Ouvrir le menu principal

Liste des seigneurs du Lude

liste d'un projet Wikimedia

Sommaire

Premiers seigneurs (Xe et XIe siècles)Modifier

Famille de BeaumontModifier

 
Armes des Beaumont : chevronné d'or et de gueules de VIII pièces

Par le mariage d'Emma de Montrevault († vers 1058), fille d'Étienne et d'Adelburge du Lude, avec Raoul V de Beaumont († vers 1067/1070), vicomte du Maine, la terre du Lude passe dans la famille de Beaumont[5].

Famille de BrienneModifier

Famille de VendômeModifier

  • 1378-1429 : trois membres de la famille de Vendôme-Montoire : Bouchard de Vendôme-Segré, fils et frère cadet des comtes Bouchard VI et Jean VI de Vendôme, seigneur de Segré et du Lude par son mariage vers 1345/1350 avec Marguerite, fille de Jean II de Beaumont-Brienne et Marguerite de Poitiers ci-dessus ; < leur fils benjamin Jean Ier († 1400/1408) ; < père de Jean II seigneur de Feuillette et du Lude
  • 1429-1440 : Pierre II de Vendôme-Segré, cousin germain (plutôt que fils) de Jean II de Feuillette du Lude ci-dessus[7], seigneur de Segré et du Lude
  • 1440-1457 : Jeanne de Vendôme, fille du précédent, x 1° René de Fontaine(s), et 2° François II de Montberon vicomte d'Aunay et baron de Matha (postérité des deux mariages)

Famille (de) DaillonModifier

 
Armes de Daillon : D'azur à la croix engrêlée d'argent

XVIIe et XVIIIe sièclesModifier

Mort sans descendance, Henry de Daillon lègue le château à son neveu Antoine-Gaston duc de Roquelaure (1656-1738), fils de Gaston-Jean-Baptiste de Roquelaure et de Charlotte-Marie Daillon du Lude (vers 1635-57), sœur d'Henri et fille de Timoléon.

Du XIXe siècle à nos joursModifier

 
Armes de Nicolay : D'azur, au lévrier courant d'argent, colleté d'un collier de gueules, bordé et bouclé d'or.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Paul Candé, Notice historique sur Le Lude et son château, La Flèche, Besnier, , 2e éd., 52 p.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Isembard succède au Lude à Foulque Nerra (né vers 965/970-† 1040 ; comte depuis 987) : ce devrait donc être, en toute logique, un fidèle du comte d'Anjou. Mais les choses sont peut-être plus compliquées : il est proposé, avec assez de vraisemblance même s'il n'y a aucune certitude, que notre Isembard soit assimilé à son contemporain Isembard de Broyes, de Nogent et Pithiviers (ou du moins son parent proche). Or Isembard de Broyes est lié au comte de Blois, de Chartres et de la Champagne en gestation, Eudes II, et la Maison de Blois est l'ennemie sans merci des Ingelgériens... Peut-être l'accession de notre Isembard au Lude correspond-elle plutôt, si les deux Isembard méritent bien d'être confondus, à un affaiblissement temporaire de Nerra, qui effectivement connut des passages à vide devant les Blois-Champagne et aussi les comtes du Maine (Herbert Ier l'Éveille-Chien). Quant au successeur d'Isembard au Lude, Étienne de Montrevault, il est généralement présenté comme un gendre d'Isembard, ou celui du vicomte de Vendôme Hubert, père de l'évêque Hubert proche de Nerra : peut-être l'a-t-il été des deux ? Ou bien se trouve-t-on face à une confusion, une contradiction ? Les choses restent incertaines... Quoi qu'il en soit, on remarquera que le Lude a appartenu pendant plus de sept siècles, jusqu'en 1751, à des seigneurs liés par les liens du sang.
  2. « Vicomtes de Vendôme, p. 15 », sur Racines&Histoire
  3. « Héloïse et Abélard (voir la partie sur la famille d'Héloïse) », sur Hélène&Thierry
  4. « L'ascendance maternelle d'Héloïse, par Alain Beyrand, mai 2015, en partie d'après Hélène et Thierry Bianco », sur Pressibus.org
  5. « Vicomtes du Maine, p. 6-8 », sur Racines&Histoire
  6. « Brienne de Beaumont, p. 7 et 9-10 », sur Racines&Histoire
  7. « Vendôme-Segré, p. 9 et 13 », sur Racines&Histoire
  8. « Illiers, p. 3 sq. », sur Racines&Histoire