Aboncourt (Meurthe-et-Moselle)

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Aboncourt
Aboncourt (Meurthe-et-Moselle)
L'église Saint-Pierre et Saint-Paul d'Aboncourt.
Blason de Aboncourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Eric Mathieu
2020-2026
Code postal 54115
Code commune 54003
Démographie
Gentilé Aboncourtois
Population
municipale
103 hab. (2017 en diminution de 3,74 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 32″ nord, 5° 58′ 04″ est
Altitude Min. 324 m
Max. 476 m
Superficie 6,93 km2
Élections
Départementales Canton de Meine au Saintois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Aboncourt
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Aboncourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aboncourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aboncourt

Aboncourt est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

GéographieModifier

Aboncourt est située à l'extrémité sud-est du département. Commune la plus méridionale de Meurthe-et-Moselle, elle se place à environ 10 kilomètres au sud de Colombey-les-Belles (chef-lieu de canton), 35 kilomètres au sud-est de Toul (chef-lieu d'arrondissement) et à 40 kilomètres au sud-ouest de Nancy.

 
Aboncourt (ban communal).

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 688 hectares comportait en 2011, plus de 68 % de terres arables et de prairies, près de 7,5 % de forêt et 24,5% de surfaces agricoles diverses. Le territoire est arrosé par le Ruisseau de Biecene (Bicène) (1,744 km)[1],[2].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Aboncourt
Maconcourt
(Vosges)
Beuvezin Grimonviller
Maconcourt
(Vosges)
  Courcelles
Saint-Prancher
(Vosges)
Repel
(Vosges)
Chef-Haut
(Vosges)

ToponymieModifier

Villa cui Aboniscurtis nomen est , en 800-813, et Auboncourt , en 1375, sont les mentions recensées par le dictionnaire topographique de la Meurthe[3]. D'autre part, le pouillé de Benoît Picart emploie la forme latinisée et ecclésiastique d'Abon(is)curia.

Il s'agit d'un nom de personne germanique Abbo(n) + cortem[4], c'est-à-dire « le domaine d'Abbo(n) ».

Le dictionnaire d'Henri Lepage mentionne également un écart disparu au XXIe siècle, rappelant que cette commune a été vosgienne : FERRÉ (LE) ou CHEMIN FERRÉ, chemins, Cne d'Aboncourt-en-Vosge et il subsiste, au nord-ouest un lieu-dit La Justice, généralement révélateur de l'existence passée d'un lieu d'exécution (gibet ou potence)[3].

HistoireModifier

Dans son répertoire archéologique, J Beaupré fait état de nombreuses découvertes attestant d'une occupation ancienne du territoire communal dans les cantons suivants : Lieu-dit La Fermière[5], aux Epices, bois défriché aux environs du Chemin-Ferré, ainsi que lieu-dit Clairs-chênes[6].

Pour le moyen-âge et la renaissance, H Lepage nous dit , dans sa notice sur ce bourg[7] que :

«Les Archives de Lorraine[8] font à peine mention de ce village ; on y voit seulement qu'en 1562, Claude Vauldrey, gentilhomme du duc de Lorraine, vend à un autre seigneur tous les droits qu'il peut avoir aux château, maison forte, terre et seigneurie d'Aboncourt, au comté de Vaudémont..»

Lors de la création des départements en 1790, Aboncourt était primitivement placé dans le département des Vosges. Il fut alors échangé avec la commune d'Aroffe et versé dans le département de la Meurthe.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'or aux trois tours d'azur, maçonnées de sable, au franc-canton gironné d'argent et de gueules de huit pièces[9].
Commentaires : Ce sont les armes d'Aboncourt, maison d'ancienne chevalerie, telles qu'elles sont décrites par Dom Calmet dans sa notice de la Lorraine.

Politique et administrationModifier

 
La mairie

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 2008 Claude Raoult SE  
2008 2020 Joël Baudy SE Retraité, réélu en 2014[10]
2020 2026 Eric Mathieu SE  

Tendances politiques et résultatsModifier

Lors des élections européennes de 2019, le taux de participation d’Aboncourt est supérieur à la moyenne (56,12% contre 50,12% au niveau national). La liste du Rassemblement national arrive en tête avec 41,51% des suffrages, contre 23,31% au niveau national. La liste de la République en Marche obtient 15,09% des voix, contre 22,41% au niveau national. La liste de Debout La France réalise un score de 13,21% des voix, contre 3,51% au niveau national. La liste des Républicains et celle de l’Union des Démocrates et Indépendants arrivent ex-aequo avec 11,32% des votes, contre respectivement 8,48% et 2,50% au niveau national. Les autres listes obtiennent des scores inférieurs à 5%[11],[12].

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[13] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 1 0,59
Marine Le Pen (FN) 30 33,71
Nicolas Sarkozy (UMP) 30 33,71 60 71,43
Jean-Luc Mélenchon (FG) 7 7,87
Philippe Poutou (NPA) 2 2,25
Nathalie Arthaud (LO) 2 2,25
Jacques Cheminade (SP) 1 1,12
François Bayrou (MoDem) 9 10,11
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 3 3,37
François Hollande (PS) 5 5,62 24 28,57
Inscrits 106 100,00 106 100,00
Abstentions 17 16,04 13 12,26
Votants 89 83,96 93 87,74
Blancs et nuls 0 0,00 9 9,68
Exprimés 89 100,00 84 90,32

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[14] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 2,67 2
Marine Le Pen (FN) 29,33 22 49,28 34
Emmanuel Macron (EM) 14,67 11 50,72 35
Benoît Hamon (PS) 0,00 0
Nathalie Arthaud (LO) 0,00 0
Philippe Poutou (NPA) 1,33 1
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (R) 2,67 2
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 5,33 4
François Asselineau (UPR) 0,00 0
François Fillon (LR) 44,00 33
Inscrits 99 100,00 99 100,00
Abstentions 22 22,22 18 18,18
Votants 77 77,78 81 81,82
Blancs 2 2,60 10 12,35
Nuls 0 0,00 2 2,47
Exprimés 75 97,40 69 85,19

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2017, la commune comptait 103 habitants[Note 1], en diminution de 3,74 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
275273320375380363356368368
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
322314300296291281246231212
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
219206158161157159141156149
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2017
133136137120123127112104103
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

D'après les historiens, (Grosse[19], Lepage[7]) l’activité était assez florissante au XIXe siècle :

«  Surf. territ. : 692 à 718  hect. : 417 à 530 en terres lab., 41 à 71 en prés, 137 à 167 en bois, 6 en vignes. Une tuilerie et un four à chaux.»[20]

et également modestement viticole.

Secteur primaire ou AgricultureModifier

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[21]), la commune d' Aboncourt était majoritairement orientée [Note 2] sur l'élevage de bovins et la production de lait (auparavant sur la polyculture et le poly - élevage ) sur une surface agricole utilisée[Note 3] d'environ 254 hectares (en deçà de la surface cultivable communale) en baisse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 554 à 465 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 3 exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune employant 5 unités de travail[Note 4].

Lieux et monumentsModifier

  • Château médiéval, reconstruit XVIIIe siècle par la famille de Malvoisin. Le château fut transformé en ferme qui fut un temps la propriété de DUROC, duc de Frioul et Grand Maréchal du Palais de Napoléon

Personnalités liées à la communeModifier

  • Claude Vauldrey, gentilhomme du duc de Lorraine en 1562
  • La famille noble de Malvoisin,  Charles-François baron de Malvoisin, chevalier, seigneur d'Aboncourt, Blémerey et Boulaincourt, major du régiment de Monsieur, etc. ( )[22]
  • Gabrielle de Contrisson, épouse du dernier seigneur d'Aboncourt (1825)[22]

Édifice religieuxModifier

  • Chapelle fondée en 1536 à Notre-Dame de Pitié[19]
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul reconstruite après 1918

Patrimoine civilModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  4. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

RéférencesModifier

  1. « Ruisseau de biecene [B1240760] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 15 octobre 2019)
  2. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 15 octobre 2019)
  3. a et b Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe : rédigé sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine, Paris, Imprimerie impériale, coll. « Dictionnaire topographique de la France », (lire en ligne)
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, tome 2, Droz, 1996 (ISBN 2600001336)
  5. Code FANTOIR n° 54003B025V, disparu des cartes actuelles
  6. Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle : époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes / par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 9
  7. a et b Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative / publ... par Henri Lepage, (lire en ligne), p. 5
  8. Recueil de documents concernant la LORRAINE. (1107-1635.). I Droits des rois de France sur la Lorraine ; dénombrements ; inventaires des archives de Lorraine (1107-1634)., 1601-1700 (lire en ligne)
  9. Henri Lepage, Le département de La Meurthe-statistique, historique et administrative, deuxième partie, 1843
  10. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Aboncourt », sur http://www.meurthe-et-moselle.gouv.fr (consulté le 3 août 2014)
  11. « Aboncourt : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le 15 août 2019)
  12. « Aboncourt : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le 16 août 2019)
  13. Ministère de l'Intérieur - Meurthe-et-Moselle (Lorraine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Aboncourt » (consulté le 24 juin 2014)
  14. Ministère de l'Intérieur - Meurthe-et-Moselle (Grand Est), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Aboncourt » (consulté le 30 mai 2017)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  19. a et b E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe : contenant une introduction historique etc., Nabu Press (réimpr. 2012) (1re éd. 1836) (ISBN 1278248951 et 9781278248950)
  20. Abel LIEGER et Pascal THIEBAUT, « ◦Tuileries et tuiliers d'autrefois », Etudes touloises,‎ (lire en ligne)
  21. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip »
  22. a et b Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 2 / par Henri Lepage,..., (lire en ligne), p. 724,732 :

    « Le château d'Aboncourt, a été acheté après la mort de Mme de Contrisson, baronne de Malvoisin, arrivée en 1825, par M. Georges MarchaL, ancien officier de la maîtrise des eaux et forêts au bailliage de Neufchâteau, (Mélanges d'archéologie lorraine, par M. Georges Boulange.) »