Ouvrir le menu principal

Olivier Barrot

journaliste critique de cinéma, écrivain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrot.
Olivier Barrot
OB.png
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Père
Autres informations
Domaine
Distinctions

Olivier Barrot, né le à Boulogne-Billancourt, est un journaliste, écrivain, producteur et animateur de télévision français.

BiographieModifier

Son père, Jean-Pierre Barrot, né Bloch, est un résistant, et un journaliste qui a fondé L'Écran français, avec Jean Vidal[1].

En 1965, alors âgé de 16 ans, il est officiellement autorisé, comme son père et sa sœur Martine, à changer son patronyme Bloch en celui de Barrot[2].

Animateur culturel chargé du cinéma à la Maison de la Culture de Créteil entre 1968 et 1976, il crée les Cinécures. Olivier Barrot prend en charge la Semaine de la critique du Festival de Cannes en 1975 et 1976.

En 1975, il soutient une thèse de doctorat en histoire de l'art[3].

Il commence ensuite en 1979 une carrière télévisuelle, comme producteur chez Gaumont, à la SFP et à International TVD. En 1981, il devient chef du service des coproductions de TF1, avant de prendre la direction de la société Images Ordinateurs (IO) en 1983.

L'éditeur Calmann-Lévy l'engage en 1985 comme conseiller littéraire, poste qu'il occupe ensuite chez Jean-Claude Lattès entre 1989 et 1994.

En 1990, il fait une apparition dans le film Lacenaire de Francis Girod, dans lequel il joue le rôle de l'avocat de Lacenaire aux côtés de Daniel Auteuil. Il apparaît par la suite dans Au cœur du mensonge de Claude Chabrol (1999).

En parallèle, à partir de 1980, il collabore en tant que journaliste aux pages « Livres » et « Voyages » du journal Le Monde, et sur Canal+ aux émissions Demain (entre 1988 et 1990), et La Grande Famille (entre 1990 et 1992).

Du 9 septembre 1991 au 31 août 2018, il produit et présente le court magazine littéraire quotidien de trois minutes Un livre, un jour sur FR3 (devenu France 3) et TV5 Monde. En 2014 a été célébrée la 5 000e émission. En 2009, il crée Un livre toujours, émission hebdomadaire consacrée aux livres en format de poche. Passionné de voyages, il parcourt le monde et retranscrit ses émotions dans de nombreux livres et articles.

Il participe aussi, sur la chaine Ciné-cinéfil devenue Ciné-classics, à l'émission Le club, dans laquelle plusieurs spécialistes du cinéma présentent les films qui seront diffusés la semaine suivante. Avec Pierre Tchernia, il crée sur la même chaîne le magazine Petites histoires du cinéma.

Il occupe entre 1999 et 2000 le poste de conseiller artistique du Festival de Cannes, dont il se retire peu avant l'édition de 2000. En 2001 il crée avec Thierry Taittinger SENSO le magazine des mots et des sens.

Il est depuis 2008 maître de conférence à l'Institut d'études politiques de Paris, où il donne un cours intitulé « Culture, affaire d'État », puis « Lectures de Paris », enseigne le cinéma et le théâtre à l'Université de Montréal, et la littérature à La Maison Française de l'Université de New York (NYU) où il invite chaque mois un écrivain français (French Literature in the making). En 2017, il occupe la chaire de littérature française à l'Ecole polytechnique de Zurich (ETHZ). Successivement sur les planches du théâtre du Rond-Point, de celui du Palais-Royal, du Vieux-Colombier, puis au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, Olivier Barrot reçoit de grands comédiens dont il retrace la carrière. Depuis 2009, il anime une master-class à la Comédie-Française, Écoles d'acteurs, depuis 2013 à la SACD le cycle "Mots en scènes", et "Grandes Scènes" au Théâtre de Poche, où il crée un cinéclub à l'automne 2017. A l'Alliance française de New York, il conçoit et anime le cinéclub "French Classics".

Producteur de nombreux magazines sur France Inter, France Culture et Radio Classique, il a la charge de l'émission hebdomadaire de France Musique Sérénade à trois (2013-2014).

Il est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages autour du cinéma, du théâtre, du voyage et de la littérature. Récemment, Le Fils perdu (Gallimard, 2012), Tout feu, tout flamme (Cahiers du cinéma, 2012), Un livre un jour, un livre toujours (La Martinière, 2014), Mitteleuropa (Gallimard, 2015), United States (Gallimard 2017) et de plusieurs séries de documentaires : Histoire de la littérature française avec Jean d'Ormesson, Lettres d'Amérique avec Philippe Labro, Lettres anglaises avec Bernard Rapp, Portraits et entretiens de et avec Valery Larbaud, Anatole France, Elias Canetti, Jean d'Ormesson, Yves Robert, Jorge Semprun, Jean-Pierre Vernant, etc.

DistinctionsModifier

PublicationsModifier

  • 1976 : Christian-Jaque (coauteur : Raymond Chirat), Cinémathèque suisse
  • 1977 : Cinéma service public (coauteurs : Jean-Pierre Jeancolas et Gérard Lefèvre), Paris, François Maspéro
  • 1979 : L'Écran français 1943-1953. Histoire d'un journal et d'une époque, Paris, Les Éditeurs français réunis
  • 1983 : Les Excentriques du cinéma français (coauteur : Raymond Chirat), Veyrier
  • 1986 : Inoubliables ! (coauteur : Raymond Chirat), Calmann-Lévy
  • 1994 : « Gueules d'atmosphères » : Les acteurs du cinéma français (1929-1959) (coauteur : Raymond Chirat), coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 210), Gallimard
  • 1998 : Le Théâtre de Boulevard : « Ciel, mon mari ! » (coauteur : Raymond Chirat), coll. « Découvertes Gallimard / Littératures » (no 359), Gallimard
  • 2000 : Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960 (coauteur : Raymond Chirat), Flammarion (ISBN 2-08-067877-9)
  • 2002 : Salut à Louis Jouvet (coauteur : Raymond Chirat), Éditions du Rocher
  • 2007 : Sacha Guitry : L'homme-orchestre (coauteur : Raymond Chirat), coll. « Découvertes Gallimard / Littératures » (no 515), Gallimard
  • 2009 : La vie culturelle dans la France occupée (coauteur : Raymond Chirat), coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 548), Gallimard
  • 2010 : Ciné-Club, portraits, carrières et destins de 250 acteurs du cinéma français 1930-1960 (coauteur : Raymond Chirat) Nouvelle édition de l'ouvrage Noir & Blanc paru en 2000, Flammarion (ISBN 978-2-0812-4949-3)
  • 2012 : Le Fils perdu (Gallimard)
  • 2012 : Tout feu, tout flamme (Cahiers du cinéma)
  • 2014 : Un livre un jour, un livre toujours (La Martinière)
  • 2015 : Mitteleuropa (Gallimard)
  • 2017 : United States (Gallimard)

RéférencesModifier

  1. Bernard Pivot. « "Livret de famille", version Barrot », Le Journal du dimanche, 21 octobre 2012.
  2. Décret en date du 26 janvier 1965, l'autorisant à substituer à son nom de Bloch celui de Barrot. Encyclopédie des changements de noms (période 1963-1982) d'Emmanuel Ratier, Faits & Documents, 1995. Page 40.
  3. http://www.sudoc.fr/006186866.

Liens externesModifier