José Manuel Albares

diplomate espagnol

José Manuel Albares
Illustration.
José Manuel Albares en 2023.
Fonctions
Ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 5 jours)
Président du gouvernement Pedro Sánchez
Gouvernement Sánchez II
Prédécesseur Arancha González
Député aux Cortes Generales

(3 mois et 19 jours)
Élection
Circonscription Madrid
Législature XVe
Groupe politique Socialiste
Successeur Zaida Cantera
Biographie
Nom de naissance José Manuel Albares Bueno
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnol
Parti politique PSOE
Diplômé de Université de Deusto
Profession Diplomate

José Manuel Albares
Ministres des Affaires étrangères d'Espagne

José Manuel Albares Bueno (/xoˈse maˈnwɛl alˈβaɾes ˈβweno/[a]) est un diplomate et homme politique espagnol né le à Madrid. Il est membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Après avoir mené une carrière au sein du corps diplomatique, il se rapproche en du secrétaire général du PSOE Pedro Sánchez, qui en fait son conseiller international après son accession au pouvoir en . Il est nommé ambassadeur en France en , puis ministres des Affaires étrangères en , un poste pour lequel il avait été pressenti en .

Vie privée modifier

José Manuel Albares Bueno naît le à Madrid[1], dans une famille modeste du district d'Usera[2],[3]. Il a été marié avec la juge française Hélène Davo et il est père de quatre enfants[3],[4].

Formation et carrière professionnelle modifier

José Manuel Albares est titulaire d'une licence en droit de l'université de Deusto et d'un diplôme de spécialité juridique et économique. Il est également diplômé en gestion culturelle à l'international de l'université Charles-III de Madrid[5].

Diplomate de carrière, il a notamment été consul général en Colombie et a travaillé au sein de la représentation permanente de l'Espagne auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), où il a occupé la vice-présidence du comité pour l'aide au développement (CAD)[6].

Parcours politique modifier

Conseiller de Pedro Sánchez modifier

José Manuel Albares adhère au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) en [5]. En , il est recruté par le secrétaire général Pedro Sánchez pour participer à l'élaboration du programme électoral du parti dans la perspective des élections générales de la fin de l'année[6].

Il est nommé en secrétaire général des Affaires internationales, de l'Union européenne et du G20 de la présidence du gouvernement après que Pedro Sánchez a accédé au pouvoir en . Il joue alors le rôle de sherpa du chef de l'exécutif, participant à des négociations internationales comme celles liées au retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit)[7].

Ministre des Affaires étrangères modifier

En , le nom de José Manuel Albares est cité pour remplacer Josep Borrell comme chef de la diplomatie[3], mais le poste échoit finalement à Arancha González et lui-même est désigné comme ambassadeur d'Espagne à Paris[8].

Le , Pedro Sánchez annonce un important remaniement ministériel à l'occasion duquel José Manuel Albares est nommé ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération[9]. Il aura notamment pour mission de rétablir les relations avec le royaume du Maroc, fortement dégradées par l'accueil quelques mois plus tôt sur le sol espagnol du secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali[2].

Notes et références modifier

Notes modifier

Références modifier

  1. (es) Congrès des députés, « Albares Bueno, José Manuel », sur congreso.es/ (consulté le ).
  2. a et b (es) M. A. Ruiz Coll, « José Manuel Albares, de “sherpa” de Sánchez a Exteriores para restaurar la relación con Marruecos », El Español,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a b et c (es) Iolanda Mármol, « José Manuel Albares, el 'sherpa' que brilla a la sombra de Pedro Sánchez », El Periódico de Catalunya,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (es) Silvia Cruz Lapeña, « José Manuel Albares, nuevo ministro de Exteriores: diplomático de carrera, padre de cuatro hijos y leal asesor de Pedro Sánchez », Vanity Fair España,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b (es) Europa Press, « José Manuel Albares, próximo a Sánchez, sustituye a Laya en Exteriores tras su desgaste por la crisis de Marruecos », Heraldo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. a et b (es) Agence EFE, « José Manuel Albares, de 'gregario' de Sánchez a ministro de Exteriores », El Periódico de Extremadura,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (es) Miguel Ángel Rodríguez, « Estos son los ministros del nuevo Gobierno de Pedro Sánchez », El Periódico de Catalunya,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (es) Rafa Panadero, « José Manuel Albares, de embajador en París al Ministerio de Asuntos Exteriores », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (es) « Estos son los nuevos ministros tras la remodelación del Gobierno », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

  • Fiche sur le site du Congrès des députés : XVe législature.