Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fay, La Tour-Maubourg, Latour, De La Tour et Maubourg.

Florimond de Faÿ
de La Tour-Maubourg
Illustration.
Monument à Just Pons Florimond de Faÿ (1781-1837), marquis de la Tour-Maubourg, ambassadeur du roi des Français près le Saint-Siège. Marbre, bas-relief par Paul le Moyne (1794-1873). Église Saint-Louis-des-Français de Rome.
Fonctions
Ministre plénipotentiaire de l'Drapeau de l'Empire français Empire français
à Wurtzbourg (Flag of the Grandduchy of Wurzburg.svg Grand-duché de Wurtzbourg)
Ministre plénipotentiaire de l'Empire français
à Stuttgart (Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg)
Ministre plénipotentiaire du Drapeau du Royaume de France Royaume de France
à Hanovre (Drapeau du royaume de Hanovre Royaume de Hanovre)
Ambassadeur du Royaume de France
à Dresde (Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe)
Ambassadeur du Royaume de France
à Constantinople (Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman)
1821,
Prédécesseur Charles François Riffardeau de Rivière
Ambassadeur du Drapeau du Royaume de France Royaume de France
à Naples (Drapeau du Royaume des Deux-Siciles Royaume des Deux-Siciles)
Ambassadeur du Royaume des Français
à Rome (Flag of the Papal States (1825-1870).svg États pontificaux)
( † )
Prédécesseur Louis de Beaupoil, comte de Sainte-Aulaire
Successeur Septime, comte de La Tour-Maubourg
Membre de la Chambre des pairs
( † )
Monarque Louis-Philippe Ier
Prédécesseur Charles César de Fay de La Tour-Maubourg
(À titre héréditaire)
Biographie
Nom de naissance Just Pons Florimond de Faÿ de La Tour-Maubourg
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 55 ans)
Lieu de décès Rome
Nationalité Drapeau de la France Française
Père Charles César de Fay de La Tour-Maubourg
Mère Marie-Charlotte-Henriette Pinault de Thenelles (1760-1837)
Conjoint Caroline « Perrone di San Martino » (1788-1855)
Enfants Pauline-Marie-Florimonde (1816-1839)
Just-Antoine-Florimond (1818-1849)
César-Florimond (1820-1886)
Marguerite Marie Augustine (1824-1892)
Profession Diplomate
Résidence Château de Maubourg
Liste des ambassadeurs de France près le Saint-Siège

Just-Pons-Florimond de Faÿ, baron puis marquis de La Tour-Maubourg, est un diplomate et homme politique français né à Paris le et mort à Rome le .

Sommaire

BiographieModifier

Fils aîné du comte Charles-César de Faÿ de La Tour-Maubourg et « de très haute et très puissante dame Marie-Charlotte-Henriette Pinault de Fenelle [sic], son épouse » (Pinault   de Thenelles), entra dans la carrière diplomatique après le coup d'État du 18 brumaire, fut envoyé en Danemark en qualité de secrétaire d'ambassade, et, à son retour en France, devint auditeur au conseil d'État.

Premier EmpireModifier

Auditeur près le ministre et la section de l'Intérieur en 1806[1], il fut ensuite attaché au ministère des Affaires étrangères.

En 1807 et 1808, il acquiert le statut d'auditeur « hors du Conseil », conservant ses titres et prérogatives, et exerce les fonctions de secrétaire d'ambassade à Constantinople[1] (nommé, par décret du [2], deuxième secrétaire, auprès du comte Sébastiani, ambassadeur à Constantinople près la « Porte ottomane[2] »). Il exerça ces fonctions à partir de [1].

De 1809 à 1811, il était auditeur en « service extraordinaire » et secrétaire de légation, toujours à Constantinople[1]. L'Empereur demanda à Maret de le rappeler le , mais La Tour-Maubourg se maintint, jusqu'au mois de [3],[2], dans cette résidence, où il exerçait depuis les fonctions de chargé d'affaires de France, en « service extraordinaire », près la « Sublime Porte ». « Il sut allier dans le cours de cette mission beaucoup de sagesse à une grande fermeté de caractère, et son interposition fut souvent utile au salut des étrangers, notamment lors de la révolution du , qui renversa, avec les circonstances les plus épouvantables, la puissance du grand vizir Mustapha Beiraktar, pacha de Routschouck.[2] »

Quelques mois après son retour en France, M. de La Tour-Maubourg fut nommé envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Würtzbourg ([1]), puis à Stuttgart, près du roi de Wurtemberg, dont il reçut sa première audience le . La Tour-Maubourg fut créé baron de l'Empire le 16 mai suivant.

RestaurationModifier

En 1814, il passa comme chargé d'affaires de France à Hanovre, où, après la Restauration, le duc de Richelieu le confirma à la même résidence, avec le titre de ministre plénipotentiaire de Louis XVIII[2] (1816[3]). Il avait fait, entre-temps, comme volontaire, la campagne de France[3].

