Ouvrir le menu principal

Auguste Delaune

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delaune.
Auguste Delaune
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 34 ans)
SartheVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Distinction

Auguste Delaune, né le 26 septembre 1908 à Graville-Sainte-Honorine, dans la Seine-Maritime, est un secrétaire général de la Fédération sportive et gymnique du travail. Membre du Parti communiste français, dirigeant régional clandestin en Normandie-Bretagne, il est arrêté pour acte de résistance, il est interné au camp d'Aincourt. Évadé, il est repris en 1943, par la police française et torturé à mort par la police allemande. Il meurt le 12 septembre 1943 à l'âge de 34 ans. Cité à l'ordre de la Nation, il est fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume en mai 1947.

Sommaire

Éléments biographiquesModifier

Jeunesse ouvrière et sportiveModifier

Auguste Delaune est issu d'une famille ouvrière[1]. Son père électricien, membre du Parti communiste français (PCF), résistant, est élu municipal à Saint-Denis en 1945. C'est au Havre, ville à laquelle est rattachée sa commune natale, qu'Auguste Delaune commence sa vie professionnelle. À 14 ans, apprenti soudeur, il adhère au syndicat des métaux (CGTU) du Havre et participe à un très dur mouvement de grève. Il est représentant des "jeunes" dans le comité de grève. En 1923, adepte de la course à pied, il pratique son sport dans un club ouvrier du Havre et prend des responsabilités au tout nouveau comité régional de la Fédération sportive du travail (FST). Cette activité sportive se double en 1924, d'une adhésion aux Jeunesses communistes. Les Delaune, père et fils, mis à l'index patronal, quittent la région havraise en 1926 et se domicilient à Saint-Denis, en banlieue nord de Paris, au cœur d'un territoire dont le dense tissu industriel engendre une classe ouvrière nombreuse. Auguste Delaune trouve embauche, activité militante et renvoi. Il s'attache à recruter des éléments pour prendre part aux activités du club sportif local, adhérent à la FST. En 1928, il est membre de la direction régionale de celle-ci. Sportif, il participe au cross organisé par le quotidien communiste l'Humanité, et y aurait triomphé[2] .

Le dirigeant du "sport rouge" puis de la Fédération sportive et gymnique du travailModifier

Après un service militaire mouvementé, dirigeant régional de la FST en 1931, il accède en 1932 au secrétariat général de cette organisation, affiliée à L'Internationale du sport rouge, une des organisations mises en place en 1921 à Moscou par l'Internationale Communiste[3]. Cette activité de sportif et de dirigeant du mouvement sportif rouge (le terme rouge étant utilisé par le mouvement lui-même) est accompagnée du versant politique de l'engagement d'Auguste Delaune. Membre du bureau national de la Fédération des jeunesses communistes de France, il prend part aux activités de nombreuses organisations qui, après l'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne, cherchent à unifier le mouvement international contre le nazisme et le fascisme.

La même démarche se met en mouvement en France. Au sein du Sport ouvrier (ou travailliste), Auguste Delaune est un acteur majeur de la réunification des deux organisations nées de la scission politique entre communistes et socialistes : le 14 décembre 1934, la Fédération sportive du travail et l'Union des sociétés sportives et gymniques du travail fusionnent pour donner naissance à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT). Il en est le secrétaire général jusqu'à sa fin. Son engagement politique le conduit à une candidature communiste, aux élections de 1936, à Paris dans le 18e arrondissement. Il n'est pas élu mais après la victoire électorale du Front populaire, Léo Lagrange, le jeune titulaire du nouveau sous-secrétariat d'État aux loisirs et aux sports, le nomme membre du Conseil supérieur de l'Éducation physique et des Sports[4]. À la fin de l'année 1937, il est élu membre du comité régional de "Paris-nord" du PCF et participe au IXe congrès de ce parti[5]

Guerre et résistanceModifier

Mobilisé en 1939, évacué de la poche de Dunkerque en juin 1940, il est démobilisé le 31 août 1940[6]. De retour à Saint-Denis, la FSGT étant interdite, il entre dans la clandestinité. Titulaire de la médaille militaire et de la croix de guerre, Auguste Delaune est pourtant arrêté par la police française lors de la traque des communistes, le 6 décembre 1940. Interné au camp d'Aincourt, à la centrale de Poissy puis an camp de Châteaubriant, il s'en évade le 21 novembre 1941. Il fonde le journal clandestin Sport libre puis, courant 1942, il devient un des responsables régionaux[7] du PCF. Après la région Picardie puis la région Normandie, il dirige la Région Bretagne du PCF clandestin[8]. Le 27 juillet 1943, lors d'un rendez-vous de résistants, au Mans, il tombe dans un guet-apens, aux mains de la police française. Blessé, il est livré à la Gestapo. Torturé, il meurt le 12 septembre 1943, au Mans (Sarthe) à l'âge de 35 ans, sans même, semble-t-il, avoir révélé sa véritable identité[9].

Hommages et mémoireModifier

La postérité fait vivre le nom d'Auguste Delaune. Soixante communes au moins, très diverses, perpétuent la mémoire d'Auguste-Delaune[10] :

Des clubs sportifs, notamment ceux de villes ouvrières, certaines fédérations sportives donnent son nom à des compétitions ou des challenges. Ainsi la FSGT nomme Coupe Delaune sa compétition nationale inter-clubs de football.

En 2014, une rue — où se trouve l'espace de la FSGT — de la Fête de l'Humanité (12-14 septembre) porte son nom.

Notes et référencesModifier

  1. Cette notice doit beaucoup à celle publiée dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, tome 24, paru aux Éditions de l'Atelier en 1986
  2. l'Humanité du 25 mars 1929 publie le classement du cross pédestre de l'"Huma". Le nom de (Auguste) Delaune figure à la 15e place du classement de la course "Seniors-juniors" remportée par Vincent de St-Ouen. Le classement par équipes est : 1er St-Ouen, 2e St-Denis.
  3. Selon la chronologie parue dans l'ouvrage Kommintern, l'histoire et les Hommes ( Dictionnaire biographique de l'Internationale Communiste, Éditions de l'Atelier, 2001, l'Internationale du Sport Rouge est créée lors d'un Congrès fondateur, tenu à Moscou,URSS du 19 au 23 juillet 1921.
  4. Michel Margairaz, Danielle Tartakowsky, L'avenir nous appartient, une histoire du Front populaire, Larousse éditeur, .
  5. S. & A. Gillot, La vie de Auguste Delaune, page 9. Voir la bibliographie
  6. Notice Auguste Delaune, in Résistantes et résistants en Seine-Saint-Denis, AMRN 93 & éditions de l'atelier, Paris, 2004.
  7. Henri Noguères, Marcel Degliame-Fouché, Histoire de la Résistance en France, t. 3 : novembre 1942-septembre 1943, éditions Robert Laffont, .
  8. Selon S. & A. Gillot la Région "Bretagne" couvre en fait huit départements : Ille-et-Vilaine, Côtes-du-Nord, Finistère, Morbihan, Loire Inférieure, Mayenne, Sarthe, et Orne
  9. L'hôpital où il décède inscrit le mort sous son identité clandestine, et précise « paraissant avoir 32 ans ». Cf A. & S. Gillot. Auguste Delaune..., page 25-26.
  10. Sondage dans les pages blanches de l'annuaire du téléphone (septembre 2014)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier