Ouvrir le menu principal

Auguste Gillot

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gillot.
Auguste Gillot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Maire
Conseiller général
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
GisorsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Simone Gillot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Auguste Gillot ( - ) est un cadre du Parti communiste français qui exerça d'importantes responsabilités dans la Résistance et dans le parti et fut maire de Saint-Denis de 1944 à 1971.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Dourdan (Seine-et-Oise) le 7 février 1905[1] dans une famille ouvrière, il devient forgeron[1] et travaille comme carrossier dans l'automobile[1].

Engagements politiquesModifier

Syndicaliste CGTU en 1924[2], il adhère aux Jeunesses communistes et au PCF en 1925. Militant actif, il devient cadre du parti et est candidat aux municipales à Longjumeau en 1929.

Durant un séjour en URSS de 1931 à 1932, il suit les cours de l'École Léniniste internationale à Moscou.

Délégué à la conférence nationale du PCF en 1934, il est chargé de mener la lutte contre la dissidence doriotiste à Saint-Denis où il devient secrétaire du rayon du PCF. Il est élu conseiller municipal en 1935.

Devenu secrétaire de la région Paris-Nord en janvier 1936, il assiste comme délégué aux VIIIe et IXe Congrès du Parti communiste français en 1936 et 1937.

Seconde guerre mondialeModifier

Fidèle au parti pendant la Seconde Guerre mondiale, il est chargé de reconstituer clandestinement le Secours populaire en 1940, réorganise les structures communistes dans l'Eure en 1942 et devient membre du Triangle National du parti en mai 1943.

Il est désigné pour représenter le PCF au sein du Conseil national de la Résistance à partir d'août 1943[3].

À partir de 1944Modifier

Après la Libération, il siège à l'Assemblée consultative provisoire[4],[5].

Il intègre le Comité Central du PCF en juin 1945 et en demeure membre jusqu'en mai 1964.

le 28 août 1944, il est désigné à la présidence de la délégation municipale provisoire de Saint-Denis[3] puis élu maire ( communiste) de Saint-Denis avec 64,5 % des voix le 29 avril 1945. Il conserve ce mandat jusqu'en 1971.

Il meurt à Gisors (Eure) le .

DécorationModifier

Auguste Gillot fut décoré notamment de :

AutobiographiesModifier

  • Un couple dans la Résistance, écrit avec Simone Gillot (Catherine), Éditions Sociales, 1975 ; rééd. 1976. Traduction en hongrois, Éditions Kossuth, Budapest, 1979.
  • Un forgeron dans la cité des rois - Longjumeau-Saint Denis, Éditions des Halles de Paris, 1986 - (ISBN 2904957049).

TémoignageModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Auguste Gillot Un forgeron de Saint-Denis nous quitte, sur le site humanite.fr du 1er septembre 1998
  2. [PDF] Eléments biographiques : page 9, sur le site archives.seine-saint-denis.fr
  3. a et b La Résistance, un enjeu politique, sur le site socio-anthropologie.revues.org, consulté le 28 avril 2013
  4. Assemblée consultative provisoire de Paris - 7 novembre 1944 - 3 août 1945 - Liste des Délégués de l'Assemblée Consultative provisoire siégeant à Paris, sur le site assemblee-nationale.fr, consulté le 20 avril 2013
  5. [PDF] Les archives de l'Assemblée consultative provisoire - (1943-1945), sur le site archivesnationales.culture.gouv.fr, consulté le 28 avril 2013
  6. a et b Auguste Gillot, sur le site museedelaresistanceenligne.org, consulté le 30 janvier 2015
  7. Simone et Auguste Gillot officiers de la Légion d'honneur, sur le site humanite.fr du 23 juin 1994

Liens externesModifier