Ambassadeur près la cour de Saxe en 1819, ambassadeur près la Sublime Porte en 1821, il tomba en disgrâce pendant qu'il exerçait ces dernières fonctions, fut rappelé et se retira dans ses terres. Hyde de Neuville qui avait été nommé à sa place[2] préféra Lisbonne[4].

Monarchie de JuilletModifier

Après la révolution de Juillet 1830, ses idées libérales lui valurent le poste d'ambassadeur près du roi des Deux-Siciles, et, l'année suivante, en 1831, de ministre de France à Rome, fonctions qu'il occupait lorsqu'il mourut.

Le , il avait été admis à siéger à la Chambre des pairs, à titre héréditaire, en remplacement de son père, décédé.

Il meurt, le , à Rome et fut inhumé en l'église Saint-Louis-des-Français. Son frère, le comte Septime, le remplaça au Palais Colonna.

TitresModifier

DistinctionsModifier

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du baron Defay de Latour-Maubourg et de l'Empire

De gueules, à la bande d'or, chargée d'une fouine d'azur ; franc-quartier des barons ministres employés à l'extérieur, à la filière d'argent.[6]

Armes du comte de La Tour-Maubourg, baron-pair héréditaire,

De gueules à la bande d'or, chargée d'une fouine d'azur.[7],[5],[2]

Supports 
Deux lions[2].
Devise 
« Par toute voie chemine[7] » ;
  Armes parlantes (Fouine (fayne en patois[7]) ⇒ Faÿ).

Ascendance et postéritéModifier

Florimond de La Tour-Maubourg était le fils aîné de Charles-César de Faÿ (1756-1831), comte de La Tour-Maubourg, et de Marie Charlotte Henriette Pinault   de Thenelles[8] (Paris, - Paris, ).

  1. Il avait trois frères cadets et trois sœurs :
  2. Adèle ( - Paris, ), mariée avec François Stellaye de Baigneux (1772-1850), marquis de Courcival, dont postérité ;
  3. Alfred-Florimond-Louis (1784 - 1809 de ses blessures en Espagne), capitaine ;
  4. Rodolphe (Paris, - Boissise-la-Bertrand, ), comte de La Tour-Maubourg, lieutenant général (1835), pair de France (1845), grand officier de la Légion d'honneur, sans alliance ;
  5. Marie-Stéphanie-Florimond ( - ), mariée avec Antoine-François, 1er comte Andréossy (1761-1828), dont postérité ;
  6. Éléonore-Marie-Florimonde (1799 - 1831), mariée avec Charles-Lucas « comte » Pinckney Horry, propriétaire de la « Harrietta Plantation (en) » et du château de Boissise-la-Bertrand ;
  7. Charles-Armand-Septime (Passy, - Marseille, ), comte de La Tour-Maubourg, maître des requêtes au Conseil d'État, ambassadeur, pair de France, marié, (1°) avec Octavie Adèle ( - Bruxelles, ), fille de Pierre, 1er comte Daru (1767-1829), puis, (2°) avec Marie-Louise-Charlotte ( - ), fille de Jacques Thomas, marquis de Pange (1770-1850).

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Napoleonica.org », Faÿ de La Tour Maubourg, Juste-Ponce-Florimond de, (1781-?), sur www.napoleonica.org, Fondation Napoléon (consulté le 15 novembre 2011)
  2. a b c d e f g h et i « De Fay, comte, puis marquis de La Tour-Maubourg, (Marie-Victor-Nicolas) », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. VII, [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 7-10
  3. a b et c « Latour-Maubourg (Just-Pons-Florimond de Faÿ, marquis de) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  4. Françoise Watel, Jean-Guillaume Hyde de Neuville (1776-1857) : conspirateur et diplomate, vol. 2 de la Coll. Diplomatie et histoire, Paris, Ministère des Affaires étrangères, Direction des Archives et de la Documentation, Peter Lang, , 287 p. (ISBN 9782110891594, lire en ligne)
  5. a et b François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org, (consulté le 18 juin 2011)
  6. a et b « BB/29/969 page 117. », Titre de baron, accordé par décret du , à Just, Pons, Florimond Defay Latour Maubourg. Dresde ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  7. a b et c Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. 1 et 2, Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887 « et ses Compléments », sur www.euraldic.com (consulté le 6 novembre 2011)
  8. Les sénateurs du Consulat et de L'Empire, Slatkine (lire en ligne)
  9. Dans ses mémoires, le comte de Basterot note qu'elle avait hérité de la moitié de la fortune de son premier mari qui percevait 150 000 Francs de rentes annuelles, somme considérable pour l'époque. Cf. F. J. de Basterot : Souvenir d’Enfance et de Jeunesse

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.