Luc Le Vaillant

journaliste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Vaillant.
Luc Le Vaillant
Image illustrative de l’article Luc Le Vaillant

Naissance 1958 (61-62 ans)
Landivisiau (Finistère)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Récompenses Prix Mumm (1997)
Prix Albert-Londres (1998)
Médias
Presse écrite Libération

Luc Le Vaillant, né en à Landivisiau (Finistère), est un journaliste français. Depuis 2000, il dirige la rubrique « Portrait » du journal Libération.

BiographieModifier

Fils d'un médecin généraliste et d'une mère professeur de français-italien, il est l'aîné d'une famille de six enfants. Il passe son enfance à Plougasnou où il se passionne pour la voile, l'amenant à fréquenter l'équipe de France olympique[1],[2].

Après des études de philosophie à Brest et à la Sorbonne[2], il sort diplômé du centre de formation des journalistes de Paris en 1984, et commence sa carrière dans des magazines de voile. Il est directeur du Comité Français pour la coupe de l'America présidé par Jean Glavany et intègre ensuite le cabinet de Louis Le Pensec, ministre des DOM-TOM, pour rédiger ses discours[1] .

En 1990, Luc Le Vaillant rejoint le service des sports de Libération, puis en 1995 la rubrique « Portrait »[1]. Il en prend la direction cinq ans plus tard[2]. Depuis janvier 2013, il tient tous les mardis une chronique intitulée « Ré/jouissances ».

En 1998, il reçoit le prix Albert-Londres dans la catégorie presse écrite[3].

Le 25 Mars 2004, il défend dans Libération l'écrivain Gabriel Matzneff, justifiant les relations que celui-ci a eu avec des mineurs de 15 ans[4].

En décembre 2015, il publie dans Libération une chronique relatant une rencontre fictive avec une femme voilée dans le métro. Cette chronique suscite la polémique, y compris au sein de la rédaction du quotidien, étant jugée « raciste » et « islamophobe »[5]. En réponse, Luc Le Vaillant s'inquiète que « la demande de respect mute en interdiction du blasphème, de la satire ou de la caricature »[6].

Pendant le mouvement des Gilets jaunes, il relaie l'idée[7] que « ça pourrait tirer sur le brun »[8].

RécompensesModifier

OuvragesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Delphine Le Goff, « Luc Le Vaillant, dandy libertaire », sur Stratégies,
  2. a b et c Gwénaëlle Loaëc, « Luc Le Vaillant : tireur d'élites », sur Bretons (magazine),
  3. « Prix Albert-Londres pour Libération : Deuxième prix pour le journal en deux ans », sur Libération,
  4. « Le monde ado », sur Libération.fr, (consulté le 30 décembre 2019)
  5. Carole Boinet, « Malaise à Libération après la chronique de Luc Le Vaillant », sur Les Inrockuptibles,
  6. Luc Le Vaillant, « #LibeRacisme, tout est pardonné ? », sur Libération,
  7. Le Scan Politique, « Après ses propos sur la "peste brune", Gérald Darmanin critiqué de toutes parts », sur Le Figaro,
  8. Luc Le Vaillant, « Je suis le gilet jaune… », sur Libération,

Liens externesModifier