Hystérie

désordre névrotique

L’hystérie désigne une névrose, aux tableaux cliniques variés, dans laquelle le conflit psychique peut s'exprimer par des symptômes physiques d'ordre fonctionnel ou psychologiques comme des crises émotionnelles, éventuellement des phobies. Elle a cours en médecine, neurologie et psychiatrie jusqu'à la fin du XXe siècle. Dans une approche renouvelée par Jean-Martin Charcot d'abord, l'hystérie est ensuite à la base des découvertes de Sigmund Freud en psychanalyse.

Enseignement de Charcot à la Salpêtrière : le professeur montrant à ses élèves (dont Joseph Babinski à droite sur le tableau) sa plus fidèle patiente, « Blanche » (Marie) Wittman, en crise d'hystérie. Détail du tableau d'André Brouillet : Une leçon clinique à la Salpêtrière, 1887).

L'hystérie fut longtemps associée aux femmes, au diable dans une perspective religieuse, avant d'évoluer vers une approche plus savante et désexualisée, étant aussi bien féminine que masculine.

Médicalement, les manifestations physiques et neurologiques, pérennes ou transitoires, peuvent prendre la forme de paralysies, de troubles de la parole ou de la sensibilité, voire des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychogènes ».

En psychiatrie américaine (APA) et au niveau international, la notion d'hystérie ne fait plus partie des classifications médicales modernes comme celles du DSM (DSM-IV-TR) et de la classification internationale des maladies (CIM-10). Elle y est dispersée dans les catégories trouble de conversion, trouble de la personnalité histrionique et trouble somatoforme. Toutefois, de nouvelles expressions de l'hystérie sont notées depuis les années 1990, y compris dans le DSM-IV-TR. Ainsi les diagnostics de « personnalités multiples » (ou « Trouble dissociatif de l'identité » en terminologie psychiatrique), de « syndrome dissociatif hystérique » et certaines formes de « syndrome dépressif » notamment ceux qui ne sont pas sensibles à une chimiothérapie comprenant des antidépresseurs, évoquent l'hystérie classique.[réf. nécessaire]

Le terme d'hystérie est, dans un usage moderne, mobilisé dans un objectif sexiste, afin de discréditer la parole portée par les femmes. Il fait également l'objet d'une réappropriation féministe.

Étymologie et définitionModifier

Étymologie et histoire du motModifier

Le mot hystérie est apparu en français au début du XVIIIe siècle, dérivé régressif d'après l'adjectif hystérique[1]. Il est issu du mot grec ὑστέρα hyster ou hustéra, apparenté au latin hystera, pouvant signifier la matrice, les entrailles ou l'utérus.

  • Hystérique, adjectif et nom :

D'après le Dictionnaire historique de la langue française, l'adjectif et nom « hystérique » « est emprunté (1568, hystéricque) au bas latin hystericus, du grec hysterikos “qui concerne la matrice”, “(femme) malade de l'utérus” de hustera “utérus” »[2]. Peut-être se rattache-t-il à une racine indoeuropéenne concernant « ce qui est en arrière » (→ hysterisis), ce qui se retrouverait en anglais dans out « dehors » ; le sens fait difficulté comme pour le sanskrit úttara « ce qui est au-dessus ». Quant au rapport avec le nom du ventre (uderos en grec, udaram en sanskrit) , il n'est pas éclairci[2]. Le terme hystérique a d'abord été employé en parlant des femmes au sens de « qui présente des troubles psychiques », en relation avec l'idée que cette maladie, qui avait son siège dans l'utérus, se rapportait à des « accès d'érotisme morbide ». Le sens s'est étendu ensuite aux hommes avant même que la notion devienne « essentielle en psychiatrie et en psychanalyse, à la fin du XIXe siècle »[2].

  • Hystérie, nom féminin :

Au XVIIIe siècle (1731, puis 1771) en effet, le dérivé régressif « hystérie », nom féminin, est désormais formé, et désigne les troubles en question, de sorte que, par analogie, le mot prend le sens d'« exaltation » (1834), exemple : c'est de l'hystérie!, soit « de la rage, du délire »[2]. Depuis Charcot, hystérie désigne vers 1880 un ensemble de « symptômes prenant l'apparence d'affections organiques sans lésions décelables ; le mot s'emploie ensuite en psychiatrie, puis en psychanalyse pour parler d'un type de névrose »[2]. Dans ce registre, l'adjectif « hystérique » correspond au nom pour « excessif » (1837) et « nerveux, exalté » (1844), quand il s'agit d'une personne, « avant de suivre, en psychiatrie, puis en psychanalyse, l'évolution du sens du nom »[2].

Classification de l'hystérie dans les névrosesModifier

  • Sens ancien du mot « névrose » :

Historiquement, à la fin du XVIIIe siècle le mot « névrose », dérivé savant (1785, neurose) du grec neuron « nerf », est l'adaptation de neurosis en anglais, terme créé par le médecin écossais William Cullen (Cullen, Neurosis or Nervous Diseases, 1777), et c'est l'aliéniste Philippe Pinel (1745-1826) qui introduit en français le terme neurose ou névrose en français dans sa traduction de Cullen (Institutions de médecine pratique, tome II, p. 493)[3]. Chez Cullen, Pinel et jusqu'à la fin du XIXe siècle, la médecine englobe dans le terme de névrose « tous les symptômes nerveux sans base organique connue » (ainsi Gilbert Ballet range-t-il dans les névroses la maladie de Parkinson, l'épilepsie, les troubles mentaux des chorées)[3].

  • Sens moderne du mot « névrose » :

Le sens moderne du mot « névrose », qui date de la fin du XIXe siècle (1895), « vient de l'allemand Neurose et de Freud qui élabora sa théorie des névroses à partir de l'observation des hystériques, dans le service du professeur Charcot, en reprenant certaines intuitions de P. Janet »[3]. La théorie freudienne des névroses « se dessine depuis Obsessions et Phobies (1895), Psychonévroses de défense (1895) jusqu'à Inhibition, Symptôme et Angoisse (1926) »[3]. Dans la « classification freudienne des névroses » se trouvent rangées les phobies, l'hystérie, les obsessions et l'angoisse, d'où les désignations de névrose obsessionnelle, névrose d'angoisse (1896), et l'opposition qui s'ensuit entre névroses et psychoses[3], « la psychanalyse moderne », est-il relevé dans le Dictionnaire historique de la langue française, décrit aussi d'autres formes de névroses : névrose actuelle, traumatique (1900 ; en allemand Schreckneurose), caractérielle, dépressive[3].

Problèmes de définitionModifier

D'après la définition du TLFi, l'hystérie est « une névrose, aux tableaux cliniques variés, où le conflit psychique s'exprime par des manifestations fonctionnelles (anesthésies, paralysies, cécité, contractures...) sans lésion organique, des crises émotionnelles, éventuellement des phobies »[4].

Le psychanalyste Antonio Quinet cite Jean-Martin Charcot : « l’hystérie a toujours existé, partout et de tout temps »[5]. Selon Antonio Quinet en effet, « on assiste de nos jours au retour des tableaux cliniques qu’il a décrits : des hystéro-épilepsies, des délires de possession démoniaque, des hallucinations visionnaires, des contractures, des paralysies, des paresthésies, des parésies, des spasmes, des cécités, mais aussi de nouvelles formes où le corps est l’objet, telles l’anorexie et la boulimie »[5]. Quinet met ainsi l'accent sur « la plasticité et la diversité de l’hystérique » qui apparaissent sous plusieurs formes, par exemple sous celles de la folle, de l’obsessionnelle, de la déprimée... ou sous forme de maladies organiques, que l'hystérique « peut simuler et qui peuvent la conduire jusqu’à la chirurgie »[5]. L’hystérie a beau avoir été exclue de la nosographie psychiatrique (on ne la trouve plus dans les manuels de diagnostic DSM-4 et CIM-10 du Code international des maladies), Antonio Quinet justifie la mise au pluriel du titre « Hystéries » de son article en ces termes : « si l’hystérie a été mise à la porte, elle rentre sous bien des formes par la fenêtre »[5].

Nicolas Brémaud conclut son « Panorama historique des définitions de l’hystérie » avec la même image qu'Antonio Quinet : « l’hystérie a un côté « anguille », le sujet hystérique est le roi de la « dérobade », il se dérobe à toute forme de classification. Cela ne signifie pas que l’hystérie ait disparu, bien au contraire. À vouloir la faire sortir par la porte, elle revient aussitôt par la fenêtre »[6].

Pour l'historien de la médecine Mark S. Micale le terme « hystérie » a suscité une grande variété d'interprétations issues « de l'imagination occidentale »[7]. Dans la préface de son ouvrage Die Angst vor Zurückweisung. Hysterie verstehen (« La peur du rejet. Comprendre l'hystérie »), Heinz-Peter Röhr considère que l'introduction dans la langue spécialisée (Fachsprache) du terme « histrionique » pour remplacer celui d'« hystérique », qu'on trouve fréquemment employé comme injure, s'est peu imposée dans l'usage de la langue courante[8]. Il rappelle que dans l'ancienne Rome, l' histrio était le comédien qui présentait des farces et des bouffonneries vulgaires[8]. Et pour ce psychothérapeute, qui a préféré recourir à l'« ancien concept » dans son livre, il est douteux que le changement de concept, histrionique pour hystérique, diminue les préjugés[8].

L'universitaire et essayiste Elisabeth Bronfen (en), « s'est penchée sur les écrits médicaux et culturels pour révéler la pertinence continue d'un trouble qu'on a largement pensé comme une formulation romantique du passé »[9]. Au cours de la longue histoire de la médecine, l'hystérie — cette tristement résistante maladie somatique sans lésions organiques — a échappé aux définitions précises et a de ce fait servi de projection aux diagnostics fantaisistes de médecins mis face à leur propre faiblesse et impuissance[10]. L'hystérique imitant d'autres maladies porte de façon psychosomatique une adresse que ce soit à un médecin, des membres de la famille ou un public, mais qui passait pour de la simulation ou de la tromperie[10]. Du fait qu'il s'agissait d'« un objet particulièrement fécond pour la spéculation scientifique en raison de ses symptômes protéiformes », l'hystérique développait un symptôme après l'autre pour n'importe quelle maladie qu'on lui offrait[10]. Face à une énigme nosologique, les médecins du XIXe siècle ont été enfermés dans un mélange de fascination et de résignation, à tel point que Ernest-Charles Lasègue déclare que cette notion constitue la « corbeille à papiers de la médecine »[10] ; Bronfen décrit l'hystérie comme « un état psychosomatique qui défie les tentatives de définition et de traitement et qui peut être facilement confondu avec d'autres conditions pathologiques »[11].

Par ailleurs et bien qu'elle y ait été longtemps associée, l'hystérie n'est pas l'apanage des femmes, ce que Freud et Janet, notamment, ont contribué à établir dès leurs premières recherches[12],[13].

HistoireModifier

Selon le Dr en histoire Mark S. Micale, l'histoire de la notion d'hystérie est tout à la fois très importante et désespérément à la mode, elle semble un mélange irrésistible entre science, sexualité, et sensationnalisme[14]. C'est la plus ancienne et la plus importante catégorie de névrose de l'histoire de la médecine, et des références à ce qu'on peut interpréter comme hystérie vont d'un papyrus égyptien de 1900 avant J.C. à la psychiatrie contemporaine[14]. Elle a intéressé les esprits les plus puissants de la médecine et se trouve au centre du difficile échange entre psychisme et corps, clef, pendant des siècles, des efforts médicaux destinés à discriminer les troubles organiques des troubles fonctionnels[14]. Elle a également été l'appui de quelques-unes des plus brillantes théories psychologiques des temps modernes[14]. Il remarque que Ellenberger exagère à peine en affirmant que « l'histoire de la psychiatrie moderne trouve entièrement son origine dans l'étude de l'hystérie »[15]

Les psychanalystes Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis rappellent que « la notion d'une maladie hystérique », dont « la délimitation a suivi les avatars de l'histoire de la médecine », remonte à Hippocrate[16].

AntiquitéModifier

La plus ancienne trace écrite qui puisse être reliée à ce concept résulte de l'interprétation d'un papyrus égyptien daté de 1900 av. J.C.[14] : le papyrus de Kahun, qui décrit les « troubles causés par un utérus baladeur », ainsi que les traitements afin d' « en venir à bout »[17]. Le terme d'hystera, à l'origine du terme d'hystérie, est utilisé par le médecin grec Hippocrate pour décrire une maladie dans son traité Des maladies des femmes[1]. Cette maladie était donc décrite comme intimement liée à l'utérus, la théorie admise étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes. Platon décrit ainsi ses causes et ses manifestations dans le Timée (91cd) : « La matrice est un animal qui désire ardemment engendrer des enfants ; lorsqu'elle reste longtemps stérile après l'époque de la puberté, elle a peine à se supporter, elle s'indigne, elle parcourt tout le corps, obstruant les issues de l'air, arrêtant la respiration, jetant le corps dans des dangers extrêmes, et occasionnant diverses maladies, jusqu'à ce que le désir et l'amour, réunissant l'homme et la femme, fassent naître un fruit et le cueillent comme sur un arbre ».

Moyen ÂgeModifier

L'hystérie médiévale est suffocatio matricis ou prefocatio matricis, traduction latine du grec et de l'arabe. L'utérus peut se déplacer vers le bas (observation probable de prolapsus génital) comme vers le haut, ce qui explique alors la suffocation et la perturbation des sens. D'où un traitement par fumigations de la suffocation de matrice : fumigation fétide par le nez et fumigation aromatique par le vagin pour repousser la matrice vers le bas[18].

Pour le médecin médiéval, la suffocation de matrice est une maladie de la continence sexuelle. Elle touche surtout les vierges et les veuves, par rétention des sécrétions féminines d'origine sexuelle ou menstruelle. Pour Avicenne, le déplacement utérin n'est pas nécessaire, ce sont les substances retenues en excès qui se propagent par les vaisseaux ou les nerfs, expliquant l'apparition des symptômes critiques. Cette maladie a la faculté de se convertir en une autre, c'est la conversio terme utilisé à la fin du moyen âge, notamment par Jacques Despars[18].

Il existe deux formes de suffocation, la forme « spermatique » due à la rétention des sécrétions sexuelles. Selon Trotula, la femme porte en elle « une semence que la nature souhaite retirer au moyen du mâle ». Le meilleur remède est le mariage. Arnaud de Villeneuve recommande aux veuves et aux religieuses des frictions vaginales, et Albert le Grand distingue entre le manus polluens (masturbation péché) et le manus medicans (masturbation guérison) faite par auto-manipulation ou par sage-femme (aucune mention des médecins hommes)[18].

La deuxième forme de suffocation porte sur le sang menstruel, qui doit être régulièrement évacué, ou nourrir le fœtus et être transformé en lait après l'accouchement, sous peine d'empoisonner le corps et l'âme. C'est le sort des femmes ménopausées [19] (la sorcière représentée comme vieille femme).

Les convulsion et les suffocations sont regardées comme la manifestation d'un plaisir sexuel et donc d'un péché[20]. Par l'influence de la doctrine augustinienne, l'approche médicale de l'hystérie est laissée de côté et le mot peu employé[21].

À la fin du Moyen Âge, les hystériques étaient parfois considérées comme possédées par le diable[22] donc « soignées » par le seul traitement connu : l'exorcisme.

Parfois elles pouvaient être considérées comme des sorcières[23] et lynchées par leur voisinage, ou jugées par un tribunal pour cela, et éventuellement condamnées à être brûlées sur place publique (la plupart des bûchers ont pourtant eu lieu à l'époque moderne). La célèbre affaire de Loudun à la fin du XVIIe siècle donne une idée de la peur que suscitaient ces femmes et implicitement tout ce qui se rattachait à leur sexualité[24].

Le mal hystérique est entièrement « rationalisé » comme propre à la nature féminine par les médecins. Il s'explique de lui-même, en raison de l'appétit sexuel démesuré des femmes et de l'imperfection des substances qu'elles produisent. La possibilité d'une « hystérie masculine », pourtant envisagée par Galien, n'est pas retenue[18].

En 1559, Jacques Dubois affirme l'idée d'une débilité féminine. Au XVIe siècle, les troubles hystériques justifient l'exclusion des femmes des sphères du savoir et du pouvoir. C'est bien parce que les femmes sont soumises aux rythmes de leur sexe, sans autonomie de leur volonté et sans contrôle de leur propre corps, qu'elles doivent se soumettre à l'autorité des hommes[25].

Du XVIIe au XVIIIe siècleModifier

À partir du XVIIe siècle, des thèses apparaissent pour rejeter l'origine utérine des troubles hystériques. Charles Le Pois (1563-1633), dans ses Choix d'observations (1618), est le premier à définir ces troubles comme étant d'origine cérébrale. Il établit aussi l'existence d'une hystérie masculine. Cette thèse est reprise par Thomas Willis (1621-1675) qui crée le terme de neurologia (neurologie), et Thomas Sydenham (1624-1689) qui fait de l'hystérie un « caméléon », capable de prendre toutes les formes par imitation. Ces nombreuses manifestations sont dues au fait que le système nerveux est présent dans toutes les parties du corps[26],[27].

Thomas Sydenham fait également de l'hypocondrie masculine et de l'hystérie féminine une même maladie appartenant au genre nerveux[28]. Cette hypothèse cérébrale mène à une désexualisation de l'hystérie, sans pour autant changer la perception de l'animalité et de la faiblesse de la femme[29]. Pour Sydenham, les femmes sont davantage victimes de ces troubles, à cause de leur vie sédentaire et oisive (au même titre que les hommes qui s'adonnent aux études) et par leur chair moins ferme et plus délicate qui les rapprochent des enfants[26].

En 1684, Charles de Barbeyrac (1629-1699) critique les théories anciennes utérines, en se demandant pourquoi ce mal ne touche pas toutes les religieuses. Il remarque qu'on ne trouve pas de semence croupissante chez les hystériques et que le col de leur matrice reste constamment ouvert, ce qui va à l'encontre d'une rétention. Il observe aussi des cas d'hommes atteints de « passion hystérique », et il en fait une forme d'épilepsie[26].

À la place de la « suffocation de la matrice » sont plutôt mentionnés les émotions, les « vapeurs », les « humeurs », comme le relève Michel Foucault, avec la confusion entre hystérie et mélancolie[30]. Par exemple, Robert Whytt (en) (1714-1766) professeur de médecine à l'université d'Édimbourg, publie en 1760 : Traité des maladies nerveuses, hypocondriaques et hystériques[31], à l'instar du français Joseph Raulin (1708-1784) Traité des affections vaporeuses du sexe, suivi par Pierre Pomme (de) (1735-1812) Traité sur les affections vaporeuses des deux sexes.

En 1769, William Cullen (1710-1790) introduit le terme de névrose pour désigner les maladies liées à une « force nerveuse », sans fièvre ni lésions localisées[32],[33].

Au cours du XVIIIe siècle, la conception démoniaque ou religieuse de l'hystérie et de la folie laisse la place aux conceptions savantes : d'après Élisabeth Roudinesco et Michel Plon, c'est surtout avec Franz-Anton Mesmer (1734-1815) que s'opère ce passage au milieu du XVIIIe siècle. En 1775, Mesmer remporte une victoire éclatante contre l'exorciste Josef Gassner en 1775, en montrant que ces guérisons relevaient du magnétisme (théorie du magnétisme animal). Cette théorie été rejetée par la suite, l'hystérie restant une « maladie des nerfs »[21].

Selon Henri Ellenberger, Mesmer pourrait être un précurseur, voire un fondateur, de la psychiatrie dynamique, en faisant du magnétiseur lui-même l'agent thérapeutique de ses guérisons : la relation étroite et influente du soignant avec son patient possède une valeur thérapeutique[34].

Du XIXe siècle au début du XXe siècleModifier

Plus tard, le médecin Paul Briquet en décrivit systématiquement les manifestations qu'il a consignées dans son Traité de l'hystérie publié en 1847[35] et basé sur une clinique de 430 patientes vues à l'hôpital de la Charité à Paris. Il y définit la maladie comme une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes apparents consistent principalement dans la perturbation des actes vitaux qui servent à la manifestation des sensations affectives et des passions ». Il dénombre un cas d'hystérie masculine pour vingt cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette affection était absente chez les religieuses, mais fréquentes chez les prostituées. Il a mis en évidence une composante héréditaire (25 % des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes); ainsi que des fréquences statistiques élevées de l'affection parmi les couches sociales inférieures et plus à la campagne qu'en ville.

 
Hystériques sous hypnose à la Salpétrière par D.M. Bourneville et P. Régnard (1876-1880)

Le neurologue Charcot tout en conservant l'idée d'une cause organique et à son corps défendant - promut l'idée d'une origine psychogénétique[36] de l'affection en faisant apparaître et disparaître les symptômes par hypnose. Dans les leçons 18 à 22 des Leçons sur les maladies du système nerveux (1885-1887), portant sur sept cas d'hystérie masculine, Jean-Martin Charcot déclare que les symptômes hystériques sont dus à un « choc » traumatique provoquant une dissociation de la conscience.

Il décrivait les manifestations de la grande crise hystérique en cinq périodes :

  • Les grandes attaques hystériques,
  • les formes mineures (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises tétaniformes),
  • les états crépusculaires et états seconds (l'état crépusculaire hystérique, d'autres états crépusculaires, dits aussi « états seconds »),
  • les amnésies paroxystiques,
  • les attaques cataleptiques.

Dans son hommage à Jean-Martin Charcot, mort le 16 août 1893, Sigmund Freud explique comment Charcot « se retira de l'anatomie pathologique » pour « tourner son intérêt presque exclusivement vers l'hystérie »[37]. Dans les mois d'hiver 1885-1886 de son séjour à Paris, où Freud suivait l'enseignement de Charcot à la Salpêtrière, explique-t-il, l'hystérie, « cette maladie nerveuse, la plus énigmatique de toutes, pour l'appréciation de laquelle les médecins n'avaient encore trouvé aucun point de vue valable, était justement à cette époque vraiment tombée en discrédit [...]. Dans l'hystérie, tout est possible, disait-on, et on ne voulait rien croire des hystériques »[37]. Non seulement le travail de Charcot remit ce thème à l'honneur, mais on se déshabitua du « sourire moqueur » que pouvait susciter la malade, qui dorénavant n'était plus considérée nécessairement comme une simulatrice, Charcot s'étant fait, avec le poids de son autorité, « le champion de l'authenticité et de l'objectivité des phénomènes hystériques »[37].

Proche collaborateur de Charcot, Joseph Babinski a déploré le manque de précision des descriptions du trouble hystérique. Il a ainsi distingué ce que n'est pas l'hystérie : « une maladie localisable, susceptible d'une définition anatomo-clinique et d'une description par accumulation de signes » et ce qu'elle était : « les phénomènes pithiatiques qui peuvent être reproduits par la suggestion ». (Babinski forge les termes pithiatique et pithiatisme en lieu et place d'hystérique et hystérie en 1901). À la suite de ses travaux, la névrose est trop souvent devenue ce « qui n'existe pas pour les neurologues ».

À l'opposé, Ambroise-Auguste Liébeault et Bernheim de Nancy (à la tête de l'école de Nancy) défendaient l'idée que l'hystérie était d'origine affective et émotive, en promouvant le traitement par psychothérapie hypnotique.[réf. nécessaire]

 
État mental et faciès dans l'hystérie masculine - Nouvelle iconographie de la Salpêtrière

Dans la même période, le neurologue Paul Julius Möbius s'est aussi intéressé à l’hystérie en en donnant la définition suivante en 1888 : « Sont hystériques toutes les manifestations pathologiques causées par des représentations ». Puis : « Une partie seulement des phénomènes pathologiques correspond par son contenu aux idées motivantes, c.à.d. à celles provoquées par des suggestions étrangères et des autosuggestions, dans le cas, par exemple, où l'idée de ne pouvoir mouvoir le bras entraîne une paralysie de celui-ci. D'autres phénomènes hystériques, tout en émanant bien de représentations, ne leur correspondent pas au point de vue du contenu[38]. » Il prétendait ainsi que les manifestations hystériques sont idéogènes[39].

En 1890, à la Salpêtrière, le docteur Jacques Roubinovitch, élève de Charcot, soutient sa thèse «Hystérie mâle et dégénérescence»[40].

En 1892, Pierre Janet donne des conférences sur l’hystérie au laboratoire de psychologie à la clinique de la Salpêtrière[41].

« Pierre Janet y avait opéré un glissement de l’hystérie «maladie neurologique» à l’hystérie «maladie mentale et psychique»[42] »

L'ancien concept de psychose hystériqueModifier

Le concept de psychose hystérique est un très ancien concept de la psychiatrie classique, introduit en 1878 par le psychiatre allemand Richard von Krafft-Ebing[43]. Il apparaît en France en 1880 dans les travaux du psychiatre français Valentin Magnan ; celui-ci sépare le couple « psychose hystérique » du couple « folie hystérique », laquelle « folie hystérique » était jusque là la notion nosographique la plus utilisée[43]. Aujourd'hui, les deux concepts de folie hystérique et de psychose hystérique « semblent désuets et comme sortis d’un musée imaginaire de la psychiatrie, puisque depuis 1980 date de la disparition de l’hystérie dans le DSM-III, l’hystérie n’est plus restée qu’une affaire de psychanalystes attachés au corpus théorique freudien », écrit Manuella de Luca[43]. Devenue marginale dans la nosographie française et source de polémiques, la psychose hystérique se situe aux confins de l'hystérie et pose toutefois la question de « l'émergence du délire chez l'hystérique » comme défense, quand le fantasme ne joue plus son rôle[43].

Au seuil des années 1960 en France, « l’honneur d’avoir parlé le premier de la psychose hystérique, écrit Katrien Libbrecht, revient à Follin ». En 1961, celui-ci publie, en collaboration avec ses collègues Chazaud et Pilon, un article clinique (incluant plusieurs extraits de cas) sur les psychoses hystériques. « Cet article ne représente ni une recherche historique ni une quelconque élaboration théorique. Ce qui est remarquable, c’est la forme descriptive plurielle »[44]. Selon Libbrecht, « la psychanalyse lacanienne reconnaît l’existence de phénomènes psychotiques dans l’hystérie (elle reconnaît même particulièrement un type d’hystérie qui peut présenter des traits psychotiques) mais elle n’y accorde pas une attention spéciale ». Au début des années 1980, Jean-Claude Maleval fait de la pierre de touche qu’était la folie hystérique un référent diagnostique. Travaillant à partir de la terminologie et des insights lacaniens, Maleval va tout d’abord se préoccuper de réhabiliter cette catégorie préfreudienne. Au début il n’attribue pas une structure spécifique à ce qu’on appelle la psychose hystérique, mais il plaide pour la réintroduction des anciennes catégories. Vient d’abord la folie hystérique, dans laquelle le délire hystérique occupe une position centrale en tant que symptôme[45].

Situation à la fin du XIXe siècle : invention de la psychanalyseModifier

Le voyage d'études de Sigmund Freud auprès du Professeur Charcot dans son service de la Salpêtrière à Paris a lieu durant l'hiver 1885-1886[46].

À la fin du XIXe siècle, en particulier sous l'influence de Charcot, l'hystérie pose à la pensée médicale et à la méthode anatomoclinique un problème qui amènerait à chercher une solution dans deux directions opposées : soit qu'en l'absence de lésion organique, les symptômes hystériques se trouvent rapportés « à la suggestion, à l'auto-suggestion, voire à la simulation », cette ligne de pensée est reprise par Babinski —, soit qu'est accordée à l'hystérie « la dignité d'une maladie comme les autres » : dans ce cas, c'est la voie suivie par Charcot, cette maladie se doit d'être « aussi définie et précise dans ses symptômes qu'une affection neurologique »[16]. Breuer et Freud (ainsi que Janet, mais selon une autre perspective) vont dépasser une telle opposition[16]. À l'instar de Charcot, Freud considère l'hystérie comme une maladie psychique bien définie qui exige une étiologie spécifique. D'un autre côté, il cherche à en établir le « mécanisme psychique », ce qui le rapproche de tout un courant (auquel appartient Janet avec son ouvrage L'état mental des hystériques, 1884) « qui fait de l'hystérie une “maladie par représentation” »[16].

D'après Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, « la mise à jour de l'étiologie psychique de l'hystérie va de pair avec les découvertes principales de la psychanalyse (inconscient, fantasme, conflit défensif et refoulement, identification, transfert, etc.) »[16].

Du XXe siècle au début du XXIe siècleModifier

À la fin du XXe siècle, le psychiatre et psychanalyste Philippe Jeammet s'interroge sur les « relations toujours actuelles » entre la psychanalyse et la psychiatrie[47]. « Le fait que cette interrogation demeure après un siècle d'existence illustre à lui seul l'importance que garde la psychanalyse » dans cette période d'avancement rapide des connaissances, « des modes et des engouements thérapeutiques passagers, et en pleine décennie dite “ des neurosciences” »[47], dit-il. Selon lui, l'apport essentiel de Freud concerne les psychonévroses de défense : hystérie, phobie, névrose obsessionnelle[47]. Freud a contribué à faire entrer ces affections dans la nosographie psychiatrique et a fourni pour elles un « modèle étiopathogénique qui perdure jusqu'à nos jours même si des courants actuels puissants tentent de le démanteler »[47].

PsychanalyseModifier

 
1909 : 2e édition de Studien über Hystérie (1e parution : 1895).

Le Vocabulaire de la psychanalyse définit l'hystérie comme une « classe de névroses présentant des tableaux cliniques très variés »[16]. Les deux formes symptomatiques les mieux isolées sont l'hystérie de conversion et l'hystérie d'angoisse[16]. Pour Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, la spécificité de l'hystérie tient à la prévalence d'un certain type d'identification (identification hystérique), de certains mécanismes comme le refoulement qui est souvent manifeste, ainsi que dans l'affleurement du conflit œdipien, lequel se joue principalement dans les registres phallique et oral[16].

L'hystérie dans l'histoire de la psychanalyseModifier

L'hystérie se rattache en psychanalyse au champ des psychonévroses[17]. Selon Elsa Schmid-Kitsikis, la catégorie nosographique de psychonévrose de défense, que Sigmund Freud isole en 1894 (« Les psychonévroses de défense », 1894), désigne « les affections névrotiques et psychotiques caractérisées par les relations conflictuelles qu'entretiennent l'affect et la représentation : hystérie, obsession, phobie, psychoses hallucinatoires »[48]. « Les psychonévroses de défense » représentent pour Freud « une contribution à “la théorie de l'hystérie ou plutôt à une modification de celle-ci qui tient compte [...] d'un important caractère commun à l'hystérie et aux névroses en question” »[48]. En 1896 (« Nouvelles remarques sur les psychonévroses de défense », 1896), Freud fait de la défense « le point nucléaire dans le mécanisme psychique des névroses »[48].

Études sur l'hystérie et « cas Emma »Modifier

Dès 1883, Josef Breuer a parlé à Freud de son traitement de sa patiente Anna O. alias Bertha Pappenheim qui souffrait de troubles hystériques. Les avatars transférentiels et contre-transférentiels de cette cure menée par Breuer ont donné lieu à toute une série de travaux[49].

En 1893, Freud et Breuer publient leurs études où ils analysent la causalité psychotraumatique et le traitement par la méthode cathartique. Freud élabore les notions de psychonévrose de défense et de libido. Deux ans plus tard seront publiées les Études sur l'hystérie (1895). Breuer n'était pas d'accord avec Freud sur le fait que toutes les hystériques avaient subi un traumatisme sexuel, la plupart du temps une séduction d'adulte (dans des termes actuels : une agression sexuelle). Il partageait par contre l'idée qu'un traumatisme vécu était à l'origine des troubles hystériques.

Le « cas Emma » est rapporté dans la deuxième partie de l' Esquisse (écrit en 1895) intitulée « Psychopathologie » où il est question de la « psychopathologie de l'hystérie ». Il va donner lieu pour Freud à un développement théorique sur le refoulement hystérique et la notion de « proton pseudos » ou « premier mensonge hystérique »[50].

La théorie de la séduction et son abandonModifier

Selon Henri Sztulman, la théorie de la séduction, modèle métapsychologique élaboré entre 1895 et 1897, confère « un statut étiologique au souvenir de scènes réelles de séduction dans l'apparition des psychonévroses »[51]. Fort du récit de ses patients, Freud peut rendre compte désormais de sa découverte clinique dans sa théorisation du refoulement de la sexualité infantile[51]. Dans une lettre à Wilhelm Fliess du , il écrit : « Et maintenant, il faut que je te confie tout de suite le grand secret qui, au cours de ces derniers mois, a lentement commencé à devenir clair. Je ne crois plus à ma neurotica »[52]. Il a eu en effet la surprise de constater, poursuit-il, que « dans chacun des cas il fallait accuser le père de perversion [...] une telle généralisation des actes pervers commis envers les enfants semblait peu croyable »[51]. Il découvre que les scènes de séduction peuvent être le résultat de « constructions fantasmatiques dont le but est de dissimuler l'activité autoérotique de l'enfant »[51]. Il remet alors en question sa première théorie jugée invérifiable dans la réalité. Il est habituel de considérer que cet abandon de la théorie de la séduction représente l'un des moments fondateurs de la construction de la théorie psychanalytique et de l'abandon du modèle neurologique[53],[54]. D'après Didier Anzieu, l'élaboration psychique intense de Freud dans les deux semaines qui suivent la mise en doute de sa neurotica aboutit à la découverte du complexe d'Oedipe[55].

Sándor Ferenczi reproche à Freud l'abandon de sa première théorie des neurotica. Dans Confusion des langues[56], il aborde la question d'une séduction réelle d'un enfant par un adulte, comprenant cette séduction comme la confusion de deux registres : celui de la sexualité génitale, qui est propre à l'adulte, et celui de la sexualité infantile.

André Green écrit en 1972 à propos de ce changement de théorie : « Ce qui est en jeu ce n'est pas la séduction agie, ce sont les signes minimaux, porteurs d'un tel désir qui sont reconnus par la fille, comme le jaloux reconnaît le comportement séducteur de son amante à l'égard du rival. Ce qui est en jeu, c'est la fonction de méconnaissance du désir de la fille qui souhaite être séduite »[57]

Dans les années 1980, Jeffrey Moussaieff Masson publie son enquête sur les cas traités par Freud et insiste pour le rétablissement de la théorie de la séduction[58].

Le cas DoraModifier

Dans le cas Dora (1905), le rôle du désir œdipien est déjà bien envisagé par Freud, même si celui-ci, d'après Michel Neyraut[59], s'est certainement trompé dans sa technique psychanalytique.

Freud arriva à la conclusion que Dora « était amoureuse de son père ». Le tout étant vécu de manière inconsciente et sous le sceau du refoulement, des déplacements, etc. Il précise :

« J'ai appris à considérer de pareilles relations amoureuses inconscientes entre père et fille, mère et fils, comme la reviviscence de germes sensitifs infantiles. Ils sont reconnaissables à leurs conséquences anormales. J'ai exposé ailleurs (dans l'interprétation des rêves) avec quelle précocité se manifestait l'attraction sexuelle entre parents et enfants, et j'ai montré que le mythe d'Œdipe devait sans doute être compris comme une adaptation poétique de ce qui est typique dans ces relations. »
Il ajoute encore et à propos de ces névrosés :
« Cette inclination précoce de la fille pour son père et du fils pour sa mère, dont on trouve probablement trace chez la plupart des gens, doit être considérée comme étant dès le début, plus intense chez les personnes prédestinées à la névrose par leur constitution (…)[60]. »

Formes symptomatiques de l'hystérieModifier

Hystérie de conversionModifier

Pour Jacqueline Schaeffer, c'est l'hystérie de conversion qui est « à l'origine de la découverte de la psychanalyse en tant que méthode de compréhension psychopathologique et de traitement »[17]. Dans l'hystérie de conversion, le conflit psychique se symbolise selon des symptômes corporels divers, paroxystiques (« crise émotionnelle avec théâtralisme » par exemple) ou plus durables (anesthésies, paralysies hystériques, « sensation de “boule” pharyngienne, etc.) »[16]. En assistant aux présentations de malades hystériques de Charcot, Freud est frappé par la « belle indifférence » [17]que celles-ci manifestent à leur souffrance et il suspecte d'abord la dissimulation d'un secret, « celui d'une séduction infantile traumatique réellement advenue ». Il découvre alors que « les hystériques “souffrent de réminiscences” »[17].

Notion de « conversion »Modifier

Le terme de « conversion » et sa définition apparaissent pour la première fois chez Freud en 1894 dans son article « Les psychonévroses de défense », Roger Perron cite Freud : « Dans l'hystérie la représentation inconciliable est rendue inoffensive par le fait que sa somme d'excitation est reportée dans le corporel, processus pour lequel je proposerais le nom de “conversion” [...] le moi a ainsi réussi à se libérer de la contradiction, mais en échange, il s'est chargé d'un symbole mnésique, innervation motrice insoluble ou sensation hallucinatoire revenant sans cesse »[61]. Selon Perron, Freud a d'abord considéré le mécanisme de conversion comme spécifique de l'hystérie, en différenciant celle-ci des autres psychonévroses de défense (obsessions et phobies)[61]. L'hystérique y aurait été prédisposée en raison d'une « complaisance somatique », par exemple dans le cas Dora (1905)[62].

Par ailleurs, souligne Roger Perron, Freud a distingué très tôt les psychonévroses de défense (dont fait partie l'hystérie) des névroses actuelles (neurasthénie, névrose d'angoisse, hypocondrie)[63]. Ce sont les travaux modernes de psychosomatique qui « ont redonné une vive actualité » à la notion longtemps éclipsée de « névrose actuelle »[62].

Hystérie d'angoisseModifier

Dans l'hystérie d'angoisse, la libido n’est pas « convertie » comme dans l'« hystérie de conversion », mais libérée sous forme d’angoisse[64]. L'angoisse « est fixée de façon plus ou moins stable à tel ou tel objet extérieur (phobies) »[16]. Dans la névrose phobique, les « objets externes » sur lesquels l'angoisse se focalise, peuvent être des choses, des personnes ou des situations[65]. D'après Francis Drossart, il s'agit en l'occurrence d'une « angoisse de castration renvoyant à un scénario oedipien »[65].

PsychopathologieModifier

Jean Bergeret parle de « structure hystérique » (Cf.Structure en psychopathologie) qu'il voit comme le « maillon » le plus élaboré en direction de la maturité : « Du point de vue topique, la structure hystérique ne comporte pas de régression du Moi, mais une simple régression topique de la libido sans régression dynamique ni temporelle. L'hystérique de structure présente d'importantes fixations au stade phallique de Karl Abraham tout en gardant de fortes composantes orales [...][66] ».[précision nécessaire]

PsychosomatiqueModifier

La psychanalyse, par la suite, sera amenée à différencier l'hystérie d'autres troubles psychosomatiques. Si le principe de conversion semble au premier regard le même, il y a plusieurs différences essentielles.

Dans les troubles psychosomatiques, le symptôme implique bien plus un rejet de la vie psychique. Ce que le psychique, même inconscient, ne prend pas en charge, les représentations donc qui sont déniées, provoqueront des troubles médicaux, mais sans signification inconsciente. L'école psychosomatique de Paris (IPSO) à la suite des travaux de Pierre Marty, Michel Fain, etc. a montré que ce qui y était en cause, c'est le défaut ou l'absence de symbolisation : la pulsion n'est pas traitée psychiquement sur le modèle du travail du rêve mais elle s'attaque sans médiation au corps, il est alors question de pensée opératoire[67]. Pour les cas où l'atteinte organique n'est pas trop développée, le travail de l'analyste devra être, selon l'expression de Joyce McDougall, d'« hystériser les symptômes »[réf. souhaitée].

Classifications psychiatriques actuellesModifier

Selon Mark S. Micale, qui y consacre un ouvrage entier en 1994, la grande majorité des psychiatres en exercice n'acceptent plus et ne posent plus de diagnostic d'hystérie[68]. En outre, les choix de vie, tels que la décision de ne pas se marier, ne sont plus considérés comme symptômes de troubles psychologiques tels que l'hystérie[68].

Un élément important dans cette déconstruction médicale du concept d'hystérie est la publication des études de cas qui mèneront à la caractérisation du trouble de la personnalité multiple (puis trouble dissociatif de l'identité), dont une étude de 14 cas publiée en 1980[69].

Le courant de la psychiatrie inspiré du behaviorisme a abandonné les modèles notamment janétien et freudien sur les névroses et notamment l'hystérie, terme qui a disparu du vocabulaire à la faveur des catégories CIM de trouble somatoforme et de trouble de la personnalité histrionique (DSM).

D'après le psychiatre Chethan Basavarajappa, « hystérie » est un terme désuet, utilisé péjorativement pour désigner un excès émotionnel ingérable, et pour faire référence à un état d'esprit ou d'émotion temporaire[70].

Selon la psychiatre Carol S. North, la classification des troubles précédemment connus sous le nom d'hystérie et les désordres qui lui sont phénoménologiquement reliés a été discutée et est instable depuis longtemps. L'examen de la longue histoire des difficultés conceptuelles jusque dans les classifications actuelles, peut aider à comprendre les controverses actuelles. La révision de ces classifications est nécessaire. Une nouvelle classification fondée phénoménologiquement serait plus compatible avec les objectifs agnostiques et athéoriques du DSM[71].

Selon la neurologue Selma Aybek et al. l'hystérie existe toujours même si le terme, jugé péjoratif, a été abandonné et qu'on lui préfère des termes plus descriptifs comme troubles dissociatifs, troubles de conversion ou troubles fonctionnels et elle est une pathologie fréquente et invalidante. L'établissement d'un diagnostic est difficile mais de plus en plus de signes cliniques sont disponibles et le taux d'erreur est bas ; l'étiologie est psychiatrique comme des traumatismes en particulier dans l'enfance, le stress, l'anxiété ou la dépression ; l'imagerie cérébrale a montré des modifications dans le cerveau établissant pour la première fois un support neurologique à l'hystérie[72].

Selon le neuroscientifique Jon Stone et al., la disparition de l'hystérie est une illusion : ce n'est pas soutenue par les données médicales, la neurologie a échoué à en donner un explication et s'en est désintéressée, les patients avec de tels symptômes ne consultent pas les psychiatres et les erreurs de diagnostics hystériques ont été surévalués[73].

Selon une étude de la psychologue Rosemary Cogan et al., le lien entre activité sexuelle et hystérie, hypothèse déjà faite par Freud, et développée plus largement dans le Manuel diagnostique psychodynamique est prouvé empiriquement[74].

Manuel diagnostique et statistique des troubles mentauxModifier

Le « concept d'hystérie » est, selon les mots de l'historienne Cecilia Tasca et de son équipe, « éliminé » avec la publication de la troisième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), un outil professionnel de classification des troubles mentaux de l'association américaine de psychiatrie, en 1980, « les symptômes hystériques sont en fait considérés comme une manifestation des troubles dissociatifs »[75].

La psychiatre Elizabeth S. Bowman, qui plaide, parmi d'autres, pour un rattachement des troubles de conversions aux troubles dissociatifs, affirme que si le mariage entre conversion et dissociation hystérique a été annulé avec le DSM-III, celui-ci et ses deux successeurs ont placé les conversions et autres manifestations de l'hystérie parmi les troubles somatoformes, les manifestations psychologiques de l'hystérie devenant des troubles dissociatifs, ce qui met l'accent sur les symptômes physiques plutôt que sur les causes sous-jacentes ; « les termes, névrose et hystérie, ont disparu du DSM mais ne sont pas morts »[76].

Dans le DSM-IV - Liste des codes DSM-IV :

  • le trouble somatoforme constitue une catégorie à part entière, incluant l'hypocondrie, et n'est pas situé dans la même catégorie que le Trouble de la personnalité obsessionnelle, trouble de la personnalité compulsive ni du trouble de l'anxiété.
  • trouble de la personnalité histrionique. C'est un trouble de la personnalité caractérisé par un niveau émotionnel et de besoin d'attention exagéré. Le patient est en quête d'attention de la part d'autrui, essaie de se mettre en valeur, de séduire, ou simplement d'attirer le regard ou la compassion. La séduction devient un besoin pour la personne qui vit avec ce trouble affectif. Le besoin de plaire devient excessif. L'histrionique utilise le charme et des comportements de séduction inadaptés comme moyen d'échange, de communication, voire d'interaction. Ce mode de séduction incessante devient un outil de manipulation afin de s'assurer que ses besoins soient comblés en priorité, au détriment de ceux d'autrui, comme un dû. À défaut d'attirer l'attention par la séduction, il se pose en victime, s'épanche dans le dénigrement d'autrui, a des excès de colère intense et verse dans la dramatisation émotionnelle. Ces aspects de son affect sont sa façon, automatique et naturelle, de vivre avec l'entourage. L'histrionique crée des liens affectifs superficiels. La personne agit ainsi aussi bien envers les hommes que les femmes de tous âges. Ce trouble atteint majoritairement les femmes et touche de 1,3 % à 3 % de la population.

CIM-10Modifier

La CIM-10 de l'Organisation mondiale de la santé liste les caractéristiques des troubles de la personnalité histrionique (F60.4)[77]. Ils sont caractérisés par au moins trois des éléments suivants:

  • auto-dramatisation, théâtralité, expression exagérée des émotions ;
  • suggestibilité, influence facile par autrui ou par les circonstances ;
  • affectivité labile et superficielle ;
  • recherche continue d'excitation et d'activités dans lesquelles le patient est au centre de l'attention ;
  • séduction inappropriée dans l'apparence ou dans le comportement ;
  • importance excessive de son apparence physique.

Réception de l'hystérie dans la cultureModifier

 
Maupassant - « Une femme », paru dans Gil Blas, 16 août 1882 (à propos de l'affaire Fenayrou).

Hystérie, féminité et devenir dans la modernitéModifier

Pour Hippocrate, les Égyptiens de l'Antiquité et nombre de leurs successeurs y compris dans la médecine des Lumières jusqu'à Jean-Martin Charcot, le phénomène hystérique était limité aux femmes comme l'origine du mot hystérie (utérus en grec) le souligne d'ailleurs d'emblée. Cette pathologie est restée fortement associée à la féminité, en dépit des efforts au XIXe siècle de Charcot, Janet, Freud, Breuer, etc. qui ont chacun démontré l'existence d'hystéries chez les hommes.

Notons que les symptômes hystériques de conversion – avec ou sans crise, grande ou petite – ont pratiquement disparu du champ clinique à la faveur de symptômes souvent plus discrets où l'érotisation et le refoulement sont prépondérants. La théâtralité, l'exhibitionnisme infantile, l'artificialité de manifestations d'émotivité en sont quelques-unes des expressions modernes de cette tendance qui est aussi soumise aux modes. Comme chacun peut le constater, elles ne sont pas l'apanage des femmes ce qui était plus le cas au début du XXe siècle.[réf. nécessaire]

L'hystérie de Charcot, l'art, la littératureModifier

Alors que les expériences de Charcot à la Salpêtrière sont le prélude à une réflexion théorique sur l'hystérie, le poète Baudelaire s'interroge sur l'usage que l'artiste pourrait faire de l'application volontaire des phénomènes qui attirent ainsi l'attention des savants de son temps : « L'hystérie ! Pourquoi ce mystère physiologique ne ferait-il pas le fond et le tuf d'une œuvre littéraire, ce mystère que l'Académie de médecine n'a pas encore résolu, et qui, s'exprimant dans les femmes par la sensation d'une boule ascendante et asphyxiante (je ne parle que du symptôme principal), se traduit chez les hommes nerveux par toutes les impuissances et aussi par l'aptitude à tous les excès[78] ? ». « J'ai cultivé mon hystérie avec jouissance et terreur », écrit Charles Baudelaire dans ses Carnets intimes.

La figure hybride du poète hystérique fait écho, bien sûr, aux romans de l'époque (le fameux « Madame Bovary c'est moi » de Flaubert) mais Baudelaire, en définissant ainsi le projet d'une expérimentation volontaire d'une symptomatologie alors comprise comme essentiellement féminine, rompt avec la simple conversion connue des romantiques et des générations antérieures, inaugurant une pratique dont la trace se retrouve dans tout l'art ultérieur, des outrances littéraires de Lautréamont à celles de Dada, jusqu'à certaines de ses manifestations les plus contemporaines.[réf. souhaitée]

Le philosophe et historien Georges Didi-Huberman souligne l'importance des actes de mise en scène des patientes hystériques par Charcot et les médecins de son époque : « on découvre l'espèce de théâtralité stupéfiante, excessive, du corps hystérique »[79]. Didi-Huberman parle à ce titre d'« invention de l'hystérie », en raison du rôle important de cette mise en scène dans l'acception populaire du phénomène d'hystérie[79]

Les surréalistes, notamment André Breton, ont été très réceptifs à l'hystérie.

Le roman Grand Paradis, d'Angélique Villeneuve, retrace l'enquête d'une femme sur son arrière-grand-mère, hospitalisée pour hystérie dans le service du Pr Charcot à la Salpêtrière en 1889[80].

XXe et XXIe siècles : L'hystérie au cinémaModifier

Usage péjoratif et oppressif de la notion d'« hystérie »Modifier

En français, le terme « hystérie » est fréquemment utilisé comme injure contre les femmes, notamment lorsqu'elles tentent de peser dans un débat oral[81],[82],[83], à tel point que, selon le psychiatre Thierry Delcourt, « l'insulte en devient banale »[84]. La linguiste Laurence Rosier liste « Hystérie » parmi les « insultes diagnostiques » généralement genrées au féminin, dont l'usage perdure sur les espaces numériques[85]. Une analyse de tweets publiés en français, datée de 2020, note la persistance de cet usage insultant ciblé contre les femmes, à travers l'accusation portée à une internaute de participer à une « hystérie collective »[86].

Les juristes Michaël Lessard et Suzanne Zaccour (en 2017) qualifient de « sexisme terminologique » la pratique qui consiste, dans le droit canadien, à « accol[er] aux femmes des pseudo-maladies mentales comme l’« hystérie » »[87]. En effet, « ce sont surtout des femmes qui sont pathologisées et discréditées par l’emploi de l’étiquette hystérique, et ce, dans différents domaines de droit »[87]. Ils citent l'expression « Toutes des hystériques ! » au titre de « psychiatrisation des femmes comme discrimination langagière », et décrivent l'hystérie comme une « pseudo-maladie mentale explicitement genrée »[87]. Pour eux, « si l’hystérie n’est généralement plus considérée comme une vraie maladie mentale, elle survit comme insulte avec le même objectif de soumettre les femmes à des rôles genrés stricts »[87] ; l'usage de ce mot comme insulte entraîne une marginalisation des femmes et « la priorisation des intérêts masculins en matière de responsabilité extracontractuelle »[87]. Ils citent ensuite différents recours au concept d'hystérie dans le cadre juridique, par exemple pour justifier un refus d'indemnisations de fausses couche[87].

D'après l'historienne de l'Art Élisabeth Hardouin-Fugier, « l'insulte hystérique fait fortune » dans le cadre de la défense de la corrida, tout au long de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle : elle cite en exemple l'écrivain Hector France, qui écrit dans Sac au dos à travers l'Espagne, en 1888, « au risque de heurter la sensiblerie de vieilles hystériques et de petites bourgeoises [...] »[88]. Florence Montreynaud cite en exemple celui d'un professeur des universités français renommé qui, en 1999, qualifia publiquement deux auditrices qui contredisaient bruyamment son discours de « cas typique de crise d'hystérie féminine », plutôt que de leur répondre par un argumentaire[82]. En 2016, pendant la campagne américaine pour les élections présidentielles, la pneumonie dont souffre Hillary Clinton sert de prétexte pour la délégitimiser en l'accusant d'être « hystérique »[89]. Les politologues Ryan Neville-Shepard et Jaclyn Nolan analysent l'usage fréquent du mot « hystérique » en tant qu'insulte contre les femmes âgées investies en politique comme révélateur de la « nature intrinsèquement sexiste du kakoethos », tel que l'a défini la professeure de rhétorique Jenell Johnson[89].

L'usage de la notion d'hystérie contre les femmes est exposé dans l'essai fondateur du féminisme moderne Le Deuxième Sexe, écrit par Simone de Beauvoir en 1949, qui y décrit longuement les crises d'« hystérie féminines », et la manière dont la notion psychanalytique de crise d'hystérie était mobilisée à l'époque dans le but de discréditer les femmes[90]. Des militantes féministes françaises retournent le stigmate durant les débats de mai 68, en arborant des tee-shirts portant l'inscription « Nous sommes toutes des hystériques », et en l'utilisant comme slogan, notamment pendant le premier meeting public du mouvement de libération des femmes organisé à l'université de Vincennes au printemps 1970[91],[92].

Pour la philosophe française Geneviève Fraisse, « le féminisme apparaît comme un désordre, une passion, une hystérie, rarement comme un engagement raisonné dans l'espace politique »[93]. D'après l'historien français Guy Dhoquois, « certaines femmes aujourd'hui refusent d'être étiquetées féministes » car elles ont « peur d'être considérées comme excessives, hystériques, ridicules en somme »[94] ; un avis que rejoignent les historiens belges José Gotovitch et Anne Morelli, pour qui « la militante est [donc] immanquablement suspectée d'hystérie, « folle, coureuse ou virago » »[95]. Pour l'historienne du féminisme américain Judith Ezekiel, cet usage péjoratif de la notion d'hystérie s'inscrit dans un contexte d'antiféminisme et d'antiaméricanisme qu'elle estime être particulièrement prégnant en France[96].

L'historienne Christine Bard note que selon les militants d'extrême gauche, la notion d'« hystérie féministe » est mobilisée pour tenter de dissimuler la réalité des violences faites aux femmes pauvres par le capitalisme[97].

Réappropriation féministe de l'hystérie : échapper au patriarcatModifier

Selon Cecily Devereux, l'hystérie a été revendiquée au nom du féminisme à partir des années 70 et 80, comme l'a notamment noté Elaine Showalter[98]. Si Juliet Mitchell a soutenu qu'elle était un combat féministe pré-politique, elle peut aussi être considérée comme une manifestation même du féminisme[98]. Sa transformation en trouble de conversion dans le DSM et la longue relation entre hystérie et genre ne sont pas des plus évidentes[99], mais elle peut représenter un remède à la maladie des femmes dans le patriarcat, comme le soutient Claire Kahane (en)[100]. Elizabeth Grosz estime que le féminisme aussi bien que l'hystérie sont une « rébellion contre et un rejet des exigences imposées aux femmes »[101]. Elle est ainsi une réponse au patriarcat, aussi bien à la fin du XIXe siècle qu'à celle du XXe[102], de retour au XXIè siècle à travers une variété de diagnostics sociaux et culturels, et ce que Micale a appelé en 1995 « les nouvelles études de l'hystérie » qui commencent à se multiplier dans le champ académique[103]. Malgré sa disparition du DSM, le terme apparaît régulièrement dans l'analyse de symptômes de pathologies inconnues[103]. L'hystérie est un enjeu dans la recherche pour un remède à la maladie du patriarcat incarnée dans le corps des femmes[104].

L'hystérie est réappropriée en un sens féministe chez Hélène Cixous et Catherine Clément[105], ainsi que, selon Joshua Reinier, chez Charlotte Perkins et Elena Ferrante[106]. Elle est un symptôme de l'oppression patriarcale, ses manifestations permettent de prendre conscience du patriarcat, à travers sa somatisation, et de le dépasser[106]. L'émergence d'un alter ego va permettre à la femme de se reconstruire dans le sens d'un empowerment[106]. Revendiquer l'hystérie comme une réappropriation symbolique et une inversion des outils du patriarcat permet de le combattre[106]. Il ne s'agit pas seulement de rhétorique mais d'une épistémologie féministe, telle qu'exposée dans La jeune née. Non seulement l'hystérie transgresse-t-elle le patriarcat mais elle permet un nouveau rapport à soi, un nouvel espace par rapport aux autres[106].

Sous le titre éponyme Das verknotete Subjekt. Hysterie in der Moderne du livre traduit en allemand d'Elisabeth Bronfen (de)) paru en 1998 à Berlin, la même année que sa 1e édition aux États-Unis (The Knotted Subject, 1998), le chercheur en littérature et sociologie des médias Michael Wetzel introduit sa recension critique de l'« Opus magnum » de Bronfens en ces termes : « il y a de mauvaises langues pour affirmer que l'hystérie en tant que forme névrotique de maladie a disparu de nos jours. Mais ce genre de propos semble plutôt émaner de fantasmes d'hommes qui souhaiteraient qu'il en soit ainsi » [107]. Car même si des registres de psychopathologie ont d'autres noms maintenant pour « les souffrances de l'âme », le discours sur l'hystérie n'en cesse pas pour autant dans la bouche des femmes, à une petite différence près toutefois, ajoute-t-il : « la maladie d'autrefois est devenu aujourd'hui un titre de noblesse de la femme moderne »[107].

RéférencesModifier

  1. a et b Jean Garrabé, 100 mots pour comprendre la psychiatrie, 2006, éditions Le Seuil.
  2. a b c d e et f Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française (1992), entrée : « hystérique », Paris, Le Robert, 2000, p. 1767.
  3. a b c d e et f Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, 3 vol., (1992), entrée : « névrose », Paris, Editeur : Le Robert ; éd. en petit format (1998), 2000, p. 2370 (ISBN 2850365327), 2012 (ISBN 2321000678).
  4. Définitions lexicographiques et étymologiques de « hystérie » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  5. a b c et d Antonio Quinet, « Hystéries », L'en-je lacanien, 2004/2 (no 3), p. 51-66. DOI : 10.3917/enje.003.0051. [lire en ligne]
  6. (Nicolas Brémaud, « Panorama historique des définitions de l’hystérie », L'information psychiatrique, vol. 91, no 6,‎ , p. 485-498 (DOI 10.1684/ipe.2015.1348, lire en ligne)).
  7. Micale 2019, p. 4e de couv..
  8. a b et c Röhr 2018, p. 11.
  9. Bronfen 2014, p. 4e couv..
  10. a b c et d Bronfen 2014, p. xi.
  11. Bronfen 2014, p. résumé introductif ; p. xi.
  12. Henri Ey : Manuel de psychiatrie, Ed. : Éditions Masson; 2010 (ISBN 2-294-71158-0).
  13. Dictionnaire de Psychanalyse, sous la direction de R Chemama et de B Vandermersch, éditions Larousse, 2003, article Névrose.
  14. a b c d et e Micale 2019, p. 3.
  15. Micale 2019, p. 3-4.
  16. a b c d e f g h i et j Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF, coll. « Bibliothèque de la psychanalyse », (1re éd. 1967), « Hystérie ».
  17. a b c d et e Jacqueline Schaeffer, « Hystérie », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Hachette Littératures, (ISBN 2-0127-9145-X), p. 804-805.
  18. a b c et d Danielle Jacquart et Claude Thomasset, Sexualité et savoir médical au moyen âge, PUF, coll. « Les chemins de l'Histoire », (ISBN 2-13-039014-5), p. 236-242.
  19. Dominique Lecourt (dir.) et Margaret Lock, Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, Quadrige / PUF, (ISBN 2 13 053960 2), p. 730.
    Article Ménopause
  20. Roudinesco et Plon (2011), p. 703.
  21. a et b Roudinesco et Plon (2011), p. 704.
  22. « Les convulsions et les fameuses suffocations de la matrice étaient regardées comme l’expression d'un plaisir sexuel et donc d'un péché. Aussi furent-elles attribuées à des interventions du diable : un diable trompeur, capable de simuler les maladies et d'entrer dans le corps des femmes pour les « posséder » in Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, coll. « La Pochothèque », (1re éd. 1997), 1789 p. (ISBN 978-2-253-08854-7), p. 703.
  23. Cf. l'œuvre du médecin Jean Wier.
  24. L'ouvrage de Michel de Certeau : La Possession de Loudun, Ed. Gallimard, Folio, 2005 (ISBN 207031913X) étudie « l'affaire » de manière encore plus systématique que ne le faisait Aldous Huxley dans son ouvrage Les Diables de Loudun : étude d'histoire et de psychologie dont le film de Ken Russell a été tiré
  25. Dominique Lecourt (dir.) et Elsa Dorlin, Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, Quadrige / PUF, (ISBN 2 13 053960 2), p. 705.
    Article Maladie des femmes
  26. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :1
  27. « De la neurologie à l'hystérie », sur Pourlascience.fr, Pour la Science (consulté le 26 juillet 2020).
  28. Brémaud (2015).
  29. Roudinesco et Plon (2011), p. 704-705.
  30. Roudinesco et Plon (2011), p. 705.
  31. « Traité des maladies nerveuses, hypocondriaques et hystériques. Tome 1 / , traduction de l'anglois de M. Robert Whytt,... Nouvelle édition, à laquelle on a joint un extrait d'un ouvrage... du même auteur sur les Mouvements vitaux et involontaires des animaux servant d'introduction à celui-ci... », sur Gallica, (consulté le 26 juillet 2020).
  32. Claude Quétel, Histoire de la folie, Paris, Tallandier, coll. « Texto », (ISBN 978-2-84734-927-6), p. 214.
  33. Mirko D. Grmek (dir.) et Nelly Tsouyopoulos, Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 3 : Du romantisme à la science moderne, Paris, Le Seuil, (ISBN 2-02-022141-1), « La philosophie et la médecine romantique », p. 14.
  34. Henri F. Ellenberger (trad. de l'anglais par J. Feisthauer), à la découverte de l'inconscient : Histoire de la psychiatrie dynamique [« The discovery of the unconscious »], Villeurbanne, SIMEP-éditions, (ISBN 2-85334-097-X), p. 61.
  35. « Traité de l'hystérie / par J.-L. Brachet,... », sur Gallica, (consulté le 26 juillet 2020).
  36. Dans Technologies de l'orgasme édition Payot, avril 2009, p. 103, Rachel Maines rapporte que Charcot, bien qu'il n'en parlât pas, donnait à l'hystérie une cause très évidemment sexuelle ; Freud en fut témoin ; Foucault le rappela
  37. a b et c Sigmund Freud, « Charcot » (Vienne, août 1893), dans OCF.P vol. 1 : 1886-1893 Premiers textes, Paris, PUF, 2015, p. 401-416.
  38. In Uber den Begriff der Hysterie, 1894 cité par Freud et Breuer dans les études sur l'hystérie.
  39. Henri Ellenberger, Histoire de l'inconscient, Fayard, 2001, 975 pages (ISBN 2213610908).
  40. Flambart A. « L’hystérie masculine, en France, à travers la littérature médicale de la seconde moitié du XIXe siècle », thèse de médecine, Université de Caen, 1981
  41. Janet Pierre, Conférences à la Salpêtrière. « Anesthésie, amnésie et suggestion chez les hystériques (1892) », Archives de Neurologie, Paris, 2003, pp17 à 91.
  42. « L’aristocratie aliéniste face au disciple de Charcot: une nouvelle croisée des chemins au début des années 1890 ? », de Frédéric Carbonel. 2007, Paris, France. pp1-21.
  43. a b c et d Manuella de Luca, « Psychose hystérique, aspects cliniques et historiques », Perspectives Psy, 2009/2 (Vol. 48), p. 149-158, [lire en ligne]
  44. Follin S. Chazaud J. Pilon L. Cas cliniques de psychoses hystériques. L’Évolution psychiatrique. 1961, 26, p. 257-286.
  45. Jean-Claude Maleval, Folies hystériques et psychoses dissociatives, Payot, Paris, 1981 (ISBN 2-228-22170-8).
  46. Sigmund Freud, « Compte-rendu de mon voyage d'études à Paris et à Berlin entrepris grâce à la bourse de voyage octroyée par l'Université de Vienne à l'occasion de son jubilé octobre 1885 — fin mars 1886 » (Vienne, Pâques 1886) et Documents annexes, dans OCF.P vol. 1 : 1886-1893 Premiers textes, Paris, PUF, 2015, p. 13-23, 25-34.
  47. a b c et d Philippe Jeammet, « Psychanalyse et psychiatrie : des relations toujours actuelles », Revue française de psychanalyse, no 60,‎ , p. 351-368 (lire en ligne)
  48. a b et c Elsa Schmid-Kitsikis, « psychonévrose de défense », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Hachette Littératures, (ISBN 2-0127-9145-X), p. 1398.
  49. Entre autres : ceux d'Ernest Jones dans La Vie et l'œuvre de Sigmund Freud, PUF-Quadridge rééd. 2006 (T 1 : (ISBN 2-13-055692-2)) ; ceux d'Henri Ellenberger dans : Histoire de l'inconscient, Fayard, 2001, 975 pages (ISBN 2213610908) ; ceux de Raymond de Saussure et Léon Chertok: dans Naissance du psychanalyste. De Mesmer à Freud, éd. Les empêcheurs de penser en rond / Synthélabo, 1997 (ISBN 2-908602-88-1), ceux d'Albrecht Hirschmüller en 1978 : Physiologie und Psychoanalyse. In Leben und Werk Josef Breuers (ISBN 3456806094); etc.
  50. Sigmund Freud, « Psychopathologie de l'hystérie » dans « L'Esquisse» (écrit de 1895), qui vient à la suite des Lettres à Fliess, dans leur ancienne traduction: Freud, La naissance de la psychanalyse [titre de l'éditeur], Paris, PUF, 1956, 5e éd. 1985, p. 364-367; Projet d'une psychologie ou Esquisse pour une psychologie scientifique in Lettres à Wilhelm Fliess 1887-1904, PUF, 2006.
  51. a b c et d Henri Sztulman, « Séduction », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Hachette Littératures, (ISBN 2-0127-9145-X), p. 1631-1632
  52. Sigmund Freud: Lettres à Wilhelm Fliess 1887-1904, PUF, 2006 (ISBN 2130549950).
  53. Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, coll. « La Pochothèque », (1re éd. 1997) (ISBN 978-2-253-08854-7), p. 1424
  54. Roger Perron, Histoire de la psychanalyse, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », , 5e éd. (1re éd. 1988) (ISBN 978-2-13-063375-4), p. 3-9
  55. Didier Anzieu, « Neurotica », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Hachette Littératures, (ISBN 2-0127-9145-X), p. 1148-1149.
  56. Sandor Ferenczi : Confusion de langue entre les adultes et l'enfant suivi de Le rêve du nourrisson savant et d'extraits du journal clinique, Ed. : Petite Bibliothèque Payot, 2004 (ISBN 2228899186).
  57. André Green : De l'Esquisse à l'interprétation des rêves : coupure et clôture, in "L'espace du rêve", coll. sous la dir. de Jean-Bertrand Pontalis, Ed. : Gallimard, 2001, Coll. : Folio (ISBN 2070417832).
  58. Jeffrey Moussaieff Masson : The Assault on Truth: Freud's Suppression of the Seduction Theory, Publisher: Ballantine Books, 2003, english (ISBN 0345452798).
  59. Michel Neyraut : Le transfert, Ed. : PUF, coll. : fil rouge, 1994 (ISBN 2130455670).
  60. Sigmund Freud : Dora : Fragment d'une analyse d'hystérie, PUF - Quadrige, 2006 (ISBN 2-13-055784-8) ; autre traduction disponible : Dora. Fragment d'une analyse d'hystérie, Paris, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 2010 (ISBN 978-2-228-90496-4).
  61. a et b Perron 2005, p. 393.
  62. a et b Perron 2005, p. 393-394.
  63. Perron 2005, p. 394.
  64. Roudinesco et Plon 2011, p. 1188.
  65. a et b Francis Drossart, « névrose phobique », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Paris, Hachette, (ISBN 201279145X), p. 1165-1167.
  66. Jean Bergeret : La Personnalité normale et pathologique, Ed.v: Dunod; 2003, Col. : Psychismes (ISBN 2100030078).
  67. Pierre Marty: La psychosomatique de l'adulte, Ed. : PUF - Que sais-je ? ; 2004 (ISBN 2130547354) et Les Mouvements individuels de vie et de mort, Ed. : Payot, 1998 (ISBN 2228891827).
  68. a et b Micale 2019.
  69. Richard Ofshe, Making monsters : false memories, psychotherapy, and sexual hysteria, University of California Press, (ISBN 0-520-20583-9 et 978-0-520-20583-3, OCLC 473301360, lire en ligne), voir entre autres p. 291, 310, 343.
  70. Chethan Basavarajappa, Ajit Bhalchandra Dahale et Geetha Desai, « Evolution of bodily distress disorders », Current Opinion in Psychiatry, vol. 33, no 5,‎ , p. 447–450 (ISSN 1473-6578, PMID 32701520, DOI 10.1097/YCO.0000000000000630, lire en ligne, consulté le 22 mars 2021).
  71. Carol S. North, « The Classification of Hysteria and Related Disorders: Historical and Phenomenological Considerations », Behavioral Sciences (Basel, Switzerland), vol. 5, no 4,‎ , p. 496–517 (ISSN 2076-328X, PMID 26561836, PMCID 4695775, DOI 10.3390/bs5040496, lire en ligne, consulté le 23 mars 2021)
  72. Selma Aybek et al., « L’hystérie : une entité historique, un trouble psychiatrique ou une maladie neurologique ? », Revue médicale suisse, vol. 4,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2021)
  73. Jon Stone, Russell Hewett, Alan Carson et Charles Warlow, « The 'disappearance' of hysteria: historical mystery or illusion? », Journal of the Royal Society of Medicine, vol. 101, no 1,‎ , p. 12–18 (ISSN 0141-0768, PMID 18263908, PMCID 2235919, DOI 10.1258/jrsm.2007.070129, lire en ligne, consulté le 23 mars 2021)
  74. (en) Rosemary Cogan, Bradley S. Cochran, Luis C. Velarde et Heather B. Calkins, « Sexual fantasies, sexual functioning, and hysteria among women: A test of Freud's (1905) hypothesis. », Psychoanalytic Psychology, vol. 24, no 4,‎ , p. 699 (ISSN 1939-1331 et 0736-9735, DOI 10.1037/0736-9735.24.4.697, lire en ligne, consulté le 23 mars 2021)
  75. (en) Cecilia Tasca, Mariangela Rapetti, Mauro Giovanni Carta et Bianca Fadda, « Women And Hysteria In The History Of Mental Health », Clinical Practice & Epidemiology in Mental Health, vol. 8, no 1,‎ , p. 110–119 (ISSN 1745-0179, PMID 23115576, PMCID PMC3480686, DOI 10.2174/1745017901208010110, lire en ligne, consulté le 11 avril 2021)
  76. Elizabeth S. Bowman, « Why conversion seizures should be classified as a dissociative disorder », The Psychiatric Clinics of North America, vol. 29, no 1,‎ , p. 185–211 (ISSN 0193-953X, PMID 16530593, DOI 10.1016/j.psc.2005.10.003, lire en ligne, consulté le 13 avril 2021)
  77. https://icd.who.int/browse10/2008/fr#/F60.4
  78. (fr) Daniel Fabre, « L'Androgyne fécond ou les quatre conversions de l'écrivain », Clio, (consulté le 26 novembre 2008).
  79. a et b Georges Didi-Huberman et Jean-Martin Charcot, L'invention de l'hystérie : Charcot et l'iconographie photographique de la Salpêtrière, Macula, , 303 p..
  80. « Grand Paradis - Angélique Villeneuve - Phébus », sur www.editionsphebus.fr (consulté le 3 avril 2021)
  81. Margaux Collet et Raphaëlle Rémy-Leleu (ill. Diglee), Beyoncé est-elle féministe ? Et autres questions pour comprendre le féminisme, First éditions, , 233 p. (ISBN 9782412041925 et 241204192X), p. 55-56.
  82. a et b Florence Montreynaud, Bienvenue dans la meute ! : Réponses aux objections adressées à ces féministes, femmes et hommes, solidaires de femmes victimes d’insultes sexistes publiques, Revue Recherches féministes, , 250 p. (OCLC 748671510, lire en ligne), « 32. "Vous êtes des hystériques" ».
  83. Sandrina Joseph, Objets de mépris, sujets de langage : essai, XYZ éditeur, (ISBN 978-2-89261-557-9 et 2-89261-557-7, OCLC 318668117, lire en ligne), p. 164.
  84. Delcourt 2021, p. 79.
  85. Laurence Rosier, De l'insulte... aux femmes : Un essai linguistique sur les insultes faites aux femmes, Primento Digital Publishing, (ISBN 2-930427-90-6 et 978-2-930427-90-4, OCLC 1086062126, lire en ligne).
  86. (en) Patricia Chiril, Véronique Moriceau, Farah Benamara et Alda Mari, « An Annotated Corpus for Sexism Detection in French Tweets », Proceedings of the 12th Language Resources and Evaluation Conference, European Language Resources Association,‎ , p. 1397–1403 (ISBN 979-10-95546-34-4, lire en ligne, consulté le 11 avril 2021).
  87. a b c d e et f Michaël Lessard et Suzanne Zaccour, « QUEL GENRE DE DROIT? AUTOPSIE DU SEXISME DANS LA LANGUE JURIDIQUE », Revue de droit de l'Université de Sherbrooke, vol. 47, nos 2-3,‎ , p. 227–298 (ISSN 0317-9656 et 2561-7087, DOI 10.7202/1065183ar, lire en ligne, consulté le 11 avril 2021).
  88. Élisabeth Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe du XVIIIe au XXIe siècle, Connaissances et savoirs, (ISBN 2-7539-0049-3 et 978-2-7539-0049-3, OCLC 433987587, lire en ligne), p. 138.
  89. a et b Ryan Neville-Shepard et Jaclyn Nolan, « “She Doesn’t Have the Stamina”: Hillary Clinton and the Hysteria Diagnosis in the 2016 Presidential Election », Women's Studies in Communication, vol. 42, no 1,‎ , p. 60–79 (ISSN 0749-1409, DOI 10.1080/07491409.2019.1575301, lire en ligne, consulté le 11 avril 2021).
  90. Ingrid Galster, Simone de Beauvoir--Le deuxième sexe : le livre fondateur du féminisme moderne en situation, H. Champion, (ISBN 2-7453-1209-X et 978-2-7453-1209-9, OCLC 57209805, lire en ligne), p. 266 ; 277.
  91. Antoinette Fouque, Qui êtes-vous, Antoinette Fouque ? entretiens avec Christophe Bourseiller, Bourin, (ISBN 978-2-84941-146-9 et 2-84941-146-9, OCLC 690669638, lire en ligne), p. 52.
  92. MLF-Psychanalyse et politique 50 ans de libération des femmes, vol. 1 : Les premières années, éditions de femmes, , 288 p. (ISBN 9782721007414 et 2721007416), « Défense et illustration de la non-mixité ».
  93. Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-6098-0 et 2-7071-6098-9, OCLC 758872034, lire en ligne), p. 3.
  94. Guy et Régine Dhoquois, Le militant contradictoire, L'Harmattan, , 186 p. (ISBN 9782747563802 et 2747563804), p. 91.
  95. José Gotovitch et Anne Morelli, Militantisme et militant, EVO, , 230 p. (ISBN 9782870033685), p. 97.
  96. Judith Ezekiel, « Anti-féminisme et anti-américanisme: un mariage politiquement réussi », Nouvelles Questions Féministes, vol. 17, no 1,‎ , p. 59–76 (ISSN 0248-4951, lire en ligne, consulté le 23 mars 2021).
  97. Christine Bard, Féminismes : 150 ans d'idées reçues, Le Cavalier bleu, (ISBN 979-10-318-0287-9, OCLC 1232958896, lire en ligne), Résultat de la rech. "hystérie" dans le livre numérique.
  98. a et b Devereux (2014), p. 20.
  99. Devereux (2014), p. 21.
  100. Devereux (2014), p. 22.
  101. Devereux (2014), p. 38.
  102. Devereux (2014), p. 39.
  103. a et b Devereux (2014), p. 41.
  104. Devereux (2014), p. 42.
  105. Devereux (2014).
  106. a b c d et e Reinier (2020).
  107. a et b (de) Michael Wetzel, « Das verknotete Subjekt. Hysterie in der Moderne » (d'Elisabeth Bronfen (de)) sur Deutschlandfunk, émission du 17.01.1999, site consulté le 08/04/2021 [1]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Bibliographie généraleModifier

(Dans l'ordre alphabétique des noms d'auteurs)

9780691636849 Published: Apr 19, 2016 Copyright: 1998 Pages: 490 Size: 6 x 9 in.

PsychanalyseModifier

Textes de référencesModifier
  • Cas Emma, dans « Psychopathologie de l'hystérie » dans « L'Esquisse» (écrit de 1895), qui vient à la suite des Lettres à Fliess, dans leur ancienne traduction: Freud, La naissance de la psychanalyse [titre de l'éditeur], Paris, PUF, 1956, 5e éd. 1985, p. 364-367; Projet d'une psychologie ou Esquisse pour une psychologie scientifique in Lettres à Wilhelm Fliess 1887-1904, PUF, 2006 (ISBN 2130549950).
  • Dora, Fragment d'une analyse d'hystérie (1905), PUF - Quadrige, 2006 (ISBN 2-13-055784-8) ; nouvelle traduction disponible : Dora. Fragment d'une analyse d'hystérie, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2010 (ISBN 978-2-228-90496-4)
  • Analyse de la phobie d'un enfant de cinq ans (« Le Petit Hans ») (1909), OCF.P, IX, traducteurs : R. Laîné, J. Stute-Cadiot, Paris, PUF, 1998, (ISBN 2 13 049653 9) p. 1-130.
DictionnairesModifier
ÉtudesModifier

(Dans l'ordre alphabétique des noms d'auteurs)

  • Jacques André, Jacqueline Lanouzière, François Richard, Problématiques de l'hystérie, Dunod, 1999 (ISBN 2-10-003819-2)
  • Balbino Bautista, « L'hystérie, masculine », Psychanalyse, vol. 14, no 1,‎ , p. 5-26 (DOI 10.3917/psy.014.0005, lire en ligne)
  • Christopher Bollas, Hystérie, traduit de l’anglais par le Groupe de travail Bion (Hélène Blaquière, Pierre-Henri Castel, Véronique Godfroy, Alain Le Ciclé, Benjamin Lévy, Thierry de Rochegonde et Ana de Staal), Editions d'Ithaque, 2017 (ISBN 2916120610) [lire en ligne]
  • Olivier Douville, « Folie hystérique et hystérie virile », Figures de la psychanalyse, vol. 27, no 1,‎ , p. 25-33 (DOI 10.3917/fp.027.0025, lire en ligne)
  • Liliane Fainsilber, Éloge de l'hystérie masculine ; sa fonction secrète dans les renaissances de la psychanalyse, L'Harmattan, 2005 (ISBN 2-7384-4204-8)
  • [Guttieres-Green 2003] Litza Guttieres-Green, « Hystérie éternelle, encore et toujours », Revue française de psychanalyse, vol. 67, no 4,‎ , p. 1139-1158 (DOI 10.3917/rfp.674.1139, lire en ligne)
  • Gisèle Harrus-Révidi, Qu'est-ce que l'hystérie ?, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2010 (ISBN 978-2228905930)
  • [Hooper 2019] Ginger Hooper, « Hysteria: Medicine as a Vehicle for Gendered Social Control », Rice Historical Review, vol. IV, no Spring,‎ , p. 77–90 (DOI 10.25611/bhyn-7q51, lire en ligne, consulté le 11 avril 2021)
  • Lucien Israël, L'Hystérique, le sexe et le médecin, Masson 1976 (ISBN 2-294-00727-1)
  • Philippe Jeammet, « Psychanalyse et psychiatrie : des relations toujours actuelles », Revue française de psychanalyse, no 60,‎ , p. 351-368 (lire en ligne)
  • Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Fantasmesdes origines. Origines du fantasme [1964], Paris, Hachette, 1985, coll. "Textes du XXe siècle"); rééd poche, Paris, Hachette, 2002, coll. " Pluriel".
  • Monique Lauret, « L’hystérie masculine », La clinique lacanienne, vol. 29, no 1,‎ , p. 121-125 (DOI 10.3917/cla.029.0121, lire en ligne)
  • Claude Le Guen, Alain Fine et Annie Anargyros-Klinger (dir.), Hystérie, Revue française de psychanalyse, Collection : Monographies de psychanalyse, PUF, 04/2000 (ISBN 2-13-050773-5), présentation sur le site des PUF consulté le 24 mars 2021 [lire en ligne]
  • Daniel Lemler, Répondre de sa parole : l'engagement du psychanalyste, Toulouse Strasbourg, Érès Arcanes, , 238 p. (ISBN 978-2-7492-1347-7)
  • Charles Melman, « 18. L'hystérie masculine », dans Charles Melman, Nouvelles études sur l’hystérie, Toulouse, Érès, « Psychanalyse », 2010, p. 272-283. [lire en ligne]
  • Yves Morhain, « Permanence du corps et variations du symptôme hystérique et/ou psychosomatique », Psychothérapies, 2011/2 (Vol. 31), p. 131-141. DOI : 10.3917/psys.112.0131. [[ lire en ligne]]
  • (en) Jeffrey Moussaieff Masson, The Assault on Truth : Freud's Suppression of the Seduction Theory, Publisher: Ballantine Books, 2003, (ISBN 0345452798); (fr) Le Réel escamoté - Le renoncement de Freud à la théorie de la séduction, traduction de Claude Monod, Paris, Aubier, 1992 (ISBN 978-2-7007-0373-3); (fr) Enquête aux archives Freud, des abus réels aux pseudo-fantasmes, L'instant présent, 2012 (ISBN 9-782916-032276)
  • Gérard Pommier, « L'hystérie masculine (féminine) », Figures de la psychanalyse, vol. 27, no 1,‎ , p. 81-97 (DOI 10.3917/fp.027.0081, lire en ligne)
  • Antonio Quinet, « Hystéries », L'en-je lacanien, 2004/2 (no 3), p. 51-66. DOI : 10.3917/enje.003.0051. [lire en ligne]
  • Jacqueline Schaeffer,
    • Le Refus du féminin (1e éd. : 1997), PUF, 2003 (ISBN 2-13-048959-1) ; rééd. « Quadrige », 2013, 310 pages. (ISBN 9782130624370). DOI : 10.3917/puf.schae.2013.01. [lire en ligne]
      • Dans la première partie : « Chapitre 6. La chasse aux sorcières (Histoire d’une haine du féminin) », dans J. Schaeffer, Le refus du féminin, Quadrige, 2013, p. 124-141. [lire en ligne]
      • Dans la seconde partie : « Chapitre 4. Le rubis a horreur du rouge. Relation et contre-investissement hystériques », dans J. Schaeffer, Le refus du féminin, Paris, Presses Universitaires de France, « Quadrige », 2013, p. 188-221 [lire en ligne]
    • « Hystérie : le risque du féminin », dans Figures de la psychanalyse, 2014/1 (n° 27), p. 55-67. DOI : 10.3917/fp.027.0055. [lire en ligne]
  • Marcel Scheidhauer, « Le symptôme, le symbole et l'identification dans l'hystérie dans les premières théories de Freud », in: Enfance, tome 40, n°1-2, thématique : « Identités, Processus d'identification. Nominations », 1987, p. 151-162, sur le site de Persée, consulté le 30 mars 2021 [lire en ligne].
  • Monique Schneider, La Part de l'ombre, Aubier Montaigne, 1992 (ISBN 2-7007-2167-5)
  • Jacques Sédat, « L'hystérique invente la psychanalyse »,dans Figures de la psychanalyse, 2014/1 (n° 27), p. 113-124. DOI : 10.3917/fp.027.0113. [lire en ligne]

Médecine et psychiatrieModifier

(Dans l'ordre alphabétique des noms d'auteurs)

  • Hippolyte Bernheim: Hypnotisme et suggestion: Doctrine de la Salpêtrière et doctrine de Nancy. In: Le Temps, 29. Januar 1891.
  • Désiré-Magloire Bourneville, Paul Régnard: Iconographie photographique de la Salpêtrière. Paris 1875–1890.
  • Paul Briquet: Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie. Paris 1859.
  • Catherine Liermier, « Hystérie », dans Manuel de psychiatrie clinique et psychopathologique de l’adulte, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2-13-057210-7, DOI 10.3917/puf.kapsa.2012.01.0317, lire en ligne), p. 317-338
  • Manuella de Luca, « Psychose hystérique, aspects cliniques et historiques », Perspectives Psy, 2009/2 (Vol. 48), p. 149-158, [lire en ligne]
  • Philippe Pinel: La médecine clinique rendue plus précise et plus exacte par l’application de l’analyse: recueil et résultat d’observations sur les maladies aigües, faites à la Salpêtrière. Paris 1804.
  • Paul Richer: Études cliniques sur la grande hystérie ou hystéro-épilepsie. Paris 1885.
  • Gladys Swain, Le sujet de la folie. Naissance de la psychiatrie, Toulouse, Privat, 1977. Rééd. précédé de "De Pinel à Freud" par Marcel Gauchet, Paris Calmann-Lévy, 1997.
    • Marc Ragon, « Le courant Charcot [...] », publié le 2 octobre 1997 à 11h11, site de Libération, consulté le 12 avril 2021 [lire en ligne]
      Compte rendu du livre de G. Swain et M. Gauchet
  • Georges Gilles de la Tourette: Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie d’après l’enseignement de la Salpêtrière. Préface de Jean-Martin Charcot. Paris 1891.
DSMModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier