Trouble de la personnalité histrionique

Le trouble de la personnalité histrionique (TPH ; anciennement hystérique) est défini par l'Association américaine de psychiatrie (AAP) comme un trouble de la personnalité caractérisé par un niveau émotionnel et de besoin d'attention exagérés[1]. Le patient est en quête d'attention de la part d'autrui, essaie de se mettre en valeur, de séduire, ou simplement d'attirer le regard ou la compassion.

Trouble de la personnalité histrionique

Traitement
Traitement PsychothérapieVoir et modifier les données sur Wikidata
Spécialité Psychiatrie et psychologie cliniqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Classification et ressources externes
CIM-10 F60.4
CIM-9 301.50
MedlinePlus 001531
MeSH D006677

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La séduction devient un besoin pour la personne qui vit avec ce trouble affectif. Le besoin de plaire devient excessif. L'histrionique utilise le charme et des comportements de séduction inadaptés comme moyen d'échange, de communication, voire d'interaction. Ce mode de séduction incessante devient un outil de manipulation afin de s'assurer que ses besoins soient comblés en priorité, au détriment de ceux d'autrui, comme un dû. À défaut d'attirer l'attention par la séduction, il se posera en victime, s'épanchera dans le dénigrement d'autrui, aura des excès de colère intense et versera dans la dramatisation émotionnelle. Ces aspects de son affect sont sa façon, automatique et naturelle, de vivre avec l'entourage. L'histrionique crée des liens affectifs superficiels. La personne agira ainsi aussi bien envers les hommes que les femmes de tous âges. Ce trouble atteint majoritairement les femmes et touche de 1,3 % à 3 % de la population[2].

CritèresModifier

DSM-IVModifier

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'Association américaine de psychiatrie (AAP), le trouble de la personnalité histrionique est un mode généralisé de réponse émotionnelle excessive en quête d'attention, représenté par au moins cinq des neuf manifestations suivantes :

  • le sujet est mal à l'aise dans des situations où il n'est pas le centre de l'attention d'autrui ;
  • l'interaction avec autrui est souvent caractérisée par un comportement de séduction inadapté ou d'attitude provocante ;
  • la satisfaction immédiate de ses besoins par autrui est une préoccupation constante pour elle ;
  • son expression émotionnelle est superficielle et instable ;
  • le sujet utilise régulièrement son aspect physique pour attirer l'attention ;
  • la manière de parler est trop subjective et pauvre en détails ;
  • il y a une dramatisation (théâtralisme, exagération du pathos) et une exagération de l'expression émotionnelle ;
  • le sujet fait preuve de suggestibilité : il est facilement influencé par les autres ou par les circonstances ;
  • le sujet a tendance à considérer que ses relations sont plus intimes qu'elles ne le sont en réalité.

CIM-10Modifier

La CIM-10 de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) liste les caractéristiques des troubles de la personnalité histrionique. Ils sont caractérisés par au moins trois des éléments suivants:

  • auto-dramatisation, théâtralité, expression exagérée des émotions ;
  • suggestibilité, influence facile par autrui ou par les circonstances ;
  • affectivité labile et superficielle ;
  • recherche continue d'excitation et d'activités dans lesquelles le patient est au centre de l'attention ;
  • séduction inappropriée dans l'apparence ou dans le comportement ;
  • importance excessive de son apparence physique.

Catégories de MillonModifier

Theodore Millon a identifié six sous-types de personnalité histrionique. Toute personne histrionique peut présenter aucune ou l'une des caractéristiques suivantes :

  • histrionique théâtral - particulièrement dramatique, romantique et en quête d'attention,
  • histrionique infantile - y compris les caractéristiques limites (borderline),
  • histrionique hyperactif - synthétise la séduction de l'histrionique avec le niveau d'énergie typique de l'hypomanie,
  • histrionique apaisant - y compris les caractéristiques dépendantes et compulsives,
  • histrionique impétueux - y compris les caractéristiques négativistes (passif-agressif),
  • histrionique antisocial - caractéristiques antisociales.

Caractéristiques psychopathologiquesModifier

Lorsque le patient souffre d’un trouble de personnalité histrionique, il peut tenter d’attirer l’attention par diverse stratégies. La séduction, dramatisation de sa situation et essayer d’attendrir son interlocuteur, sont des techniques utilisées par les gens ayant ce trouble pour attirer l’attention qu’ils recherchent, le tout parfois de façon dramatique afin de recueillir la compassion de l’entourage. Dans certain cas, le suicide ou la tentative de celle-ci peuvent être empruntés pour la recherche du regard d’autrui[3] Le meurtre par les patients atteint de troubles somatoforme peut, rare mais utilisé dans des cas extrêmes, être une façon d’attirer l’attention. L’absence d’intérêt porté sur l’histrionique est vécue comme angoissante par celui-ci. L’égocentrisme est aussi une caractéristique psychopathologique de ce trouble.

Ce trouble provoque aussi une vision altérée du monde causé par leur égocentrisme. L’érotisation de certains comportements sans connotations sexuelles à l’origine peut être une caractéristique des personnes hystériques[3]. C’est-à-dire, que les gens en souffrant analyseront et percevront certains comportements normaux de façon érotique. Les patients souffrant de troubles histrioniques ont souvent des tendances dépressives dû aux déceptions relationnelles vécu, ils ont une basse estime de soi et ils vont souvent prendre de façon excessive de la drogue et de l’alcool pour surpasser cet inconfort dues aux illusions qu’ils se créent[3] Les patients atteint de ce trouble vont souvent renvoyer une image confiante d'eux même aux autres, une confiance qu'ils n'ont pas nécessairement[4].

La labilité émotionnelle : les changements d'humeur sont fréquents, les affects ou les émotions sont intenses tout en restant superficiels.

Les sujets histrioniques entretiennent une certaine dépendance vis-à-vis d'autrui, leurs relations sentimentales se caractérisent par le besoin de séduction, tout en évitant les relations affectives authentiques. Les changements d'humeur fréquents et la labilité émotionnelle amènent à de véritables crises de nerfs.

L'intolérance aux frustrations et l'hyperactivité émotionnelle sont alors sources de souffrance menant régulièrement à des décompensations dépressives. C'est souvent à ce moment qu'ont lieu les consultations. Celles-ci sont également vécues sur un mode séducteur et théâtral[style à revoir]. Le thérapeute est souvent pris en témoin de la détresse de l'histrionique.

TraitementsModifier

L'histrionique souffre généralement d'un manque d'introspection, d'un besoin de valorisation narcissique de la part d'autrui, d'émotivité excessive et donc d'un manque de rationalisation.

L'objectif thérapeutique principal est donc de rehausser l'image de soi et d'apprendre au patient à analyser rationnellement les situations plutôt qu'intuitivement ou affectivement.

Notes et référencesModifier

  1. (es) Laura Ruiz Mitjana, « Personalidad histriónica: qué es, y sus 14 rasgos característicos », sur laguiafemenina.com,
  2. Andrew Skodol, « Trouble de la personnalité histrionique: symptômes, critères diagnostiques du DSM-5 »
  3. a b et c inconnu, « L'hystérie serait liée à une cause psychologique inconsciente », Le Renouveau (Burundi),‎ (lire en ligne)
  4. Yves Dalpé, « Oh la belle femme! », Le Soleil,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier