François Chamoux

helléniste français
François Chamoux
Nom de naissance François Jean Jacques Étienne Alphonse Chamoux
Naissance
Mirecourt (France)
Décès (à 92 ans)
14e arrondissement de Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement hellénisme
Genres
Histoire ancienne

François Chamoux, né le et mort le [1], est un helléniste français, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres[2],[3]. C'est une figure intellectuelle d'extrême droite qui a soutenu la guerre d'Algérie et l'OAS[4],[5]

BiographieModifier

Né à Mirecourt au cœur des Vosges, le , il est élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres en 1938 et membre de l'École française d'Athènes (1943-1948). Sous-lieutenant d'infanterie pendant la guerre[6], il reçoit la croix de guerre avec étoile d'argent[7]. En 1952, il est docteur ès lettres et fait ensuite la plus grande partie de sa carrière à Nancy, ainsi qu'à Paris ou il est professeur de littérature et civilisation grecques de 1960 à 1983 à La Sorbonne.

En octobre 1960 il signe avec de nombreux représentants de la droite et de l'extrême droite le Manifeste des intellectuels français pour la résistance à l'abandon[5] ; il assumera plus tard un soutien complet à l'OAS[4].

En , il cosigne l'« appel aux enseignants » lancé par l'Institut d'études occidentales après la démission de Robert Flacelière de la direction de l'École normale supérieure[8].

De 1974 à 1987, il dirigea la Revue des études grecques[7]. Il siégea au sein de la commission de l'Académie pendant de nombreuses années. Il fut l'artisan du rapprochement de l'AIBL avec l'Académie de Roumanie qui verra la signature d'une convention en 1994. Il participa à la constitution du fonds Louis Robert. Il participa à différentes commissions de l'Institut et notamment à sa Commission administrative centrale. Il fut aussi président de la Fondation Jacquemart-André.

Parmi ses ouvrages : sa principale thèse sur Cyrène sous la monarchie des Battiades[9] et ceux sur la civilisation grecque à l'époque archaïque et classique[10] et la civilisation hellénistique, et Marc-Antoine. Il dirigea l'édition dans la collection des Universités de France de l'Introduction générale à la Bibliothèque de Diodore de Sicile dont il fut un grand spécialiste. Il fut l'un des antiquisants français les plus connus à travers le monde et un grand connaisseur de l'art grec[10],[6].

Un hommage lui fut rendu par son confrère et ancien élève, l'académicien André Laronde dont il dirigea la thèse et à qui il confia en 1981 la direction de la mission archéologique française d'Appolonia en Cyrénaïque. Son travail sur les recherches archéologiques du pourtour méditerranéen est de la plus grande importance. Il dirigea de nombreuses fouilles en Grèce, à Delphes qui fut le sujet de sa thèse complémentaire L'Aurige de Delphes[7].

Publications (liste non exhaustive)Modifier

Notes et référencesModifier

  1. Relevé des fichiers de l'Insee.
  2. Edmond Lévy, « Allocution de M. Edmond Lévy, président de l’Association », Revue des Études Grecques, tome 121, fascicule 2, Juillet-décembre 2008, p. 21-23..
  3. Il y fut élu en 1981 en remplacement d'André Parrot.
  4. a et b Agnès. Callu, Michel,. Zink, Jacques,. Revel et Patrick,. Boucheron, Le mai 68 des historiens, (ISBN 978-2-7574-2028-7 et 2-7574-2028-3, OCLC 1040596703, lire en ligne).
  5. a et b Claude Liauzu, « Interrogations sur l'histoire française de la colonisation », Genèses, vol. 46, no 1,‎ , p. 44 (ISSN 1155-3219 et 1776-2944, DOI 10.3917/gen.046.0044, lire en ligne, consulté le ).
  6. a et b André Laronde et Jean-Jacques Maffre, « François Chamoux (1915-2007) », Revue archéologique, vol. 2009/1, no 47,‎ , p. 69 à 79 (DOI 10.3917/arch.091.0069, lire en ligne, consulté le ).
  7. a b et c Bernard Pottier, « Informations diverses », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, no N. 3, 2007,‎ , p. 1411-1413 (lire en ligne, consulté le ).
  8. « L'Institut d'études occidentales lance un appel aux enseignants », sur lemonde.fr, .
  9. Charles Delvoye, François Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades (compte-rendu), L'Antiquité Classique, Année 1954, 23-2 pp. 520-523.
  10. a et b Pierre Vidal-Naquet, François Chamoux, La civilisation grecque de l'époque archaïque et classique, collection « Les Grandes Civilisations » dirigée par Raymond Bloch. (compte-rendu), Annales, Année 1964, 19-5, pp. 1012-1015.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :