la circonscription. Tout membre en règle peut être candidat à un poste électif du CAL[34].

Positionnements politiques

modifier

Orientation politique

modifier

La Coalition avenir Québec est généralement identifiée en science politique comme un parti de centre-droit ou de droite[35],[36] héritier de l'Action démocratique du Québec et rassemblant plusieurs personnalités du monde des affaires et personnalités auparavant affiliées au Parti conservateur du Canada[35]. Le premier ministre François Legault a laissé entendre lors de la campagne électorale fédérale de 2021 que le Québec serait mieux servi par l’élection d’un gouvernement minoritaire conservateur au fédéral[37].

Entre 2012 et 2018, l'électorat de la CAQ s'est lui aussi positionné plus à droite que l'électorat des autres partis représentés à l'Assemblée nationale (PLQ, PQ, QS) sur le plan économique et identitaire[38].

La CAQ se serait « recentré » durant son premier mandat au pouvoir, en laissant de côté temporairement l'idée de baisses d’impôt pour les contribuables[35].

Baisses d'impôt et taxes

modifier

Depuis sa fondation, la CAQ milite en faveur de la réduction des impôts et des taxes scolaires pour les contribuables.

En 2012, la CAQ proposait en campagne électorale de réduire de 1000 $ le « fardeau fiscal de la classe moyenne », soit des familles ayant un revenu annuel de moins de 100 000 $[39].

Le groupe de travail appelé Cap sur nos familles et présidé par le député Christian Dubé a proposé, durant l'automne 2013, l'allégement du fardeau fiscal des familles de la classe moyenne. Le moyen proposé est l'abolition de la taxe santé et de la taxe scolaire, permettant de redonner en moyenne 1 000 $ par année aux familles. Dans son livre Cap sur un Québec gagnant, publié en 2013, François Legault propose de mettre en place une « Charte des contribuables », visant à limiter l'augmentation des taxes et des tarifs des différents organismes et sociétés d'état québécois, dans l'objectif d'augmenter le revenu disponible des ménages[40].

Éducation, réduction des taxes scolaires et abolition des commissions scolaires

modifier

La Coalition avenir Québec met de l'avant une plateforme dédiée à l'éducation depuis sa création en tant que groupe de réflexion en . Cette plateforme évolue au fil du temps, notamment après la fusion avec l'Action démocratique du Québec et les élections générales québécoises qui suivent.

Le manifeste initial de la Coalition pour l'avenir du Québec, ainsi qu'un document spécifique sur l'éducation publié en , mettent en lumière les fondements de cette plateforme. Ces documents reflètent les orientations et les idées clés du mouvement qui allait se transformer en parti politique. On y lit notamment que la CAQ souhaite remettre en question la sécurité d'emploi des enseignants, hausser les salaires de 20 % au primaire et au secondaire conditionnel à une évaluation biannuelle et à la réussite des élèves et faciliter l'admission des diplômés à la profession d'enseignant[41].

La coalition se prononce pour l'abolition des commissions scolaires. En 2013, la Coalition a recensé les augmentations de la taxe scolaire à travers le Québec afin de démontrer l'effet de l'abolition par le gouvernement Marois du programme de péréquation dans les commissions scolaires. La Coalition avait mis sur pied un site web, taxescolaire.com, qui permettait aux citoyens de faire état de la hausse dans leur quartier[42]. Le gouvernement Marois a donc annoncé un remboursement de 100 millions de dollars sur deux ans pour pallier ces hausses.

Développement économique

modifier

Dans le livre « Cap sur un Québec gagnant »[40], François Legault met de l'avant le Projet Saint-Laurent, un regroupement de zones d'innovation (une dizaine au départ) le long du fleuve Saint-Laurent, sur le modèle de la Silicon Valley. Son objectif est d'attirer des investissements qui permettront de développer l’économie du savoir.

Environnement

modifier

En 2021, le gouvernement de la CAQ a définitivement fermé la porte à l'exploitation gazière et pétrolière sur le territoire du Québec citant l'objectif d'atteindre la carboneutralité avant 2050[43]. Certains de ses candidats ont ainsi ouvertement exprimé des opinions climatosceptiques[8].

Gouvernance et services publics

modifier

La coalition se prononce pour l'augmentation des droits de scolarité[44] et l’augmentation la rémunération des enseignants à condition qu'ils soient « évalués deux fois par année en fonction du taux de réussite de leurs élèves – mesuré chaque année par des examens ministériels – et de la satisfaction des parents »[8].

Certaines personnalités de la CAQ se sont exprimées en faveur des garderies non subventionnées[45].

Réforme démocratique et lutte contre la corruption

modifier

Le , alors qu'elle était chef par intérim de l'Action démocratique du Québec, la députée Sylvie Roy a été parmi les premières personnalités politiques québécoises à réclamer la tenue d'une commission d'enquête sur la construction[46]. Finalement, ce n'est que le , deux ans plus tard, qu'est créé la Commission Charbonneau[47]. En juin 2013, le parti, par l'entremise de son porte-parole en matière de Justice, le député Jacques Duchesneau, a demandé au gouvernement d'obliger les entreprises ayant avoué leurs torts devant la Commission Charbonneau à rembourser ces sommes aux contribuables. Le parti a lancé la pétition Remboursez-nous et a déposé 26 754 signatures au bureau de la première ministre. Cependant, cette pétition violait les règles de l'Assemblée nationale et ne pouvait pas y être reçue[48]. Le , le député Marc Picard a présenté un projet de loi visant la protection des dénonciateurs afin de permettre aux lanceurs d‘alerte d’effectuer leur dénonciation dans un environnement sécuritaire[49].

Le , le député Benoit Charette a présenté le projet de loi 393[50] visant à la mise en place d’un processus prévoyant la consultation de membres de l’Assemblée nationale lors de nominations à certains emplois supérieurs. Ce projet de loi propose que l’Assemblée nationale nomme, avec l’approbation des deux tiers de ses membres, le président, le président-directeur général ou le directeur général de certains organismes publics. Il mentionne qu’aucune allocation de transition ou indemnité de départ n’est versée à une personne qui démissionne ou qui accepte une charge publique ou un emploi dans la fonction publique. Finalement, le projet de loi vise à uniformiser la situation des juges administratifs, en uniformisant les compétences nécessaires et en prévoyant un mandat de quatre ans, renouvelable pour un seul mandat.

Réforme démocratique

modifier

Le , la Commission politique de la Coalition avenir Québec a présenté aux membres du parti une réforme portant sur les institutions démocratiques qui propose des changements au mode de scrutin présent au Québec[51]. En priorisant trois volets, la représentativité, la participation citoyenne ainsi que la transparence et l'efficacité, la Commission politique propose des élections à date fixe, un mode de scrutin proportionnel mixte, une réforme de la période de questions à l'Assemblée nationale, une restriction sur les sondages en campagne électorale, l'introduction d'un Directeur parlementaire du Budget, le vote électronique, le suivi accru des pétitions et d'une procédure de révocation d'un député. Cette proposition sera soumise aux membres du parti lors d'un Conseil national de l’automne 2015.

Nationalisme et autonomie

modifier

Le parti est une coalition de nationalistes provenant de tous les horizons politiques (PLQ, PLC, ex-ADQ, PQ…)[18].

Lors de sa fondation, la CAQ a décidé de mettre de côté les débats sur l'avenir constitutionnel du Québec parce qu'elle considère qu'il y a des priorités beaucoup plus urgentes pour le Québec, comme la santé, l'éducation et le développement économique[52]. La CAQ s'est ensuite présentée comme étant un parti « nationaliste », ce qui la placerait dans une position intermédiaire entre le Parti québécois, souverainiste, et le Parti libéral du Québec, fédéraliste. À la suite du congrès 2014, François Legault a prononcé un discours sur le « nationalisme d'ouverture », campant sa position sur trois positions : l'économie, la langue et l'immigration[53]. À ce moment, il a souhaité que les entreprises fédérales soient soumises à la loi 101 et que le Québec rapatrie la compétence constitutionnelle en matière d'immigration.

En , la CAQ demanda aux partis fédéraux alors en campagne électorale d'accorder au gouvernement du Québec tous les pouvoirs concernant l'immigration, la langue et l'imposition, ainsi qu'un partage équitable du financement fédéral en santé. Par ailleurs, le chef de la CAQ a indiqué qu'il souhaitait en venir à une entente avec le gouvernement fédéral répondant au minimum à ce qui était accordé par l'Accord du lac Meech. François Legault a promis par ailleurs qu'une entente répondant à ces exigences serait ensuite soumise à référendum pour être approuvée par le peuple québécois[54].

Immigration

modifier

Le parti propose également des mesures visant à encourager la hausse des naissances. Pour François Legault, il s'agit d'une proposition pour régler le problème démographique autrement que par l'immigration[55].

La CAQ préconise une réduction de 20 % du seuil d'immigration au Québec, ce qui correspond environ à 10 000 immigrants de moins annuellement. Selon le chef, François Legault, il s’agit d’une mesure responsable et nécessaire pour assurer une intégration réussie des nouveaux arrivants à la société québécoise[56].

Le , François Legault et le député Simon Jolin-Barrette ont proposé un nouveau pacte avec les immigrants[31]. Leur proposition est bâtie autour du principe de la responsabilité partagée entre les immigrants et la société d’accueil, notamment avec la création d’un certificat d’accompagnement transitoire visant l'évaluation des connaissances en français, de l’histoire du Québec et des valeurs de la société québécoise et la démarche qu’ils ont entreprise vers l'obtention d'un emploi. François Legault a ensuite annoncé que son parti souhaite que le Québec se dote d’une loi sur l’interculturalisme et les programmes qui existent présentement bénéficient de plus de ressources.

En 2019, première année complète sous un gouvernement caquiste, l'immigration au Québec fut réduite d'environ 20 %, passant de 52 400 et 51 118 en 2017 et 2018, à environ 40 000 pour l'année 2019[57].

La CAQ a considérablement durci les conditions d'entrée de travailleurs et d'étudiants étrangers en réformant le Programme d'expérience québécoise (PEQ), le [58]. Cette réforme, annoncée depuis [59], fut finalement présentée par la nouvelle ministre de l'immigration, Nadine Girault, comme une version assouplie, cherchant ainsi à répondre à plusieurs critiques la jugeant trop sévère. Cette nouvelle version de la réforme omet pourtant d'honorer la promesse du premier ministre Legault, faite en chambre le [60], d'accorder un droit acquis à tous les travailleurs et étudiants venus au Québec avant l'application de la réforme. La « nouvelle mouture »[61] du plan d'action, en effet, n'accorde de droits acquis qu'aux travailleurs déjà inscrits avant la date de tombée[58]. La ministre Girault ne s'en est jamais expliquée ; des opposants ont estimé que ces assouplissements n'étaient que « poudre aux yeux »[62]. Les universités québécoises se sont un temps mobilisées en réaction à cette omission grave[63] qui laisse des centaines d'étudiants dans l'incertitude la plus complète, relativement aux conditions nettement plus favorables de l'ancien PEQ sous lesquelles et peut-être aussi pour lesquelles ils étaient venus s'engager dans des études et dans la vie québécoise, mais sans résultat. En plein confinement estival dû à la crise sanitaire causée par la Covid-19, les quelques manifestations d'étudiants et de travailleurs étrangers contre la réforme du PEQ, dans la lignée du mouvement « Le Québec, c'est nous aussi »[64],[62], sont presque passées inaperçues de l'opinion publique. La Fédération des chambres de commerce du Québec, quoique favorable à une modification des conditions de l'immigration, avait même remis en cause le moment choisi pour engager une telle réforme[65].

Crise dans le regroupement familial : augmentation des délais d'attente au Québec

modifier

La politique de regroupement familial adoptée par le gouvernement du parti Coalition avenir Québec (CAQ) fait l'objet de critiques croissantes en raison de délais excessivement longs pour le traitement des dossiers d'immigration. Les retards ont significativement augmenté, atteignant une attente de près de trois ans, une durée qui se situe bien au-delà de la moyenne nationale canadienne, où les délais pour des démarches similaires avoisinent les 13 mois[66].

La mise en lumière des données disponibles renforce cette critique : à la fin de l'année 2023, le Québec avait déjà presque atteint le plafond maximal d'admissions pour l'année, s'approchant des 10 600 admissions planifiées pour le regroupement familial, malgré un arriéré de près de 37 000 dossiers pré-approuvés. Cela a conduit à un engorgement du système et à une augmentation constante du nombre de familles en attente de réunification[66].

L'impact humain de ces politiques est de plus en plus évident, avec des récits faisant état de familles séparées pendant des années en raison de ces retards. Le sentiment de trahison exprimé par certains résidents du Québec qui subissent ces délais va à l'encontre de l'engagement de la CAQ à favoriser l'intégration et la cohésion sociale au sein de la province. En outre, le manque de flexibilité dans les quotas établis par le gouvernement provincial est perçu comme une entrave à l'action du gouvernement fédéral, qui se trouve limité dans sa capacité à accélérer les procédures de regroupement familial[66].

Face à cette situation, des voix s'élèvent pour réclamer une révision urgente des politiques migratoires du Québec, avec un appel à une meilleure coordination avec les autorités fédérales pour réduire les délais et à une gestion plus humaine et réactive des demandes d'immigration. La politique de regroupement familial de la CAQ est donc perçue comme un échec par ses détracteurs, non seulement en termes d'efficacité administrative mais également en ce qui concerne la capacité du parti à protéger et à promouvoir les valeurs fondamentales de la société québécoise[66].

Selon les données fournies par le Journal de Montréal en , environ 37 000 demandes de parrainage précédemment approuvées par le Québec étaient en attente de traitement. Ce chiffre contraste avec un objectif d'admission annuelle d'environ 10 600 personnes[67].

Aménagement linguistique

modifier

Laïcité de l'État

modifier

En , en campagne électorale, la CAQ indique sur son site internet vouloir « [interdir] le port de signes religieux au personnel en position d’autorité, ce qui inclut les enseignants »[68]. Cette position est réitéré lors du discours inaugural du premier ministre François Legault à l'Assemblée nationale le [69]. La volonté de la CAQ étant de mener à terme « un débat qui dure depuis de nombreuses années dans la société québécoise »[69].

La CAQ est connue pour ses positions marquées concernant la laïcité, particulièrement grâce à la Loi sur la laïcité de l'État, souvent surnommée « loi 21 ». Elle reprend les idées de la Charte des valeurs du gouvernement Pauline Marois, en obligeant les travailleurs de l'État à travailler à visage découvert. Les citoyens sont aussi obligés de se présenter à visage découvert pour des démarches nécessitant la vérification de leur identité, comme le vote. Cette portion de la loi vise alors particulièrement les vêtements religieux comme le Niqab ou le Burqa. Les fonctionnaires en position d'autorité, tels que les enseignants, les policiers ou les juges, sont aussi interdits de porter tout signe religieux[70].

La loi 21 a donc attisé les passions, en particulier via la façon dont elle cible l'Islam, et le contexte politique dans lequel elle est apparue. Tout au long de son élaboration, l'exemple des femmes portant le voile et voulant travailler pour L'État a été soulevé. Par exemple, Sondos Lamrhari, une étudiante en techniques policières portant le hijab, s'est exprimée à multiple reprises dans les médias pour défendre sa cause[71]. Malgré son désir de travailler pour les corps policiers de Laval ou Montréal, elle s'est finalement vu contrainte d'appliquer pour une institution en dehors de l'autorité du Québec, comme la Gendarmerie royale du Canada[72].

De nombreux groupes s'y sont opposé, comme la Ligue des droits et libertés, jugeant que la loi « […] repose sur l'idée selon laquelle il est légitime de sacrifier les droits de minorités […] » et « viole la Charte des droits et libertés de la personne » [73]. La CSQ et la FAE, deux grands syndicats d'enseignants québécois, l'ont aussi vivement critiqué, la présidente du premier jugeant que la loi serait négative pour le recrutement de nouveaux enseignants, et celui du deuxième, comme une « attaque à l'État de droit »[74].

La phrase « Au Québec, c'est comme ça qu'on vit », lancée à la conclusion d'une vidéo par François Legault en mars 2019, a cristallisé l'approche que la CAQ a utilisé pour communiquer sur le projet de loi, en restant dans la mémoire collective bien après son adoption[75]. Elle a notamment été réutilisée comme titre éponyme à un ouvrage de Francine Pelletier, stipulant que le nationalisme québécois s'est peu à peu renfermé à partir de 2007 pour devenir plus conservateur.

La longue histoire de la laïcité au Québec, pierre angulaire de la Révolution tranquille, est inextricablement liée au Québec moderne et à son identité, en étant même codifiée dans la Charte des droits et libertés de la personne. Ainsi, la façon dont un groupe aborde la laïcité informe par conséquent sa façon de voir le nationalisme et l'identité québécoise.

Principales réalisations

modifier

Le Québec, sous la gouvernance de la CAQ, s'est doté de quelques lois et mesures marquantes, parmi lesquelles :

  • la Loi sur la laïcité de l'État (2019) ;
  • la Loi sur les tarifs d'électricité (2019) ;
  • l'abolition des commissions scolaires francophones et la création des centres de services scolaire (2020) ;
  • durcissement des politiques provinciales en matière d'immigration, notamment à travers la réforme du Programme d'expérience québécoise (PEQ) (2020) et l'abandon raisonné du traitement de 18 000 dossiers d'immigration en attente[76] (2019 et suivant) ;
  • Refus de reconnaître le racisme systémique. (2020)
  • création d'un tribunal spécialisé en violences sexuelle et conjugale (2021)[77] ;
  • la Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français (2021).
  • Création d'un cours de citoyenneté pour remplacer le cours d'Éthique et culture religieuse au primaire et secondaire (2022).
  • Annonce d'une immigration entièrement francophone d'ici 2026 (2022) [78].
  • La création d'une péréquation universitaire visant à réduire les inégalités entre universités anglophones et francophones (2023) [79].
  • Obtention de la part du gouvernement Trudeau de la fermeture du chemin Roxham, l'entrée au pays des demandeurs d'asile se faisant par l'aéroport[80] (2023).
  • Interdiction des salles de prières dans les écoles [81] (2023).
  • Création d'une filière batterie au Québec (2023).
  • Accord avec le gouvernement fédéral sur le projet de loi c-13, qui applique certains éléments de la charte de la langue française aux entreprises à charte fédérale[82] (2023).
  • Annonce de l'intention de légiférer pour augmenter la visibilité du contenu en français en ligne (2024)[83].
  • Réforme de l'affichage en français qui oblige les entreprises à donner deux tiers de leur affichage en français [84].


Députés

modifier

Il y a actuellement 88 députés représentant la Coalition avenir Québec à l'Assemblée nationale du Québec.

Résultats électoraux

modifier
Élections Chef Sièges Voix Slogan
Candidats /
Circonscriptions
en élection
Sièges
obtenus
+/- Votes % +/- Gouvernement
2012 François Legault
125  /  125
19  /  125
  19 1 180 235 27,05   3e Opposition C'est assez, faut que ça change!
2014
122  /  125
22  /  125
  3 975 607 23,05   3e Opposition On se donne Legault
2018
125  /  125
74  /  125
  52 1 509 455 37,42   1er Legault Maintenant.
2022
125  /  125
90  /  125
  16 1 685 573 40,98   1er Legault Continuons

Identité visuelle (logotype)

modifier

Le , Radio-Canada annonce qu'une nouvelle version du logo adopté en 2012, cette fois entièrement bleue, deviendra le logo officiel de la CAQ. L'objectif est de permettre à la Coalition avenir Québec d'affirmer son visage « nationaliste[85] ».

Notes et références

modifier
  1. « Conseil exécutif », sur Coalition Avenir Québec (consulté le ).
  2. a et b « Coalition avenir Québec » dans L'Encyclopédie canadienne, Historica Canada, 1985–. (consulté le ).
  3. (en) Emily Laxer, Unveiling the Nation: The Politics of Secularism in France and Quebec, McGill-Queen's University Press, (ISBN 978-0-7735-5803-8), p. 109
  4. (en) Ian Austen, « A Center-Right Party Decisively Wins Quebec Vote », New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. Anne Pélouas, « Le Québec passe à droite, débâcle des libéraux sortants », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Alan Freeman, « In Quebec’s election, voters showed more interest in moving right than separating from Canada », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  7. Alexander Panetta The Canadian Press, « New Quebec political party makes statement with logo », thestar.com, (consulté le )
  8. a b c et d Kévin Boucaud-Victoire, « Éric Martin : « La Coalition Avenir Québec est un mélange de néolibéralisme et de néoconservatisme identitaire dépolitisé » »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Lemediapresse.fr,
  9. Sandrine Vieira, Cédric Gagnon et Jérémie Toussiant, « Les nouveaux partisans du Parti conservateur du Québec », sur Le Devoir, (consulté le )
  10. La CAQ rejette les étiquettes de gauche, de droite et se décrit comme « nationaliste », toutefois elle est communément décrite comme de centre-droit dans la presse internationale, les médias et dans la littérature politique.
  11. Robert Dutrisac, « Legault embrasse l'autonomie adéquiste », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  12. Rhonda Massad, « I promise we will never separate from Canada – François Legault says » dans West Island Blog
  13. « La CAQ proposera à ses membres de se doter d’un article 1 », sur coalitionavenirquebec.org, (consulté le )
  14. https://coalitionavenirquebec.org/fr/idees/favoriser-reussite-scolaire/ CAQ - Favoriser la réussite scolaire.
  15. a et b Alec Castonguay, Antoine Robitaille, « Coalition Legault - La question nationale évacuée in extremis », sur Le Devoir, (consulté le )
  16. a b et c Fabien Deglise, « Une coalition pour rétablir la confiance », sur Le Devoir, (consulté le )
  17. a b et c Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « La Coalition pour l'avenir du Québec est lancée | Coalition avenir Québec | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  18. a b c d e f g et h « Notice 1074093 - Coalition pour l'avenir du Québec », sur www.bibliotheque.assnat.qc.ca (consulté le )
  19. « Coalition pour l'avenir du Québec - L'impasse Legault-Sirois », sur Le Devoir, (consulté le )
  20. Daphnée Dion-Viens, « Le réseau de l'éducation sceptique », Le Soleil,‎
  21. « La FCPQ, la CSQ et la FCSQ sont unanimes : les propositions de la Coalition pour l'avenir du Québec n'amélioreront pas le système d'éducation », sur CDÉACF, (consulté le )
  22. a et b Jean-Marc Salvet, « Mariage avec la coalition de François Legault - Plusieurs adéquistes réticents », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  23. Denis Lessard, « Legault revient dans l'arène », dans La Presse, le 14 novembre 2011.
  24. « L'ADQ se joint à la CAQ de François Legault », sur http://www.radio-canada.ca, le 14 décembre 2011.
  25. Paul Journet, « Quatre députés indépendants se rallient à la CAQ », La Presse,‎ (lire en ligne).
  26. Antoine Robitaille, « François Rebello passe à la CAQ », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  27. « Cap sur nos régions », sur capsurnosregions.com via Wikiwix (consulté le ).
  28. « Radio sites Web à Canada - Sitesweb.ca », sur sitesweb.ca (consulté le )
  29. « lapresse.ca/le-droit/politique… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  30. « 10 M$ à St-Louis-de-France », sur lhebdojournal.com, (consulté le )
  31. a et b « Accueil », sur coalitionavenirquebec.org (consulté le )
  32. « Vincent Caron, de la CAQ, dévoile son «équipe du changement» », sur courrierdeportneuf.com, (consulté le )
  33. a b c d e et f http://coalitionavenirquebec.org/wp-content/uploads/2015/09/constitution_coalitionavenirquebec_v105.pdf. Erreur 403 forbidden
  34. Coalition avenir Québec, « Règlement du comité d'action local »  ,
  35. a b et c (en) Daniel Béland, Shannon Dinan, Olivier Jacques et Patrik Marier, « The Right and the (Provincial) Welfare State: The Case of the Coalition Avenir Québec Government », Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 56, no 3,‎ , p. 636–655 (ISSN 0008-4239 et 1744-9324, DOI 10.1017/S0008423923000379, lire en ligne, consulté le )
  36. Frédéric Boily, La coalition Avenir Québec: une idéologie à la recherche du pouvoir, Presses de l'Université Laval, (ISBN 978-2-7637-3811-6)
  37. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Un gouvernement minoritaire conservateur est préférable, laisse entendre Legault | Élections Canada 2021 | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  38. Éric Bélanger et Jean-François Godbout, « Les clivages politiques et le système partisan du Québec au 21e siècle », Recherches sociographiques, vol. 63, nos 1-2,‎ , p. 27–55 (ISSN 1705-6225, DOI 10.7202/1092381ar, lire en ligne, consulté le )
  39. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « La CAQ propose une réduction d'impôt pour la classe moyenne | Élections Québec 2012 | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada (consulté le )
  40. a et b Alec Castonguay, « François Legault, le réformateur », sur L’actualité (consulté le )
  41. Daphnée_Dion-Viens, « François Legault et l'éducation: trois idées contestées », sur Le Soleil, (consulté le )
  42. « lapresse.ca/le-nouvelliste/act… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  43. Alexandre Shields, François Carabin, « Québec ferme définitivement la porte à l’exploitation d’hydrocarbures », sur Le Devoir, (consulté le )
  44. Jean-Marc Salvet, Le Soleil, « La CAQ en accord avec la hausse des frais de scolarité », sur Le Soleil, (consulté le )
  45. Julia Posca, « IRIS | La CAQ au pouvoir », sur iris-recherche.qc.ca,
  46. « L'ADQ réclame une commission d'enquête sur la construction », sur La Presse, (consulté le )
  47. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Industrie de la construction : Charest lance une commission d'enquête - La commission Charbonneau », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  48. « Collusion: la CAQ croit pouvoir récupérer deux milliards », sur La Presse, (consulté le )
  49. « La Coalition Avenir Québec dépose un projet de loi visant la protection des dénonciateurs », sur marcpicard.com, (consulté le )
  50. « Point de presse de M. Benoit Charette, porte-parole du deuxième groupe d'opposition responsable de la réforme des institutions démocratiques - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )
  51. http://coalitionavenirquebec.org/wp-content/uploads/2015/04/Document-R--forme-des-institutions-d--mocratiques-AVRIL2015-1.pdf
  52. « La CAQ réaffirme ses positions », Métro (Montréal),‎ , p. 6 (lire en ligne).
  53. « lapresse.ca/le-soleil/actualit… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  54. « Legault veut rouvrir la Constitution après un référendum | Patrice Bergeron | Politique québécoise » (consulté le ).
  55. Patrick Bellerose, « La CAQ veut préserver l’identité par la natalité », sur Le Journal de Québec (consulté le )
  56. « La CAQ propose une baisse de 10 000 immigrants par année », sur coalitionavenirquebec.org, (consulté le )
  57. https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/immigration/publications-adm/plan-immigration/PL_immigration_2020_MIFI.pdf
  58. a et b « Immigration Québec - Modifications apportées au Programme de l’expérience québécoise », sur www.immigration-quebec.gouv.qc.ca (consulté le )
  59. « La réforme réformée : le Programme de l’expérience québécoise à risque? », sur ordrecrha.org (consulté le )
  60. « Le gouvernement Legault se met à dos ses partenaires en emploi », sur Le Devoir (consulté le )
  61. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Des manifestants contre la nouvelle mouture du PEQ », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  62. a et b « Réforme du PEQ: la mobilisation se poursuit », sur La Presse, (consulté le )
  63. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Les universités se mobilisent à nouveau contre la réforme du PEQ », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  64. « Le Québec c'est nous aussi », sur Le Québec c'est nous aussi (consulté le )
  65. « Réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) : Une réforme importante qui arrive dans un moment inopportun », sur Fédération des chambres de commerce du Québec (consulté le )
  66. a b c et d Suzanne Colpron, « Regroupement familial: Les délais bondissent à presque trois ans », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. « Des années d'attente pour l'immigration de son mari : "Je me sens trahie par mon Québec que j'aime tant" », sur TVAnouvelles, (consulté le ).
  68. Plateforme de la Coalition Avenir Québec, 2018, Québec, Université Laval, Département de science politique (lire en ligne)
  69. a et b « Journal des débats de l'Assemblée nationale - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )
  70. Gouvernement du Québec, « À propos de la Loi sur la laïcité de l'État »  , sur Gouvernement du Québec (consulté le )
  71. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Aspirante policière portant le hijab : « Je suis le deadline » | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada, (consulté le )
  72. « Que fera l’aspirante-policière promue avec son voile? », sur TVA Nouvelles, (consulté le )
  73. Ligue des droits et liberté de la personne, « Le projet de loi 21 : un projet de loi discriminatoire et contraire aux principes fondamentaux d’un État de droit »   [PDF], sur Ligue des droits et libertés, (consulté le )
  74. PIERRE SAINT-ARNAUD, « Laïcité: le projet de loi suscite de l'opposition », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. « Laïcité: François Legault s'adresse aux Québécois » (consulté le )
  76. Geneviève Lajoie, « Abandonné par la réforme sur l'immigration de la CAQ, un Français entame une grève de la faim », sur Le Journal de Québec (consulté le )
  77. Zone Justice et faits divers- ICI.Radio-Canada.ca, « Québec adopte la loi pour créer un Tribunal spécialisé en violences sexuelle et conjugale », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  78. Charles Lecavalier, « Immigration 100 % francophone d’ici 2026: Le gouvernement Legault souhaite un « réveil national » pour stopper le déclin du français », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. « Frais de scolarité: l'Université McGill suspend un programme pour encourager le français », sur Noovo Info (consulté le )
  80. « Fermeture du chemin Roxham | Dossier », sur Radio-Canada, (consulté le )
  81. William Thériault, « Salles de prière dans les écoles: La Cour d’appel refuse d’entendre la cause », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. Joël-Denis Bellavance, « Langues officielles: La Chambre des communes adopte le projet de loi C-13 à la quasi-unanimité », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  83. Contenus francophones: Québec veut mettre au pas Netflix et Spotify, Gabriel Côté () Consulté le .
  84. Hugo Pilon-Larose, « Affichage commercial: Le français devra occuper les deux tiers des façades et des vitrines », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. Zone Nouvelles - ICI.Radio-Canada.ca, « Un logo tout bleu pour le virage nationaliste de la CAQ | ICI.Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada.ca (consulté le )

Références externes

modifier

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier