Ouvrir le menu principal

Jean Ernest Ducos de La Hitte

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cos, Ducos, La Hitte, Lahitte et Hitte.

Jean Ernest Ducos de La Hitte
Jean Ernest du Cos de La Hitte
Jean Ernest Ducos de La Hitte
Le vicomte de La Hitte, réformateur de l'artillerie en France

Surnom Ducos-Lahitte
Naissance
Bessières (Haute-Garonne)
Décès
Gragnague (Haute-Garonne)
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Artillerie
Grade Général de division
Années de service 1807-1840
Conflits Guerres napoléoniennes
Campagne d'Espagne (1823)
Expédition de Morée
Campagne d'Algérie
Faits d'armes Bataille du Trocadéro
Affaires de Mouzaïa et de Médéah
Distinctions Légion d'honneur
(Grand-croix)
Médaille militaire
Famille Père du général Louis Ernest Ducos de La Hitte

Jean Ernest Ducos, vicomte de La Hitte, né le , à Bessières (auj. dans la Haute-Garonne), décédé le à Gragnague (Haute-Garonne), est un général et un homme politique français qui fut ministre des Affaires étrangères du au dans le Gouvernement Hautpoul puis sénateur du Second Empire. Il favorisa par ailleurs la modernisation de l'artillerie en France par la réforme La Hitte (1858).

BiographieModifier

Jean-Ernest Ducos de La Hitte est issu d'une famille noble de Gascogne[1],[2], connue depuis Odet Ducos, vivant en 1230. Elle possédait, avant la Révolution française, les titres de comte de La Hitte et de Montaut, premiers barons de Fezensac et d'Armagnac donné plusieurs gentilshommes ordinaires de la chambre du roi, des gouverneurs de place ainsi que des « officiers distingués »[3].

Carrière militaireModifier

Après de bonnes études, il entre à l'École polytechnique (X1807). Passé en 1809 à l'École d'application de l'artillerie et du génie de Metz[4] en qualité d'élève sous-lieutenant[5], ses travaux préliminaires ont tellement attiré l'attention qu'ils lui furent plus tard comptés comme années de service effectif[5].

Le , il sort de l'École, admis comme lieutenant en second au 8e régiment d'artillerie à pied[5].

Il fait avec distinction[4] les dernières campagnes de l'Empire en Espagne. Là « son courage[5] » lui vaut successivement le grade de lieutenant en premier et de capitaine en second à l'état-major d'artillerie. Tour à tour aide de camp des généraux Boucher et Berge, c'est avec ce dernier qu'il retourne en France lorsque le territoire national menacé oblige Napoléon à rappeler tous ses corps d'élite autour de lui[5]. Ducos est alors promu au grade de capitaine en premier au 3e régiment d'artillerie[5].

On sait que le général Berge fut au nombre de ceux qui crurent devoir adhérer à la restauration des Bourbons[5]. Le capitaine La Hitte suit à ce moment-là l'impulsion de son général mais, au retour de l'île d'Elbe, le jeune officier est destitué le ()[5]. Le 26 juillet de la même année, il est réintégré dans son grade, et continue ses fonctions d'aide-de-camp auprès de son ancien général. Il fait alors partie de l'« armée de France et de Belgique », sous les ordres du duc d'Angoulême.

Le , il reçoit la croix d'officier de la Légion d'honneur et passe, un mois plus tard, chef de bataillon à l'état-major-général de l'artillerie. Le commandant La Hitte par ses services rendus, « mérite l'attention des princes de la famille royale, qui désirent s'attacher de plus en plus ce militaire éminent[5] ». Le , il est nommé capitaine dans l'artillerie à cheval de la Garde royale. Le [4] puis chef d'escadron de ce corps d'élite[5], grade qui lui donne rang de lieutenant-colonel[4].

En , il fait la campagne d'Espagne comme lieutenant-colonel à l'état-major d'artillerie des 1er, 2e et 3e corps de l'armée des Pyrénées et se distingue en plusieurs rencontres[4]. Aide de camp du « Dauphin[6] » (Louis de France (1775-1844), duc d'Angoulême), promu colonel au corps d'artillerie, le , c'est Ducos de La Hitte qui commande l'artillerie au siège du Trocadéro, le , contribuant ainsi puissamment à la reddition de cette place importante[5].

« Bientôt la Grèce appelle l'Europe dans une généreuse croisade[5] ». Le colonel de La Hitte sollicite l'honneur de faire partie de l'armée et, le , prend part à l'expédition de Morée comme commandant en chef de l'artillerie. « Son habile direction, son courage intrépide contribuant à nos triomphes, le grade de maréchal de camp est, le , le prix de ses glorieux efforts[5]. »

Rentré en France, le duc d'Angoulême l'attache à sa maison militaire, en qualité d'aide de camp[5]. Ducos intègre alors le comité d'artillerie dont il devient un des membres les plus influents[5]. Le coup d'éventail d'Hussein Dey, dey d'Alger donne l'occasion à la France d'organiser l'expédition d'Alger (1830) dont le général de La Hitte prend le commandement de l'artillerie sous les ordres du lieutenant-général de Bourmont. Les rapports de ce dernier attestent que « c'est grâce à l'habileté avec laquelle le général La Hitte dirige nos batteries que le succès de la journée du 19 juin (bataille de Staouëli) scelle le sort du dey d'Alger[5] » dès le 5 juillet suivant, au lendemain de la brèche de Fort l'Empereur.

La révolution de Juillet 1830 interrompt momentanément sa carrière car la monarchie de Juillet se montre soupçonneuse et défiante envers M. de La Hitte[5]. Le , il est mis en disponibilité, et, le , est admis dans le cadre de réverve de l'état-major général. Le roi des Français Louis-Philippe Ier « répare cette injustice[4] » le en le rappelant à l'activité et en le nommant le 28 mars suivant commandant de l'école d'artillerie de Besançon.

Le , il repart en Algérie prendre son poste de commandant supérieur de l'artillerie malgré le décès très récent de son épouse. Après s'être distingué aux combats de Mouzaïa et de Médéah[6], cité plusieurs fois pour sa belle conduite dans les rapports du maréchal Valée[4], le Gouvernement de Juillet le récompense par le grade de lieutenant-général dont il reçoit le brevet le .

M. de La Hitte rentre en France au début de novembre 1840 et « se livre alors à des travaux plus calmes dans lesquels il montre une haute capacité administrative[5] ». C'est ainsi qu'il est appelé à plusieurs inspections, dont « les importants résultats liés à ses antécédents illustres[5] », lui valent, le , la croix de grand officier de la Légion d'honneur. Président du comité d'artillerie et directeur du dépôt central de cette arme en 1846, il est chargé de surveiller les armements du littoral continental de la République et de l'île de Coye[Où ?][réf. à confirmer][5].

Carrière politiqueModifier

Jean Ernest Ducos de La Hitte
 
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères
Président Louis-Napoléon Bonaparte
Président du Conseil Alphonse Henri d'Hautpoul
Gouvernement Gouvernement d'Hautpoul
Prédécesseur Alphonse de Rayneval
Successeur Édouard Drouyn de Lhuys
Député du Nord

(Démissionnaire)
Élection
Législature Assemblée nationale législative
Prédécesseur Henri Alexandre Wallon
(Démissionnaire)
Sénateur du Second Empire
Biographie
Nationalité   Française
Parti politique Bonapartiste
Père Jean Benoît du Cos, vicomte de La Hitte (1747-1793)
Mère Alexandrine de Gineste, dame de Conques (1761-1815)
Conjoint Jane Cecilia Cotter (1800-1839)
Enfants Rogersine (1822-1870)
Ernest (1825-1825)
Julie (1827-1898)
Louis Ernest (1828-1904)
Hermine (1829-1865)
Diplômé de École polytechnique
École d'application de Metz
Profession Général d'artillerie
Liste des ministres français des Affaires étrangères
Liste des députés du Nord
Liste des sénateurs du Second Empire

Mis à la retraite d'office par un décret du gouvernement provisoire (1848)[6], le général de La Hitte, dont les sentiments antirépublicains étaient bien connus[6], se rallie aussitôt au parti de Louis-Napoléon Bonaparte.

Le , Bonaparte, président de la République française, charge M. le lieutenant-général de La Hitte d'aller représenter la France à Berlin[4]; or M. de Rayneval n'ayant pas accepté le ministère des Affaires étrangères qui lui avait été offert le 31 octobre, M. de La Hitte, qui n'avait encore eu « aucune situation parlementaire[6] », est choisi par lui comme ministre des Affaires étrangères et prend sa place dans le Conseil des ministres, le 17 novembre, avant de s'être rendu à son poste.

« On sait que c'est sous son administration que le Pape, alors réfugié à Gaète, est rentré à Rome, et quand l'Angleterre voulut forcer la Grèce à subir ses injustes prétentions, M. de La Hitte n'hésita pas à rappeler de Londres notre ambassadeur. Ce coup de vigueur dut en imposer au cabinet britannique, car peu de temps après, satisfaction nous était donnée, et le traité de Londres remplaçait celui d'Athènes.[4] »

Ayant donné sa démission de ministre des Affaires étrangères « pour ne pas encourir la responsabilité de la révocation du général Changarnier que le chef du pouvoir exécutif avait irrévocablement décidée[4] », M. de La Hitte est remplacé, le , par M. Drouin de Lhuys.

Le général de La Hitte fait une première tentative parlementaire infructueuse[7] à Paris, lors des élections partielles du , pour entrer à l'Assemblée législative, mais est plus heureux, le 3 novembre de la même année, et devient[8] représentant du Nord, en remplacement de M. Wallon, démissionnaire.

Il ne conserve son siège que peu de temps : le général de La Hitte n'ayant accepté la vie parlementaire que comme conséquence de sa position de ministre et par dévouement pour la chose publique. En , il donne sa démission de représentant et est nommé, le jour même de sa démission, inspecteur général du 1er arrondissement d'artillerie; un mois après, il devient également inspecteur général de l'École polytechnique.

La Hitte adhére au coup d'État du 2 décembre 1851, fait partie de la Commission consultative et par décret impérial du , est appelé au Sénat.

Il cautionne par sa présence, le 4 avril 1856, la fondation par Augustin Louis Cauchy et Charles Lenormant de L'Œuvre des Écoles d'Orient[9], plus connue actuellement sous le nom de L’Œuvre d’Orient[10]. Il est même membre de son 1er Conseil général[11] du 25 avril de la même année.

Grand-croix de la Légion d'honneur depuis le , il siége pendant toute la durée du Second Empire parmi les partisans fidèles du gouvernement de Napoléon III et rentre dans sa vie privée le .

Système La HitteModifier

En 1858, il joue un rôle de premier plan dans l'adoption des obusiers à canon rayé pour l'armée française, en assurant la promotion des idées du lieutenant-colonel Treuille de Beaulieu auprès de l'État-Major[12]:

« Il serait injuste d'omettre à cette occasion le nom du général La Hitte, qui a immédiatement pris en charge la promotion des nouveaux principes, et a continué d’assurer leur exécution avec la plus grande compétence. C'est principalement à son adhésion indéfectible à ces principes, et à l'unité complète du système qui en résulte, qu'on doit attribuer le succès de la nouvelle arme »

— Lieutenant-colonel Treuille de Beaulieu, Rapport de l’Exposition universelle de 1862

Les nouveaux canons, formant ce qu'on appela désormais le Système Lahitte, entrent en service dès la campagne d'Italie (1859).

S'il rend le dernier soupir le chez l'aînée de ses petits-enfants, son décès est enregistré officiellement plus tard à Bessières (Haute-Garonne) dont le cimetière abrite sa sépulture. Il y était né dans une maison appartenant à la famille de sa mère, y avait acheté en 1827 une propriété qu'il avait transformée et renommée "Castelrives" - avec le moulin attenant - dans laquelle il reçut Abd el-Kader vers 1850.

Son arrière-petit-fils Paul de La Hitte, également officier général, lui a consacré en 1977 une biographie[13].

État de serviceModifier

DistinctionsModifier

Ascendance et postéritéModifier

Jean Ernest du Cos de La Hitte est le fils cadet de Jean Benoît du Cos[14] (1747-1793) « vicomte de La Hitte » et d'Alexandrine de Gineste (1761-1815).

La descendance du vicomte de La Hitte compte parmi les familles subsistantes de la noblesse française.

Notes et référencesModifier

  1. La famille du Cos de la Hitte portait :

    « D'azur, à une épée d'or, en bande, traversant un cœur du même, acc. de trois étoiles d'or, 1 au canton senestre du chef et 2 au canton dextre de la pointe. »

    • Supports : à dextre un cerf, au naturel, à senestre un lion, au naturel.
    • Devise : (la) « Fortitudo et Celeritas » ((en français : « Courage et célérité »)).
    Source 
    Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. 1 et 2, Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887.
  2. La famille Du Cos (ou Ducos) « de Saint-Barthélemy », anciennement connue dans l'Albret et dans le Bruilhois, a émis à plusieurs reprises la prétention d'être une branche de la famille du Cos de la Hitte. Elle a adopté les armoiries de cette famille et a souvent joint à son nom celui de la Hitte. Elle fut condamnée à quitter ce nom sur les réclamations du général du Cos de la Hitte, décédé en 1878.
    Source 
    « Maison des Cos », Cos (ou Ducos) de Saint-Barthélemy de Gélas (du)., sur www.francescas.info (consulté le 4 octobre 2011)
  3. André-François-Joseph Borel d'Hauterive, Les grands Corps politiques de l'État : biographie complète des membres du Sénat, du conseil d'État et du Corps législatif, E. Dentu, (lire en ligne)
  4. a b c d e f g h i et j E. de Saint-Maurice Cabany, Galerie nationale des notabilités contemporaines : annales biographiques des principaux fonctionnaires, des représentants, conseillers d'état, diplomates, magistrats ; des membres du clergé, de l'administration, etc., de la France, vol. 3, (lire en ligne)
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Michel Lévy, Biographie des membres du Sénat, (lire en ligne)
  6. a b c d et e « Hitte (Jean-Ernest Ducos, vicomte de La) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  7. Il n'obtint que 125 478 voix sur 260 198 votants.
  8. Avec 63 891 voix (68 497 votants, 142 205 inscrits).
  9. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  10. https://oeuvre-orient.fr
  11. Voir le 1er fascicule de l’Œuvre des Écoles d’Orient publié à Paris, le 25 avril 1856 mentionnant la composition de son 1er Conseil Général
  12. D'après « Rifled ordnance in England and France », The Edinburgh Review,‎ , p. 499 (lire en ligne)
  13. Général Paul de La Hitte : Le Lieutenant-Général de LA HITTE (1789 - 1878) Chef de guerre de diplomatie et d'arsenal, par son arrière petit-fils. Plaquette imprimée à Bayeux 1er semestre 1977.
  14. Jean Benoît du Cos (°  - Grenade-sur-Garonne13 octobre 1793 - Londres, en émigration), seigneur de Conques, dit « le vicomte de La Hitte ». Page de la Reine (1764), major au régiment de Dragons-Angoulême (1785), il participa aux assemblées de la noblesse de Toulouse en 1789. Promu colonel en 1792, il refusa ce grade pour rejoindre l'Armée des émigrés en Rhénanie et mourut à Londres l'année suivante. Il avait pris le titre de « vicomte » de La Hitte en 1781, à la mort de son cousin Joseph Marie du Cos, premier comte de La Hitte, baron de Montaut, qui l'avait désigné comme héritier substitutif au cas où son frère aîné, héritier unique et général, viendrait à décéder sans postérité mâle (testament mystique déposé devant notaire, à Toulouse, le ).
    Source 
    « Jean Benoît du Cos de La Hitte », sur roglo.eu (consulté le 4 octobre 2011)
  15. Jane Cecilia Cotter (en) (, Londres - - Besançon) était la fille de Rogerson Cotter et de Jane Harrold. Lointain descendant d'Ottar Ottarsson, Rogerson Cotter (1752, Rockforest (Comté de Cork, Irlande) - , Paris), inhumé avec son épouse au cimetière du Père-Lachaise), était avocat à Londres et membre de la Chambre des communes irlandaise pour Charleville (en) (1783-1800)
  16. « Cote LH/2532/21 », base Léonore, ministère français de la Culture

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.