Konrad Adenauer

homme d'État allemand

Konrad Hermann Joseph Adenauer ([ˈkɔnʁaːt ˈhɛɐman ˈjoːzɛf ˈaːdənaʊɐ][1] Écouter), né le à Cologne et mort le à Rhöndorf, est un homme d'État allemand.

Konrad Adenauer
Illustration.
Konrad Adenauer en 1949.
Fonctions
Chancelier fédéral d'Allemagne

(14 ans et 1 mois)
Président fédéral Theodor Heuss
Heinrich Lübke
Gouvernement Adenauer I, II, III, IV et V
Législature 1re, 2e, 3e et 4e
Coalition CDU/CSU-FDP-DP
(1949-1953)
CDU/CSU-FDP-DP-BHE
(1953-1956)
CDU/CSU-FVP-DP
(1956-1957)
CDU/CSU-DP (1957-1960)
Absolue CDU/CSU
(1960-1961)
Noire-jaune (1961-1963)
Prédécesseur Poste créé
Successeur Ludwig Erhard
Ministre fédéral des Affaires étrangères

(4 ans et 22 jours)
Chancelier Lui-même
Gouvernement Adenauer I et II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Heinrich von Brentano
Député fédéral allemand

(17 ans, 8 mois et 5 jours)
Élection 14 août 1949
Réélection 6 septembre 1953
15 septembre 1957
17 septembre 1961
19 septembre 1965
Circonscription Bonn
Législature 1er, 2e, 3e, 4e, 5e
Président du Conseil parlementaire

(11 mois et 13 jours)
Prédécesseur Poste créé
Successeur Poste supprimé
Président fédéral de
l'Union chrétienne-démocrate

(20 ans et 22 jours)
Prédécesseur Poste créé
Successeur Ludwig Erhard
Bourgmestre de Cologne

(5 mois et 2 jours)
Prédécesseur Willi Suth (de)
Successeur Willi Suth

(15 ans et 5 mois)
Prédécesseur Max Wallraf
Successeur Günter Riesen
Président du Conseil d'État prussien

(11 ans, 11 mois et 19 jours)
Prédécesseur Poste créé
Successeur Robert Ley
Membre de la Chambre des seigneurs de Prusse

(9 mois et 3 jours)
Biographie
Nom de naissance Konrad Hermann Joseph
Adenauer
Date de naissance
Lieu de naissance Cologne (Empire allemand)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Bad Honnef (Allemagne de l'Ouest)
Parti politique Zentrum (1906-1933)
CDU (1946-1967)
Religion Catholique

Signature de Konrad Adenauer

Konrad Adenauer
Chanceliers fédéraux d'Allemagne

Maire de Cologne, opposant au nazisme après l'avènement du Troisième Reich, membre de l'Union chrétienne-démocrate, il est le premier chancelier fédéral de la République fédérale d’Allemagne, de 1949 à 1963.

À la tête du gouvernement, il est l’auteur de son redressement et de son ancrage atlantiste et européen. Il est ainsi souvent considéré comme le « fondateur » de l'Allemagne contemporaine. Avec le général de Gaulle, il est l'un des promoteurs de la réconciliation franco-allemande. Il est également considéré comme l'un des pères fondateurs de la construction européenne. Surnommé Der Alte (« le vieil homme »), il est le plus vieux dirigeant exécutif dans l'histoire de l'Allemagne, ayant quitté la chancellerie fédérale à 87 ans.

Biographie

modifier

Situation personnelle

modifier

Konrad Adenauer naît le à Cologne, dans la province prussienne de Rhénanie, dans une famille de la bourgeoisie catholique[2]. Après des études de droit et d'économie, il choisit une carrière dans l'administration. Il rencontre sa future femme, Emma Weyer, durant l'été 1901, dans un club de tennis ; ils se marient le et le réseau politique de sa belle-famille lui permet ensuite d'évoluer au sein de la municipalité de Cologne. Le couple a trois enfants : Konrad (1906 – 1993), Max (1910 – 2004) et Maria (1912 – 1998). Emma meurt le d'un empoisonnement aux champignons, à l'âge de 36 ans[3].

Adenauer épouse en secondes noces Auguste « Gussie » Zinsser (de)[4], le . Il a cinq autres enfants avec elle : Ferdinand (né et mort en 1920), Paul (1923 – 2007), Charlotte (née en 1925), Elisabeth (1928 – 2019) et Georg (1931 – 2020). Gussie n'est connue qu'en 1958 du grand public, quand le photographe allemand Heinrich Gergerusi publie, avec l'accord du chancelier fédéral, un portrait de sa défunte épouse.

Auguste Zinsser (de) meurt le à l'âge de 52 ans, des suites d'une leucémie et des séquelles d'une tentative de suicide en septembre 1944, lors de son incarcération à Brauweiler dans la prison de la Gestapo, qui souhaitait obtenir des renseignements sur les agissements de son mari[5].

Engagement dans l'entre-deux-guerres

modifier
 
Obligation de la ville de Cologne en date du , Faksimile signature du maire Adenauer

En 1906, il adhère au parti du Centre (Zentrum)[6] et devient conseiller municipal deux ans plus tard ; de 1917 à 1933 il est Bourgmestre de la ville de Cologne et à partir de 1919, il prend position en faveur du mouvement partisan d'une autonomie de la Rhénanie vis-à-vis de l'État de Prusse.

Il est membre et président du Conseil d'État prussien de 1921 à 1933[7],[8] où il joue un rôle important dans la tentative d'accroître l'autonomie de la Rhénanie après la fin de la Première Guerre mondiale. Toutefois, il ne se rallie pas au séparatisme rhénan (visant à une indépendance de la République rhénane) au début des années 1920.

Sous la république de Weimar de 1931 à 1933, il est vice-président de la Société coloniale allemande (Deutsche Kolonialgesellschaft) pour la défense de la pensée coloniale. En 1933, démis par Hermann Göring de toutes ses fonctions en raison de son hostilité affichée au nazisme[7],[8] (il refusait par exemple d'arborer le drapeau nazi à côté du drapeau allemand), il est emprisonné brièvement après la nuit des Longs Couteaux, en 1934, puis entre juillet et novembre 1944 après l'attentat contre Hitler du .

Montée au pouvoir d'après-guerre

modifier

Après la Seconde Guerre mondiale, l'administration militaire américaine lui confie à nouveau le poste de bourgmestre de Cologne, mais les Britanniques le congédient peu après, ne le considérant pas à la hauteur. Il est très actif dans le parti de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne nouvellement créé et en devient vite le chef : en 1946, il est élu président de la CDU dans la zone britannique, et de 1950 à 1966 pour la République fédérale allemande.

 
Affiche de la CDU et d’Adenauer.

Le , le Conseil parlementaire chargé de la rédaction d'une constitution le choisit pour président. Avec une voix d'avance, il est élu chancelier le , poste qu'il occupe jusqu'en 1963. Par trois fois, en 1953, 1957 et 1961 il remporte les élections législatives avec la CDU/CSU, toujours avec une avance notable sur le Parti social-démocrate. En 1957, il obtient même la majorité absolue.

Il a marqué la politique de son époque au point que l'on parle d'une « ère Adenauer » (liée aussi à sa longévité au pouvoir). Son action porte essentiellement sur la restauration de la souveraineté allemande et le rétablissement de la confiance des Alliés envers leur ancien ennemi qui passait par l'intégration de la RFA dans le bloc de l'Ouest. Ce dernier point entraîne un vif combat avec l'opposition.

Si cette politique aggrave en effet le fossé séparant les deux Allemagnes, Adenauer la considérait comme nécessaire : seule une Allemagne forte face à l'Union soviétique pouvait mener à terme à une réunification. L'Allemagne de l'Ouest (RFA) est membre-fondateur de la CECA en 1951, puis de la CEE en 1957 lors de la signature du traité de Rome. Elle entre au Conseil de l'Europe en 1951 et à l'OTAN en 1955.

Après sa nomination comme premier chancelier fédéral, Konrad Adenauer fait pression pour que Bonn, ville moyenne proche de Cologne, devienne la capitale « provisoire » de la nouvelle République fédérale d'Allemagne.

Dès 1949, Adenauer sent l'Allemagne de l'Ouest prête à une coopération dans le domaine de la défense dans un cadre européen. Cette coopération démarre lors de la guerre de Corée et des discussions internationales qu'elle entraîne (CED en 1952, avant d'être abandonnée en 1954). Il demande en échange la souveraineté de la RFA (accords de Paris).

Adenauer est l'objet d'un attentat manqué le , organisé par des anciens membres de l'Irgoun opposés au rapprochement entre le nouvel État d'Israël et la République fédérale d'Allemagne[9].

Chancelier fédéral

modifier
 
Konrad Adenauer avec le président français Charles de Gaulle à Bonn, 20 mai 1961.

Politique étrangère

modifier

Dès 1951, Konrad Adenauer rencontre le premier ministre britannique Winston Churchill, à Londres, à l'invitation de celui-ci[10]. Il le rencontre à nouveau en 1953[11]. Lorsque le prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle est décerné à Winston Churchill en 1955, Adenauer prononce l'éloge panégyrique[12],[13].

Il signe en 1949 l'Accord de Petersberg, première étape du retour de la République fédérale Allemande à sa souveraineté[14]. En 1952, il signe les Accords de Bonn qui mettent un terme au statut d'occupation de l'Allemagne occidentale[15],[16].

Diplomatiquement, Konrad Adenauer crée des liens avec l'État d'Israël afin de permettre à l’Allemagne de faire son retour sur la scène diplomatique internationale. Il conclut en 1952 l'accord de réparations israélo-allemand, qui engage le pays à verser à Israël 3,45 milliards de Deutsche Mark (l’équivalent d'environ sept milliards d'euros) et du matériel militaire. L’Allemagne devient ainsi, à partir de la crise du Canal de Suez en 1956, et jusqu'à la fin des années 1960, le premier soutien de l’armée israélienne. Adenauer explique au sujet de cette politique : « Expier ou réparer [les crimes allemands à l'égard des juifs] était la condition sine qua non pour retrouver notre statut international. [...] Encore aujourd'hui, le pouvoir juif ne doit pas être sous-estimé, surtout en Amérique[17]. »[18]

Durant son mandat, la Sarre vote par référendum le parmi deux autres options son rattachement à la République fédérale d’Allemagne[19]. Ce rattachement devient effectif le [20],[21],[22].

Il se réconcilie avec la France, et y fait sa première visite officielle en 1962[23]. Le traité de l'Élysée, signé le avec Charles de Gaulle au palais de l'Élysée, annonce une coopération avec la France dans tous les domaines[24]. Lors de sa visite à Moscou en 1955, Adenauer obtient la libération des 10 000 prisonniers de guerre allemands restants et accepte les liens diplomatiques proposés par l'URSS[25] (ce qui constituait de facto une exception à la Doctrine Hallstein qui refusait d'avoir des relations diplomatiques avec tout état qui reconnaissait la République démocratique allemande[26]). En 1958, il participe avec le maire de Berlin-Ouest, Willy Brandt, aux protestations contre « l'ultimatum de Khrouchtchev » qui marque le début de la crise de Berlin. Pourtant, il ne peut que subir l'édification du mur de Berlin en 1961.

Fin de la dénazification

modifier

Dans une allocution prononcée le 20 septembre 1949, Konrad Adenauer dénonce le processus de dénazification mené par les Alliés, annonçant le projet d'une loi d’amnistie pour les criminels de guerre nazis[27]. Il affirme que la dénazification provoquait l'existence de « deux classes d'êtres humains » en Allemagne et que cette situation devait « cesser aussi vite que possible »[27]. Au 31 janvier 1951, cette amnistie a bénéficié à 792 176 personnes, dont 3 000 fonctionnaires de la SA, des SS et du NSDAP qui étaient directement impliqués dans les crimes nazis[28].

Réarmement

modifier
 
Konrad Adenauer en 1966.

Lorsqu'elle voit le jour en 1949, la République fédérale d'Allemagne est un État sans armée. La guerre est à peine terminée et nombre de politiciens et de militaires sont réticents à remettre un uniforme aux Allemands. Cette réticence est perceptible en République fédérale d’Allemagne même, et parmi les partis chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates de la majorité. Les plans de réarmement de Konrad Adenauer ne font donc pas l'unanimité.

Pour le chancelier, la volonté de son pays de se défendre aux côtés d'autres nations occidentales contre une attaque venue de l'Est n'est rien de plus que l'expression du droit d'exister de la République fédérale, qui avait pour voisins directs deux États satellites du bloc soviétique : la Tchécoslovaquie et la République démocratique allemande. Avec ses 50 millions d'habitants, soit près du triple de la RDA, la RFA figure en outre à la première place du classement démographique européen. L'idée du réarmement connaît de nombreuses étapes, dont la rédaction en 1950 du document fondateur de la future armée fédérale, le Mémorandum Himmerod, fruit du travail d'anciens officiers de la Wehrmacht réunis à l'initiative du chancelier.

 
Portrait de Konrad Adenauer.

Il faut attendre que l'Assemblée nationale française rejette le plan Pleven le 30 août 1954, pour qu'Adenauer et ses collaborateurs disposent de la liberté de manœuvre nécessaire. Le , la RFA adhère officiellement à l'OTAN et en novembre de la même année, la Bundeswehr est constituée[29]. Au début, elle ne compte que des volontaires, parmi lesquels de nombreux vétérans de la Wehrmacht, enrôlés dans la BGS et qu'une promotion et un salaire à l'avenant ont achevé de convaincre[30]. En 1956, le service militaire obligatoire est réintroduit pour tous les jeunes hommes nés après le 30 juin 1937 (et le restera jusqu'en 2010[31]).

Bien que les candidats aient subi un examen approfondi sur leur attitude pendant la guerre et de leur attachement à la démocratie, on reproche à Adenauer d'avoir mis des fidèles du régime nazi à la tête des forces armées ouest-allemandes. Le chancelier répond aux critiques que l'OTAN n'a pas demandé des généraux de dix-huit ans. C'est ainsi que la Bundeswehr devient, en termes numériques, la composante la plus importante des forces armées de l'OTAN en Europe. Ainsi, 500 000 soldats allemands, soit 46 % des effectifs totaux, sont déployés devant le rideau de fer, davantage que les États-Unis et le Royaume-Uni réunis.

Dans une interview à l'émission Face the Nation, de la chaîne de télévision américaine CBS News, en 1957, il répond à la question de l'armement atomique de la Bundeswehr, souhaité par l'OTAN, que les forces armées ouest-allemandes devaient être équipées des meilleures armes possibles, et que cela incluait des armes conventionnelles, en restant évasif sur la question de l'armement atomique[32].

 
Les funérailles de Konrad Adenauer dans la Cathédrale de Cologne (25 avril 1967).

Départ du pouvoir et mort

modifier

Au milieu de son quatrième mandat, le , Konrad Adenauer, âgé de 87 ans, démissionne sous une forte pression de son propre camp[33]. Son ministre de l'Économie, Ludwig Erhard, père de l'économie sociale de marché, est choisi par le Bundestag pour lui succéder. En 1966, l'ancien chancelier fait une visite privée dans le nouvel état d'Israël et est fait docteur honoris causa de l'Institut Weizmann[34],[35].

Konrad Adenauer meurt le à Rhöndorf. Une cérémonie funèbre a lieu à la cathédrale de Cologne en présence notamment de Charles de Gaulle, Couve de Murville, Lyndon B. Johnson, Dean Rusk, Paul Vanden Boeynants et Heinrich Lübke[36].

Honneurs

modifier
 
Buste de Konrad Adenauer à Budapest.

Décorations

modifier

Décorations allemandes

modifier

Décorations étrangères

modifier
 
Plaque commémorant le rétablissement de l'Amitié franco-allemande, montrant Konrad Adenauer et Charles de Gaulle (Berlin).
 
Le monument « Hommage aux Pères fondateurs de l'Europe » devant la maison de Robert Schuman à Scy-Chazelles par l'artiste russe Zurab Tsereteli, dévoilé le . Les statues représentent les quatre fondateurs de l'Europe - Alcide de Gasperi, Robert Schuman, Jean Monnet et Konrad Adenauer.

Récompenses

modifier

Publications

modifier
  • Mémoires (4 tomes), Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart 1965-1968.

Références

modifier
  1. Prononciation en haut allemand (allemand standard) retranscrite selon la norme API.
  2. « Le chancelier Conrad Adenauer », sur Le Monde diplomatique (consulté le ).
  3. (de) « Emma Adenauer », sur konrad-adenauer.de (consulté le ).
  4. « Adenauer, Auguste (« Gussie ») Amalie Julie geb. Zinsser », site konrad-adenauer.de
  5. (de) « Gussie Adenauer », sur konrad-adenauer.de (consulté le ).
  6. (de) « 1. April 1906: Konrad Adenauer startet seine politische Karriere », sur www.museenkoeln.de (consulté le )
  7. a et b Rédaction Toute l'Europe, « Biographie du chancelier allemand Konrad Adenauer », sur Touteleurope.eu, (consulté le )
  8. a et b « Biographie de Konrad Adenauer », sur www.lumni.fr (consulté le )
  9. « Begin et l'attentat contre Adenauer en 1952 », Le Monde,
  10. « Dr Adenauer In London (1951) » (consulté le )
  11. « Churchill And Adenauer (1953) » (consulté le )
  12. « Biographie », sur www.karlspreis.de (consulté le )
  13. « Éloge panégyrique (extrait) par Konrad Adenauer », sur www.karlspreis.de (consulté le )
  14. Alexandre Niess, « L'intégration de l'Allemagne dans le concert européen : un pas de géant, les accords de Petersberg (22 novembre 1949) », Revue d'histoire politique,‎ (lire en ligne)
  15. « Perspective Monde », sur perspective.usherbrooke.ca (consulté le )
  16. « Signature par Dean Acheson des Accords de Bonn (26 mai 1952) », sur CVCE.EU by UNI.LU, (consulté le )
  17. Daniel Marwecki, « Singulières relations germano-israéliennes », sur Le Monde diplomatique,
  18. « L'accord sur les réparations allemandes à Israël a été intégralement respecté », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. « Référendum sur le statut de la Sarre », Perspective Monde,‎ (lire en ligne)
  20. « The Saar Returns To Germany Aka The Saar Rejoins Germany (1957) » (consulté le )
  21. « Il y a soixante ans, la Sarre (re)devenait allemande », cairns.info,‎
  22. « Les accords sur la Sarre et la Moselle ont été signés à Luxembourg SIX DOCUMENTS », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Dr Adenauer's State Visit To France (1962) » (consulté le )
  24. « 10 ANS DE COOPERATION FRANCO-ALLEMANDE » (consulté le )
  25. « Adenauer Talks End In Moscow (1955) » (consulté le )
  26. « La reprise des relations diplomatiques entre la RFA et l'URSS et la doctrine Hallstein (1955) », sur CVCE.EU by UNI.LU, (consulté le )
  27. a et b Norbert Frei et Norbert Frei, Adenauer's Germany and the Nazi past: the politics of amnesty and integration, Columbia Univ. Press, (ISBN 978-0-231-11882-8), Page 3
  28. Norbert Frei et Norbert Frei, Adenauer's Germany and the Nazi past: the politics of amnesty and integration, Columbia Univ. Press, (ISBN 978-0-231-11882-8), Page 23
  29. « Konrad Adenauer lors de son discours aux premiers volontaires de l'armée de la RFA (Andernach, 20 janvier 1956) », sur CVCE.EU by UNI.LU, (consulté le )
  30. « Die frühe Bundeswehr im Bild (1955-1957) » (consulté le )
  31. « L'Allemagne va mettre fin au service militaire obligatoire », sur LEFIGARO, (consulté le )
  32. « Interview with Chancellor Konrad Adenauer » (consulté le )
  33. (en) Roy Jenkins, Portraits and Miniatures, A&C Black, (lire en ligne), p. 56
  34. (en-US) James Feron Special To the New York Times, « Adenauer Begins 8-Day Visit to Israel », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  35. « PROCHAINE VISITE DE M. ADENAUER EN ISRAËL », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Konrad Adenauer.25. April 1967: Die ausländischen Trauergäste bei den Beisetzungsfeierlichkeiten für Konrad Adenauer [Konrad Adenauer. 25 avril 1967 : Les étrangers en deuil lors des funérailles de Konrad Adenauer »], sur le site konrad-adenauer.de
  37. (en)Honorary Doctorates, Prize and Awards, université Waseda, consulté sur waseda.jp le 19 septembre 2012

Annexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier