Ouvrir le menu principal

Delmer Daves

réalisateur américain
Delmer Daves
Nom de naissance Delmer Lawrence Daves
Surnom Del[n 1]
Naissance
San Francisco, Californie
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 73 ans)
La Jolla, Californie
Profession Réalisateur, Producteur, Scénariste et Acteur
Films notables La Maison Rouge
Les Passagers de la nuit
La Flèche brisée
La Dernière Caravane
3h10 pour Yuma
La Colline des potences

Delmer Daves est un scénariste, réalisateur, acteur et producteur américain né le à San Francisco, Californie et décédé le à La Jolla.

Après avoir été figurant à la fin des années 1920, Delmer Daves devint scénariste et dialoguiste à Hollywood, travaillant notamment avec Frank Borzage, Ray Enright et Leo McCarey, pour lequel il signa les deux versions de Elle et lui (1939 et 1957). Il passa à la réalisation au début des années 1940 avec Destination Tokyo et fut l'auteur de quelques films de guerre comme L'Orgueil des marines ou Horizons en flammes, et de polars tels La Maison rouge et Les Passagers de la nuit. Toutefois, ses plus grandes réussites furent des westerns[1] (3h10 pour Yuma, L'Homme de nulle part, La Dernière Caravane, La Colline des potences) et il fut l'un des premiers[2], avec La Flèche brisée en 1950, à présenter les Indiens comme des êtres civilisés et non plus comme des sauvages.

Homme de studios dévoué et fidèle[n 2], son œuvre n'en est pas moins personnelle[3]. Delmer Daves parvint à imposer un style propre, notamment dans sa manière de filmer la nature[4], grâce à ses mouvements de grue et l'attention qu'il portait à la lumière.

BiographieModifier

Jeunesse et débutsModifier

 
Delmer Daves fut le scénariste des deux versions de Elle et lui de Leo McCarey (1939 et 1957).

Delmer Lawrence Daves est né à San Francisco le 24 juillet 1904. Il s'orienta d'abord vers une carrière de juriste et entra à l'université de Stanford pour y suivre des études de droit[5], où il dirigea et joua plusieurs pièces de théâtres[6]. Il obtint son diplôme et fut engagé dans un cabinet d'avocats[7], mais décida de tout abandonner pour se consacrer au cinéma, contre l'avis de son père[7]. À la fin de l'année scolaire, il passa l'été seul dans le désert de l'Arizona, notamment à Monument Valley, en compagnie des indiens pueblos et apaches[8]. Il parvint à décrocher, à son retour, un emploi d’accessoiriste[n 3] auprès du réalisateur James Cruze, qui dirigeait La Caravane vers l'Ouest : il joua même dans le film, dessina une affiche et des caractères pour un insert[9]. Il participa comme acteur, accessoiriste ou assistant à plusieurs autres films dans les années 1920, dont The Night Flyer et Les Trois Coupables (avec Pola Negri). Parrainé[10] par James Cruze, il apparut comme figurant — souvent non crédité au générique — dans plusieurs de ses films, comme L’Infidèle. C'est aussi lui qui lui offrit son premier vrai rôle à l'écran, face à Joan Crawford dans The Duke Steps Out[10]. Il participa à quelques autres films en tant qu’acteur dans le cinéma muet et mit fin à cette courte carrière dramatique en 1930, juste après l'arrivée du cinéma parlant.

HollywoodModifier

Le scénaristeModifier

S'installant à Hollywood en 1928, il commence comme scénariste, crédité une première fois pour la comédie So This Is College produite par la MGM. Dans les années 1930, il se fit un nom d'auteur à succès, tout en apparaissant comme acteur dans de petits rôles non crédités. Il écrivit les comédies musicales Dames, Mademoiselle Général, et Vive Miss Glory (Page Miss Glory) pour Dick Powell entre 1934 et 1935. Pourtant ses plus grands succès de cette époque vinrent avec La Forêt pétrifiée (The Petrified Forest) et Elle et lui (Love Affair). Ce dernier film connaîtra une version en couleurs en 1957, toujours sous la direction de Leo McCarey avec Daves au scénario, Elle et lui (An Affair to Remember).

Carrière de réalisateur (1943-1964)Modifier

Delmer Daves commença sa carrière de réalisateur en 1943 avec Destination Tokyo, sur un scénario qu'il écrivit, cherchant à filmer de la manière la plus réaliste possible la guerre, à montrer les soldats tels qu'ils étaient vraiment. Hollywood Canteen fut une commande, et Daves n'hésitait pas à en parler comme d'une « œuvre de charité, plus qu'un film véritable »[11]. L'Orgueil des marines, tourné en 1945 racontait l'histoire d'un soldat devenu aveugle à la suite d'une explosion et fut tourné dans le même style documentaire que Destination Tokyo. William Wyler s'en inspira pour tourner Les Plus Belles Années de notre vie l'année suivante[11]. La guerre terminée, il tourna un drame psychologique campagnard, La Maison rouge avec Edward G. Robinson, puis Les Passagers de la nuit, mettant en vedette le couple Humphrey Bogart-Lauren Bacall. Daves fit le choix artistique de tourner les premières minutes du film en caméra subjective (comme si c'était les yeux de Bogart). Ce dernier aurait dû être en 1948 le héros de son film suivant[12], Ombres sur Paris, rôle qui échut à Dennis Morgan, altérant, selon Daves[n 4], la force de ce film tourné à Paris, avec une équipe française et un chef-opérateur américain qu'il imposa[12] : Robert Burks. Daves tourna son premier film avec Gary Cooper l'année suivante, Horizons en flammes, dans lequel il réussit habilement[12] à mélanger stock-shots et plans filmés.

Il tourna son premier western, La Flèche brisée en 1950. Considéré comme un des premiers westerns antiracistes[n 5], ce film mettant en scène James Stewart et Jeff Chandler marqua un tournant à Hollywood dans la manière de montrer les indiens[13]. Daves, qui les connaissait bien[n 6], désirait les montrer comme des êtres civilisés, des hommes « d’honneur et de principes »[11]. Le film fut un succès et reçut même des louanges de l’ONU[11]. Il réalisa L’Oiseau de paradis, adaptation d'une vieille pièce de théâtre, avec Louis Jourdan et enchaina plusieurs films de commande : Return of the Texan (à qui il reprochait sa modernité[12]), Le Trésor du Guatemala (remake d'un film de John Cromwell, Le Chevalier de la vengeance), Ne me quitte jamais (que Daves tourna pour rendre service à Clark Gable[12]) et Les Gladiateurs (prétexte du studio à réutiliser les décors du film La Tunique[14]).

Durant les quatre années qui suivirent, il réalisa plusieurs westerns. Avec L'Aigle solitaire, il continua de montrer les indiens sous un jour nouveau, filmant comme « un cours d'histoire »[11] les guerres menées par les Modoc, en restant toutefois déçu de la prestation de l'acteur principal Alan Ladd[11]. En 1956, il retrouva Charles Bronson, entouré cette fois d’Ernest Borgnine, Glenn Ford et Rod Steiger pour L'Homme de nulle part, filmé dans des paysages sauvages du Wyoming. La même année, il réalisa en Arizona La Dernière Caravane, avec Richard Widmark et Felicia Farr, plaidoyer pour la tolérance[12] à l'époque de la conquête de l'Ouest. En 1957, Glenn Ford fut à nouveau la vedette d'un de ses films, que Daves considérait comme son meilleur western[12], 3h10 pour Yuma, avec Van Heflin. Photographié par Charles Lawton, le film raconte les relations entre un fermier et un hors-la-loi. Cow-boy, réalisé l'année suivante, en couleurs et avec le même chef-opérateur, montrait à nouveau de manière réaliste la vie des hommes de l'Ouest[12]. Pour rendre service à Alan Ladd[14], il réalisa peu après L'Or du Hollandais, avec un scénario qu'il détestait[14], puis un autre film de commande, Diables au soleil avec Tony Curtis et Frank Sinatra.

La Colline des potences fut son dernier western (ainsi que celui de Gary Cooper). Toujours à l'époque de la conquête de l'Ouest, le film traite de l'arrivée d'un étranger avec un lourd passé à l'époque de la ruée vers l'or. À la fin du tournage, Daves fut victime d'une attaque cardiaque et c'est Karl Malden qui termina les dernières scènes. Désormais restreint dans ses choix de films[n 7], il réalisa une comédie dramatique avec Dorothy McGuire, Ils n'ont que vingt ans, qui fut critiquée parce qu'elle traitait ouvertement de sexualité[14]. Toujours sur le thème de la jeunesse, il tourna en 1960 La Soif de la jeunesse, qui fut un gros succès commercial[15]. Par fidélité et amitié envers Jack Warner[3], il continua de réaliser des comédies dramatiques adaptés de best-sellers : Susan Slade en 1961, dont il ne voyait pas l'intérêt[15], et Amours à l'italienne où il filma les beautés de la campagne italienne. Il revint presque au western avec La Montagne des neuf Spencer, l'histoire d'une famille (dont le père est joué par Henry Fonda) de pionniers modernes vivant dans la forêt, et adapta un épais roman d’Herman Wouk, Youngblood Hawke, qui n'était pas destiné à être adapté au cinéma[16]. Pour son dernier film, La Bataille de la Villa Fiorita avec Maureen O'Hara, Delmer Daves ne parvint pas à imposer Richard Harris, et le film fut remonté par le studio[17]. Malgré plusieurs projets (il voulait adapter au cinéma la vie de l'indien Ishi[18]), sa santé fragile interdit à Daves de tourner un nouveau film[18]. Dans les dernières années de sa vie, il donna plusieurs conférences sur son métier et mourut à La Jolla, en Californie, le 17 août 1977.

Vie personnelleModifier

Daves fut marié à l'actrice Mary Lawrence (Un homme change son destin) de 1938 jusqu'à sa mort le 17 août 1977. Elle fit une apparition, non créditée, dans Horizons en flammes[19]. Ils eurent deux enfants, Michael (qui fut acteur et assistant réalisateur sur quelques films de son père, puis sur des téléfilms[20]), et Deborah.

Outre le cinéma, Delmer Daves était passionné de photographie et de calligraphie (il dessinait parfois lui-même les enseignes que l'on voit dans ses westerns)[21]. Il possédait également une riche collection de minéraux (récupérés notamment pendant les tournages de ses films[22]), qu'il légua à un musée peu avant sa mort[21], et une importante bibliothèque sur l’histoire de l’Ouest. La majorité de ses documents de travail (correspondances, scénarios, adaptations...) fut léguée aux Archives de Californie[23].

FilmographieModifier

Année Titre français Titre original En tant que Détails
Acteur Réalisateur Producteur Scénariste
1923 La Caravane vers l'Ouest The Covered Wagon Delmer Daves y aurait été accessoiriste[24] ou assistant du réalisateur James Cruze[9],[5]
1928 The Night Flyer The Night Flyer   Réalisé par Walter Lang, avec William Boyd
1928 Les Trois Coupables Three Sinners   Avec Pola Negri, Daves ne fut pas crédité
1928 L'Infidèle The Mating Call   Réalisé par James Cruze, Daves ne fut pas crédité
1928 Excess Baggage Excess Baggage   Réalisé par James Cruze, Daves ne fut pas crédité
1929 The Duke Steps Out The Duke Steps Out   Réalisé par James Cruze avec Joan Crawford
1929 A Man's Man (it) A Man's Man   Avec Greta Garbo dans son propre rôle, Daves ne fut pas crédité
1929 So This Is College So This Is College     Réalisé par Sam Wood, Daves cosigna l'histoire et le scénario
1929 Queen Kelly Queen Kelly   Réalisé par Erich von Stroheim, avec Gloria Swanson
1930 The Bishop Murder Case The Bishop Murder Case   Réalisé par Nick Grinde et David Burton, avec Basil Rathbone
1930 Good News Good News   Réalisé par Nick Grinde, avec Cliff Edwards
1931 Shipmates Shipmates   Réalisé par Harry Pollard, Daves cosigna le scénario et les dialogues
1932 Divorce in the Family Divorce in the Family   Réalisé par Charles F. Reisner, Daves cosigna le scénario et les dialogues
1933 Clear All Wires Clear All Wires   Réalisé par George Hill, Daves signa l'adaptation
1934 Dames Dames   Réalisé par Ray Enright, Daves cosigna l'histoire et le scénario
1934 Mademoiselle Général Flirtation Walk   Réalisé par Frank Borzage, Daves cosigna l'histoire et le scénario
1935 Bureau des épaves Stranted   Réalisé par Frank Borzage
1935 Page Miss Glory Page Miss Glory   Réalisé par Mervin LeRoy
1935 Shipmates Forever Shipmates Forever   Réalisé par Frank Borzage
1936 La Forêt pétrifiée The Petrified Forest   Réalisé par Archie Mayo
1937 The Go-Getter The Go-Getter   Réalisé par Busby Berkeley
1937 The Singing Marine The Singing Marine   Réalisé par Ray Enright
1938 She Married an Artist She Married an Artist   Réalisé par Marion Gering
1938 Professeur Schnock Professor Beware   Réalisé par Elliot Nugent
1939 Elle et lui Love Affair   Réalisé par Leo McCarey
1939 1 000 dollars à Touchdown 1000 Dollars a Touchdown   Réalisé par James Hogan, Daves signa l'histoire
1940 The Farmer's Daughter The Farmer's Daughter   Réalisé par James Hogan, Daves signa l'histoire
1940 Safari Safari   Réalisé par Edward Griffith
1941 The Unexpected Uncle The Unexpected Uncle   Réalisé par Peter Godfrey
1941 The Night of January 16th The Night of January 16th   Réalisé par William A. Seiter
1942 Ô toi, ma charmante You Were Never Lovelier   Réalisé par William A. Seiter
1943 Destination Tokyo Destination Tokyo     Première réalisation, avec Cary Grant.
1943 Le Cabaret des étoiles Stage Door Canteen   Réalisé par Frank Borzage. Daves signa l'histoire et le scénario.
1944 The Very Thought of You The Very Thought of You     Avec Dennis Morgan
1944 Hollywood Canteen Hollywood Canteen     Avec Bette Davis, Joan Crawford, John Garfield
1945 L'Orgueil des marines Pride of the Marines     Participation au dialogue, non crédité.
1947 La Maison rouge The Red House     Avec Edward G. Robinson
1947 Les Passagers de la nuit The Dark Passage     Avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall.
1947 Humoresque Humoresque   Réalisé par Jean Negulesco. Daves réalisa les premières séquences du film, sans être crédité[25].
1948 Ombres sur Paris To the Victor   Avec Dorothy Malone
1949 L'Extravagant M. Phillips A Kiss in the Dark   Avec David Niven
1949 Horizons en flammes Task Force     Avec Gary Cooper
1950 La Flèche brisée Broken Arrow   Avec James Stewart et Jeff Chandler
1951 L’Oiseau de paradis Bird of Paradise       Avec Louis Jourdan
1952 Return of the Texan Return of the Texan   Avec Joanne Dru, Walter Brennan et Richard Boone
1953 Le Trésor du Guatemala The Treasure of the Golden Condor     Avec Constance Smith
1953 Ne me quitte jamais Never Let Me Go   Avec Clark Gable et Gene Tierney
1954 Les Gladiateurs Demetrius and the Gladiators   Avec Victor Mature et Susan Hayward
1954 L'Aigle solitaire Drumbeat       Avec Alan Ladd et Charles Bronson
1955 Plumes blanches White Feather   Réalisé par Robert D. Webb
1956 L'Homme de nulle part Jubal     Avec Glenn Ford, Charles Bronson et Ernest Borgnine
1956 La Dernière Caravane The Last Wagon     Avec Richard Widmark
1957 3h10 pour Yuma 3:10 to Yuma   Avec Van Heflin et Glenn Ford
1957 Elle et lui An Affair to Remember   Réalisé par Leo McCarey avec Cary Grant et Deborah Kerr, Daves reprit des scènes écrites par lui qui avaient été coupées dans la première version[3].
1958 Cow-boy Cowboy   Avec Glenn Ford et Jack Lemmon
1958 Diables au soleil Kings Go Forth   Avec Tony Curtis et Frank Sinatra
1958 L'Or du Hollandais The Badlanders   Avec Alan Ladd et Ernest Borgnine
1959 La Colline des potences The Hanging Tree   Il s'agit du dernier western de Delmer Daves et de Gary Cooper
1959 Ils n'ont que vingt ans A Summer place       Avec Dorothy McGuire
1960 La Soif de la jeunesse Parrish       Avec Troy Donahue, Claudette Colbert et Karl Malden
1961 Susan Slade Susan Slade       Avec Troy Donahue, Connie Stevens et Dorothy McGuire
1962 Amours à l'italienne Rome Adventure       Avec Angie Dickinson
1963 La Montagne des neuf Spencer Spencer's Mountain       Avec Henry Fonda et Maureen O'Hara
1964 Youngblood Hawke Youngblood Hawke       Avec Suzanne Pleshette et Geneviève Page, adaptation de Delmer Daves
1964 La Bataille de la Villa Fiorita The Battle of the Villa Fiorita       Avec Maureen O'Hara

Nominations et récompensesModifier

NominationsModifier

DGA Award
  • 1959 : Réalisateur du meilleur film de l'année, pour Cowboy.
Laurel Award 
  • 1959 : Golden Laurel (catégorie Meilleur réalisateur/producteur)
  • 1960 : Golden Laurel (catégorie Meilleur réalisateur/producteur)
  • 1961 : Golden Laurel (catégorie Meilleur réalisateur/producteur)
  • 1962 : Golden Laurel (catégorie Meilleur réalisateur/producteur)
  • 1963 : Golden Laurel (catégorie Meilleur réalisateur/producteur)
  • 1964 : Golden Laurel (catégorie Meilleur réalisateur/producteur)

RécompensesModifier

Laurel Award
  • 1960 : 3e Meilleur réalisateur de l'année
Western Heritage Awards
  • 1975 : Trustees Award (pour son exceptionnelle contribution en tant que réalisateur et producteur de westerns).

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.
Ouvrages
Articles
  • Dominique Rabourdin, "Delmer Daves ou le secret perdu", Cinéma, octobre 1977.
  • (en) Bertrand Tavernier, "The Ethical Romantic", Film Comment, janvier-février 2003.
  • (en) Christopher Wicking, "Interview with Delmer Daves", Screen, 1969.  
  • (en) Mike Wallington, "Auteur and genre : The Westerns of Delmer Daves", Cinéma, octobre 1969.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes 
  1. Diminutif naturel de “Delmer”. Le réalisateur rappelle que ses amis Apaches le nommaient ainsi. (Amis Américains, p. 291).
  2. B. Tavernier et J.-P. Coursodon évoquent à ce sujet une « conscience suicidaire » de la part du réalisateur (50 ans de cinéma américain, p. 411).
  3. Property boy dans l'interview en anglais (Screen, 1969, p. 55).
  4. Daves écrit : « Vous pouvez facilement imaginer combien l'histoire aurait gagné à être jouée par l'un de ces acteurs au lieu de ce Mr. Morgan » (Amis Américains, p. 288).
  5. Un autre western prenant parti pour les indiens sortit la même année : La Porte du diable réalisé par Anthony Mann.
  6. Dans sa correspondance avec Bertrand Tavernier, Delmer Daves rappelle régulièrement l'immense affection qu'il a pour les indiens. Il écrit : « J'ai vécu avec eux, j'ai appris leurs coutumes, je crois que je les ai comprises » (Amis Américains, p. 291).
  7. À la suite de cette attaque, les médecins lui interdirent les tournages trop fatigants, la Compagnie refusant de l'assurer dans le cas inverse. Daves, habitué aux tournages dans des endroits difficiles, dut se rabattre, à contre-cœur, sur des films moins éprouvants. (Amis Américains, p. 285).
Références 
  1. B. Tavernier et J.-P. Coursodon, 50 ans de cinéma américain, Paris, Omnibus, 1995, p. 410.
  2. B. Tavernier, Amis Américains, entretiens avec les grands auteurs d'Hollywood, Arles, Institut Lumière/Actes Sud, 2008, p. 287.
  3. a b et c B. Tavernier et J.-P. Coursodon, 50 ans de cinéma américain, op. cit., p. 410.
  4. B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 277.
  5. a et b B. Tavernier et J.-P. Coursodon, 50 ans de cinéma américain, op. cit., p. 409.
  6. Christopher Wicking, Interview with Delmer Daves, Screen, 1969, p. 55.
  7. a et b B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 301.
  8. B. Tavernier, Amis Américains..., op. cit., p. 301.
  9. a et b Christopher Wicking, Interview with Delmer Davesloc. cit., p. 55.
  10. a et b Christopher Wacking, Interview with Delmer Davesloc. cit., p. 55.
  11. a b c d e et f B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 287.
  12. a b c d e f g et h B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 288.
  13. B. Tavernier et J.-P. Coursodon, op. cit., p. 410.
  14. a b c et d B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 291.
  15. a et b B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 295.
  16. B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 298.
  17. B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 285.
  18. a et b B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 299.
  19. Casting complet du film Horizons en flamme
  20. Page IMDB sur la carrière de Michael Daves
  21. a et b B. Tavernier, Amis Américains, op. cit., p. 273.
  22. B. Tavernier, Bonus du DVD de La Dernière Caravane, Sidonis, 2010.
  23. Les archives de Delmer Daves sur l'OAC
  24. P. Brion, Bonus du DVD de La Dernière Caravane, Sidonis, 2010
  25. B. Tavernier, Amis Américains, op. cit, p. 272.