Marie Bell

actrice française
Marie Bell
Description de cette image, également commentée ci-après
Marie Bell en 1956.
Nom de naissance Marie-Jeanne Bellon
Naissance
Bordeaux (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Décès (à 84 ans)
Neuilly-sur-Seine (France)
Profession Actrice

Marie-Jeanne Bellon-Downey, dite Marie Bell, née le à Bègles (Gironde)[1] et morte le à Neuilly-sur-Seine, est une actrice française, sociétaire honoraire de la Comédie-Française. .

BiographieModifier

Dans la vieModifier

De père irlandais, elle partage son enfance entre Bordeaux et l'Angleterre,[2] où elle apprend la danse.[3] Revenue à Bordeaux, elle entre au conservatoire de la ville,[3] puis rejoint celui de Paris. Elle fait son entrée à la Comédie-Française en 1921.

Elle a été décorée de la Légion d'honneur par le général de Gaulle pour son rôle courageux dans la Résistance française[réf. nécessaire].

Elle est inhumée au cimetière de Monaco (non loin de Joséphine Baker), auprès de Jean Chevrier (1915-1975) qu'elle avait épousé en 1953.

Dans l'immédiat avant-guerre, reconnue comme « femme française de premier plan », elle devint le prototype de la femme élégante, telle qu'elle l'incarnait dans ses rôles à la fin du muet et au début du cinéma parlant.

Au théâtre et au cinémaModifier

Actrice reconnue tant à la Comédie française qu'au cinéma muet dans les années 1920, elle se fait remarquer dans des rôles d'élégante à la fin du muet et du début du cinéma parlant. Ce sera le cas de ses rôles dans L'Homme à l'Hispano (1933) de Jean Epstein, Le Grand Jeu de Jacques Feyder (1934) et Un carnet de bal de Julien Duvivier (1937).

Elle sera également une remarquable comtesse Ferraud dans Le Colonel Chabert (1943), l'adaptation à l'écran du célèbre roman de Balzac par René Le Hénaff. Mais elle est encore plus connue pour son travail classique. Son interprétation du rôle de Phèdre a marqué l'histoire du théâtre : « Voir Marie Bell dans Phèdre est une chance unique pour quiconque veut savoir ce qu'est le génie français » (André Malraux)[4].

En 1935, Marie Bell devient directrice du Théâtre des Ambassadeurs. De jusqu'à sa mort en 1985, elle dirige le Théâtre du Gymnase à Paris. Celui-ci est rebaptisé en son honneur en 1958 pour rendre hommage à sa carrière d'actrice de théâtre reconnue et de metteur en scène.

Bien qu'elle fût une grande actrice classique, elle ne craignait pas d'accueillir dans son théâtre des pièces d'avant-garde, Jean Genet en particulier. Elle fut membre du jury du Festival de Cannes en 1969.

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Carrière à la Comédie-FrançaiseModifier

Hors Comédie-FrançaiseModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Marie Bell (1900-1985) », sur data.bnf.fr (consulté le 26 juin 2020)
  2. Encyclopaedia Universalis, Dictionnaire du Théâtre: Les Dictionnaires d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 978-2-85229-552-0, lire en ligne)
  3. a et b Aphadolie, « Les légendes du cinéma : Marie Bell », sur Aphadolie, (consulté le 26 juin 2020)
  4. Cité dans L'Avant-Scène no 342 (octabre 1965)

acte de naissance n° 1423/1900 (vue 1E381) née à 8h du soir au 8 rue de l'abbé de l'épée à Bordeaux

acte de décès n°430/1985 décédée à 22h au 26 bld Victor Hugo à Neuilly sur Seine

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531-1390-7)

Liens externesModifier