Ouvrir le menu principal

Psychanalyse en France

ChronologieModifier

 
Marie Bonaparte, cofondatrice de la première société de psychanalyse en France

HistoireModifier

La « germanophobie » ambiante dès 1870 et le rôle de Pierre Janet, à l'époque très présent dans les universités, a sans doute joué un rôle dans le « freinage » de la diffusion des œuvres de Sigmund Freud[2]. En France, en 1911, Franz Hessel fait découvrir à Pierre Roché L'Interprétation des rêves en langue allemande[3], dont les idées sont discutées, avec celles de Charcot et Weininger, dans le milieu de l'avant-garde artistique du Montparnasse de la Belle Époque qui gravite autour d'Apollinaire et Marie Laurencin. La même année, le Dr Morichau-Beauchant, professeur de médecine à Poitiers, écrit un premier texte sur la psychanalyse dans la Gazette des hôpitaux militaires, parallèlement à une correspondance amicale avec Freud et des liens avec Ferenczi, Jung et Jones[4]. En 1914, Emmanuel Regis (1855-1918) et son assistant Angelo Hesnard publient un livre[5] considéré comme le premier manuel français de psychanalyse[6].

L'antisémitisme prendra ensuite la place de l'antigermanisme, à propos de Freud, Hesnard le voit éloigné de l'«esprit français», avec Laforgue il souhaitera que la psychanalyse de Freud soit soumise « à l'esprit latin de mesure »[réf. souhaitée].

Les critiques des philosophes comme Henri Delacroix qui en 1923 dénonce une méthode : « périlleuse à force d'être subtile et qui fait songer par moment à la virtuosité des oniromanciens grecs ». Un autre n'y voit rien qui corresponde à une loi scientifique (1924)[7]. Léon Daudet, dans L'Action Française, parle quant lui d'un « bobard dangereux »[8] et en appelle à Mussolini pour « répondre à tout ce qui vient de la Bochie »[8]. Paul Mathies le présente comme un « savant boche », le Dr Émile Adam[9] souhaite en 1923 qu'on n'oublie pas de se préoccuper de la « psychologie du catholicisme », André Savoret écrit de son côté que les psychanalystes ont la volonté de nuire et qu'elle est "d'origine luciférienne"[10].

En 1920 Eugénie Sokolnicka s'installe en France comme psychanalyste, elle est engagée comme consultante par le professeur Henri Claude[Où ?]. Pendant la Première Guerre mondiale André Breton, étudiant interne en neuropsychiatrie, se passionne pour les idées de Freud qu'il découvre dans les ouvrages des français Emmanuel Régis et Angelo Hesnard[11]. Une pièce de théâtre de Henri-René Lenormand met en scène les idées psychanalytiques, les médecins René Allendy, René Laforgue et Eugène Minkowski s'y réfèrent explicitement. Les groupes qui créent la Revue française de psychanalyse et l'Évolution psychiatrique diffusent les idées de Freud, chacun à leur manière. Marie Bonaparte exerce une influence décisive sur la transmission des écrits de Freud en France et impulse la création de la Société psychanalytique de Paris. C'est en 1934 qu'est créé l'Institut de psychanalyse qui, à l'instar de la Polyclinique psychanalytique de Berlin, devait permettre la formation théorique et clinique des candidats.

Article détaillé : Société psychanalytique de Paris.

La Seconde Guerre mondiale et l'occupationModifier

Certains psychanalystes tels René Laforgue, Angelo Hesnard et Georges Mauco collaborèrent avec les autorités de Vichy. Georges Parcheminey gère un département psychanalytique de l'hôpital Sainte-Anne et John Leuba consulte tout comme Philippe Marette, frère de Françoise Dolto[12].

Sophie Morgenstern se suicide à l'arrivée de l'armée nazie en juin 1940, Daniel Lagache et Jacques Lacan rejoignent la Zone libre.

Les hopitaux psychiatriques, institutions et asiles ont un taux de décès massif[13].

Jean Bergeret, Serge Lebovici, André Lévy, Paul Schiff, et Sacha Nacht rejoignent la Résistance[14],[15]. Des psychanalystes résistants, avec l'apport de François Tosquelles, participent à la mise en œuvre de la psychiatrie de secteur en réaction au délabrement général des institutions asilaires, pour certaines laissées à l'abandon le plus total sans parler de la mort de patients psychiatriques complètement négligés.

Juliette Favez-Boutonier écrit que « Toute existence officielle de la psychanalyse bien entendu, suivant le conseil donné de bouche à oreille, est disparue, sans référence à un texte ou une correspondance […] »[16].

Depuis 1950Modifier

Les activités psychanalytiques reprennent après-guerre, autour de nouvelles personnalités[17]. L'histoire de la psychanalyse en France d'après-guerre est marquée par un renouveau et par des divisions, notamment à propos de la formation des nouveaux analystes, qui font éclater la Société psychanalytique de Paris, à l'issue de trois années de conflits[17]. Trois leaders s'affirment : Sacha Nacht, Daniel Lagache et Jacques Lacan[17]. Daniel Lagache à la tête d'un petit groupe, quitte le premier la Société, le 16 juin 1953 pour créer la Société française de psychanalyse, il est suivi par Jacques Lacan et la moitié des analystes en formation. Cette nouvelle société se trouve, de fait, exclue de l'Association psychanalytique internationale. Sacha Nacht, quant à lui, inaugure le nouvel Institut de psychanalyse de Paris, au sein de la SPP, le [17]. La place prise par Jacques Lacan dans la SFP produit à son tour des dissensions, et place la SFP en porte-à-faux à l'égard de l'API, lorsque la SFP négocie sa réadmission dans le mouvement international. L'API pose comme conditions, lors de son XXIIe congrès international à Édimbourg (1961) que la SFP s'engage à « respecter les normes de l'analyse didactique et de la formation des élèves »[17]. Malgré l'action diplomatique de « la troïka », les analystes, Wladimir Granoff, Serge Leclaire et François Perrier, Jacques Lacan et Françoise Dolto sont exclus de la liste des didacticiens de la SFP en novembre 1963, ce qui provoque l'éclatement de la SFP : un groupe donna naissance à l'Association psychanalytique de France, dont Daniel Lagache prend la direction et qui réintègre l'Association psychanalytique internationale en 1965.

Jacques Lacan, quant à lui, fonde, le , l'École freudienne de Paris, qui constitue jusqu'en 1980, « l'un des pôles spécifiques du mouvement psychanalytique français ».

Article détaillé : École freudienne de Paris.

À partir de 1980, à la suite de la dissolution de l'École freudienne de Paris et de la mort de Jacques Lacan l'année suivante en 1981, de très nombreuses écoles et associations lacaniennes se forment.

En 2005, création de la Société Psychanalytique de recherche et de Formation (SPRF) par des membres dissidents du Quatrième Groupe. Elle est reconnue par l'IPA

Organisations actuelles françaisesModifier

 
Le mouvement psychanalytique en France, entre 1926 et 2006.

Sociétés d'histoire de la psychanalyseModifier

En 1985, selon Élisabeth Roudinesco, la situation française de la psychanalyse se caractérise aussi par l'ouverture désormais décisive du domaine de l'histoire, l'intérêt pour celle-ci ayant commencé entre 1975 et 1980, en pleine crise des institutions [18].

Comme les publications ne suffisent plus, deux sociétés d'histoire de la psychanalyse sont créées en France dans les années 1980[18]: la « Société internationale d'histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse », créée sous l'impulsion de Jacques Postel et de Michel Collée en 1981 et présidée par René Major, et l'Association internationale d'histoire de la psychanalyse, fondée en juin 1985 par Alain de Mijolla[18]. Elles récoltent des archives, organisent des colloques et favorisent des travaux en histoire de la psychanalyse[18]. Roudinesco considère que sous la présidence de René Major, la « Société internationale d'histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse » offre « un visage libéral et autonome face aux différents empires »[18]. L'« Association internationale d'histoire de la psychanalyse » (AIHP), dont le président, Alain de Mijolla, est membre de la SPP, n'est pas certes sans présenter également, dans le contexte de l'après-lacanisme, une « façade d'autonomie », en recrutant des membres « qui n'appartiennent pas à l'empire ». Tout en lui restant cependant complètement inféodé[18], commente Roudinesco pour qui « l'empire », c'est l'IPA / API. Et l'historienne — Élisabeth Roudinesco succédera en 2007 à René Major à la présidence de la « Société internationale d'histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse » — de citer ici, en 1994, le président de l'« Association internationale d'histoire de la psychanalyse » Alain de Mijolla déclarant en 1986 dans la Lettre d'information de l'Association psychanalytique internationale que même si l'AIHP « ne souhaite pas émaner directement de l'API (pas plus que de tout autre groupe » afin de pouvoir recruter des historiens « de toutes tendances et de toutes formations », l'association souhaite « néanmoins établir une relation privilégiée et durable avec l'API » qui « continue de faire l'Histoire de la Psychanalyse, qu'elle symbolise dans le monde ainsi que l'a prouvé le congrès de Hambourg »[18],[19].

Les revues françaises de psychanalyseModifier

Psychanalystes françaisModifier

RéférencesModifier

  1. Alain de Mijolla, La France et Freud. t. 2, 1954-1964. D'une scission à l'autre, notamment « Année 1964 » p. 583-704.
  2. Alain de Mijolla, Freud et la France. 1885-1945, Puf, 2010, p. 60 (ISBN 2130545157)
  3. C. du Toit, Les déboires d’un séducteur surmené, in Actes des Rencontres internationales Jules & Jim, p. 74, Association Jules et Jim, Couzon-au-Mont-d’Or, 2003.
  4. Christian Hoffmann : La résistance française à la découverte freudienne, lettre du professeur R. Morichau_Beauchat à Sigmund Freud, Topique, no 115, 2011, [lire en ligne]
  5. Emmanuel Régis et Angelo Hesnard, La Psychoanalyse des névroses et des psychoses, ses applications médicales et extramédicales, Alcan, .
  6. Pierre Janet, La psychanalyse de Freud, L'Harmattan, , p. 9.
  7. Cités in Topique: Jacques Sédat, «La réception de Freud en France durant la première moitié du XXe siècle. Le freudisme à l'épreuve de l'esprit latin », Topique, no 115, 2011 [lire en ligne]
  8. a et b Léon Daudet, « Un bobard dangereux : Freudisme et Psychanalyse », L'Action Française du jeudi 4 février 1926 - voir aussi Serafino Malaguarnera, Critique du Crépuscule d’une idole de M. Onfray, 2010.
  9. Thèse pour le doctorat en médecine, par Emile Adam, interne de Charenton, Le Freudisme. Étude historique et critique de méthodologie psychothérapeutique, 1923
  10. André Savoret : L'Inversion psychanalytique, 1939. Dans le même texte il ajoute : « En ce qui concerne l'attitude anti-religieuse, il est au moins curieux de constater le touchant accord, quant au fond, entre le Juif Sigmund Freud et le super Aryen Hitler »
  11. Mark Polizzotti, André Breton, Gallimard, 1999, p. 62.
  12. Article de Michel Cénac : « "Psychiatrie et psychanalyse. L'apport de la psychanalyse à la psychiatrie".»
  13. Isabelle von Bueltzingsoewen. L'Hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques sous l'Occupation, Éd.: Flammarion, Coll. : Champs Histoire, (2007) 2009 (ISBN 9782081224797)
  14. Alain de Mijolla, La Seconde Guerre mondiale, in Freud et la France, 1885-1945, éd. PUF, 2010, (ISBN 978-2-13-054515-6)
  15. Annick Ohayon: L'impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en France : 1919-1969, Éd.: La Découverte, 1999, (ISBN 2707130923)
  16. Lettre de J. Favez-Boutonier à Alain de Mijolla, 27 mars 1987, cité in Freud et la France, 1885-1945, Puf, 2010.
  17. a b c d et e Alain de Mijolla, « France », p. 631-638, in A. de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
  18. a b c d e f et g Élisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France.2 1925-1985, Paris, Fayard, 1994, p. 698-699.
  19. Élisabeth Roudinesco, « Cent ans de psychanalyse:état des lieux », dans Histoire de la psychanalyse en France.2 1925-1985, Paris, Fayard, 1994, p. 699 note 25: p. 739 pour la déclaration d'A. de Mijolla dans: Association psychanalytique internatonale, Lettre d'information, vol. XVIII, 1, janvier 1986, circulaire interne, p.7.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Angelo Hesnard et René Laforgue : Aperçu de l'historique du mouvement psychanalytique en France (1925) et À propos de l'aperçu de l'historique du mouvement psychanalytique en France (1927), rééd.: in L'Évolution psychiatrique, 2007, no 72.
  • Alain de Mijolla
    • Freud et la France, 1885-1945, Puf, 2010 (ISBN 2-13-054515-7).
    • Alain de Mijolla, La France et Freud, t. 1 : Une pénible renaissance, 1946-1953, Paris, Puf, (ISBN 978-2-130-58295-3).
    • Alain de Mijolla, La France et Freud, t. 2 : D'une scission à l'autre, 1954-1964, Paris, Puf, (ISBN 978-2-130-60787-8).
  • Élisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France [1982-1984], rééd. 1994, Fayard, 2 vol.
  • Jacques Sédat

Articles connexesModifier

Liens externesModifier