Gene Tierney

actrice américaine
Gene Tierney
Description de cette image, également commentée ci-après
Gene Tierney au début des années 1940.
Nom de naissance Gene Eliza Tierney
Naissance
Brooklyn, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 70 ans)
Houston, États-Unis
Profession Actrice
Films notables voir filmographie

Gene Tierney [ d͡ʒiːn ˈtɪɚni][1] est une actrice américaine née à Brooklyn, New York, le et morte le , à Houston, Texas.

Son physique très fin aux pommettes saillantes, son allure retenue et ses yeux clairs sous une chevelure brune lui permettaient d'incarner la féminité la plus douce (Le ciel peut attendre, L'Aventure de madame Muir) ou la plus vénéneuse (Shanghai Gesture, Péché mortel).

Elle a tourné quatre fois sous la direction d'Otto Preminger, deux fois sous la direction de Joseph L. Mankiewicz, Henry Hathaway et William Wellman, ainsi qu'avec Josef von Sternberg, Fritz Lang, John Ford, Rouben Mamoulian, Henry King, etc.

À partir des années 1940, Gene Tierney est marquée par une série d'épreuves familiales qui vont affecter le reste de sa carrière et de sa vie.

BiographieModifier

Enfance et débutsModifier

Fille d'Howard Sherwood Tierney, prospère courtier en assurance d'origine irlandaise, et de Belle Lavina Taylor, ancienne professeur de gymnastique[2], Gene Eliza Tierney est née à Brooklyn, New York. Elle est entourée d'un grand frère, Howard Sherwood "Butch" Tierney, Jr., et d'une petite sœur, Patricia "Pat" Tierney[2].

Tierney étudie à la St. Margaret School de Waterbury et à la Unquowa School de Bridgeport dans le Connecticut. Son premier poème, intitulé "Night" (Nuit), est publié dans le journal de l'école, et l'écriture en vers sera un passe-temps occasionnel tout au long de sa vie. Elle passe alors deux ans en Europe, notamment pour étudier dans l'école privée de Brillantmont à Lausanne en Suisse, où elle apprend à parler couramment le français.

Elle retourne aux États-Unis en 1938, et s'inscrit à l'école de Miss Porter. En voyage sur la côte ouest, elle visite les studios de la Warner Bros., où elle est interpellée par Anatole Litvak ; ébloui par sa beauté, il lui conseille de devenir actrice (sa phrase exacte - "Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma" - deviendra le titre des mémoires de Gene). La Warner veut lui faire signer un contrat, mais ses parents la découragent en pointant le bas salaire de départ.

Son bal de débutante a lieu le , elle a dix-sept ans. Elle s'ennuie vite de la vie en société et décide de tenter une carrière d'actrice. Son père déclare « Si Gene doit être actrice, ce sera dans un théâtre convenable », aussi Gene est acceptée à l'American Academy of Dramatic Arts à New York. Parmi les autres talents notables de l'époque ayant fréquenté ce conservatoire figurent Katharine Hepburn, Spencer Tracy, Grace Kelly et Lauren Bacall.

Carrière à BroadwayModifier

 
Photo de l'actrice publiée dans le magazine Yank en mai 1945.

Pour son premier rôle à Broadway, Gene Tierney portait un seau d'eau sur la scène de What a Life! (1938). Le critique du Variety écrivit : « Miss Tierney est sans doute la plus jolie porteuse d'eau que j'aie jamais vue ! » À la même époque, elle fut considérée pour The Primrose Path (1938). L'année suivante, elle joue le rôle de Molly O'Day dans la production Mrs. O'Brien Entertains (1939), ce qui lui valut ce commentaire élogieux de Brooks Atkinson dans le New York Times : « Miss Tierney est rafraîchissante et d'une spontanéité désarmante ». Cette même année, elle interprète Peggy Carr dans Ring Two (1939) et recueillant de bonnes impressions. Le critique de théâtre Richard Watts écrivit : « Je ne vois aucune raison pour laquelle Mrs. Tierney ne fasse pas une carrière théâtrale intéressante, au cas où le cinéma ne la kidnapperait pas. »

Le père de Gene Tierney monta la société Belle-Tier afin de promouvoir la carrière d'actrice de sa fille (il finira par lui voler tout son argent)[3]. En 1939, Columbia Pictures la prend sous contrat pour six mois. Elle rencontre également le milliardaire Howard Hughes, qui tente en vain de la séduire, la fortune du producteur n'impressionnant pas la jeune fille de bonne famille qu'elle était[4]. Ils deviennent cependant des amis proches, ce qu'ils resteront tout le long de leur vie. Un caméraman lui conseille de perdre un peu de poids en lui disant qu' « un visage fin est plus séduisant. » Elle commence alors un régime recommandé par le magazine Harper's Bazaar, qu'elle suivra durant vingt-cinq ans[5].

La Columbia Pictures ne lui trouvant aucun rôle, elle repart pour Broadway et incarne Patricia Stanley dans la pièce au succès critique et commercial, The Male Animal (1940). Brooks Atkinson écrit dans The New York Times : « Tierney resplendit dans la meilleure performance qu'elle ait jamais donnée. »[6] Elle devient ainsi la sensation de Broadway avant son vingtième anniversaire.

Entre ses apparitions sur la scène, elle fait également du mannequinat. Ses photos paraissent notamment dans Life, Harper's Bazaar, Vogue et Collier's Weekly.

Carrière à HollywoodModifier

Les emplois marquantsModifier

Finalement engagée par la Fox, Gene Tierney devient une des principales stars de la firme, qui compte également à l'époque des actrices comme Linda Darnell, Debra Paget (qui occupent des emplois exotiques semblables à ceux de Tierney), la flamboyante Maureen O'Hara, Jeanne Crain ou encore Anne Baxter.

 
Gene Tierney en compagnie de Bruce Cabot dans Crépuscule (1941).
 
Dans Péché mortel (1945).

Elle débute sous les auspices de Fritz Lang dans un western (Le Retour de Frank James) avec Henry Fonda, puis travaille avec John Ford et Henry Hathaway. Elle trouve son premier rôle important dans Shanghaï (1941) de Josef von Sternberg et devient la partenaire de Tyrone Power dans le film d'aventures Le Chevalier de la vengeance (1942). Malgré un personnage quelque peu en retrait, Le ciel peut attendre (1943), comédie fantastique d'Ernst Lubitsch, impose durablement sa beauté émouvante et distante à la fois ; durant le tournage, une forte dispute avec le réalisateur a appris à Lubitsch à la respecter[7]. Juvénile et raffinée, elle peut incarner aussi un modèle américain idéal, comme Grace Kelly, autre star issue d'un milieu bourgeois, mais avec une fragilité supplémentaire.

C'est ensuite Otto Preminger qui lui procure en 1944 son rôle le plus mythique : Laura, personnage qui, même onirique, obsède l'enquêteur du film incarné par Dana Andrews. Le réalisateur la dirige ensuite dans deux autres films noirs. Joseph Mankiewicz prend la relève avec Le Château du dragon (1946) et surtout L'Aventure de madame Muir (1947) face à Rex Harrison, une aventure sentimentale et fantastique qui donne lieu à une série dans les années 1960. Tierney, au sommet de sa gloire, tourne avec Rouben Mamoulian, William Wellman, Henry King et Edmund Goulding. Sa composition de femme possessive et meurtrière dans Péché mortel (1945) lui vaut même une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice.

ÉclipseModifier

Après 1950, sa carrière marque un peu le pas. Si son emploi sacrifié dans Les Forbans de la nuit, où elle est une présence quasi maternelle pour Richard Widmark, marque encore les esprits, ses essais dans la comédie - La Mère du marié (1951) de Mitchell Leisen et Sur la Riviera (1952) avec Danny Kaye - ne sont guère concluants. Elle continue cependant de travailler avec des réalisateurs importants : Jacques Tourneur, Clarence Brown, Delmer Daves, Edward Dmytryk, qui lui donnent pour partenaires Spencer Tracy, Clark Gable et Humphrey Bogart. Elle apparaît aussi dans un péplum, L'Égyptien, de Michael Curtiz, en rivale de Jean Simmons et Bella Darvi. Mais les grands rôles de Gene Tierney sont derrière elle, et ses problèmes personnels l'éloignent des studios.

Elle effectue son retour en 1962 grâce à son mentor Otto Preminger dans Tempête à Washington (sa dernière apparition notable) et interprète quelques autres films. Par la suite, elle se contente de deux apparitions télévisées et se retire entre-temps avec son mari Howard Lee.

Vie privéeModifier

Gene Tierney épouse le costumier et styliste Oleg Cassini, le .

En , alors enceinte de sa première fille, elle contracte la rubéole au cours de son unique visite à l'Hollywood Canteen. Daria naît prématurément, le , à Washington DC, ne pesant qu'un kilogramme et demi et nécessitant une complète transfusion sanguine. Du fait de la rubéole de sa mère, Daria est également sourde, partiellement aveugle, et handicapée mentalement. Le désarroi de Tierney la mèneront à des années de dépression, et semble avoir causé son syndrome maniaco-dépressif[7]. À cette époque, Howard Hughes, un vieil ami, veille à ce que Daria reçoive les meilleurs soins possibles, payant pour toutes les dépenses médicales. Tierney n'oublia jamais la générosité de Hughes. Cet épisode douloureux de sa vie a partiellement inspiré la romancière Agatha Christie, qui a repris, dans son roman Le miroir se brisa, le thème de l'actrice célèbre anéantie au sommet de sa gloire par les conséquences tragiques de cette maladie. L'incident est quasiment repris mot pour mot dans l'histoire du livre, la tragédie de l'actrice ayant été médiatisée depuis des années.

Elle se sépare de Cassini, vivant mal l'état de sa fille handicapée. Pendant cette séparation, Tierney se lie à Tyrone Power avec qui elle partage l'affiche de Le Fil du rasoir (The Razor's Edge). Cette liaison prend fin au printemps 1946. La même année, pendant le tournage du Château du Dragon (Dragonwyck), elle rencontre le jeune John F. Kennedy en visite sur le plateau. Leur idylle s'achève l'année suivante lorsque Kennedy lui avoue qu'il ne pourrait jamais l'épouser du fait de ses ambitions politiques[8]. Tierney se réconcilie alors avec Cassini, et ils ont une seconde fille, Christina « Tina », le  ; ils divorcent tout de même le .

Sa liaison sérieuse avec le prince Ali Khan prend fin lorsque le père de celui-ci, Aga Khan III, s'oppose formellement à leur mariage : en tant qu'autorité morale et religieuse, Ali Khan, déjà divorcé de Rita Hayworth, ne peut épouser deux stars d'Hollywood. Internée une première fois de son propre chef, elle l'est à nouveau suite à une intervention de la police qui la trouve au bord du 14e étage de son immeuble[7].

En 1958, elle rencontre le baron du pétrole texan W. Howard Lee, marié à Hedy Lamarr de 1953 à 1960. Tierney et Lee se marient à Aspen le et s'établissent à Houston. Elle aime la vie texane avec Lee et devient une joueuse experte de bridge. Après l'élection présidentielle de 1960, elle envoie à Kennedy un message de félicitations pour sa victoire, bien qu'elle ait ultérieurement admis avoir voté pour Richard Nixon, pensant qu'il ferait un meilleur président. En 1962, la 20th Century Fox annonce qu'elle jouera le premier rôle dans Les lauriers sont coupés (Return to Peyton Place), mais sa grossesse l'écarte du projet. Elle fait néanmoins une fausse couche.

Le , son mari Lee meurt d'une longue maladie. Gene Tierney meurt le à Houston, peu avant son 71e anniversaire, des suites d'un emphysème[9]. Elle avait commencé à fumer après la projection de son premier film, pour rendre sa voix plus grave car « Ma voix était celle d'une Minnie en colère ». Elle fuma beaucoup, ce qui a pu contribuer à sa mort. Elle est enterrée aux côtés de son mari au cimetière Glenwood de Houston.

Elle n'a aucun lien de parenté avec l'actrice Maura Tierney.

FilmographieModifier

CinémaModifier

Année Titre VF Titre original Réalisateur Distribution Rôle
1940 Le Retour de Frank James The Return of Frank James Fritz Lang Henry Fonda Eleanor Stone
1941 Les Trappeurs de l'Hudson Hudson's Bay Irving Pichel Paul Muni
Vincent Price
Barbara Hall
La Route au tabac Tobacco Road John Ford Charley Grapewin
Marjorie Rambeau
Ellie May Lester
La Reine des rebelles Belle Starr ou
Belle Starr, the Bandit Queen
Irving Cummings Randolph Scott
Dana Andrews
Belle Shirley
(Belle Starr)
Crépuscule Sundown Henry Hathaway George Sanders
Bruce Cabot
Zia
Shanghaï The Shanghai Gesture Josef von Sternberg Walter Huston
Victor Mature
Poppy Smith
(Victoria Charteris)
1942 Le Chevalier de la vengeance Son of Fury: The Story of Benjamin Blake John Cromwell Tyrone Power
George Sanders
Eve
Qui perd gagne Rings on Her Fingers Rouben Mamoulian Henry Fonda Susan Miller
(Linda Worthington)
Pilotes de chasse Thunder Birds William A. Wellman Preston Foster Kay Saunders
La Pagode en flammes China Girl Henry Hathaway George Montgomery Miss Haoli Young
1943 Le ciel peut attendre Heaven Can Wait Ernst Lubitsch Don Ameche Martha Strabel Van Cleve
1944 Laura Laura Otto Preminger Dana Andrews
Clifton Webb
Vincent Price
Laura Hunt
1945 Une cloche pour Adano A Bell for Adano Henry King John Hodiak Tina Tomasino
Péché mortel Leave Her to Heaven John M. Stahl Cornel Wilde
Jeanne Crain
Vincent Price
Ellen Berent
1946 Le Château du Dragon Dragonwyck Joseph L. Mankiewicz Walter Huston
Vincent Price
Miranda Wells
Le Fil du rasoir The Razor's Edge Edmund Goulding Tyrone Power
John Payne
Anne Baxter
Isabel Bradley
1947 L'Aventure de madame Muir The Ghost and Mrs Muir Joseph L. Mankiewicz Rex Harrison
George Sanders
Lucy Muir
1948 Le Rideau de fer The Iron Curtain William A. Wellman Dana Andrews Anna Gouzenko
Scandale en première page That Wonderful Urge Robert B. Sinclair Tyrone Power Sara Farley
1949 Le Mystérieux docteur Korvo Whirlpool Otto Preminger Richard Conte
José Ferrer
Ann Sutton
1950 Les Forbans de la nuit Night and the City Jules Dassin Richard Widmark Mary Bristol
Mark Dixon, détective Where the Sidewalk Ends Otto Preminger Dana Andrews Morgan Taylor
1951 Close to My Heart Close to My Heart William Keighley Ray Milland Midge Sheridan
La Mère du marié The Mating Season Mitchell Leisen John Lund
Miriam Hopkins
Thelma Ritter
Maggie Carleton McNulty
Sur la Riviera On the Riviera Walter Lang Danny Kaye
Corinne Calvet
Lili Duran
L'Énigme du lac noir The Secret of Convict Lake Michael Gordon Glenn Ford Marcia Stoddard
1952 Le Gaucho Way of a Gaucho Jacques Tourneur Rory Calhoun Teresa
Capitaine sans loi Plymouth Adventure Clarence Brown Spencer Tracy Dorothy Bradford
1953 Ne me quitte jamais Never Let Me Go Delmer Daves Clark Gable Marya Lamarkina
Une affaire troublante Personal Affair Anthony Pelissier Leo Genn Kay Barlow
1954 L'Égyptien The Egyptian Michael Curtiz Edmund Purdom
Jean Simmons
Victor Mature
Baketamon
La Veuve noire Black Widow Nunnally Johnson Ginger Rogers
Van Heflin
George Raft
Iris Denver
1955 La Main gauche du Seigneur The Left Hand of God Edward Dmytryk Humphrey Bogart Anne Scott
1962 Tempête à Washington Advise and Consent Otto Preminger Henry Fonda
Charles Laughton
Dolly Harrison
1963 Four Nights of the Full Moon Las cuatro noches de la luna llena Sobey Martin Dan Dailey
Le Tumulte Toys in the Attic George Roy Hill Dean Martin
Geraldine Page
Yvette Mimieux
Albertine Prine
1964 Trois filles à Madrid The Pleasure Seekers Jean Negulesco Ann-Margret Jane Barton

TélévisionModifier

Année Type Titre Titre original Épisode Réalisateur Rôle
1960 Série télévisée General Electric Theater General Electric Theater Journey to a Wedding
(saison 9 épisode 7)
Ellen Galloway
1969 Sur la piste du crime The F.B.I. Conspiracy of Silence
(saison 4 épisode 23)
Jesse Hibbs Faye Simpson
Téléfilm Daughter of the Mind Daughter of the Mind Walter Grauman Lenore Constable
1980 Mini-série Scrupules Scruples Alan J. Levi Harriet Toppingham

ThéâtreModifier

Année Titre Auteur(s) Mise en scène Rôle
1938 What a Life Clifford Goldsmith George Abbott Figurant
1939 The Primrose Path Robert Buckner
Walter Hart
George Abbott Doublure
Mrs. O'Brien Entertains Harry Madden George Abbott Molly O'Day
Ring Two Gladys Hurlbut George Abbott Peggy Carr
1940 The Male Animal James Thurber
Elliott Nugent
Herman Shumlin Patricia Stanley

PublicationModifier

Dans son autobiographie, Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma (Self-Portrait, 1979), elle évoque simplement sa vie, sa carrière et ses souffrances mentales.

DistinctionsModifier

Gene Tierney a obtenu une étoile sur la célèbre « Promenade des célébrités » (Walk of Fame), à la hauteur du 6125, Hollywood Boulevard.[réf. souhaitée]

NominationModifier

HommageModifier

Un coffret vidéo de Gene Tierney sort en 2019 chez Wild Side, quit comprend les films Les Forbans de la nuit, Mark Dixon, détective et Shanghai Gesture.[réf. souhaitée]

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. a et b (en) Michelle Vogel, Gene Tierney. A Biography, McFarland, , p. 3.
  3. Tierney and Herskowitz (1978). Wyden Books. Self-Portrait. p. 65-66.
  4. Tierney and Herskowitz (1978). Wyden Books. Self-Portrait. p. 33.
  5. Tierney and Herskowitz (1978). Wyden Books. Self-Portrait. p. 27.
  6. Tierney and Herskowitz (1978). Wyden Books. Self-Portrait. p. 36.
  7. a b et c Guillemette Odicino, « Gene Tierney, de l’aura dans l’air », sur Télérama, (consulté le 16 octobre 2020)
  8. Thomas C.Reeves, Le Scandale Kennedy, la fin d'un mythe, Plon 1992, p. 98
  9. (en) Richard Severo, « Gene Tierney, 70, Star of 'Laura' And 'Leave Her to Heaven', Dies », sur The New York Times, .

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Gene Tierney, Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma (Self-portrait, 1979), Hachette, Paris, 1985, traduction de Françoise Caetano ; Ramsay poche, 1991, réimpression en poche dans la même collection en 2006.
  • Pascal Mérigeau, Gene Tierney, Edilig, Paris, 1987 ; épuisé. (Très bel ouvrage de base, articles de fond, filmographie détaillée, superbe iconographie.)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :