Caroline De Haas

féministe et personnalité politique française

Caroline De Haas [kaʁɔlin də ʔas][1], née le à Bourg-en-Bresse (Ain), est une militante féministe et femme politique française.

Caroline De Haas
CarolineDeHaas.png
Caroline De Haas en 2006.
Fonctions
Porte-parole
Osez le féminisme !
-
Julie Muret (d)
Secrétaire générale
Union nationale des étudiants de France
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de

BiographieModifier

Famille et étudesModifier

Caroline De Haas est l'aînée d'un couple de médecins : sa mère, catholique, est gynécologue[2] et son père médecin généraliste, ancien président de la Fédération française des maisons et pôles de santé[3],[2]. Elle a sept frères et sœurs[4], dont Magali De Haas[5], qui lui a succédé (avec Thalia Breton et Julie Muret) comme porte-parole d'Osez le féminisme !.

Elle étudie l'histoire contemporaine aux universités de Lyon-II et Nanterre, où elle obtient une maîtrise en 2008[6],[7],[8],[n 1].

MilitantismeModifier

Engagements syndicaux et associatifsModifier

Caroline De Haas a grandi dans une famille de militants : son père militait dans le domaine médical et sa mère dans le milieu catholique[4]. Dès le début de ses études elle milite au sein d'Amnesty International, des Petits frères des pauvres et des Scouts unitaires[2] et à l'Union nationale des étudiants de France (UNEF). Lors du congrès de Lyon en 2003, elle est élue au bureau national du syndicat étudiant, elle en devient trésorière puis, à partir d', secrétaire générale et s'occupe de suivre la section locale de Lyon[9]. Elle quitte ces fonctions en 2009[7].

En 2009, elle participe à la fondation de l'association Osez le féminisme ! dont elle est porte-parole jusqu'en [10],[11],[12],[13].

En , Caroline De Haas fait partie des signataires du manifeste « L'égalité maintenant ! », quarante ans après le manifeste des 343[14].

En juillet 2018, Caroline De Haas crée le Collectif #NousToutes pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles[15].

Elle organise deux marches du collectif, en novembre 2018 et 2019, rassemblant jusqu'à 150 000 personnes dans toute la France selon les membres du collectif, 49 000 selon le cabinet Occurrence[16].

En avril et mai 2020, toujours au sein de ce collectif, Caroline De Haas dispense des formations gratuites en ligne pour apprendre à détecter les différents types de violences sexistes et sexuelles, et à réagir de la bonne manière quand on est face à une victime[17]. 26 sessions sont organisées avec d'autres militantes du collectif, permettant la formation de plus de 20 000 personnes[18].

Engagement politiqueModifier

Caroline De Haas milite au sein du Mouvement des jeunes socialistes puis, au Parti socialiste en tant qu'attachée de presse du porte-parole du parti, Benoît Hamon jusqu'en 2012[19].

Après l'élection présidentielle de 2012 et la création d'un ministère des Droits des femmes au sein du gouvernement Ayrault, Caroline De Haas est nommée conseillère chargée des relations avec les associations et de la lutte contre les violences faites aux femmes au sein du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem[20]. Elle occupe cette fonction pendant une année, au cours de laquelle elle est chargée de créer et d'animer des séances de sensibilisation sur les questions d'égalité hommes-femmes pour les ministres du gouvernement[21],[6].

Le , elle quitte le Parti socialiste, jugeant que l'absence de débat et la politique libérale du gouvernement vont à l'encontre de ses convictions[22].

En , Caroline De Haas est tête de liste en Île-de-France pour les listes « Féministes pour une Europe solidaire » aux élections européennes de 2014[23]. La liste obtient 0,29 % des suffrages exprimés[24].

En , elle lance avec Elliot Lepers et Arnauld Champremier-Trigano la campagne « Primaire de gauche » qui vise à organiser une élection primaire pour désigner un candidat de gauche à l'élection présidentielle de 2017[25]. Peu après, le , elle initie avec des militants syndicaux la pétition « Loi Travail : non, merci ! » contre la réforme du code du travail proposée par la ministre Myriam El Khomri[26]. « Elle l’a lancée au coin d’une table, dans une réunion qui n’avait rien à voir. C’est parti d’une sincère indignation », se souvient Arnauld Champremier-Trigano[27]. Deux semaines plus tard, la pétition recueille le chiffre record de plus d'un million de signatures[28].

Le , elle devient la directrice de campagne de Cécile Duflot, candidate à la primaire présidentielle écologiste de 2016[29],[30]. Cette dernière est éliminée dès le premier tour du scrutin.

Elle est candidate aux élections législatives de 2017 dans la dix-huitième circonscription de Paris soutenue par le PCF, EELV et Nouvelle Donne[31],[32].

Le 11 juin 2017, elle est éliminée dès le premier tour du scrutin des législatives. Obtenant 13,57 % des suffrages exprimés et 7,39 % des inscrits, elle arrive en 4e position sur 26 candidats — Myriam El Khomri sera battue en ballottage au second tour par Pierre-Yves Bournazel[33].

Présence médiatiqueModifier

En , elle s'exprime sur l'affaire Dominique Strauss-Kahn, déclarant que « la manière dont cette saga a été commentée en France par les médias et les figures politiques met en lumière un sexisme débridé, dont nous connaissions l'existence[34]. »

En 2013, en réaction à la publication d'une pétition, signée par « 343 salauds », qui défend la liberté d'utiliser les services de prostituées, elle crée le site 343 connards, qui permet d'envoyer des tweets à tous les signataires de cette pétition parmi lesquels Eric Zemmour, Frédéric Beigbeder ou bien encore Marc Weitzmann. « Avec ce site, Caroline De Haas n'entend pas débattre, discuter, échanger ni même ignorer: elle ne fait que disqualifier ses interlocuteurs », regrette la journaliste Peggy Sastre[35]. En 2014, elle co-fonde également un site, Macholand, destiné à permettre aux internautes de dénoncer le machisme ambiant dans les médias ou leur environnement quotidien[36].

Dans les débats qui suivent les agressions sexuelles du Nouvel An 2016 à Cologne, Caroline De Haas répond : « Allez déverser votre merde raciste ailleurs », à ceux qui lient les agressions à l'arrivée de migrants en Allemagne[3]. Cette position est qualifiée de « déni » par Élisabeth Badinter qui accuse des « têtes d'affiche du féminisme » d'avoir « mis la priorité sur la dénonciation du racisme avant la protection des femmes[37] » ce à quoi de Haas répond que Badinter n'a pas participé aux manifestations de soutien aux femmes de Cologne[3].

En mai 2017, intervenant dans le débat sur le harcèlement de rue contre les femmes dans le quartier Chapelle-Pajol (Paris), elle propose notamment « d'élargir les trottoirs », considérant que ces violences contre les femmes sont liées à un « problème d'espace, où il y a une concentration de personnes »[38]. Après les réactions suscitées par ses propos, elle dénonce une « polémique inutile » estimant que « sa parole a été extrêmement réduite »[39],[40].

En , le ministre Gérald Darmanin est accusé de viol par une call-girl, en référence à des faits datant de 2009. L'affaire est d'abord classée sans suite en raison de l'absence de réponse de la plaignante aux convocations des enquêteurs[41], mais Caroline De Haas s'en empare et convainc la jeune femme de re-porter plainte pour viol « par surprise », et charge des amies avocates féministes de défendre l'accusation, pendant qu'elle-même en fait la promotion dans les médias[42]. Une pétition, soutenue par un certain nombre de militantes féministes, circule sur internet exigeant la démission du ministre visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris[43]. Florence Rault, avocate au barreau de Paris, s'indigne sur le blog VuDuDroit de cette méthode considérée comme peu respectueuse du travail de la justice : « […] la meute est lancée et réclame à grands cris la démission du ministre, c’est-à-dire sa mort politique et sociale », considérant de Haas comme « une des grandes prêtresses du néo-féminisme agressif »[42]. Dans un billet publié sur Mediapart, Caroline De Haas affirme : « Je suis sidérée par la réaction du Premier ministre qui, sans attendre que la justice soit rendue, a décidé qui avait raison ou tort dans cette affaire. “Il a toute ma confiance” a-t-il dit de l’accusé. […] Le Premier ministre a donc déjà tranché. Il ne présume pas Gérald Darmanin innocent. Il affirme qu’il l’est. Avant la justice[44]. » Le 16 février 2018, l'enquête pour viol visant Darmanin est classée sans suite, l’absence de consentement de la plaignante n'ayant pu être établie par l'enquête[45].

En février 2018, elle affirme qu'« un homme sur deux ou trois est un agresseur » sexuel[46] mais, selon elle, ses paroles auraient été déformées[47]. Pourtant L'Obs lui répond : « Enregistrés, comme le reste de l'entretien, ces propos ont été retranscrits, puis mis en forme pour en assurer leur lisibilité. Elle n'a pas demandé à les relire.[48]» . Elle est très critiquée pour ces propos, notamment par Marlène Schiappa[49] et Dominique Besnehard qui, en , déclare à la télévision avoir envie de « la gifler » ; elle porte plainte contre lui quelques jours plus tard[50]. Après ses déclarations sur France Info concernant l'accusation d'agression sexuelle portée contre Nicolas Hulot par le magazine Ebdo, il lui est reproché de colporter des rumeurs[51],[52]. Elle avait notamment déclaré : « J’ai eu des amies qui m’ont dit qu’elles avaient entendu des victimes parler de faits de harcèlement. Au moins deux ou trois ». Se disant fatiguée des messages haineux à son encontre, elle ferme ses comptes Twitter et Facebook avant de les rouvrir quelques mois plus tard et de contribuer à la médiatisation de l'affaire dite de la Ligue du LOL[53],[54].

Invitée sur le plateau de La Grande confrontation sur LCI le 13 novembre 2019, une émission sur la liberté d'expression et sur ce qu'il est ou non possible dire sur le mode de l'humour, elle prend à partie Alain Finkielkraut sur ses déclarations faites en 2009 car dire « que par exemple, quand un homme de 40 ans viole une fillette de 13 ans, ça n'est pas vraiment un viol parce qu'elle n'était plus vraiment une petite fille, comme l'a fait monsieur Finkielkraut, de fait, ça banalise la réalité du viol, notamment de la pédocriminalité en France »[55],[56]. Celui-ci excédé s'écrie « Violez, violez, violez ! Voilà, je dis aux hommes : violez les femmes ! D'ailleurs, je viole la mienne tous les soirs. » Caroline De Haas ajoute sur Twitter : « Soit ce monsieur est violent, soit il trouve ça drôle de caricaturer le viol conjugal. Soit les deux. Dans tous les cas, il a besoin d’aide. » Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité, remercie Caroline de Haas d'avoir rappelé la loi en direct[57],[58]. Interrogée par Télé Loisirs[59], Caroline De Haas déclare : « Je souhaite qu'il s'excuse auprès des femmes victimes de violences conjugales. Par ailleurs, il faut que les journalistes et présentateurs soient mieux formés et sensibilisés à ces questions car leur niveau de conscience est aujourd'hui assez faible… » Certains téléspectateurs saisissent le CSA sur la séquence[60]. Néanmoins, Libération[61] estime que l'extrait vidéo de 16 secondes diffusé sur Twitter ne permet pas de saisir la dimension « ironique » des propos du philosophe, que l’on comprend en écoutant l’intégralité de la séquence. En réaction aux nombreuses critiques que suscitent ses propos, Alain Finkielkraut se désole dans Le Figaro qu'« aujourd’hui, on ne comprend plus l’ironie : il faut être littéral, autrement les gens n’entendent rien[62]. » Pour Claude Askolovitch, « on peut penser que Finkielkraut a gravement tort, c’est mon cas, sans faire semblant de prendre une ironie de plateau télé pour un appel au viol[62]. » Lui aussi présent, l’avocat Emmanuel Pierrat dénonce « une polémique artificielle, que Caroline De Haas entend récupérer a posteriori. Même si je ne partage pas ses idées, je peux comprendre qu’Alain Finkielkraut ait employé un ton vif : ses propos étaient sans arrêt détournés[62]. » Un peu plus tard dans l'émission, Caroline De Haas saisit l'occasion de faire répéter au philosophe que Greta Thunberg, à 16 ans, est une enfant à ses yeux alors que celui-ci estime que dans l'affaire Polanski, Samantha Gailey, la jeune victime de 13 ans n'était plus une enfant[55].

Vie professionnelleModifier

En , Caroline De Haas crée Egaé, d'égal à égale, une agence de conseil en égalité professionnelle[63],[64]. En 2015, elle fonde le groupe Egalis[65] qui rassemble trois entreprises vouées à l'égalité femmes-hommes[66] (Egaé, d'égal à égale, Équilibres et Autrement Conseil)[67] et dont elle est directrice associée[68]. En 2017, elle raconte avoir pris un coup à l’ego lorsque toutes les salariées de son entreprise se sont retournées contre elle lors d'un séminaire. « J’ai eu un gros problème de management dans ma boîte. J’ai failli exploser en vol », raconte Caroline De Haas[27]. « Elles lui reprochaient des choses très personnelles, sur sa manière d’être et d’agir », se souvient Pauline Chabbert, co-fondatrice de Egae.

Le modèle économique de ces entreprises repose sur l'obtention de contrats de formation sur l'égalité, notamment auprès des administrations publiques et des collectivités territoriales. Pour Frédéric Mas, les entreprises de Caroline De Haas seraient caractéristiques de ce qu'il nomme « l'entrepreneuriat politique » : une manière d'utiliser de l’argent public pour faire du profit sans les risques financiers de l'entrepreneur classique[69]. « Egae, c’est environ 60 % d’interventions pour des organes publics et 40 % dans le privé », explique Caroline De Haas[27]. Le groupe co-anime le projet Expertes.eu destiné à améliorer la visibilité des femmes dans l’espace public et les médias[2]. Les cadres du journal Le Monde sont formés par Caroline De Haas[70],[71].

Fin 2017, elle critique le manque de moyens du plan gouvernemental contre les violences faites aux femmes (420 millions d'euros en 2018). La journaliste Eugénie Bastié relève alors que l'entreprise de Caroline De Haas est spécialisée dans la formation des entreprises, des syndicats ou encore des collectivités locales en matière d'égalité femmes-hommes, estimant que « son business repose principalement sur l'argent public, raison pour laquelle elle réclame aujourd'hui une augmentation du budget »[72].

En 2019, elle défend l’instauration d’un brevet de non-violence, sur le modèle de l'attestation scolaire de sécurité routière[73].

Vie privéeModifier

En couple, en 2011, avec un doctorant en économie[8], elle est mère de deux enfants[2].

CritiquesModifier

En février 2018, une enquête de Libération, s’appuyant sur le témoignage d’une quinzaine de victimes, faisait état de harcèlement, d’agressions sexuelles et même de viols subis par des adhérentes du syndicat étudiant l'UNEF à une époque où Caroline de Haas était secrétaire générale[74]. « Viols et agressions sexuelles étaient monnaie courante à l'UNEF dont Caroline de Haas fut secrétaire générale de 2006 à 2009 sans jamais s'en émouvoir. Il y avait pourtant toute une porcherie à balancer », s'indigne l'écrivain Éric Naulleau lors des révélations[75]. L'hebdomadaire conservateur Valeurs actuelles l'accuse également d'avoir « gardé le silence »[76]. « Il y a dix ans, je n'étais pas une militante contre les violences sexistes et sexuelles. J'étais une femme, une victime de violences, qui n'était pas formée pour détecter les violences dans mon entourage », se défend Caroline de Haas avant de fermer provisoirement son compte Twitter[77].

Le 1er novembre 2019, Caroline De Haas signe une tribune appelant à une « marche contre l'islamophobie »[78], publiée dans Libération, dans lequel figure parmi les signataires l’imam Abou Anas qui, dix ans auparavant, avait légitimé le viol conjugal[79]. Caroline De Haas finit par retirer son nom de cette tribune tout en appelant à participer au cortège. Elle se justifie dans un billet de blog sur Mediapart[80] : « J’ai demandé qu’on retire mon nom de la liste des signataires. Parce qu’il y a dans cette liste des personnes qui ont tenu des propos d’une violence sidérante à l’encontre des femmes. Et que je ne veux pas voir mon nom à côté du leur. » Le 13 novembre 2019, l'avocat Francis Szpiner lui reproche sa participation sur le plateau de LCI[81] : « Vous étiez présente à une manifestation au cours de laquelle il y avait à coté de vous, des islamistes rétrogrades proches des Frères musulmans qui sont pour la lapidation des femmes adultères et les coups de fouet dans les pays où règnent la charia », alors que Marianne note : « voir leurs noms à côté du sien, non ; défiler à leurs côtés, pas de problème »[82].

OuvrageModifier

  • Dir. avec Séverine Lemière et Claire Serre-Combe, Mais qu'est-ce qu'elles veulent encore ! : manifeste des Féministes en mouvement, Paris, Les Liens qui libèrent, , 107 p. (ISBN 978-2-918597-73-5, notice BnF no FRBNF42793797)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Elle rédige au total trois mémoires : La Spiritualité conjugale sous l’Ancien Régime ; CGT et CGTU, de 1920 à 1936 ; et Comment les partis de gauche se sont approprié l’autogestion de Tito.

RéférencesModifier

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API.
  2. a b c d et e Mathilde Siraud, « Qui est Caroline de Haas, à l'origine de la pétition contre la loi El Khomri? », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 26 août 2017).
  3. a b et c « Caroline de Haas, la militante qui combat la réforme du code du travail », sur Le Monde, .
  4. a et b « Caroline de Haas, le féminisme nouvelle génération », Psychologies Magazine,‎ (lire en ligne).
  5. Voir sur causeur.fr.
  6. a et b « L'équipe », sur Egalis (consulté le 23 février 2016).
  7. a et b « Profil public », sur LinkedIn.
  8. a et b Luc Le Vaillant, « Clitocratie », sur liberation.fr, .
  9. Entretien du 25 novembre 2006, réalisé et restitué par Michel Vakaloulis, « Caroline de Haas, UNEF », sur archive.org, (consulté le 10 octobre 2017), archive de generationmilitante.fr, 5 mars 2007.
  10. « Caroline de Haas : Pour un féminisme tourné vers la jeune génération », sur Elle, .
  11. Caroline de Haas, « 75 000 femmes sont violées chaque année en France : la honte doit changer de camp ! », sur Humanité.fr, .
  12. « Caroline de Haas, le féminisme nouvelle génération », sur Psychologies.com, .
  13. « Caroline de Haas, porte-parole de “Osez le féminisme” », sur rfi.fr, .
  14. « Le nouveau manifeste des féministes », sur Libération, .
  15. Catherine Mallaval et Anaïs Moran, « Une marche dans les pas de #MeToo », sur Libération.fr, (consulté le 14 mai 2020)
  16. Le Point magazine, « Violences contre les femmes : des dizaines de milliers de manifestants à Paris », sur Le Point, (consulté le 14 mai 2020)
  17. « Les formations contre les violences sexistes de #NousToutes sur Zoom cartonnent », sur Les Inrocks, (consulté le 14 mai 2020)
  18. Marlène Thomas, « Salaires, confiance en soi, violences... Le «coaching» féministe se réinvente », sur Libération.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  19. « Interview de Caroline de Haas concernant la gestion de la communication de Benoit Hamon », sur TF1, .
  20. « Arrêté du 24 mai 2012 portant nomination au cabinet de la ministre », sur Légifrance.
  21. « Caroline de Haas, fondatrice d'Osez le féminisme, quitte le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem », sur LeLab.
  22. « Pourquoi je quitte le Parti socialiste », sur Blogs de Mediapart.
  23. « Des listes féminines aux européennes », Le Figaro,‎ , p. 4.
  24. Ministère de l'Intérieur, Européennes de 2014, Circonscription - Île-de-France et Français établis hors de France (07).
  25. « Primaire de gauche ».
  26. « En moins d'une semaine, la pétition en ligne contre le projet de loi de réforme du droit du travail a recueilli plus de 410.000 signatures », sur L'Obs, .
  27. a b et c Inès Belgacem , Yann Castanier, « Caroline De Haas, machine à buzz du féminisme », sur streetpress.com, .
  28. « La pétition contre le projet de loi El Khomri atteint un million de signatures », sur Le Monde, .
  29. « Caroline de Haas, directrice de campagne de Cécile Duflot », sur Blog de Raphaëlle Besse Desmoulières, journaliste au Monde.fr.
  30. « Demain nous appartient ! Pourquoi je rejoins aujourd'hui la campagne de Cécile Duflot pour l'élection présidentielle. », sur Blogs de Mediapart.
  31. Amandine Réaux, « La militante féministe Caroline de Haas "propose" sa candidature aux législatives face à Myriam El Khomri » sur Le Lab (Europe 1), 13 février 2017
  32. AFP, « de Haas et Ruffin appellent Macron à renoncer aux ordonnances » sur L'Entreprise/ L'Express, 11 mai 2017.
  33. « Élections législatives 2017 », sur Ministère de l'Intérieur.
  34. (en) Lizzie Davies, « How Dominique Strauss-Kahn's arrest awoke a dormant anger in the heart of France's women », sur The Observer, .
  35. Peggy Sastre, Slate, « Subi ou provoqué par Caroline de Haas, le harcèlement en ligne est une abomination », .
  36. « Macholand.fr, le site anti machos », sur lexpress.fr, .
  37. Anne Rosencher et Élisabeth Badinter, « Après Cologne, des féministes "dans le déni" pour Elisabeth Badinter », Marianne, .
  38. Victor Dhollande-Monnier, « Harcèlement de rue à La Chapelle : Caroline de Haas propose "d’élargir les trottoirs" », lelab.europe1.fr, .
  39. « Harcèlement de rue à la Chapelle-Pajol: faut-il "élargir les trottoirs" ? », sur lexpress.fr, .
  40. « La Chapelle : l'extrême-droite dans ses œuvres (encore) », sur Mediapart, .
  41. Sasha Beckermann, « Caroline de Haas a conseillé la femme qui a porté plainte contre Gérald Darmanin », sur closermag.fr, .
  42. a et b Florence Rault, « Caroline de Haas : la violence du néo–féminisme », sur vududroit.com, .
  43. « Une pétition demande la démission de Darmanin, accusé de viol », sur nouvelobs.com, .
  44. Caroline De Hass, « Darmanin, la sidération », sur blogs.mediapart.fr, .
  45. Lucie Soullier, Olivier Faye et Emeline Cazi, « L’enquête pour viol visant Gérald Darmanin classée sans suite », sur Le Monde, .
  46. « "Un homme sur deux ou trois est un agresseur" ? La militante féministe Caroline de Haas balance des chiffres », 20minutes.fr, 15 février 2018.
  47. Caroline de Haas, « J'arrête », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018).
  48. « La réponse de "L'Obs" à Caroline De Haas: "Je découvre que j'ai été enregistrée" », sur lexpress.fr, (consulté le 28 mai 2019).
  49. "Un homme sur deux ou trois est un agresseur" : Caroline De Haas recadrée par Marlène Schiappa, marianne.net, 19 février 2018
  50. Cassandra de Carvalho, « Dominique Besnehard a envie "de gifler" Caroline de Haas, elle porte plainte », sur Le Huffington Post, (consulté le 10 mars 2018).
  51. « "L'affaire Hulot" : l'invitée féministe Caroline de Haas fait bondir les auditeurs » sur francetvinfo.fr.
  52. « Affaire Nicolas Hulot : et là, Caroline de Haas lance de nouvelles rumeurs de harcèlement » sur marianne.net.
  53. Peggy Sastre, « Subi ou provoqué par Caroline de Haas, le harcèlement en ligne est une abomination », sur Slate, (consulté le 10 mars 2018).
  54. « Les excuses et les «excuses» #LigueduLol », sur mediapart.fr, (consulté le 28 mai 2019).
  55. a et b « Trois questions sur les propos d'Alain Finkielkraut au sujet du viol et de l'affaire Polanski », sur Franceinfo, (consulté le 18 novembre 2019).
  56. Stacie Arena, « Finkielkraut a-t-il vraiment appelé les hommes à "violer les femmes"? », sur huffingtonpost.fr, .
  57. L'Obs, « Marlène Schiappa remercie Caroline De Haas après les propos polémiques de Finkielkraut sur le viol », sur nouvelobs.com, .
  58. « « On ne peut plus rien dire !» Quand Finkielkraut perd le monopole de la parole – Les Nouvelles NEWS » (consulté le 17 novembre 2019).
  59. Rémi Jacob, « Exclu. Caroline De Haas revient sur le dérapage d'Alain Finkielkraut sur LCI : "C'était fou, il a pété un câble " », sur programme-tv.net, .
  60. Le Point magazine, « Nombreuses protestations après des propos de Finkielkraut sur le viol », sur Le Point, (consulté le 17 novembre 2019).
  61. Robin Andraca, « Alain Finkielkraut a-t-il appelé à «violer les femmes» lors d'un débat sur LCI ? », sur liberation.fr, .
  62. a b et c Eugénie Bastié et Paul Sugy, « Finkielkraut sur LCI: retour sur une invraisemblable polémique », sur lefigaro.fr, .
  63. Sophie Rahal, « Médias : les « expertes » gagnent en visibilité », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  64. Justine Boivin, « Caroline de Haas, une féministe dans la bataille des Européennes », Journal des Femmes,‎ (lire en ligne).
  65. Christelle Rebière et Vincent Parizot, « Cadres : pourquoi y a-t-il tant d'écart entre les salaires des hommes et des femmes ? », RTL,‎ (lire en ligne).
  66. Annabelle Laurent, « “Les Expertes”, le site qui veut augmenter la visibilité des femmes dans les médias », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  67. « Mesdames, faites-vous recenser comme "experte" ! », Conservatoire national des arts et métiers (consulté le 26 janvier 2015).
  68. « Caroline de Haas, Directrice associée chez groupe Egalis », sur fr.linkedin.com.
  69. « Le petit business du féminisme officiel », contrepoints.org, 18 janvier 2018.
  70. « Le Monde déploie son plan de prévention du harcèlement sexuel », sur lalettrea.fr, .
  71. Le Point, « Les cadres du Monde rééduqués par Caroline de Haas », sur lepoint.fr, .
  72. Eugénie Bastié, « La petite entreprise de Caroline de Haas », Le Figaro Magazine, semaine du 1er décembre 2017, page 44.
  73. Mahaut Landaz, « Comment en finir avec les féminicides ? Ce que préconise Caroline De Haas », sur nouvelobs.com, .
  74. Laure Bretton et Ismaël Halissat, « Abus sexuels : les témoignages qui accablent l'Unef », sur liberation.fr, .
  75. Service actu, « "Je suis fatiguée de ces violences" : la militante féministe Caroline De Haas quitte les réseaux sociaux », sur lesinrocks.com, .
  76. « Egalité homme-femme : des cadres du Monde formés par Caroline de Haas », sur valeursactuelles.com, .
  77. Paul Parant, « Insultée, la féministe Caroline de Haas quitte les réseaux sociaux », sur leparisien.fr, .
  78. Collectif, « Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie ! », sur liberation.fr, .
  79. Laury-Anne Cholez, « Voici pourquoi ils ont marché contre l'islamophobie », sur lesinrocks.com, .
  80. Caroline de Haas, « Je serai à la manifestation dimanche contre l'islamophobie », sur mediapart.fr, .
  81. La rédaction de LCI, « "Toutes les opinions sont-elles bonnes à dire ?" Revivez l'émission La Grande Confrontation sur LCI », sur lci.fr, .
  82. « Grands principes », Marianne, semaine du 15 au 21 novembre 2019, p. 34.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier