Hollywood Walk of Fame

trottoir
(Redirigé depuis Walk of Fame (Hollywood))

Le Hollywood Walk of Fame [wɔːk ʌv feɪm][1] (litt. la « promenade de la célébrité de Hollywood ») est un trottoir célèbre du quartier de Hollywood de la ville de Los Angeles (Californie, États-Unis).

Hollywood Walk of Fame
Image illustrative de l’article Hollywood Walk of Fame
Le Walk of Fame, sur Hollywood Boulevard.
Au premier plan, l'étoile de Telly Savalas.
Situation
Coordonnées 34° 06′ 06″ nord, 118° 20′ 24″ ouest
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Région Californie
Ville Los Angeles
Quartier(s) Hollywood
Morphologie
Type Trottoir
Histoire
Protection Monument historique-culturel de Los Angeles

Situé sur Hollywood Boulevard (entre Gower Street et la Brea Avenue, ainsi que sur Vine Street entre Yucca Street et Sunset Boulevard), figurent sur le trottoir de cette promenade des insignes (étoiles), des monuments publics permanents, au nom de diverses célébrités de l'industrie du spectacle honorées par la chambre de commerce de Hollywood (Hollywood Chamber of Commerce), et dont l'entretien est autofinancé par le Hollywood Historic Trust. La chambre de commerce d'Hollywood détient les droits de marque sur le Hollywood Walk of Fame[2].

L'inscription au Hollywood Walk of Fame est payante[3] mais, en général, la somme est payée par les studios de cinéma ou les éditeurs musicaux, en raison de la publicité générée par la cérémonie d'inauguration.

C'est une destination touristique populaire, avec environ 10 millions de visiteurs annuels en 2010[4].

En , le Walk of Fame compte 2 621 étoiles.

PrésentationModifier

À chaque star est dédiée une dalle carrée d'environ 80 cm de côté insérée dans le trottoir. Fabriquée avec du granito, un matériau à base de ciment imitant le marbre, chaque dalle présente, sur fond anthracite, une étoile rose à cinq branches au contour en laiton gravée du nom de la célébrité. Sous cette inscription, un emblème, lui aussi en laiton rappelle la catégorie dans laquelle la star s'est distinguée. Selon l'industrie concernée, l'emblème est le suivant :

Logo Signification
  Une caméra, pour une contribution à l'industrie cinématographique.
  Un poste de télévision, pour une contribution à l'industrie télévisuelle.
  Une platine tourne-disque et son bras (vus de dessus), pour l'industrie musicale.
  Un microphone, pour une contribution à l'industrie radiophonique.
  Une paire de masques antiques (comédie et tragédie), pour une contribution à l'industrie théâtrale.

Concept initialModifier

 
Étoile à l'entrée du site

Créé en 1958[5], le « Walk of Fame » est un hommage aux différents acteurs du « show business » (l'industrie du spectacle) aux États-Unis[6]. Au début, certaines célébrités ont reçu plusieurs étoiles pour récompenser leurs contributions dans différents domaines. Aujourd'hui, on a plutôt tendance à récompenser de nouvelles personnes et peu de stars reçoivent plus d'une étoile. En 1978, la ville de Los Angeles déclare le « Walk of Fame » monument historique.

La légende voulait que Joanne Woodward ait reçu la première étoile sur le Walk of Fame, le  ; en fait, c'est la première à avoir été photographiée avec son étoile.

À l'origine, le « Walk of Fame » comprenait 2 500 étoiles vides. 1 558 étoiles ont été décernées durant les seize premiers mois. Depuis, elles sont attribuées au rythme d'environ deux étoiles par mois. En 1994, plus de 2 000 étoiles avaient été attribuées, pour arriver en 2009 à près de 2 400. La localisation d'une étoile donnée n'est pas forcément définitive, certaines étant parfois déplacées pour divers motifs, notamment en raison de nouvelles constructions.

Condition d'attributionModifier

Les étoiles sont normalement réservée à des personnalités vivantes ou fictives, comme Mickey Mouse ou Donald Duck[7]. Un décret municipal interdit les marques commerciales sur le trottoir[8]. L'étoile coute 15 000 USD versé à l'association en charge des étoiles, le Hollywood Historic Trust[7]. Souvent c'est le studio qui paye ce qui est considéré comme des frais d'entretien[8].

Personnalités vivantesModifier

Seules cinq personnes sont présentes deux fois sous une même catégorie : Michael Jackson en a reçu une en tant que membre des Jackson Five et une autre en tant qu'artiste solo ; John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr[9] en ont reçu une en tant que membres des Beatles et une deuxième chacun en tant qu'artistes solo.

La seule personne à avoir reçu une étoile dans les cinq catégories est Gene Autry[10].

Mohamed Ali a demandé et obtenu en 2002 que son étoile soit apposée, non pas sur le trottoir mais, sur un mur au 6801 Hollywood Boulevard, afin de ne pas « autoriser les gens à piétiner le nom du Prophète »[11].

 
L'un des quatre monuments du Walk of Fame commémorant le premier pas de l'homme sur la Lune par l'équipe d'Apollo 11 (Neil Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin).

Il y a aussi des étoiles spéciales. Quatre « étoiles », rondes et identiques, dédiées aux trois astronautes Neil Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin et rappelant la date de la mission Apollo 11, ont été placées aux quatre angles du carrefour entre Hollywood Boulevard et Vine Street.

Parmi tous les artistes internationaux, plusieurs artistes français ont été honorés dont les réalisateurs Maurice Tourneur et Jean Renoir, les actrices Sarah Bernhardt, Claudette Colbert et Leslie Caron, les acteurs Maurice Chevalier et Louis Jourdan, les musiciens Maurice Jarre, Pierre Monteux et Charles Aznavour ou encore les Frères Lumière.

Personnalités FictivesModifier

 
L'étoile de Mickey Mouse.

Des étoiles ont été décernées à des personnages de fiction comme Mickey Mouse, Donald Duck, Winnie l'ourson, la famille Simpson ou Kermit la grenouille, des personnages déguisés comme Big Bird, et à quatre chiens, Lassie, Rintintin, Uggie et Strongheart, qui sont les seuls acteurs animaux à être honorés de la sorte[12].

En 2005, une pétition, soutenue par Nintendo, a demandé la « starification » des personnages de jeux[13].

Les étoiles commercialesModifier

Il est possible d'acheter des étoiles dites commerciales à condition qu'elle soit dans un domaine privé[8]. Ainsi les deux journaux Variety et The Hollywood Reporter ont eu cet honneur pour leur couverture du monde d'Hollywood lors de leur anniversaire respectif 100 ans pour le premier et 75 ans pour le second[7]. Leurs étoiles sont situées dans un domaine privée, la cour de l'Hotel Roosevelt[8]. Le , Disney dévoile une étoile sur la partie privée du trottoir au 6834 Hollywood Boulevard devant le El Capitan Theatre pour le cinquantième anniversaire du parc Disneyland [7],[8]. C'est la première fois qu'une étoile est décernée à un lieu mais la proximité des autres étoiles officielles pose question[7].

CérémonieModifier

L'attribution d'une étoile donne lieu à une cérémonie d'« intronisation » qui se déroule dans les cinq ans à suivre sur le lieu même où l'étoile dédiée est placée ; l'impétrant se voit remettre en souvenir un cadre représentant son étoile dédicacée. En 2016, Une étoile se monnayait 30 000 dollars, versée auprès du « Hollywood Historic Trust »[14]. En 2020, la somme est fixée à 50 000 dollars[15].

EntretienModifier

 
L'étoile de Matt Damon lors de sa construction (2007).

Le Walk of Fame est entretenu par l'association auto-financée « Hollywood Historic Trust » qui gère le fonctionnement du site. Chaque personne qui reçoit une étoile doit accepter de participer à une cérémonie de présentation et de verser un montant d'argent à l'association pour son entretien. En général, elle est payée par les studios de cinéma ou les éditeurs musicaux, en raison de la publicité générée par la cérémonie d'inauguration.

Étoiles voléesModifier

Depuis la création du « Walk of Fame » en 1958, quatre étoiles ont été volées. Les premières volées furent celles de James Stewart et de Kirk Douglas alors qu'elles avaient été déplacées temporairement pour un projet de construction ; elles furent retrouvées peu de temps plus tard. L'étoile de Gene Autry fut prise dans les mêmes circonstances et fut retrouvée en Iowa.

La quatrième et dernière en date est l'étoile de Gregory Peck, volée aux alentours du (les étoiles étant assez régulièrement déplacées pour rénovation, l'association a mis quelque temps à se rendre compte qu'il s'agissait bien d'un vol). Cette étoile est toujours portée disparue à l'heure actuelle, elle a néanmoins été remplacée temporairement par un double en présence du fils de Gregory Peck.

Bien que les étoiles soient sous une vidéo-surveillance de plus en plus accrue, les caméras n'ont rien enregistré lors du dernier vol.

Étoiles vandaliséesModifier

 
L'étoile de Donald Trump en train d'être réparée après son vandalisme le 25 juillet 2018.

Le , l'étoile de Donald Trump est vandalisée par un homme habillé en ouvrier de chantier[16]. Elle est une nouvelle fois détruite le [17] et pourrait être définitivement enlevée du Walk of Fame après un vote à l’unanimité des conseillers municipaux de Hollywood[18]. Cependant, la décision revient à la chambre de commerce de Hollywood, qui a toujours refusé de telles initiatives jusqu'à présent[19].

Lieux similairesModifier

Voir la page d'homonymie Walk of Fame  

 
Le Walk of Fame de Dingle.
 
Plaque de François Gabart, vainqueur 2012-2013 du Vendée Globe, sur le remblai des Sables d'Olonne.

Amérique du NordModifier

EuropeModifier

FranceModifier

  • À Luz-Saint-Sauveur, au départ du col du Tourmalet, on peut voir les empreintes des mains de coureurs cyclistes s'étant illustrés sur cette ascension.
  • À Arcachon, sur le perron de la jetée Thiers, où sont inscrits les noms et empreintes de pas de navigateurs prééminents.
  • À Cannes, avec les empreintes des mains.
  • À Issy-les-Moulineaux, à côté du PACI qui accueillait un festival international des journalistes météo, on peut toujours voir des empreintes de mains de présentateurs TV célèbres.
  • À Lyon, l'Institut Lumière comprend un mur des cinéastes d'une centaine de plaques inaugurées par leurs titulaires.
  • À Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), autour du stade de France, avec des empreintes de mains ou de pieds de diverses personnalités[20].
  • À Paris, l'entrée du restaurant Fouquet's arbore les noms des César du cinéma sur des plaques en laiton au sol.
  • Au Mans, durant la semaine précédant la course des 24 heures du Mans, il est possible de voir l'inauguration d'une nouvelle plaque de bronze présentant les empreintes de mains et les signatures des pilotes victorieux de l'édition précédente. L'une de ces Empreintes des vainqueurs présente les « empreintes » de Michel Vaillant, héros de bande dessinée.
  • À Brest, en guise de clin d'œil aux empreintes de stars de Hollywood, le port de plaisance de Brest a sa promenade de stars en hommage aux marins qui, depuis la fin des années 1980, ont battu ou établi pas moins de 24 records au départ ou à l'arrivée de Brest — traversées en solitaire, en équipage, sur monocoques ou multicoques, records de l'Atlantique ou encore du tour du monde. Scellée sur le quai Éric-Tabarly du port du Château, chaque plaque correspond à un record. Olivier de Kersauson, vainqueur de deux tours du monde en équipage et d'un tour du monde en solitaire, est crédité de trois empreintes. Parmi les autres marins qui, depuis plus d'un an, ont offert leurs empreintes, figurent Loïck Peyron, actuel détenteur en 45 jours du Trophée Jules-Verne (tour du monde en équipage), Francis Joyon, Florence Arthaud, Philippe Monnet, Robin Knox-Johnston, vainqueur du Jules-Verne 1994 avec Peter Blake, Bernard Stamm, Éric Defert ou encore Franck Cammas.
  • À Nantes, sur le quai de la Fosse, il est inscrit dans le sol le nom de bateaux négriers durant la traite négrière, dont Nantes fût un des ports les plus importants.
  • À Clisson, sur l'allée principale du site du Hellfest, les groupes et artistes de chaque édition du festival sont gravés sur des plaques de laiton posées au sol.
  • À Saint-Malo, sur le quai Route du Rhum (une portion du quai Bajoyer) au pied des remparts. Chaque vainqueur de la course transatlantique a, depuis le , une plaque de bronze (fondue par la fonderie Cornille-Havard, de Villedieu-les-Poêles) rappelant leur exploit où figurent leur nom et celui de leur bateau, l’empreinte de leurs mains, leur signature et leur temps. Laurent Bourgnon ayant remporté la course en 1994 et 1998, a droit à deux plaques.
  • À Lomme (métropole lilloise), au milieu du hall du cinéma Kinepolis, on peut voir les noms des acteurs venus pour les avant-premières des films dans lesquels ils jouent gravés sur des étoiles dorées ainsi que les dates de leurs venues. Certains y sont présents à plusieurs reprises. On peut également voir ces étoiles aux Kinepolis de Mulhouse, Nancy et Thionville.
  • Aux Sables-d'Olonne, chaque vainqueur de la course du Vendée Globe a désormais une plaque rappelant son exploit sur le trottoir du remblai[21], la rue bordant la plage. La plaque portant les nom, prénom, signature, dessin du bateau, et les empreintes des mains du marin rappelle donc aussi l'entrée du Grauman's Chinese Theatre. Michel Desjoyeaux, ayant remporté la course en 2000-2001 et 2008-2009 a droit à deux plaques, l'une avec l'empreinte de ses mains, l'autre avec l'empreinte de ses pieds.
  • À Besse-sur-Issole, au cinéma Le Marilyn, la devanture présente cinq étoiles hollywoodiennes aux bordures dorées sur carrelage noir, installées pour les 30 ans de la salle (1990-2020).
  • À Toulon, devant le stade Mayol, l'Avenue des Légendes avec de grands noms du Rugby club toulonnais (RCT) sur un axe central, et tout autour des pavés aux noms de contributeurs.

Autres paysModifier

Dans la fictionModifier

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. (en) « Licensing for the Walk of Fame », sur walkoffame.com (consulté le ).
  3. Laëtitia Forhan, « Saviez-vous qu'il faut payer pour avoir son étoile ? 5 choses à savoir sur le "Walk of Fame" ! », sur Allociné.fr, .
  4. (en) Hugo Martin, « Golden milestone for the Hollywood Walk of Fame » [archive du ], Los Angeles Times, .
  5. (en) « History of the Walk of Fame », sur walkoffame.com (consulté le ).
  6. (en) Brooks Barnes, « Deciding Where Stars Go on Hollywood Walk of Fame », sur The New York Times.com, .
  7. a b c d et e (en) Robert W. Welkos, « Disneyland to get star treatment », Los Angeles Times,‎ , A22-E1 p. 60 (lire en ligne, consulté le )
  8. a b c d et e (en) Robert W. Welkos, « A Star and publicity fo $15,000 », Los Angeles Times,‎ , E4 P. 4 (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « Ringo Starr », walkoffame.com (consulté le 31 août 2017).
  10. Site lexpress.fr, article "Cinq commandements pour avoir son étoile sur le Walk of Fame Boulevard", consulté le 8 février 2020
  11. « Pourquoi l'étoile de Mohamed Ali est la seule à ne pas être sur le Walk of Fame », The Huffington Post.fr, 4 juin 2016.
  12. (en) Julia Williams, « Do Any Animals Have a Star on the Walk of Fame? », sur canidae.com, .
  13. (en) « Nintendo Lobbies Hollywood Walk of Fame », Adweek.com, 30 mars 2005.
  14. « Comment les stars obtiennent-elles leur étoile sur le Walk of Fame ? », Première.fr, 4 février 2016.
  15. (en) « Frequently Asked Questions », sur walkoffame.com (consulté le ).
  16. « États-Unis : l'étoile de Donald Trump vandalisée sur Hollywood Boulevard », France TV Info.fr, 26 octobre 2016.
  17. « États-Unis : l'étoile de Donald Trump sur Hollywood Boulevard détruite à coups de pioche », sur France Info.fr, .
  18. « États-Unis : l'étoile de Donald Trump sur Hollywood Boulevard va être enlevée définitivement », sur ulyces.co, .
  19. « États-Unis : la municipalité de Hollywood vote le retrait de l'étoile de Donald Trump du "Walk of Fame" », France TV Info.fr, 7 juillet 2018.
  20. « StadeFrance Boulevard - La balade des célébrités », stadefrance.com (consulté le 31 août 2017).
  21. « Walk of Fame - Empreintes des vainqueurs du Vendée Globe », lessablesdolonne-tourisme.com (consulté le 31 août 2017).
  22. (en) « Roman Polanski gets star on Warsaw Walk of Fame », The Daily Mirror, .
  23. (en) « Polanski gets star on Warsaw Walk of Fame », ABC News, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier