Ouvrir le menu principal

Émile Buré

journaliste français
Émile Buré
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Saint-MandéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Émile Buré, né le à Dreux et mort le à Saint-Mandé, est un journaliste politique français de la première moitié du XXe siècle; il fut le directeur de plusieurs journaux, les quotidiens L'Éclair (1919-1925), L'Avenir (1925-1928), L'Ordre (1929-1940 et 1945-1948) et les hebdomadaires Vendémiaire (1935-1938) et France-Amérique (1943-1944).

BiographieModifier

Émile Clément Charles Buré est le fils de Charles Louis Buré, marchand mercier à Dreux et d'Honorine Alphonsine Ernestine Bonneau[1]. Il commence ses études au collège de Dreux (1883-1887) et les poursuit à Paris au lycée Janson-de-Sailly[2]. Il prépare le concours d'entrée à Saint-Cyr. Admissible au concours en 1896[3], il abandonne bientôt son projet de devenir officier.

Étudiant, il fréquente la jeunesse des cafés du Quartier latin et devient socialiste, sous l'influence notamment de Jean Longuet[4]. Il fait partie du groupe des étudiants collectivistes vers 1898-1900[5]. Il appartient avec ce-dernier à la Fédération des socialistes révolutionnaires indépendants, qui intègre la Confédération des socialistes indépendants en 1899[6]. Il est aussi dreyfusard[7]. Il signe ainsi en 1898 un appel demandant la révisions du procès de Dreyfus, en tant qu'ancien président des Corniches (classes préparatoires à Saint-Cyr) de France[8]. Il rencontre Aristide Briand, alors socialiste; ce-dernier est secrétaire général de la Fédération socialiste, Buré est secrétaire adjoint[9]. Il devient le secrétaire de la revue Le Mouvement socialiste d'Hubert Lagardelle[10]; son nom apparaît dans le sommaire dès la première année en 1899[11]. Selon Jean Longuet, il appartient à la fraction de gauche du Parti socialiste français de Jean Jaurès[12]. Il est membre en 1904-1905 du comité de rédaction de La Vie socialiste de Francis de Pressensé[13]. Il collabore aussi aux Cahiers de la Quinzaine de Charles Péguy. En 1903, Georges Clemenceau l'engage à L'Aurore pour être rédacteur parlementaire. Clemenceau devient un mentor et un ami[4]. Buré est celui qui attribue à Clemenceau le surnom de « Tigre », en 1906[14].

À partir de 1906[4], il est membre de plusieurs cabinets ministériels, ce qui l'amène à abandonner ses idéaux socialistes de jeunesse et à mieux connaitre les coulisses du pouvoir; cela le servira pour affiner ses futurs éditoriaux. Plusieurs sources le présentent comme chef de cabinet de Clemenceau lorsque ce-dernier est nommé ministre de l'intérieur en mars 1906[15]. C'est en réalité Jean Philip, autre journaliste de L'Aurore, qui occupe cette fonction[16]. Buré n'est que chef-adjoint du cabinet de Julien Simyan, sous-secrétaire d'État aux postes, d'octobre 1906 à 1909[17]. Il est ensuite chef adjoint du cabinet d'Aristide Briand, président du conseil, entre 1909 et 1911. Membre officieux du cabinet de ce-dernier en 1912 et 1913, il intègre à nouveau son cabinet en 1914[18]. En novembre 1915, il redevient chef-adjoint du cabinet de Briand, nommé à nouveau président du conseil[19].

Jean Longuet souligne en 1918 qu'il est un renégat du socialisme[20]. Buré est alors rédacteur en chef[21] et éditorialiste du quotidien La France d’Édouard Julia; il y est entré en 1913. Il se targue d'être fidèle au « vieil enseignement réaliste » de Karl Marx contre les illusions et le pacifisme des socialistes[22].

En août 1919, il devient le directeur d'un autre quotidien, L’Éclair, avec comme programme l'appui au Bloc national, la « guerre au cosmopolitisme (...), à l'étatisme (...), la révision de la Constitution, la décentralisation sur la base du régionalisme économique »[23].

Pour fêter sa croix de chevalier de la Légion d'honneur attribuée en 1922, ses amis organisent un banquet. Un de ses amis de jeunesse, Anatole de Monzie, le préside. Trois ministres en exercice y prennent part, dont Léon Bérard. Ainsi que d'autres hommes politiques, radicaux, centristes ou de droite modérée: Chéron, Yves Le Trocquer, Laurent Eynac, Frédéric François-Marsal, Paul Doumer, Symian, Henry de Jouvenel - autre ami de jeunesse -, Daniel Vincent, Gaston Vidal, Paul Laffont, Jules Pams, etc. Et des directeurs de journaux ou journalistes, comme Étienne de Nalèche ou Eugène Lautier[24].

Il devient en novembre 1925[25] le directeur de L'Avenir, lorsque ce journal reprend L’Éclair[26]. Il doit cependant partager la direction politique avec André François-Poncet, membre du conseil d'administration de la société possédant le journal[27]. Des relations conflictuelles avec François-Poncet[28] ou bien Ernest Billiet[9] l'amènent à quitter L'Avenir en juin 1928[29]. Il accepte alors l'offre de François Coty de diriger un nouveau journal, L'Ami du peuple du soir[30], mais il démissionne avant la parution du premier numéro[4]. Revenu à L'Avenir, il le quitte bientôt définitivement. Il collabore parallèlement à un quotidien de province, La Petite Gironde, de la fin de l'année 1926 à 1928, même si ce journal ne partage pas tous ses points de vue[31].

Il fonde et dirige un nouveau journal du matin, L'Ordre, « journal quotidien d'opinion et d'informations ». Son premier numéro paraît le 20 décembre 1929[32]. C'est un petit journal, au tirage modeste, lu surtout pour l'éditorial de son directeur politique, Buré. Ce-dernier se préoccupe essentiellement de ses éditoriaux, et fréquente les milieux politiques, à la Chambre des députés ou lors de déjeuners[4], d'où son embonpoint marqué[33]. Ses articles sont souvent cités par d'autres journaux dans leur revue de presse et il polémique avec d'autres directeurs comme Eugène Lautier[34] ou Léon Bailby[35], ou encore Charles Maurras à la fin des années 1930[36]. Avec aussi des hommes politiques radicaux, comme Joseph Caillaux[37], Georges Ponsot[38] ou François Albert[39]. Avec des dirigeants socialistes, tel Paul Faure[40]. Des socialistes le mettent en cause dans Le Populaire, en « une »[41].

Les bureaux de L'Ordre se situent à Paris au 31, rue Tronchet. Buré est secondé par un rédacteur en chef, Léon Treich (un ancien de l'Eclair), qui s'occupe presque seul de la confection du journal. Georges Ludwig [Note 1](ancien de L'Eclair) est le co-directeur-administrateur du journal jusqu'à sa mort en 1934. Jacques Ebstein[Note 2], secrétaire général[42], le remplace en 1934. Ce-dernier publiait dans L'Eclair et L'Avenir des interviews de personnalités françaises ou étrangères, comme Mussolini en 1926, que Buré a rencontré avec lui à Rome[43]; il continue d'en mener de temps à autre pour L'Ordre. Bernard Auffray, qui publiait une chronique de politique étrangère, devient alors le secrétaire général, et le directeur administratif de facto[44]. Parmi les autres collaborateurs de L'Ordre, on relève d'autres anciens de L'Eclair/Avenir comme l'avocat Pierre Loewel, critique littéraire, membre du parti radical[Note 3], Louis Marsolleau, Jean Sers de Givet[Note 4], chef de la rubrique de politique étrangère, ou encore Jacques Debû-Bridel[45], rédacteur parlementaire, issu de l'extrême droite. Ainsi qu'André Stibio[Note 5], Alfred Silbert[Note 6], ou un homme de gauche comme Jean Pierre-Bloch[46]. Et puis, à partir de mai 1938, lorsque le journal parait sur 6 pages au lieu de 4, Julien Benda, Fernand Gregh, Georges Duhamel, Georges Lecomte, Roland Dorgelès, Pertinax[47].

Ce journal d'opinion a besoin de subventions pour survivre. C'est Jacques Ebstein qui se charge de trouver des commanditaires. Dans ses mémoires, Bernard Auffray le présente comme un mondain, fréquentant les salons et les personnalités de droite[Note 7], moins « respectueux de l'indépendance » du journal que Ludwig dans la mesure où il n'hésite pas à mettre L'Ordre au service de ses « ambitions mondaines » (échos flatteurs, mise en avant de certaines manifestations)[48]. L'évolution de la ligne éditoriale du journal dans les années 1930 fait que ses amis le lui reprochèrent et lui « tournèrent le dos »[49]. Auffray affirme que Buré « ne s'achète pas » mais qu'il eut besoin de subsides et que les subventions versées limitèrent son indépendance. Il évoque celles d'Ernest Billiet et d'Ernest Mercier, du Redressement français[50]. L'Ordre est subventionné par l'industriel de la sidérurgie et dirigeant de la Fédération républicaine François de Wendel jusqu'en 1933[51]. Une société anonyme possédant le journal est lancée en 1934-1935. Buré siège à son conseil d'administration. Il possède 1200 actions du capital formé de 2000 actions, du fait de ses apports. Parmi les actionnaires, on trouve quelques uns de ses collaborateurs, tels Jacques Ebstein ou Jean Sarrus, des administrateurs de sociétés, l'industriel et député du Nord Louis Nicolle (droite modérée), le député Bertrand de Sauvan d'Aramon (Fédération républicaine)[52]. Dans son article de septembre 1980, Auffray affirme que Buré s'est refusé à adopter la politique préconisée par ses soutiens financiers au lendemain du 6 février 1934, puis au lendemain de Munich en 1938. Il évoque « son administrateur, très répandu dans les milieux mondains de la droite, (qui) le quitta avec un certain fracas et avec lui disparurent les plus importants des subsides nécessaires à la vie du journal »[53].

Buré collabore à partir de mars 1933 à l'hebdomadaire Je suis partout[54] où dans le numéro du 30 décembre 1933, sous le titre « le problème juif » il indique qu'il n'a « jamais été ni antisémite ni philosémite » et rappelle qu'il a déclaré récemment qu« Hitler avait commis un crime abominable en maltraitant les juifs »[55]" ; il quitte ce journal à la veille du 6 février 1934[56]. Il est aussi de 1935 à 1938 le directeur politique d'un hebdomadaire, Vendémiaire, fondé en 1934 par Maurice Guillaume[57]. Il collabore à la fin des années 1930 à la revueL'Europe nouvelle dont Pertinax est devenu le rédacteur en chef[58].

Les journaux qu'il dirige se classent à droite - une droite modérée -, dans la mesure où Buré s'oppose aux socialistes et aux communistes[59], et au cartel des gauches. Ainsi, fin 1923, il prend part à une réunion destinée à préparer les élections législatives de 1924, au siège de l'Union des intérêts économiques, aux côtés d'Ernest Billiet, des dirigeants des principales organisations de droite (Antony Ratier, Mamelet et André François-Poncet pour le Parti républicain démocratique et social, Auguste Isaac et deux autres représentants de la Fédération républicaine, Xavier de La Rochefoucauld et Dufresne pour l'Action nationale républicaine[60] et l'Action libérale populaire), et de deux autres directeurs de quotidiens, Henry Simond de L'Écho de Paris et Léon Bailby de L'Intransigeant[61]. C'est un partisan d'une droite modérée, opposé à la manifestation antiparlementaire du 6 février 1934 et aux Ligues d'extrême droite[62], à l'interdiction de la franc-maçonnerie[63], et en 1936, aux « démagogues » de gauche - socialistes et communistes - comme de droite, qui mèneraient à la dictature[64]. Il critique les grèves de 1936[65]. L'Ordre est le seul quotidien de droite à désapprouver clairement le discours antisémite que tient Xavier Vallat contre Léon Blum en 1936[66].

Devenu très patriote, sous l'influence notamment de Clemenceau, il est hostile au pacifisme de son ancien mentor Aristide Briand[67] et attentif au danger allemand, de la République de Weimar puis du Troisième Reich. Il réclame une alliance franco-soviétique contre l'Allemagne d'Hitler à partir de 1934 et dénonce les Accords de Munich en 1938, à l'instar d'Henri de Kérillis ou André Géraud (alias Pertinax)[68]. Contrairement à Kerillis[69], il est hostile à Franco et aux franquistes, du fait de son opposition à Hitler et à Mussolini[70]. Ce qui l'amène à dénoncer les nationaux français et les journaux qui admirent trop les dictateurs et oublient le danger allemand[71].

Cela lui vaut d'être taxé d'« esclave des Soviets » par Georges Bonnet[72]. Et d'être attaqué par les maurrassiens de L'Action française, qui le respectaient auparavant du fait de son patriotisme[73]. Ils l'accusent désormais d'être un « vendu »[74]. Ces antisémites soulignent à partir de 1934 l'action du co-directeur de L'Ordre, « l'affreux (Jacques) Ebstein »[75], juif, qu'ils appellent « Jacob Ebstein »[76]. Le journal de Charles Maurras souligne également l'action trouble d'Otto Katz[77]. Buré a préfacé en 1938 un livre de cet agent soviétique, spécialiste de l'agit-prop, Hitler en Espagne, paru aux Éditions Denoël[78]. Katz aurait même travaillé pour L'Ordre en 1938-1939 et l'aurait fait bénéficier d'une subvention de 2 millions de francs attribuée par Juan Negrín[79]. « J'ai été rédacteur du quotidien parisien L'Ordre. (...) Je suis entré à la rédaction avec l'accord de la direction du PCA en 1938. J'y représentais les intérêts de la République espagnoles car Negrin finançait L'Ordre avec deux millions de francs français. (...) Mon devoir était de veiller à ce que la ligne de la politique étrangère de L'Ordre soit antimunichoise, antinazie, favorable au pacte franco-soviétique et à l'aide à la République espagnole », avouera Katz plus tard, lorsque l'URSS décida de l'épurer (ce qui jette le doute sur la véracité de ses affirmations)[80], déclarant aussi que Buré recevait de l'argent de l'ambassade de Tchécoslovaquie comme de l'ambassade soviétique[81]. Buré condamnera pour autant le pacte germano-soviétique de 1939, la politique que mène l'URSS en 1939-1940 et « l'obéissance servile » des communistes français[82].

Contre les accusations des maurrassiens, Buré écrit en 1938 :

« Il fut un temps, où Charles Maurras combattait avec moi le pacifisme briandiste (...) il anathématisait avec moi les Français qui n'étaient pas patriotes sans condition. Un beau jour, il changea de ligne politique et,comme je n'en changeai pas, il me traita de vendu. Vendu à qui ? Il ne savait pas bien. Successivement, il accusa l'Angleterre, la Russie, les Etats balkaniques, les juifs de m'avoir acheté. (...) Les premières injures de Charles Maurras me troublèrent. Même si j'avais eu une faiblesse, me disais-je, celui-ci aurait dû être le dernier à la dénoncer, car il avait eu, lui, la preuve de ma parfaite indépendance. Pour l'avoir défendu contre le pape, n'avais-je pas perdu une situation journalistique des plus enviables ? (...) Charles Maurras défend aujourd'hui le pacifisme fauteur de guerre avec la même frénésie sarrasine qu'il la combattait hier. Il est anti-hitlérien, mais tous les hitlériens trouvent désormais bon accueil auprès de lui[83]. »

Il fuit la France en juin 1940, embarque à Bordeaux et gagne les États-Unis. Il est déchu de la nationalité française le 6 septembre 1940 par le régime de Vichy, comme d'autres journalistes jugés « bellicistes » (Kerillis, Geneviève Tabouis, Pertinax)[84], et ses biens sont mis sous séquestre[85]. L'Action française continue d'évoquer Buré et Ebstein[86], réfugié au Brésil, également déchu de sa nationalité[87]. Léon Daudet reconnait toutefois le talent d'« habile journaliste » de Buré, tout en le présentant comme un alcoolique [88].

À partir de mai 1943, Buré co-dirige à New York avec Henry Torrès un hebdomadaire gaulliste, France-Amérique. Ce périodique est publié dans les locaux de la Délégation de la France libre, au 626 de la Cinquième avenue. Le premier numéro, daté du 23 mai 1943, est accompagné d’un message d’encouragement du Général de Gaulle : « Je souhaite bonne chance à France-Amérique. Je suis certain que votre journal contribuera à faire connaître à l’Amérique notre amie ce que peut et ce que veut la France […]. Il aidera ainsi à renforcer entre nos deux pays l’amitié qui est indispensable à la victoire et à la reconstruction du monde »[89]. Il revient en France en 1944 et relance son journal, qui reparaît en février 1945. Sa publication cesse en avril 1947. Une seconde tentative, sous un autre nom, L'Ordre de Paris, dure peu de temps, de septembre 1947 à juillet 1948[32].

Dans les débuts de la guerre froide qui oppose les États-Unis à l'Union soviétique - qu'il avait souvent critiqué avant guerre[90] -, ce germanophobe devient un compagnon de route du parti communiste qui fustige alors le péril allemand[91]. Alors qu'il dénonçait les chimères du pacifisme et les pacifistes avant guerre, il cosigne l'appel annonçant les Assises du peuple français pour la paix et la liberté des 27 et 28 novembre 1948. Il y donne un rapport sur la France face à l'Allemagne et il y est élu membre du Conseil national des Combattants de la liberté et de la paix aux côtés de dirigeants communistes comme Charles Tillon ou Laurent Casanova et d'autres compagnons de route du PCF tels Lucie Aubrac, Pierre Cot, Jacques Kayser, ou encore le général Petit[92]. Il est aussi membre du comité d'honneur du Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix (MRAP)[93], proche des communistes, à partir de sa fondation en 1949. Il collabore épisodiquement à son périodique, Droit et liberté : il y publie des souvenirs sur l'affaire Dreyfus et met en garde contre le réarmement allemand de la République fédérale d'Allemagne, contre l'« l'ardeur revancharde » de Konrad Adenauer [94].

Chevalier de la Légion d'honneur en 1922, officier en 1934, il est promu commandeur en 1951[95].

Il eut la réputation dans le milieu des journalistes d'un homme qui aima « les femmes, la bouffe et le pognon »; une réputation que Bernard Auffray nuance[96]. Son bureau directorial fut un lieu bruyant où il accueillait volontiers personnalités, journalistes et quémandeurs[97].

FamilleModifier

Il épouse à Paris le 8 septembre 1902 Jeanne Marie Louise Blavet (1874-1927), fille d'Émile Blavet, journaliste et écrivain. Le couple a une fille, Germaine, qui épouse en février 1927 Félix Dechosal, industriel. Son épouse décède en décembre 1927. Des personnalités assistent à ses obsèques, parmi lesquelles des parlementaires, de droite pour la plupart (les sénateurs Léon Bérard et Frédéric François-Marsal, les députés Pierre Taittinger, Paul Chassaigne-Goyon, Louis Duval-Arnould, etc) hormis le radical-socialiste Henry Paté, ainsi que le préfet de police Jean Chiappe, Georges Lecomte, des directeurs de journaux et journalistes, des représentants d'Aristide Briand et de Raymond Poincaré, président du conseil[98].

Émile Buré se remarie le 6 octobre 1930 avec Clémentina Cotescu[99], fille d'un ingénieur roumain[100].

PublicationModifier

  • Ernest Renan et l'Allemagne : textes recueillis et commentés par Émile Buré, New-York, Brentano's, 1945, 235 p.

Sources et bibliographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Georges Ludwig (pseudonyme de Louis Lenain) (1862-1934) a débuté sa carrière de journaliste au Gil Blas en 1887. Il fut ensuite secrétaire général de L'Evénement de 1893 à 1896, puis journaliste à L'Écho de Paris, comme chroniqueur scientifique et journaliste économique. Il collabora aussi à plusieurs autres journaux et fonda une agence de presse économique au lendemain de la Première Guerre mondiale. Il a été chargé de la publicité du Redressement français en 1927 : Dossier de la Légion d'honneur de G. Ludwig dans la base Léonore, Comoedia, 11 février 1934
  2. Né le 19 décembre 1887 à Paris, il a été élève des lycées Condorcet Henri IV. Il a succédé à son père, négociant de champagne. Durant la Première Guerre mondiale, il a été interprète auprès de l'armée britannique. Il a collaboré à L'Oeuvre. Il meurt le 20 février 1963, au Brésil, à Rio de Janeiro, où il vivait depuis son exil en 1940 : Henri Temerson, Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l'année 1963, p. 106, Comoedia, 26 octobre 1934
  3. La Lanterne, 22 septembre 1927. Pierre Loewel (1890-1955) a été un radical jeune turc très pacifiste dans les années 1920. Juif, radié du barreau de Paris, il se réfugie dans le Midi en 1940 puis dans le village de Saint-Chamant, sous le nom de Louvet, en 1943. Il rédige un Journal des années d'occupation dans lequel il se plaint surtout d'avoir perdu son rang social. Il plaide dans le Midi en 1941 pour les communistes de Marseille et son nom est mêlé aux réseaux du Komintern: cf. Annie Kriegel dans Communisme, n° 40/41, 1995. Il collabore à L'Aurore après la guerre.
  4. Né en 1877, décédé en 1961, il dirigeait déjà cette rubrique à L'Eclair. Il a aussi collaboré à La France. Il est chevalier de la Légion d'honneur en 1934. Il publie une biographie très critique de Briand en 1930. Après la guerre, il dirige un hebdomadaire de 1946 à 1949, le Journal des voyages et des aventures de terre, de mer, de l'air et publie des ouvrages sous le pseudonyme de C. Legajean
  5. Né en 1901 à Marseille, mort en 1970, il était professeur de première au collège de Marmande lorsqu'il postula en 1930 ou 1931 pour entrer à L'Ordre, sans être recommandé : B. Auffray, Sur mon chemin j'ai rencontré, op. cit.p. 29. Il collabore à nouveau à L'Ordre après la guerre, puis à La Voix du Nord, au Journal du Parlement. Il est chevalier de la Légion d'honneur en 1947.
  6. Silbert (1902-1992) est aussi avocat au barreau de Paris. Il a commencé sa carrière de journaliste alors qu'il était encore étudiant, en entrant à la rédaction de l'Agence économique et financière. Il a collaboré à Notre temps de Jean Luchaire et a fait partie des jeunes équipes pacifistes partisanes du rapprochement franco-allemand au début des années 1930. Il est ensuite membre d'Ordre nouveau (personnalisme) à ses débuts. De 1931 à 1933, il est membre du cabinet civil du gouverneur général de l'Indochine, chef du service de presse (Annuaire administratif de l'Indochine, Les Echos, 19 août 1931). De retour en France, il adhère après le 6 février 1934 aux Volontaires nationaux (jeunesses des Croix-de-feu), qu'il quitte en 1936 en publiant une lettre ouverte au colonel de La Rocque (Marianne, 12 août 1936). Entré à L'Ordre vers 1934 (un de ses articles évoque la jeunesse allemande nazie: L'Homme libre, 7 juillet 1934), il y publie des reportages. Il est envoyé par L'Ordre et par Le Petit Journal en Italie en septembre-octobre 1935 au moment de la guerre d'Ethiopie; il y rencontre Mussolini (L'Homme libre, 8 octobre 1935) et relate ses impressions dans la Revue hebdomadaire(Lire en ligne). Puis il remplace Debû-Bridel comme rédacteur parlementaire. Il voyage en URSS, publie son reportage dans L'Ordre et publie en 1938 URSS et nouvelle Russie, un récit de voyage plutôt favorable à l'Union soviétique (Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ?: Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002). Le journaliste antisémite Lucien Pemjean le présentera comme un juif dans La Presse et les Juifs en 1941 (il s'appellerait selon lui Silderberg). Il sera résistant, maquisard dans le Massif central en 1944 ( il participe à la Bataille du Mont Mouchet en juin 1944 puis dirige deux maquis à proximité d'Aurillac), et recevra en 1947 la médaille de la résistance (Journal officiel, 26 juillet 1947). Après avoir servi en Indochine en 1945, à l'état-major du général Roger Blaizot (il y créée le 5e bureau de l'armée d'Indochine), il sera après la guerre responsable de l'Information de la zone française à Berlin-Ouest, puis directeur politique de l'Agence d'informations de l'Union française et des pays d'outre-mer (elle publie un hebdomadaire à partir de 1949), et président du syndicat de la presse d'outre-mer : Comptes rendus mensuels des séances de l'Académie des sciences d'outre-mer, Volume 27, 1967, p. 171-189 (Séance du 7 avril 1967, réception d'A. Silbert)
  7. Par exemple ce déjeuner donné par Ebstein en 1931, avec comme convives Buré et son épouse, le ministre du budget François Piétri, le préfet de la Seine, des conseillers municipaux de Paris tel Gaston Le Provost de Launay, des aristocrates : Comoedia, 27 juin 1931

RéférencesModifier

  1. Acte de naissance d'Emile Buré, cote 3E134 047, acte consultable en ligne, image 376/516
  2. Bulletin de la Société archéologique d'Eure-et-Loir, 1974
  3. Journal officiel, 28 juin 1896
  4. a b c d et e Bernard Auffray, op. cit., août 1980
  5. Alexandre Zévaès, Notes et souvenirs d'un militant, M. Rivière, 1913, p. 55
  6. Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière, Tome III
  7. Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'Occupation, Albin Michel, 2001, Les Nouvelles littéraires, 23 avril 1932
  8. Le XIXe siècle, 25 janvier 1898
  9. a et b Les Nouvelles littéraires, 23 avril 1932
  10. Les Temps nouveaux, Le Mouvement socialiste, 26 avril 1902
  11. Le Mouvement socialiste, 1er juillet 1899, Le Mouvement socialiste, 15 octobre 1899
  12. Le Populaire, 18 mars 1931
  13. La Vie socialiste, 20 décembre 1904
  14. Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Fayard, 2012, La Petite Gironde, 17 février 1923
  15. Auffray, op. cit., Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Fayard, 2012 (il affirme aussi que Clemenceau l'a nommé chef de cabinet quand il devient président du conseil en octobre), Jean-Jacques Becker, Clemenceau, chef de guerre, Armand Colin, 2012, Les Nouvelles littéraires, 23 avril 1932. Claude Bellanger mentionne le cabinet de Clemenceau, sans préciser la fonction. D'autres sources ne mentionnent que Symian et Briand (Charles Maillier, op. cit., Études de presse, 1953, La Petite Gironde, 1er janvier 1925)
  16. La Justice, 17 mars 1906, Bulletin officiel du Ministère de l'intérieur, 1906
  17. L'Aurore, 31 octobre 1906, Journal officiel, 31 octobre 1906, Annuaire de la presse française et étrangère et du monde politique, 1909, Le Journal, 15 février 1909. Bernard Auffray le présente faussement comme chef de cabinet dans Sur mon chemin j'ai rencontré: du service de l'opinion au service du bien public
  18. Christophe Bellon, La République apaisée. Volume 2. Gouverner et choisir, Editions du Cerf, 2016, Michel Antoine, Origines et histoire des cabinets des ministres en France, Droz, 1975, p. 148, Le Journal, 17 octobre 1910
  19. Le Figaro, 7 novembre 1915, Ibid., 8 juin 1916, Journal officiel, 7 novembre 1915
  20. Le Populaire de Paris, 14 avril 1918, Jean Longuet, "Les coupables qui accusent"
  21. La France, 23 novembre 1918
  22. Ibid., 30 novembre 1918
  23. Les Nouvelles littéraires, 23 avril 1932, Le Populaire, 3 août 1919, Le Figaro, 2 août 1919 (Programme du journal)
  24. Comoedia, 27 octobre 1922
  25. Le Grand écho du Nord de la France, 19 novembre 1925
  26. Les Nouvelles littéraires, 8 août 1932, "L'Avenir", Les Documents politiques, diplomatiques et financiers, janvier 1926
  27. L'Action française, 15 mars 1927 ( Lettre de François-Poncet)
  28. L'Œil de Paris, 10 novembre 1928
  29. L'Action française, 23 juin 1928, Le Radical, 24 juin 1928
  30. Le Gaulois, 12 juillet 1928, L'Action française, 8 juillet 1928
  31. Revue des lectures, 15 janvier 1927, La Petite Gironde, 20 mars 1928
  32. a et b Notice de la BNF
  33. Bernard Auffray, septembre 1980, op. cit. I
  34. "Emile%20Buré".zoom L'Homme libre, 28 juillet 1927
  35. L'Action française, 1er juin 1934
  36. Bernard Auffray, septembre 1980, op. cit.,
  37. L'Ere nouvelle, 30 août 1930
  38. L'Ere nouvelle, 3 décembre 1926, Ibid., 24 avril 1927. Ce-dernier l'évoque et le critique dans plusieurs articles, comme celui-ci : L'Ere nouvelle, 3 mars 1926
  39. L'Ere nouvelle, 26 janvier 1930, Ibid., 10 octobre 1930, Ibid., 6 mars 1932, Ibid., 26 août 1932, Ibid?, 10 septembre 1932, Ibid., 23 septembre 1932
  40. Le Populaire, 9 mai 1930
  41. Le Populaire de Paris, 12 février 1921, J. Longuet, "Chauvinisme et sens commun", Le Populaire, 27 février 1927, Le Populaire, 5 janvier 1928, Paul Faure, " La tristesse de Buré", Le Populaire, 10 janvier 1931, Le Populaire, 22 janvier 1932, Ibid., 21 septembre 1937
  42. Annuaire général des lettres, 1931
  43. L'Ouest-Eclair, 4 novembre 1926
  44. Bernard Auffray, Sur mon chemin j'ai rencontré, op. cit., p. 45
  45. Qui l'évoque dans L'agonie de la troisième République: 1929-1939, Éditions du Bateau ivre, 1948
  46. Qui l'évoque dans Jusqu'au dernier jour. Mémoires, Albin Michel. Il signe ses articles d'un pseudonyme, Auroch, selon Bernard Auffray.
  47. Cahiers de la presse, juillet 1938
  48. Bernard Auffray, Sur mon chemin j'ai rencontré, op. cit., p. 20
  49. Ibid., p. 64
  50. Ibid., p. 20, 62
  51. Revue historique, 1977, Compte-rendu par Jean-Paul Cointet de l'ouvrage de Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République : l’argent et le pouvoir (1914-1940), Le Seuil, collection "Univers historiques", Paris, 1976
  52. Les Documents politiques, diplomatiques et financiers, octobre 1935, Journal des fiances, 19 juillet 1935
  53. B. Auffray, op. cit., septembre 1980, p. 622
  54. Je suis partout, 18 mars 1933
  55. Article d'Émile Buré dans le journal Je suis partout, 30 décembre 1933, page 6
  56. Robert Belot, Lucien Rebatet: Un itinéraire fasciste, Seuil, 1994, p. 160, Jeannine Verdès-Leroux, Refus et violences, Gallimard, 1996, p. 95
  57. L'Action française, 11 juin 1935, Ibid., 23 novembre 1935, Sept, 6 décembre 1935, Cahiers de la presse, avril 1938
  58. Paris-soir, 2 avril 1938
  59. Ainsi, par exemple : La Petite Gironde, 4 février 1927, E. Buré, "Dans l'impasse", Ibid., 20 février 1927, E. Buré, "Le pire mode de scrutin"
  60. Coalition éphémère de partis de droite fondée en 1922.
  61. Jean-Étienne Dubois, Leçon d’histoire pour une droite dans l’opposition ? : les mobilisations de droite contre le Cartel des gauches dans la France des années Vingt, Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II, 2013, p. 64
  62. L'Action française, 20 mars 1934, Comoedia, 21 octobre 1936
  63. Le Petit Marocain, 15 août 1934
  64. La Gazette du Nord de Madagascar, 4 janvier 1936 (éditorial de Buré paru dans Vendémiaire)
  65. La Gazette du Nord de Madagascar, 25 juillet 1936 (éditorial de Buré paru dans Vendémiaire)
  66. Tal Bruttmann, La France antijuive de 1936: l'agression de Léon Blum à la Chambre des députés, Equateurs, 2006, p. 107
  67. La Petite Gironde, 6 décembre 1926, E. Buré, "La France et l'Allemagne". Louis Marsolleau présente Briand en 1933, dans L'Ordre, comme « le politicien le plus funeste de ces vingt dernières années » : L'Action française, 29 août 1933
  68. Bernard Auffray, op. cit, septembre 1980
  69. Jean-Yves Boulic, Annik Lavaure, Henri de Kerillis, L'absolu patriote, Presses universitaires de Rennes, 2015, Chap. XI (Les auteurs présentent faussement Buré comme le directeur de L'Oeuvre)
  70. L'Humanité, 29 octobre 1936, Le Populaire, 6 avril 1937
  71. L'Humanité, 17 novembre 1935, Le Populaire, 4 avril 1937, Ibid., 26 avril 1938, Ibid., 24 septembre 1938,Ibid., 30 décembre 1938
  72. Daniel Hucker, The French Media and the Forging of a Franco-British Alliance in the late 1930s, p. 12
  73. Bernard Auffray, Sur mon chemin j'ai rencontré, op. cit., p. 20, L'Action française, 29 janvier 1926
  74. L'Action française, 2 mars 1936, Ibid., 3 mars 1936
  75. L'Action française, 26 novembre 1937
  76. L'Action française, 23 novembre 1934, Ibid., 30 octobre 1935 (L'Ordre est un « journal enjuivé par Monsieur Jacob Ebstein, officier de la Légion d'honneur »), Ibid., 9 décembre 1935, Ibid., 12 février 1935, Ibid., 17 février 1936, Ibid., 27 juillet 1936, Ibid., 15 février 1937,Ibid., 31 août 1937
  77. L'Action française, 11 juin 1938, L'Action française, 12 mai 1938, Ibid., 27 octobre 1942, Ibid., 24 avril 1943. L'administrateur de L'Ordre, Jean Sarrus, affirme que Katz alias Simon n'est pour rien dans l'apport de capitaux reçus par le journal : "o%20k%20simon".zoom L'Action française, 19 mai 1938
  78. Notice du livre, L'Avenir de Bougie, 28 avril 1938 ' Lettre de Buré)
  79. Jonathan Miles, The Nine Lives of Otto Katz, Randomh House, 2010, Thierry Wolton, Le grand recrutement, Grasset, 2014, Frédéric Charpier, L'Agent Jacques Duclos. Histoire de l'appareil secret du Parti communiste français (1920-1975), Seuil, 2015, Karel Kaplan, Report on the Murder of the General Secretary, I.B.Tauris, 1990 (Annexe: déclarations d'Otto Katz)
  80. Communisme, Les Dernières Lettres Des Pendus Du Procès Slansky, Prague, 1952, 1986, n° 10, p. 43
  81. Karel Bartosek, Les aveux des archives: Prague-Paris-Prague, 1948-1968, Seuil, 1996, p. 409
  82. L'Homme libre, 20 septembre 1939, Ibid., 5 octobre 1939
  83. Cité par Bernard Auffray, septembre 1980, op. cit.
  84. Journal officiel, 7 septembre 1940. L'annonce avait été faite dès juillet.
  85. Journal officiel de la République Française (c'est ainsi qu'il s'appelait alors qu'on était sous le Régime de Vichy), du 5 décembre 1940, page 16/48 : « Par ordonnance du 29 octobre 1940, le président du tribunal de Dreux a prononcé la mise sous séquestre des biens, droits et intérêts que le sieur Émile Buré, demeurant à Paris 13, rue Molitor (...) possède dans l'arrondissement judiciaire de Dreux »
  86. L'Action française, 22 décembre 1941 (écho fielleux accusant Ebstein de n'avoir pas rédigé ses articles; Léon Treich en serait le véritable auteur), bid., 18 octobre 1941
  87. Le Matin, 31 octobre 1940, L'Action française, 31 octobre 1940 (Les journaux orthographient Epstein au lieu d'Ebstein)
  88. L'Action française, 14 décembre 1940 (Des rumeurs évoquent son internement dans un asile), Ibid., 8 décembre 1941
  89. Guy Fritsch-Estrangin, New York entre De Gaulle et Pétain : les Français aux États-Unis de 1940 à 1946, La Table ronde, 1969, p. 231, france-amerique.com, 23 mai 2018, "France-Amérique fête ses 75 ans"
  90. L'Action française, 8 septembre 1927, La Lanterne, 11 novembre 1927, Ibid., 17 décembre 1927
  91. Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'Occupation, op. cit., p. 176
  92. La Défense, 26 novembre 1948, Assises nationales pour la liberté et la paix, 27 et 28 novembre 1948, p. 26, 36
  93. MRAP, 1949
  94. Droit et liberté, 2-8 décembre 1949, E. Buré, "Danger sur le Rhin"
  95. Bulletin officiel du Ministère de l'intérieur, mars 1934, Études de presse, 15 avril 1952
  96. Bernard Auffray, op. cit., septembre 1980, p. 621
  97. B. Auffray, op. cit., août 1980, p. 351, Candide, 4 février 1926
  98. Le Figaro, 3 décembre 1927
  99. Mention en marge de l'acte de naissance d'Émile Buré, registre de l'état civil de la commune de Dreux (Eure-et-Loir),année 1876, cote 3E134 047
  100. L'Ere nouvelle, 9 octobre 1930, Revue des lectures , 1934, Candide, 16 octobre 1930
  101. Nomenclature des journaux, revues, périodiques français paraissant en France, 1936