Henri Wallon (1812-1904)

historien, abolitionniste et homme politique français

Henri Wallon, né à Valenciennes le et mort à Paris le , est un historien et homme politique français. Ce député est célèbre pour avoir été à l'origine de l'amendement qui a fait entrer le mot « République » dans les projets des lois constitutionnelles de 1875, ce qui a, en quelque sorte, définitivement « fondé » la Troisième République, auparavant provisoire.

Henri Wallon
Henri Wallon.jpg
Fonctions
Sénateur inamovible
-
Doyen
Faculté des lettres de Paris
-
Député
Nord
-
Député
Nord
-
Président
Société antiesclavagiste de France (d)
Secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Henri-Alexandre WallonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
Adèle-Jeanne Wallon (d)
Paul Wallon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

Étudiant en droit puis élève de l'École normale supérieure dès 1831, il fut reçu premier à l'agrégation d'histoire en 1834 où il fut ensuite chargé de cours au lycée Louis-le-Grand. Il devint docteur ès lettres en 1837, chargé de conférences à l'École normale supérieure en 1838 puis agrégé auprès de la Faculté des lettres en 1840[1].

S'étant consacré à une carrière littéraire, il devint, en 1841, chargé de cours d'histoire au collège Rollin et, en 1842, maître de conférence d'histoire ancienne à l'École normale sous le patronage de Guizot, qu'il suppléa comme professeur à la Sorbonne de 1846 à 1849. En 1849, il fut professeur d'histoire moderne dans cette université[1].

Il travailla sur l'esclavage dans les colonies françaises (1847) et sur l'esclavage dans l'Antiquité (Histoire de l'esclavage dans l'Antiquité, 1848, rééditée en 1879). En 1848, après la révolution de février, Victor Schœlcher le nomma secrétaire de la commission qui prépara l'abolition de l'esclavage. Suppléant du député de la Guadeloupe, il devint en 1849 député du Nord[1]. Il démissionna en 1850, désapprouvant la mesure adoptée par la majorité pour restreindre le droit de vote. La même année, il fut élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, dont il devint secrétaire perpétuel en 1873.

Sous le Second Empire, il se retira de la vie politique et se consacra à sa charge de professeur d'histoire et à l'écriture de livres d'histoire, dont les plus originaux sont une biographie, Richard II, épisode de la rivalité de la France et de l'Angleterre (2 vols., 1864). Bien que républicain, il montra des vues résolument cléricales dans sa Jeanne d'Arc (2 vols., 1860 ; 2e rédacteur., 1875) ; La Vie de Notre Seigneur Jésus (1865), une réponse à la Vie de Jésus d'Ernest Renan ; et Saint Louis et son temps (1871 ; 4e éd., 1892), qui est également un ouvrage hagiographique.

Il est présent à la première réunion de fondation de l’Œuvre des Écoles d’Orient[2] le , plus connue actuellement sous le nom de L'Œuvre d'Orient, membre et premier secrétaire général du son premier conseil général du [3]. Il devient vice-président du conseil général après le décès de Charles Lenormant le , jusqu’à sa mort.

Revenu à la politique après la guerre franco-prussienne, Wallon fut réélu dans le département du Nord en 1871 et prit une part active aux procédures de l'Assemblée. Il s'immortalisa en présentant sa proposition pour l'établissement de la République dont le président serait élu pour sept ans et rééligible ; après des discussions houleuses, elle fut adoptée par l'Assemblée le . « Ma proposition, déclara-t-il, ne proclame pas la République, elle la fait. »

 
Caricature parue en 1875 dans Le Trombinoscope de Touchatout.

Après l'établissement définitif de la République, Wallon devint ministre de l'Instruction publique et effectua beaucoup de réformes utiles, mais ses vues étaient trop conservatrices pour la majorité de la Chambre et il se retira en où il fut ensuite doyen de la Faculté des lettres de Paris de 1876 à 1881[1]. Il avait été choisi en tant que sénateur inamovible en . Retourné à ses études historiques, Wallon publia quatre ouvrages importants, sinon par leur contenu, du moins par les documents qui les accompagnent :

  • La Terreur (1873)
  • Histoire du tribunal révolutionnaire de Paris avec le journal de ses actes (6 vols., 1880-1882)
  • La Révolution du et le fédéralisme en 1793 (2 vols., 1886)
  • Les Représentants du peuple en mission et la justice révolutionnaire dans les départements (5 volumes, 1880-1890).

Il publia par ailleurs un certain nombre d'articles dans le Journal des savants ainsi que des mémoires sur l'histoire de l'Académie des inscriptions.

À sa mort, en 1904, il fut enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.

Henri Wallon est le grand-père du psychologue et homme politique Henri Wallon.

DatesModifier

 
Original de la loi constitutionnelle du , avec son sceau (Archives nationales).

Postérité et hommagesModifier

Un lycée porte son nom à Valenciennes et un autre à Aubervilliers.

Deux écoles élémentaires, l'une à Dammarie-lès-Lys (Seine-et-Marne)[4] et l'autre à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), portent le nom de Henri Wallon.

À Montpellier, Hérault-Henri Wallon est porté par les foyers de vie, foyers d’accueil médicalisé, foyers logement géré par la plateforme Tony-Lainé Henri Wallon de l'association APSH 34 (Association pour Personnes en Situation de Handicap). Orienté sur l'autonomie du handicap psychique.

Un collège porte son nom à Saint-Martin-d'Hères (agglomération grenobloise) à Lanester (agglomération de Lorient), un à Vigneux-sur-Seine et à Aubervilliers et à Ivry-sur-Seine.

Un groupe scolaire porte également son nom dans la ville de Bagneux (Hauts-de-Seine).

Un timbre à son effigie a été émis par La Poste le samedi , date de l'émission « Premier Jour », à l'occasion de la célébration du centenaire de sa mort.

PublicationsModifier

  • Du droit d'asile, 1837, thèse de doctorat.
  • Histoire de l'esclavage dans l'Antiquité, 1847, 3 volumes (deuxième édition en 1879).
  • La Sainte Bible résumée dans son histoire et ses enseignements, 1854-1859, 2 volumes.
  • De la croyance due à l'Évangile, 1858 (nouvelles éditions en 1866 et 1887).
  • Jeanne d'Arc, 1860, 2 volumes (7 éditions jusqu'en 1901).
  • Richard II, 1864, 2 volumes.
  • Abrégé de l'histoire sainte, 1866.
  • La Terreur, études critique sur l'histoire de la Révolution française, 1870, 2 volumes (deuxième édition en 1873).
  • Saint-Louis et son temps, 1875, 2 volumes (nombreuses éditions).
  • Histoire du tribunal révolutionnaire de Paris, 1880-1881, 6 volumes (nouvelle édition en 1900).
  • Éloges académiques, 1882, 2 volumes
  • La révolution du 31 mai et le fédéralisme en 1793, 1866, 2 volumes.
  • Les représentants du peuple en mission et la justice révolutionnaire dans les départements de l'an II, 1889-1890, 5 volumes.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Henri Wallon (1812-1904) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition].
  • Claude Nicolet, Henri Wallon : de l’esclavage antique à l’esclavage moderne[5].
  • Francis Przybyla, Le blé, le sucre et le charbon. Les parlementaires du Nord et leur action (1881-1889), Presses Univ. Septentrion, 2007, 448 p., dépliant.

Liens externesModifier

Notes & RéférencesModifier

  1. a b c et d Christophe Charle, « 108. Wallon (Henri, Alexandre) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 174–176 (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2020)
  2. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  3. https://gallica.bnf.fr/html/und/loeuvre-dorient
  4. « Groupe scolaire Henri Wallon — Portail officiel de la ville de DAMMARIE LES LYS », sur www.mairie-dammarie-les-lys.fr (consulté le 8 janvier 2016).
  5. Henri Wallon : de l’esclavage antique à l’esclavage moderne dans, Académie des sciences morales et politiques, Hommage rendu à l’occasion du centenaire du décès d’Henri-Alexandre Wallon, Séance exceptionnelle du 11 octobre 2004