Ouvrir le menu principal

Michel Malherbe (encyclopédiste)

encyclopédiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malherbe et Michel Malherbe.
Michel Malherbe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (88 ans)
Nationalité
Formation
Activités

Michel Malherbe, né le , est un encyclopédiste français.

Sommaire

BiographieModifier

Michel Malherbe est polytechnicien (promotion 1950), ingénieur général des Ponts et Chaussées (promotion 1955)[1]. Il a exercé différentes fonctions, notamment dans la coopération technique française, dans divers cabinets ministériels et à la tête de plusieurs entreprises parapubliques et privées qui l'ont amené à visiter plus de 150 pays.

Linguiste amateur initialement mais bourlingueur par obligation professionnelle, il se passionne pour les langues et rédige Les Langages de l'humanité[1], une encyclopédie des 3 000 langues parlées dans le monde[2].

Des langues, il passe ensuite aux religions. Il analyse les croyances humaines, des plus anciennes (zoroastrisme, monothéisme, taoïsme, bouddhisme, etc.) à des croyances ou à des sectes plus récentes (ahmadisme, témoins de Jéhovah, kimbanguisme, etc.), en passant par les syncrétismes (bahaïsme, adorateurs du diable des environs de Mossoul en Irak et d'Alep en Syrie, cadoïsme vietnamien...), ou les mouvements sprituels tels que le mouvement Subud. Et il inclut dans ce panorama le communisme : « Il est amusant de constater à quel point les formes extérieures de l'idéologie communiste ont été la caricature d'une religion », écrit-il[1]. En effet, il analyse au-delà des religions les comportements religieux, l'implication personnelle des croyants, l'impact dans la vie sociale, les symboles courants, les rites, etc. Et il pousse l'analyse jusqu'aux rapports du religieux à la culture et au politique[1].

Il se consacre ensuite à une encyclopédie des Cultures de l'Humanité. Dans un premier volet, il dresse un tableau de la diversité des cultures par grands ensembles géographiques. Il analyse ensuite le rapport entre développement et culture. « Le progrès ou le recul d’une société dépend étroitement de son système de valeurs » affirme-t-il. il s'attache à tenter de synthétiser les conditions nécessaires au développement, les freins qu’il peut rencontrer, et les éléments qui lui conviennent[3].

Il devient directeur de collection dans les années 2000. Il dirige aux Éditions L'Harmattan, la collection « Parlons... » (Parlons arménien, afrikaans, maori, etc.) (161 titres parus au 1er avril 2010[4]). Les ouvrages de cette collection sont conçus pour apporter une méthode d'auto-apprentissage des langues et introduire à la culture associée aux peuples les parlant (histoire, religions, vie sociale, économie, etc.)[4].

OuvragesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Bibliographie : revue scientifiqueModifier

  • L. Timbal-Daclaux, « Les langages de l'humanité, par M. Malherbe », Communication et langages, vol. 61, no 1,‎ , p. 124 (lire en ligne).

Bibliographie : articles de journauxModifier

Liens externesModifier