Amaury Ier de Craon

noble français

Amaury Ier de Craon (vers 1180-12 mai 1226), est un puîné de la famille de Craon. Il devient seigneur de Craon, Chantocé, Ingrandes, Candé, Segré, Durtal, Baugé et du Lude, à la mort de son frère aîné. Il hérite de l'importante charge de sénéchal d'Anjou en 1221, tenue par son beau-père, le célèbre Guillaume des Roches.

Amaury Ier de Craon
Biographie
Naissance
Décès
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Isabelle de Craon
Maurice IV de Craon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Blason
Sceau

Biographie

modifier

Famille

modifier

Amaury Ier de Craon est le plus jeune des trois fils de Maurice II de Craon (vers 1136-1196) et d'Isabelle de Meulan dite de Mayenne, veuve de Geoffroy III de Mayenne. Il a six frères et sœurs, dont l'aînée est Avoise de Craon (1175-1251).

Le 25 juillet 1207, il succède, comme seigneur de Craon, à son frère Maurice III (vers 1180/1185-1207) décédé. Son autre frère, Pierre (♰ 1216), ecclésiastique exclu du titre[1], se rend en Angleterre afin d’assurer à sa famille la gestion des seigneuries anglaises[2].

Fidèle aux capétiens

modifier

Bataille de la Roche-aux-Moines

modifier

Le , il se bat au côté du futur roi de France Louis VIII lors de la bataille de la Roche-aux-Moines, qui voit la victoire des Français grâce à l'action décisive de son beau-père contre les troupes anglaises de Jean sans Terre. En septembre 1214, Amaury fait partie des seigneurs qui jurent la trêve faite avec Jean-sans-Terre et qui devait durer jusqu’en 1220[2].

Croisade contre les albigeois

modifier

De 1218 à 1219, il participe aux côtés du roi de France Philippe Auguste et Guillaume des Roches à la guerre contre les Albigeois. Puis, en janvier 1226, Amaury s’engage parmi les grands seigneurs du royaume auprès de Louis VIII, afin de régler la question albigeoise et participe à la répression de l'hérésie cathare[2].

Perte des fiefs d'outre-manche

modifier

En 1221, il prend possession des fiefs anglais de son frère, Pierre, mort en 1216. Ce n’est qu’en 1224, que le roi d’Angleterre, Henri III dessaisit de ses fiefs anglais le seigneur de Craon, vu son alliance serrée avec la couronne de France[2].

Conflit avec Pierre Mauclerc

modifier

En juillet 1222, à la suite de la mort de son beau-père, Amaury reprend le titre de sénéchal d'Anjou, du Maine et de Touraine, du chef de son épouse. Amaury intervint dans la querelle des seigneurs bretons ligués contre Pierre Mauclerc, duc ballistre de Bretagne. Dans un premier temps, ses interventions sont couronnées de succès : en 1223, il s'empare de Châteaubriant et de La Guerche de Bretagne appartenant à la seigneurie de Pouancé. Cependant, Amaury ne parvient pas à s'emparer du château de Pouancé. Alerté, Pierre Mauclerc arrive à la rescousse et surprend les troupes exténuées d'Amaury qui essuient une grave défaite près de Chateaubriant le 3 mars 1223. C'est la déroute et Amaury est fait prisonnier. Une forte rançon est demandée à ses sujets pour sa libération[3]. De plus, le seigneur de Craon doit s’engager à donner sa fille aînée[4], Jeanne, à Arthur, fils de son vainqueur, Pierre Mauclerc[2]. Libéré la même année, Amaury rejoint le nouveau roi Louis VIII à Compiègne[5].

Décès

modifier

Amaury Ier meurt le [2]. Il est inhumé en l'abbaye de la Roë.

Mariage et descendance

modifier

Jeanne des Roches

modifier

En 1212, Amaury épouse Jeanne des Roches, fille aînée du sénéchal d'Anjou, de Maine et de Touraine Guillaume des Roches, et de Marguerite dame de Sablé. Les trois enfants d'Amaury Ier et Jeanne des Roches sont[2] :

Veuve, Isabelle épouse en secondes noces Karou de Bodégat. Le contrat fut dressé avec l’approbation de sa fille Jeanne et de son gendre Hugues XII de Lusignan.

Veuvage

modifier

Jeanne des Roches devient tutrice de leur fils unique Maurice (1213-1250). En 1227, elle rend hommage au nouveau jeune roi de France Louis IX qui n'a que treize ans. Elle garde la charge de sénéchal d'Anjou jusqu'à la fin de sa vie (v. 1240/1241) et transmet le titre à son fils. Elle hérite de ses parents des seigneuries de Sablé, Briollay, Châteauneuf-sur-Sarthe, Précigné, Brion, Agon, La Roche-aux-Moines. Sa sœur cadette Clémence des Roches, dame de Château-du-Loir, Mayet, La Suze et Louplande, devient par mariage comtesse de Blois puis vicomtesse de Châteaudun.

Notes et références

modifier
  1. Cartulaire de Craon, nos 196, 197, 201, 202 et 211-213, 218-230.
  2. a b c d e f et g Fabrice Lachaud, La structure familiale des Craon du XIe siècle à 1415 : le concept lignager en question (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Françoise Lainé), Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, (lire en ligne [PDF]), Annexes / Annexes 3 : Notices des seigneurs de Craon et tableau synoptique / Amaury Ier (♰ 1226), p. 837
  3. Yves Coativy (dir.), « La bataille de Châteaubriant (3 mars 1223) : un Bouvines breton ? », dans Jean-Christophe Cassard, Yves Coativy, Alain Gallicé et Dominique Le Page, Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge : Mélanges offerts à Jean Kerhervé, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (lire en ligne), p. 89-101
  4. Fille unique à l'époque (1223).
  5. Gérard Galand, Les seigneurs de Châteauneuf-sur-Sarthe en Anjou: de Robert le Fort à la Révolution, éditions Cheminements, Turquant (Saumurois), 2005

Sources et bibliographie

modifier

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier