Ouvrir le menu principal

Liste des ambassadeurs de France près le Saint-Siège

page de liste de Wikipédia
Article général Pour un article plus général, voir Ambassade de France près le Saint-Siège.

Cet article recense les ambassadeurs de France près le Saint-Siège : du Moyen Âge jusqu'à la création de l'État italien, les ambassades françaises à Rome étaient spécifiquement consacrées aux relations avec la papauté, notamment en ce qui regarde les affaires de l'Église catholique romaine. Cette ambassade a été suspendue en 1904 puis rétablie en 1921. L'ambassade de France en Italie, qui existe depuis 1875, est distincte de l'ambassade de France près le Saint-Siège.

Au Moyen ÂgeModifier

De la Renaissance à la Révolution françaiseModifier

François II de Dinteville (ca. 1498-1554), évêque d'Auxerre[4] 1531 1533 Clément VII François Ier
Georges de Selve 1536 Paul III François Ier
Georges, cardinal d'Armagnac 1539 Paul III François Ier
ambassade extraordinaire[5] : André Guillart, sieur du Mortier printemps 1546 Chancellerie du Palais Farnèse[6] Paul III François Ier
Georges, cardinal d'Armagnac[7] 1547 1550 Paul III François Ier
puis
Henri II
Blaise de Vigenère 1549 Paul III
puis
Jules III
Henri II
Paul de La Barthe de Thermes (1482-1562)[8] 1550 1552 Palais Farnèse[9] Jules III Henri II
ambassade extraordinaire[10] : Louis de Saint-Gelais (1514-1589)[11] [12] Jules III Henri II
Claude de La Guiche[13] juillet 1552[12] printemps 1553 Jules III Henri II
Louis de Saint-Gelais (1514-1589)[14] [15] Palais Farnèse[15] Jules III Henri II
Jean de Saint-Marcel d'Avançon ca 1555[16] 1556 Jules III
puis
Marcel II
puis
Paul IV
Henri II
Philibert Babou de La Bourdaisière 1558 Paul IV
puis
saint Pie V
Henri II,
puis
François II,
puis
Charles IX
Blaise de Vigenère 1566 saint Pie V Charles IX
Louis Chasteigner de la Roche-Posay, baron de Malval[17] 1576 1581 Grégoire XIII Henri III
Paul de Foix (1528-1584), archevêque de Toulouse 1579
ou
1581
1584[18] Grégoire XIII Henri III
André Guillart, seigneur de l'Isle Henri III
François, cardinal de Joyeuse 1587 Sixte V Henri III
Louis de Gonzague, duc de Nevers et Rethel[19] 1593 Clément VIII Henri IV
Jacques Davy du Perron, évêque d'Évreux[20] 1594 Clément VIII Henri IV
Nicolas Brûlart de Sillery[21] ca. 1600 Clément VIII Henri IV
Philippe de Béthune, baron de Charost[22] 1601 Clément VIII
puis
Léon XI
Henri IV
Jacques, cardinal du Perron[23] 1604 Clément VIII Henri IV
Charles de Neufville, marquis de Villeroy Paul V Henri IV
François, cardinal-duc de Joyeuse ca. 1607 Paul V Henri IV
Charles de Gonzague, duc de Nevers et Rethel 1608 Paul V Henri IV
François Savary de Brèves 1608 1614 Paul V Henri IV
Melchior Mitte de Chevrières, marquis de Saint-Chamond ca. 1619 Paul V Louis XIII
Noël Brulart de Sillery 1622 1624 Paul V
puis
Urbain VIII
Louis XIII
Philippe de Béthune, baron de Charost 1624 1630 Urbain VIII Louis XIII
Jean de Galard, comte de Brassac Urbain VIII Louis XIII
Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu [24] 1635 1636 Urbain VIII Louis XIII
François-Annibal Ier, 1er duc d'Estrées 1636 1648 Urbain VIII
puis
Innocent X
Louis XIII
puis
Louis XIV
Henri d'Estampes de Valencay, chevalier de Malte juil. 1651 déc. 1654 Innocent X Louis XIV
Hugues de Lionne 1654 1656 Innocent X
puis
Alexandre VII
Louis XIV
Charles de Blanchefort, 1er duc de Créquy 1662[25] 1665 Palais Farnèse Alexandre VII Louis XIV
Charles d'Albert,3e duc de Chaulnes 1666 1668 Palais Farnèse Alexandre VII
puis
Clément IX
Louis XIV
François-Annibal II, 2e duc d'Estrées[26] 1671 1687[18] Palais Farnèse Clément X
puis
Innocent XI
Louis XIV
Henri III Charles de Beaumanoir, marquis de Lavardin 1687 1689[27] Palais Farnèse Innocent XI Louis XIV
Charles d'Albert,3e duc de Chaulnes 1689 1691[28] Palais Farnèse Innocent XI Louis XIV
Emmanuel, cardinal de Bouillon 1698 1700 Palais Farnèse Innocent XII Louis XIV
Louis Ier Grimaldi, prince de Monaco 20 juin 1700 1701[18] Palais Corsini Innocent XII
puis
Clément XI
Louis XIV
Toussaint, cardinal de Janson 1701 1706 Innocent XII
puis
Clément XI
Louis XIV
Joseph-Emmanuel, cardinal de La Trémoille 1706 1720 Clément XI Louis XIV
puis
Louis XV
Michel Amelot, marquis de Gournay 1715 Clément XI Louis XIV
puis
Louis XV
Charles de Froulay-Tessé,4e comte de Froulay[29] Innocent XIII Louis XV
Pierre Guérin de Tencin 1721 1724 Innocent XIII
puis
Benoît XIII
Louis XV
Melchior de Polignac 1724 1731 Benoît XIII
puis
Clément XII
Louis XV
Paul-Hippolyte de Beauvilliers, duc de Saint-Aignan 1731 Clément XII Louis XV
François-Claude de Montboissier, abbé de Canillac 1742 1744 Louis XV
Frédéric Jérôme, cardinal de La Rochefoucauld 1744 déc. 1747 Benoît XIV Louis XV
Louis-Jules Mancini, duc de Nivernais 1748 1752 Benoît XIV Louis XV
Étienne François, comte de Stainville (futur duc de Choiseul) 1753 1757 Benoît XIV Louis XV
Henri Joseph Bouchard d'Esparbès de Lussan, marquis d'Aubeterre 1758 1762 Benoît XIV
puis
Clément XIII
Louis XV
François, cardinal de Bernis 1769 [30] Palais de Carolis Clément XIV
puis
Pie VI
Louis XV
puis
Louis XVI
puis
Convention nationale
Joseph Bonaparte [31] Palais Corsini Pie VI Directoire

de 1800 à 1859Modifier

de 1859 à 1904Modifier

de 1920 à nos joursModifier

Titulaire Début de mandat[1] Fin de mandat Résidence Saint-Siège France
ambassade extraordinaire Jeanne d'Arc[42] : Gabriel Hanotaux[43] Benoît XV Alexandre Millerand
Charles Jonnart (1857-1927) mai 1921 1923 palais Farnèse Benoît XV
puis
Pie XI
Alexandre Millerand
Jean Doulcet (1865-1928) 1928 palais Primoli Benoît XV
puis
Pie XI
Alexandre Millerand
puis
Gaston Doumergue
fermeture de l'ambassade[44] avril 1925[45] Pie XI Gaston Doumergue
Joseph Louis Gabriel Antoine vicomte de Fontenay(1864-1946) 1928 1932 Pie XI Gaston Doumergue

puis

Albert Lebrun

François Charles-Roux (1879

-1961)

1932 mai 1940 palais Farnèse Pie XI
puis
Pie XII
Albert Lebrun
Comte Wladimir d'Ormesson mai 1940 octobre 1940 Pie XII Albert Lebrun
puis
Philippe Pétain[46]
Léon Bérard (1876-1960) 1940 1944 Pie XII Philippe Pétain[46]
Jacques Maritain 1945 1948 palais Taverna Pie XII Général de Gaulle
comte Wladimir d'Ormesson 1948 1956 Palais Taverna
puis
Villa Bonaparte
(1950)
Pie XII Vincent Auriol
puis
René Coty
Roland Jacquin de Margerie 1956 1959 Villa Bonaparte Pie XII
puis
Jean XXIII
René Coty
baron Guy de La Tournelle 1959 1964 Villa Bonaparte Jean XXIII
puis
Paul VI
Charles de Gaulle
René Brouillet 1964 1974 Villa Bonaparte Paul VI Charles de Gaulle
puis
Georges Pompidou
Gérard Amanrich 1974 1976 Villa Bonaparte Paul VI Valéry Giscard d'Estaing
Georges Galichon 1976 1979 Villa Bonaparte Paul VI
puis
Jean-Paul Ier
puis
Jean-Paul II
Valéry Giscard d'Estaing
Louis Dauge 1979 1983 Villa Bonaparte Jean-Paul II Valéry Giscard d'Estaing
puis
François Mitterrand
Xavier Daufresne de La Chevalerie 1983 1985 Villa Bonaparte Jean-Paul II François Mitterrand
Bertrand Dufourcq 1985 1988 Villa Bonaparte Jean-Paul II François Mitterrand
Jean-Bernard Raimond 1988 1991 Villa Bonaparte Jean-Paul II François Mitterrand
René Ala 1991 1993 Villa Bonaparte Jean-Paul II François Mitterrand
Alain Pierret 1993 1995 Villa Bonaparte Jean-Paul II François Mitterrand
puis
Jacques Chirac
Jean-Louis Lucet 1995 1998 Villa Bonaparte Jean-Paul II Jacques Chirac
Jean Guéguinou 1998 2000 Villa Bonaparte Jean-Paul II Jacques Chirac
Alain Dejammet 2001 Villa Bonaparte Jean-Paul II Jacques Chirac
Pierre Morel 2001 2005 Villa Bonaparte Jean-Paul II
puis
Benoît XVI
Jacques Chirac
Bernard Kessedjian [18] Villa Bonaparte Benoît XVI Jacques Chirac
puis
Nicolas Sarkozy
vacance de poste, Pierre Cochard (intérim) [47] Benoît XVI Nicolas Sarkozy
Stanislas de Laboulaye Villa Bonaparte Benoît XVI Nicolas Sarkozy
Bruno Joubert Villa Bonaparte Benoît XVI
puis
François
Nicolas Sarkozy
puis
François Hollande
vacance de poste[48],[49] François François Hollande
Philippe Zeller[50] [51] Villa Bonaparte François François Hollande
puis
Emmanuel Macron
vacance de poste, Yves Teyssier d'Orfeuil (intérim) François Emmanuel Macron
Élisabeth Beton-Delègue[52] Villa Bonaparte François Emmanuel Macron

Les trois vacances de poste récentes (2007-2009, 2015-2016 et depuis 2018) s'expliquent dans les deux premiers cas par le choix par la France de représentants (pour 2007-2009, Denis Tillinac puis Jean-Loup Kuhn-Delforge soutenu par Bernard Kouchner ; en 2015, Laurent Stefanini) n'ayant pas été agréés par le Saint-Siège, condition nécessaire pour la prise de fonctions. Le refus du Saint-Siège provenait, dans le premier cas, du fait que l'ambassadeur pressenti était deux fois divorcé ; ou encore que la nomination de l'ambassadeur ait été rendue publique avant la proposition au Saint-Siège. L'homosexualité ouvertement déclarée de Jean-Loup Kuhn-Delforge et de Laurent Stefanini a probablement été un élément décisif dans le refus du Saint-Siège[53].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Ou date de remise des lettres de créance.
  2. Chancelier de France et évêque de Noyon en 1348.
  3. Nommé légat pontifical en France par le pape le
  4. Chargé de négocier le mariage du futur Henri II et de Catherine de Médicis.
  5. Mission à Rome pour le roi de France
  6. L. Romier, loc. cit. ci-dessous, p. 21, n. 1.
  7. Deuxième ambassade.
  8. L. Romier, loc. infra cit., p. 31.
  9. L. Romier, loc. cit., p. 31.
  10. Ambassade extraordinaire envoyée par Henri II pour porter la ratification du roi au traité de suspension d'armes. Voir dans L. Romier, « Les premiers représentants de la France au palais Farnèse (1553) », Mélanges d'archéologie et d'histoire, année 1911, vol. 31, n° 31, (p. 11-31), p.12 voir le texte.
  11. Louis de Saint-Gelais, seigneur de Lansac, gouverneur de François II et Charles IX : son portrait a été peint par François Clouet (voir le portrait. Voir aussi la « Correspondance Politique de M. de Lanssac (Louis de Saint-Gelais) 1548-1557 », publiée par C. Sauzé de Lhoumeau, Poitiers, 1904.
  12. a et b L. Romier, loc. cit., p. 12.
  13. Claude de La Guiche, issu de la maison de La Guiche, était alors évêque de Mirepoix depuis 1546 après avoir été évêque d'Agde depuis 1540 ou 1541.
  14. Louis de Saint-Gelais, seigneur de Lansac, gouverneur de François II et Charles IX, comme ambassadeur permanent.
  15. a et b L. Romier, loc. cit., p. 23.
  16. L. Romier, loc. cit., p. 21, n. 1.
  17. Voy. la réf..
  18. a b c d et e Mort en fonction.
  19. Accompagné de Claude d'Angennes, évêque du Mans, et du futur cardinal du Perron.
  20. Futur Cardinal du Perron (1604). Il obtint du pape le pardon pour le roi Henri IV, après sa conversion au catholicisme.
  21. Futur chancelier de France.
  22. Frère cadet du ministre Maximilien de Béthune, duc de Sully
  23. Devenu cardinal en avril 1608.
  24. Maximin Deloche, Un Frère de Richelieu inconnu, chartreux, primat des Gaules, cardinal, ambassadeur. Documents inédits, Paris, Desclée De Brouwer et Cie, , 553 p.
  25. Echappe de justesse à un attentat le . réf.
  26. Secondé par son frère le cardinal César d'Estrées.
  27. Resta en poste deux ans et demi : Marie-Madeleine Pioche de La Vergne ; Œuvres complètes de mesdames de La Fayette et de Tencin, Paris, 1808, t. 3, p. 58. ; Arch. Quai d'Orsay.
  28. Arch. Quai d'Orsay.
  29. Père de la marquise de Créquy, qui accompagna son père à Rome. Voir ses Mémoires.
  30. Mort en poste. Il avait officiellement été rappelé le , mais ni le pape, ni lui, ni le gouvernement révolutionnaire n'en tinrent compte.
  31. Après le meurtre du général Léonard Duphot. Le 15 janvier suivant, les États pontificaux étaient annexés.
  32. Nommé le .
  33. Alors en location, Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, t. 5 (éd. Garnier), p. 29.
  34. Le Palais Niccolini est devenu ensuite le Palais Ferraioli, Piazza Colonna, site
  35. Alors en location, Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, t. 5 (éd. Garnier), p. 228.
  36. a b et c Stendhal était alors Consul de France dans le États pontificaux (de 1831 à 1841), en résidence à Civitavecchia.
  37. Succède à son frère aîné, mort en fonction.
  38. Démissionnaire.
  39. Nommé sénateur du Second Empire.
  40. Avait précédemment été secrétaire de deuxième classe à l'ambassade de France à Rome (1859-1862).
  41. "Le Temps", le 23 janvier 1880
  42. Ambassade extraordinaire envoyée par le gouvernement français pour la canonisation de Jeanne d'Arc.
  43. Jean Cluzel, 2005 dans : texte source
  44. À la suite d'une suppression du budget le 2 février 1925.
  45. Chute du cabinet anticlérical d'Herriot.
  46. a et b Régime de Vichy.
  47. (es) http://www.elperiodico.com/es/noticias/sociedad/20080930/vaticano-niega-aceptar-embajadores-divorciados-gais/print-23338.shtml : site de El Periódico de Catalunya.
  48. L’Élysée maintient son « candidat » à l’ambassade près le Saint-Siège, La Croix du 9 avril 2015.
  49. Laurent Stefanini, ambassadeur refusé par le Vatican, nommé à l'Unesco, Le Parisien, 6 avril 2016
  50. Décret du 10 mai 2016 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès du Saint-Siège - M. ZELLER (Philippe) JO du 12 mai 2016
  51. « Arrêté du 31 janvier 2018 portant admission à la retraite (agents diplomatiques et consulaires) », Journal officiel de la République française, no 34,‎ (ISSN 0373-0425, lire en ligne)
  52. Nicolas Senèze, « Une ambassadrice pour représenter la France au Vatican », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 12 avril 2019).
  53. Un ambassadeur "gay" au Vatican: les dessous de l'imbroglio, challenges.fr, 27 avril 2015